Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 05:17

Le bon vieux temps d'avant la paix

par Khaled Abu Toameh, pour Hudson New York Programs


paix-israel-arabie.jpg Arab-and-Jew.jpg


Article publié le 26 Janvier 2010

Titre original : The Good Old Days Before Peace

Traduction : Objectif-info

De nombreux Juifs et Arabes qui vivent dans cette partie du monde [le Proche-Orient] regrettent vraiment le bon vieux temps d'avant le processus de paix au Moyen-Orient, d’avant le transport de Yasser Arafat et de l'OLP en Cisjordanie et dans la bande de Gaza suite à la signature des accords d'Oslo.

Il est temps de crier haut et fort que ce processus de paix n'a été rien d'autre qu'un désatre pour les deux peuples.

Qui a aujourd'hui conscience qu'il y a davantage de Juifs et d'Arabes qui sont morts depuis la signature des accords d'Oslo qu'entre 1967 et 1993 ?

Ce processus de paix, qui s'est doublé d'un "processus de guerre," a échoué ; il est temps d'essayer autre chose.

La paix véritable entre les Palestiniens et les Juifs ne peut pas intervenir, du moins pas dans un avenir prévisible. Les divergences entre les deux parties demeurent aussi profondes et elles n'ont pas du tout confiance l'une dans l'autre.

Au lieu de parler de résolution du conflit, nous devrions rechercher une bonne gestion du conflit, avec des gestes de bonne volonté des deux cotés.

Israel par exemple, a pu alléger les mesures de sécurité, interrompre l'expansion des implantations en Cisjordanie, et contribuer à l'amélioration des conditions de vie des Palestiniens.

Les Palestiniens pourraient de leur coté stopper toutes les manifestations de violence et d'incitation à la haine contre Israël et porter leurs efforts sur la construction d'institutions gouvernementales et d'infrastructures solides pour le futur état palestinien.

Gérer le conflit veut dire le maintenir à un bas niveau d'intensité dans l'espoir d'un effet de modération autant sur les Juifs que sur les Palestiniens.

Au bon vieux temps qui a précédé le processus de paix au Moyen-Orient, tout ceux qui vivaient en Cisjordanie et dans la bande de Gaza pouvaient à leur réveil de bon matin prendre leur voiture et se rendre n'importe où en Israël.

On ne connaissait pas les attentats suicide ni les attaques de voitures.

Il n'y avait pas de tirs de fusées ni de roquettes sur Israël depuis la Cisjordanie ou la bande de Gaza.

200.000 Palestiniens environ avaient l'habitude de travailler tous les jours en Israel.

Il n'y avait ni barrière de sécurité ni mur de séparation en Cisjordanie.

Il n'y avait pas de milices armées du genre des Brigades des Martyrs d'Aqsa du Fatah ni les bataillons du Jihad islamique de Jérusalem écumant les rues des communautés palestiniennes.

Les villageois palestiniens avaient libre accès à leurs terres et à leurs fermes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Des milliers de marchands palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza a convergeaient vers Tel Aviv et d'autres villes israéliennes presque chaque jour pour faire des affaires. On pouvait voir des milliers de familles palestiniennes passer un bon moment sur les plages israéliennes, dans les parcs et les restaurants.

Il n'y avait pas de barrages routiers militaires permanents entre la Cisjordanie et la bande de Gaza ou entre ces territoires et Israël. Les barrages ne sont apparus que parce que la sécurité les a rendus nécessaires.

Il y avait un gouvernement et une force de police en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, et les Palestiniens savaient à qui ils avaient affaire et qu’elle était l’endroit où on devait les trouver. Les Palestiniens n'avaient pas à prendre garde à une dizaine de forces de sécurité et de milices créées par l'OLP après la signature des accords d'Oslo.

Des milliers de Juifs israéliens affluaient dans les villes et les villages palestiniens, particulièrement les week-ends, pour acheter des légumes et des fruits relativement bon marché et goûter aux kebabs et au houmous du coin. Les Juifs israéliens avaient l'habitude de faire réparer leur voiture en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.Ils avaient l'habitude d'aller voir leur dentiste à Qalqilya, à Bethlehem et à Jenine.

Les Palestiniens n'avaient pas besoin d'un permis spécial pour entrer en Israël.

Jérusalem était ouverte à tous les Palestiniens et même l'OLP avait de nombreux bureaux dans la ville.

Les Palestiniens pouvaient se déplacer à leur gré en Israel et même obtenir même la citoyenneté israélienne s'ils se mariaient une personne de citoyenneté israélienne.

Nous en sommes arrivés au point où beaucoup de Juifs et d'Arabes disent, avec un peu d'ironie, qu'ils regrettent le bon vieux temps d'avant la paix.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories