Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 07:10

 

 

Les autres textes de Me B.R-MUHLBACH

logojusticebertrand

 

 

LE PARDON DANS LE CONFLIT ISRAELO PALESTINIEN

Par Me Bertrand  RAMAS-MUHLBACH

Pour © 2010 aschkel.info et © 2010 lessakele

 

 



Ce 18 septembre 2010, les juifs ont marqué le Yom Kippour qui est encore le jour le plus saint et le plus solennel du calendrier hébraïque, à l’occasion duquel, la Bible ordonne de faire propitiation et de s’humilier (Lv 16,29-31 ; 23,27-32). Ainsi, et selon un rituel spirituel et mystique, les juifs doivent reconnaitre les transgressions commises au cours de la période passée, déclarer leur repentir et expier leurs fautes pour obtenir le pardon Divin, et ce, tout en s’humiliant par la pratique du jeûne. Pour autant, le pardon obtenu ne vaut qu’à l’égard des péchés commis contre D, non ceux contre les hommes. Le pardon d’autrui ne peut être demandé et obtenu que de la personne offensée (Mishna Yoma 8:9).

Pour leur part, les personnes victimes d’offenses à qui le pardon est demandé, se doivent de l’accepter. Elles doivent en effet faire preuve de compassion à l’égard du prochain et pardonner l’auteur du dommage sans jamais lui en tenir rigueur, une fois encore, pour bénéficier de la miséricorde et mansuétude Divine à raison de ses propres fautes.

Le principe du pardon demandé ou accordé, est fondamental pour entretenir une atmosphère harmonieuse, tant pour ce qui l’en est de la relation avec autrui que de l’apaisement individuel. Naturellement, l’engagement d’une telle démarche n’est pas toujours aisé. Il n’est pas facile de pardonner les iniquités, les injures ou les actes malveillants commis par autrui. Le sentiment d’injustice qui nait à l’occasion d’une offense subie, engendre de la haine, ou plus simplement de la colère et bien souvent un désir de vengeance. En faisant à autrui ce que l’on a soi même subi, on se fait justice en obtenant une réparation personnelle pour le mal occasionné. Ce n’est pourtant pas la voie préconisée dans la Bible. Il n’y a d’autre choix que celui du pardon, de la réparation, et bien évidemment de l’engagement  de ne plus recommencer.

Cette philosophie du pardon développée dans le judaïsme a d’ailleurs ses traductions sur le plan physique et physiologique. En fait, le pardon développe un état d’esprit positif qui confère des dispositions d’esprit comme l’espoir, la patience et la confiance en soi, en réduisant la colère, la souffrance, la dépression les maladies mentales, le stress et les maladies cardiaques. Inversement, l’absence de pardon génère des émotions négatives qui libèrent des enzymes, et font monter le taux de cholestérol et la tension artérielle. Des études scientifiques ont ainsi démontré que les personnes qui pardonnent sont en meilleure santé mentale et physique que les autres. Les symptômes psychologiques et physiques comme le mal de dos lié au stress, les insomnies ou les douleurs abdominales sont considérablement réduits chez les sujets qui pardonnent. Inversement, la colère et l’animosité déclenchent la production de protéines inflammatoires dans le sang, durcissent les artères et provoquent des maladies cardio-vasculaires.

Dans cet esprit, et pour ce qu’il en est des pourparlers de paix engagés par le Premier Ministre israélien Netanyahou et le chef de l’Autorité palestinienne Mahmud Abbas, le principe du pardon ne doit pas être occulté. Aussi, et dans le cadre de l’accord à venir, il pourrait être envisagé un grand pardon mutuel entre les peuples juifs et palestiniens.

Le peuple juif pourrait présenter ses excuses auprès du peuple palestinien pour avoir décidé de revenir sur sa terre ancestrale, c’est à dire sur les lieux de sa construction spirituelle et politique, afin d’y restaurer son indépendance nationale et de se prémunir contre les tentatives de massacres dont il est continuellement menacé.

Les palestiniens comprendraient alors que la Palestine conquise par les arabes lors des invasions musulmanes du VII° siècle ec, ne l’était que de manière provisoire. Les palestiniens réaliseraient également que leurs origines sont tout à fait disparates et que l’Islam n’est pas leur seul dénominateur commun. Ils sont les descendants d’envahisseurs soit à l’époque de Mahomet, soit à celle des mamelouks égyptiens qui ont pris le contrôle de la Palestine au 13° siècle ec, ou simplement issus des personnes juives et chrétiennes converties à l’Islam voire des populations arabes qui se sont réfugiées en Palestine lorsque les Mongols ont déferlé sur l’Irak et la Syrie au 13° siècle ec.

De leur côté, les palestiniens pourraient demander pardon au peuple juif pour n’avoir pas compris sa motivation fondamentale, et avoir essayé de se défendre en appelant à son éradication. Le pardon demandé le serait également pour avoir terrorisé les populations juives, pour les blessures, les enlèvements, les meurtres et l’enseignement à leurs propres enfants, de la haine à leur endroit. Les juifs accepteront alors de comprendre les palestiniens et de les regarder comme des personnes manipulées, abusées par leurs dirigeants ou par les dignitaires de l’Islam qui entendent asseoir la prééminence de leur religion par un contrôle politique et religieux de la Palestine. Par ailleurs, les juifs comprendront la peine pour les palestiniens à se trouver une place entre les différentes influences culturelles qu’ils ont subies au fil des siècles et notamment la culture islamique héritière de Saladin qui a reconquis Jérusalem à l’époque des croisades (son nom signifie « rectitude de la foi »). Par ailleurs, ils utilisent les méthodes de cette secte redoutable qui sévissait à l’époque des croisades, « les haschischins » (d’obédience chiite), qui assassinaient en public à l’aide d’un poignard, les vizirs, princes et dignitaires de haut rang, pour démystifier le pouvoir de la victime, mais sans jamais redouter la mort (dans ces cas, l’objectif consistait à renforcer l’influence chiite sur le sunnisme).

Théoriquement, le pardon fait partie des traits de moralité recommandés en Islam. Dans le Coran on peut citer (24, 22)  « qu’ils pardonnent » ou encore (3,134) « l’Eden est destiné à …ceux qui savent maîtriser leur colère et qui pardonnent à ceux qui les offensent », voire aussi (42,43) « supporter avec patience et pardonner font partie des plus belles dispositions ». Le souci résulte d’une contradiction dans un verset qui incite au pardon tout en autorisant, corrélativement, la vengeance : « celui qui pardonne et s’amende sera récompensé par Dieu. Mais aucun recours ne pourra être exercé contre celui qui se venge d’un tort injustement reçu » (42,40-42). Or, comme en Islam, le meurtre est autorisé par la loi du talion (17,33), il suffit de tuer dans le cadre d’une vengeance pour ne pas être sanctionné. Ainsi, et pour rester en paix avec leur conscience, les palestiniens invoquent la vengeance pour commettre leurs crimes.

Aussi, dans le cadre d’un Grand Pardon généralisé entre israéliens et palestiniens, il conviendra de poser définitivement l’interdiction de la vengeance qui non seulement est absurde, tout à fait inutile, nocive pour la santé physique et mentale des palestiniens installés dans la haine, et contredit définitivement le principe du pardon.

Il conviendra également de faire admettre aux leaders charismatiques musulmans que l’Islam n’est pas la religion de la Vérité mais d’une vérité, que le choix par une personne d’une autre religion ne la place pas en contradiction avec sa propre nature, et que la conversion d’une personne à l’Islam n’est pas le seul moyen de se faire pardonner les péchés et les mauvaises actions commises dans le passé. Bref, que la religion de Mahomet est tout à fait compatible avec les autres grandes religions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Ramas Muhlbach - dans ANALYSES-INTERVIEW-DISCOURS
commenter cet article

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories