Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 20:47

 

Syrie - Assad et le 'Hezbollah continuent de massacrer les Syriens

 

 

Syrie : le régime s’emploie à donner une dimension islamique à la contestation

Mais le passé du régime met sa manœuvre actuelle en échec

samedi 7 mai 2011 - 11h25, par Khaled Asmar - Beyrouth

Logo MédiArabe.Info

Le bilan de la répression du 6 mai 2011 s’est alourdi, dépassant les 40 morts. Le dos au mur, le régime arme désormais la population alaouite contre les sunnites, comme à Banias, et accélère sa propagande en Occident pour donner une dimension confessionnelle à la contestation et faire planer une menace sur les Chrétiens.


Selon des sources de l’opposition syrienne, citées par la télévision « Al Arabiya », la répression a fait une quarantaine de mort, hier, lors de la journée baptisée « Vendredi du défi » et qui coïncidait avec la « Journée des Martyrs », pendus le 6 mai 1916 par le gouverneur ottoman Jamal Pacha Al-Jazzar.

Ce matin, les informations en provenance de Syrie affirment que les chars du régime ont envahi plusieurs quartiers de Banias (ouest). La ville avait été encerclée depuis plusieurs jours, et la population alaouite des localités voisines avait été armée pour accentuer la pression sur la ville, majoritairement sunnite. Homs, majoritairement sunnite, est également encerclée par les chars, et la population craint un nouveau massacre à l’occasion des obsèques des victimes tombées hier.

Le régime fait tout pour donner une dimension confessionnelle à la contestation. L’opposition s’emploie à démentir cette propagande. Les relais médiatiques du régime en Occident contribuent à cette opération de dernière chance en mettant en garde contre la menace qui pèse sur les Chrétiens syriens et sur le Liban, en cas de chute d’Assad. Le réseau Voltaire de Thierry Meyssan (voir ici l’origine du réseau Voltaire et son alliance avec le Hezbollah, l’Iran et la Syrie ), repris par plusieurs médias français pourtant sérieux, a publié une longue tribune signée par Mère Agnès-Mariam du monastère de Mar Yacoub (Saint Jacques) de Qâra. Cette religieuse, d’origine palestinienne et de nationalité franco-libanaise, vit en Syrie depuis une trentaine d’années et tente d’amplifier la peur des Chrétiens, au service du régime.

Or, il est légitime de s’interroger si la religieuse, placée sous la protection des autorités, a-t-elle la liberté d’expression pour rédiger un tel texte ? Depuis son monastère, est-elle réellement au fait que les opposants sont armés et financés par les Wahhabites ? Ou croit-elle la thèse du pouvoir ? Car, jusque-là, seuls les miliciens du régime sont armés et sévissent contre les populations. De ce fait, ne peut-on pas conclure que la religieuse est exclusivement au service du régime et de sa propagande ? Peut-elle refuser d’écrire de tels propos alors qu’elle est de facto la protégée du régime ?

Si la religieuse carmélite et le Réseau Voltaire proche de Damas, de Téhéran et du Hezbollah, et dont la sincérité peut être mise en doute, sont au service de Damas, quel est l’intérêt des médias qui les ont relayés par souci de protéger les Chrétiens de Syrie ? Pourquoi insistent-ils sur le caractère islamique de la révolution syrienne en cours et sur la menace que la chute d’Assad peut engendrer sur l’ensemble de la région ?

Pourtant, la jeunesse syrienne affirme « mener sa révolution pour la liberté et contre la tyrannie du Baath, ainsi que contre le système du parti unique ». Les jeunes syriens, avides de liberté et de démocratie, rompus à la laïcité et aspirant à la modernité, « ne laisseront pas la victoire de leur mouvement leur échapper au profit d’une nouvelle dictature, qu’elle soit laïque ou religieuse », affirment-ils. La jeunesse syrienne insistent aussi sur l’implication du régime du « Baath laïc » dans le recrutement et l’envoi de combattants islamistes en Irak, et sa complicité avec Al-Qaïda au Liban (Fatah Al-Islam...). De l’aveu du régime et de ses relais, « les services syriens ont brillé dans l’infiltration des réseaux terroristes. Après les avoir dénoncés aux Américains, après le 11 septembre, Damas les a exploités pour ses propres intérêts. Le risque islamiste en Syrie n’existe donc aujourd’hui que si le régime veut l’exploiter » concluent les opposants.

Ces arguments battent en brèche la propagande du régime et calment les craintes des Chrétiens qui étaient les alliés de circonstance du régime minoritaire, aux côtés de la bourgeoisie sunnite. Cette alliance s’est transformée, au fil des ans et de son enrichissement, pour se rapprocher inéluctablement d’un système maffieux et criminel que les fruits sont récoltés aujourd’hui à travers le pays en révolte. Les opposants rassurent également les Libanais et affirment « être redevables à la Révolution du Cèdre au Liban, sans laquelle le peuple syrien n’aurait pu retrouver son courage pour se soulever contre la dictature ». « Les visées hégémoniques de la Syrie sur le Liban seront enterrées avec le Baath », ajoutent-ils, et « les relations entre les deux pays seront normalisées ».

La chute du régime d’Assad entrainera l’affaiblissement de ses alliés libanais et palestiniens, qui, certes, pourraient s’engager dans une fuite en avant pour venger le Baath. Ces organisations terroristes, qualifiées de résistantes, seraient de ce fait tentées de déstabiliser le Liban. Mais devenues orphelines et avançant à visage découvert, leurs actions seront de courte durée.

Enfin, la majorité des Libanais, qui redoutent l’onde de choc provoquée par la chute du régime syrien, regrette la propagande menée par Damas et refuse d’y adhérer. Car, « le risque virtuel annoncé par cette propagande concernant le Liban et les Chrétiens de Syrie sera de toutes les façons moins important et moins grave que ce que le Liban et la Syrie ont réellement vécu depuis un demi siècle, sous le Baath ».

Khaled Asmar


 


Une vidéo de Lattaquié prouve la présence du Hezbollah en Syrie

Assad ne fait plus confiance à son armée et sous-traite la répression au Parti de Hassan Nasrallah

samedi 7 mai 2011 - 13h42, par Mediarabe.info

Logo MédiArabe.Info

En regardant cette vidéo, tournée ces derniers jours à Lattaquié, en Syrie, et surtout en écoutant l’accent des agresseurs armés, l’observateur averti peut facilement conclure qu’il s’agit d’éléments du Hezbollah libanais, prêtés au régime syrien pour réprimer la population.


Les autorités syriennes tentent en effet de réduire leur recours à l’armée régulière au profit des unités d’élites de la Garde présidentielle, et des milices, en majorité des Alaouites. Le régime redoute les dissidences au sein de l’appareil militaire, notamment après les accrochages enregistrés la semaine dernière entre deux unités à Deraa, et cette semaine à Homs. Assad s’appuie essentiellement sur la police politique, les services de renseignement et sur le Hezbollah et les Gardiens de la Révolution iranienne.

MediArabe.info


 

Syrie : plus de 800 morts depuis le début de la contestation. Les opposants proposent une sortie de crise et attendent la réaction du régime

samedi 7 mai 2011 - 12h46
Logo MédiArabe.Info

Selon les organisations des droits de l’homme, la répression a fait plus de 800 morts en Syrie depuis le début du mouvement de contestation, le 18 mars dernier. A ce bilan s’ajoute plus de 8.000 arrestations, synonymes de disparitions. Les opposants accusent le régime d’enlever certains blessés sur leur lit d’hôpital, et d’en achever d’autres. Ces informations attendent cependant d’être confirmées. Plusieurs sources de l’opposition affirment en effet que plusieurs disparus, enlevés par les forces du régime et ses miliciens, ont été tués et enterrés dans des fosses communes, d’autant plus que les prisons syriennes sont saturées.

Tout en promettant de poursuivre leur mouvement et de l’accélérer, des opposants syriens ont lancé, ce samedi, un projet de solution susceptible de sauver le pays. Ils ont proposé à Assad qu’« il ordonne l’arrêt de la répression, la libération de tous les détenus d’opinion et les prisonniers politiques, d’autoriser les manifestations, de décréter le pluralisme politique et d’organiser des élections libres dans six mois ». Le régime n’a pas encore réagi, mais il est peu probable qu’il renonce à l’usage de la force. L’organisation d’élections libres serait en effet périlleuse pour le régime, et la proposition a toutes les chances d’être rejetée. Assad sait qu’un scrutin libre conduirait à son éviction du pouvoir, ou du moins à son affaiblissement. Si Assad accepte une telle sortie de crise, son entourage ne le laisserait pas faire, estiment les observateurs. Le piège semble ainsi se refermé sur le Baath.

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories