Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 12:22
LE MONT SINAILa rencontre entre Hachem et les Juifs au Mont Sinaï a été un événement totalement unique dans toute l’histoire humaine.


Auteur : Le Rabbin Ken Spiro
pour : lamed
Traduction : Jacques Kohn
Adapté par Aschkel

On définit souvent Pessa‘h comme la fête de la liberté. Et la liberté, dans les démocraties occidentales, est généralement comprise comme l’aptitude à faire ce que l’on veut sans qu’un pouvoir despotique nous dicte notre conduite. Ce n’est cependant pas ainsi que la Bible et le judaïsme définissent la liberté.

L’idée juive de liberté est le mieux résumée par une expression célèbre : « Louez les serviteurs de Dieu qui ne sont pas les serviteurs de Pharaon. » Cela veut dire que la liberté est considérée comme un moyen vers une fin, et non comme une fin en soi. Elle consiste à être libre de l’emprise d’une autorité despotique afin de se tenir au pied du Mont Sinaï et d’assumer une certaine responsabilité.

Qu’est-il arrivé au Mont Sinaï ?

 Coucher de soleil sur le mont Sinaï

On peut répondre  succinctement que chaque homme, chaque femme et chaque enfant du peuple juif y a rencontré Dieu.

Ce fut un événement totalement unique dans toute l’histoire humaine. La Bible elle-même énonce dans "Deutéronome 4, 33" que cela n’est jamais arrivé nulle part ailleurs. Vous aurez beau relire tous les livres d’Histoire, vous ne trouverez jamais une histoire similaire de Dieu parlant à tout un peuple.

Toutes les autres revendications dans l’histoire humaine qui prétendent à une révélation divine sont basées sur l’expérience d’un individu unique, ou au mieux d’un petit groupe d’initiés. L’islam, par exemple, est fondé sur les enseignements de Mahomet qui a annoncé que Dieu s’est adressé à lui dans une grotte et lui a révélé les enseignements contenus dans le Coran.

L’assertion du judaïsme est la seule qui ne puisse pas être truquée.

La notion d’une rencontre d’un peuple entier avec Dieu est rigoureusement spécifique au judaïsme. Et c’est la seule assertion qui ne puisse pas être truquée. Je peux prétendre, par exemple, que j’ai vu Dieu la nuit dernière et qu’Il m’a parlé. Si je suis suffisamment charismatique et que vous soyez assez crédules, vous pourrez croire que je suis un prophète. Mais je ne parviendrai jamais à vous convaincre que vous avez vu quelque chose dont vous savez pertinemment que vous ne l’avez pas vue.

Nous autres Juifs disons que nous avons observé la Tora pendant des milliers d’années, non pas à cause de miracles ou d’autres phénomènes surnaturels qui auraient traversé l’histoire juive, mais parce que nous nous sommes tous tenus au pied du Mont Sinaï et que nous avons entendu Dieu parler. Ce message ayant été transmis de génération en génération.

L’histoire de la survie du peuple juif est dans une large mesure celle de ce qu’on a appelé chalchéleth hakabbala le processus de transmission de la Tora d’une génération à la suivante.

 

UNE NATION EST NEE

 

Au Mont Sinaï le peuple juif est devenu une nation. Ce fut là une nouvelle fois un événement unique qui en dit long sur le peuple juif. En quoi a-t-il été si unique ?

Examinons la manière dont les Français sont devenus des « Français ». Se sont-ils tous réveillés un beau matin pour décider collectivement qu’ils aimaient le vin blanc et le fromage persillé et qu’ils allaient parler français ? Absolument pas. Le processus a été long et, comme pour toutes les autres nations, il a concerné un peuple qui vivait dans une zone géographique spécifique pendant un long laps de temps et qui partageait une langue et une culture communes nées d’une expérience historique partagée. En fin de compte, ce peuple s’est constitué autour d’une entité politique et d’un gouvernement, dirigé par un roi, ils ont défini leurs frontières, fait flotter un drapeau, battu monnaie, et ils se sont appelés la France.

Nous sommes devenus une nation dans les pires conditions, conçues pour effacer toute identité culturelle ou historique.

Chez les Juifs, le processus de transformation en une nation a commencé en dehors de leur patrie, sous l’esclavage et dans les pires conditions, conçues pour effacer toute identité culturelle ou historique. Les Juifs ne sont pas devenus une nation en promettant fidélité à l’Etat d’Israël. Une bande disgracieuse d’esclaves en fuite est devenue une nation dressée au pied de Mont Sinaï disant à Dieu: « Nous ferons et nous écouterons ! » Ils s’engageaient ainsi à exécuter les commandements de la Tora et à apprendre à assumer la mission qui allait avec.

Abraham avait dit, de nombreuses générations auparavant : « Je choisis de vivre, et de mourir si nécessaire, pour la réalité de Dieu. » Ses descendants ont pris le même engagement.

Voilà comment les Juifs sont devenus la nation d’Israël.

C’est pourquoi nous disons que le judaïsme n’est pas seulement une religion il est une identité nationale. Etre juif, ce n’est pas comme être chrétien. Le christianisme est exclusivement une croyance religieuse. On peut être britannique, américain, français et rester chrétien.

Il n’en va pas ainsi chez les Juifs.

Il est vrai que les Juifs peuvent devenir citoyens des pays dans lesquels ils vivent, où ils ressemblent souvent à leurs compatriotes et se comportent comme eux. Mais il n’en demeure pas moins qu’eux-mêmes et les autres savent qu’ils sont différents. S’ils choisissent de nier ce fait, le reste du monde se chargera de le leur rappeler.

Etre un Juif signifie appartenir à un peuple et une nation distincts, qui possède une terre, une langue, une histoire et une mission universelle.

Plus important, les Juifs ont un rapport spécifique avec Dieu qui ne se situe pas seulement au niveau spirituel et religieux, mais qui embrasse tous les domaines de l’existence et dicte la manière de vivre à chaque seconde de la vie, ce qui est unique dans le monde.

L’identité nationale juive a été forgée par l’expérience au Mont Sinaï où nous nous sommes engagés à exécuter une mission, et à mener un mode de vie spécifique, conforme aux commandements de la Tora, qui est le guide pour accomplir cette mission à un niveau personnel et national.

 

LE SCRIBE ULTIME

 

Après la révélation d’origine, Moïse a passé quarante jours à écouter Dieu qui s’adressait à lui, et lui dictait les "613 commandements de la Tora" (qui sont contenus dans Dix « Paroles », souvent appelées les « Dix Commandements »), et aussi les principes sur la manière d’appliquer ces commandements (ce que l’on nomme la Loi Orale).

Il est à noter que la Loi Orale a été donnée en premier, et qu’elle appartient exclusivement aux Juifs. Les Chrétiens ont adopté la Loi Ecrite, la Tora et d’autres parties de la Bible hébraïque font partie de leurs Ecritures mais la Loi Orale est restée uniquement juive. Parce que c’est la Loi Orale qui nous dit comment vivre en tant que Juifs.

Je n’insisterai jamais assez sur l’importance de la Loi Orale. On ne peut vivre en Juif sans elle.

Je n’insisterai jamais assez sur l’importance de la Loi Orale. On ne peut vivre en Juif sans elle. Cette affirmation développera toute son importance quand nous aborderons les sectes juives de renégats qui fleuriront plus tard dans l’histoire.

La Loi Ecrite a été écrite sur une période de quarante ans tandis que les Juifs erraient dans le désert et que Dieu la dictait à Moïse. La Tora contient de nombreux documents qui évoquent ce qui leur est arrivé au cours de leurs pérégrinations et dont il est manifeste qu’ils n’ont pas été révélés au Mont Sinaï, car sinon il ne pourrait y avoir eu de libre-arbitre.

Bien que la Tora, la Genèse, l’Exode, le Lévitique, les Nombres et les Deutéronome soient appelés les Cinq Livres de Moïse, ce n’est pas Moïse qui en a été l’auteur. Moïse en a été le scribe, le scribe ultime. Dieu a dicté à Moïse.

Mais il est très clair, et la Bible le répète souvent, que Moïse a été unique parmi tous les prophètes.

"Et il ne s’est plus levé de prophète en Israël comme Mochè, que Dieu ait connu face à face" (Deutéronome 34, 10).

La prophétie signifie qu’un être humain est capable de transcender à un niveau plus élevé de réalité spirituelle, et que ce niveau dépend, bien sûr, de l’expérience directe de l’infini par le prophète. La plupart des prophètes obtenaient une vision et transcrivaient cette vision en des mots. La prophétie de Moïse a été unique en ce que Dieu lui parlait. Il « entendait » Dieu directement.

La Tora est considérée comme une dictée directe, ce qui explique que les cinq Livres de Moïse occupent une position unique parmi tous les livres sacrés du peuple juif et détiennent une autorité exceptionnelle dans le monde juif.

Avec les "Dix Commandements" en main, Moïse est descendu de la montagne, et ce qu’il a vu l’a indigné à un point tel qu’il a lâché les tables de pierre. Au bas de la montagne, là où ils venaient de rencontrer Dieu quelques semaines avant, les Juifs adoraient une idole en violation directe de la loi qui venait de leur être donnée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories