Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 19:39

 

 

 

 Bann logo bruit de bottes

 Pour aschkel.info et lessakele.

 

Par Gilles 

Pour aschkel.info et lessakele.

 

 

 

Guerre d’Iran, pétrole et piège russe.

 

Alors que l’attaque contre l’Iran nucléaire se précise il convient d’analyser le jeu des différents acteurs ainsi que les causes et conséquences de la frappe afin de ne pas renouveler les incertitudes chaotiques qui se dessinent en Irak et en Afghanistan.

Les acteurs :

Sept ensembles d’acteurs sont prioritairement concernés par cette affaire ; l’Iran, les pays arabes, l’Inde et la Chine, la Syrie et la Turquie,  Israël et l’Occident, l’Azerbaïdjan, la Russie.

L’Iran en premier lieu, qui est gouverné par une théocratie terroriste et assoiffée de grandeur passée. Premièrement, l’Iran finance et organise une vaste part du terrorisme mondial, en particulier via le Hezbollah (pour exemples tirs de roquettes et attentats au Nord d’Israël, les attentats en France des années 80, les attentats en Amérique du Sud – Argentine par le Hezbollah et Colombie avec l’aide des FARC - , les projets d’attentats aux Etats-Unis …). L’Iran patrie du Chiisme - 92% de la population est chiite -  soutient même à l’occasion les terroristes sunnites d’Al-Qaïda (hébergement vraisemblable de Ben Laden, refuge pour les terroristes sunnites recherchés tel l’infâme Saleh Al-Qaraoui ...). Ce lien entre terrorisme chiite et sunnite n’est d’ailleurs pas nouveau, l’ayatollah Khomeiny en personne avait prôné dans son testament l’unité des sunnites et des chiites contre le Wahhabisme – croyance de la famille régnante saoudienne - . Il ne fait, par ailleurs, aucun doute que le Hezbollah et Al-Qaïda soient liés depuis environ cinq années en une sorte de nébuleuse terroriste permettant au Parti de Dieu de revendiquer certains de ses attentats au nom de la Base – protégeant ainsi le commanditaire iranien - et à la Base de profiter de la logistique internationale et de financements du Parti de Dieu.

Deuxièmement l’Iran cherche à maîtriser le nucléaire militaire ainsi que les vecteurs balistiques destinés à lancer des ogives atomiques. L’Iran, par la voix de son président et de son Guide suprême a ainsi menacé à de multiples reprises de rayer Israël de la carte, des menaces identiques ont été proférées à l’encontre des pays arabes du Golfe. Il est évident que le monde ne peut laisser l’arme nucléaire aux mains d’une poignée d’illuminés terroristes, il s’agit là de la principale justification d’une frappe préventive.

Les pays arabes – pays du Golfe, Irak, Jordanie, Egypte - : à majorité sunnite, voire wahhabite pour l’Arabie saoudite, ils voient d’un très mauvais œil l’aggressivité perse et son rôle d’élément déstabilisant du Moyen-Orient. Ils savent qu’ils seront les premières cibles d’une attaque iranienne et leurs actuels effets d’annonce ne trompent personne, ils fourniront le pétrole et ouvriront un espace aérien nécessaire à une frappe aérienne internationale, tout heureux que d’autres puissent effectuer le travail.

L’Inde et la Chine : ces deux pays puisent leurs ressources énergétiques principalement en Iran, en totale explosion vers un monde meilleur, ils ne peuvent se permettre le risque d’une rupture d’approvisionnement en pétrole et en gaz naturel, aussi ils investissent – souvent de façon concurrentielle - dans des projets industriels gigantesques en Iran (exploitation de champs gaziers et pétrolifères, projet de pipe-line vers l’Asie …). Ils s’accommoderont d’un Iran nucléarisé mais sont aussi très pragmatiques, qu’on leur assure un approvisionnement énergétique certain et ils demeureront de simples observateurs attentifs.

La Syrie et la Turquie : ces deux pays sont gouvernés par des fourbes et des tricheurs, tous deux jouent les équilibristes sur l’axe du mal, navigant entre promesses éthiques et double jeu abject. Ils achètent leur tranquillité politique dans la servitude face à l’Iran tout en espérant que ce pays soit un jour maté par l’Occident. Ils se tourneront après l’attaque contre l’Iran vers le vainqueur, toujours tenant dans une main une sébile et dans l’autre un rasoir.

Israël et l’Occident (Otan) : pour deux raisons différentes - et un lien solide – ils ne peuvent admettre un Iran possédant des capacités nucléaires militaires. Israël est, nous l’avons vu, directement menacé par une frappe nucléaire iranienne et ne  doit sa survie physique qu’à sa doctrine de guerre préventive, il est donc le premier concerné par une attaque sur l’Iran. L’Occident ne peut se permettre le risque d’un embrasement du Moyen-Orient pour des raisons stratégiques énergétiques. De plus les Etats-Unis sont un soutien fidèle, direct ou indirect, d’Israël. A noter, cependant, le manque de lisibilité dans la gouvernance de la présidence américaine actuelle, si l’Otan, le Pentagone, le ministre de la Défense R. Gates et la Secrétaire d’Etat H. Clinton sont favorables à une frappe sur l’Iran, le Président et Commandant en Chef Obama semble encore naviguer sans visibilité.

L’Azerbaïdjan : son cas est intéressant, il possède avec Bakou d’énormes réserves pétrolières et gazières, il est l’ami des Etats-Unis et d’Israël mais n’a cependant pas coupé tout lien avec la Russie, pour l’exemple, il accueille sur ses tarmacs des chasseurs et des bombardiers américains et israéliens tout en louant la base radar de Gabala à la Russie grâce à  laquelle elle surveille l’ensemble de l’espace aérien iranien et une bonne part de l’espace du Moyen-Orient ; il abrite des « Grandes Oreilles » américaines et israéliennes tout en neutralisant sur son territoire le projet Nabucco qui gène la Russie. Cette situation peut cependant évoluer favorablement en faveur de l’Occident, le gouvernement et le peuple azerbaïdjanais tolérant de moins en moins le soutien russe à l’Arménie avec laquelle l’Azerbaïdjan est en guerre au sujet de la région du Haut- Karabakh revendiquée par les deux nations. Au-delà,  l’Azerbaïdjan s’attend et se prépare à une contre-attaque iranienne en cas de bombardement allié sur l’Iran.

La Russie : le rôle trouble de la Russie dans cette affaire est à la mesure de son rêve de grandeur. Son jeu est identique depuis 75 ans maintenant, il consiste à gêner les Etats-Unis tout en tentant de maîtriser la situation. Sur le long terme, cependant, la Russie – ou l’URSS avant - a toujours perdu, Staline a signé le pacte germano-soviétique et les nazis l’ont finalement attaqué, elle a défendu la dictature communiste en Asie et ne reste d’économie communiste que l’exemple effarant nord-coréen, elle a fait le jeu du terrorisme pro-arabe et se retrouve confrontée au terrorisme islamique … Dans l’affaire qui nous concerne, elle freine les sanctions internationales économiques et financières contre l’Iran tout les signant puis en alimentant le réacteur nucléaire de Bouchehr et en positionnant des systèmes de missiles S300 en Abkhazie . Mais ne nous y trompons pas, le trouble jeu du gouvernement russe est clair : il poursuit son travail de sape contre l’Occident tout en sachant qu’un Iran nucléaire est inacceptable pour sa stratégie dans la région. Pour cela, il souhaite une frappe sur l’Iran et possède trois atouts essentiels :

-           Les guerres sont ruineuses et celles en cours affaiblissent déjà l’économie occidentale ;

-            Un Iran écrasé mettra nécessairement en difficulté l’approvisionnement énergétique de son pire ami, la Chine ;

-           Un chaos énergétique successif à la frappe pourrait être favorable à la Russie et c’est ce point que nous développerons ci-après.

La frappe aura-t-elle lieu ? A priori oui, un Etat terroriste maitrisant le feu nucléaire est inacceptable pour la communauté internationale.

Dans quelles conditions ? Deux scénarios se dessinent :

-           Dans le premier, Israël est las d’attendre tout en sachant que sa survie est en jeu, avec l’accord –forcé ou non- des Etats-Unis, il lance la chasse et advienne que pourra.

-           Dans le second, le président Obama, qui sait que les sanctions sont totalement inutiles, prend enfin une décision non symbolique et une action coordonnée Otan-Israël frappe l’Iran dans un déluge de feu encore jamais vu de mémoire humaine.

Les conséquences de la frappe : elles sont, sur le court et moyen terme, de trois ordres au moins.

1.       L’Iran est sans illusion, même s’il contre-attaque violemment avec des missiles balistiques, les frappes – limitées si Israël agit seul dans un premier temps, extraordinairement massives en cas d’attaque alliée – seront efficaces au contraire de sa défense anti-aérienne. En d’autres termes, les installations d’armements nucléaires et/ou les installations militaires du pays vont se faire aplatir.

 

2.        Ne reste à l’Iran qu’une alternative, mettre la région à feu et à sang, il procède à des tirs de missiles sur l’ensemble de la région, mine le détroit d’Ormuz et attaque les forages et les champs gaziers off-shore de Bakou. Car tel est le plan iranien, semer l’apocalypse.

Sa base navale de Bandar Abbas est en alerte permanente afin d’ordonner à ses navires largueurs de mines d’entrer en action, idem pour les sous-marins de type Kilo ainsi que les micro sous-marins nord-coréens qu’il possède, ils n’ont aucune chance dans un combat conventionnel mais sont chargés de mines maritimes prêtes à être larguées.

Le 22 juin dernier, l’Iran annonçait un renforcement de ses forces militaires au Nord, près de la Caspienne, les analyses qui ont été produites à cette occasion semblent incomplètes, si l’Iran, dans sa logique meurtrière, a de bonnes raisons d’avoir des griefs à l’endroit de l’Azerbaïdjan, c’est la production pétrolière et gazière qu’il vise. Des sources sûres indiquent que l’Iran a acheminé récemment – par voie ferrée - ses nouveaux micro sous-marins d’origine nord-coréenne afin d’attaquer et de miner la zone maritime de Bakou. La Marine azerbaïdjanaise mène en ce sens des manœuvres préventives autour de ses sites de production énergétique.

3.        En conséquence, soit les capacités militaires iraniennes sont anéanties en moins de 5 jours soit un chaos pérenne s’installe dans la région.

 

C’est précisément ce chaos que vise la Russie pour différentes raisons :

-           In fine l’Iran perdra son industrie nucléaire et c’est un grand soulagement russe …

-           L’Iran sème le chaos des sites de production et des voies énergétiques autour d’Ormuz et tout l’Occident et ses alliés se retrouvent en difficulté,

-           L’Iran sème le chaos en mer Caspienne et principalement autour de Bakou, la Russie vient au secours de l’Azerbaïdjan et en confisque à terme les champs gaziers et pétrolifères,

-           Le chaos sur l’Iran prive l’Inde et la Chine en énergie éliminant ainsi les concurrents émergeants stratégiques de la Russie,

-           L’Occident met des semaines voire des mois pour nettoyer la situation – déminage -  et court ainsi un nouveau risque d’embourbement,

-           Le monde se retourne vers la Russie qui est maintenant l’unique pays à pouvoir fournir la sécurité énergétique, la Russie devient donc le maître du monde,

-           De plus et dès à présent, l’Occident se voit obligé de négocier avec la Russie une certaine sécurité énergétique au cas où, ainsi que la sécurité énergétique de la Chine afin que celle-ci accepte les plans occidentaux, le sourire carnassier des dirigeants russes brille actuellement de mille diamants …

Conclusion :

Il est plus que temps pour le Président Obama d’ouvrir grand les yeux ; concernant l’arrêt des programmes nucléaires militaires des mollahs, la situation est perdue et on ne rattrape pas un couteau qui tombe.

Le boulot doit être fait !  Les plans d’attaque sont prêts, ils sont sur la table, les forces alliées sont prêtes, le régime fou des mollahs doit tomber avec tout son arsenal de destruction massive.

Au plus tôt et au plus fort nous frappons et moins le chaos prévisible a de risques de s’instaurer. Sans cela, les mondes - juif, arabe et occidental - risquent fort de devoir envisager une nuit sans fin.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories