Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 22:11





Confronter les juifs qui diffament les juifs


 


Le temps est venu de  tracer des lignes rouges pour séparer  les critiques légitimes et les initiatives qui visent a diaboliser  Israel.

Le rôle infamant de Richard Goldstone en temps que responsable symbolique du rapport de l`UNHRC accusant l`armée israélienne de crimes de guerre n`est qu'un exemple parmi ceux de nombreux  juifs éminents qui exploitent leurs origines pour diffamer leur peuple.

En fait, jusqu`a récemment, Goldstone était considéré comme un juif respectable voire même un sioniste. Il a été aveuglé par son  orgueil démesuré et son ego et s'est  laisse séduire par les plus acharnes ennemis  de son peuple jusqu'à apporter une légitimation aux accusations de calomnies « Blood ribel » portées contre l`état d`Israel

A la différence de Goldstone, la plupart des juifs renégats, y ont été  poussés en désespoir de cause, voulant  se  décharger  du poids de  leurs racines culturelles et ethniques  qu'ils considéraient comme répressives.

L`historien Jacob Talmon a décrit, cette attitude déviante comme  « une névrose juive » en réponse a des siècles d`oppression et de statuts de Paria.

Les prétendus engagements  de ces juifs envers les  valeurs universelles et humanitaires sont en général démenties  par des attaques extrêmes contre leur propre peuple et leur association avec des commanditaires ouvertement antisémites.

Différents courants de juifs de ce genre sont apparus au XIX eme siècle dés le début de l`émancipation  des juifs. Karl Marx en est un  exemple classique, ses diatribes antisémites se traduisaient par des  phrases violentes comme «  L`argent est le d.ieu jaloux d`Israel, à coté duquel aucun autre d.ieu ne peut exister …. L`émancipation sociale du juif c`est l`émancipation du judaïsme de la société  ».

Dans la Russie tsariste, certains  révolutionnaires sociaux juifs ont même participé a des pogroms contre leurs propres parents, espérant qu'en  déversant leurs frustrations sur les juifs, les masses finiraient par se  retourner contre le tsar.

Leurs successeurs, la  Yevsektsiya, la célèbre section juive du parti communiste soviétique, devinrent les plus vicieux persécuteurs de leur propre peuple, s`acharnant a supprimer toutes les manifestations de la vie culturelle et religieuse juive. En fin de compte, ils furent également liquidés lors des campagnes antisémites de Staline.


De nombreux juifs en dehors de l`Union Soviétique adhérèrent au  parti communiste croyant a tort  que c`était la manière la plus efficace de combattre le nazisme. Mais une fois dans le parti, ils subirent un lavage de cerveau et applaudirent lorsque le régime diabolique soviétique exécuta leurs parents et mis en place un antisémitisme institutionnalisé d`État.   

Après la Shoa et la lutte pour la création de l`état d`Israel, la plupart des juifs antisémites hibernèrent. La situation de la communauté juive soviétique devient un cri de ralliement unissant les juifs a travers le monde, le peu de juifs étant restés communistes fut marginalisé.

Le premier ministre de l`état  moderne d`IsraelDavid Ben-Gouron, un véritable social démocrate comprit les dangers que posaient les partisans de l`aile gauche nihiliste. Il lutta avec acharnement pour neutraliser les extrémistes et les post-sionistes qui ne purent devenir influents qu'après la fin de son mandat  et a la fin de  l`hégémonie du Parti Mapai-Labor.


Aujourd
`hui, malgré qu'il ne représente qu'une faible minorité. L`influence disproportionnée des juifs extrémistes anti-sionistes dans la campagne mondiale diabolisant Israel  a atteint des niveaux jamais atteint.

Ironiquement les pires éléments proviennent d`Israel

Il existe une agitation acharnée chez des universitaires qui abusent de leur liberté académique en utilisant leurs universités comme rampes de lancement pour déligitimer leur propre pays. 

Neve
 Gordon, un conférencier en sciences politiques a l`Universite Ben-Gourion et un diffamateur juif typique de Sion, a publié une tribune l`an dernier dans le Los Angeles Times appelant la communaute internationale a boycotter Israel.
Lui et d`autres comme lui, payés par le gouvernement israelien et par les sionistes philanthropiques de la Diaspora, exploitent leurs positions académiques pour soutenir ceux qui veulent nous détruire.
Une récente étude par Im Tirtzu prétend que 90 % des fausses allégations sur les crimes de guerre israéliens provenant d`Israel, cites dans le rapport Goldstone, ont été fournis par 16 ONG qui ont reçu près de 8 millions $ du New Israel Fund  (NIF), une organisation prétendant promouvoir l`intégration sociale et le bien-être en Israel, dirigée par un ancien Meretz MKNaomi 'hazan .

Le NIF sponsorisent aussi des groupes  arabes israéliens promouvant un état bi-national et des tournées de conférences US données par des arabes israéliens le jour de l`indépendance d`Israel,  promouvant la Nakba et appelant les juifs américains a utiliser leur influence pour faire remplacer le drapeau Israélien et la Hatikva


L'an dernier, Haaretz a mis en lumière des rapports accusant l`armée israélienne de crimes de guerre qui furent ensuite prouvés comme mensongers. Ceux-ci ont reçu une couverture massive des médias internationaux  et ont ainsi largement contribué a créer un climat hostile anti-israélien avant la publication du  rapport Goldstone.

Le ROT s`étend en Diaspora, ou évidement des groupes anti-israéliens emploient maintenant des porte-paroles juifs pour couvrir leurs préjuges et leurs « deux poids deux mesures ».Aux US, les diabolisateurs de Sion ont exploité le refroidissement  des relations entre l`administration d`Obama et Israel.

L`ancien directeur de l`American Jewish Congress, Henry Siegman, décrit Israel comme «  le seul régime d'Apartheid du monde occidental ».
Les étudiants juifs  sur les campus supportent de plus  en plus d`attaques de diatribes anti-Israel par des universitaires juifs comme Norman Finkelstein, qui soutient les iraniens et les terroristes, en allant jusqu'a exploiter la souffrance de ses parents dans  la Shoah pour deligitimer Israel..
Au Royaume Uni, le juif parlementaire Gerald Kaufman compare le Hamas aux juifs combattants dans le Ghetto de Varsovie, ne tenant aucun compte de la Charte du Hamas qui déclare que le jour de jugement ne viendra pas avant que tous les juifs soient tués.
En Belgique, un auteur dramatique a écrit une pièce dans laquelle les philistins prennent le rôle des israéliens et Samson y devient un héros palestinien utilisant une veste bourrée d`explosifs pour désintégrer ses oppresseurs..
Shlomo Sand, un conférencier de sciences politiques a l`Université de Tel Aviv a obtenu son statut de célébrité en Europe en publiant un livre intitule « L`invention du Peuple Juif » un fatras de parfait non sens  promouvant la thèse qu`étant en réalité les descendants des Khazars de la région de la mer noire qui se sont convertis au judaïsme au XVIII eme siècle, les juifs n`ont aucune affinité historique avec le pays d`Israel.  
Ceci a été repris dans un article du Financial Times UK écrit par Tony Judt, un historien américain, qui considère la création d`Israel comme une erreur et est en faveur d`un etat binational.
Sous le titre « Israel doit en "découdre" de ses mélanges ethniques » Judt exprime l`espoir que les juifs américains se détachent  eux mêmes d`Israel comme les irlandais américains l`ont fait de l`Irelande.
Le temps est venu d`agir – non pas de supprimer la liberté d`expression mais de tracer des lignes rouges entre la critique légitime de la politique du gouvernement et les initiatives visant a diaboliser Israel. La premier chose a faire est de priver de  titularisation dans les institutions éducatives sponsorisées par le gouvernement, les universitaires qui collaborent sans scrupules avec nos ennemis.
Il est rassurant que l`opposition Kadima MKs demande maintenant une enquête que nous espérons bipartisane dans les activités et les financements du NIF et autres ONG.
A chaque critique, ceux qui appellent au boycott de leur propre pays et qui diabolisent l`armée israélienne en les traitant de criminels de guerre ont le culot de traiter leurs critiques de Mc Carthystes, de fachistes, de calomniateurs  qui utilisent ces méthodes pour  les menacer. C`est leur attitude qui est   moralement répréhensible, et nous ne devons pas nous laisser intimider par de telles tactiques hypocrites.
 
Les israéliens et la communauté juive internationale ne devraient pas se faire d`illusions. Les dommages infliges par des juifs collaborant avec les ennemis d`Israel pour diaboliser et déligitimiser leur pays sont immenses. La seule façon de neutraliser l`impact de ces groupes renégats est de les démasquer et de les confronter.

 

 




http://wordfromjerusalem.com/

Confronting Jews who defame Jews (1)

February 10, 2010 • Category: Diaspora JewryIsrael

The time has come to draw red lines between legitimate criticism and initiatives seeking to demonize Israel.

Richard Goldstone’s infamous role as the token head of the UNHRC report accusing the IDF of war crimes is only one example of prominent Jews who exploit their origins as a way to defame their people. In fact, until recently, Goldstone was considered a respectable Jew, even a Zionist. He was blinded by hubris and ego, and allowed himself to be seduced by the bitterest enemies of his people into providing legitimization for a blood libel against the Jewish state.

Unlike Goldstone, most Jewish renegades were driven by desperation to unburden themselves from what they regarded as their repressive ethnic and cultural roots. Historian Jacob Talmon described such deviant behavior as “a Jewish neurosis” in response to centuries of oppression and pariah status.

The purported commitment of these Jews to universal and humanitarian values was usually belied by extreme attacks on their own people and association with sponsors who were outright anti-Semites.

Streams of such Jews emerged during the 19th century in the wake of emancipation. A classic example was Karl Marx, whose anti-Semitic diatribes were reflected in outbursts like “money is the jealous god of Israel, by the side of which no other god may exist… The social emancipation of the Jew is the emancipation of society from Judaism.”

In czarist Russia, some Jewish social revolutionaries even endorsed pogroms against their own kinsmen, hoping that by venting their frustrations on Jews, the masses would ultimately turn on the czar.

Their successors, the Yevsektsiya, the notorious Jewish section of the Soviet Communist Party, became the most vicious persecutors of their own people, frenziedly suppressing all manifestations of Jewish cultural and religious life. Ultimately they too were liquidated in Stalin’s anti-Semitic campaigns.

Many Jews outside the Soviet Union joined the Communist Party out of a mistaken conviction that it represented the most effective way to combat Nazism. But once in the party, they became brainwashed, and applauded as the evil Soviet regime executed their kinsmen and institutionalized state-sponsored anti-Semitism.

AFTER THE Holocaust and the struggle to create the State of Israel, most Jewish anti-Semites hibernated. As the plight of Soviet Jewry became a rallying call uniting Jews throughout the world, the few remaining Jewish communists were marginalized.

Modern Israel’s first prime minister, David Ben-Gurion, a genuine social democrat, appreciated the dangers posed by left-wing nihilists. He strove strenuously to neutralize the extremists and post-Zionists, who only became influential after his retirement and the end of Mapai-Labor Party hegemony.

Today, despite representing a small fringe, the disproportionate influence of anti-Zionist Jewish extremists in global campaigns demonizing Israel has reached an all-time high.

Ironically, the worst elements emanate from Israel.

There is the frenzied agitation by Israeli academics who abuse academic freedom by utilizing their universities as launching pads to delegitimize their own country. Neve Gordon, a political science lecturer at Ben-Gurion University and a typical Jewish defamer of Zion, published an opinion piece last year in The Los Angeles Times calling on the international community to boycott Israel. He and others like him, funded by the Israeli government and philanthropic Diaspora Zionists, exploit their academic positions to support those seeking to destroy us.

A recent study by Im Tirtzu claims that over 90% of the false allegations of Israeli war crimes originating from Israel cited in the Goldstone report were provided by 16 NGOs who received close to $8 million from the New Israel Fund, an organization purporting to promote social integration and welfare in Israel, headed by former Meretz MK Naomi Chazan. The NIF also sponsors Arab-Israeli groups promoting a bi-national state and US lecture tours by Arab Israelis on Israel Independence Day promoting the Nakba and calling on American Jews to use their influence to replace The Israeli flag and Hatikva.

Last year Haaretz highlighted reports accusing the IDF of war crimes which were subsequently proven false. These received massive global media exposure and made a major contribution toward creating the hostile anti-Israeli climate preceding the Goldstone report.

THE ROT extends to the Diaspora, where as a matter of course anti-Israeli groups now employ Jewish spokesmen to cover up their bias and double standards. In the US, the demonizers of Zion are exploiting the eroding relationship between the Obama administration and Israel. Former American Jewish Congress director Henry Siegman described Israel as “the only apartheid regime in the Western world.” Jewish students at campuses are increasingly bombarded with anti-Israel diatribes by Jewish academics such as Norman Finkelstein, who supports Iranians and terrorists, even exploiting the Holocaust suffering of his parents to delegitimize Israel.

In the UK, Jewish parliamentarian Gerald Kaufman compares Hamas to Jewish fighters in the Warsaw Ghetto, disregarding the Hamas Charter which declares that the Day of Judgment will not come until all Jews are killed.

In Belgium, a Jewish playwright scripted a play in which the Philistines assume the role of Israelis and Samson emerges as a heroic Palestinian using a dynamite-loaded vest to blow up his oppressors.

Shlomo Sand, a political science lecturer at Tel Aviv University, achieved celebrity status in Europe by publishing a book titled The Invention of the Jewish People, a farrago of utter nonsense promoting the thesis that being the descendents of the Khazars from the Black Sea region who converted to Judaism in the eighth century, Jews have no historical affinity with the Land of Israel.

This was endorsed in a recent UK Financial Times article by Tony Judt, an American historian who regards the creation of Israel as a mistake and favors a binational state. Under the title “Israel must unpick its ethnic mix,” Judt expressed the hope that American Jews would detach themselves from Israel, as Irish-Americans did from Ireland.

The time has come for action - not to suppress freedom of expression, but to draw red lines between legitimate criticism of government policies and initiatives seeking to demonize and delegitimize the Jewish state. The first step must be to deny tenure in government-sponsored educational institutions to academics who brazenly collaborate with our enemies.

It is gratifying that opposition Kadima MKs are now calling for what will hopefully become a bipartisan investigation into the activities and sources of funding for the NIF and other NGOs.

Whenever criticized, those who call for boycotts of their own country and demonize the IDF as war criminals have the chutzpah to try to defame their critics as McCarthyites and fascists, and threaten libel proceedings. It is their behavior which is morally reprehensible, and we must not be intimidated by such hypocritical tactics.

Israelis and the global Jewish community should be under no illusions. The damage inflicted by Jews collaborating with Israel’s enemies to demonize or delegitimize their country is immense. The only way to neutralize the impact of these renegade groups is to expose and confront them.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dominique 14/02/2010 22:25


Et voila la version pour le moins oriente du Monde a ce sujet.
J`avoue que je suis tres tres en colere En Israël, les défenseurs des droits de l'homme redoutent une "chasse aux sorcières"
LE MONDE | 09.02.10 | 14h58 • Mis à jour le 09.02.10 | 20h24 Réagissez (12) Recommandez Classez Imprimez Envoyez Partagez
Partagez :Buzzer !


Jérusalem Correspondant

Les intéressés parlent de climat de "chasse aux sorcières", et Gideon Levy, éditorialiste franc-tireur du quotidien Haaretz, n'hésite pas à dénoncer l'orientation "maccarthyste" du mouvement Im
Tirtzu. Se drapant dans la défense des "valeurs du sionisme", celui-ci a lancé une violente campagne contre le New Israel Fund (Nouveau fonds israélien, NIV), une fondation qui finance les
principales organisations de défense des droits de l'homme israéliennes, et sa présidente, le professeur Naomi Chazan.


Recevez dès 9 heures les titres du journal à paraître dans l'après-midi
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts

Sur le même sujet

Compte-rendu
Le Hamas assure ne jamais s'être excusé pour la mort de civils
Compte-rendu Le Hamas "regrette" la mort de civils israéliens pendant la guerre de Gaza

Les faits Guerre de Gaza : Ban Ki-moon sceptique sur la crédibilité des enquêtes menées

Les faits Goldstone : Israël se défend d'avoir commis des crimes de guerre à Gaza

Les faits Deux officiers israéliens sous le coup d'une procédure disciplinaire

Edition abonnés Archive : Enquête sur les méthodes de Tsahal à Gaza
Selon Im Tirtzu, qui a reçu le puissant soutien du quotidien populaire Maariv, le NIV finance les seize organisations non gouvernementales (ONG) qui ont fourni "92 % des références négatives"
contenues dans le rapport du juge sud-africain Richard Goldstone, lequel accuse Israël d'avoir commis des "crimes de guerre" lors de la guerre de Gaza de décembre 2008-janvier 2009. Connu pour son
orientation d'extrême droite, Im Tirtzu est proche des milieux évangélistes américains.

Il vient d'obtenir une première victoire : Naomi Chazan, qui était depuis dix ans une éditorialiste respectée du Jerusalem Post, a reçu un courriel lui annonçant que sa collaboration était
terminée. Mais la confrontation n'est pas finie : à la Knesset, le Parlement israélien, plusieurs députés mènent une offensive brutale, qualifiant les ONG visées de "traîtres" appartenant à une
"cinquième colonne".

Une proposition de création de commission d'enquête parlementaire a été déposée, dont le but serait de dévoiler les sources de financement du New Israel Fund. Celui-ci, qui a été créé en 1979, a
son siège à Washington. Il reçoit des donations des milieux juifs américains, et a versé depuis sa création plus de 200 millions de dollars à de très nombreuses organisations partageant des idéaux
de démocratie et de justice sociale.

On compte parmi elles B'Tselem, Breaking the Silence, l'Association pour les droits civiques en Israël, le Comité public contre la torture, Médecins pour les droits de l'homme, Yesh Din, Adalah,
Hamoked, etc., soit les principales organisations qui défendent les droits des Palestiniens, donnent la parole aux soldats israéliens muselés par la censure militaire et, d'une manière générale,
mènent le combat de la liberté d'expression.

Mouvement de répression

Au nom de treize de ces organisations, B'Tselem a écrit au président Shimon Pérès, au premier ministre, Benyamin Nétanyahou, et au speaker de la Knesset, Reuven Rivlin, pour dénoncer une "campagne
croissante et systématique". "Une démocratie ne doit pas réduire au silence les voix critiques ; défendre les droits de l'homme est vital", souligne ce manifeste.

Les organisations humanitaires israéliennes redoutent que la campagne de Im Tirtzu s'inscrive dans un mouvement plus général de répression, comme celle qui frappe les militants palestiniens et
israéliens qui protestent contre la "clôture de sécurité" et les expulsions de familles palestiniennes du quartier Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est.

Laurent Zecchini


Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories