Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 19:28

Bibi tend la main à la Syrie

Par JPOST.FR 
07.02.10

Au terme d'une semaine de tensions insidieuses entre la Syrie et Israël, le Premier ministre Netanyahou a voulu coupé court : "Israël aspire à faire la paix avec tous ses voisins", a t-il déclaré dimanche à l'ouverture du conseil des ministres. Il a rappelé qu'Israël avait déjà signé des traités de paix avec la Jordanie et l'Egypte et pouvait "très bien faire la même chose avec la Syrie et les Palestiniens".

Binyamin Netanyahou. 
PHOTO: AP , JPOST

Prêt à négocier mais sans conditions requises ou concessions poussées de la part de l'Etat hébreu à ces pourparlers. Ces conditions requises tiendraient, selon Netanyahou, lieu et place de "négociations" et n'auraient aucun sens.

Un optimisme surprenant

La médiation turque entre Israël et Damas a pris fin à l'issue de l'opération militaire de Tsahal à Gaza en janvier dernier. L'hostilité croissante d'Ankara vis-à-vis d'Israël n'a pas aidé à la reprise des négociations entre Israël et son voisin syrien.

Netanyahou a ajouté qu'un traité de paix avec la Syrie devrait nécessairement inclure un accord complet et ferme sur les questions de sécurité : "Ces négociations doivent nous mener à assurer les intérêts vitaux de la nation, à commencer par sa sécurité. Je doute qu'un traité de paix sans accord complet et ferme sur les questions de sécurité ne tienne longtemps."

Après l'escalade d'agressivité entre les deux pays, l'optimisme du Premier ministre crée la surprise. Il y avait en effet d'abord eu les menaces du ministre des Affaires étrangères syrien, Walid Moallem, sur le déclenchement d'une guerre entre les deux pays qui "toucheraient gravement les centres urbains israéliens". Et juste après, l'avertissement du chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman : "La Syrie ne survivrait pas à un autre affrontement militaire".


Netanyahou: Israël veut la paix avec ses voisins

[Dimanche 07/02/2010 13:17]

 

Les nouvelles tensions entre Israël et la Syrie suscitent des craintes, justifiées ou non, chez certains membres du gouvernement Netanyahou qui n’ont pas apprécié outre mesure les déclarations du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman en direction de Damas.

Tenant visiblement à calmer le jeu, le Premier ministre a abordé le sujet dimanche matin, lors de la réunion hebdomadaire de son gouvernement. Mais il a pris soin au préalable, ces derniers jours, de recommander à ses ministres de garder le silence et de ne pas répondre aux questions des journalistes concernant la Syrie.

Evoquant pour la première fois en public la situation dans le secteur, Netanyahou a déclaré notamment qu’Israël souhaitait la paix. Et de préciser: « Israël veut conclure des accords de paix avec tous ses voisins, nous l’avons fait avec l’Egypte et la Jordanie et on peut donc procéder de la même façon  avec la Syrie et les Palestiniens ».

Il a toutefois émis quelques réserves, en rappelant qu’il fallait pour cela respecter deux conditions. « Avant tout, les pourparlers doivent se dérouler sans conditions préalables qui nous contraindraient à accepter des concessions démesurées et impensables. Et second point: le traité devra être assorti de règlements sécuritaires ». « Sans ces mesures de sécurité, a souligné Netanyahou, aucun accord ne tiendra ».

Netanyahou, présentant clairement ses positions officielles, a encore affirmé: « Nous voulons conclure des traités de paix qui durent des dizaines d’années, pour les générations futures ». Et c’est là qu’il a annoncé que « les négociations avec les Palestiniens devaient débuter prochainement » en ajoutant qu’il espérait également « entamer des discussions avec la Syrie ».

Mais en fait, la réunion devait porter essentiellement, ce dimanche, sur un programme visant à réduire la dépendance actuelle au pétrole. Netanyahou a expliqué: « Certains pays, qui détiennent le pétrole, soutiennent le terrorisme », faisant entre autres allusion à l’Iran. Et de souligner: « Ce problème touche le monde entier et exige donc un effort au niveau international ».

Netanyahou a rappelé qu’il avait discuté de la question, tout récemment, avec la chancelière allemande Angela Merkel, avec le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, en visite la semaine dernière en Israël, avec le Premier ministre polonais Donald Tusk et avec d’autres encore « qui avaient manifesté un réel intérêt pour cette question ». Toutefois, Netanyahou n’est pas très optimiste et estime qu’il faudra encore beaucoup de temps avant de pouvoir appliquer un tel programme.

par Claire Dana-Picard
http://www.actu.co.il/
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories