Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 07:21

 

 

 

 

« Je suis l’un des Juifs de Malmö » Témoignage recueilli

 

par Isabelle Kersimon en Eretz.

 



« Je m’appelle Aaron H. (son nom a été changé). Je suis né en Pologne en 1954. Ma mère, conduite dans le camp de concentration d’Auschwitz dès 1939, fut libérée par l’Armée Rouge en 1945. Elle pesait 30 kilos.

 

Croyez-moi si vous voulez, mais c’est un nazi qui a veillé sur elle toutes ces années. Un responsable du camp. Je n’ai raconté cette histoire à personne. Cet homme a sauvé ma mère en lui permettant de se nourrir, en lui évitant les représailles létales des Allemands suite à un sabotage, et en l’avertissant de la progression des forces delibération : « Ne vous inquiétez pas ; vous serez sauvée. Moi je dois partir d’ici au plus vite. » Ma mère l’a croisé une seule fois dans les rues après la guerre. Elle souhaitait le présenter à mon père, le remercier. Il a fui, par peur de la dénazification. Je ne connais passon nom. Les anciens m’ont raconté qu’il était appelé Herr Meister, au camp. Nul ne l’a jamais revu.


Je suis né en Pologne en 1954. Mon frère aîné a vu le jour en 1947.Nous vivions en Pologne, sous régime communiste, lorsque les Arabes ont attaqué Israël en 1967. Après la fin de la guerre des Six-Jours, le climat antisémite dans les pays communistes satellites de la Russie a été porté à son comble. Ils ont accusé Israël d’avoir initié la guerre et agressé les Arabes. Ils sont allés jusqu’à obliger la communauté juive à applaudir à leurs discours, contre son gré, quand ils ont fait ces déclarations.

 


 

J’avais 16 ans quand nous avons quitté la Pologne, chassés par les communistes qui avaient ordonné aux Juifs de quitter leur pays. Six mille d’entre eux se sont rendus en Israël. Ma famille s’est installée à Malmö, en Suède, où résidaient déjà mon frère et son épouse. C’était en 1971.


A notre arrivée dans le camp de réfugiés, nous avons appris la langue vernaculaire et trois mois plus tard, nous nous installions. Malmö est la troisième ville de Suède. Elle compte 300 000 habitants. Et environ 700 Juifs. Ils étaient 3 000 auparavant, c’est-à-dire vingt ans plus tôt. Certains d’entre eux ont immigré à Stockholm, Göteborg, Uppsala. D’autres ont rejoint Israël.

 


Nous vivions en paix à Malmö, jusqu’à la guerre du Liban 2006. Et, surtout, jusqu’à Gaza 2009. Dans les rues, les musulmans ont appelé à la mort des Juifs et d’Israël. Comme dans nombre de villes européennes. Ils ont accusé l’Etat juif d’avoir assassiné 1 400 innocents. Ils étaient jeunes. Ils ont jeté des pierres et des œufs pourris sur les Juifs qui contre-manifestaient pour exprimer leur désaccord.


La police suédoise n’a pas réagi. Elle nous a conseillé de nous échapper par les ruelles.


Depuis, les responsables de la communauté, de ce qu’il reste de la communauté juive de Malmö, reçoivent des intimidations et des menaces par téléphone.


Ilmar Reepalu, maire de la ville, a résolu l’équation du problème à sa manière : selon lui, les Juifs n’ont qu’à se désolidariser d’Israël s’ils ne veulent pas d’ennuis. Dans le cas contraire, ils en subiront les conséquences. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories