Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 20:01

 

Banner Alain Rubin

 

Terre volée...

Par Alain Rubin

 © 2011 www.aschkel.info

Répétez, répétez, ressassez, pointez du doigt, accusez !!... je viens de retourner sur un site abritant principalement des débris du PCF et quelques compagnons de route du stalinisme ainsi que des avatars du « socialisme réel ». Certains semblent repentis, d’autres pas ou très que partiellement.

Il s’agit du site « Valmy ». Valmy, un beau et un noble nom, Valmy, si l’on a encore en mémoire ce à quoi se rapporte le lieu, à savoir une des nombreuses batailles qui ont émaillé la Grande Révolution française, aux prises avec la coalition des vieilles monarchies.

En dehors de l’étiquette, pas grand-chose à voir avec le souffle épique et émancipateur des va nus- pieds qui défieront l’Europe et changeront définitivement la face du monde, dans le sens de plus de justice sociale et de plus de droits politiques fondés sur la citoyenneté. Ce site est manifestement fasciné par les « révolutions » qui ont commencé en Tunisie et se propagent dans tout le monde arabo musulman.

Ouvrons ici une courte parenthèse. On voit chaque jour que ce que journalistes et hommes politiques appellent, -unis dans une touchante unanimité et un commun recueillement-, « révolution » ou « révolution arabe », provoque des mouvements de populations qui fuient les lieux de la révolution.

La révolution française, elle, provoquera un petit mouvement de population. Ce seront les émigrés, les gens de Coblence. C’étaient les personnes de la noblesse et leur clientèle qui s’y regrouperont pour intriguer contre le mouvement de la nation française. Cela concernait essentiellement l’aristocratie et ses proches.

A l’inverse, en 1792, des hommes et des femmes,

Épris de liberté, viendront à Paris, voulant devenir citoyens.

C’est ainsi que le Baron allemand Anacharsis Cloots devint citoyen, partie de la République, électeur et élu membre de la Convention nationale.

Pendant les brèves semaines de la Commune parisienne du printemps de 1871, des travailleurs, des militants, venant d’Allemagne, de Hongrie et d’autres pays, vinrent aussi à Paris, pour être eux aussi partie prenante du mouvement d’émancipation politique et social sorti de la classe ouvrière parisienne. La révolution russe produisit également un immense appel d’air, déterminant des non- russes à vouloir devenir des citoyens de la république des Soviets surgie sur les décombres de l’empire tsariste.

Les révolutions dites « arabes » sont singulières.

Au lieu, comme les révolutions précédentes d’agir comme un aimant sur les autres humains, elles repoussent, elles provoquent des mouvements centrifuges, des mouvements de fuite parmi le peuple. C’est ainsi que des milliers de Tunisiens continuent de quitter leur pays, pour venir en France en passant par la Tunisie.

Comment expliquer cet effet contradictoire, tout à fait caractéristique des ces « révolutions » qui seraient exemplaires. Exemplaires de quoi ? Après presque trois mois de « révolution », Je cherche encore, en vain.

Revenons à notre propos. Ce n’est pas la première fois que je lis les articles mis en ligne sur ce site aspirant à reconstruire Le Parti Communiste.

Celui consulté ce matin (25 février 2011) abritait un article d’Alain Gresh.

Gresh est le « théoricien » de la « centralité de la révolution palestinienne ». En réalité, il est avant tout un professionnel stalinien du vomi déversé à jet continu sur Israël, en tant que mouvement politique de la nation juive,- en partie en exil (diaspora), en partie depuis toujours sur sa terre, sur laquelle elle n’aurait plus aucun droit politique et moral puisque la conquête, par les arabes venus au VIIème siècle apporter l’islam à la pointe des épées, en avait fait des ilotes dans leur propre pays en les convertissant en Dhimmis.

Ce qui ressort fortement de l’expression de Gresh, qualifiant Israël d’être un « Etat mort-né » sur le territoire de la « Palestine historique », c’est l’accusation de vol de territoire.

Après l’accusation moyenâgeuse de fabriquer les pains azimes (matzot de Pessa’h) avec du sang d’enfant chrétien, celle-ci, plus moderne : Les Juifs auraient volé une terre, sur laquelle ils n’auraient aucun droit. C’est cette affirmation qui revient en boucle sur ce site, qui constitue cette chaîne politique, dans ce pays, qui s’est attelée à engager au mois de mai prochain une véritable opération de guerre privée contre Israël, en l’accusant mensongèrement d’être un régime d’apartheid et l’organisateur d’un blocus de Gaza y produisant une crise humanitaire (pénuries alimentaire et sanitaire).

Le prétexte et l’instrument du déclenchement de cette opération militaire, devant être menée par des civils partant d’un pays qui n’est pas en guerre contre Israël : briser le blocus de Gaza.

Question : mais quel blocus de Gaza ?!

Manifestement, nos toujours ou ex staliniens mal repentis ne sont pas informés, ou plutôt, ils refusent de s’informer.

Blocus de Gaza ?

Blocus alimentaire, pénurie : Mais c’est Gaza qui a ravitaillé les Egyptiens, pendant les journées du soulèvement contre Moubarak.

Blocus de Gaza, pénurie : rupture du blocus pour sortir des populations de l’état de malnutrition et de manque de soins ? Mais nous venons de rappeler que cette prétendue prison et ses affamés ont alimenté leurs voisins Egyptiens.

Aider une population manquant de vivres et de médicaments ?

Plus de 50% des vivres et des médicaments convoyés par le Marmara étaient périmés. Ils n’étaient donc, en réalité, que prétexte à une première opération de guerre privée, menée par les alliés stratégiques de nos staliniens et ex staliniens du site en question. Ajoutons, que ces alliés stratégiques étaient des hommes de l’IHH, une formation djihadiste liée fondamentalement à Al Quaida et à son djihad mondial.  Les combattants de l’IHH, embarqués sur le Marmara, avaient déclaré, avant de s’embarquer, qu’ils  partaient chercher le martyr, qu’ils allaient en découdre avec les sionistes, pour une mort glorieuse pour la gloire d’Allah et de « l’islam ».

Procès d’intention ? Justification après coup, pour excuser Israël ?

Les vidéos parues en Turquie et sur Internet, vidéos réalisées par les hommes de l’IHH, ont montré ce qu’il en était : Briser un imaginaire blocus de Gaza n’était qu’un moyen, non imaginaire, pour déclencher une nouvelle guerre contre Israël mensongèrement accusé.

Telle est la vérité que ne veut pas connaître notre petit monde du stalinisme en déroute et du milieu de ses ex compagnons de route.

Désormais, ces hommes se raccrochent à un islam politique qui risque de connaître le sort du stalinisme en 1989-1991, avec la révolution ouvrière qui gronde en Iran, avec les grèves de masse qui y déferlent de puis des mois, depuis que 7 millions d’habitants de Téhéran sont sortis en juin 2009 dans les rues réclamer contre le putsch « électoral » d’Ahmadinejad et du « soviet » des Ayatollahs reclus à Qom.

Gresh et les siens  sont d’ardents défenseurs de l’apprenti assassin raté, Salah Hamouri, mais ils n’ont pas un mot pour réclamer, avec les milliers de travailleurs iraniens du transport, en grève générale à Téhéran pendant plusieurs jours : liberté pour Mansour ! Liberté pour Reza !

Ces hommes, ces syndicalistes dévoués et courageux, sont en prison depuis des mois, depuis des années pour le Président du syndicat des travailleurs du transport, mais cela n’intéresse guère les « communistes » du site « Valmy ».

Je parlais de leur accusation centrale, à nos staliniens reconvertis au philo-islam politique : le vol d’un pays.

Leur documentation, si l’on peut parler de documentation, repose sur les assertions d’hommes comme Elias Sanbar, pour qui au 19ème, les Juifs des sandjaks ottomans qui formeront après 1917 la Palestine sous mandat britannique (la « Palestine historique ») n’existaient pas, ou si peu.

Surement que Sanbar et ses suiveurs, n’ont jamais entendu parler de la Jérusalem du début des années 40 du 19ème siècle, avec sa majorité formée de Juifs ? Il faut croire, sans quoi on devrait les accuser de tromperie délibérée, de mensonge volontaire, d’imposture, aux fins d’alimenter l’hostilité contre les Juifs.

Comment accuser les Juifs de « voler » un pays, et surtout, de voler en la judaïsant, une ville, la vieille ville de Jérusalem où ils étaient majoritaires au 19ème siècle, au 18ème et au 17ème siècle, au 16ème et au 15ème siècle ?

Avant, depuis que l’empereur romain les en expulsera et débaptisera la ville et le pays, il n’y a pas de témoignage écrit donnant des chiffres, sauf quelques témoignages fragmentaires datant de l’époque de croisades.

C’est la période romaine, postérieures aux trois révoltes juives contre les deux empires romains, celui de Rome et celui de Byzance (1er, 2ème et 6ème siècles) que préfèrent tous les Elias Sanbar de la  planète.

Mais enfin, comment prétendre qu’une ville que l’autorité musulmane califale a laissé se réduire à trois rues et sept ruelles en 1806, mais toujours habitée par les Juifs qui y menaient des activités productives était et est le centre, -a toujours été le centre- des préoccupations morales d’une nation palestinienne qui ne naitra qu’en 1967 ? Comment accuser les Juifs d’avoir volé une terre qui fut toujours la leur, qu’ils rachèteront plusieurs fois à prix d’or aux autorités califales ayant succédé aux autorités romaines, et qu’ils remettront chaque fois et patiemment en valeur ?

Alain Rubin

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories