Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 19:52


 
 Merci Charles Etienne pour l'envoi de texte

 

Vous souvenez-vous du 12 octobre 2000…………….

 

……………………où nous apprîmes ce que fut l’horreur dans l’horreur ? Comment oublier cette sinistre date ?

Par  Charles Etienne NEPHTALI

Le 12 octobre 2010

 

lynchage-0-copie-1.jpg

 


Oui, c’était un 12 octobre, il y a 10 ans déjà. Et chaque année depuis, il m’est impossible d’oublier que Vadim Norzich (Z’’L) et Asi Avrahami (Z’’L), ces deux jeunes réservistes israéliens, nouvellement mariés et pères de famille, entrant involontairement dans Ramallah,  furent aussitôt arrêtés par l'« Autorité palestinienne », émanation des criminels « accords » d’Oslo, dirigée par le non moins criminel Arafat, le plus grand tueur de Juifs depuis la seconde guerre mondiale (1). Et chaque année depuis, je reprends ce que j’écrivis à l’époque en actualisant avec de nouveaux événements !

 

Au lieu d’être reconduits à la frontière, comme le stipulaient lesdits « accords » d’Oslo, les 2 Israéliens furent menottés et emmenés au poste de police. La foule, la populace devrais-je plutôt écrire, défonça la porte du bâtiment, y entra et, aidée par certains policiers, oui, vous avez bien lu, certains policiers, s’acharna sur les deux malheureux avant de les défenestrer et de traîner leur corps démembrés dans les rues.

 

 

 

lynchage-2.jpg

 

La scène du massacre fut filmée par un caméraman italien (2) et il nous fut donné de voir à la télévision l’horreur dans l’horreur, la sauvagerie dans la sauvagerie, la sauvagerie à l’état pur ! Mais, volontairement, tout ne fut pas montré tellement l’acharnement de ces sauvages était insoutenable.

 

En effet, avant d’être lynchés, les malheureux Israéliens auraient été violés puis frappés à la tête à coups de poings, de pieds, de crosses de fusils. Le crâne de l’un d’eux éclata et, à nouveau, mais tout est nouveau avec ces sauvages, horreur dans l’horreur, le cerveau fut sorti à mains nues et montré à la foule hurlant de haine et applaudissant.

 

J'ai toujours en mémoire l’image de ce jeune Arabe fier de lui, à la fenêtre du commissariat, montrant ses mains rouges du sang des malheureux Israéliens qui venaient d’être battus à mort et défenestrés.

 

J'ai toujours en mémoire les corps informes, disloqués et horriblement mutilés des deux Israéliens que ces sauvages continuaient à piétiner et à traîner dans les rues de Ramallah attachés au pare-chocs d'une voiture à la grande joie des enfants arabes amenés sur place pour assister au « spectacle » et de toutes ces femmes distribuant des gâteaux et poussant des « you-you » hystériques, stridents, joyeux et triomphants.

 

Que fit Israël face à cet acte de barbarie d'un autre âge ? Monsieur Barak, Premier Ministre à l’époque depuis un peu plus d’un an, décida de réagir énergiquement : en guise de représailles, il fit bombarder le soir même le commissariat où les atrocités furent commises quelques heures auparavant, attendant cependant que……. le bâtiment fut vide ! Malheureusement, on sait comment réagit M. Barack présenté comme « le militaire le plus décoré d’Israël ». Nous le vîmes à l’œuvre le 30 mai 2000 lors de la « débandade » qu’il organisa au Sud-Liban, renforçant ainsi le prestige du Herbollah avec toutes les conséquences que cela eut ! M. Barack prêt à tout en échange d’une (prétendue) paix. Il n’y a qu’à entendre encore ces jours-ci ses déclarations.

 

Mais l’indignation des pays dits civilisés face à cet acte de barbarie fut de courte durée. Sans vergogne, certains, faisant l’impasse sur le déchaînement de sauvagerie sans nom qui transforma des corps humains en charpie sanglante, avancèrent le fait que ce n’était que la réponse « palestinienne » à la « mort » d’un gamin arabe au carrefour de Netzarim, à Gaza, deux semaines auparavant, le 30 septembre 2000, affaire dont nous sommes encore ces jours-ci les témoins des différents rebondissements grâce au courage et à la ténacité de M. Philippe Karsenty qui osa le premier affronter France 2. Quelle responsabilité et quelle honte pour France 2 s’il s’avérait que tout cela était faux, que tout cela ne fut qu’une sinistre mise en scène destinée à incriminer Israël ! Quelle responsabilité et quelle honte pour cet envoyé spécial (israélien) de la télévision française (dont je tairai pudiquement le nom que tout le monde connaît par ailleurs) qui vient de publier ces jours-ci un livre dont je me refuse à mentionner le titre afin de ne pas lui faire de publicité !

 

Je rends hommage à cet homme courageux qu’est Philippe Karsenty, cet homme qui sut nous faire part d’une information honnête alors que nous sommes de tout côté et en permanence les victimes d’un véritable matraquage de mensonges et/ou d’omissions de la vérité !

 

Jusque là, pour moi qui ai beaucoup vécu en Amérique Latine, le 12 octobre était une date joyeuse pour certains (la découverte de ce continent par Christophe Colomb) , catastrophiques pour d’autres (le début d’un grand massacre et d’un grand pillage des populations locales).

 

C’était par ailleurs, plus joyeusement, la date de l’anniversaire d’une de mes connaissances.

 

Mais il faut également se souvenir que le 12 octobre est le triste anniversaire de l’ épouvantable massacre perpétré en Ukraine par les Allemands qui, en 1941, fusillèrent plus de 10.000 Juifs, quel sadisme ! « à l’occasion du nouvel an juif ».

 

*

*      *

 

Sans superstition aucune, il est à constater que les mois d’octobre marquèrent l’histoire d’Israël et des Juifs comme par exemple,

 

- le 3 octobre 1940 lorsque le maréchal-traître Pétain, dont l’antisémitisme n’est plus à démontrer avec la récente découverte d’un document annoté de sa mains, signait « la loi portant sur le statut des Juifs », cette loi scélérate à l’origine de l’assassinat de plus de 76.000 Juifs de France, dont 11.400 enfants.

 

- le 29 octobre 1956 lorsque débuta l’Opération de Suez avec l’alliance tripartite Israël- France-Grande Bretagne.

 

- le 6 octobre 1973, lorsque débuta la Guerre du Kippour avec son cortège de malheurs..

 

- le 8 octobre 1990 lorsqu’une des plus violentes manifestations arabes sur le Mont du Temple eut lieu suite à la visite de M. Sharon sur ce lieu si symbolique pour le Peuple juif.

 

- le 14 octobre 1994, lorsque le criminel Arafat reçu le Prix Nobel de la Paix. De quelle paix s’agissait-il ? Quelle honte et quelle injure pour cet illustre prix ! Ce jour-là, le mot « Paix » fut à jamais sali.

 

*

*      *

 

Mes chers Vadim et Asi, à tout jamais, ce 12 octobre 2000, date de votre martyre, restera gravée dans ma mémoire. Vous êtes, tout comme Shalevet, Revital, Noam, Matam, Daniéla, Aviva, Oriah, Lirane, Chiraz, Tamara et des milliers d’autres Israéliens, des « victimes de la paix » comme disent les partisans des criminels « accords » d’Oslo. A quoi auront donc servi ces « accords » si ce n’est qu’à armer des criminels qui ne rêvaient, et ne rêvent encore, que de tuer des Juifs, qui ne rêvaient, et ne rêvent encore, que d’éradiquer Israël ?

 

Espérons que ce mois d’Octobre 2010 ne verra pas un aboutissement (ou un début d’aboutissement) négatif des « négociations » entre M. Netanyahou et M. Abbas/Mazen, ce négationniste de la Shoah. Curieuses « négociations » pour lesquelles d’énormes pressions internationales s’exercent sur Israël et pour lesquelles il est demandé à seulement Israël de faire des concessions, et des « concessions » de taille ! Que penser de l’énorme chantage exercé par M. Kouchner sur l’éventualité d’une proclamation d’un « état palestinien » par l’ONU ? Heureusement que son homologue israélien, M. Libierman, sut quoi lui répondre en termes, certes, peu diplomatiques, reconnaissons-le !

 

Qui eut cru que la partition de Jérusalem soit évoquée, Jérusalem décrétée pourtant capitale une et indivisible d’Israël ?

Qui eut cru qu’il faille encore parler de ces « réfugiés », qualificatif qui concerne non seulement les « personnes déplacées » en 1948 après la Guerre d’Indépendance mais également leurs (très nombreux) enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants même ?

Qui eut cru que le caractère juif d’Israël soit encore de nos jours mis en cause alors que la résolution 181 de l’ONU le reconnaissait le 29 novembre…………………1948 ?

 

 

*

*      *

 

ZAKHOR, n’oublions pas Vadim et Asi. Prions pour le repos de leur âme. Amen !

 

Charles Etienne NEPHTALI

Le 12 octobre 2010

____________________________________________________

 

(1) Cela n’empêcha pas que, le 11 novembre 2004, à Villacoublay, d’indécents honneurs furent rendus à Arafat, le plus grand ennemi, à l’époque, de l'Etat d'Israël depuis son Indépendance. le relais étant de nos jours pris par le tyran perse !  Ces indécents honneurs constituèrent une véritable insulte faite à notre armée, à notre drapeau mis en berne un 11 novembre par surcroît, à notre hymne national joué par la Garde Républicaine en tenue d'apparat pour la circonstance et ce, en présence des plus hautes autorités de notre pays.

 

(2) Par la suite, l’agence de presse dont dépendait le caméraman dû « présenter des excuses » à Arafat.

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by .C.E. NEPHTALI - dans AU NOM DE L'ISLAM
commenter cet article

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories