Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 23:03
GAZES A AUSCHWITZ MAIS TOUJOURS VIVANTS…POUR L’ADMINISTRATION FRANCAISE….


65 ans après la tragédie, les déportés de France privés de sépulture par les nazis sont également spoliés d’un acte de décès par la France.

Robert Badinter , alors ministre de la Justice, s’est ému de cette situation et a fait adopter à l’unanimité des députés et sénateurs, la loi n°85-528 du 15 mai 1985 qui stipule : « Article 1er - La mention "Mort en déportation " est portée sur l’acte de décès de toute personne de nationalité française, ou résidant en France ou sur un territoire antérieurement placé sous la souveraineté, le protectorat ou la tutelle de la France, qui, ayant fait l’objet d’un transfert dans une prison ou un camp visé par l’article L. 272 du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre, y est décédée.


La même mention est portée sur l’acte de décès si la personne a succombé à l’occasion du transfert. »

« Article 2 - La décision de faire apposer la mention " Mort en déportation " est prise après enquête par le ministre chargé des anciens combattants. »

« Article 3 - Lorsqu’il est établi qu’une personne a fait partie d’un convoi de déportation sans qu’aucune nouvelle ait été reçue d’elle postérieurement à la date du départ de ce convoi, son décès est présumé survenu le cinquième jour suivant cette date, au lieu de destination du convoi. »

« Article 5 - Le ministre chargé des anciens combattants intervient soit d’office, soit à la demande d’un ayant cause du défunt. » L’article 3 est très clair en ce qui concerne les déportés sans retour.

Malheureusement depuis 1985, les choses ont très peu évoluées.

Les différents et successifs ministres des anciens combattants chargés d’intervenir d’office n’ont rien fait et pire encore, les familles qui présentent une demande sont « baladées » de ministère en ministère, chacun refilant à l’autre la patate chaude. Résultat : à ce jour, selon les chiffres officiels, moins de la moitié des 115000 déportés français de toutes confessions, sont reconnus décédés.

Au rythme du travail forcené de nos fonctionnaires, il est nécessaire d’attendre au moins l’année 2075, pour que chaque déporté français soit reconnu dans sa mort.

A vrai dire, nous avons le sentiment d’ emm….tout le monde,…. encore une facétie de ces juifs…. ! Le ministère de la défense dans une réponse récente adressée à une famille qui s’étonne de l’absence de la mention « mort en déportation », considère que cette mention est « honorifique » (annexe).

C’est dire le haut niveau de connaissance et de motivation……un « honneur » auquel nos parents se seraient bien volontiers soustraits monsieur le sous-fifre du chef de bureau !. La cause n’est cependant pas anodine.

La mention « MORT EN DEPORTATION » qui devrait figurer sur ces actes de décès officiels, est une marque indélébile qui atteste pour l’éternité, dans les registres d’état civil de la République Française, de la réalité et de l’ampleur du massacre des juifs de France.

Ne pas appliquer avec célérité et rigueur la loi de 1985, c’est donner du grain à moudre aux négationnistes présents et à venir. (Personnellement je considère qu’une mention « MORT PAR LA FRANCE » est plus approprié…mais bon…) C’est pourquoi, une femme, Eve-Line Blum, excédée par l’indifférence des pouvoirs publics, multiplie depuis plus de 10 ans les interventions auprès des ministres et des élus, sans grand succès il faut bien l’admettre.

Pourtant, depuis quelques jours une lueur d’espoir apparaît. Le sénateur de Haute-Garonne, Jean-Jacques Mirassou, sensible aux arguments de madame Blum attire officiellement l’attention du secrétaire d’Etat à la défense. Son intervention est en libre consultation sur le site du Sénat :

http://www.senat.fr/questions/base/2009/qSEQ09050548S.html La réponse du secrétaire d’Etat, n’est pas connue à ce jour. Espérons que réponse il y aura….. Quoi qu’il en soit, nous devons soutenir de toutes nos forces le sénateur afin qu’il n’abandonne pas la partie.

Un petit encouragement de votre part ne serait pas superflu ! : jj.mirassou@senat.fr

 

 

 

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

C
envoyé hier à l'adresse de Monsieur MIRASSOU
Répondre
C
Monsieur le Sénateur,<br /> <br /> <br /> j'ai pris connaissance de votre intervention pour que les actes de décès des déportés non rentrés des camps nazis soient enfin correctement établis dans le respect de la loi.<br /> pour la mémoire et la reconnaissance nécessaires à l'apaisement d'une partie de la souffrance des familles, je vous remercie très sincèrement de votre engagement.<br /> <br /> J'attends avec impatience les suites données à votre interpellation et espère vivement que cette question qui traîne de façon incompréhensible pourra être résolue au plus vite, pour le mieux de tous.<br /> <br /> Dans cette attente, et en vous renouvelant mes remerciements, recevez, Monsieur le Sénateur, l'expression de ma parfaite considération
Répondre

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories