Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 06:36

Par CHARLES-FRANÇOIS BREJON 
07.09.09

http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1251804510356&pagename=JFrench/JPArticle/ShowFull


'La recherche scientifique et ses résultats ne sont plus simplement un objectif intellectuel abstrait, mais un facteur central, dans la vie de tout peuple civilisé." Prononcés en 1962, ces mots de David Ben Gourion, premier Premier ministre israélien, traduisent encore aujourd'hui les intentions du gouvernement actuel : faire de la recherche l'un des pivots du développement de l'Etat d'Israël.



PHOTO: ARIEL JEROZOLIMSKI , JPOST


Un secteur, dont l'histoire remonte aux origines du pays. Et se confond avec le retour du peuple juif dans sa patrie. Théodore Herzl, fondateur du sionisme politique, aspirait à l'établissement d'un foyer national juif en Terre d'Israël, à la fois, Etat physique, mais aussi un important centre spirituel, culturel et scientifique.

Une aspiration, partagée par bon nombre de Juifs du monde entier, qui sera l'un des facteurs essentiels du développement de la recherche scientifique et technologique.

Ses débuts remontent à la fin du 19e siècle - début 20e - avec la création de l'école Mikvé-Israël, puis celles de l'actuelle Organisation de recherche agricole, de l'Université hébraïque de Jérusalem, de l'Institut de technologie Technion ou encore du Centre de recherche Daniel Sieff, devenu depuis le prestigieux Institut Weizmann.

Lors de la proclamation de l'Etat d'Israël en 1948, les infrastructures scientifiques et technologiques du pays sont déjà en place.

Un étonnant potentiel de matière grise



A l'instar de bien d'autres petits pays, Israël a dû définir de façon précise sa politique en matière d'activités scientifiques et technologiques, afin d'assurer sa compétitivité.

Les ouvrages et articles constituent la preuve des résultats obtenus par la recherche universitaire : les revues israéliennes représentent 1 % des publications scientifiques dans le monde. Un pourcentage significatif pour la taille du pays et surtout, des conclusions d'une importance considérable pour la communauté scientifique mondiale.

Autre point fort : Israël a participé activement à la révolution biotechnologique. Le jeune pays s'est doté d'infrastructures de recherche médicale et paramédicale très développées.

Les travaux en biotechnologie, médecine clinique et recherche biomédicale correspondent à plus de la moitié des publications scientifiques du pays. Quant au secteur industriel, il a multiplié ses activités dans le domaine médical afin d'exploiter au mieux les connaissances acquises.

Des médicaments ainsi que des équipements médicaux perfectionnés de diagnostic et de traitement ont été mis au point dans l'optique d'une commercialisation.

Mais le programme de Recherche et Développement (R&D) industriel se concentre essentiellement sur l'électronique, réalisé principalement par quelques grandes entreprises. Sa mise en œuvre est assurée par la Direction scientifique du ministère de l'Industrie et du Commerce, qui finance chaque année des centaines de projets.

Les fruits de ces travaux de recherche représentent plus de la moitié des exportations industrielles. Une manne considérable qui permet le continuel développement du cercle vertueux.

Ce succès repose avant tout sur un étonnant potentiel de matière grise, la seule "vraie matière première" du pays.

Outre un budget impressionnant consacré à la recherche (plus de 5 % du PIB, soit deux fois plus qu'en France), Israël dispose d'un vaste réservoir de personnel qualifié à l'origine de ses percées scientifiques et technologiques. Le pays compte ainsi la plus forte proportion d'ingénieurs au monde : 140 pour 10 000 habitants, soit deux fois plus qu'aux Etats-Unis et quatre fois plus qu'en France.

Leur formation est assurée par des centres de recherche gouvernementaux, des industries privées ou l'une des sept grandes universités.

Parallèlement à leurs activités de recherche, ces pôles jouent un rôle important et novateur dans le développement technologique de l'Etat hébreu. Par exemple, l'Institut Weizmann a été parmi les premiers au monde à créer un service d'exploitation commerciale de ses recherches, services qui existent aujourd'hui dans toutes les universités israéliennes.

La création de parcs industriels jouxtant les campus universitaires a débouché sur d'importants succès commerciaux. Certains ont même créé des sociétés commerciales pilotes pour la distribution de produits basés sur leurs recherches, très souvent en partenariat avec des entreprises locales ou étrangères.

Tous ces départements gèrent de grands programmes d'échanges de chercheurs, ou la participation à des projets conjoints avec des institutions à l'étranger. La coopération internationale constitue une priorité affichée. Des accords ont été signés avec une trentaine de pays, dont la France, qui représente le 4e partenaire scientifique d'Israël.

Le danger de la fuite des cerveaux



Le panorama semble idyllique. Ce n'est pas tout à fait vrai. Ce constat positif ne doit pas occulter le problème majeur qu'est la fuite des cerveaux.

Si Israël a été le berceau de découvertes scientifiques et technologiques extrêmement nombreuses, le pays se montre cependant incapable de retenir aujourd'hui ses élites.

Au banc des accusés, le manque de conditions de travail attractives : bas salaires, laboratoires parfois mal équipés, fonds de recherche insuffisants, sans compter les problèmes liés à la sécurité...

Un chercheur israélien sur dix choisit de s'exiler à l'étranger, dont un quart aux Etats-Unis, où les salaires sont jusqu'à huit fois plus élevés. Israël fait face à un exode six fois supérieur à celui des Etats européens.

33 % des professeurs israéliens en informatique enseignent dans les 40 meilleures universités américaines. "Nous sommes très bons", indique le professeur Dan Ben David, professeur de sciences économiques et politiques à l'université de Tel-Aviv. "Si nous réussissons à tel point à intégrer les meilleurs établissements du monde, cela veut dire que nos universités ont un niveau d'excellence international. Cela prouve aussi que le système éducatif marche mal, puisque nous ne pouvons garder nos meilleurs éléments."

Le gouvernement s'inquiète sérieusement et a mis en place l'an dernier un programme intitulé "Rentrer à la maison". Sont concernés : 650 000 scientifiques israéliens de l'étranger, dont 450 000 installés aux Etats-Unis.

Le ministère des Finances a fait un premier pas en réussissant à attirer ces derniers mois 104 chercheurs et professeurs qui enseignaient à Stanford, en Californie, au Massachusetts Institute of Technology, ou à Oxford.

Mais l'opération reste très coûteuse. Pour séduire les candidats au retour, l'Etat, qui cultive son image de pays tourné vers les hautes technologies, a dû débourser 23 millions de dollars.

Parallèlement, le Trésor accorde de généreuses exemptions fiscales sur dix ans aux expatriés qui décident de rentrer au pays, sans oublier l'assurance d'un emploi ou encore l'octroi de prêts préférentiels pour monter une entreprise.

Israël excelle dans de nombreux domaines : médecine, biotechnologie, électronique, mais également dans les télécommunications, l'armement, les techniques agricoles, etc.

En un demi-siècle, le pays s'est lancé dans une course technologique effrénée et apparaît aujourd'hui à la 17e position, avant le Japon et la France, dans le classement 2008 du Forum économique mondial en matière d'information et de communication.

Les universités, l'Institut Weizmann et le Technion, entre autres, sont à la pointe de découvertes cruciales. Cependant, l'hémorragie liée au départ des chercheurs devra être endiguée au plus vite, sous peine de faire de l'ombre à l'excellence dont jouit actuellement Israël. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories