Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 11:35

 

Après avoir sous-évalué la colère de la rue tunisienne contre le régime de Ben Ali, la France n'est-elle pas en train de sous-évaluer le risque islamiste? C'est ce qu'assure Fadela Amara et elle me semble plutôt convaincante. Ce lundi matin, surEurope 1, elle a mis en garde contre une récupération de la révolution démocratique par de jeunes islamistes "en costumes-cravates" et aux allures passe-partout d'un Tarik Ramadan. "J'ai peur d'une tentation obscurantiste", a-t-elle déclaré, confirmant la teneur de certains prêches radicaux désireux de remettre en cause le statut de la femme et la laïcité du pays. Elle-même issue de l'immigration algérienne, Fadela Amara, ancien membre du gouvernement, doute de la sincérité de certaines des dernières manifestations. L'exemple iranien est dans tous les esprits et la vigilance doit être maximum. Reste que lutte contre l'islamisme reste un défi à relever pour les démocraties.

Nietzsche avait prévenu : "Celui qui combat trop longtemps les dragons devient dragon lui-même". C'est ce qui est arrivé à Ben Ali. Sous prétexte de lutter contre un totalitarisme, il en a consolidé un autre. Dans sa troisième grande conférence de presse, tenue en fin de cette matinée, Nicolas Sarkozy a d'ailleurs esquissé un début de doctrine face à l'islamisme et à son bras armé qu'est le terrorisme. Parlant de la Tunisie, il a dit : "Le risque de l'intégrisme islamiste existe mais il ne peut justifier des comportements de corruption ni des refus d'ouverture démocratique. Il faut trouver un équilibre qui n'est pas si simple". Il ne s'agit pas, en tout cas, d'être naïf : les islamistes savent parfaitement tirer profit des règles des démocraties et des droits de l'homme pour subvertir ces espaces fragiles. Les laisser faire? 

L'équilibre est à formuler pour un Etat de droit qui ne peut se désavouer ni se laisser instrumentaliser. Cette question mériterait un grand débat. Mais il me parait difficile pour une démocratie, confrontée à un tel danger pour ses libertés, de ne pas être obligée à un moment de transgresser ses propres valeurs, au titre de la légitime défense. L'angélisme reste la pire des attitudes. Et je me réjouis, de ce point de vue, d'avoir entendu le Chef de l'Etat répéter que, face au terrorisme dont elle est la cible, la France ne composera pas. "Chaque fois que les démocraties se sont aplaties, elles l'ont payé très cher", a-t-il notamment déclaré, en rappelant qu'il n'avait pas non plus "l'intention de discuter ou de répondre" à Oussama Ben Laden. L'esprit munichois, ce préalable aux capitulations, est une mortelle faiblesse. Mais sommes-nous encore capables de nous battre pour des idées?

Je participerai, mardi, à On refait le monde, sur RTL (19h15-20h)
Je participerai, mercredi, à un débat sur LCI (10h10-11h)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories