Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 05:01

Al-Qaïda stoppée aux portes d’Israël

[Jeudi 11/02/2010 0:32]

 


libertedexpression.skynetblogs.be


Dans la même journée du 10 février, des membres de l’organisation terroriste Al-Qaïda sont arrêtés tant en Judée-Samarie qu’à Gaza.

Les difficultés de dialogue entre l’Autorité Palestinienne et Israël d’une part, le Hamas et le Fatah d’autre part (ce dernier étant la « branche  armée » de l’Autorité Palestinienne s’autorisant le terrorisme sous couvert de son principal organe « les brigades des Martyrs d’Al-Aqsa ») sont bien connues.

Toutefois,  il semble parfois se produire des « hasards objectifs » dans la lutte anti-terroriste.

Autant à Gaza – zone de non-droit  toujours dirigée par le Hamas – comme dans les territoires de Judée-Samarie actuellement sous contrôle de l’Autorité Palestinienne, des hommes d’Al-Qaïda sont arrêtés. Les arrestations à Gaza sont menées sous l’égide du Hamas  et celles ayant lieu en Judée-Samarie, par les services de sécurité sous les ordres de Mahmoud Abbas.

Pour autant, le Hamas serait-il moins islamiste qu’Al-Qaïda ?

Et l’Autorité Palestinienne serait-elle à ce point engagée à lutter contre Al-Qaïda qui s’est proposée de prendre en charge la cause des Palestiniens ?

Plutôt qu’en la seule et naturelle volonté politique, pour chaque organisation palestinienne, de garder pouvoir et marquer son territoire, ces évènements semblent devoir s’éclairer par  les fortes divisions internes au sein de l’Islam, et ce, à travers tout le monde Arabo-Musulman.

Ces divisions peuvent autant concerner des points doctrinaux ;

- Opposition entre Shiites et Sunnites, ces derniers légitimant pleinement la place de la tradition orale dans les textes (qui, pour autant, n’est pas plus favorable aux Juifs que ne le sont déjà les textes coraniques).

-…Que des choix empiriques :

Choix des modèles stratégiques du Djihad.

Toutefois, Al Qaïda et le Hamas étant tous deux sunnites, il faut redécouvrir, en plus du deuxième point à l’instant évoqué, un troisième terme qui, de la triade, est sans doute le plus déterminant :

Les identités tribales du monde arabe, formées tout au long de leur Histoire, autour de clans ou familles dominantes, sont restées plus ou moins intactes malgré les « reformatages » et découpages d’identité créées sous l’effet des Etats-nations.

Depuis plusieurs années, Al-Qaïda avait ouvertement évoqué sa présence discrète en territoires sous administration palestinienne, peu après la construction de la barrière de sécurité. Pour autant, il n’était pas si sûre qu’elle soit bien accueillie et l’absence des actions terroristes elles-mêmes que certains attendaient de ce réseau international serait plutôt à interpréter comme le temps beaucoup plus long qu’elle a dû, à sa propre surprise, consacrer à tenter de s’imposer face au  Hamas à Gaza, et au milieu de la population palestinienne résidant en Judée-Samarie.

Et de la même manière, l’identité (à la fois tribale et religieuse) Alaouite de la famille dirigeante Assad de Syrie est en minorité par rapport à la majorité de la population syrienne. Cette situation pourrait, dans un avenir à ce jour encore indéterminé, faire se questionner la population majoritaire de ce pays et amener celle-ci à provoquer des changements autrement inattendus.

Ainsi semble-t-il que l’ouverture de l’aire arabo-musulmane au monde doive passer par des confrontations internes (« fitna » , en arabe, signifie « division et discorde au sein de l’islam » ,  « guerre civile » mais aussi « tentation », « séduction » ). Elles posent la question de l’Autre en lieu et place de la question de l’Autre véritablement éxtérieur à  l’Islam, et tout particulièrement cet Autre Interdit qui s’appelle Israël.

Mais ainsi et au final, Al-Qaïda est stoppée aux portes d’Israël.

par Daniel Gandus
actu.co.il 
 


12/01/2010 posté par VIP

L'implantation difficile d'Al Qa'ida dans la zone israélo-palestinienne 

Le think tank Washington Instute for Near East Politics(WINEP) a sorti il y a quelques jours une longue étude sur l'implantation de groupes inspirés par Al Qa'ida en Israël et dans les Territoires palestiniens. J'ai déjà parlé de l'existence de ce phénomène, qui demeure assez marginal, mais qui soulève bien des questions. En effet, dans un univers religieux déjà chargé, radical et violent, comment expliquer une présence d'AQ ? Le Hamas tient la bande de Gaza d'une main de fer et cela est donc assez surprenant. Dans l'ensemble, lorsque l'idéologie d'AQ trouve terre à sa graine, c'est plutôt dans une zone de non-droit ou dans une zone où l'atmosphère religieuse est peu radicale, voire peu présente.

L'étude de Yoram Cohen et Matthew Levitt prend ce sujet avec beaucoup de pincettes. Ils ne tiennent surtout pas à enfler une menace qui reste très peu perceptible et très concentrée. Les exemples cités sont souvent presque anecdotiques, notamment lorsqu'ils évoquent les actions parfois d'individus isolés en Cisjordanie ou d'Arabes israéliens. (La nuit porte parfois conseil et je me suis dit qu'il serait bon de rajouter un point sur le salafisme prêché à Gaza et celui prêché en Cisjordanie) L'étude remarque une différence importante entre les deux zones. En Cisjordanie, le la communauté salafiste focalise ses efforts principalement sur la prêche et les activités prosélytes (salafiya dawiya). En d'autres termes, bien que leur rhétorique soit teintée d'extrémisme, ils en viennent rarement aux actions. A l'inverse, à Gaza, cette communauté concentre principalement ses efforts sur des actions violentes liées au jihad contre les infidels (salafiya jidahiya).

Le point intéressant de cette étude est son interrogation sur la capacité de groupuscules inspirés d'AQ à émerger à Gaza. Il n'y a certes pas d'argumentaire révolutionnaire, mais je ne pense pas l'avoir déjà vu présenter aussi clairement. Plusieurs facteurs jouent, dont voici les principaux :

  • L'occupation qui est évidemment un facteur aggravant,
  • La corruption ambiante,
  • Les moyens de communication, notamment Internet, qui permettent de rentrer en contact avec des idéologies hyper radicales.

En fait, on apprend que de nombreux membres de ces groupes sont des anciens du Hamas qui ont quitté le groupe nationaliste, parce qu'ils ne le trouvaient plus assez radical dans la mise en place de la charia et vis-à-vis d'Israël. Pour autant, les auteurs ne se veulent pas alarmistes ; il est, selon eux, peu probable qu'AQ s'implante dans la zone. Cela se voit déjà dans le fait que les communications ont jusqu'à présent plus fonctionné dans le sens Gaza vers AQ plutôt que l'inverse. Plusieurs raisons toutefois justifient cette position qui me paraissent pertinentes :
* La relation entre le Hamas et Al Qa'ida est très tumultueuse et le groupe palestinien ne permettra pas à AQ de faire sa niche à Gaza.
* Peu de Palestiniens ont envie de voir leur cause diluer dans une cause globale. Bien des membres de ces groupuscules sont avant tout guidés par un jihad local plutôt que global, ce qui s'oppose à ce qui est prôné par AQ. En outre, ce que recherchent les Palestiniens, c'est leur souveraineté politique et le contrôle de leur vie.

Si les communications établies jusqu'à aujourd'hui ont peu émané d'Al Qa'ida, les auteurs estiment que cela peut se justifier par le fait que le groupe terroriste conserve ses soupçons sur la validité des revendications de ces groupes et également le fait qu'ils veulent peut-être attendre qu'un ou plusieurs groupes se voient véritablement et sérieusement établis pour installer une chaîne de communication plus institutionnelle.

Pour finir, les auteurs n'écartent néanmoins pas le potentiel pour qu'Al Qa'ida puisse se faire son trou, notamment à Gaza. En effet, ils expliquent que le Hamas peut parfois utiliser des techniques, comme les hommages publiques à un kamikaze après un attentat-suicide, qui pourrait brouiller les lignes de séparation entre les deux. Al Qa'ida pourrait instrumentaliser ces méthodes de sorte qu'il parvienne à combiner, à l'insu du Hamas, le "jihad proche" et le "jihad lointain". Je reste sceptique sur ce point, notamment parce que les attentats suicides se font rarissimes et parce que le Hamas ne semble pas dans une logique vertement irrationnelle et frontale contre Israël,comme pourrait l'indiquer leur politique d'empêcher des groupes palestiniens de tirer des roquettes depuis Gaza. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories