Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 23:14

Londres 11 septembre 2011

Occident réveilles-toi ! Ils hurlent de joie quand tu pleures..

Le relativisme culturel a rendu l’Occident plus vulnérable que jamais face aux machinations des islamistes. Tarek Fatah appelle l’Occident à se réveiller. 

[Lire la suite »]

Repost 0
Published by Aschkel - dans AU NOM DE L'ISLAM
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 13:35

cavalier arabe

Les « cavaliers d’Allah » au grand galop!

Une décennie après les attentats spectaculaires du 11 septembre, la lassitude occidentale à l’égard des « cavaliers d’Allah » encourage le terrorisme et favorise la déligitimation de l’Etat juif. La dernière attaque contre l’ambassade d’Israël au Caire, première délégation diplomatique dans un pays arabe, est un signe grave et inquiétant dans les relations internationales. La faiblesse des Etats-Unis est une fois encore mise à l’épreuve. Hier, l’ambassade américaine à Téhéran a été saccagée et des diplomates ont été pris en otages, aujourd’hui une ambassade israélienne est prise d’assaut, demain probablement une délégation européenne.
Repost 0
Published by Aschkel - dans AU NOM DE L'ISLAM
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 04:46

 

 

 

 

 

 

Voir aussi l'aricle précédent

vidéo-Libye - L'esclave de la femme d'Hannibal Kadhafi retrouvée brulée à l'eau bouillante témoigne

 

 

Libye, ils sont où, les « amis des noirs » ? (la traite négrière par les arabo-musulmans n'a jamais cessé !)

Par Alain RUBIN

 © 2011 www.aschkel.info

L’intervention de l’OTAN, ses dernières opérations sur Tripoli, ont eu raison de Kadhafi.

Elles ont, pour immédiat et effet principal, de porter au pouvoir une coalition hétéroclite comprenant une notable portion de chefs djihadistes, et non des moindres parmi ces chefs. C’est ainsi que le nouveau Gouverneur de Tripoli est un certain Abdelhakim Belhaj, un fondateur du « Groupe islamique combattant libyen » (GICL).

Un correspondant de presse relevait cette déclaration de responsables du GICL : « qui ne respecteraient que ce qui est en accord avec la charia ».

En accord avec la charia, l’assassinat du général Younés ?

La prise en main de Tripoli, par un groupe lié au djihadisme, constitue un nouveau sommet dans le travail de la coalition Sarkozy-BHL- Cameron-Obama, toute entière au service du roi de Prusse islamique, affublé d’un faux nez : « la révolution arabe ».

Depuis quelques jours, différents médias commencent à faire clignoter des feux orange, voire rouge sombre. Stop ! Attention, casse-cou ! Commencent-ils à dire, à nos politiciens irresponsables, à nos décideurs et à leurs oppositions béates devant les exactions de la prétendue révolution arabe, comme ils restèrent pour beaucoup d’entre eux béats devant les crimes staliniens (« il ne fallait pas désespérer Billancourt »), béats devant les massacres, par le FLN algérien, de centaines de villageois à Mélouza, devant le massacre des harkis, béats devant l’expulsion de plusieurs centaines de milliers de Marocains (1975) lorsque Boumediene voudra punir Hassan II pour sa politique sahraoui en raflant, en brisant les familles mixtes, en expulsant et spoliant au moins trois cent cinquante mille Marocains vivant légalement en Algérie, comme ils resteront béats, parfois seront enthousiastes devant l’élimination de la moitié du peuple cambodgien par la dictature stalino-maoïste de l’équipe Pol Pot...

On commence par faire état des tueries qui ont immédiatement suivies la « victoire » des groupes islamistes libyens ; victoire obtenue par les frappes massives et à répétition des forces de l’OTAN.

Ces tueries sauvages, ces exécutions sommaires ont eu principalement pour victimes des soldats noirs des troupes fidèles au gouvernement légal libyen et de simples travailleurs victimes de rafles. Pour atténuer le mauvais effet des égorgements et des mutilations de ces soldats, vaincus et sans chef, on s’est plu, pour à dire qu’ils sont des « mercenaires de Kadhafi ». 

C’était quoi, les mercenaires ?

En Lybie, le prolétariat est essentiellement formé de travailleurs noirs. Ce sont des Africains venus de différents pays du continent. En Libye, l’ouvrier est noir. En Libye, la femme de ménage est noire. Le fantassin dans l’armée est noir.

Sous Kadhafi, on n’était ni en Iran, ni en Algérie, ni en Egypte, ni au Maroc ou en Tunisie. On ne vivait matériellement plutôt pas trop mal, pour ne pas dire plutôt bien, quand on était libyen.

Ceux qui vivaient chichement, c’était ceux qui se privaient pour envoyer de l’argent à la famille, c’étaient les « zanj » des Libyens, leur prolétariat noir, -ouvriers du pétrole et domesticité-, venus de toute l’Afrique subsaharienne.

La guerre de l’OTAN s’est exercée à l’encontre de noirs. Le prolétariat a perdu son gagne-pain. Le soldat noir est devenu un « mercenaire ». On en fait un criminel, menacé d’une condamnation à mort.

La défaite de Kadhafi donne lieu à un déferlement de violence, dont l’objet favori redevient le « zanj », le noir.

A l’étape présente, la victoire sur Kadhafi fait penser aux premiers jours des victoires franquistes sur les troupes républicaines. Tout homme ayant des traces de poudres sur les mains ou des marques d’usure sur l’épaule du veston était déclaré combattant « rouge ». Résultat, on le fusillait sur place ou un peu plus loin, sans jugement ou à la suite d’une délibération  expéditive.

Hier soir, la « six » montrait des noirs, des prisonniers. Le combattant islamiste interviewé expliquera : qu’on les avait trouvés en possession d’armes et que si ces hommes s’en étaient servies et avaient tué, « ils risquaient la peine de mort ». Le même journal d’information, se référant à d’autres médias et témoignages de reporters présents sur place, fera aussi état de massacres, de massacres de grande ampleur. Ces tueries, ce sont toujours des exécutions sommaires dont les victimes sont toutes noires.

Je rappelais plus haut les premières tueries constatées en Libye pendant les affrontements, les égorgements et les mutilations sur la personne des « mercenaires » noirs. Avec l’effondrement du régime de Kadhafi, on est passé à la vitesse supérieure.

Ce sont des pogromes !

Oui, ce sont des traques, des chasse à l’homme noir, déclaré suppôt de Kadhafi, qui ensanglantent les rues de Tripoli. Ce sont des pogromes dont les artisans sont ces hommes qui considèrent « qu’ils ne respecteront que ce qui est en accord avec la charia ». Oui, ce sont des pogromes fanatiques contre ceux qui, évidemment, ne peuvent cacher qu’ils sont Soudanais, Maliens, Sénégalais, Tchadiens...

La victoire militaire des forces de l’OTAN est sablée par les milices islamistes ou sénoussistes, avec le sang des prolétaires noirs, ou celui des fantassins noirs de l’armée régulière, qualifiée d’armée de mercenaires.

Les meurtriers des travailleurs ou soldats noirs veulent restaurer l’ordre moral et politique du 7ème siècle. Leur considération, pour le « noir », pour le « zanj », remonte à la même époque. Depuis qu’ils ont commencé la destruction du régime Kadhafi, ils ne savent et ne veulent savoir qu’une chose : traquer le futur cheptel, celui qu’on a pris l’habitude, jusqu’au milieu du 20ème siècle, de razzier et d’envoyer, qui comme concubine, qui comme eunuque, comme garde du sultan, parfois en qualité de paysan-esclave, en Afrique du nord, en Arabie, en « Palestine » arabo-ottomane, en Irak, en Perse, en Inde, dans l’archipel indonésien...

Actuellement, à Tripoli et partout où les islamistes et Sénoussistes anti-Kadhafi on détruit la structure étatique légale, ou ce qu’il en restait, le noir est redevenu un gibier bon à humilier, traquer, tuer. Le soldat noir de l’armée vaincue est par définition « un mercenaire », un coupable qui doit être jugé « selon la charia ». Les miliciens, applaudis par les gogos du Faubourg St Germain et des salons du gauchisme caviar, agissent, jugent et tuent ou prétendent tuer, selon l’axiome qu’un noir en possession d’armes est un mercenaire, et que, s’il a combattu et tué, il devra être condamné à mort.

Et pendant ce temps, les « Amis des noirs », que disent-il, que font-ils ?

C’est une question que je me suis posé, en lisant et entendant ces premières informations sur les tueries dont les victimes sont noires en Libye.

Le CRAN, il dit et fait quoi, lui qui est si sourcilleux, en matière de stigmatisation, de dénigrement, d’inégalité dont les « noirs » en France seraient victimes, du seul fait qu’ils sont noirs ? Et le MRAP, et SOS-Racisme, ce n’est pas leur pote le prolétaire ou le soldat africain de Tripoli ?

Il y en a d’autres des amis des noirs. Il y a les chantres de la « négritude », Le PPM, LKP, UPLG, Madame le député Christine Taubira, ils disent et font quoi ? Ils ne sont pas au courant de ces tueries à forte connotation raciste?

Ces autres amis et ces porte-parole des noirs, ces militants dénonçant la misère ou leur pauvreté plus grande que la moyenne, ces hommes et ces  associations disant agir contre tous les stigmates d’une infériorité organisée, les Dieudonné, Kami Séba et tutti quanti, ils disent et font quoi ?

Ces assassinats sauvages, cette justice expéditive contre les lampistes noirs du régime Kadhafi, ça ne les choquent pas ? Ils n’ont rien à en dire ?

Tourneraient-ils tous la tête ?

Tous, ne voudraient-ils pas voir, pour ne pas être obligés de dire : Que les « révolutions arabes » sentent fortement l’odeur du sang et qu’elles ressemblent furieusement à une pure et simple contre-révolution, une contre-révolution qui porte, mécaniquement, vers un pouvoir sans partage, les hommes de la dictature de la charia.

Assez d’hypocrisie ! Non aux pogromes anti-Noirs !

Arrêt immédiat des tueries. Stop à  la justice sommaire ! Arrêt des violences et des humiliations dont sont victimes les travailleurs privés de leurs emplois et les anciens soldats noirs de Libye.

Alain Rubin

Repost 0
Published by A.Rubin - dans AU NOM DE L'ISLAM
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 09:05

 

... Et les islamo-gauchistes ayant patente sur la sacro-sainte "cause palestinienne"???? 

 

Si les antisionistes hystériques et belliqueux comme Besancenot, Kiil-Nielsen, Boumediene-Thiery, des "flottilles" anti-juives se mettaient à ouvrir les yeux, s'ils étaient dotés d'un minimum de concience humaine -ce qui n'est pas prêt d'arriver-, ils comprendraient à vitesse TGV que leurs actions ne servent qu'à vulgariser la cause des terroristes et à enfoncer un peu plus les vrais réfugiés dans la misère la plus sombre. Comme c'est le cas aujourd'hui en Somalie. Tout l'argent détourné pour leurs causes sélectives ne parviendra jamais à ceux qui en ont vraiment besoin. Ils ne sont pas là, ni leurs amis, puisqu'ils bénéficient des subsides pro-Hamas de toutes les confréries de l'obscurantisme. Et qu'ils ne peuvent être au four et au moulin, pour offrir de l'eau à Mogadiscio.

Il existe aussi un racisme dont on ne parle pas, celui qui fonde l'Islam des pays conquis (comme l'Afrique) sur la prédominance de l'Arabité et qui n'a que mépris pour les peuples "esclaves" soumis... La Corne de l'Afrique a, longtemps, été une des plaques tournantes de ces pratiques... Qu'est-ce qui a réellement changé?


Gad 

Les croisés, ces juifs: où est le monde arabo-musulman?*

http://www.tchadforum.com/node/8372


 

Les croisés, ces juifs

le 27.07.11 | 01h00


La Corne de l’Afrique, principalement la Somalie, souffre d’une terrible sécheresse qui a provoqué la mort de dizaines de milliers de femmes, d’enfants et d’hommes. La communauté internationale a fini par réagir avec du retard, mais l’a fait. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a commencé, depuis hier, à acheminer les secours. La FAO a réuni une assemblée générale extraordinaire à Rome pour mettre au point un plan d’urgence destiné à la région.


Le monde musulman, par contre, a brillé par son absence.


L’Organisation de la conférence islamique (OCI) dont le siège est à Djeddah, n’a pas jugé utile de bouger le petit doigt. Il n’y a même pas eu de messages de solidarité en direction des victimes, à croire que les pays islamiques sont totalement insensibles devant la souffrance d’autrui.


Pourtant, le malheur touche surtout un pays musulman, en l’occurrence la Somalie. Le Coran fait de la solidarité entre musulmans un principe sacré pour lequel les fidèles rendront compte. Or, ce sont ce que le dictateur Mouammar El Gueddafi et les islamistes appellent «les croisés et les juifs»qui ont décidé de secourir le peuple somalien et les autres peuples d’Afrique de l’Est. Même les shebab, ces terroristes islamistes qui occupent une partie du territoire somalien et qui avaient expulsé, il y a quelques années, les ONG européennes parce que composées «de croisés et de juifs», ont appelé ces dernières à revenir pour aider les populations malades et affamées.


Dans tout cela, l’humanisme arabe, s’il existe, ne se manifeste pas.


Seule la mer Rouge sépare la Somalie des riches Etats pétroliers du Golfe. La puissante Arabie Saoudite fait la sourde oreille. Pourtant, sa responsabilité est grande dans le drame que vivent actuellement les Somaliens. C’est elle qui a armé les shebab, avec le concours du dictateur soudanais Omar El Béchir, et qui a provoqué l’éclatement de la Somalie. Elle finance le crime, la destruction pour l’expansion de la doctrinewahhabite. Mais la compassion n’existe pas chez les Saoudiens dès qu’il s’agit d’aller alléger les souffrances d’autres musulmans. Et dire que cela a lieu à la veille du mois sacré du Ramadhan, point de piété et d’entraide s’il en est.


Tayeb Belghiche

*L'ajout est de la Rédaction de TchadForum.

http://www.elwatan.com/edito/les-croises-ces-juifs-27-07-2011-134161_171...

 

 

Repost 0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 17:00

 

À COUPS DE SABRES ET DE HACHES

La violence sévit à Oran

Par 
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Personne n'est à l'abri de ce diktat imposé par des groupes de bandits de tous âgesPersonne n'est à l'abri de ce diktat imposé par des groupes de bandits de tous âges

Près de 200 cas d'agressions corporelles ont été recensés durant les huit premiers jours de Ramadhan.

Un jeune homme a été mortellement poignardé quelques instants avant la rupture du jeûne dimanche dernier, plongeant ainsi les habitants du quartier populaire le Petit Lac dans une profonde affliction.
Aux premiers jours du jeûne, deux autres individus ont succombé à leurs blessures à la suite d'une rixe qui a éclaté à Mdina J'dida. Un autre cas d'agression à l'arme blanche a été signalé au quartier Ighmourassen. A peine descendue du bus de la ligne 18, une jeune fille a été délestée de son sac à main et de son téléphone portable. Les vols à la tire, les agressions sous la menace d'armes blanches et les rackets ont pris des courbes fulgurantes à Oran depuis le début de Ramadhan.
Personne n'est à l'abri de ce diktat imposé par des groupes de bandits de tous âges. Des receveurs de bus sont à longueur de journées rackettés par les «seigneurs» des arrêts tandis que les passagers risquent gros en s'aventurant, sans être accompagnés, dans les quartiers chauds comme El Hamri, Derb, Sidi El Houari et les ruelles de la Bastille, Cavaignac et Saint-Pierre. Une sorte de prise d'otage et de mainmise est observée dans plusieurs cités de la deuxième ville du pays. Près de 200 cas d'agressions corporelles ont été recensées durant la première huitaine de Ramadhan.
La gent féminine constitue la proie facile de ces bandits. Le moindre égarement peut s'avérer funeste. Aussitôt, ils extorquent à la femme son sac, son contenu, son portable et ses bijoux. Ces pratiques, accompagnées souvent de violences de toute nature, voire physiques, constituent une pratique qui prend des allures phénoménales pendant le mois de Ramadhan.
En effet, la ville d'Oran, qui a subitement sombré dans une violence inouïe, est devenue une grande arène à ciel ouvert où s'affrontent des gladiateurs qui mesurent leurs biceps. Ces derniers provoquent des pagailles et des paniques générales parmi les populations. A Derb, tout comme à la Bastille, Sidi El Houari, les batailles entre gangs sont devenues légion. A la moindre étincelle, des jeunes du quartier se rassemblent pour se défendre contre ce qu'ils qualifient de dépassements perpétrés par les jeunes provocateurs de l'autre quartier.
Les gros bras de Cavaignac ne sont pas près d'abandonner leur duel qui les oppose perpétuellement à ceux de la Bastille. Au vu des procédés employés, un nouveau terrorisme, incrusté en plein milieu urbain, est né et a pris de l'ampleur. La plupart du temps, dans ces affrontements, il est fait usage de toutes sortes d'armes prohibées comme les haches, sabres, chaînes d'acier, à fusils harpons et couteaux de différents calibres. Une autre problématique qui ne semble pas près de s'estomper est l'exploitation illicite des parkings. Des jeunes, constitués dans leur majorité de drogués, se sont érigés en maître indétrônables des trottoirs. En quête d'un lieu de stationnement, l'automobiliste est sommé de régler, à l'avance et sans rechigner, les droits de stationnement. Derrière le somptueux Théâtre régional Abdelkader-Alloula, les chauffeurs de taxi assurant la liaison Oran-Aïn El Turck vivent un diktat sans précédent imposé par une dizaine d'individus qui revendiquent, sans sourciller, la propriété des lieux de stationnement. Les chauffeurs sont, avant qu'ils ne prennent la destination de Aïn El Turck, contraints de verser 50 dinars représentant les frais de stationnement et de chargement.
A la moindre protestation ou résistance, le contestataire est aussitôt pris à partie à coups de gourdins tandis que son véhicule subit des dégâts irréparables. Le phénomène des parkings illégaux a pris de l'ampleur tandis que les solutions sont visiblement renvoyées aux calendes grecques. Une question s'impose: la ville d'El Bahia a-t-elle cédé à la violence?

 

Repost 0
Published by Aschkel - dans AU NOM DE L'ISLAM
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 22:29

 

T.Ramadan - Nous sommes ici pour enseigner aux gens quelques-uns de nos principes et valeurs

 

Le beau parleur, petit fils d'Al Banna, maître es-Taqqiya enjolive, mais l'objectif est là.

Monsieur Tareq, Merci beaucoup mais nous sommes fiers d'appartenir à une civilisation (certains l'appellent judéo-chrétienne) qui n'a rien à envier à l'Islam bien au contraire. Civilisation Judéo-Chrétienne terriblement mal menée dans les pays arabo-musulmans.

 

Vous devriez allez apporter vos valeurs fraternelles si vous en avez à vos contrées, et leur expliquer que LE PARTAGE est une valeur essentielle !

Aschkel

 

Le 27 juillet 2011, Tariq Ramadan a donné une conférence lors d’une levée de fonds organisée par l’Islamic Circle of North America (ICNA) à Dallas (TX).

GMBDR a décrit ICNA comme « une partie moins connue du réseau des Frères Musulmans généralement considérée comme très proche de l’organisation Jamaat-e-Islami du sud-est asiatique, elle-même une alliée des Frères Musulmans. ICNA est particulièrement proche de la Muslim American Society avec laquelle elle organise des activités communes depuis plusieurs années. »

Le site internet voicesempower.com et d’autres sites américains ont rapporté que des détenteurs de billets pour la conférence de Ramadan à Dallas ont été expulsés de la salle de conférence. En dépit de cela, d’autres spectateurs ont réussi à enregistrer la conférence et à la diffuser sur YouTube.

La conférence de Tariq Ramadan est disponible en trois parties :

Partie 1 - http://www.youtube.com/watch?v=1WDEfVdsr3M 

Partie 2 - http://www.youtube.com/watch?v=c1ElwUjPuHE 

Partie 3 - http://www.youtube.com/watch?v=y2h5ZDiMQno 

Le point marquant de la conférence est survenu au début de la première partie. Après avoir enjoint ceux qui l’écoutaient d’être « prudents pour ne pas être colonisés » par la société de consommation, Tariq Ramadan ajoute que ce sont plutôt les musulmans qui doivent coloniser « positivement » les États-Unis d’Amérique « avec notre compréhension de l’islam, avec nos principes. »

Plus tard durant sa conférence, Ramadan blâma ses critiques qui refusent d’être colonisés par lui et par ceux qui partagent sa « compréhension de l’islam ». « Qu’est-ce que ça signifie coloniser? », demanda Ramadan à la foule.

Point de Bascule présente la transcription des extraits les plus importants en version originale anglaise accompagnée de la traduction française :

 

Nous devrions être prudents pour ne pas être colonisés par quelque chose qui émane de cette société de consommation…

Ça devrait être nous, avec notre compréhension de l’islam, avec nos principes qui colonisons positivement les États-Unis d’Amérique.

Mais laissez-moi vous dire quelque chose. Je suis très optimiste pour le long terme. Je pense que Inshallah (passage incompréhensible) notre avenir en Occident sera brillant, il sera positif.

Soit dit en passant, nous ne sommes pas ici par accident. Nous ne sommes pas ici par accident.

Nous apprenons à être musulman. C’est difficile, c’est un défi, c’est un jihad...

Concernant le long terme, nous devons également réfléchir à notre contribution. Nous devrions être un cadeau pour les États-Unis. Nous devrions être un cadeau pour l’Occident.

Nous ne voulons pas que l’Occident soit détruit. Ce que nous désirons c’est que l’Occident soit réformé.

Vous vivez aux États-Unis d’Amérique. Toute l’année dernière, nous avons entendu des messages qui attaquaient l’islam comme une religion étrangère, une religion non-américaine. Et en Europe, depuis les quinze dernières années, partout, nous pouvons voir cela. Pas seulement en France. Plusieurs personnes parlent de la France parce qu’elles ont entendu parler du voile…

Dans plusieurs pays, en Suisse pour les quatre minarets… Désormais, ils interdisent la construction de minarets en disant que les musulmans colonisent. Qu’est-ce que ça veut dire coloniser?

Même moi, dans une émission de télé populaire avec (nom incompréhensible) qui est le leader, le porte-parole de l’Union Démocratique du Centre (Note PdeB : L’UDC est un parti politique suisse), il m’a dit : « Nous avons fait une erreur avec vous. Nous vous avons donné la nationalité ». Cela signifie : vous êtes trop musulman pour être un bon citoyen suisse.

Voici ce qu’ils pensent. Voici ce qu’ils pensent. L’objectif consiste à proclamer que l’islam n’est pas une religion occidentale. Vous êtes l’autre. Voici ce à quoi nous avons dû faire face. En fait, durant de nombreuses années les populistes et les partis d’extrême-droite ont dit cela. Le problème, et faites bien attention à cela, ne se limite pas à la montée des partis populistes. Le problème auquel nous faisons face en Europe c’est la reprise de ce discours par tous les autres partis.

Le message qui était véhiculé hier par les partis d’extrême-droite et les populistes est maintenant repris par tous les partis. Que l’islam est une religion étrangère. En tant que musulmans, vous cherchez à coloniser notre pays. Vous voulez changer ce qui est au cœur même de notre culture comme Occidentaux et comme pays occidentaux. Voici la logique de tous ces discours.

Ce message suscite une peur généralisée. Les gens éprouvent beaucoup de méfiance envers les musulmans. 75% des Français qui entendent parler de l’islam pensent à la violence. Voici ce à quoi nous sommes confrontés maintenant.

Par la suite Tariq Ramadan parla de la tuerie survenue en Norvège et il insinua que ceux qui critiquent l’islam pave la voie à d’autres meurtres.

Si vous continuez de décrire l’islam comme une religion étrangère, de déclarer que nous menaçons l’essence même de l’Europe, vous encouragez une telle attitude. Vous devriez vous corriger. Vous avez la responsabilité d’être très prudents. L’atmosphère est négative. N’importe quelle personne qui suit ce courant est susceptible de faire quelque chose d’extrême, d’extrémiste et il peut tuer.

Dans dix-huit états (américains) et maintenant dans vingt-deux, nous avons des gens qui présentent des projets de loi contre la mise en application de la charia. Vous pouvez croire qu’ils ne réussiront pas à faire adopter leurs propositions et qu’effectivement, ils ne gagneront pas. Mais en fait, leur but n’est pas de gagner. Ce n’est pas le but visé. Leur but c’est de propager l’idée que l’islam représente un danger. Il y a une menace. C’est l’atmosphère qui règne.

Ce que les conservateurs et les supporteurs du Tea Party désirent dans ce pays (aux États-Unis), c’est de faire de l’islam le problème. Vous voulez des statistiques? Juste après le 11 septembre, il y a dix ans, 66% des Américains déclaraient que c’était une infime minorité qui avait fait cela, qu’ils n’étaient pas représentatifs de l’islam. Ce fut leur première réaction et c’est la raison pour laquelle nous avons reçu tant de réactions positives des Américains à l’époque. Ils disaient : « Non, nous sommes avec vous. Nous allons même protéger vos mosquées ». Et ils l’ont fait. Et ils étaient là.

Dix ans plus tard, avec tout le travail que nous faisons, et vous devriez continuer le travail que vous faites, 73% des Américains, 73% des Américains pensent que la présence musulmane dans ce pays est un problème. Ce n’est plus une infime minorité, c’est l’islam qui est le problème.

Soit dit en passant, au Canada c’est la même chose. Avant au Canada, c’était seulement dans la partie francophone parce qu’ils sont grandement influencés par les Français. Maintenant, ce n’est plus seulement au Québec mais également dans les régions anglophones. Et l’immigration est en train de devenir un problème.

Nous ne sommes pas ici pour plaire aux gens, pour changer de religion et pour la rendre acceptable. Nous ne sommes pas ici pour devenir des musulmans modérés ce qui signifie pour certains l’islam sans l’islam. Nous ne sommes pas ici pour nous sentir comme des victimes. Nous sommes ici avec notre humilité, avec notre fierté. Nous sommes ici pour demeurer musulmans et nous sommes Américains et musulmans simultanément. C’est tout.

C’est important de comprendre que nous ne sommes pas ici pour plaire aux gens mais que nous sommes ici pour enseigner aux gens quelques-uns des principes et quelques-unes de nos valeurs. Je ne suis pas ici par accident, je suis beaucoup plus ici pour donner que pour plaire. Et quand on leur donnera, les gens seront reconnaissants.

pointdebascule

Repost 0
Published by Aschkel - dans AU NOM DE L'ISLAM
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 21:27

 

Somalie : les infidèles donnent, le monde musulman brille par son absence

 

 La Corne de l’Afrique, principalement la Somalie, souffre d’une terrible sécheresse qui a provoqué la mort de dizaines de milliers de femmes, d’enfants et d’hommes. La communauté internationale a fini par réagir avec du retard, mais l’a fait. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a commencé, depuis hier, à acheminer les secours. La FAO a réuni une assemblée générale extraordinaire à Rome pour mettre au point un plan d’urgence destiné à la région.

Le monde musulman, par contre, a brillé par son absence.

L’Organisation de la conférence islamique (OCI) dont le siège est à Djeddah, n’a pas jugé utile de bouger le petit doigt. Il n’y a même pas eu de messages de solidarité en direction des victimes, à croire que les pays islamiques sont totalement insensibles devant la souffrance d’autrui.

Pourtant, le malheur touche surtout un pays musulman, en l’occurrence la Somalie. Le Coran fait de la solidarité entre musulmans un principe sacré pour lequel les fidèles rendront compte. Or, ce sont ce que le dictateur Mouammar El Gueddafi et les islamistes appellent «les croisés et les juifs» qui ont décidé de secourir le peuple somalien et les autres peuples d’Afrique de l’Est. Même les shebab, ces terroristes islamistes qui occupent une partie du territoire somalien et qui avaient expulsé, il y a quelques années, les ONG européennes parce que composées «de croisés et de juifs», ont appelé ces dernières à revenir pour aider les populations malades et affamées.

Dans tout cela, l’humanisme arabe, s’il existe, ne se manifeste pas.

Seule la mer Rouge sépare la Somalie des riches Etats pétroliers du Golfe. La puissante Arabie Saoudite fait la sourde oreille. Pourtant, sa responsabilité est grande dans le drame que vivent actuellement les Somaliens. C’est elle qui a armé les shebab, avec le concours du dictateur soudanais Omar El Béchir, et qui a provoqué l’éclatement de la Somalie. Elle finance le crime, la destruction pour l’expansion de la doctrine wahhabite. Mais la compassion n’existe pas chez les Saoudiens dès qu’il s’agit d’aller alléger les souffrances d’autres musulmans. Et dire que cela a lieu à la veille du mois sacré du Ramadhan, point de piété et d’entraide s’il en est.

Tayeb Belghiche

*L'ajout est de la Rédaction de TchadForum.

tchadforum de El Watan

Repost 0
Published by Aschkel - dans AU NOM DE L'ISLAM
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 11:08

http://www.israel7.com

 

 

Des médias anglais ont fait savoir qu’un groupe de musulmans fondamentalistes tentait de prendre le contrôle de l’est de Londres en y imposant les lois en vigueur dans leur religion, un système nommé «Shariah». Ses adeptes auraient l’intention de s’étendre sur d’autres zones. D’ores et déjà, les fondamentalistes ont affiché des écriteaux prévenant les passants et autres habitants qu’ils s’introduisaient dans une zone contrôlée par ce système. Le premier bastion tombé entre leurs mains est le Waltham Forest. L’Angleterre a préparé le terrain en cédant à l’islam et en lui permettant d’instituer plus de quatre-vingt tribunaux islamiques certes limités cependant aux affaires de biens ou aux affaires de familles. Les intégristes se déclarent en guerre contre les «croisés», en fait tout individu autochtone de près ou de loin en rapport avec le christianisme.

Les responsables de ce groupe ont même un site internet sur lequel ils proclament l’occupation d’une «première zone sous leur contrôle». Un avertissement a été envoyé aux habitants du quartier de Waltham Forest, qu’ils ont proclamé comme étant le premier des districts où les lois de l’islam entreraient en vigueur. Il leur a été rappelé notamment que les châtiments corporels comme les amputations et la lapidation étaient courants dans ce système de lois. Les visiteurs sont également prévenus. En revanche, tous les musulmans n’approuvent pas cette démarche. En effet, beaucoup ont fui leur pays d’origine en raison du totalitarisme d’inspiration islamique. Certains, cités par les médias anglais, ont déclaré: «Ces musulmans doivent se chercher un pays musulman. Ils n’ont rien à faire en Grande Bretagne.»

Repost 0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 13:09

 

 

 

Lorsqu’un service de renseignements organise des « fuites » vers la grande presse, comme c’est le cas, ici, on doit s’interroger sur les raisons de cette publication, visant à atteindre l’opinion : soit les mesures discrètes de prévention se sont avérées insuffisantes et inefficaces. Soit, et cela revient au même, le Gouvernement en place ne lui donne pas les moyens, voire entrave son action et ses objectifs, dans sa lutte.


Ces deux points semblent bien réunis pour faire obstruction, en ce qui concerne le Gouvernement Zapatero, comme le souligne l’Institut Hudson, à la fin du document.

Quelques premiers extraits de ce rapport alarmiste ont été repris par : bivouac

Il nous paru important que les éléments de ce dossier soient disponibles in extenso, à l'intention de tous, au-delà de toute polémique partisane, favorisant tel ou tel angle du spectre politique. Il s'agit désormais d'un problème européen, s'appuyant sur les faits précis,  soulevant le voile pudique derrière lequel on tente de dissimuler la réalité et les perspectives à très court terme.

Aschkel & Gad.

 

Les pays Musulmans financent le Jihad

en Espagne

      euro islam

Par Soeren Kern


 4 août 2011 à 5:00 am

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

http://www.hudson-ny.org/2320/financing-jihad-in-spain

 

Des pays du Golfe Persique et d’Afrique du Nord transfèrent de vastes sommes d’argent à des groupes radicaux islamiques implantés dans des villes et centres à travers toute l’Espagne, dans un effort concurrent pour exercer leur contrôle sur les Musulmans estimés à 1, 5 millions d’individus dans le pays.

Un rapport secret, prepare par le Centre national des renseignements d’Espagne (CNR) qui a récemment “fuité”, ), dont des extraits viennent d’être publiés, le 31 juillet, par le journal El Pais, basé à Madrid, fait savoir que le Gouvernement espagnol se bat pour interrompre le flux de millions de dollars envoyés aux groupes islamiques en Espagne, par le Koweit, la Libye, le Maroc, Oman, le Qatar et les Etats Arabes Unis et surtout d’Arabie Saoudite.

 

Le rapport du CNR déclare : “Ce financement est en train d’avoir des conséquences très négatives sur la coexistence [multiculturelle] en Espagne, comme de favoriser l’émergence de sociétés parallèles, de ghettos, de tribunaux islamiques et de police qui opèrent en dehors de toute jurisprudence espagnole, interdisent aux jeunes filles d’aller à l’école, imposent des mariages forcés, etc.

Il poursuit : “Le contrôle des flux financiers transférés à la communauté islamique en Espagne, impliquant des récompenses et de l’aide d’autres pays, est insuffisant. Pour la plus grande partie, les donateurs se servent de canaux alternatifs afin de s’assurer que leurs donations échapperont au contrôle du système financier légal espagnol. Ces donateurs devraient être pleinement avertis des risquent qu’ils encourent à travers ce type de financement ».

Selon El Pais, deux responsables de haut-rang appartenant aux Ministères espagnols de la Justice et des Affaires étrangères, se sont rendus dans le Golfe persique en juin, pour chercher la coopération du Koweit et des Emirats Arabes Unis. En mai, le Ministère de la Justice espagnole a convoqué les ambassadeurs de plusieurs états du Golfe Arabique à une réunion à Madrid, lors de laquelle les responsables espagnols ont requis leur coopération afin de mettre de l’ordre au financement de l’Islam en Espagne.

Lors de la rencontre de Madrid, les responsables espagnols ont distribué un document intitule : “Système de transfert de flux d’argent aux communautés islamiques en Espagne”. Le document, qui est traduit en espagnol, en anglais et en arabe, explique que, dorénavant, les autorités espagnoles veulent que toutes les donations en provenance des états du Golfe Arabique soient envoyées vers la  Commission Islamique d’Espagne (CIE), une instance que le gouvernement espagnol souhaiterait voir devenir la représentante officielle des Musulmans en Espagne.

Les autorités espagnoles affirment que les pays arabes submergent les mosquées, en Espagne, d’un afflux de littérature anti-occidentale. Par exemple, le Ministère des Affaires islamiques du Qatar a distribué un document en espagnol, intitulé : « Mahomet, le prophète idéal », qui déclare : « l’Europe d’aujourd’hui, qui continue de considérer que la Race Blanche est supérieure à celles des autres couleurs, imbue de ses prétentions à éclairer [le monde] et à le guider….  Se trouve encore très loin derrière l’ISLAM ».

La fuite en provenance du rapport du CNR démontre que de tous, c’est le Kowait qui se trouve être l’un des pires contrevenant. A travers la Société pour la Renaissance de l’Héritage Islamique(RIHS), le gouvernement koweitien a financé la construction de mosquées dans les municipalités espagnoles de Reus et Torredembarra (Catalogne), dans lesquelles les prédicateurs islamistes « diffusent une interprétation religieuse qui s’oppose à l’intégration des Musulmans dans la société espagnole et promeuvent la séparation  et la haine contre les groupes non-musulmans ». … Sur le moyen terme, le RIHS projette d’ouvrir une délégation en Espagne ». En juin 2008, le  Département du Trésor américain a désigné le RIHS comme bailleur de fonds d’Al Qaeda.

Le Qatar, par contraste, fait transiter la plupart de ses donations par la Ligue Islamique pour le Dialogue et la Coexistence en Espagne, un groupe que le CNR affirme être « lié aux Frères Musulmans en Syrie » et qui contrôle le Centre Culturel Islamique Catalan. Le Qatar a récemment payé 300 000 € (450 000 $) pour la rénovation e ce Centre, qui est basé à Barcelone.

Les Emirats Arabes Unis concentre ses efforts sur la fourniture de soutien financier aux Musulmans dans la région sud, en Andalousie. Al-Andalus était le nom islamique donné aux régions de l’Espagne sous domination des conquérants musulmans de 711 à 1492. Beaucoup de Musulmans pensent que les territoires qu’ils ont perdus durant la Reconquista espagnole leur appartiennent toujours, et qu’ils ont le droit de retour pour y instaurer leur domination – une croyance fondée sur le précepte islamique que les territoires préalablement occupés par les Musulmans doivent demeurer à jamais sous domination musulmane.  

Dans ce contexte, les Emirats Arabes Unis, de concert avec la Libye et le Maroc, ont payé la construction de la Grande Mosquée de Grenade. Comme l’affirme Abdel Haqq Salaberria, le porte-parole de la Mosquée : « Cet acte [de naissance] constituera le tournant de la Renaissance islamique en Europe. C’est le symbole du retour de l’Islam au sein du peuple espagnol et parmi les indigènes européens ».

Les Emirats arabes unis, de concert avec le Koweit, le Maroc et l’Egypte, sont également impliqués dans un projet qui consiste à faire de Cordoue, « la Mecque de l’Occident », en transformant la vieille Ville en un site de pèlerinage pour tous les Musulmans à travers l’Europe. Les Musulmans de Cordoue exigent du Gouvernement espagnol qu’il les autorise à organiser des pèlerinages dans la principale cathédrale, qui se trouvait être une mosquée durant la période médiévale du Royaume islamique d’Al-Andalus et qui est, aujourd’hui, un Site Historique du Patrimoine Mondial.

Le rapport du CNR démontre que l’Arabie Saoudite est le donateur le plus généreux des causes musulmanes en Espagne et que la majorité de ses dons à une liste sans fin de groupes et de causes islamiques, transite par l’Ambassade Saoudienne à Madrid. La quasi-totalité de l’argent saoudien est consacré à la construction de mosquées en Espagne.

Riyad, par exemple, a construit le  Centre Culturel Islamique de Madrid, haut de six étages et large de 12 000 metres-carrés (130 000 pieds-carrés), qui a été inauguré en 1992 et qui est l’une des mosquées les plus importantes en Europe. L’Arabie Saoudite a également bâti le Centre Culturel Islamique de Málaga, d’un coût de 22 millions d’€ (30 millions de $), dans cette petite ville du sud de l’Espagne qui accueille déjà environ 100 000 Musulmans (Le site Internet du Centre diffuse des « nouvelles » tronquées qui comprtent des titres tels que "La Palestine Chrétienne sous Occupation Sioniste.").

L”Arabie Saoudite, qui a, également, construit les “grandes mosques” d’autres villes espagnoles, comme Marbella et Fuengirola, est accusée de faire usage des mosquées et centres culturels islamiques en Espagne pour propager les thèses de la Secte  Wahhabite, qui représente l’Islam dominant en Arabie Saudite. Le Whahhabbisme rejette tout Islam non-wahhabite, tout dialogue avec d’autres religions et quelque ouverture que ce soit aux autres cultures. Par définition, il rejette, bien entendu, toute perspective d’intégration des immigrants musulmans au sein de la société espagnole.

En décembre 2000, le Centre Culturel Islamique de Madrid s’est vu expulser de la Fédération Espagnole des Entités Religieuses (FEER), de façon à  "contrecarrer les tentatives de l’Arabie Saudite d’imposer son contrôle de l’Islam en Espagne.". La majorité des immigrants en Espagne viennent du Maghrev (spécialement du Maroc et d’Algérie) ou du Pakistan ; les analystes ont prévenu que leurs conditions de vie frustres et leur faible niveau d’éducation les rendent particulièrement sensibles à la propagande islamiste propagée par l’Arabie Saoudite.

Loin d’être en reste, le Maroc a coparrainé un Séminaire d’une semaine à Barcelone, intitule : intitulé "Valeurs Musulmanes et Européennes" à travers lequel était proposé que la construction d’énormes mosquées serait « une formule utile » pour combattre le fondamentalisme islamique en Espagne.

Si l’on suit le raisonnement de Nourredine Ziani, un Imam marocain implanté à Barcelone : “Il est plus facile de drépandre les idées fondamentalistes dans de petites mosquées installées dans des garages, où seuls les membres de la congrégation assiste aux assemblées, que dans de vastes mosquées ouverte à tout le monde, disposant de salles de prières, de cafés et d’espaces de rencontre » [NdT : en un mot : de véritables hyper-marchés et centres commerciaux de sous-traitance islamique garantie hallal]. Il a, également, affirmé qu’il est absolutement nécessaire que les valeurs islamiques soient acceptées comme [le fondement] des valeurs Européennes et que les Européens remplacent, dorénavant, le terme « Judéo-Chrétien », par la notion d’ « Islamo-Chrétien » pour décrire les fondamentaux de la civilisation occidentale.

Durant le même temps, le Journal madrilène ABC  publie un  reportage expliquant que plus de 100 mosquées en Espagne sont dirigées par des Imams radicaux prêchant la foi, chaque vendredi. Le journal démontre que plusieurs Imams ont fondé une police religieuse qui harcèle et attaque quiconque ne se conforme pas  aux lois islamiques (Chari’a). ABC rapporte aussi qu’au cours de l’année 2010, plus de 10 conférences salafistes se sont tenues en Espagne, à comparer avec une seule en 2008.

Le Salafisme est une branche de l’Islam revivaliste qui appelle à la restauration du glorieux passé musulman, visant à rétablir un empire islamiste [Califat] à travers tout le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et les régions de l’Europe. Les Salafistes perçoivent l’Espagne comme un Etat musulman qui doit être reconquis pour  instaurer l’Islam.

L’ironie (mais peut-être n’en est-ce pas une), c’est que tous les pays musulmans qui apportent leur large soutien au Jihad en Espagne, participent également à l’Alliance des Civilisations, une initiative post-moderne lancée fièrement par le Premier Ministre Socialiste espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, en 2005, comme la voie royale visant à « édifier un pont au-delà de la division » entre l’Occident et l’Islam.

En pratique, cependant, l’Alliance des Civilsations s’est transformée en un “pont” à sens unique : l’Islam a été invite à traverser et à s’installer en Occident et l’Occident a été invité à rester tranquille et à observer ce qui se passé. En ce qui concerne les efforts tardifs de l’Espagne pour contrôler le déferlement de l’Islam dans la péninsule ibérique, c’est, probablement, trop peu et trop tard.

 
Repost 0
Published by Aschkel&Gad - dans AU NOM DE L'ISLAM
commenter cet article
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 16:47

 

 

 

 

Un ex-musulman met en garde contre la duperie des médias sur l’islam

Amil Imani, Américain d'origine iranienne, apostat de l'islam, dénonce la fausse représentation de l'islam par les médias et les pseudo experts à la solde des pétro-dollars.

GasIslam

 

____________________________________

[...] Pendant que des musulmans radicaux tuent, décapitent et violent, les mass-médias se taisent et répètent leur mantra «islam-religion-de-paix» au nom du multiculturalisme.

Ils insistent pour que le monde civilisé accepte la culture islamique au nom du dogme du multiculturel. Les musulmans et leurs apologistes souvent grassement payés utilisent le parapluie du multiculturel seulement dans les pays non musulmans, pour s’abriter contre les torrents de critiques légitimes déversés par ceux qui connaissent l’islam de l’intérieur sur ce culte violent colporté en tant que religion de paix.

Ne m’écoutez pas et n’écoutez pas ces dissimulateurs sournois non plus, mais cherchez la vérité par vous-mêmes. Regardez si cet euphémisme du multiculturalisme serait publié dans la presse musulmane ou apparaîtrait quelque part dans les pays musulmans. Ce stratagème du multiculturalisme est un outil de propagande de l’islam pour leurrer les non musulmans tout en poursuivant inlassablement leur campagne afin d’éradiquer de la terre quiconque et quoique ce soit de non islamique. 

Tous ceux d’entre nous qui, avec un effort de la raison et une énorme volonté, se sont libérés du carcan que le joug de l’islam avait verrouillé autour de notre cou dès notre naissance, connaissent tout de cette ordure haineuse, vrai fléau de l’humanité. Nous en avons fait une expérience de première main,  de tout près et de l’intérieur même. Nous avons étudié le coran, les hadiths et la sunna. Nous avons vu l’islam en action là où il exerce son emprise. Certains d’entre nous ont même essayé de s’accrocher désespérément à cette couverture de survie qui nous enveloppe depuis notre naissance. Toutefois, plus nous avons étudié et expérimenté l’islam, plus nos efforts pour rester dans le moule sont devenus intenables.

Nous avons alors délaissé la servitude islamique et considéré qu’il était de notre plus haut devoir d’exposer cette religion d’escroquerie, d’aider les autres musulmans à s’en libérer, et d’avertir les bien-pensants et naïfs non musulmans afin qu’ils n’en deviennent pas des proies. [...]

Même un bref examen de l’histoire de l’islam et de ses textes suffit pour prouver qu’il représente l’inverse de la paix. L’islam a été dès son origine, et continue d’être, un mouvement d’une violence débridée.

Les Arabes qui déferlèrent des déserts d’Arabie n’ont pas brandi le coran d’une main et une fleur de l’autre, prêchant l’amour et la paix au coin de la rue, séduisant les cœurs et les esprits. Au contraire, l’islam a été imposé à chaque peuple à la pointe du glaive et par le lourd fardeau de la jyzia (tribut spécial) imposé à ceux dont la vie avait été épargnée et qui les autorisait en échange à conserver leur foi. Malgré le paiement de ces lourds tributs, les non musulmans étaient traités, dans le meilleur des cas, comme des citoyens de seconde classe dans leurs propres patries.

L’abominable persécution des non musulmans dans les pays musulmans est une procédure classique et de routine. Dans de nombreux pays musulmans, les mariages des non musulmans ne sont même pas reconnus comme légaux et les enfants de ces couples sont stigmatisés comme s’ils étaient des bâtards. Observons comment l’Arabie saoudite, la mère de la barbarie, et même l’Egypte, pays plus civilisé et bénéficiaire des milliards de dollars de l’aide américaine, traitent les non musulmans comme des citoyens de seconde classe et les privent de leurs droits humains légitimes.

Les experts, les analystes et les politiques rendent un bien mauvais service au public, chacun pour ses propres motifs opportunistes, en marmonnant sans fin le mantra d’une soi-disant nature paisible de l’islam. En vérité, le soi-disant « petit groupe d’extrémistes islamiques » est le vrai visage de l’islam. Il s’avère que parfois, et par-ci par-là, les musulmans ont montré une certaine tolérance envers les non musulmans. Cette tolérance remonte aux premières années de prédication de Mahomet, lorsqu’il était doucereux et proclamait  encore « A vous votre religion, à moi, la mienne ». Cette assertion n’a duré que quelques années, jusqu’à ce que son mouvement gagne en force et que l’islam devienne la seule alternative entre la mort ou le paiement d’un lourd tribut. L’imposition de la jyzia était une ruse habile pour remplir les coffres islamiques afin de financer ses armées et ses futures conquêtes.

La stratégie de longue date des musulmans consiste à se montrer dociles lorsqu’ils sont en position de faiblesse puis d’assumer une posture despotique et intolérante dès qu’ils sont en position de force. La récente immigration de musulmans dans les pays non musulmans a commencé par des travailleurs inoffensifs, utiles mêmes, une main-d’œuvre à bon marché. En peu de temps, des foules et des foules de musulmans se sont déversées sur ces nouveaux territoires et plus ils devenaient nombreux, tant par la natalité et que par l’addition de nouveaux immigrés, plus ils sont retournés à leur intolérance atavique jusqu’à exiger que les lois de la charia deviennent légales, ce genre de lois draconiennes qui évoquent celles du passé barbare de l’humanité.

Oui l’islam est faussement représenté. La fausse représentation ne vient pas de ses «détracteurs». Elle vient des mercenaires musulmans : des individus et organisations financés généreusement par des Etats et de riches musulmans qui gagnent des milliards de dollars grâce au pétrole vendu à un prix exorbitant. Les prestigieuses universités occidentales, toujours avides de dons, se font concurrence pour créer des programmes d’études islamiques dont les professeurs chantent la gloire de l’islam. Les associations musulmanes intimident constamment les journaux qui osent publier la vérité sur l’islam. Des légions d’avocats, soit des musulmans ou soit des seconds couteaux, traquent chaque petite voix disant la vérité sur l’islam afin de l’intimider et de la faire taire. Les médias qui restent dans la ligne du parti islamique reçoivent quant à eux de généreuses commandes d’espace publicitaire ou autres gratifications de la part des lobbys musulmans. […]

Le sabre est remplacé, temporairement, par une arme tout aussi destructive : le pétrodollar. Dans peu de temps, les musulmans vont ajouter une arme encore beaucoup plus destructive, une version moderne du glaive : la bombe atomique. Avec la bombe dans une main et un robinet de pétrole dans l’autre, le monde non musulman sera mis à genoux par la religion d’amour et de paix.

Source : Is Islam Misrepresented?, par Amil Imani, Family Security Matters, 26 juillet 2011. Traduction par Capucine pour Poste de veille

 

postedeveille

Repost 0
Published by Aschkel - dans AU NOM DE L'ISLAM
commenter cet article

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories