Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 17:28

Un éditeur au service de la tradition : Wolf Benjamin Heidenheim (1757-1832)

 Par Sacha Bergheim
pour aschkel.info et lessakele


File:Wolf Heidenheim.jpg



Wolf Heidenheim est un exégète et grammarien juif allemand connu pour ses travaux d'éditeur-critique, rapidement devenus des références au sein du judaïsme allemand orthodoxe.

Né en 1757 à Heidenheim, Wolf Benjamin ben Samson est envoyé à cinq ans à Fürth afin d'étudier le Talmud sous la direction de Joseph Steinhard, auteur d'un commentaire, le Zikhron Yosef. À vingt ans il étudie la grammaire hébraïque, et en particulier la massorete, sous la direction de Hirsch Janow, connu pour son opposition vigoureuse à la traduction du Pentateuque par Moses Mendelssohn. C'est sans doute pour cette raison que Wolf Heidenheim quitte Fürth en 1782, afin de se rendre à Francfort dont l'influence sur le judaïsme allemand était grandissante. Il y fait la connaissance de Baru'h Baschwitz, Wolf Breidenbach et de Shlomo Dubno et commence à publier et ils établissent une imprimerie à Rödelheim à proximité de Francfort, avec l'autorisation du comte de Solms-Rödelheim.

Son édition des Moznaiym de Ibn Ezra en 1791 est completée par un commentaire critique. À partir de 1798, il entame une édition critique des cinq Livres de Moïse, intitulée Sefer Torat Elohim, contenant également le targoum onkelos, les commentaires de Rachi; du Rachbam, et de Shlomo Norzi (Min'hat Shai), des références massorétiques qu'il ajoute lui-même, et enfin un commentaire personnel, (haBanat haMiqra) consacré à Rachi ainsi qu'à des questions gramaticales. Mais ce n'est qu'entre 1818 et 1821 que Wolf Heidenheim sera en mesure de publier sa coûteuse édition en quatre volumes.

En 1800, il publie un Ma'hzor, avec commentaire en hébreu et traduction en allemand, complété par un commentaire intitulé « hapiyoutim vehapajtanim », à la suite de chemini atseret, portant sur la naissance de la liturgie.

En 1806, il édite à Rödelheim son traité de grammaire, Mebo haLashon, et deux ans plus tard un traité sur la cantilation (Michpat haTe'amim).

Entre 1822 et 1826, il va offrir au public juif allemand plusieurs livres importants dont la Haggadah de Pessa'h (1822), les Pirqe Avot (assortis d'une traduction en allemand) (1823), le Siddur Safah Berurat (avec traduction allemande en regard, 1823), un essai critique contre Nathan Adler et l'importance excessive selon lui accordée à la kabbala (Ma'asseh Tatuim), le Seder de ticha be-av (également avec traductions en regard et notes, 1826). En 1834, ce sont les sli'hot (avec commentaire en hébreu et traduction allemande) qui seront diffusées de façon posthume.

Alors que le débat autour de l'émancipation faisait rage au début du 19e siècle et que les Juifs ne disposaient que de droits restreints sans aucune égalité politique ni juridique, le travail d'éditeur de Wolf Heidenheim avait pour vocation de mettre à disposition du lectorat juif allemand un ensemble de textes fondatementaux de la pratique et de la transmission que de plus en plus de Juifs, éduqués dans des écoles germanophones et méconnaissant l'hébreu,  n'étaient plus en mesure de maîtriser.

C'est dans cet esprit qu'il va éditer un siddour, qui est aujourd'hui encore utilisé en Allemagne. Cette édition critique du livre de prières, qui lui a assuré la postérité, est publiée en 1799 à Rödelheim. Inspiré du minhag des Juifs de Francfort, le Siddur Sefat Emet est destiné selon l'auteur à maintenir vivace une tradition religieuse orthodoxe dans un contexte où la gentilité se présente comme une ouverture, une liberté, et aussi un risque grandissant. La traduction allemande en regard, ainsi que les notes doivent permettre au lecteur de se passer progressivement de l'allemand. Critique de la kabbala, il retranche de son édition les tefillot de la mystique de Louria, et adapte certaines prières à l'évolution de la société moderne, en particulier en ce qui concerne les relations avec le monde non-juif. La néo-orthodoxe de Samson Raphael Hirsch aura recours à cette édition du siddur offrant le standard religieux le plus rigoureux et en même temps le plus large possible.

Le parcours et le dévouement de Wolf Heidenheim à la diffusion de la tradition est également révélatrice d'une recherche, de la part de nombreux Juifs allemands, d'une voie intermédiaire entre la conversion, que la société chrétienne exigeait en contrepartie d'une pleine intégration sociale et juridique, et la réforme du judaïsme, qui s'efforçait de rapprocher le judaïsme du christianisme par l'imitation de nouveaux rites (introduction de l'orgue, de la liturgie en allemand). 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories