Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 18:44

LE SOUTIEN DE L'IRAN AU TERRORISME INTERNATIONAL




Alain Rodier
21-01-2010





Depuis la révolution de 1979, qui a amené au pouvoir en Iran une théocratie chiite, les mollahs ont constamment utilisé l'arme du terrorisme à l'étranger afin de parvenir à leurs fins. Toutefois, Téhéran a toujours pris garde de systématiquement utiliser des intermédiaires, de manière à ne pas apparaître directement, ce qui aurait nuit à l'image de marque du régime, particulièrement dans les pays musulmans.

Parfois cette manière d'opérer a considérablement nuit à l'efficacité opérationnelle des actions entreprises. Ainsi, des « premiers couteaux » ont été arrêtés, mais jamais aucun système judiciaire de pays démocratique n'a réussi à prouver formellement l'implication du régime dans des actions répréhensibles. Seuls de forts soupçons concordants ont permis de lancer des mandats d'arrêt internationaux contre les plus hauts responsables du régime, mais comme ces derniers ne se sont évidemment pas présentés devant les juridictions concernées, leur responsabilité n'a pu être établie légalement. Les mollahs jouent à merveille de cette ambiguïté : ne pas reconnaître être derrière des opérations « Homo » (assassinats ciblés organisés par des services d'Etat), mais laisser entendre que toute personne qui s'oppose à leur politique peut constituer une cible potentielle. Rien de tel pour créer une indicible crainte, particulièrement au sein des pouvoirs politiques des pays démocratiques qui ne souhaitent pas que des vagues d'attentat terroristes aient lieu sur leur sol ou contre leurs intérêts à l'étranger. La réélection des gouvernements en place est souvent à ce prix.

Les buts poursuivis par Téhéran ont été multiples. En tête d'entre eux se trouve la lutte contre toute opposition. Suit la guerre contre les « grand et le petit Satan » (Etats-Unis et Israël), puis le règlement de litiges, comme cela a été le cas au milieu des années 1980 avec la France.

La lutte contre les opposants

La lutte acharnée contre les opposants au régime a toujours été une préoccupation majeure des mollahs. La liste des victimes d'attentats terroristes ciblés organisés par la Savama puis par le Vevak - les services spéciaux iraniens - et la force Al-Qods des Pasdaran est longue [1]. Elle comporterait plus d'une centaine de victimes, dont certaines sont particulièrement connues.

- Le 13 juillet 1989, Abdul Raman Gassemlou, le secrétaire général du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI) est assassiné à Vienne en compagnie d'Abdullah Ghaderi Azar et d'Amir Mansur Bozorgian. Ils avaient été attirés dans un piège par de « pseudos négociations » initiées par le régime des mollahs qui avait exprimé son souhait de « régler une fois pour toutes » le problème kurde en Iran.

- Le professeur Kazem Radjavi, ancien ambassadeur de l'Iran auprès de l'ONU et surtout frère aîné de Massoud Radjavi, le leader du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), est assassiné par balles à Genève, le 24 avril 1990. Suite à cette affaire qui a mis en cause pas moins de treize agents iraniens couverts par l'immunité diplomatique, la justice suisse a lancé en 1996 un mandat d'arrêt contre Ali Fallahian qui était alors le chef du Vevak.

- Le 7 août 1991, Chapour Bakhtiar, le dernier Premier ministre du Shah, est assassiné à l'arme blanche avec son secrétaire à son domicile en banlieue parisienne. Le commando de trois hommes a fait preuve à l'occasion d'un professionnalisme et d'un sang froid extraordinaires. En effet, Chapour Bakhtiar était alors protégé par une section de CRS qui n'y a vu que du feu ! Il avait fait l'objet d'une première tentative de meurtre en juillet 1980 qui avait coûté la vie à un policier et à une voisine de son appartement de Suresnes.

- Le 4 juin 1992, le représentant en Turquie du CNRI, Ali Akbar Ghorbani, est enlevé à Istanbul. Son corps est retrouvé quelques mois plus tard dans un parc de la ville. Il porte de nombreuses marques de torture qui laissent entendre qu'il a été interrogé avant d'être exécuté. Le lendemain, un attentat à la voiture piégée échoue de peu devant le siège de l'OMPI à Istanbul.

- Le 16 mars 1993, Mohammad-Hussein Naghdi, le représentant du CNRI en Italie, est assassiné par balles à Rome.

- Le 17 septembre 1992, le secrétaire général du PDKI (et successeur d'Abdul Rahman Gassemlou), Mohammad Sadegh Sharafkandi, Fattah Abdoli, Homayoun Ardalan et Nouri Dehkordi sont assassinés dans le restaurant Mykonos à Berlin. Depuis 1997, Ali Fallahian fait l'objet d'un autre mandat d'arrêt international pour son rôle de commanditaire dans cette affaire.

- Le 20 février 1996, Zahra  Rajabi, une responsable du CNRI résidant en France, est assassinée alors qu'elle effectue un voyage à Istanbul.

Bien sûr, cette liste n'est pas exhaustive. De nombreux autres Iraniens ayant fui le pays ont été rattrapés par les tueurs du régime et froidement assassinés, souvent « pour l'exemple ».

La lutte contre les Etats-Unis et Israël 

Les attentats contre les intérêts ou ressortissants américains et israéliens ont également été nombreux :

- Le 18 avril 1983, une voiture kamikaze bourrée d'explosifs s'encastre dans l'immeuble abritant l'ambassade des Etats-Unis au Liban. 17 morts sont décomptés.

- Le 23 octobre de la même année, un camion explose dans le cantonnement des Marines à Beyrouth. 241 militaires américains sont tués lors de cette opération. Non seulement les expertises américaines prouvent que le camion Mercedes Benz qui a servi de vecteur à l'explosion provenait bien d'Iran, mais Hachemi Rafsandjani ,alors représentant de l'ayatollah Khomeiny au sein du Conseil de la guerre, a revendiqué quasi-ouvertement cette opération.

Le but de ces deux attentats était de saper l'influence des Etats-Unis au Proche-orient en général et au Liban en particulier. La mission a été remplie car Washington a alors ordonné le départ des Marines de Beyrouth et Téhéran a ainsi pu étendre son influence sur le pays en passant par l'intermédiaire de son allié syrien et du Hezbollah libanais.

- Le 17 mars 1992, l'ambassade d'Israël en Argentine est visée par une attaque terroriste. 29 personnes sont tuées et 235 autres blessées. Ni les exécutants ni les commanditaires ne seront identifiés.

- Le 25 juin 1993, une bombe détruit de complexe d'Al Khobar en Arabie saoudite qui abrite des militaires américains. 19 Américains sont tués ainsi que 147 Saoudiens. Il semble que cette opération a été menée en liaison avec l'organisation naissante Al-Qaida [2]. Oussama Ben Laden ,alors réfugié au Soudan entretenait, à cette époque les meilleures relations avec le Hezbollah libanais. Un certain nombre d'activistes ont ainsi été formés par le mouvement chiite libanais, particulièrement aux attentats suicide. L'objectif poursuivi par cet attentat était de mettre à mal le régime saoudien considéré comme un adversaire par Téhéran et comme un ennemi personnel par Oussama Ben Laden, qui venait de se faire retirer en mai sa nationalité saoudienne.

- Le 18 juillet 1994, le centre juif d'Amia à Buenos Aires est détruit par une voiture piégée. 84 morts et 230 blessés sont relevés. L'enquête révèle que cette opération a été décidée par Rafsandjani lors d'une réunion du Conseil suprême de la sécurité nationale [3] qui s'est tenue le 14 août 1993 dans la ville de Mashad. Selon l'institution judiciaire argentine, le but poursuivi consistait à punir Buenos Aires d'avoir arrêté sa coopération avec l'Iran dans le domaine nucléaire. L'opération aurait été menée par la force Al-Qods des Pasdaran, alors commandée par le général Ahmad Vahidi. Cette unité d'élite composée de fanatiques est une sorte de « service action » qui se charge de toutes les opérations sales déclenchées à l'étranger. L'enquête amènera le lancement d'un mandat d'arrêt international contre Hashemi Rasfandjani, ancien président de la république islamique d'Iran et actuellement président du Conseil de discernement du bien de l'Etat ; Ali Akbar Velayati, à l'époque ministre des Affaires étrangères ; Mohsen Rezaï, alors commandant les Pasdaran et aujourd'hui secrétaire du Conseil de discernement des intérêts de l'Etat et soit disant « opposant » au président Ahmadinejad ; Ahmad Vahidi, actuel vice-ministre de la Défense ; Ahmad Reza Askari, ancien troisième secrétaire auprès de la représentation diplomatique iranienne en Argentine, en fait officier supérieur des Pasdaran ; Mohsen Rabbani, chef des écoles théologiques à l'étranger et proche conseiller de Khamenei ; et Ali Fallahian, actuel conseiller en sécurité du Guide suprême de la révolution.

En Irak et en Afghanistan, Téhéran est fortement soupçonné avoir soutenu certains mouvements rebelles. Même Al-Qaida aurait servi de paravent à certaines opérations. En effet, une « branche iranienne » de l'organisation semble être active. Elle est commandée par l'ancien colonel des forces spéciales égyptiennes, Saif al-Adel. De plus, des membres de la famille d'Oussama Ben Laden y sont « accueillis » et servent en quelque sorte de « monnaie d'échange ». Même le chef d'Al-Qaida en Irak, Abou Moussab Al-Zarqaoui, tué le 7 juin 2006, aurait été, du moins à l'origine, un agent recruté par les services iraniens. Il se serait ensuite affranchi des liens l'unissant à ses mentors et se serait lancé dans les attentats à grande échelle contre les populations chiites d'Irak. Cela expliquerait sa fin : il aurait tout simplement été « donné » aux Américains par les services iraniens.

L'objectif dans ces deux Etats est double pour Téhéran : créer des abcès de fixation qui empêchent les Américains d'envisager toute action militaire contre les installations nucléaires iraniennes et contrôler, autant que faire se peut, les différents mouvements autochtones dont les anciens gouvernants ont été considérés comme des ennemis importants de l'Iran. En conséquence, l'idée d'un Irak et d'un Afghanistan instables semble rencontrer la faveur des mollahs iraniens.

Cette liste d'opérations terroristes ne prend pas en compte les attentats ciblés dirigés contre des membres des services Américains ou des Israéliens. Ces derniers font partie de la guerre secrète que se livrent les services concernés [4], mais ne peuvent être qualifiés d'« actes terroristes » qui, par définition, visent pour leur part à un maximum de publicité.

Litiges avec la France

Bien que la France ait accueilli l'ayatollah Rouhollah Khomeiny en France, à Neauphle-le-Château, d'octobre à 1978 à janvier 1979, le régime des mollahs ne montrera aucune sympathie à l'égard de Paris. Il faut dire qu'aux yeux de Téhéran, la France sera rapidement considérée comme un pays hostile. En effet, les opposants au régime trouveront en France la terre d'exil qui leur convient. Ensuite, Paris soutiendra l'Irak dans la guerre qui l'oppose à l'Iran, particulièrement en fournissant des armes, dont des Mirages F1, des Super étendards, des missiles Exocet et de nombreuses munitions.

La réponse de Téhéran sera énergique. Elle se traduit par des prises d'otages au Liban et des attaques terroristes. La plus spectaculaire est l'attentat au camion piégé qui a lieu à Beyrouth contre l'immeuble Drakkar , le 23 octobre 1983, qui fait 61 victimes françaises.

De nombreux attentats à la bombe ont également lieu sur le sol français, particulièrement en région parisienne, au cours de la période 1985-86 : 23 février 1985, magasin Marks & Spencer : un mort, 14 blessés ; 9mars 1985 cinéma Rivoli Beaubourg, 18 blessés ; 7 décembre 1985, double attentat contre les Galeries Lafayette et le Printemps Haussmann, 43 blessés ; 3 février 1986, hôtel Claridge, 8 blessés ; 4 février, magasin Gibert Jeune, 5 blessés ; FNAC Sport du Forum des Halles, 22 blessés ; 17 mars 1986, une bombe dans le TGV Paris-Lyon à hauteur de Brunoy, 29 blessés ; 8 septembre, bureau de poste de l'hôtel de ville à Paris, un mort et 21 blessés ; 12 septembre, cafétéria du super marché Casino à la Défense, 54 blessés ; 14 septembre, Pub Renault sur les Champs-Elysées, deux policiers et un maître d'hôtel sont tués alors qu'ils ont détecté l'engin explosif ; 15 septembre, locaux des services du permis de conduire de la Préfecture de police, un mort et 56 blessés ; 17 septembre, magasin Tati rue de Rennes, sept morts et 55 blessés.

La DST découvrira que le réseau Ali Fouad Saleh responsable de ces vagues de terreur était placé sous les ordres du Hezbollah libanais. L'officier traitant d'Ali Fouad Saleh aurait été Hussein Mazbou, un haut responsable du Hezbollah proche collaborateur d'Imad Fayez Mughniah, le responsable opérationnel pour l'étranger du mouvement [5].

Un autre litige provient du problème d'Eurodif, projet de production d'uranium enrichi dans lequel Téhéran était partie prenante depuis le Shah. Sous la pression, la France finira par rembourser Téhéran à hauteur de 1,6 milliard de dollars. A noter qu'à ce propos, un mystère entoure encore l'assassinat de Georges Besse, PDG de Renault mais également ancien président du directoire d'Eurodif. Il est abattu le 17 novembre 1986, jour du premier remboursement de la France à l'Iran. Certains experts avancent l'idée que le groupe Action Directe, qui a commis puis revendiqué cette opération, était en fait manipulé par les services secrets iraniens. Cela est du domaine du possible puisque les services iraniens ont toujours privilégié l'utilisation d'intermédiaires qui servaient de « fusibles ».

Aujourd'hui, les relations politiques bilatérales entre les deux Etats sont exécrables car Paris insiste sur le respect des Droits de l'Homme en Iran et occupe une place de premier rang au sein des pays qui s'opposent au développement du programme nucléaire iranien. Nul doute que si le besoin s'en fait sentir, Téhéran pourra utiliser de nouveau l'arme du terrorisme contre les intérêts français.

Les liens de Téhéran avec les mouvements terroristes étrangers 

Téhéran a toujours maintenu secrètement des relations avec les mouvements terroristes étrangers de manière à pouvoir les utiliser à son profit. Cependant, les preuves formelles sont rares.

En 1995, une conférence secrète aurait eu lieu en Iran sous l'égide des Gardiens de la Révolution (Pasdaran). Elle a rassemblé des représentants des mouvements terroristes suivants : l'Armée rouge japonaise, l'Armée secrète arménienne, le PKK, le parti irakien Dawah, le Font islamique de libération du Bahrain et le Hezbollah libanais. Le but poursuivi à l'époque était la déstabilisation des Etats du Golfe persique. Téhéran aurait alors proposé son aide à ces différents mouvements, notamment en matière d'entraînement.

Aujourd'hui, Téhéran utilise surtout le Hezbollah libanais (voir ci-dessous) mais aurait également des contacts au sein de différents mouvements révolutionnaires sud-américains. Ces derniers auraient lieu au Venezuela - le président Hugo Chavez ne cache pas sa profonde sympathie pour le régime iranien - et dans la région des trois frontières (Foz de Iguaçu) située entre le Paraguay, l'Argentine et le Brésil.

Le Hezbollah libanais 

Le Hezbollah libanais, fondé en juin 1982, est un mouvement chiite libanais qui possède une branche armée appelée la Résistance islamique. En fait, depuis l'origine, ce mouvement est infiltré, rémunéré et dirigé en sous-main par Téhéran. Il est utilisé non seulement au Liban, mais aussi à l'étranger pour servir les intérêts du régime des mollahs.

Son chef, le Cheikh Hassan Nasrallah, qui est sorti vainqueur, du moins sur le plan psychologique du conflit qui a opposé son mouvement à l'Etat d'Israël en juillet-août 2006, réorganise son mouvement et se prépare à de nouvelles opérations destinées à reprendre le combat si l'ordre lui en est donné.

Parallèlement, sur instructions de Téhéran, le Hezbollah fournirait armements et formations au Hamas et au Djihad islamique palestiniens (qui sont pourtant des mouvements sunnites) en vue d'un prochain conflit. En effet, la tactique envisagée par Téhéran en cas de frappes israéliennes sur ses installations nucléaires consiste à ouvrir d'autres fronts qui obligeraient l'adversaire à disperser ses forces. De l'aveu même de Galeb Abou Zeinab, un membre dirigeant du Hezbollah, «  la coopération avec le Hamas est la meilleure possible. Nous discutons en permanence ensembles et échangeons nos expériences. Le Hezbollah tente d'aider le Hamas du mieux qu'il le peut  ». La Cisjordanie n'est pas oubliée et le Hezbollah serait en train d'y déployer des activistes afin d'y constituer un front supplémentaire. Même les services de sécurité israéliens reconnaissent que la menace représentée par le Hezbollah dans cette zone y est supérieure à celle du Hamas et du Fatah ! Un autre front pourrait s'ouvrir dans le Golan, un nouveau mouvement ayant fait son apparition : le « Front de libération du Golan » qui serait en fait une émanation du Hezbollah libanais appuyé par des conseillers iraniens et syriens.

Le Hezbollah profite de l'importante communauté libanaise expatriée pour tisser ses réseaux à l'étranger. Très présent sur le continent africain, sud-américain, ce mouvement est capable d'apporter une aide logistique, voire opérationnelle, à des actions terroristes qui pourraient viser les intérêts occidentaux sur ces continents.

Le rôle des ambassades iraniennes

Bien qu'il s'en défende, l'Iran peut également fournir un appui logistique à des activistes à l'étranger, grâce à ses nombreuses représentations diplomatiques, culturelles ou même des ONG. Il est à remarquer que partout où des changements politiques ont amené au pouvoir des responsables hostiles aux Etats-Unis - tout particulièrement en Amérique latine - les représentations diplomatiques iraniennes ont été considérablement renforcées sans que les échanges politiques, économiques ou culturels avec ces Etats ne le justifie. Washington soupçonne Téhéran de mettre en fait en place un réseau logistique destiné à nuire aux Etats-Unis, peut-être en utilisant l'arme du terrorisme. C'est ainsi que des filières d'infiltration d'agents clandestins à destination de l'Amérique du Nord auraient été mises en place à partir du Nicaragua et du Venezuela.

 

 

*

 

 

Le terrorisme est un moyen de combat au même titre que la guérilla. Téhéran a montré dans le passé qu'à défaut d'armes de destruction massive, il ne répugnait pas à recourir au terrorisme d'Etat car c'est en quelque sorte « l'arme du faible au fort ». L'Iran en a les moyens humains, techniques et pratiques grâce à ses réseaux qui couvrent une grande partie de la planète. Si un bras de fer sévère s'engage vraiment entre les Occidentaux et la république théocratique, il est très probable que des opérations terroristes seront déclenchées comme moyen de rétorsion. L'identification formelle du commanditaire sera difficile à faire car les services iraniens sont passés maîtres dans le domaine du brouillage de pistes en utilisant des mouvements qui servent d'écrans de dissimulation.



  • [1] Voir les Notes d'actualité n°194 de novembre 2009 et n°200 de janvier 2010.
  • [2] Al-Qaida a été officiellement créée en 1991.
  • [3] CSSN, la plus haute juridiction en matière de défense en Iran.
  • [4] Voir les Notes d'actualité n°107 de novembre 2007 et n°117 de février 2008.
  • [5] Il a été assassiné à Damas le 12 février 2008, vraisemblablement par le Mossad.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories