Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 10:26

 

Syrie/Vidéo - Le massacre du "Tueur en Syrie ASSAD - Le silence complice et honteux se poursuit

Syrie : le ministère de l’Intérieur interdit les manifestations de vendredi et menace de les réprimer. La vidéo du massacre de Houla en témoigne

Le ministre de l’Intérieur, Mohammed Chaar, qui avait détruit Tripoli sur la tête de l’OLP et Yasser Arafat, entend récidiver en Syrie

vendredi 29 avril 2011 - 00h08, par Mediarabe.info

Logo MédiArabe.Info

Le nouveau ministre syrien de l’Intérieur, tout comme le gouvernement Safar, que Bachar Al-Assad tente de présenter comme un « gouvernement d’ouverture », est l’un des plus sanguinaires des officiers syriens. Mohammed Chaar avait rasé Tripoli, au Liban, et entend récidiver chez lui. Il affirme vouloir réprimer les manifestations de ce Vendredi de la colère.


Après l’appel lancé sur la page de « la Révolution syrienne 2011 » pour une forte mobilisation ce vendredi 29 avril pour dénoncer la répression et par solidarité avec Deraa, Douma et Baniyas, le ministère syrien de l’Intérieur a rappelé, dans un communiqué, que « toute manifestation doit avoir obtenu une autorisation après déclaration auprès des autorités ». En effet, le régime affirme avoir fait des concessions et levé l’état d’urgence et autorisé les manifestations pacifiques. Mais au préalable, il faut que « les organisateurs se présentent en personne auprès des autorités pour en faire la demande, donner le nombre et les noms des participants, et l’objet de la manifestation ». Un meilleur moyen de les arrêter sans se fatiguer qui avait échappé à Staline !

De ce fait, le ministère appelle les citoyens à « s’abstenir de se rassembler sous quelque forme et pour quelque raison que ce soit. Et ce, pour aider les forces de l’ordre à rétablir le calme et à protéger les citoyens et leurs biens ». Autrement, le ministère prévient qu’il appliquera la loi en vigueur à la lettre. Donc, il menace de « raser les manifestants ».

Cet avertissement n’est pas fortuit. Le nouveau ministre de l’Intérieur, nommé par Bachar Al-Assad au début du mois dans le cadre de « rajeunissement » du gouvernement, est le général de l’armée Mohammed Chaar, qui fut jusque-là commandant de la police militaire, après avoir commandé les renseignements militaires de la région d’Alep. Mais Chaar doit sa renommée à deux événements majeurs : entre 1983 et 1986, alors en poste au Liban, il avait encerclé et détruit Tripoli, au nord du pays, pour décimer l’OLP et Yasser Arafat. En juillet 2008, il a participé à la répression de la prison de Saidnaya, qui avait fait plusieurs dizaines de morts parmi les détenus. Il est donc impliqué dans la disparition de témoins dans l’assassinat de Rafic Hariri. Son rappel au ministère de l’Intérieur vise ainsi à renforcer la répression. Les Syriens sont prévenus. D’ailleurs, la vidéo ci-après, tournée ces derniers jours à Houla, dans la région de Homs, le prouve. Le massacre étatique commis sur les manifestants, dont des femmes et des enfants, a fait une quinzaine de morts.




Le soulagement, mais à quel prix ?

La fin de Bachar Al-Assad, désigné "tueur en Syrie" par un média français, libère non seulement les Syriens, mais surtout les Palestiniens et le processus de paix

mercredi 27 avril 2011 - 19h50, par Chawki Freïha - Beyrouth

Logo MédiArabe.Info

L’affaiblissement de la dictature syrienne, avant sa chute voulue par la Révolution de la Liberté et de la Dignité, soulage toute la région et prouve, si besoin était, que le régime syrien était bel et bien l’obstacle majeur à la paix et le comploteur en chef du terrorisme, tant en Irak qu’au Liban.


Aujourd’hui, les médias confirment que des combats opposent deux détachements de l’armée syrienne à Deraa. La 5ème compagnie tente de défendre la population de Deraa contre la 4ème compagnie, dirigée par Maher Al-Assad. Cette dernière protège en effet les milices et autres pilleurs de la ville, qui ont déjà fait des centaines de morts. Aujourd’hui aussi, une trentaine de cadres et de membres du parti Baas ont démissionné pour protester contre la répression sanglante qui s’abat sur la population, au moment où une trentaine de chars prend position autour de Douma, au nord-est de Damas. Un représentant du Baas en Ukraine avait démissionné hier pour les mêmes raisons.

Le bateau commence à prendre l’eau et les rats sont les premiers à quitter le navire. Ce phénomène devrait s’accélérer dans les prochains jours, notamment dans les représentations diplomatiques syriennes à travers le monde. Les diplomates ne supporteront pas pour longtemps d’être désignés comme les représentants de Bachar Al-Assad, qualifié ce matin de « tueur en Syrie » par le quotidien français « Libération », qui réalise un très beau jeu de mots !

Les militants syriens de la « Révolution de la Dignité et de la Liberté » ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin ni accorder au régime le moindre répit, en dépit des 453 morts déjà recensés, et des milliers de blessés, dont certains sont achevés par les forces du régime. Le prix d’un abandon de la lutte pour la démocratie sera beaucoup plus élevé que celui de la répression en cours. Car, le maintien du régime signifie qu’au moins la moitié des 22 millions de Syriens seront purement et simplement liquidés ou évaporés, ou plus exactement dissouts dans l’acide !

De ce qui précède, il ressort que le régime est déjà très affaibli et son recours à la force excessive contre des civils, ainsi que la multiplication de ses mensonges et affabulations sur les conspirations et les complots, en témoignent. Certains évoquent déjà l’hypothèse selon laquelle le régime alaouite alimente la contestation pour provoquer les conditions optimales de créer son propre Etat sur la côte, ouvrant la voie à la division du pays entre Sunnites au centre et au Sud, et Kurdes à l’Est.

Mais quels que soient le sort qui sera réservé au dictateur et à son clan, et la forme de la future Syrie, les soulagés se comptent par millions sur la scène régionale :

D’abord les Syriens, qui espèrent vivre en paix, à défaut de mourir dans la grande prison gardée par le Baas depuis mars 1963, et par les Assad père, fils et frère depuis 1970.

Ensuite les Irakiens, qui comptent se débarrasser définitivement des voitures et colis piégés, et des Kamikazes dont 60% passent en Irak à travers la Syrie, grâce à la complicité du régime, lequel affirme aujourd’hui faire face au même phénomène qui, s’il se révèle vrai, prouve que l’arroseur a été finalement arrosé.

Les Libanais chuchotent déjà leur bonheur de pouvoir enfin se libérer du diktat de leur « faux frère ». Ils reconnaissent avoir souffert du bellicisme syrien fraternel durant 30 ans beaucoup plus qu’ils n’ont subi les agressions israéliennes. Kamal Joumblatt, Salim Lawzi, Hassan Khaled, Bachir Gemayel, René Mouawad, Rafic Hariri, Georges Hawi, Gebran Tueini, Antoine Ghanem, Pierre Gemayel, Walid Eido, Wissam Eïd, François Hage, Samer Hanna, et tant d’autres Libanais, toutes confessions confondus, ont été assassinés par la Syrie. Les Libanais rescapés du génocide, durant 30 ans, voient déjà dans la chute ou l’affaiblissement d’Assad la fin du Hezbollah, ou du moins sa marginalisation et son désarmement, en vue de sa libanisation. Ils espèrent aussi la fin du blocage des institutions, et l’assainissement de leur vie politique. Ils entendent ainsi se débarrasser des créatures héritées de l’occupation syrienne comme Nabih Berri, Wiäm Wahhab, Nacer Kandil, Sleimane Frangieh et Michel Aoun notamment.

Les Palestiniens, dont une trentaine d’intellectuels ont publié aujourd’hui un communiqué refusant que le nom de la Palestine et sa cause soient exploités par les dictateurs pour justifier la répression, ont déjà abattu l’obstacle de la peur d’Assad et ont signé, ce mercredi, l’accord de réconciliation au Caire, sous l’égide de l’Egypte. L’accord entre le Fatah et le Hamas porte sur la formation d’un gouvernement d’union composé d’indépendants. C’est la première fois qu’un tel document est signé depuis le coup d’Etat du Hamas à Gaza, télécommandé depuis Damas. Une preuve supplémentaire confirmant que le régime du Baas avait bel et bien pris les Palestiniens en otage et les avait longtemps utilisés comme chair à canon pour se maintenir au pouvoir au nom de leur cause.


(NDLR - ??? Plus de précisions sur cet accord

Merci au 'Hamas et au Fatah' par David GOLDSTEIN

La prise du contrôle par le 'Hamas est inévitable !

Les traités et processus de paix avec l’Egypte et Mazen ont franchi le point de non-retour au Caire.

Membres du Congrès US - Nous arrêterons l'aide à l'Autorité palestinienne

l’Autorité palestinienne a besoin de choisir entre la paix avec Israël et la paix avec le Hamas.



Enfin, les pays du Golfe peuvent estimer que la chute du Baas en Syrie neutralisera - pas dans l’immédiat, car le Baas pourrait effectuer une fuite en avant et user de ses capacités de nuisance par vengeance - le terrorisme d’Etat syrien. Les monarchies pourront désormais se focaliser sur la menace iranienne.

Ainsi, la « Révolution syrienne » doit être une révolution régionale. Elle a déjà abattu l’obstacle majeur à la paix inter-palestinienne, et peut, à terme, permettre une paix israélo-arabe dont rêvent tous les peuples de la région. Mais pour justifier son maintien au pouvoir, Assad avait besoin de priver les Syriens de leur liberté en adoptant un discours hostile à « l’ennemi sioniste ». Aujourd’hui, les peuples découvrent qui était leur véritable assassin. Mais à quel prix ?

Chawki Freïha

 

Syrie : de nouvelles défections au Baas contre Assad le "Damassacreur"
mercredi 27 avril 2011 - 20h47
Logo MédiArabe.Info

Selon plusieurs sources, plus de 200 membres du parti Baas au pouvoir en Syrie ont démissionné ce mercredi, pour protester contre la répression sanglante qui se poursuit dans le pays. Auparavant, une trentaine d’autres cadres et partisans avaient claqué la porte du parti. Notons que la presse française dénote dans sa couverture de l’actualité syrienne avec le silence embarrassé des officiels. Le quotidien Libération a titré « Assad, tueur en Syrie », alors que Le Canard enchaîné a désigné Assad par « Damassacreur », deux jeux de mots qui font sourire, malgré les larmes et le sang qui inondent la Syrie.

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »



Partager cet article
Repost0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories