Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 13:01

Vayé'hi - 

Genèse 47, 28 - 50, 26

Jacob vit les 17 dernières années de sa vie en Égypte. Avant sa mort, il demande à Joseph de faire le serment qu’il l’enterrera en Terre Sainte. Il bénit les deux fils de Joseph, Manasseh et Ephraïm, les élevant au statut de ses propres fils comme fondateurs de tribus au sein du peuple d’Israël.

Le patriarche souhaite révéler la fin des temps à ses enfants, mais il en est empêché. Jacob bénit alors ses fils, attribuant à chacun le rôle de sa tribu : Judah produira des chefs, des législateurs et des rois ; les prêtres viendront de Lévi, les savants d’Issakhar, les navigateurs de Zévouloun, les maîtres d’école de Chimone, les soldats de Gad, les juges de Dan, les producteurs d’olives d’Acher, etc. Ruben est blâmé pour avoir « troublé le mariage de son père », Chimone et Lévi pour le massacre de Chekhem et le complot contre Joseph. Naphtali se voit attribuer la rapidité d’une gazelle, Benjamin la férocité d’un Loup et la beauté et la fertilité sont promises à Joseph.

Un long convoi funéraire composé des descendants de Jacob, des ministres de Pharaon, des nobles de l’Égypte et de la cavalerie égyptienne accompagne Jacob dans son dernier voyage vers la Terre Sainte, où il est enterré dans la grotte de Makhpela à Hébron.

Joseph meurt à son tour en Égypte à l’âge de 110 ans. Lui aussi ordonne que ses ossements soient sortis d’Égypte pour être enterrés en Terre Sainte, mais cela ne se produira que lors de l’Exode des Israélites d’Égypte bien des années plus tard. Avant sa mort, Joseph transmet aux Enfants d’Israël le testament qui sera le ferment de leur espoir et de leur foi dans les difficiles années à venir : « D.ieu se souviendra de vous et vous fera sortir de ce pays vers celui qu’Il a promis par serment à Abraham, à Isaac et à Jacob. »

Source : http://www.fr.chabad.org/  




manitou
Lire le commentaire de Manitou

VAYECHI  1ère Partie.et suite
 





LA SIDRA DE VAYEHI

 Notre Sidra suit la précédente sans le moindre interligne. On dit d’une telle Sidra qu’elle est «  fermée » sétouma. C’est dit Rachi, qu’à partir de la mort de notre père Jacob « les yeux et le cœur d’Israël  se « fermèrent » devant la souffrance de l’esclavage d’Egypte »

Comment Rachi a-t-il pu avancer une telle affirmation, alors que le Midrach sur Exode 1,6 : «  Joseph et tous ses frères moururent » dit, le contraire : «  Tant que l’une des personnes qui étaient descendues en Egypte avec Jacob était encore en vie, les Egyptiens n’asservirent pas Israël » ?

 

Les souffrances de l’esclavage ne s’abattirent pas d’un instant à l’autre sur nos ancêtres. Longtemps avant que l’esclavage ne se réalise dans les faits, les yeux de nos ancêtres –symbole de clairvoyance, d’objectivité- pouvaient prévoir  qu’un jour viendrait où l’esclavage les accablera : Si un peuple minoritaire étranger,  aux usages particuliers, aux noms bizarres, à la langue barbare, s’installe confortablement dans un pays, qui n’est pas son pays d’origine, les habitants de ce pays seront amenés, tôt ou tard, sous une forme ou sous une autre, à  limiter les droits à ce peuple étranger, donc l’asservir.

Bien avant que les Egyptiens en fussent venus à considérer les Hébreux comme des esclaves, le cœur de ces derniers, leur sensibilité leur apprenait qu’ils étaient différents des Egyptiens ; ils souffrirent individuellement de complexes divers, suivant le degré de sensibilité de chaque individu.

Tant que Jacob vécut, les Hébreux  avaient les yeux et le cœur ouverts ; ils gardèrent leur identité propre, mais restaient vigilants à l’égard des Egyptiens. Quand  Jacob mourut, dit Rachi «  Les yeux et le cœur d’Israël se « fermèrent » : Ils se croyaient définitivement chez eux en Egypte, bien qu’ils voulaient, par foi et par fidélité, garder leurs  noms, leur langue, leur mode de vie. La vigilance baissa et l’esclavage devenait inéluctable. Il se réalisa dans les faits après la mort du dernier des fils de Jacob.

Nos Sages nous enseignent que nous devons tirer exemple de la vie et des œuvres de nos patriarches : « Ayons les yeux et le cœur ouverts » ne nous laissons pas bercer par la douceur momentanée de la vie en Galouth : gardons notre identité, mais restons vigilants. »

LA SIDRA DE CHEMOTH

Cette Sidra à elle seule, a donné son nom au deuxième livre de la Torah. Pour la première fois nous faisons connaissance avec le personnage qui marquera d’une empreinte indélébile, toute l’histoire du peuple d’Israël. A propos de Moïse,  le Midrach dit : (Chir hachirim Rabba 1, 64) «  Il est l’équivalent de soixante myriades d’Israël » Autant dire qu’à partir de cette Sidra, toute l’histoire d’Israël aura Moïse pour toute son orientation future. Sa naissance elle-même fait l’objet de nombreux commentaires. Nous nous contenterons d’une seule remarque : Pourquoi sa sœur, dit le Midrach, s’est tenue à l’écart quand elle l’a déposé sur le fleuve ? Rav répond : «  Parce que Myriam a vu dans une prophétie que son frère était appelé à devenir le guide d’Israël et son libérateur. Quand Moïse est né, toute la maison  fut inondée de lumière. Son père Amram, appela Myriam,  l’embrassa sur le front et lui dit : « Ma fille, ta prophétie s’est réalisée. Mais quand on l’abandonna dans une corbeille fluttant sur l’eau, Myriam ne voulait pas croire un seul instant que sa prophétie n’avait aucune suite, c’est pourquoi, elle se teint de loin pour voir ce que son frère allait advenir »

Deux sujets dominent cette Sidra : le premier est celui de l’Exil et le second, l’influence de l’environnement.

Pour la première fois, Israël est en exil en Egypte. La vision du buisson ardent est le symbole de cet exil. En effet, le buisson comporte les mêmes caractéristiques que l’exil. Les épines d’un buisson sont dirigées vers l’intérieur. Il est aisé d’y introduite sa main  sans en subir le moindre dommage, mais quand on veut sortir la main du buisson,  les épines la blesse jusqu’au sang. Il en est de même pour l’exil. Il est très facile de vivre hors d’Israël. Les bénéfices matériels sont nombreux et la vie parait plus agréable  dans l’aisance et la facilité. Mais comme en Egypte, « un roi se lève qui ne connaît pas Joseph ». Alors les souffrances commencent, la haine se déchaîne contre Israël lequel est contraint de quitter le pays en y laissant tous ses biens. Les peuples reconnaissent rarement la contribution juive à la richesse de leur pays. Le scénario du buisson  est devenu une constate de l’histoire juive.

Cependant, le texte de la Torah nous dit : «  Le buisson était en flammes mais ne se consumait pas. Ce qui est le symbole de la pérennité de peuple juive. Chaque fois les nations sont convaincues que ce peuple disparaîtra, mais l’histoire leur apporte toujours un démenti.

Le deuxième thème de cette sidra est l’influence de l’environnement. En effet le texte précise chaque fois que Joseph était en Egypte. Or cette précision n’est pas nécessaire. La présence de Joseph en Egypte n’échappe à personne. Alors pourquoi ce détail superfétatoire ? La réponse nous est fournie par Rachi. Ce dernier dit : «  Si le texte précise que Joseph était en Egypte c’est pour nous apprendre qu’il n’a pas subi la moindre influence des moeurs dépravées en vigueur en Egypte. Quand il était un pauvre serviteur de Putiphar il a résisté aux sollicitations répétées de la maîtresse de maison. Joseph est resté dans le cadre de la Torah bien que nommé vice roi. Ces deux enfants ont eu un nom bien hébraïque. L’environnement dans lequel il évoluait n’avait strictement aucune influence sur lui. C’est pourquoi le midrach nous dit que si Israël est sorti d’Egypte c’est parce ses enfants ont conservé leur nom et ont refusé toute assimilation à la société égyptienne. Notre Sidra nous rappelle par conséquent une constante de l’histoire juive. La pérennité d’Israël ne peut être assurée que par son unité et le refus de toute assimilation.   
http://www.harboun.fr/  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Israel Boccara - dans PARACHA
commenter cet article

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories