Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 09:06

 

 

Claude-TENCER.jpg

 

 

Avant de parler d'un Etat "palestinien" quel qu'il soit, Il doit être exigé formellement que les arabes "palestiniens" nous éclaircissent sur ce point ! 

Et tous doivent s'y mettre Communauté internationale, ligue arabe aussi  UNE BONNE FOIS POUR TOUTE !

 

 

La Charte palestinienne qui prône la destruction d'Israël est toujours en vigueur, la Communauté internationale fait l'impasse…

Claude Tencer

 

© 2011 www.aschkel.info

Historien, chercheur sur l’histoire du conflit israélo-palestinien, docteur en Communication, Civilisations et médias.

 

 

 


Lire aussi

 

Chartes du 'Hamas et OLP - Ceux qui voteront pour une déclaration unilatérale d'un Etat "palestinien" sans solution négociée voteront pour la destruction de l'Etat d'Israël ! 

 



Depuis que le Hamas bénéficie de la majorité absolue (avec 74 des 132 élus), une pression internationale s’exerce, tout au moins par les USA et l’Allemagne, pour que le Hamas reconnaisse l’existence de l’État d’Israël dès sa prise de pouvoir. Pourtant, malgré les engagements de l’OLP depuis les accords d’Oslo et le célèbre « caduc » d’Arafat, la Charte palestinienne n’a jamais été ni abrogée, ni corrigée officiellement, et cela malgré les promesses et la poignée de main sur la pelouse de la Maison-Blanche en septembre 1993 entre Rabin et Arafat et la visite de Clinton en 1998 à Gaza.

 

 

Étonnant de le constater, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas envisage d’ordonner au Hamas de renoncer à la violence et de reconnaître l’Etat d’Israël si le Mouvement de la résistance islamique veut former un gouvernement (jeudi 16 février 2006), tandis que l’OLP elle-même n’a jamais reconnu officiellement Israël et n’a jamais corrigé sa Charte. Le Hamas, qui domine le nouveau Parlement, s’est fermement opposé à tous les accords d’autonomie, aux accords d’Oslo, et appelle à la destruction d’Israël.

 

Les négociations entre des représentants israéliens et ceux de l’OLP débouchent le 9 septembre 1993, sur un échange des lettres entre le chef de l’OLP, Y. Arafat, et le Premier ministre israélien, Y. Rabin. Elles portent principalement sur une reconnaissance mutuelle entre l’OLP et l’État israélien et sur les corrections à apporter à la Charte, qui se trouvent en contradiction avec cette reconnaissance. Dans la lettre adressée depuis Tunis le 9 septembre 1993, Arafat affirme à Rabin :

 

« Monsieur le Premier ministre,

 

La signature de la Déclaration de principes marque une nouvelle ère dans l’histoire du Proche-Orient. Dans cette ferme conviction, je voudrais confirmer les engagements suivants de l’OLP :

L’OLP reconnaît le droit de l’État d’Israël à vivre en paix et dans la sécurité. (...)

Dans la perspective d’une ère nouvelle et de la signature de la Déclaration de principes, dans le cadre de l’acceptation palestinienne des résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité, l’OLP affirme que les articles et les points de la Charte palestinienne qui nient le droit d’Israël à exister, ainsi que les points de la Charte qui sont en contradiction avec les engagements de cette lettre sont désormais inopérants et non valides.

 

En conséquence, l’OLP va soumettre à l’approbation formelle du Conseil national palestinien les modifications nécessaires dans la Charte palestinienne.

 

Sincèrement, Yasser Arafat, Président de l’OLP »

 

 

Pourtant, rien n’a été fait officiellement depuis. Le Mémorandum de Wye River du 23 octobre 1998, rappelle à nouveau : « Le Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine et le Conseil central palestinien réaffirmeront la lettre du 22 janvier 1998 du président de l’OLP Yasser Arafat au président Clinton concernant l’annulation des articles de la Charte qui sont en contradiction avec les lettres échangées entre l’OLP et le gouvernement d’Israël les 9/10 septembre 1993. Le président de l’OLP M. Arafat, le président du Conseil national de la Palestine et le président du Conseil palestinien inviteront les membres du CNP ainsi que les membres du Conseil central, le conseil, les responsables de ministères palestiniens à une réunion, à laquelle s’adressera le président Clinton, pour réaffirmer leur soutien au processus de paix. »

 

De quoi s’agit-il... des articles à l’exemple de l’article 19 : « Le partage de la Palestine en 1947[1]   et la création d’Israël n’ont aucune validité, quel que soit le temps écoulé... » L’article 9 : « La lutte armée est la seule voie pour la libération de la Palestine... » L’Article 15 : « La libération de la Palestine est une obligation nationale pour les Arabes. Leur devoir est de repousser l’invasion sioniste et impérialiste dans la grande partie arabe et de liquider la présence sioniste en Palestine... »

 

Avec une majorité de 504 votes pour, et 54 votes contre et 14 abstentions, le CNP a exprimé en décembre 1998 à Gaza, un « soutien de principe » concernant sa volonté de modifier la Charte nationale palestinienne. Dans son discours d’ouverture, Yasser Arafat annonce en outre : « ...les articles de notre Charte qui sont contraires au processus de paix doivent être annulés. Je vous appelle à modifier tous les articles qui s’opposent à la paix des braves ». D’une façon très déliée, Arafat ne prononce pas le nom d’Israël ni ne fait état des articles mentionnant la destruction de l’État d’Israël.

 

Le 22 janvier 1998, Arafat confirme par lettre une fois encore au président Clinton que « toutes les dispositions dans la Charte qui ne sont pas en adéquation avec l’engagement de l’OLP de reconnaître Israël et vivre avec lui en paix sont annulées  ». Une commission juridique est nommée quelques jours plus tard ayant la mission d’annuler les (28) articles de la Charte nationale palestinienne mentionnant l’objectif de l’OLP à anéantir l’État d’Israël. Elle devait proposer en outre des nouvelles dispositions qui traitent de la reconnaissance officielle par l’OLP du droit d’Israël d’exister et de vivre dans la sécurité.

Cependant, d’une façon très habile, une organisation et une cérémonie sont adroitement organisées pour mettre de la poudre aux yeux, Arafat n’a jamais fixé à la commission juridique ni une période de travail, ni un budget, ni une date butoir pour présenter ses travaux et un nouveau texte pour la nouvelle charte dans l’avenir. D’où l’ambiguïté.

 

Faute d’une nouvelle Charte approuvée et votée par le Parlement palestinien sur les nouvelles propositions, la charte initiale adoptée par le 4e Conseil national palestinien, réuni au Caire du 10 au 17 Juillet 1968, ainsi que la Déclaration du Comité central du Fatah du 1e janvier 1969, sont toujours officiellement en vigueur. Le 22 avril 2004, dans un entretien donné à Khaled Abu Toameh publié dans le journal jordanien Al-Arab (Kaddoumi : PLO Charter was never Changed), Farouk Kadoumi, un des pères fondateurs de l’OLP, affirme qu’Arafat a dupé tout le monde avec malice et intelligence concernant la modification de la Charte. Contrairement à ce que beaucoup de gens pouvaient croire, la charte de l’OLP n’avait jamais été modifiée dans le sens d’une reconnaissance du droit d’existence de l’État d’Israël. « Jusqu’à aujourd’hui, la Charte nationale palestinienne n’a pas été modifiée. Le temps a fait que certains articles ne sont plus en vigueur, mais rien n’a été changé. Je fais partie de ceux qui sont contre une modification. »

 

Akram Hanniyé écrit dans la Revue d’études palestiniennes sur l’échec de Camp David l’été 2000 : A Camp David, la partie israélienne entendait tout obtenir - la signature historique de la " reconnaissance définitive " et de " la fin du conflit "... Nous observons que pour les intellectuels palestiniens, la reconnaissance de facto de l’existence de l’État d’Israël n’est toujours pas acquise. Néanmoins, nous constatons aujourd’hui que c’est l’OLP qui met la pression sur le Hamas, lui demandant de reconnaître Israël. Pourtant, de l’OLP et d’autres organisations palestiniennes représentent toujours sur leurs emblèmes la carte de la Palestine à la place d’Israël. Rumeur, ou encore de la poudre aux yeux ?


 


[1] Résolution 181 de l’ONU du 29 novembre 1947, dite de partage de la Palestine en 2 États vivant l’un près de l’autre, un État arabe, l’autre juif.

 

Article écrit en 2007

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dequoisemêleton 13/06/2011 21:05



Charte du Hamas Extraits:


Source : http://www.library.cornell.edu/colldev/mideast/hamas.htm


Palestine:
1 Muharram 1409 Hijri


18 août 1988


Au nom d'Allah Clément et Miséricordieux


 


« Vous êtes le meilleur des peuples de l'humanité ; vous ordonnez ce qui est bon et interdisez ce qui est mauvais, et vous croyez en Allah. Et si les gens du
Livre (juifs et chrétiens) avaient eu cette foi, cela aurait été préférable pour eux. Quelques-uns sont croyants, mais la plupart sont pervertis. Ils ne sauraient vous causer que des dommages
insignifiants. S'ils s'avisent de vous faire la guerre, ils tourneront bientôt le dos et ne seront point secourus. L'ignominie sera leur lot s'ils ne cherchent pas une alliance avec Allah et avec
les hommes. Et ils s'attireront la colère de Dieu et la misère s'étendra encore comme une tente au-dessus de leurs têtes. Telles seront leurs souffrances parce qu'ils ont refusé de croire aux
signes d'Allah et ont injustement assassiné les prophètes ; ce sera le prix de leur rébellion et de leurs iniquités » (Coran, III, 106-108).


« Israël existera et continuera d'exister jusqu'à ce que l'islam l'anéantisse comme il a anéanti d'autres auparavant » (Le Martyr, Imam Hassan al Banna,
de mémoire sacrée).


« Le monde Islamique est en feu. Chacun de nous doit y jeter un peu d'eau, même en quantité infime, pour éteindre l'incendie, sans même attendre les autres » (Cheikh Amjad al-Zahawi, de
mémoire sacrée).


 


Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux


Le Mouvement de la Résistance Islamique a émergé afin de lutter pour le Créateur, ses bras entrelacés avec ceux de tous les combattants pour la libération de la
Palestine. L'esprit de ses combattants est le même que celui de tous les combattants qui ont sacrifié leurs vies sur la terre de la Palestine depuis que celle-ci à été conquise par les compagnons
du Prophète, qu'Allah le bénisse et lui donne le salut jusqu'à ce jour d'aujourd'hui. Cette charte du


 


 


 


 


Mouvement de la Résistance Islamique (Hamas) clarifie son image, révèle son identité, donne les grandes lignes de sa position, explique ses objectifs, parle de ses
espoirs, et appelle à l'appuyer, à l'adopter et à rejoindre ses rangs. Notre bataille contre les juifs est très glorieuse et sérieuse


ARTICLE UN Le Mouvement de la Résistance Islamique (Hamas) puise sa ligne directrice de l'islam.


ARTICLE TROIS La structure de base du Mouvement de la Résistance Islamique est formée des musulmans qui ont prêté allégeance à Allah qu'ils adorent en vérité.
« J'ai créé les djinns et les hommes pour qu'ils m'adorent ». Les musulmans savent quel devoir il leur incombe envers eux mêmes, leurs familles et leur
pays. Dans tout cela, ils craignent Allah et portent le drapeau du jihad contre tous les oppressants pour débarrasser la terre et le peuple de leur impureté, de leur bassesse, et de leurs
plaies. »


ARTICLE SEPT Le fait que tous ces musulmans, partout dans le monde, adhèrent aux principes du Mouvement de la Résistance
Islamique, le soutiennent et soutiennent ses principes et positions ainsi que sa lutte, prouve que le mouvement Hamas est universel.


Le Mouvement de la Résistance Islamique est l'un des maillons de la chaîne de la lutte contre les envahisseurs sionistes. Cela remonte à 1939, et à
l'émergence du martyr Ezzedine al-Qasem et de ses frères, les combattants membres des Frères Musulmans. Elle s'allonge pour s'unir avec une autre chaîne qui est la lutte des Palestiniens et des
Frères Musulmans lors de la guerre de 1948, puis les opérations du jihad des Frères Musulmans en 1968 et plus tard.


Si les maillons ont été éloignés les uns des autres et les obstacles mis par les valets du sionisme sur la route des combattants, le Mouvement de la Résistance Islamique aspire à la réalisation
de la promesse d'Allah, quelque que soit le temps que cela prendra. Le Prophète, qu'Allah le bénisse, a dit : « Le Jour du Jugement dernier ne viendra
pas avant que les musulmans ne combattent les juifs, quand les juifs se cacheront derrière les rochers et les arbres. Les rochers et les arbres diront, O Musulmans, O Abdallah, il y a un juif
derrière moi, vient le tuer. Seul l'arbre du Gharkad ne le dira pas, parce que c'est un arbre des juifs » (rapporté par Boukhari et Moslem).


STRATÉGIES ET MÉTHODES


ARTICLE ONZE Le Mouvement de la Résistance Islamique croit que la Palestine est un Waqf islamique consacré aux générations de musulmans jusqu'au Jugement
Dernier. Pas une seule parcelle ne peut en être dilapidée ou abandonnée à d'autres. Aucun pays arabe, président arabe ou roi arabe, ni tous les rois et présidents arabes réunis, ni une
organisation même palestinienne n'a le droit de le faire. La Palestine est un Waqf musulman consacré aux générations de musulmans jusqu'au Jour du Jugement Dernier. Qui peut
prétendre avoir le droit de représenter les générations de musulmans jusqu'au Jour du Jugement Dernier ?


Tel est le statut de la terre de Palestine dans la Charia, et il en va de même pour toutes les terres conquises par l'islam et devenues terres de Waqf dès
leur conquête, pour être consacrées à toutes les générations de musulmans jusqu'au Jour du Jugement Dernier.


Il en est ainsi depuis que les chefs des armées islamiques ont conquis les terres de Syrie et d'Irak et ont demandé au Calife des musulmans, Omar Ibn-al Khattab, s'ils devaient partager ces
terres entre les soldats ou les laisser à leurs propriétaires. Suite à des consultations et des discussions entre le Calife des musulmans, Omar Ibn-al Khattab, et les compagnons du Prophète,
Allah le bénisse, il fut décidé que la terre soit laissée à ses propriétaires pour qu'ils profitent de ses fruits. Cependant, la propriété véritable et la terre même doit être consacrée aux seuls
musulmans jusqu'au Jour du Jugement Dernier. Ceux qui se trouvent sur ces terres peuvent uniquement profiter de ses fruits. Ce waqf persiste tant que le Ciel et la
Terre existent. Toute procédure en contradiction avec la Charia islamique en ce qui concerne la Palestine est nulle et non avenue.


« C'est la vérité infaillible. Célèbre le nom d'Allah le Très-Haut » (Coran, LVI, 95-96).


ARTICLE DOUZE Le nationalisme, du point de vue de la Résistance Islamique, est partie intégrante de la croyance religieuse. Rien
dans le nationalisme n'est plus significatif ou plus profond que dans le cas d'un ennemi qui pose les pieds sur une terre musulmane. Résister et réprimer l'ennemi devient le devoir individuel de
tout musulman, mâle ou femelle. Une femme peut aller combattre l'ennemi sans la permission de son époux, de même que l'esclave sans la permission de son maître.


ARTICLE TREIZE



Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories