Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 14:11

 

 

yehouda-guenassia.JPG

 

''D.ieu le monde et les signes'' 

Par Yéhouda Guenassia

Pour aschkel.info et lessakele.

 

 

http://www.therapienligne.com/

Le monde, ni D.ieu, ni l’absence ne se laissent représenter. Plus encore que d’un interdit, il s’agit d’une impossibilité. Mais cette impossibilité, une fois conçue, est source de toutes les puissances de la Création. Les signes ne ressemblent pas au monde et pourtant, seuls ils en peuvent contenir la figure et en désigner la limite. Des signes, nous faisons quotidiennement un usage hâtif, inconsidéré, un usage diabolique. Or prendre soin des signes, de leur figure, de leur secrète nature, c’est en faire un usage symbolique qui littéralement tisse ou retisse la substance du monde, et nous lie ou nous relie: c’est prendre soin du monde et prendre soin de nous.

 

 Une des plus grandes choses que nous pouvons apprendre de notre Tradition,  c’est comment passer par la douleur de la vie, sans souffrance.

 

 Le Zohar explique que la douleur épure et enlève les coquilles de la négativité (Klippot) qui entourent notre lumière intérieure. Ces coquilles sont créées par nos actions négatives, elles couvrent et limitent notre développement spirituel. Elles sont des barrières entre nous et la Lumière.

 

 La souffrance est juste une résistance à cette douleur.

 

 Nous approchons souvent nos vies quotidiennes avec la mentalité d’éviter la douleur à tout prix. Et au moment où nous la sentons, nous recherchons immédiatement des manières de l'anesthésier. Le Zohar enseigne qu'en résistant à la douleur, nous créons seulement de plus grands problèmes pour nous-mêmes dans l'avenir.

 

La douleur est transitoire, tandis que la souffrance en restant autour de nous   nous maintient prisonniers.

 

Et c’est ainsi chaque fois que nous nous investissons complètement dans un travail et qu’il échoue, chaque fois que quelqu'un que nous aimons part au loin, chaque fois que notre confiance est brisée, en d'autres termes, chaque fois que nous prenons un risque et qu’en retour nous sommes blessés.

 Contrairement à ce que nous ressentons dans l’instant, la douleur est en  réalité un signe que quelque chose de bon est en train de se passer. Pensez aux moments douloureux de votre passé. Est-ce que ce que j’écris sonne juste pour vous ?

 

 Ainsi, il est important de se souvenir au seuil de cette nouvelle année, que paradoxalement  la douleur est bonne - elle est là pour  fendre nos Klippot.

Suite à cette séparation douloureuse mais guérissante, nous serons plus forts, plus sain(t)s et aurons ainsi atteint une étape supplémentaire vers  notre réalisation véritable.

 

 

‘’Il nous faut accepter notre existence aussi loin qu’elle peut aller; tout et même l’inouï doit y être possible. C’est au fond le seul courage qu’on exige de nous; être courageux face à ce que nous pouvons rencontrer de plus insolite, de plus merveilleux, de plus inexplicable.’’

 

Shana Tova à tous et à chacun le meilleur… 

 

Yehouda Guenassia 

http://www.therapienligne.com/

Partager cet article
Repost0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories