Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 06:01

Par Sébastien Castellion
sans
© Metula News Agency 

Un terrible soupçon : Obama croit réellement qu’il est le messie 




Le mois d’août a été difficile pour le Président Obama.

 

Son projet de réforme du système de santé – qu’il avait présenté comme la principale priorité dans son projet de transformation radicale de l’Amérique – a été enterré par une véritable révolte populaire. Les élus du peuple, qui ont passé le mois de vacances à écouter leurs électeurs, vont revenir à Washington avec la même image en tête : celle d’électeurs refusant fermement, dans les réunions publiques d’information que le Président les avait encouragés à tenir, la création d’une assurance-santé publique.

 

Avec le recul, c’était une sottise politique majeure que de menacer de faire disparaître les plans de santé privés. Le Président, ce faisant, s’est mis à dos les électeurs mûrs ou âgés, qui connaissent ces plans et leur sont attachés… et qui sont ceux qui se déplacent le plus massivement les jours d’élections. Et il ne s’est pas attiré la sympathie des jeunes, pour lesquels les questions d’assurance-santé sont généralement bien abstraites.

 

Obama a découvert que la sympathie qu’inspire sa personne ne se traduit pas par un changement radical du peuple américain. Ce peuple reste, comme il l’a toujours été, culturellement méfiant envers les ambitions des gouvernants et attaché aux libertés individuelles. Il n’est pas prêt à se sacrifier aux rêves de ses dirigeants.

 

La question la plus troublante que pose cet épisode est cependant la suivante : comment Barack Obama – l’un des hommes politiques les plus talentueux des Etats-Unis – a-t-il pu se tromper à ce point sur les comportements du peuple ?

 

Il suffisait en effet d’une recherche Internet de quelques secondes pour découvrir qu’environ 80 pourcent des détenteurs de contrats d’assurance-santé privés en sont satisfaits. Comment le Président a-t-il pu croire que les Américains accepteraient le risque de voir disparaître une assurance qui leur convient pour mettre leur santé et leur vie entre les mains de l’Etat ?

 

Il y a bien une hypothèse qui pourrait expliquer une erreur de cette taille chez un homme aussi intelligent. On ose à peine la prononcer, car elle jetterait sur le caractère du Président une ombre bien plus grave que ne le font son inexpérience, la corruption de son entourage ou sa faiblesse en politique internationale.

 

Juffa me demande de préciser, pour que nous ne soyons pas accusés de diffamation, que je ne fais part ici que d’un soupçon théorique et que je n’ai pas la moindre preuve de ce que je vais avancer. Mon hypothèse est la suivante : Barack Obama pourrait être le seul homme politique de la planète à croire sincèrement à ses promesses de campagne.

 

Toute la campagne présidentielle d’Obama tournait autour de l’idée, répétée sous mille formes diverses, que le charme et la nouveauté du candidat allaient changer le monde. En l’élisant, les Américains allaient abandonner tous leurs bas instincts et travailler ensemble pour le bien commun.

 

Les puissances étrangères, rivales et ennemies de l’Amérique, allaient tomber sous le charme du nouveau président et mettraient immédiatement fin à leur hostilité. Dans un moment d’enthousiasme, le candidat annonça même que les historiens futurs dateraient de son élection le moment où la montée des océans s’était inversée…

 

J’avais exprimé dans ces colonnes mon agacement pour ce thème de campagne, mais j’en admirais profondément l’efficacité. Parvenir à présenter un homme politique comme une sorte de Messie laïc est, en soi, un acte politique remarquable. Des millions de crétins, aux Etats-Unis et à travers le monde, étaient émus jusqu’aux larmes de l’arrivée au pouvoir du Sénateur de Chicago et convaincus que le monde allait entrer dans une ère nouvelle. Tous ces visages en extase prouvaient une chose : comme homme politique, Obama avait fait du bon travail.

 

En revanche, il ne m’était jamais venu à l’esprit qu’un professionnel puisse croire une seule seconde à ces niaiseries. Aucune élection, évidemment, ne change la nature humaine. On peut s’offrir le luxe de voter du fond de l’âme, mais on reste naturellement aussi attaché qu’auparavant à avoir un travail et de la reconnaissance, à ne pas payer trop d’impôts, à vivre en sécurité et à profiter de services publics acceptables.

 

Les hommes politiques sont confrontés tous les jours aux requêtes contradictoires et stridentes des groupes sociaux et professionnels, souvent aussi des individus. Tous le savent : on peut bien se faire élire comme un Messie, mais on ne peut jamais gouverner que comme un maquignon.

 

Obama, cependant, donne souvent l’impression, depuis son élection, qu’il est sincèrement convaincu que son charme peut, à lui seul, faire oublier aux autres leurs intérêts les plus fondamentaux.

 




 

Auréole, auréole… Barack, il s’agit d’un montage photo !

 

Sa stratégie iranienne consiste à supplier Ahmadinejad de lui accorder un entretien. Il veut, d’autorité, fixer les règles du règlement de la question israélo-arabe ; et il juge évident que les Arabes et Israël accepteront de faire ce qu’il dit. Il crée les déficits publics les plus élevés de l’histoire du monde ; et les investisseurs qui financent tout cela sont supposés accepter ce risque énorme sans protester.

 

Dans aucun de ces cas, Obama n’a fait l’effort minimal de consulter, avant d’annoncer ses plans, ceux dont les intérêts sont le plus directement concernés. Tout se passe comme s’il s’était effectivement convaincu qu’il n’a pas besoin de faire l’effort de négociations longues et complexes pour combiner au mieux les intérêts des uns et des autres – négociations qui sont pourtant la base la plus élémentaire du métier politique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories