Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 13:52

Le Yémen, nouveau fief d'Al-Qaïda

Par AP 
03.01.10
http://fr.jpost.com/

Le Yémen a déployé des centaines de soldats supplémentaires dans deux provinces montagneuses de l'est de son territoire, bastions d'Al-Qaïda. L'envoi de ces renforts dans une région reculée largement hors de contrôle du gouvernement central témoigne des efforts récents de Sanaa pour lutter contre le terrorisme.

Un soldat yéménite patrouille devant l'ambassade américaine à Sanaa. 
PHOTO: AP , JPOST

Les Etats-Unis envisagent pour leur part de plus que doubler leur aide anti-terroriste à ce pays en 2010, comme l'a annoncé le général David Petraeus, commandant des forces américaines engagées en Irak et en Afghanistan. Washington a déjà consacré 67 millions de dollars (46,8 millions d'euros) à la formation et au soutien au Yémen contre le terrorisme en 2009. Seul le Pakistan a reçu davantage - environ 112 millions de dollars (78,2 millions d'euros). En réponse aux nombreuses menaces d'attentats, Washington a néanmoins décidé de fermer son ambassade, dimanche.

Retour sur le vol Amsterdam-Détroit

Par ailleurs, le président Barack Obama a accusé, samedi, la branche yéménite d'Al-Qaïda d'avoir entraîné et équipé le Nigérian de 23 ans Umar Farouk Abdulmutallab, qui a tenté d'allumer un dispositif explosif peu avant l'atterrissage de son avion à Détroit le 25 décembre dernier. Le jeune homme, qui a été maîtrisé et arrêté, a déclaré aux enquêteurs américains avoir reçu formation et ordre de dirigeants de la cellule terroriste au Yémen.

Dans les régions de Marif et Jouf, de nombreux dirigeants tribaux, mécontents du gouvernement de Sanaa, ont offert l'asile aux combattants d'Al-Qaïda, yéménites et étrangers venant notamment d'Arabie Saoudite, d'Irak ou d'Afghanistan. L'armée yéménite a mené plusieurs raids aériens et terrestres dans les provinces alentours, en décembre, visant des dirigeants de la branche locale du réseau terroriste

Vol 253: Obama met en cause al-Qaïda dans la péninsule arabique

Vol 253: Obama met en cause al-Qaïda dans la péninsule arabique

 

PAR PHILIP ELLIOTT, ASSOCIATED PRESS
02 janvier 2010 13:14
HONOLULU - Barack Obama a clairement mis en cause samedi la branche d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique dans l'attentat avorté du jour de Noël à bord du vol 253 de la Northwest Airlines, reliant Amsterdam à Detroit.

"Nous en apprenons de plus en plus au sujet du suspect", a dit le président américain lors de son allocution hebdomadaire, diffusée alors qu'il est en vacances à Hawaï.

Avec cette déclaration, Barack Obama effectue le lien le plus direct à ce jour entre le suspect, Umar Farouk Abdulmutallab, et le réseau terroriste et ses diverses franchises.

Elle intervient alors que l'affaire de l'attentat manqué a déclenché un examen en profondeur du fonctionnement du renseignement américain, afin de comprendre pourquoi les divers services, sur la sellette, n'ont rien vu venir. Leurs responsables s'apprêtent d'ailleurs à passer des moments fort inconfortables devant le Congrès, lequel va se pencher sur le criant déficit de communication entre agences spécialisées.

Et, dès mardi, les responsables de la sécurité intérieure au sein du gouvernement sont convoqués à la Maison Blanche, pour une réunion consacrée à ces manquements, présidée par un Barack Obama qui ne leur ménage pas ses critiques.

Samedi, le président a retracé le parcours du jeune Nigérian de 23 ans, inculpé pour avoir voulu faire sauter l'avion de la Northwest Airlines. "Nous savons qu'il s'est rendu au Yémen, un pays confronté à une pauvreté écrasante et des insurrections sanglantes. Il semble qu'il ait rejoint les rangs d'une filiale d'Al-Qaïda et que ce groupe -Al-Qaïda dans la péninsule arabique-, a assuré sa formation, l'a équipé avec ces explosifs et lui a ordonné d'attaquer cet avion à destination de l'Amérique".

Abdulmutallab, un Nigérian de 23 ans, a été maîtrisé alors qu'il essayait d'enflammer un dispositif artisanal peu avant l'atterrissage à Detroit. Il avait passé plusieurs mois au Yémen, d'août jusqu'au 7 décembre, officiellement pour y étudier l'arabe dans une école pour étrangers de Sanaa, mais n'assistant que rarement à ses cours pendant de longues périodes.

"Ce n'est pas la première fois que ce groupe nous prend pour cibles", a ajouté Barack Obama. "Ces dernières années, ils ont commis des attentats à la bombe contre des sites du gouvernement yéménite ainsi que des hôtels, restaurants et ambassades occidentaux, dont notre ambassade en 2008, tuant un Américain", a-t-il rappelé. "Donc, en tant que président, j'ai donné la priorité au renforcement de notre partenariat avec le gouvernement yéménite, en formant et équipant leurs forces de sécurité, en partageant le renseignement et en travaillant avec eux pour frapper les terroristes d'Al-Qaïda".

L'année dernière, Washington a débloqué 67 millions de dollars pour le Yémen. Seul le Pakistan, premier pays de la ligne de front anti-terroriste et limitrophe de l'Afghanistan, aura reçu une enveloppe plus importante.

Et selon Barack Obama, cet argent aura été bien dépensé au Yémen. "Des camps d'entraînement ont été frappés, des chefs éliminés, des complots déjoués. Et tous ceux impliqués dans la tentative terroriste de Noël doivent le savoir: vous aussi, vous aurez à rendre des comptes", a-t-il lancé.

Une aide anti-terroriste au Yémen va en outre "plus que doubler" en 2010, a annoncé vendredi à Bagdad le général David Petraeus, responsable militaire américain supervisant les guerres d'Irak et d'Afghanistan. Il a estimé que le Yémen était une cible de choix pour une implantation d'Al-Qaïda, entre relief accidenté, faiblesse du gouvernement central, pauvreté et population d'une extrême

Sur le terrain, le gouvernement yémenite a d'ailleurs renforcé ses opérations: des centaines de soldats ont été déployés samedi dans deux provinces montagneuses à l'est de la capitale, celles de Marib et de Jouf, où la présence d'Al-Qaïda serait la plus forte et où Sanaa n'exerce qu'une autorité limitée, les tribus locales faisant la loi.

Sanaa a enfin salué comme un pas positif l'initiative du Premier ministre britannique Gordon Brown: ce dernier a annoncé sa volonté d'organiser, le 28 janvier, une conférence internationale sur les moyens de contrer la radicalisation en cours qui menace le Yémen. 

http://www.journalmetro.com/ 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories