Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 08:22

 

 

Anniversaire de la bataille de Poitiers - Qui arrêtera les nouveaux Sarrasins de la vérité historique ?

 

Charles Martel arrête une razzia arabe

Le 25 octobre 732, le chef des Francs, Charles Martel, arrête une armée arabe au nord de Poitiers. Les vaincus se retirent. C’en est fini des incursions musulmanes au nord des Pyrénées.

André Larané.

Hérodote

Menace sur l’Aquitaine

En moins d’un siècle, après la mort de Mahomet, les musulmans avaient atteint l’Espagne et le Languedoc (cette province s’appelle alors Septimanie, d’après ses sept villes principales). Ils sont arrêtés à Toulouse, en 721, par le duc Eudes d’Aquitaine.

Fort de ce succès décisif, le duc Eudes veut prévenir le retour des musulmans d’Espagne. Pour cela, il s’allie au gouverneur berbère de la Septimanie, un musulman du nom de Munuza, en révolte contre ses coreligionnaires du sud des Pyrénées.

Pour consolider l’alliance, Eudes lui donne sa fille en mariage (les préjugés religieux étaient moins virulents en cette lointaine époque qu’à la Renaissance et encore de nos jours).

Mais l’alliance tourne court car Munuza est tué en affrontant le gouverneur d’Espagne Abd el-Rahmann. Ce dernier, dans la foulée, lance une expédition punitive contre les Aquitains.

Les Francs au secours des Aquitains

À la tête de ses troupes, composées d’Arabes ainsi que de Berbères fraîchement convertis à l’islam, Abd el-Rahmann galope vers Tours. Il n’a aucune intention de conquête mais veut simplement mettre la main sur les richesses du sanctuaire de Saint-Martin.

Le duc d’Aquitaine appelle à son secours les Francs qui tiennent le nord de la Loire. Leur chef accourt. Celui-ci, Charles, est issu d’une puissante famille franque d’Austrasie (l’Est de la France), les Pippinides. Il exerce les fonctions de maire du palais (ou«majordome») à la cour du roi mérovingien, un lointain descendant de Clovis. Quelques années plus tôt, il a refait l’unité des Francs en battant ses rivaux de Neustrie à Néry.

Eudes craint avec raison que Charles ne tourne désormais ses ambitions vers le sud de la Loire. Dans l’urgence, il accepte malgré tout de rapprocher leurs deux armées pour faire face à la menace musulmane.

Bataille indécise

Devant l’avancée des armées de Charles et Eudes, Abd el-Rahmann arrête sa progression. C’est à Moussais, sur la commune de Vouneuil-sur-Vienne, entre Poitiers et Tours, que se font face les ennemis. Pendant six jours, les cavaliers musulmans et les fantassins chrétiens s’observent et se livrent à quelques escarmouches.

Le 25 octobre 732, qui est aussi le premier jour du mois de Ramadan, les musulmans se décident à engager la bataille. Mais leur cavalerie légère et désordonnée se heurte au rempart humain que forment les guerriers francs, disciplinés et bardés de fer. Abd el-Rahmann meurt au combat et la nuit suivante, découragés, ses hommes plient bagage et se retirent.

Simple coup d’arrêt à une razzia, l’affrontement n’est pas moins évoqué par les chroniqueurs de l’époque, tant chrétiens que musulmans.

Triomphe des Francs

Charles ne s’en tient pas à cette victoire somme toute facile. Profitant de l’affaiblissement du duc Eudes, il s’empare des évêchés de la Loire puis descend en Septimanie, dont il saccage consciencieusement les villes et d’où il chasse les chefs musulmans qui s’y étaient installés quelques années plus tôt.

C’est peut-être à cette occasion que le chef des Francs, père de Pépin le Bref et grand-père de Charlemagne, aurait gagné le surnom de Charles Martel («celui qui frappe comme un marteau»).

Au temps
des Sarrazins


 Ce dossier, qui est une courte recherche chronologique et historique sur les "relations entre chrétiens et sarrasins, entre le VIIème siècle et le XIème siècle, il est destiné à vous donner un aperçu de ce qui se passe au cours de cette période et des conséquences que ces évènements ont eu ou ont pu avoir sur les habitants et les cultures victimes de ces affrontements, notamment sur les zones qui ont servi de refuge : Razès, Bourgogne, Lyonnais, Pilat ; et le "sauvetage" des reliques, par leurs transferts vers des lieux plus sûr au nord, dans le Royaume de France.

 

  

 languedaude

711
Bataille du Rio de Guadalete, victoire de Tarik et Musa sur les wisigoths commandés par Rodéric.
En trois ans, ils vont conquérir les grandes villes de la péninsule.

719
Prise de Narbonne. Lors de la conquête de la Septimanie, les arabes ont pu être aidés par les puissantes communautés juives, compte tenu des mauvais traitements subis, infligés à la fois par les wisigoths ariens extrémistes et par les catholiques. Peu de preuve subsistent aujourd'hui.

721
Prenant la route de la Vallée de l'Aude, ils assiègent Toulouse. Mais le Comte Eudes descend aider les toulousains et stoppe l'invation.

725
Printemps, nouvelle attaque de la Septimanie par le nouveau gouverneur d'Espagne. C'est Carcassonne qui est attaquée, les habitants se rendent, livrant des esclaves et un butin.

726
La Septimanie est conquise sauf le réduit de Redae. La route de l'Aquitaine est soigneusement évitée ; Charles Martel est occupé en Bavière et la razzia commence : Le monastère de Jaucels, près de Béziers, l'église de  Sainte Bausile près de Nimes. Le Rhône est atteint, le couloir du fleuve est remonté vers le nord ; Lyon est dévasté, la Bourgogne est ravagée. Macon, Beaune et Autun sont menacés. Le Rouergue et l'Aveyron sont "ratissés".

731
Nouvel appel à l'assaut du midi. 15 à 20 000 guerriers et leurs familles sont lancés dans l'aventure depuis Pampelune. Anéantissement du berbère Munusa, responsable des provinces au nord de l'Espagne. Ils passent le col de Ronceveaux et attaquent le Béarn et la Bigorre.

732
L'armée Franque stoppe les musulmans près de Poitiers.

734
Mauronte, le Duc de Provence, conclu un accord avec le gouverneur de Narbonne, selon lequel les musulmans peuvent installer des places fortes sur la rive gauche du Rhône.

737
Charles Martel constitue une armée sous le commandement de son frère Childebrand. Il reprend Lyon. Il assiège Avignon, qu'il prend avec son frère et ils éliminent les musulmans qui ont combattu. L'armée vient mettre le siège devant Narbonne "la musulmane". Une armée ennemie débarque à l'embouchure de la Berre et est écrasée par Charles Martel qui lève le siège de Narbonne, peu soutenu par la population locale et en difficulté dans ses états.

751
Le Duc Waifre mène un raid en Languedoc.

752
Pépin le Bref reçoit l'hommage d'Ansemond pour les villes de Nimes, Agde, Maguelonne et Béziers, mais il est trop tôt, Ansemond, est le seul Wisigoth a réaliser ce geste.

759
Après négociation avec Milon, le wisigoth résistant dans le Minervois, la prise de Narbonne est rendue possible de l'intérieur et la ville tombe.

765

768

777

778

793
Nouvelle guerre sainte vers la Septimanie. Abd Al Rahman assiège Narbonne, ravage ses faubourg et va attaquer les Corbières, dont l'Abbaye de Lagrasse. Après ces razzias, les musulmans songent alors à attaquer ce réduit du Razès qui a toujours été imprenable et qui suscite toutes les convoitises, mais le Duc de Toulouse, aidé des wisigoths locaux les stoppent au Pont d'Orbieu près d'Auriac. Les musulmans sont arrêtés au prix de très lourdes pertes dans les rangs septimaniens.

801
L'armée franque pousse jusqu'à Barcelonne.

812
Raid musulman maritime sur Nice.

838
Marseille est attaquée depuis la mer. Destruction de nombreux monastères.

841
Un raid arrive jusqu'à Narbonne.

850
Arles est attaquée et pillée et l'Abbaye de Saint Cézaire est dévastée.

896
Apt est attaquée.

911
Manosque et Sisteron sont à leur tour attaquées.

916
Embrun est attaquée.

920
Une offensive parvient aux portes de Toulouse.

923
Marseille est attaquée, ainsi qu'Aix.

972
Capture par les sarrazins de Mayolus, Moine bénédictin de son état.
Dans son livre "le trésor de Jérusalem", l'écrivain Roger Facon, avance que Nostradamus recherchait le trésor de pillage des musulmans abandonné quelques part en Languedoc.

Chez notre ami jcdurbant

Dès le second siècle de l’Hégire, les Arabes deviennent les précepteurs de l’Europe. Voltaire
Sans Charles Martel (…), la France était une province mahométane.Voltaire
C’est un des plus grands événements de l’Histoire: les Sarrasins victorieux, le monde était mahométan.Chateaubriand
Il faut rendre justice au culte de Mahomet qui n’a imposé que deux grands devoirs à l’homme : la prière et la charité. (…) Les deux plus hautes vérités de toute religion.Lamartine (1833)
Monsieur Dubois demanda à Madame Nozière quel était le jour le plus funeste de l’Histoire de France. Madame Nozière ne le savait pas. C’est, lui dit Monsieur Dubois, le jour de la bataille de Poitiers, quand, en 732, la science, l’art et la civilisation arabes reculèrent devant la barbarie franque.Anatole France (1922)
Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, le monde aurait changé de face. Puisque le monde était déjà condamné à l’influence judaïque (et son sous-produit le christianisme est une chose si insipide !), il aurait mieux valu que l’islam triomphe. Cette religion récompense l’héroïsme, promet au guerrier les joies du septième ciel… Animé d’un esprit semblable, les Germains auraient conquis le monde. Ils en ont été empêchés par le christianisme. Hitler (1942)
Bien des voix se sont élevées pour tenter de ramener la bataille à sa juste place. En vain, car, érigé en symbole, l’événement est passé à la postérité et avec lui son héros Charles Martel. Il appartient à ce fonds idéologique commun qui fonde la nation française, la civilisation chrétienne, l’identité européenne sur la mise en scène du choc des civilisations et l’exclusion de l’Autre. Françoise Micheau et Philippe Sénac (historiens medievistes)
Cette bataille n’a pas l’importance qu’on lui attribue. Elle n’est pas comparable à la victoire remportée sur Attila. Elle marque la fin d’un raid, mais n’arrête rien en réalité. Si Charles avait été vaincu, il n’en serait résulté qu’un pillage plus considérable. Henri Pirenne (historien)
Martel 732, Le Pen 2002 Affiche FN
La Bataille de Poitiers (732) n’a jamais eu lieu. Nas E Boutammina. (2006)
Recent scholars have suggested Poitiers, so poorly recorded in contemporary sources, was a mere raid and thus a construct of western mythmaking or that a Muslim victory might have been preferable to continued Frankish dominance. What is clear is that Poitiers marked a general continuance of the successful defense of Europe, (from the Muslims). Flush from the victory at Tours, Charles Martel went on to clear southern France from Islamic attackers for decades, unify the warring kingdoms into the foundations of the Carolingian Empire, and ensure ready and reliable troops from local estates. Victor Davis Hanson
Je n’ai jamais entendu un Arabe s’excuser d’être allé jusqu’à Poitiers. Stéphane Denis (2001)
Aujourd’hui les bicots ont dépassé Poitiers. Tunisiano (groupe Sniper, 2003)
Aux frères musulmans résidant dans les pays de la coalition des sionistes et des croisés (…) sachez que le jihad est un devoir. (…) Vous avez l’occasion d’attaquer les chefs des infidèles sur leur propre sol du moment qu’il n’y a pas d’alliance entre vous et eux. Azzam (porte-parole americain, message aux membres des “communautés d’immigrés comme celles vivant en marge de la société dans “les banlieues misérables de Paris, de Londres et de Detroit”, ou celles venues en Amérique et en Europe pour étudier ou pour y chercher leur pain quotidien”, oct. 2010)
Que comprend le spectateur à l’issue de ce spectacle glaçant ? L’armée française, c’est la Wehrmacht ; la police française, la Gestapo ; les policiers français sont des tueurs psychomaniaques ; les terroristes du FLN sont les frères des résistants français de 1940-1944 ; la scène d’ouverture – les massacres de Sétif en mai 1945 – est une transposition d’Oradour-sur-Glane. Cette trame est intentionnelle. Les images d’archives de l’indépendance algérienne (juillet 1962) qui concluent le film renvoient à celles de la libération de Paris qui l’ouvrent. Le devoir appliqué de Bouchareb sera très bien noté au prochain congrès du FLN.
Cette séquence des massacres du 8 mai 1945 à Sétif dure six minutes. Six minutes de désinformation historique absolue ! Bouchareb montre des civils algériens pacifiques, aveuglément mitraillés par les forces de l’ordre. Les soldats, les policiers et les civils tirent les musulmans comme des lapins dans les rues de Sétif. Des dizaines de cadavres sont alignés dans les rues. La répression fut en effet brutale mais elle n’interviendra que plus tard. On ne voit quasiment rien du massacre d’une centaine d’Européens, ni de la large politique d’amnistie qui suivra.
(A) Sétif, le 8 mai 1945. Quatre musulmans sont tués pendant le défilé de la Victoire (l’un voulut brandir le drapeau indépendantiste algérien) mais le premier massacre de masse concerne, ce jour-là, les Européens (109 tués et disparus, dont le maire socialiste de la ville). Il ne s’est pas agi d’une colère spontanée : les quelques émeutiers avaient préparé un plan d’insurrection prévoyant les assassinats d’Européens et l’installation d’un maquis dans le massif des Babors, au nord de Sétif. Il n’y a pas eu de tirs des colons par les fenêtres, ni de tirs de gendarmes à la mitrailleuse. La terrible répression (sur ordre du général De Gaulle) sera conduite dans les jours suivants. Elle fut d’une brutalité inexcusable (au moins 2 500 morts, mais loin des 40 000 victimes annoncées par la propagande du FLN), menée avec les méthodes impitoyables de l’époque mais suivie d’une large amnistie en 1946, totalement ignorée dans le film, et les suspects arrêtés en mai 1945 ne furent pas transférés à Paris.
Le FLN et le MNA sont nés en 1954 et pas en 1945 et De Gaulle n’était plus aux affaires en 1954. L’un des frères, Messaoud, affecté au 3e RTA, ne pouvait pas être parachutiste en Indochine (surtout largué à Diên Biên Phù par un C-130 américain !) ; après dix ans de service, il aurait dû être au moins sergent. Ce sont des harkis qui ont démantelé la plupart des commandos du FLN à Paris et la Main rouge, une organisation contre-terroriste montée par les services spéciaux, n’intervint jamais en métropole. C’est le FLN et le MNA qui ont pratiqué des noyades dans la Seine en 1961, pas la police (sauf un cas, jamais confirmé), qui n’a pas fait exploser de voiture en métropole. Le convoyage par le FLN d’autobus bourrés d’armes d’Allemagne vers la France est invraisemblable : il y avait assez de ports en Allemagne pour les embarquer. Valeurs actuelles

Qui arrêtera les nouveaux Sarrasins de la vérité historique ?

Multiplication des erreurs historiques, concentration en une seule journée d’émeutes musulmanes de 5 jours et d’une repression francaise de 15 jours, inflation hors de toute proportion du nombre de victimes de la seule répression francaise, passage sous silence d’une centaine de victimes européennes aux cris de À bas la France” et “À bas les juifs” sans compter les centaines de blessés et de musulmans assassinés pour leur francophilie …

Au lendemain de la mort du président de la région Languedoc-Roussillon Georges Frêche qui avait non seulement tenté en vain de redonner a sa région son ancien nom de Septimanie …

Mais aussi vaillamment resisté contre la nouvelle tryrannie du politiquement correct de son propre parti …

(jusqu’a  faire mettre en berne tous les drapeaux de sa ville en 1982 lorsque le ministre des Relations extérieures de Mitterrand – le mêmeCheysson qui avait confirmé que la France ne ferait rien contre le coup d’Etat de Jaruzelski contre le syndicat Solidarnosc – était allé s’incliner en Algérie devant la tombe des soldats du FLN ou traité de sous-hommes des harkis un peu trop défaitistes!) …

Pendant qu’aux EU on licencie un commentateur de la radio publique pour avoir évoqué sa crainte des jihadistes comme on dénonce enFrance un politologue respecté qui s’est laisse piéger par Facebook alors qu’un porte-parole supposé d’Al Qaeda rappelle aux immigrés de l’Occident leur devoir de jihad …

Et en ce 1278e anniversaire de la bataille de Poitiers (Pardon: de  "l’Allée des martyrs;") voué comme les autres, sauf exceptions systématiquement disqualifiées comme droitistes (ou de vaines gesticulations contre les magnétoscopes japonais), a  l’indifférence du plus grand nombre voire au mépris quand ce n’est pas aunégationnisme pur et simple de, historiens compris, nos dhimmis de service …

Qui vit, un 1er jour de Ramadan,  le Maccabee franc (et batard pilleur occasionnel d’eglises lui-meme) Charles Martel s’allier au Duc d’Acquitaine Eudes pour empêcher non seulement  la mise à sac du sanctuaire national des Francs de Saint-Martin de Tours par le "serviteur du Miséricordieux;" de la douce Cordoue Abd al-Rahmān …

Mais porter un premier coup d’arrêt aux incursions musulmanes au nord des Pyrénées avant, mis a part quelques dernieres razzias sousCharlemagne et Guillaume de Provence (ou jusqu’au XIXe siècle sur nos cotes par les pirates barbaresques a l’origine, qui le sait encore, a la fois de la création des Marines américains et de la conquete d’Algérie), de les chasser définitivement de leurs bases de Septimanie justement ….

Retour, avec Valeurs actuelles, sur la derniere razzia en date, contre la vérité historique cette fois, du cinéaste franco-algérien Rachid Bouchareb.

Qui, non content d’avoir fait sauver la France a ses Indigenes, justifie a l’avance leurs exactions dans son dernier film (Hors la loi) en présentant la tragédie de Sétif du 8 mai 1945 comme le produit de laseule barbarie francaise …LA SUITE ICI

Partager cet article
Repost0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories