Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 09:54

 

 

Les autres synthèses

Banner Alain Rubin

 

 

 

Enderlin, la haine de soi ? (suite)

Par Alain Rubin

pour aschkel.info et lessakele.

 

Suite à la publication hier du texte de notre ami Félix de Yérouchalmi que je trouvais assez indulgent à l'égard d'Enderlin, voici d'Alain Rubin un commentaire ou plutôt une suite logique...

 

Merci à Félix et Alain

 

Charles Enderlin ou la Haine de Soi 

 

 

L’article de notre ami concernant ce personnage que je ne qualifierai pas, -les mots de la langue française sont trop nombreux pour le faire et je ne sais lequel choisir-, est un excellent article. Mais je crois qu’il pêche par un côté: l’indulgence.

Indulgence en effet, que de trouver « la haine de soi » pour explication qu’un homme, un Juif, ait débité des mensonges ou des « vérités » factuelles  tellement torturées qu’ils ont débouché sur un mensonge aux effets meurtriers ravageurs d’envergure planétaire.

La haine de soi, expliquerait : qu’il est possible de jouir l’âme en paix, en apparence tout au moins, d’un exercice partisan et propagandiste du métier de journaliste ?

Elle expliquerait que l’on puisse ainsi informer, en mentant effrontément, quelles que soient les conséquences de cet exercice ?

Peut-être. Mais je crois pour ma part que ce me semble accorder des circonstances atténuantes, dostoïevskiennes, à quelqu’un de beaucoup plus simple, quelqu’un qui ne les mérite pas, entrant dans la catégorie de ces « hommes ordinaires » dont on parle depuis quelques années au sujet des membres des unités d’einsatzgruppen.

Il me semble, en y réfléchissant, que mettre ce type de « journaliste » dans la catégorie des créatures souffrantes, déchirées, opposées à elles mêmes, en faire une variété politique et ethnoculturelle du transsexualisme, c’est donner des motifs humains, que l’on peut et doit comprendre, à une attitude d’un autre ordre.

Dans les faits, nous avons cet homme et quelques autres, qui travaillent quotidiennement comme si ils détestaient ce qu’ils ont reçu en patrimoine génétique et culturelle produit par une culture trois fois millénaire.

Si j’ai bien lu l’article de notre ami, l’homme Enderlin, en ayant la haine de soi, souffrirait. Au fond de lui-même, il se détesterait. Il se répugnerait de ce que ses parents l’on fait et il tenterait de l’oublier en  répandant à la cantonade un mensonge qui a provoqué des meurtres, fanatisé des populations, et en apparence, il en jouirait par la notoriété ainsi acquise ; recevant ici un prix, là une médaille, ailleurs encore rencontrant des « grands » de ce monde. Mais l’homme souffrirait en silence. Il souffrirait de faire mal à l’objet de son amour profond, parce que, vous savez, en tout cas l’article nous le rappelle, il est sioniste le bougre... Eh oui, sioniste, l’homme qui a inventé ou cautionné la mise en scène du meurtre du petit Al Dura.

Il paraît donc qu’il est sioniste depuis 1968. 42 ans dit-il, 42 années de sionisme... il a fait son Alya, avant ou après mai-juin 68.

Personnellement, j’en connais d’autres, qui ont fait leur Alya avant notre journaliste vedette, et qui, comme lui, sont journalistes ; oh pas journaliste vedette, pas star du micro et de la caméra et du stylo, mais quand même, journaliste starlette, dans un grand quotidien de référence ou une agence de presse de renommée mondiale. 

Comme notre faiseur d’Alya ancienne de 42 années, ils font aussi profession de taper, taper, taper et taper encore sur Israël, quoiqu’il fasse et quoi qu’on lui fasse. C’est comme qui dirait une seconde nature. Haine de soi ? Ils sont Juifs, enfants ou parents de victimes de la shoah, fils de militants de la yiddishkeit, mais ils tapent et tapent et retapent sur Israël. Les méchantes langues disent aussi qu’ils font la retape... Manifestement, ils donnent l’impression de ne savoir faire que cela, à part camoufler ce qui se fait en face.

Comparaison n’est pas raison, dit-on. Certes, mais ça aide à comprendre certain mécanismes.

J’ai bien connu un autre ancien jeune homme, lui-même autre ancien sioniste. Son Alya, il a dû la faire deux ou trois ans avant notre journaliste vedette. Il était socialiste, sioniste socialiste, de l’école de Bochorov. A ma grande honte, j’ai fait une réunion chez ses parents et je l’ai convaincu de s’orienter vers le marxisme version Quatrième internationale. Il a tout de même fait sa montée en Eretz Israël. Mais son objectif n’était plus le même. C’est ainsi que le petit groupe de quelques presque encore adolescents se retrouvera au kibboutz de Tsellim où il se constituera assez rapidement en groupe « Avant-garde d’Israël », section du Comité international de la Quatrième internationale.

Peut-être Charles Enderlin eut-il les mêmes motivations que ce petit groupe qui s’enivrait de paroles sur « l’imminence de la révolution », sur la destruction nécessaire de l’état clérical sioniste par une « assemblée constituante élue par les Juifs et les Arabes pour fonder la nation palestinienne et la république commune, laïque et démocratique ».

Ce langage et cette perspective ectoplasmique ayant cédé la place à un prétendu froid réalisme, les amènera au soutien, coûte que coûte, à une prétendue « révolution palestinienne », identifiée au Fatah et à l’OLP, puis même et aussi au Hamas. Ils feront alors comme de leurs prédécesseurs qui identifiaient, à la même époque, la lutte contre l’impérialisme américain à la prise du pouvoir du stalinisme au Vietnam, en scandant en sautillant dans les manifestations : « O ! O ! O ! O Chi Minh ! FLN vaincra !! ». Après que des centaines de milliers d’ouvriers et paysans vietnamiens aient fui la dictature de la bureaucratie stalinienne à la sauce aigre douce, on les entendra moins. Ils ne changeront pas de registre mais seulement d’objet d’idolâtrie politique. FLN vaincra laissera place à « Palestine vaincra !! », accompagné des mêmes sautillements dans les manifestations.

Revenons à nos jeunes gens. Ils savaient ou avaient appris des choses sur la faillite de la seconde internationale. La guerre mondiale, la première, avec ses figures de proue internationalistes, c’était leur catéchisme. Ils se prirent pour Karl Liebknecht. Comme celui-ci le proclama devant le Reichstag, en refusant le vote des crédits de guerre fin 1914 : « l’ennemi est dans notre propre pays ! L’ennemi, c’est d’abord notre propre  bourgeoisie ! »

Ils se croyaient spartakistes ou bolcheviques ; ils se croyaient combattre un tsarisme combiné à un militarisme prussien, en la personne de « leur propre bourgeoisie », à savoir l’état d’Israël. Ils retiendront du marxisme révolutionnaire la formule à l’emporte pièce de Karl Liebknecht. Elle leur servira ensuite de clé unique du succès journalistique, pour caresser dans le sens du poil une opinion médiatique moyenne formatées par la potion antisioniste : « l’ennemi est dans notre propre pays » ! L’état d’Israël étant, par principe, cet ennemi qui est notre ennemi, quoi qu’il dise ou fasse.

Ces jeunes gens remplacèrent le marxisme révolutionnaire par le folklore et par la posture révolutionnaire ; et quand ils cessèrent de croire à l’imminence de la révolution prolétarienne mondiale, ce qu’ils avaient appris leur servi d’école supérieure de journalisme et de preuve d’un niveau d’expertise monnayable. Procès d’intention ? Observez, dîtes- moi s’ils sont OS dans une entreprise, ces anciens jeunes gens ? Lisez les noms des membres des rédactions, intéressez vous à leur parcours. On verra ainsi que la haine de soi n’est pas nécessairement le moteur à faire ânonner : Méchant Israël ! Ouh ! Ouh !!  Méchant le sionisme. Ce chœur de vierges défraichies, n’est pas vraiment pathologique, c’est plutôt, pour certains, une version,  puissance mille, du chanteur des rues ou du schnorrer vous demandant : non pas, t’as pas cent balles, mais, t’as pas dix mille balles ».

En d’autres termes et pour conclure : je veux bien que certains de ces ex jeunes sionistes ayant fait leur Alya aient peut-être des excuses, et que leur papa était un méchant et odieux rabbin qui les obligeait, dès l’âge de trois ans, à passer de l’apprentissage de l’hébreu biblique à l’étude du Talmud et même à celle de la Kabbale, ou un bundiste coureur de jupons, je veux bien tout, même la haine de soi ; mais vraiment, dans le cas considéré et dans celui de quelques collègues du personnage en question, les excuses psychologiques n’expliquent pas, me semble-t-il, et surtout, ne peuvent excuser l’esprit typiquement mercenaire, la malveillance unilatérale, cet esprit qui fut autrefois si typique de la cohorte des compagnons de route du stalinisme devenus aujourd’hui compagnons de route, rétribués ou non, de l’islamisme, -souvent de sa facette « islam des lumières », et de cette autre facette qu’est « l’oppression du peuple palestinien par les méchants sionistes ».

Alain Rubin

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aschkel 19/08/2010 14:34



Cher Félix


Alain est un intervenant-rédacteur de ce site et sa plume est trés appreciée des lecteurs.


Je ne pense pas qu'il critique ton article bien au contraire, il a simplement souhaiter rajouter sa touche personnelle et je l'en remercie, comme je te remercie
aussi pour cet article.


 


Quoi qu'il en soit on se passerait bien de ce méprisable personnage d'Enderlin



Félix Perez 18/08/2010 13:47



Alain Rubin dépense bien inutilement son énergie et son encre pour dire en 2 mots : a) Enderlin n'a pas les circonstances atténuantes d'une psychiatrique maladie "haine de soi" et b) ses effets
sont bien plus délétères que ceux d'un malade atteint de cette maladie.


Seul problème mon article a) ne donne aucune circonstance atténuante à Enderlin mais explique les ressorts de ce qui est bel et bien une folie de haine et b) mon article illustre les conséquences
de cette folie  jusqu'à "l'initifada France 2000" et la "démolition d'israël et de son Etat".


Alain Rubin laisserait penser qu'il existe aussi une autre maladie "la haine d'Enderlin" qui déborde largement les condamnations totales de cet individu pour aller accuser jusqu'à... ses
accusateurs !


M. Rubin, SVP sachez raison garder et économiser vos arguments pour des causes plus utiles !



Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories