Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 15:01

Loukoums amers

Isaac Franco
© Primo, 28-02-2010



 

Désormais frustrée de ses certitudes d’intégration à l’Union européenne par la France en particulier, la Turquie semble se chercher un nouvel horizon à l’Est. 

C'est ainsi qu'elle poursuit un rapprochement stratégique avec la Syrie et, surtout, avec l’autre pays musulman non arabe de la région, l’Iran aux ambitions nucléaires.

Parallèlement, le pouvoir politique et les médias turcs multiplient, depuis un an surtout, les provocations contre Israël.

Ils le font au risque d’inspirer des interrogations inquiètes sur son rôle d’allié occidental et de fragiliser son entente privilégiée avec l’Etat d’Israël longtemps garantie par une armée dont les islamistes modérés de l’AKP achèvent ces jours derniers de rogner l’influence, à la satisfaction de l’Europe.

C’est dans ce contexte que d’infâmes fictions télévisées invitent les citoyens blessés par la profonde crise économique à succomber à la tentation, jusque là contrariée par de solides relations bilatérales, de percevoir le Juif comme le paradigme de l’exploitation, de la cruauté et de la bassesse morale.

Cette Turquie grimaçante paraît ainsi appliquer la même infaillible recette qui assure à l’Iran chiite une place de choix dans l’imaginaire inflammable de la rue musulmane et arabe, en diabolisant Israël pour la distraire de ses malheurs. 

Elle le fait après avoir revitalisé une identité religieuse jusque là confinée par la doxa kémaliste dans la seule sphère privée du citoyen.

Pendant que se referme inexorablement la parenthèse laïque de son histoire moderne qui l’aura vu reconnaître l’Etat d’Israël dès 1949 et que s’ensablent lentement ses rêves un temps encouragés par l’Europe de s’arrimer à elle, la Turquie semble désormais tentée de ressusciter l’écho de la grandeur passée de l’Empire ottoman et de son influence en Orient.

De cartes maîtresses dans ce projet aujourd’hui évanescent d’intégration à l’Occident, Israël et les Juifs cristallisent les frustrations de la Turquie. 

Ils sont désormais devenus pour elle un atout éprouvé pour vanter la qualité de soncertificat de bonne conduite islamique sur fond de soutien au Hezbollah et au Hamas et de rapprochement avec une Russie toute heureuse de capitaliser l’inconsistance américaine.

Israël incarne en somme la victime sacrificielle de la volte-face turque, son drapeau. (Fiamma Nirenstein*)

La convocation, le mois dernier, de l’ambassadeur turc au ministère des affaires étrangères à Jérusalem où il devait entendre la colère et l’indignation légitimes d’Israël révèle la dégradation d’une relation que la Turquie a consciencieusement envenimée.

L’ambassadeur turc a dû entendre les protestations contre les incessantes agressions verbales que lui réserve son pays, particulièrement depuis l’opération Cast Lead à Gaza.

La gestion déplacée de cette rencontre par le vice-ministre des affaires étrangères israélien avait vite fait d’obliger Israël à présenter des excuses formelles là où la situation les commandait pourtant à son offenseur. 

C’est aussi qu’Israël, soucieux de sauvegarder les avantages stratégiques qu’il tire toujours de l’accord de coopération et d’échanges de technologie signés avec la Turquie en 1996 et de ne pas pénaliser l’option d’une intervention militaire contre l’Iran, répugne à exaspérer ce climat déjà vicié.

Mais s’excuser après avoir été copieusement insulté aura somme toute paru bien léger à un pays qui, pour préserver cette relation privilégiée avec un persécuteur, néglige de voir dans l’assassinat par les Turcs de plus d’un million d’Arméniens la même empreinte génocidaire qui a profondément blessé sa propre chair.

La violation de cette exigence morale de la part d’une nation qui en porte elle-même la marque indélébile, commandera peut-être Israël à sortir de ce tourment aussitôt que la prochaine goutte aura fait déborder le vase que la Turquie a consciemment rempli.(id.)

On en est presque à la souhaiter…

(*) Fiamma Nirenstein, journaliste italienne née à Florence, elle collabore avec de grands journaux italiens comme La Stampa et depuis quelques années avec Il Giornale. Élue député au Parlement italien en 2008 pour la circonscription Liguria, elle est aussi vice-présidente de la Commission des Affaires Extérieures et Communautaires de la Chambre des Députés de la République Italienne.


Isaac Franco
© Primo, 28-02-2010

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories