Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 07:47

 

 

 

 

 

La Ligue Arabe en Guerre depuis toujours contre Israël

Par Eli Hertz, président de Myths and Facts et contribue à JewishIndy - Traduction Albert Soued

mardi 2 août 2011

nuitdorient


Selon les medias, le 11/07/11, le président Obama a invité les autres membres du Quartet – la Russie, l’Onu, l’Union européenne – ainsi que les représentants de la Chine et de la Ligue arabe à la Maison Blanche, pour un sommet sur Israël. Israël n’était pas invité, mais la Ligue arabe l’était. Il apparaît que l’administration américaine est convaincue que la Ligue arabe peut être utile aux pourparlers de paix.

Qu’est ce que la Ligue arabe ?

Il est assez éclairant d’examiner le passé de cette Ligue depuis sa fondation en 1945. On peut très difficilement la qualifier de modèle de paix dans l’esprit des Nations Unies.

Avant l’établissement de l’état Juif, la Ligue avait déjà pris les mesures suivantes :

- en décembre 1945, elle a lancé le boycott des "marchandises sionistes" qui se poursuit à ce jour

- en juin 1946, elle a établi le Haut Comité Arabe, chargé de coordonner les efforts des pays arabes en faveur de la Palestine, un comité radical dont les actions ont pour but l’élimination d’Israël de la carte du monde

- en décembre 1946, elle a rejeté le 1er plan de partage de la Palestine, affirmant que la Palestine fait partie de la "ouma" (mère-patrie) arabe

- en octobre 1947, avant le vote de la résolution 181 du plan de partage, elle avait déjà réaffirmé la nécessité de se préparer militairement aux frontières arabes pour défendre la Palestine

- en février 1948, elle a approuvé un plan préconisant des mesures politiques, militaires et économiques pour résoudre la crise palestinienne provoquée par le plan de partage de l’Onu.

- en octobre 1948, elle rejette formellement le plan de partage de l’Onu, la résolution 181 votée le 9 octobre 1947

- le 15 mai 1948, alors que les forces armées régulières de l’Egypte, de la Syrie, de la Transjordanie, du Liban et de l’Irak, avec des contingents d’Arabie et du Yémen, envahissaient l’état d’Israël naissant, "pour y restaurer la loi et l’ordre", la Ligue arabe a émis un très long document appelé "Déclaration sur l’invasion de la Palestine" où elle attirait l’attention des pays arabes sur "l’injustice de la solution adoptée et sur le droit du peuple de Palestine à l’indépendance immédiate, sur son rejet de la résolution 181 qui ne peut pas être appliquée par des moyens pacifiques et qui sera toujours une menace pour la paix et la sécurité de la région et que cette paix et sécurité a été bouleversée par les intentions agressives et impérialistes des sionistes… et les pays arabes membres de la Ligue voient les évènements qui se passent en Palestine comme une menace pour la paix et la sécurité dans leurs pays…, comme cette sécurité est sacrée, les pays arabes se doivent d’intervenir en Palestine …"

Le secrétaire la Ligue arabe à l’époque était Azzam Pasha, un homme moins diplomate et plus candide que les autres, n’ayant pas la patience d’être poli et d’utiliser un langage châtié. A une conférence de presse au Caire, le jour de l’indépendance d’Israël, il a fait cette déclaration, reprise le jour suivant par le New York Times : "l’intervention des Arabes a pour but de restaurer l’ordre et la loi. Ce sera une guerre d’extermination et un massacre inédit dont on parlera comme on parle des Croisades ou des massacres de Mongolie"

La Ligue arabe a continué à s’opposer à la paix après la création de l’état d’Israël en 1948.

- le 15 juillet 1948, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 54, appelant à l’arrêt de l’agression arabe : "Prenant en considération que le gouvernement provisoire d’Israël

a accepté le principe de prolonger la trêve en Palestine, que les états membres de la Ligue arabe ont rejeté les appels successifs du médiateur des Nations Unies, que le Conseil de Sécurité dans sa résolution 53 du 7/7/48 pour prolonger la trêve (cessez-le-feu) en Palestine, et que par la suite les hostilités ont été reprises…"

- en octobre 1949, elle déclare que toute négociation d’un pays arabe avec Israël est une violation de l’article 18 de sa constitution

- en avril 1950, elle appelle à la rupture des relations avec tout pays arabe qui s’engagerait dans des relations avec Israël et elle interdit à ses membres des négociations unilatérales (1)

- en mars 1979, l’Egypte est exclue de la Ligue arabe depuis la date de sa signature d’un traité de paix avec Israël (rétroactivement)

- en mars 2002, le Ligue arabe déclare à Beyrouth, au summum des attaques suicides palestiniennes : "Nous, rois, présidents, émirs des pays arabes réunis en Conseil au sommet… avons mené une analyse profonde du développement de la situation et des défis… liés à la région arabe, plus spécifiquement, les territoires palestiniens occupés. Avec une grande fierté, nous avons suivi l’intifada du peuple palestinien et sa résistance vaillante… Nous lui adressons nos vœux de fierté et d’honneur pour sa ténacité et sa valeureuse intifada contre l’occupation israélienne et sa machine de guerre destructrice…"

La Ligue arabe s’est systématiquement opposée aux efforts de paix et les a bloqués pendant plus de 67 ans. La Ligue arabe est dans un état de "guerre déclarée" contre Israël. Or aujourd’hui le Département d’Etat considère que cette organisation peut contribuer à la paix au Moyen Orient.


notes de nuitdorient>

(1) Un "triple non" a été proféré, par la Ligue arabe à Khartoum, en septembre 1967, après la proposition du gouvernement israélien de rendre tous les territoires qui venaient d’être placés sous administration israélienne, après la Guerre de Six jours.

"Non à la reconnaissance d’Israël - Non à la négociation – Non à la conclusion d’une paix avec lui".

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
<br /> <br />  J'ai pu lire attentivement le entretiens que Nabil Arabi a accordés à la presse ces temps-ci. A mon sens, c'est un homme dépité. Dans son esprit, lui qui avait activement participé en<br /> qualité de conseiller juridique de son pays, durant les accords de paix avec Jérusalem s'est vu brusquement écarté. Il y voit la main des Américains. Je ne crois pas que, c'est un<br /> anti-sioniste et si souvent il a dû afficher des sentiments anti-israéliens, ce n'est que par amertume. Il suffit de lui tapoter l'épaule pour le calmer et tout rentrera dans l'ordre. Il vaut<br /> mieux avoir affaire à un Nabil Arabi en le récupérant et ne plus le laisser turlupiner que d'affronter un pro-islamiste de la Ligue et tutti quanti.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br />   La Ligue arabe sans l'Egypte dispose d'une capacité limitée et ne ne peut pas nuire comme dans le passé, à l'Etat juif. Cela dit, Jérusalem et le Caire ont signé un accord<br /> de paix qui, à mon sens, va durer très longtemps. En évitant des guerres insensées, l'Egypte a presque réussi à relevé le défi de la modernité. Forte de ses 85 millions<br /> d'habitants, ce pays est parvenu à réduire largement ses dépenses militaires afin de se consacrer au décollage économique et social. Une sage politique que l'on doit à la volonté<br /> de deux hommes: Menahim Begin et Anouar Sadate dont le successeur de ce dernier a tenu bon en respectant un accord si historique et si stratégique. Si le<br /> président Hosni Moubarak n'avait pas fait aveuglément confiance à son entourage, une clique d'irresponsables et la nomenklatura du régime minée par la corruption, il serait<br /> certainement encore au pouvoir jusqu'au terme de son mandat. Ceci dit, la Ligue arabe a depuis sa création engagé une politique en deux axes: les troupes et le financement de la<br /> guerre. L'Egypte constituait son armée et les fonds provenaient des pays riches. A présent, certains pays arabes ont tenté de trouver une parade en élisant Nabil<br /> Arabi, un pro-nassérien. Or l'Egypte et son peuple ne veulent plus suivre un mouvement conduisant à la spirale de la tension. Certes, le paramètre islamiste n'a pas<br /> été mentionné, puisque des analystes les estiment de 10 à 20% de la population, mais la gestion de ce phénomène peut-être encore gérable. Avec une<br /> équitable redistribution des richesses, une lutte acharnée contre la corruption et une consolidation des relation avec l'Etat hébreu, l'Egypte serait capable de prendre ses<br /> distances avec la Ligue arabe et sa politique désastreuse.  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> israel est pour la ligue arabe , tout ce qu ils fantasment et ne seront jamais ! ...........<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories