Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 20:28

 

ANALYSE A LA UNE

 

 

 

Le programme de missiles iranien a des ambitions nucléaires cachées "  Par Bruno TERTRAIS

 

Lire aussi

 

L'Iran a secrètement testé des missiles à capacité nucléaire

L’Iran dévoile son silo de missiles souterrain, prêt à une attaque américano-turque contre la Syrie. Dôme de Fer protège Haïfa.

 

SOURCE



• Les silos pourraient donner à l'Iran une capacité de " seconde frappe " et ouvrir la voie à l'installation de missiles à portée plus longue 
• L'Iran a maîtrisé la séparation des étages, permettant des portées supérieures à 2000 km 
• Un programme destiné à rendre l'Iran capable de couvrir toute l'Europe dans quelques années 
• Le programme spatial de l'Iran permet d'expérimenter davantage la technologie des missiles 
• Le programme des missiles bénéficie de l'aide de la Corée du Nord, de la Russie et de la Chine 
• L'Iran est devenu un exportateur de missiles 

 

Cette semaine, l'Iran a inauguré une nouvelle série de jeux de guerre, au cours desquels il a fait des essais de tir de plusieurs types de missiles et a révélé des silos de missiles balistiques souterrains. Parallèlement à ce qui est soupçonné être son programme d'armes nucléaires, l'Iran développe des missiles balistiques à portées de plus en plus importantes, qui pourraient potentiellement être utilisés pour délivrer des ogives nucléaires. Certains missiles iraniens sont déjà capables d'attaquer des régions d'Europe. Dans ce rapport spécial de Realite-EU, Bruno Tetrais, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), clarifie davantage le programme balistique ambitieux de la République islamique :

L'Iran possède l'un des programme de missiles les plus actifs et les plus diversifiés au monde, sous le contrôle des Gardiens de la révolution. On peut dire que ce programme a trois objectifs.

Le premier est constitué des capacités militaire et dissuasive. Téhéran possède déjà un arsenal important et diversifié de missiles opérationnels de petite et moyenne portée de 20 différents types environ, qui sont régulièrement utilisés dans le cadre d'exercices et de manœuvres très médiatisés. Ils incluent en particulier le Shahab-3, à combustible liquide avec une portée d'au moins 1000 à 1200km, et le Sejil-2 à combustible solide avec une portée d'au moins 2000 à 2200km.

Il y a quelques jours, Téhéran a révélé un complexe souterrain dans lequel les missiles étaient disposés en silos. Ceci pourrait donner à l'Iran une forme de capacité de " seconde frappe ", et/ou lui permettre poser les bases de l’installation des missiles plus lourds et à plus longue portée. La plupart des missiles iraniens ne sont pas très précis et seraient probablement utilisés en premier lieu dans les salves telles que les armes terroristes, plutôt que pour la destruction d'un objectif ponctuel. Ils remplacent de facto une force armée quasi inexistante.           

L'ambition de Téhéran de posséder des missiles capables de transporter une ogive nucléaire se cacher derrière cet objectif visible du programme iranien. Téhéran a travaillé pendant plusieurs années à l’adaptation d’une ogive de type nucléaire à tels missiles, tel que le montrent des essais initiés en 2004 sur le modèle d'un véhicule de rentrée à trois cônes ou " biberon " (que l'on peut voir sur des séquences de la télévision iranienne) et des preuves obtenues plus tard par l'Agence Internationale de l'Energie Atomique.

Il y a controverse et incertitude sur le fait que l'Iran puisse déjà posséder un missile à capacité nucléaire à plus longue portée appelé BM-25 en provenance de la Corée du Nord (lui-même basé sur le missile Soviétique SS-N-6). D'après ce qui est publiquement connu sur ses capacités, l'Iran ne semble pas avoir encore l'habilité de transporter une ogive nucléaire brute - par exemple basée sur l'ancien modèle chinois qui pourrait avoir été fourni par le réseau Khan, et qui pèse près d'une tonne – à des portées supérieures à 1000km ; il a, toutefois, déjà la capacité de lancer une charge utile plus légère à une distance d'au moins 2000km.  

Enfin, tout comme son homologue nucléaire, le programme de missiles iranien inclut un composant " pacifique " : une capacité de lancement spatial, en particulier la roquette Safir-2, qui est probablement destinée à présenter le pays comme une puissance émergeant de niveau mondial, tout en faisant d'autres essais avec la technologie de missiles. Téhéran semble maintenant posséder une capacité de lancement de satellite réelle et affirme avoir envoyé deux satellites dans l'espace en 2009 et 2011, bien qu'il soit capable, à ce stade, de n'envoyer en orbite que des objets petits et légers.

Quelle est la direction prise par le programme ? Ces dernières années, l'Iran a appris à maîtriser deux technologies clés. L'une étant la séparation des étages, qui permet des portées supérieures à 2000 kilomètres. L'autre étant la propulsion solide, qui permet des missiles plus fiables avec des capacités plus opérationnelles.

L'Iran est maintenant une " puissance balistique " mature. Mais le programme de Téhéran implique beaucoup d'essais. L'Iran essaie des formules et des modèles probablement dans la tentative d'impressionner le monde avec la diversité de son arsenal et sa recherche. Lorsqu'un nouveau missile, ou la variante d'un missile, a été testé avec succès, il ne va pas immédiatement ou automatiquement en production. 

La priorité des missiles iraniens est manifestement régionale. Par son propre aveu, Téhéran souhaite pouvoir cibler les bases américaines au Proche-Orient, en particulier dans le Golfe, ainsi que dans le territoire israélien. Rien n'indique à ce jour que Téhéran travaille sur un missile balistique à portée intercontinentale, et l'Iran affirme qu'il n'a pas l'intention de fabriquer des missiles d'une portée supérieure à 2000km.

Cependant, il n'y a aucune raison de prendre au pied de la lettre les déclarations de Téhéran et la logique du programme le conduit vers la capacité de couvrir tout le Proche-Orient et toute l'Europe dans quelques années. Contrairement au programme nucléaire, le programme des missiles avance assez lentement, progressivement – mais de façon stable et déterminée.

Il est important de noter que bien que les dirigeants iraniens revendiquent un effort tout à fait national, les missiles iraniens ont bénéficié et continuent à bénéficier d'une aide étrangère. La Corée du Nord a été un fournisseur clé de la technologie des systèmes à liquides. Les sociétés et les ingénieurs russes ont également été impliqués. La Chine a vendu à l'Iran des missiles balistiques au propergol solide à courte portée ainsi que la technologie des missiles de croisière.

Tout comme la Corée du Nord, l'Iran est devenu un exportateur de missiles, y compris, évidemment, plusieurs types de roquettes au Hezbollah au Liban, avec des rumeurs tenaces sur un système type Scud ayant été fourni au groupe. Les raisons ne manquent donc pas pour surveiller et contenir le programme de missiles iranien qui est explicitement ciblé par les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU.

 


Dr. Bruno Tertrais  
Dr. Bruno Tertrais est chercheur à la FONDATION POUR LA RECHERCHE STRATEGIQUE (FRS). Il fut par le passé assistant particulier du directeur des affaires stratégiques au ministère français de la Défense. Dr. Tertrais est diplômé de l'Université Paris-X avec une maîtrise en droit public, un DEA en politique comparée et un doctorat en sciences politiques. Ses domaines de spécialisation incluent la prolifération nucléaire, la dissuasion nucléaire, la stratégie militaire, le terrorisme, la stratégie des Etats-Unis et les relations transatlantiques. Dr. Tertrais a publié plusieurs livres et recherches y compris : " Le prochain débat nucléaire de l'OTAN " (2008) ; " La dissuasion nucléaire en 2030 " (2007) ; et " Les garanties de sécurité et la dissuasion prolongée dans la région du Golfe : une perspective européenne " (2009). 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chaibane 20/07/2011 17:18



Bien lire: Opium... Merci de votre attention. Par ailleurs, je tiens à rappeler que j'avais déjà soulevé le cas du financement de l'effort de guerre offensif des pasdarans par le trafic de
drogue. Ceci dit, il y a de cela deux ans, un internaute sur un site francais m'avait taxé de fripouille sioniste. J'ai cessé de collarorer mais non sans avoir avoir convaincu par des
arguments solides la grandeur et le pacifisme du sionisme. Quelques semaines plus tard, tous le monde s'est débinés et pour de bon car ils n'avaient plus rien à dire. Je rentre dans ce site
anti-sioniste et je ne vois plus leur pseudonyme. Je crois qu'ils étaient 5 ou 6. Aujourd'hui, avec ce petit commentaire sur le trafic de drogue iranien, il est certain que tous les services de
renseignements occidentaux vont trimer. Ils vont se dire, encore lui et nos vacances! Il vont recevoir de leur hiérarchie un fax libellé comme suit" Prière d'effectuer des investigations
approffondies et détaillées en Inde et en Chine et dans la région sur la base d'un commentaire envoyé par un internaute du Maroc à un blog israélien". Ils vont renvoyer un fax à leurs
supérieurs successifs, mais M. le directeur, nous avons trop à faire et nous manquons cruellement d'effectifs et en plus la Chine, l'Inde et l'Iran ce n'est pas une mince affaire et nous
n'avons pas encore vu nos familles depuis des semaines. Nous n'allons tout de même pas accordé un crédit à un internaute qui dit n'importe quoi. Réponse du directeur: grouillez-vous bande de
fainéants et c'est fini les missions à Honolulu et Sydney, en plus les indications de cet internautes sont pertinentes et méritent des vérifications. Maintenant, entre les services de
renseignements occidentaux dans le cadre de la coopération: Ah, si on l'attrappe celui-là, il va avoir de nos nouvelles.



Chaibane 20/07/2011 16:43



Bien lire: on publié en commun un communiqué. Merci de votre attention.



Chaibane 20/07/2011 16:38



 L'Iran a critiqué les Nations-Unies parce que celle-ci ne fait pas assez pour aider Téhéran à lutter contre le trafic de drogue (sic). Cela dit, le ministre de de l'Intérieur iranien a
rencontré lundi dernier à Téhéran, Youri fedotov dont il ressort de la réunion que les services de police iraniens procédent annuellement à la saisie de 200 tonnes de
drogues (opiom, héroine et morphine) dont le prix sur le marché mondial est estimé à 250 milliards de dollars. Par ailleurs, Youri fedotov est qui directeur exécutif de l'Office des Nations-Unies
contre la drogue et le crime a eu également une rencontre avec le ministre des Aff. étrangères iranien lequel a demandé au Nations-Unies d'éviter de politisé le dossier à cause du
différent qui oppose l'Iran à l'Occident. Il y a lieu de noter que Fetodov et les Iraniens ont publié en commun faisant l'éloge de l'Iran dans la lutte contre le trafic de drogue. "l'Iran a mis
en oeuvre une politique de lutte contre la drogue de la plus grande fermeté dans le monde, ajoutant (le communiqué) "que ces efforts méritent une reconnaissance internationale".


Remarques: Youri Fetedov a terni l'image des grandes démocratie en avalant les bla-bla du régime iranien. Ceci dit, le régime iranien finance son coûteux programme nucléaire militaire grâce aux
recettes de la drogue. Le régime iranien use de subterfuges afin de contourner les sanctions internationales en faisant du troc de marchandises avec la Chine et l'Inde. A noter que
l'Iran exporte du pétrole à l'Inde à hauteur de 12 millards par an. Selon, les milieux bancaires, Téhéran se heurte à des difficultés pour être payé en raison des sanctions. Mais les
Iraniens paradoxalement continuent d'approvisionner l'Inde alors que les ventes  n'ont pas variées d'un iota. Je ne pense pas que les livraisons de pétrole sont à
crédit. En même temps, un haut responsable chinois qu'on décrit comme très influent dans son pays a visité Téhéran et a rencontré le président iranien. Ces derniers ont décidé
officiellement d'élever les échanges commerciaux entre la Chine et l'Iran de 40 à 100 milliards par an. Il y a lieu de rappeler que le trafic de la drogue rapporte annuellement 500 milliards
de dollars ( statistiques des Nations-Unies), dont l'Iran se taille la part du lion. En conséquence, l'Administration américaine devra envisager et au plus vite une attaque préventive
atomique contre le régime iranien.


Sources: articles de presse et une courte appréciation personnelle.



Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories