Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 12:23

 


logo arié

 

 

Par Arié

pour aschkel.info et lessakele.

Avec autorisation de l'auteur

 

 

 

Le 15 août, le

 Financial Times assène un scoop terrifiant: le Président Obama a menacé Erdogan d’un embargo sur les armes si le Gouvernement turc ne changeait pas son attitude envers Israël. Les média de tous poils s’en emparent: ultimatum, menace, chantage; quel homme cet Obama qui ose défier la Turquie et prend la défense d’Israël.

Faites moi l’honneur de me croire, mais je n’y ai pas cru l’ombre d’un instant. Ça ressemble si peu à Obama que c’en est risible. J’ai donc attendu patiemment un éclaircissement, voire un démenti de la Maison Blanche. Je n’ai pas eu longtemps à attendre; le lendemain, 16 août, le démenti tombait de la bouche du porte parole de la Maison Blanche Bill Burton: The White House , dément avec emphase – pas nie simplement, comme tout un chacun, mais avec force, solennellement, emphatiquement, quoi – les allégations reportées dans le Financial Times, selon lesquelles le Président Obama aurait dit à Monsieur Erdogan que la vente d’armes à la Turquie seraient liées à l’adoucissement du vocabulaire employé par la Turquie envers Israël « contingent on softening his anti-Israel talk ». Et pour bien enfoncer le clou et mettre les points sur les i, Burton rajoute: “There’s no ultimatum!!

Alors quoi, tempête dans un verre d’eau ? Certainement pas. Ce qui me frappe le plus c’est la diligence de la Maison blanche à démentir les allégations du Financial Times.

Ce qui m’épate aussi, c’est la naïveté de journalistes chevronnés qui imaginent qu’un ultimatum de ce type puisse être assené par Obama, à sa Turquie chérie, qu’il pistonne de toutes ses forces afin qu’elle intègre l’Union Européenne. Certes, elle ne vote pas les sanctions contre l’Iran à l’ONU, mais qu’importe à Obama, qui au fond de lui désapprouve ces sanctions au point de proposer à l’Iran un nouveau round de négociations. Ce qui me surprend également c’est que des journalistes puissent écrire qu’Obama laisse le soin à Cameron de jouer le rôle du méchant flic, alors que lui , s’octroie le rôle du bon flic, gentil et doux avec Israël.

Peu importe ce qu’Erdogan et Obama se soient dit. Il serait largement temps d’intégrer l’évidence que le sieur Barack Hussein est un pur ennemi d’Israël, cauteleux quelque fois, certes, mais pas plus queBilam Haracha (le mauvais) qui veut maudire Israël mais n’y parvient pas toujours. Quelqu’un oserait-il prétendre que Bilam ne déteste pas foncièrement Israël sous prétexte qu’il lui arrive de le bénir au lieu de le maudire?

La meilleure preuve : si d’aucuns venaient à croire qu’Obama prend la défense d’Israël face à ses ennemis, ils constateraient  qu’il s’empresse de les détromper, 

emphatiquement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories