Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 17:55

 

 

Marek EDELMAN - Héros de VARSOVIE

Par Alain RUBIN

pour © 2011 www.aschkel.info

 

Marek Edelman - 2005

Le Samedi 16 janvier de l’an passé, les héritiers parisiens du Bund, le cercle ouvrier- arbeter ring, organisaient à la maison des métallos une commémoration consacrée au commandant en second de la révolte du ghetto de Varsovie.

 

La salle sera vibrante d’émotion. On peut la comprendre.

Elle honorait un homme qui n’était pas n’importe quel homme. Elle honorait un combattant, un militant, fidèle jusqu’à la fin de sa vie, aux idéaux qui sont à l’origine de la proclamation du premier parti ouvrier dans l’empire des Tsars, le Bund, le parti marxiste du prolétariat juif de la zone de résidence. Dans l’empire tsariste les Juifs, en russe les Yévreï (les Hébreux), n’étaient pas, sauf exception, autorisés à vivre hors de cette partie de l’empire. Ils étaient donc concentrés dans la zone dite de résidence dont seule une infime fraction privilégiée pouvait s’échapper légalement.

 

Plusieurs personnalités interviendront, dont l’ambassadeur de Pologne à Paris. Elles rappelleront le combat d’Edelman et du Bund.

Rosenberg, un survivant de la révolte du ghetto, camarade de parti et ami de Marek, s’adressera à la salle en yiddish. Il rappellera que les jeunes combattants Juifs étaient, le 19 avril 1943, en tout et pour tout, 220 jeunes hommes et femmes.

 

Avant d’être un des dix millions d’hommes et de femmes de Solidarnosc*2, Marek Edelman sera du combat ouvert par le printemps polonais de 1956, ce que l’on appellera le mouvement des Conseils ouvriers du Printemps polonais.

Il sera aussi du travail de réorganisation du mouvement ouvrier qui suivra la grève de décembre 1970. Cette grève subira les tirs de mitrailleuses envoyées par le stalinisme aux abois, comme moyen de « dialoguer » avec la classe ouvrière. Des centaines d’ouvriers polonais seront exécutés dans les rues des ports baltiques, sans autre forme de procès. Les corps des victimes des violences de la Zomo, furent emmenés et ensevelis en cachette dans des fosses communes clandestines, sans que les familles sachent ce que l’on avait fait de leurs morts.

 

Les actions des quatre villes portuaires en grève (Szczecin, Gdynia, Sopot et Gdansk) furent organisées par le comité des délégués élus, présidé par l’ouvrier électricien du chantier naval de Szczecin et ancien militant du PPS (parti socialiste polonais), Edmund Baluka.

Avec leur comité élu de grève, commun à la population ouvrière des quatre cités du golfe baltique, les grévistes, leurs familles et leurs voisins, mèneront un combat qui fera chuter Gomulka. Ce combat légitime amènera son successeur, Gierek, à devoir venir longuement s’expliquer devant les délégués élus des grévistes.

 

La grève de décembre 1970 créera les conditions qui permirent, un peu plus tard et jusqu’à Solidarnosc, l’existence d’une organisation indépendante de la dictature, le KOR (le Comité de défense ouvrier). Marek Edelman sera aussi de ce combat quotidien, dont les effets seront Solidarnosc puis la chute du stalinisme en 1991.

 

La vie de Marek Edelman, c’est le destin croisé de deux nations ne formant qu’un seul mouvement ouvrier avec plusieurs organisations, la polonaise et la juive, victimes à différent degrés : du tsarisme, du nazisme, du stalinisme.

La vie de Marek Edelman, c’est la continuité du mouvement ouvrier.

 

Depuis cette commémoration, on a vu que l’appel de Marek, sous forme d’une lettre aux organisations palestiniennes, n’a pas trouvé d’écho, en dehors du travail quotidien commun entre la Histadrut et les syndicalistes palestiniens de la PFGTU.

 

Les débris putrides du stalinisme, fédérant une constellation de groupes gauchistes, se sont inventée une nouvelle « patrie des travailleurs », une « URSS » par substitution, sous couvert d’une imaginaire « révolution palestinienne » qui serait le « centre de la lutte contre l’impérialisme » (Alan Gresh).

 

Le 68ème anniversaire du soulèvement des quelques milliers de rescapés des « actions spéciales » du mois de juillet 1942 menées contre le demi-million de Juifs du Ghetto de Varsovie devrait marquer cette année la date de l’action de guerre préméditée contre Israël. Il s’agit d’une action de guerre minutieusement préparée par le stalinisme (PCF) et par ses acolytes (NPA et Cie, alliés à des organisations djihadistes, Turques de l’IHH et arabes émanant des Frères musulmans), en invoquant, pour se faire, une « aide humanitaire » (alimentaire, sanitaire et en matériaux pour constructions civiles) dont la population de Gaza n’a nul besoin.

 

Gaza ne subi d’autre embargo que celui sur les armes : armes exclusivement destinées à arroser Israël sous un déluge de feu au moyen d’une nouvelle génération de missiles, allant plus loin que Sderot et Ashkelon, plus maniables et plus précis que les quassam et les roquettes actuelles.

Il n’est qu’à regarder les enfants palestiniens pour voir qu’ils ne manquent ni de nourriture ni de soins.

Il suffit d’ouvrir les registres des hôpitaux israéliens, pour voir que gratuitement, aux frais du contribuable israélien, Juif ou Arabe, les habitants de Gaza bénéficient de soins gratuits en Israël. En 2010, 180 milles d’entre eux ont ainsi bénéficié de soins hospitaliers gratuits en Israël. Embargo sanitaire contre un apartheid si horrible, qu’il à offert des soins gratuits de haut niveau à 180 milles de ses victimes?

Embargo sanitaire ?

De qui se moque-t-on ? J’évoquais les staliniens, leurs comparses et leurs avatars « palestiniens » : cette école politique n’a pris sa véritable physionomie qu’avec le mensonge débridé et la calomnie comme moyen d’action.

Ces lugubres personnages restent fidèles à eux-mêmes, en parlant d’embargo sanitaire et alimentaire, en parlant d’apartheid israélien, en parlant de génocide, en invoquant des actions disproportionnées...

 

Alain Rubin le 21 avril 2011

 

 

Marek EDELMAN - Héros de VARSOVIE

1919/2009

Nous venons d’apprendre la mort de Marek Edelman. Le combattant, le militant du mouvement ouvrier de toujours nous a quittés. Il avait 90 ans.

 

C’est un tout jeune homme qui représentera son parti, le Bund*3 en Pologne, sous l’occupation nazie, au sein de l’organisation juive de combat.

 

En 1945, Marek fera pour son parti, le Bund, un rapport terrifiant sur le quotidien des Juifs enfermés à plus d’un demi million dans une portion de Varsovie à peine assez grande pour y faire vivre, à peu près normalement, trente mille âmes.

Le ghetto de Varsovie, c’était la faim de chaque instant et les habitats surchargés, à treize et plus par pièces non chauffées même par les rudes hivers varsoviens, hivers aux froids plus intenses que ceux connue en Pologne avant la seconde guerre mondiale, -froids plus froids qu’à l’accoutumée donc-, avec leurs effets sur des êtres humains sous alimentés et des milliers d’enfants perdus, n’ayant plus de parents et criant leur faim jusqu’à la mort la nuit dans les rues désertes. Emmanuel Ringelblum racontait (dans « oneg shabbat »- les chroniques du ghetto de Varsovie) ces scènes éprouvantes, pour qui avait encore un quignon à peine suffisant pour survivre jusqu’au lendemain, quand on entendait dans la nuit ces enfants perdus du ghetto appelant devant des fenêtres mortes pour qu’on leur envoie un tout petit morceau de pain. Le lendemain, raconte-t-il- en sortant, on les trouvait morts, gelés sur le trottoir, ces oisillons que les nazis avaient privés de leurs parents et laissés mourir*4. C’était, ces enfants abandonnés du ghetto, quelques uns de ces « poux que seuls on aurait gazé à Auschwitz » -dixit Faurisson- en l’occurrence, pour les Juifs de Varsovie, la chambre à gaz de Treblinka.

 

Le rapport Edelman décrit avec une précision terrible les actions de juillet 1942 qui vont rassembler quotidiennement des milliers de Juifs, hommes, femmes, vieillards et enfants frappés, humiliés, terrorisés, sur la umshlagplatz pour y être poussés et enfermés dans des wagons à bestiaux vers les chambres à gaz de Treblinka.

 

Ahmadinejad et ses comparses du théâtre de la main d’or, je pense au clown sinistre qui y officie, devraient lire le rapport Edelman. Ils apprendraient peut-être la réalité qu’ils nient et prétendent qu’elle serait une invention du « lobby sioniste ».

 

Edelman n’était pas sioniste. Après la guerre, bien qu’antistalinien, il poursuivra en Pologne son combat pour l’émancipation ouvrière et humaine.

Il ne pourra cependant pas poursuivre l’action du Bund, le parti ouvrier juif marxiste*5, devenu illégal après la fusion forcée entre le parti stalinien (PPR) et le grand parti ouvrier PPS (socialiste) et ayant perdu sa base sociale, le prolétariat juif totalement anéanti par la shoah. En 1940, il y avait 3,3 millions de Juifs en Pologne, après la guerre il n’en restait plus que trois cent mille, un tiers ayant survécu en Pologne, caché, ayant pu gagner des maquis, deux tiers ayant pu trouver refuge en URSS.

En 1981, Edelman fut un des hommes de Solidarnosc des dix millions de travailleurs syndiqués, au premier congrès duquel Lipinski, un disciple de Rosa Luxembourg déclara, en pointant du doigt les staliniens : ici, nous sommes la classe ouvrière librement organisée, ici nous sommes les travailleurs, ici nous sommes le Socialisme !

 

Il y a quatre ans je crois, Marek Edelman s’adressa par lettre ouverte aux Palestiniens et à leurs organisations. Il leur demanda de choisir la voie du dialogue et de la lutte politique.

Edelman rappela aux Palestiniens, qui attaquent les autobus scolaires « pour lutter contre le sionisme », qui envoient des hommes et des femmes, parfois des adolescents, se faire exploser sur des marchés, dans des autobus ou à des arrêts de bus, dans des restaurants populaires et des bars, dans des mariages et des fêtes de bar mitzva, que : en Pologne, enfermés dans le ghetto, terrorisés ou révoltés par les cadavres ramassés chaque jour dans les rues par dizaines, cadavres d’enfants ou de vieillards morts de faim, des jeunes militants bundistes ou poalétsionist de l’Hachomer Hatzaïr proposeront de sortir du ghetto, pour se rendre dans les rues de Varsovie habitées par des allemands et leurs familles, pour y tuer, au hasard, des allemands, qu’il soient adultes, femmes ou enfants. Ce point de vue fut rejeté.

Les fautes et les crimes des pères, SS assassins ou complices actifs des assassins, ne peuvent justifier le meurtre des épouses et des enfants.

Pourtant les Juifs avaient alors des motifs d’en vouloir en bloc au peuple allemand. Mais que ce soit le Bund ou les courants du Poalé Tzion, aucun parti socialiste juif, et même au-delà, aucun parti politique et aucun courant religieux juif n’accepta le point de vue de la responsabilité et de la culpabilité collective des allemands. Les souffrances à Varsovie étaient terribles, et certainement pas moins terribles qu’a Gaza où on ne meurt pas de faim dans les rues, que je sache. Pourtant personne ne soutint dans le ghetto de Varsovie qu’il fût juste d’aller tuer des allemands, au hasard, quels qu’ils soient.

 

Edelman a cherché à ouvrir une discussion, espérant, lui le Juif non sioniste, pouvoir favoriser un dialogue en vue de la paix entre Juifs d’Israël et Arabes de Cisjordanie/Gaza.

Quand il a prit cette initiative, Marek Edelman était un très vieil homme ; il était toujours un Juif militant de la cause du socialisme vrai, un militant de la cause humaine. Il n’était pas devenu sioniste mais il a voulu contribuer à favoriser un dialogue sincère entre Juifs et Arabes formant deux nations sur un même exigu territoire. Sa lettre est restée sans réponse. Mais en la circonstance, cette fin de non recevoir était une réponse, et la plus décevante qui soit, à savoir : La haine est légitime, on doit pouvoir tuer n’importe quel juif, parce qu’il est juif ; il n’y a de bon Juif qu’un Juif mort. Isaac, Jacob, Moïse, Aaron, Joseph, David, Salomon, Elie, Jésus, Marie, Einstein, Guevara etc. Tous sont de bon Juifs et Juives, parce qu’ils sont morts. On peut même se les approprier pour dénigrer leurs frères, leurs sœurs et leurs enfants.

 

Saluons le combattant.

 

Saluons Marek Edelman, défenseur fidèle du mouvement ouvrier. Saluons l’adversaire de toujours de l’appareil bureaucratique, le stalinisme, qui a porté un coup si terrible au socialisme, favorisant : la régression « religieuse » qui menace de tout emporter en ramenant l’humanité des siècles en arrière, et les paradigmes du « marché libre » manifestement impuissants à résoudre les problèmes fondamentaux de la planète.

 

                                                                             Alain RUBIN

 

*1 on observera ici que les censeurs d’Israël les plus vindicatifs, -ceux prêts à parler à tout bout de champ de « génocide » des Palestiniens dix fois plus nombreux aujourd’hui qu’en 1967, capables de parler d’enfermement scandaleux et même terroriste d’un malheureux jeune homme, parlant de l’apprenti assassin raté Salah Hamouri, s’agitant dans les conseils municipaux et les syndicats en détournant de leur objet les impôts locaux et les cotisations syndicales pour financer un « Marmara français »-, donc plus particulièrement les supporters des organisations dites « palestiniennes », FPLP, FDPLP, construites avec les fonds de Moscou et avec l’aide des services très spéciaux de la défunte RDA, sont des enthousiastes du prétendu « socialisme réel ». ces censeurs d’Israël, ces irréprochables étaient capables de vous expliquer : qu’il était parfaitement normal que le « socialisme » se défende, même avec des mitrailleuses, qu’il était légitime qu’il envoie ad patres des centaines d’individus manipulés par l’impérialisme, même si c’étaient des ouvriers travaillant sur des chantiers navals où ils produisaient à la sueur de leur front ces richesses que leurs bourreaux dilapidaient.

 

*2 une femme, une ouvrière, a joué un rôle décisif, historique.

Il s’agit d’Anna Valentinowicz, morte dans le crash de l’avion de rendant en Russie pour la cérémonie en l’honneur des milliers d’officiers de l’armée nationale polonaise assassinés, une balle dans la nuque » par les tueurs du NKVD agissant sur ordre de Staline.

C’est Anna qui fut l’élément déclencheur de la grève des chantiers navals Lénine, à Gdansk, grève d’où sortiront les syndicats de masses, groupant les trois quart de la classe ouvrière, voire la totalité dans les grandes entreprises. C’est sa prise de parole, le matin, à l’entrée des chantiers, juchée sur une caisse de bois, appelant à la grève, qui produira le gigantesque ébranlement qui amènera la chute des imposteurs staliniens, architectes et financeurs des FPLP et autres FDPLP.

 

*3 le BUND a été fondé en 1897.

Lorsque se tient en 1903 le congrès qui unifie en un seul parti tous les cercles marxistes de Russie, le POSDR (parti ouvrier social démocrate de Russie) qui naît à ce congrès regroupe un peu plus de 3000 militants.

Le BUND à lui seul n’organisait pas loin de quarante mille membres en Russie et dans la partie de la Pologne annexée à la Russie. Le Bund et ses dirigeants (Vladimir MEDEM en particulier) se voulaient des marxistes intransigeants, mais ils resteront en dehors du POSDR.

Sur un terrain marxiste, le Bund représentait chez les Juifs ce que PPS et Dachnaktoutsioun représentaient alors chez les Polonais et les Arméniens, des partis socialistes organisant le prolétariat naissant et prenant en charge les aspirations nationales de leur nation opprimée.

 

Le Bund, et Edelman avec lui, n’étaient pas antisionistes, ils étaient non sionistes. Qualifier d’antisioniste Marek Edelman, comme on peut lire dans le Figaro, est un résumé abusif, pour ne pas dire mensonger.

Le Bund et Edelman concevaient l’affirmation nationale de la nation juive sur place, dans une perspective d’autonomie nationale culturelle.

Cette perspective en faisait un parti yiddishiste. Il joua un rôle déterminant dans l’apparition et le développement des institutions scolaires et culturelles juives (écoles primaires et secondaires, écoles professionnelles). Certaines existent toujours et sont toujours très actives. L’organisation de la jeunesse, les filles autant que les garçons, jouait un rôle important dans la politique du Bund. Le Bund animait les organisations syndicales des travailleurs juifs, sachant qu’il fallait faire face chaque jour à la politique de boycott à l’encontre des boutiquiers et des artisans Juifs menée par le Parti national démocrate polonais. Ce parti organisait aussi une agitation nationaliste et antisémite cherchant à interdire l’embauche des ouvriers juifs dans les usines. Mon oncle Oskar Kon possédait une grande usine textile à Lodz, mais il n’était pas maître de décider qui il recrutait pour y travailler. Une grève fut déclenchée dans son usine par les nationaux démocrates, parce que quelques tisserands juifs avaient été embauchés. Son fils venu négocier fut lynché et tué par des grévistes.

Aux élections municipales de Varsovie, le Bund remportera le plus grand nombre des suffrages parmi les Juifs qui représentaient 40% de la population de la capitale polonaise.

 Le bundisme représentait une sorte de haskala laïque et socialiste marxiste, vertébrée par le mouvement ouvrier et par l’élément décisif de la nationalité, la langue. Le yiddish était une interconnexion des 10 millions de Juifs vivant en Europe et dans les Amériques, dont plus de 50% en Pologne et dans la Russie devenue URSS.

Le Bund donnera de nombreux militants au mouvement ouvrier dans d’autres pays en Europe et dans les Amériques. Ils y joueront souvent un rôle important, en particulier dans les différents groupements socialistes et dans le syndicalisme américain de la première moitié du vingtième siècle. En Pologne indépendante, c’est de ses rangs, qu’avec Saül Amsterdamer et le « Kombund » sortiront les gros bataillons du parti communiste polonais dissous par Staline en 1938.

Peu après le début de la guerre, Staline fera fusiller les deux principaux dirigeants du Bund réfugiés en URSS.

Sur le plan des revendications nationales de la nation juive, le Bund ne préconisait pas la réinstallation des Juifs de la diaspora et de l’exil sur le territoire historique du peuple juif (Israël/l’ancienne Judée Samarie). C’est ce qui fait que le Figaro se croit autorisé, après qu’il soit mort et ne puisse lui répondre, à parler d’antisionisme de Marek Edelman.

 

Comme les marxistes juifs qui dirigeaient le puissant parti social démocrate d’Autriche Hongrie, -ceux que l’on appelait les austro marxistes et qui se groupaient autour de Karl Renner et Otto Bauer-, le Bund préconisait « l’autonomie nationale culturelle ». Cette autonomie passait en particulier par la défense du yiddish, langue juive née en Rhénanie il y a plus de mille ans, formée d’un lexique de moyen haut allemand marié à l’hébreu et à l’araméen, dans la proportion de vingt pour cent pour les deux langues ancestrales sémitiques, dont les caractères araméens de l’Hébreu carré servent à écrire le yiddish.

Le yiddish produira une riche littérature. Il donnera à lire à ses locuteurs plus de trente mille ouvrages écrits par des auteurs de nombreuses langues, depuis la Torah jusqu’au Capital de Marx, en passant par les plus grands auteurs de la littérature mondiale et les publications scientifiques.

Le yiddish était parlé et compris par les Juifs, depuis les confins le plus orientaux de la Russie jusque dans les Amériques, USA, Canada et Argentine, en passant par l’Italie du nord, la Yougoslavie, la Grande Bretagne, l’Alsace, l’Allemagne et l’ensemble de l’Europe centrale et orientale.

L’hébreu parlé dans les synagogues et étudié dans les yéshivot présentait certaines particularités non reprises dans l’hébreu du Yichouv qui va devenir la langue nationale de l’Israël restauré. L’hébreu, avec le moyen du yiddish, s’est marié à un dialecte germanique du sud ouest. En retour, le yiddish a influencé l’hébreu, lui faisant dire par exemple : Adonoï au lieu d’Adonaï ou oumeïn au lieu d’amen.

Le yiddish reste encore langue nationale officielle au Birobidjan, petit territoire asiatique, extrême oriental. A l’époque du tsar, le futur Birobidjan était presque vide d’habitants humains toute l’année mais pleins de moustiques en été ; c’est une région sur le fleuve Amour, voisine de la Chine, donnée par Staline aux Juifs de l’URSS en tant que moyen territorial pour réaliser leurs aspirations nationales. Le Birobidjan combinait les caractères d’une caricature bureaucratique, typiquement stalinienne, tournant en dérision le sionisme politique et le bundisme. Le yiddish du Birobidjan, même s’il gardera pour s’écrire, les caractères araméens de l’Hébreu  carré, recevra l’ordre du grand linguiste parmi les linguistes, le génial Staline, d’avoir à se débarrasser de ses hébraïsmes et araméïsmes formant son substrat  moral, qui constituaient la base langagière de son humour et plus généralement de sa relation au monde. En d’autres termes, le yiddish stalinisé ne devait plus être qu’un dialecte allemand écrit en caractères hébreux châtré de tout ce qui exprimait la longue marche de la nation juive ne renonçant toujours pas à être elle-même, où qu’elle se trouve .

 

Marek Edelman et ses amis exprimèrent fidèlement une contradiction : rester le parti ouvrier et marxiste du prolétariat juif, donc un instrument de l’existence de la nation juive, mais ne pas revendiquer un territoire pour cette nation, et encore moins le revendiquer là où cette nation est apparue et a cristallisée, bien qu’elle y ait toujours conservé et entretenue une petite partie d’elle-même et persisté à en faire sa référence morale quotidienne.

 

Vers la fin de sa vie, quand Marek s’adressera aux Palestiniens, je ne crois pas abusif cette fois, de dire qu’il était lui aussi en train de résoudre cette contradiction que d’autres de ses camarades avait déjà résolue.

 

*4  Devant cette détresse de centaines et centaines d’enfants perdus et privés de tout, le grand pédagogue Korszak, réussit à mettre sur pieds deux orphelinats exemplaires. Les enfants des orphelinats furent déportés et gazés à Treblinka. 

 

*5 pour n’avoir pas à devenir illégal ou à devoir se soumettre à la fusion forcée, stalinisant tout le mouvement ouvrier pour en faire une machinerie bureaucratique unifiée dans le POUP, puis totalitaire, Edelman et ses camarades représentant les quelques centaines de bundistes survivants, se trouvant encore en Pologne, décideront la dissolution de leur parti. Ce n’était pas une capitulation devant le grand mensonge stalinien, au contraire, au contraire c’était un moyen pour pouvoir poursuivre le combat indissoluble pour la Justice et la Vérité.

 

                                                                       Alain RUBIN

Texte de 2009 - mise à jour 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain RUBIN - dans PORTRAITS DU MONDE JUIF
commenter cet article

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories