Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 08:36

 

Terrorisme palestinien - Atentat de Tel-AviV (mise à jour)

 

 

Huit blessés, dont un sérieusement, dans une attaque terroriste à Tel Aviv

 

L’agresseur  vole un taxi au sud de Tel Aviv, fonce sur un barrage de police sécurisant la rue p)rès d’un night-club populaire, puis sort de la voiture et poignarde des passants ; une personne a été sérieusement blessé dans l’attaque et l’agresseur a été arrêté.

Eli Senyor

Par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

ynetnews

 

Publié le : 

29.08.11, 07:01 / Israel News

 

Le couteau utilisé

 

Un assaillant palestinien a blessé huit israéliens près d’une boîte de nuit de Tel Aviv, tôt ce matin de lundi, après avoir foncé sur un barrage de la police à bord d’un taxi volé et de là avoir poignardé d’autres personnes, selon la police.

 

L’agresseur est un Palestinien dans la vingtaine d’années, de la ville de Naplouse (Sechem), selon la porte-parole de la police, Luba Samri.

 

Un peu avant 2 heures du matin, le terroriste a volé un taxi dans le sud de Tel Aviv et, de là, est venu l’encastrer dans un barrage de la police sécurisant la rue Salamé à proximité de cette boîte de nuit très fréquentée, a-t-elle dit.

 

Il est, alors, sorti du véhicule et a poignardé des passants, explique t-elle, en criant “Allah W’Akhbar » - « D.ieu est grand », en arabe, phrase fréquemment utilisée comme cri de guerre par les terroristes islamistes, ainsi que des versets du Coran.

 

  Taxi used in attack (Photo: Moti Kimchi)
Taxi utilisé durant l’attaque (Photo: Moti Kimchi)

 .

Quatre policiers et trois citoyens ont été blessés, selon Samri.

 

L’une des huit personnes blessées a été signalée comme dans un état sérieux, à l’hôpital et les autres souffrent de blessures légères à modérées, ajoute Samri.

 

Le Palestinien a déclaré à la police qu’il avait planifié l’attentat par avance et choisi le night-club “Haoman 17”, où plus de 1.000 fêtards célébraient la fin des vacances d’été. Il a aussi acheté le couteau et organisé minutieusement le vol du taxi. Il n’y a que la présence de la police qui ait modifié ses plans, a-t-il prétendu.

 

Police lift the terrorist to the ambulance (Photo: Moti Kimchi)
La police charge le terroriste dans une ambulance (Photo: Moti Kimchi)

 

Au début, les témoins ont cru qu’il s’agissait d’un accident de la circulation, mais, très vite, se sont aperçus qu’il s’agissait d’une attaque terroriste, lorsque le Palestinien est brusquement sorti de la voiture et a commence à poignardé des passants.

 

Le meurtrier est parvenu à poignarder plusieurs personnes avant  d’être maîtrisé par la police. Il a lui-même été légèrement blessé dans la mêlée et a été emmené à l’hôpital Wolfson de Holon.

 

Une des personnes blessées.

Aharon Yampel, un volontaire de l’association Ihud-Hatzalah, a confié à Ynet, “Quand nous sommes arrivés sur la scène de l’incident, nous avons vu plusieurs personnes blesses qui gisaient à même la rue avec des blessures au couteau. D’autres souffraient de blessures après avoir été renversées par la voiture. Nous avons fourrni des premiers soins médicaux d’urgences sur place avant que les ambulances ne les évacuent vers l’hôpital ».

 

Elad, un autre témoin, se rappelle : “Nous avons brusquement entendu une forte detonation. J’ai vu le taxi percuter une autre voiture et puis un homme en est sorti en criant : « Allah W’Akbar ! ». Il a poignardé quelques personnes. On entendait des cris et il y avait beaucoup de vacarme, avant qu’une unité de la police ne débarque et le maîtrise ».

 

Scene of attack (Photo: Yaron Brener)
La scène de l’attaque (Photo: Yaron Brener)

 

Un autre témoin, du nom de Daniel, relate : « Nous onus trouvions à l’extérieur de la boîte de nuit, après qu’ls ne nous aient pas laissés entrer. Nous avons vu une voiture qui percutait une autre voiture. C’était effrayant. S’il n’y avit pas eu le barrage (de police), il nous aurait foncé dessus directement. C’est un miracle. Nous ne sommes sortis uniquement que pour nous amuser ».

 

Le chauffeur de taxi dont le véhicule a été vole par le Palestinien est également arrive sur les lieux et a été interrogé par la police. « Je l’ai pris en charge dans le quartier de Jaffa. Il m’a demandé à se render vers la station des bus. Lorsque nous y sommes arrivés, il a brusquement sorti un couteau et me l’a planté dans la main. Il m’a poussé hors du véhicule et a repris le volant pour s’enfuir ».

 

 

 

Selon le chauffeur, à un moment le Palestinien a dit : “Je veux seulement ta voiture”, mais c’est ensuite qu’il a sorti son couteau. « Je me suis battu contre lui, mais il est parvenu à me donner un coup de couteau ».

 

Le chef de la police, Aaron Aksol a affirmé que : “il n’y a aucun doute que le barrage de la police a évité une bien plus grave catastrophe. Notre préparation, à la suite d’alertes terroristes fait ses preuves par elle-même ». Mais, il n'a pas expliqué pourquoi les policiers n'avaient pas fait usage de leur arme à feu pour le neutraliser plus tôt, dès le début de l'attaque, et empêcher ainsi qu'il ne blesse sérieusement d'autres personnes.

 

 

Le chef de la police israélienne, Yohanan Danino est aussi arrivé sur les lieux de l’attentat et a remercié le niveau de préparation de la police des frontières. Il a expliqué que les forces de police étaient en alerte, en prévision de la fin du Ramadan et que c’est pourquoi ce barrage avait été mis en place près du night-club ».

D'autres forces se sont déployées aux frontières de Gaza et du Sinaï, depuis le milieu de la semaine dernière, sur ordres du Chef d'Etat-Major, le Lieutenant-Général Benny Gantz, à la suite d'une alerte qu'un groupe du Jihad Islamique était sorti de la bande de Gaza vers le Sinaï, dans l'intention de perpétrer  de nouveaux attentats similaires à ceux d'Eilat, le 18 août. 

 

AP et Reuters ont contribué à ce reportage.

Partager cet article
Repost0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 07:36

 

Attentat palestinien à Tel-AVIV - 6 personnes blessées - 2 grièvement

המחבל מוכנס לניידת משטרה (צילום: מוטי קמחי)

Le terroriste est entré dans une voiture de police (Photo: Kimchi Motti)

Le terroriste est entré dans une voiture de police (Photo: Kimchi Motti)

Photos YNET

Source - israelnationalnews

 

 

 

Bilan de l'attentat de Tel-Aviv cette nuit : 8 blessés
Vers 1h40 du matin, un Palestinien de Shehem (Naplouse) est arrivé au volant d'un taxi volé près du club de nuit Haouman 17, au sud de Tel-Aviv, où un millier de jeunes se détendaient avant la reprise scolaire. Il a écrasé quelques personnes dont des gardes-frontières, avant de sortir en poignarder d'autres et d'être arrêté. Bilan de cette attaque : 8 blessés dont un dans un état grave, et deux sérieusement touchés. Ils ont été transférés à l'hôpital Ichilov de Tel-Aviv. Le chauffeur de taxi auquel le terroriste a dérobé le véhicule a raconté comment il s'est battu avec son assaillant, avant de recevoir un coup de couteau. Le chef de la police pour la région centre a estimé que le barrage dressé devant le club a évité un bilan très lourd.GUYSEN

 

Un terroriste musulman palestinien, originaire de Sichem, au volant d’un taxi volé à l’ancienne gare routière a foncé cette nuit sur un groupe de personnes non loin de la discothèque « Ha-Ouman 17 » dans le sud de Tel-Aviv. Huit personnes ont été blessées dont quatre policiers qui faisaient la garde devant l’établissement qui était bondé de centaines de jeunes fêtant la prochaine rentrée scolaire. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’acte était prémédité puisque le terroriste était muni d’un couteau. Il visait selon toute vraisemblance la discothèque.
Après avoir blessé le groupe de personnes, le terroriste est sorti du véhicule en criant « Allah ou-Akhbar » et s’est mis à poignarder les gens qui se trouvaient sur son passage. La police a finalement réussi à le maîtriser, le blessant légèrement. Après quelques soins à l’hôpital, il a été emmené pour interrogatoire. Selon des témoins, le taxi roulait à 70kmh lorsqu’il a heurté le groupe de personnes, dont l’une a carrément été projetée dans les airs.
Au commandement de la Police on estime que ce genre d’attentats risque de se reproduire au mois de septembre.
Par ailleurs, le chef d’état-major Benny Gantz a ordonné de renforcer la présence militaire de Tsahal au sud de la Bande de Gaza le long de la frontière avec l’Egypte suite à une alerte sérieuse d’attentat de la part du Jihad Islamique. 
israel7

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 12:52

 

 

Le Tribunal Russel sur la Palestine occulte le véritable apartheid : celui du potentiel état palestinien


 

 

 

logojusticebertrand

 

 

Par Maître Bertrand Ramas-Mulhbach

 

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info


 


Le Tribunal Russel sur la Palestine doit se réunir les 5 et 6 novembre 2011 au Cap en Afrique du Sud, afin d’examiner (selon les organisateurs) « si le traitement du peuple palestinien par Israël entre dans la définition juridique du crime d’apartheid ». Plus précisément, Nozizwe Madlala-Routledge, ancien Ministre sud-africain et organisateur de la session du Cap, a déclaré le 19 juillet 2011 : « Puisse ce Tribunal qui va se réunir dans notre pays prochainement cette année, mettre fin au crime de silence ». En réalité, la session projetée en novembre 2011 (qui suit celles de Barcelone et de Londres organisées en 2010 et qui précède la session plénière prévue à New York en 2012) apparait une nouvelle fois comme une vaste entreprise de délégitimation d’Israël en créant artificiellement une similitude entre la politique israélienne à l’égard des palestiniens et celle qui prévalait en Afrique du Sud avant le renversement du régime ségrégationniste à l’égard des personnes de couleur noire.


Tout d’abord, le lieu choisi, en l’occurrence « le District 6 », l’est en considération de sa force symbolique puisque ce quartier situé en périphérie du Cap a été déclaré (par le régime d’apartheid en vigueur avant le 30 juin 1991) « zone pour les blancs ». Le régime au pouvoir y avait rasé les maisons des habitants noirs et purgé toutes les populations non blanches. En outre, et pour donner un semblant de sérieux à la réflexion, des personnes « illustres » ont été invité parmi les membres du jury, telles Stéphane Hessel (l’indigné), survivant des camps de concentration nazis et secrétaire de la commission chargé de rédiger la Déclaration des Droits de l’Homme, Alice Walker romancière et militante des Droits de l’Homme (auteur de « la couleur pourpre »), voire encore Winnie Madikizela-Mandela (seconde épouse de Nelson Mandela), ou enfin l’archevêque Desmond Tutu. Pour Pierre Galand, ancien sénateur de Belgique proche des milieux palestiniens « le Tribunal Russel doit apporter une contribution importante au mouvement international de la société civile pour réhabiliter le Droit international, réhabiliter le Droit humanitaire, et réhabiliter les Droits humains » alors que pour Ronnie Kasrils, ancien Ministre sud-africain « Le monde attend de l’Afrique du Sud qu’elle soit le champion des droits des autres peuples. C’est à cela qu’on pourra mesurer si les Sud-Africains sont à la hauteur ».


Bien évidemment, aucune comparaison n’est possible sur un plan strictement juridique entre l’Afrique du Sud et la situation au Proche Orient et il n’est pas besoin d’un Tribunal pour l’établir. En effet, le crime d’apartheid est défini par la résolution 3068 XXVIII de l'Assemblée Générale des Nations Unies  du 30 novembre 1973 comme étant un acte []inhumain de caractère analogue à d'autres crimes contre l'humanité commis dans le cadre d'un régime institutionnalisé d'oppression systématique et de domination d'un groupe radial sur n'importe quel autre groupe racial. Plus précisément les crimes d'apartheid listés sont le meurtre, l'esclavage, la privation de liberté physique, la réinstallation forcée, la violence sexuelle , la persécution individuelle et collective.


Au cas particulier, les mesures prises par Israël à l’égard des palestiniens ne visent qu’à assurer la protection de la population israélienne de la violence palestinienne. Les personnes de couleur noire en Afrique du Sud n’ont jamais décrété dans un document officiel, leur volonté d’éradiquer les personnes de couleur blanche. De même elles n’ont jamais attaqué les personnes de couleur blanche avec des couteaux ou des pierres, importé d’armes lourdes pour s’en prendre à elles, ni tiré de façon systématique des obus, des roquettes ou des missiles sur les quartier des personnes de couleur blanche.


De même, et sur un plan géographique, la bande de gaza dispose de son propre gouvernement, législation et budget sur un territoire épuré de toute personne juive. S’agissant de la Cisjordanie, ce territoire n’a jamais été annexé par Israël et n’en fait donc pas partie. Il n’y a donc pas à proprement parlé de domination d’un groupe racial sur un autre au sein d’une même entité nationale. Par ailleurs, les terres de Cisjordanie sont juridiquement des « biens sans maître », depuis que la Jordanie a renoncé à toute souveraineté sur ce territoire le 30 juillet 1988. Les implantations juives à l’est de la ligne verte ne sont donc pas une spoliation de terres dépendant d’une entité nationale reconnue. Enfin, la présence militaire israélienne et les cheiks points ne se justifient que par la nécessité d’empêcher la circulation des armes utilisées pour s’en prendre aux juifs. Il est, dans ces circonstance, regrettable que le Tribunal Russel sur la Palestine ne traite pas du seul et véritable apartheid régional, celui du potentiel Etat de Palestine.


Le projet d’Etat apartheid palestinien est pourtant régulièrement rappelé par les responsables politiques palestiniens. En Aout 2010, Mahmoud Abbas, Président de l’Autorité Palestinienne s’est déclaré prêt à accepter une troisième partie qui contrôle l’exécution de l’accord, « par exemple les forces de l’OTAN, mais je n’accepterai pas qu’il y ait des Juifs dans ces forces ni un Israélien sur la Terre de Palestine ». Il l’a encore répété le 25 décembre 2010 : « Nous l’avons dit franchement, et nous le répéterons toujours: s’il y a un État palestinien indépendant avec Jérusalem comme capitale, nous ne serons pas d’accord pour qu’il y ait le moindre Israélien dans celui-ci ». De son côté, le chef du comité exécutif de l’OLP, Yasser Abed Rabbo, a déclaré au journal londonien de langue arabe Al-Hayat le 25 avril 2011 « les dirigeants palestiniens s’adresseront à l’ONU et exigeront la reconnaissance de la souveraineté, puis insisteront sur l’intervention de la communauté internationale pour y expulser les Juifs israéliens qui vivraient alors dans le Territoire Palestinien ». Cette épuration ethnique programmée par les palestiniens (qui ne fait d’ailleurs que reprendre les thèses historiques palestiniennes) relève bien, quant à elle, de la politique d’apartheid.


Un Tribunal est théoriquement un lieu ou la justice est rendue lorsqu’il existe un différend entre des parties. Or, le Tribunal Russel sur la Palestine s’arroge le droit d’utiliser cette qualification de « Tribunal » alors que les juges n’ont aucune neutralité, objectivité, indépendance ni même respect des notions qu’ils sont censés défendre et appliquer. Une fois encore, la technique de persuasion pro palestinienne fait appel à des outils nobles et des notions humanistes sans supporter la moindre contradiction (au sein de ce Tribunal) pour apporter un juste éclairage. C’est bien dommage.

Partager cet article
Repost0
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 17:44

 

 

Déclaration unilatérale des arabo-palestiniens à L'ONU - juridiquement catastrophique pour eux.

 

Adapté par Aschkel - pour © 2011 www.aschkel.info

 

Non, seulement l'initiative de l'autorité palestinienne est illégale et en violation totale des accords d'Oslo et de l'instituion onusienne même, mais en plus les dirigeants de cette officine terroriste qu'est l'autorité palestinienne qui aucune légitimité bafoue les droits  de son propre peuple.

 

Chers lecteurs, voici donc des individus qui sans scrupules mettent la région en danger continuel mais en plus détruisent la cause qu'ils prétendent défendre.

Ce texte est passé dans tous les médias arabo-palestiniens pour alerter les palestiniens au maximum du danger que les amateurs à la tête de leur "peuple" leur font encourir

 

 

L'équipe palestinienne chargée de la demande unilatérale au Nations-Unies en septembre a reçu un avis juridique indépendant qui avertit des risques liés à son plan visant à rejoindre l'ONU.

Une initiative visant à transférer la représentation de l'OLP à un état mettra fin au statut juridique détenu par l'OLP à l'ONU depuis 1975, statut de seul représentant légitime du "peuple palestinien", selon le document.

Fondamentalement, elle ne sera plus une institution pouvant représenter les droits inaliénables du peuple palestinien  dans les institutions de l'ONU ou autres institutions internationales selon le mémoire.
La représentation pour le droit à l'autodétermination sera gravement touchée, car elle est un droit de tous les palestiniens, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la "patrie" Un changement de statut priverait sévèrement du droit des "réfugiés" à retourner dans les maisons et propriétés à partir desquelles ils auraient été déplacés.

Cet avis de sept page et obtenu par l'agence Ma'an a été soumis à la partie palestinienne par Guy Goodwin-Gill, professeur de droit international à l'Université d'Oxford et membre de l'équipe qui avait en 2004 fait délivré un jugement non contraignant par la Cour internationale de Justice contre la barrière de sécurité, le faisant considérer comme illégal.

L'initiative palestinienne dirigée par Saeb Erekat, à préparé le texte visant à faire remplacer l'OLP par l'Etat de "Palestine comme représentant du peuple palestinien.

Cette initiative ne s'est penché sur aucune des considérations en termes de conséquences dramatiques pour les droits légaux palestiniens si l'OLP devait perdre son statut

Tout d'abord la perspective de remplacer l'OLP par un Etat palestinien soulève des problèmes constitutionnels vis-à-vis de la charte de l'OLP elle-même, ainsi que des entités qui composent l'OLP selon cet avis.

Egalement, est soulevée la question de la capacité du futur état de prendre le rôle et les responsabilités de manière efficace de l'OLP à l'ONU, ensuite vient la question de la représentation populaire

L'autorité palestinienne en tant qu'entité administrative établie par l'OLP pour une courte durée a limité sa compétence administrative et exécutive et territoriale.

L'avis note que l'Autorité palestinienne est un organe subsidiaire, compétent seulement pour exercer les pouvoirs qui lui sont conférés par le Conseil national palestinien. Par définition il n'a pas la capacité d'assumer de plus grands pouvoirs.
L'AP ne pas être dissoute ou s'établir indépendamment  de l'OLP, dit aussi le rapport, l'OLP tirent leur légitimité de tous les secteurs qu'ils représentent sur les populations déplacées peu importe où ils se trouvent et où ils vivent actuellement.

Les implications potentielles sont cruciales pour les palestiniens de la diaspora. La majorité des palestiniens sont des réfugiés et sont tous représentés par l'OLP

Ils constituent plus de la moitié de la population palestinienne, et si il sont privés de leurs droits, en perdant leur représentation au sein de l'ONU, cela ne portera pas seulement préjudice à leurs droits pour une représentait légale mais aussi sur leur capacité à se faire entendre ou émettre leurs points de vue, ou participer à une gouvernance au niveau national, y copris la formation de l'identité politique du futur état et donc a exercer leur droit de retour.

Karma Nabulsi, ancienne représentante de l'OLP et aujourd'hui professeur à l'Université d'Oxford, affirme qu'elle a pris désormais connaissance du document de l'avis juridique ainsi que les responsables palestiniens et affirme qu'aucun palestinien n'acceptera de perdre ces droits élémentaire pour une initiative aux limites diplomatiques en Septembre, premièrement nous n'aurons pas le territoire libéré sur lequel bâtir un état, et en perdant l'OLP comme seul représentant légitime à l'ONU, notre peuple perdra immédiatement ses revendications en tant que réfugiés et ne pourront faire partie de la future représentation officielle reconnue par le monde.
C'st un problème urgent et critique pour tout notre peuple ajoute t'elle, nous devons nous assurer que nos représentants s'assurent de nos droits dans les forums internationaux et pas les affaiblir ou les compromettre. Maintenant que le problème juridique a été soulevé et que chacun en a pris connaissance, je suis confiante que nos représentants protégeront le statu de l'OLP comme seul représentant légitime de l'ONU afin de faire progresser les droits du peuple palestinien.

Nabuli dit que Goodwin-Gill a réussi a définir les lignes rouges en termes juridiques.

L'OLP est le seul représentant du peuple par seulement une partie de celui-ci, c'est aussi l'architecte et le créateur de l'Autorité palestinienne et tout changement qui représente le peuple ou une partie de la population exige une expression de la volonté populaire et la reconnaissance internationale explique t'elle.
Ni l'AP ni l'OLP ne peut modifier le rôle et la structure de l'OLP sans l'accord du peuple palestinien tous cas l'OLP et le peuple palestinien, ne savaient pas que la perte de l'OLP en tant que représentant à l'Onu représenteraient de tels risques. Maintenant les risques sont connus.

Evidemment, nous avons besoin de clarté à l'OLP sur cette question cruciale et il est important que le public palestinien et en particulier les réfugiés reçoivent toutes les assurances concrètes sur leurs droits fondamentaux – sur la représentation et le droit au retour devant restés intacts en septembre.

maannews
Partager cet article
Repost0
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 07:44

 

 

 

Autorité palestinienne/presse - "La destruction complète d'Israël est la seule ligne rouge !"

Par Aschkel - © 2011 www.aschkel.info

 

alhayat -palwatch - elderofziyon

 

Pour l'Autorité palestinienne la paix avec Israël n'est pas l'objectif , elle affirme à son "peuple" que tout Israël est la Palestine et qu'aucun compromis n'est acceptable et que ce principe est la seule ligne rouge.

Ce dessin est de Muhammad Sabbaneh publié dans le quotidien officiel de l'AP.

Rappel - Rien n'est imprimé dans le journal Al Hayat Al Jadida si ce n'est pas approuvé par le bureau de M.Abbas lui-même 

 

Nous souhaiterions que notre ambassadeur R.Prosor avec les documents de nos collègues de PMW présente le catalogue des dessins et articles qui prônent l'élimination de l'Etat d'Israël purement et simplement et tout le matériel qui alimente l'industrie de la haine et absolument contraire aux résolutions onusiennes et ce en Septembre.

Nous avons à faire à des malfaiteurs, des terroristes et des génocidaires.

 

 

 

Sigle de l'OLP - 

présent dans toutes les représentations palestiniennes à travers le monde

 

 


Partager cet article
Repost0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 20:28

 

 

Palestiniens - Terrorisme, agression, roquettes, attentats, mortiers au phosphore - Et la Communauté internationale s'apprête a donner un état aux tueurs de civils innocents

 

19:47 Trois roquettes frappent le sud d’Israël Deux roquettes tirées depuis la Bande de Gaza sont tombées ce soir dans le Conseil régional du Sha’ar HaNeguev. Une troisième a atterri dans le Conseil régional du Hof Ashkelon. On ne déplore aucun blessé.
19:08 Une roquette Grad explose à Ashkelon Une roquette Grad est tombée ce soir sur Ahskelon, sans faire ni victime ni dégât.
18:36 Une roquette tombe près du Conseil régional du Sha’ar HaNeguev Une roquette est tombée ce soir près du Conseil régional du Sha’ar HaNeguev, sans faire ni blessé ni dégât.
18:35 Deux roquettes Qassam tombent dans le Conseil régional d’Eshkol Deux roquettes Qassam tirées depuis la Bande de Gaza sont tombées ce soir dans le Conseil régional d’Eshkol, sans faire de blessés.
14:44 Une roquette s’écrase dans le Néguev occidental, pas de blessés Une roquette tirée depuis la bande de Gaza a atterri sur un terrain vague dans le Conseil régional de Sdot Néguev. Aucun blessé n’a été signalé mais des dégâts ont été causés.

Guysen

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 17:33

 

 

 

 

 

 

Déclarations des responsables terroristes du Fatah et du 'Hamas au sujet de l'appel à l'ONU de Septembre  

 

 

 

Riyad al-Maliki, le ministre des Affaires étrangères  de l'Autorité Palestinienne, a déclaré que le 20 septembre 2011, Mahmoud Abbas présenterait l'appel palestinien à l'ONU au Secrétaire Général Ban Ki-moon à l'occasion de l'ouverture  de la session de l'Assemblée Générale. Le Secrétaire Général devrait transmette l'appel au Conseil de Sécurité pour des délibérations.

Selon al-Maliki,  130 pays devraient voter en soutien aux Palestiniens si aucun veto n'est présenté au Conseil de Sécurité (Agence France Presse, 13 août 2011).  

Des responsables du Fatah ont abordé la possibilité d'un veto américain au Conseil de Sécurité: Azzam al-Ahmed, le chef de la faction du Fatah au Parlement palestinien, a déclaré que la direction palestinienne ne reviendrait pas sur sa décision, bien qu'il soit probable que son vote soit empêché par un veto américain. Dans ce cas, les Palestiniens feront appel à l'Assemblée Générale de l'ONU.

Marwan Barghouti, membre du comité central du Fatah emprisonné en Israël, a qualifié le veto [américain] de "terrorisme international" qui marquera la fin du rôle américain au Moyen-Orient.

Il a ajouté qu'un veto provoquerait "les manifestations de millions dans tout le monde arabo-musulman et autour du globe" (Site Internet du Fatah, 10 août ; télévision Al-Manar, 13 août 2011). 

Un réseau appelé "la campagne populaire de soutien à l'appel palestinien à l'ONU" (qui, selon nous, coordonne ses activités avec le Fatah et l'Autorité Palestinienne) a nommé quatre comités chargés de coordonner "les activités populaires" parallèles à l'appel.

Le premier, dirigé par Abdallah Abu Rahma, le président du comité populaire de Bila'in, coordonnera des activités dans la société palestinienne, y compris l'organisation de défilés "non-violents". Un autre, mené par le Dr. Hussam Zumlut, se concentrera sur l'activité dans le monde arabe et la communauté internationale. Un troisième, dirigé par Hassan al-Balawi traitera des relations médiatiques, et le quatrième comité sera responsable de la logistique. De plus, des sous-comités régionaux et locaux  seront probablement mis en place afin de coordonner des activités locales (Agence de presse Ma'an, 10 et 14 août ; Al-Hayat, 11 août 2011). 

 

Des responsables du Hamas réitèrent les positions extrémistes fondamentales du mouvement

 

Fathi Hamad, le ministre de l'Intérieur de l'administration de facto du Hamas, a fait référence au mouvement de protestation israélien dans une interview à la presse iranienne. 

Il a affirmé que la date de la chute de la société israélienne était "proche", ajoutant que le Hamas était "optimiste à propos de la chute de l'État Israël et "œuvrait jour et nuit en vue de ce moment". Il a prévu que  dans 12 ans, l'État d'Israël n'existerait plus, ayant été "défait" par "la résistance armée" [cf., les organisations terroristes] et ajoutant que  la Palestine "surgira à sa place, un Etat arabe, islamique (Agence de presse Fars, Iran, 14 août 2011). 

Dans un sermon du vendredi retransmis à la télévision, Ahmed Bahar, le vice-président du Conseil Législatif Palestinien dans la bande de Gaza, a décrit la conception du Hamas d'un Etat palestinien dans les frontières de 1967. Il a dit qu'un tel Etat ne provoquerait pas la fin du conflit avec Israël, mais serait plutôt une simple étape du processus de libération de la Palestine de "la mer [Méditerranée] au fleuve [Jourdain]". Il a décrit l'Etat comme suit (Télévision Al-Aqsa, 29 juillet 2011): 

Sa capitale sera Jérusalem.

Il soutiendra la "résistance" [cf., la violence et le terrorisme]. Il a appelé les membres de la "résistance" à prouver leur "adhésion" et à enlever plus de soldats israéliens comme Gilad Shalit. 

Il œuvrera à réaliser le "droit au retour" des réfugiés [en territoire d'Israël]. 

Ahmed Bahar a imploré Allah de "s'occuper des Juifs et de leurs alliés!... De s'occuper des 

Américains et de leurs alliés!... Comptez-les, tuez-les un à un jusqu'à ce que pas un seul d'entre eux ne demeure !

 

terrorism-info

Partager cet article
Repost0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 08:17

 

 

Attaques palestiniennes

 

 

Ashton est muette, las arabes veulent faire condamner Israël pour leur agression, désinformation massive évitée par le silence des médias...

 

 

Cinq roquettes ont été tirées depuis hier soir à partir de la bande de Gaza vers le sud d'Israël sans faire victime malgré une trêve décrétée par les principaux mouvements palestiniens, a-t-on indiqué ce matin de source policière. Un des tirs a provoqué des dégâts dans un bâtiment vide dans le secteur d'Eskhol, a-t-on ajouté de mêmes sources. L'armée israélienne s'est pour sa part abstenue de lancer durant la nuit de dimanche à lundi de nouveaux raids aériens dans la bande de Gaza, a indiqué un porte-parole militaire.

Les tirs de roquettes sont intervenus alors que les principaux mouvements palestiniens à Gaza sont parvenues hier  à un "accord informel" de trêve dans leur confrontation avec Israël, selon le Hamas. Selon un responsable du Hamas, la trêve devrait être annoncée officiellement ce lundi. Mais d'ores et déjà, la police (du Hamas) a "reçu hier soir pour consigne de stopper les tirs" contre Israël, a-t-il souligné. Cette annonce est survenue à la suite de contacts intensifs, conduits notamment par l'intermédiaire de l'Egypte en vue de parvenir à une accalmie.

Plus de 100 projectiles se sont abattus sur le territoire israélien depuis le début de ce cycle de violence jeudi dernier, mais les tirs ont baissé d'intensité depuis hier  après-midi. La confrontation armée entre les groupes radicaux palestiniens de Gaza et Israël s'était intensifiée samedi soir, avec des salves de roquettes qui ont frappé plusieurs villes du sud d'Israël, faisant un mort et 18 blessés à Beersheva.

Côté palestinien, un total de 15 Gazaouis ont été tués et une cinquantaine blessés, selon des sources médicales, au cours de représailles depuis les attaques anti-israéliennes de jeudi dans la région d'Eilat (sud d'Israël), près de la frontière avec l'Egypte.

 

Coté israélien ???? Le pseudo journaliste est parti boire son café !!!

 

lefigaro

 

 

Très légère condamnation

 

Le Quartette des médiateurs internationaux pour le Proche-Orient (Russie, Etats-Unis, UE, Onu) a condamné samedi l'attentat perpétré le 18 août dans la ville d'Eilat, dans le sud d'Israël, a annoncé samedi le ministère russe des Affaires étrangères.

"Le Quartette condamne résolument l'attaque perpétrée le 18 août dans le sud d'Israël, ainsi que les attentats qui ont suivi", lit-on sur le site ministériel.

Les médiateurs espèrent, par ailleurs, que tous les impliqués dans l'organisation de ces attentats "lâches" seront trainés en justice, est-il indiqué.

En outre, le Quartette a exprimé son préoccupation profonde à l'égard de la situation dans la bande de Gaza et a mis en garde contre une escalade de la tension dans la région.

La situation dans la bande de Gaza et les régions limitrophes dans le sud-ouest d'Israël s'est brusquement aggravée après l'attentat perpétré jeudi près de la station balnéaire d'Eilat (mer Rouge) qui avait coûté la vie à huit Israéliens. Des inconnus ont attaqué deux bus et une patrouille de l'armée israélienne. A titre de représailles, l'aviation israélienne a lancé une série de raids contre l'enclave palestinienne, en tuant les dirigeants des Comités de résistance populaire (CRP) que l'Etat hébreu accuse d'être à l'origine des attaques d'Eilat.

En conséquence, (<<<< on apprécie !!!!!)des activistes palestiniens ont rompu la trêve avec l'Etat hébreu et tiré samedi près de 50 roquettes sur le sud d'Israël, faisant un mort et au moins 12 blessés.

rian

 

 

TIRS DE MORTIER AU PHOSPHORE

Des démineurs qui ont vérifié les deux bombes qui ont touché les alentours du kibboutz Kerem Shalom y ont découvert du phosphore, produit interdit par les conventions internationales.

Yéochoua SULTAN

 

 

 


Israël attaqué, et condamné par la Ligue arabe
Par Anita Varden - Dimanche 21 août 2011 
Après une réunion d’urgence ce jour, la Ligue arabe a condamné les raids israéliens sur la Bande de Gaza et a demandé rien moins au Conseil de Sécurité de l’Onu que de prendre des mesures pour y mettre fin...


Dans un communiqué, l'organisation panarabe « demande à la communauté internationale de faire pression sur les autorités de l'occupation israélienne pour mettre immédiatement fin à cette agression ».

Le texte a été publié à l'issue d'une réunion d'urgence de la Ligue sur la situation à Gaza, où quinze Palestiniens ont été tués et une cinquantaine blessés dans des raids aériens de représailles, après la série d'attaques coordonnées à quelques kilomètres d'Eilat dans le sud d'Israël ayant fait huit morts et des dizaines de blessés, ainsi qu’après des séries de tirs de roquettes ayant fait un mort  et une cinquantaine de blessés, dont un bébé de 4 mois et une fillette de 4 ans.

La Ligue « demande au Conseil de sécurité (de l'ONU) d'assumer ses responsabilités et de prendre rapidement les mesures nécessaires pour mettre fin à cette agression brutale ».

L'organisation a également condamné « l'agression israélienne contre les forces égyptiennes », en allusion à la mort des cinq policiers égyptiens tués alors que les Israéliens pourchassaient des hommes armés soupçonnés d'avoir lancé les attaques d'Eilat.

La Ligue arabe a enfin réaffirmé son soutien à l'intention des Palestiniens de demander au Conseil de Sécurité l'adhésion de leur Etat à l'ONU. Les Palestiniens vont demander le 20 septembre une adhésion à part entière à l'ONU et la reconnaissance de la Palestine sur les lignes du 4 juin 1967, avant la Guerre des Six-Jours, soit la totalité de la Judée-Samarie, de la Bande de Gaza (qui est déjà indépendante) et de Jérusalem-Est.
Attaques contre Israël : le Fatah soutient Gaza
Par Anita Varden - Dimanche 21 août 2011 à 11:37


Selon l'agence palestinienne de presse Maan News, le Fatah a annoncé hier qu’il serait à l’avant-garde des forces défendant les Palestiniens dans la Bande de Gaza par tous les moyens, appelant les autres factions à s’unir pour affronter « l’agression d’Israël » et pour former un gouvernement de réconciliation.

 
Suite aux interventions de Tsahal dans la Bande de Gaza consécutive à la série d'attentats qui ont frappé la région d'Eilat jeudi dernier, et aux tirs incessants de roquettes qui pleuvent sans discontinuer sur les villes du Sud du pays, le porte -parole du Fatah Fayiz Abu Aita, ainsi que l'un des leaders du mouvement, accusent Israël  d'avoir ourdi l'ensemble des opérations dans le but d'empêcher la déclaration de septembre à l'ONU.

« L’agression israélienne sur la Bande de Gaza a été conçue et préméditée à l’avance », a déclaré le porte-parole du Fatah Fayiz Abu Aita.
« Le but du gouvernement israélien est d’en finir avec sa crise politique, et de faire échouer l’accord de réconciliation palestinien », a-t-il ajouté.
« Le sang pur des Palestiniens qui a été versé dans la bien-aimée Bande de Gaza exige que nous nous battions tous ensemble contre l’occupation », a-t-il dit.
Le leadership du Fatah à Gaza, de son côté, a condamné les attaques de Tsahal et décrit les opérations d’Israël comme « un massacre d’enfants, de femmes et de personnes âgées ».
Le leader Abdullah Abou Samhadana a quant à lui déclaré que « cette agression va entraîner la région dans une explosion ».
Il a affirmé que le Premier ministre Benyamin Netanyahou a déclenché une escalade dans la violence « après avoir compris que cela lui permettrait de fuir les crises internes, et particulièrement le mouvement grandissant de contestation ».
Il a ajouté que « l’occupation cherche à exporter cette crise » à Gaza. Et que des événements similaires se produiront jusqu’en septembre, lorsque B. Netanyahou utilisera les questions de sécurité comme un prétexte pour empêcher le leadership de Ramallah de demander la reconnaissance d’un Etat palestinien à l’ONU.
Le député Kadima Avi Dichter reproche au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de ne pas condamner, « ne fût-ce que faiblement », les tirs de roquettes contre Israël.

 

Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 00:38

 

 

 

Abbas ne mérite aucun Etat. Avi Dichter

 

Le Monde devrait être gravement préoccupé par le silence des dirigeants palestiniens au sujet de l’offensive terroriste.

Par Avi Dichter

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

Publié : 

08.19.08.11, 23:17 / Israel Opinion

 

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4111226,00.html

 

A peine quelques temps avant que le Président palestinien Mahmoud Abbas ne se rende à l’ONU pour exiger un Etat, nous aurions pu nous attendre à ce que le Président de l’AP fasse une déclaration consacrée au grave attentat terroriste contre des civils israéliens sur la route d’Eilat. Quelque chose comme : « nous traquerons les perpétrateurs et cerveaux de l’attentat meurtrier et les traînerons en Justice ». Après tout, dans notre région, personne ne paie de taxes excessives sur les mots qu’il prononce. Cependant, le silence du Président et de son Premier Ministre, Salam Fayyad, doit inquiéter le monde entier – et ceci inclut, évidemment, l’Assemblée Générale de l’Onu.

 

De quelle façon le tandem Abbas-Fayyad a t-il vendu au monde le concept de réconciliation avec le Hamas ? Cette pseudo-réconciliation est en train de nous exploser en pleine face. Nous assistons, de facto, à la réalité d’un troisième état terroriste entre nous et l’Egypte, assorti de tout le mépris de l’Autorité Palestinienne, qui constitue rien de moins qu’une fuite de ses responsabilités. Alors qu’Abbas se voit déjà comme le dirigeant d’un Etat, le monde doit exiger de lui des explications, à propos de l’offensive terroriste de jeudi.

 

L’Egypte, qui était le marieur et fit honneur au pacte d’unité entre le Fatah et le Hamas, a rendu ostensible son échec à éviter un acte terroriste méprisable, lancé depuis son territoire contre des Israéliens sur le territoire israélien. Le trafic d’armes vers Gaza, à travers le Sinaï s’est transformé, depuis la révolution égyptienne, en transferts réguliers d’armes et de munitions, dont le missile anti-tank tiré au cours de l’offensive de jeudi.

 

La Péninsule du Sinaï est devenue la plaque tournante pour les groupes terroristes. Les chefs jihadistes font référence à cette zone comme étant « l’excursion touristique du Sinaï », et ces « excursions » sont utilisées  pour transférer des roquettes qui seront tirées sur Israël à partir de Gaza, exactement comme celle lancée sur Ashkelon, la nuit dernière, me forçant, ainsi que les 120 000 résidents locaux, à nous diriger vers les pièces sécurisées.

 

L’esprit du Hezbollah règne au Sud.

 

Le type de terrorisme dont nous avons fait l’expérience dans le Sud, jeudi, met, principalement, en lumière l’ « Hezbollahisation » des groupes terroristes de Gaza – dont nous sommes les principales victimes. Une série d'attentats terroristes meurtriers, perpétrés par plus de dix terroristes en plusieurs endroits, indique que l’esprit du Hezbollah s’est installé dans le Sud. Israël doit recevoir des réponses opérantes d’Egypte, avant les prochaines métamorphoses en un état de type libanais qui n’est pas capable de mettre en échec les organisations terroristes anti-israéliennes.

 

Le Sinaï est devenu un no-man’s land, pendant que l’Egypte préfère regarder ailleurs. Donc, Israël et les Etats du monde doivent la rappeler à l’ordre. Nous ne devons pas prendre l’Egypte à la légère, eu égard au fait qu’elle porte la responsabilité, sur ce front. Le Caire a signé un accord appelant à l’établissement d'un frontière en paix avec nous et est obligée d’adhérer pleinement à sa part du marché.

 

Enfin et surtout, il y a le Hamas, qui a pris le contrôle sur Gaza durant un coup de force militaire, il y a quatre ans, devenant ainsi l’adresse à laquelle Israël doit envoyer ses messages, à la suite de toute attaque. Le « facteur » doit travailler sans relâche, après l’offensive meurtrière sur Eilat, en ayant recours à des frappes chirurgicales, de façon à ce que les règles du jeu soient claires pour le Hamas.

 

Il est vital que le Hamas comprenne que le pouvoir de diriger qu’il a si violemment extorqué à l’AP signifie qu’il en a pris les obligations à l’égard d’Israël. A un certain point, nous devrons détruire l’infrastructure militaire du groupe à Gaza, quoi qu’il arrive, essentiellement parce qu’il apparaît que personne d’autre n’a la moindre intention de le faire. Jusqu’à ce que notre arsenal de batteries « Dôme de Fer » s’accroisse, la planification et l’éventuelle exécution d’une nouvelle campagne à Gaza restera un besoin concret. Jusque-là, nous devons contenir la terreur et éliminer les terroristes. L’idée qu’il est plus facile de nous toucher à partir du Sinaï doit être éradiquée et neutralisée, soit grâce à la barrière de sécurité déjà planifiée, soit au moyen d’opérations militaires.

 

Avi Dichter, membre de la Knesset, est l’ancien chef du Shin Bet et l’actuel dirigeant de la sous-commission de la Knesset sur la perception de la sécurité et la mise en place des forces. Il habite Aschkélon

Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 23:27

 

LA HAINE VISCERALE DES PALESTINIENS ET LEUR BARBARIE, INCOMPATIBLES AVEC TOUTE RECONNAISSANCE DE LA PALESTINE COMME MEMBRE DE L'ONU

 

logojusticebertrand

 

Par Maître Bertrand Ramas-Mulhbach

 

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info


Les attaques palestiniennes perpétrées sur la route d'Eilat ce 18 août 2011, ont causé la mort de 8 personnes et blessé 29 autres. Les palestiniens ont fait usage d’armes à feu sur des bus, lancé un missile anti char sur un autocar, fait explosé un engin à l’approche d’une patrouille et attaqué des soldats de Tsahal. Plus tard dans la soirée, des roquettes ont été lancées sur Ashkelon, et un soldat a également été tué prés de l'axe Philadelphie...Le 19 août 2011, de nombreuses roquettes et autres missiles Grad ont été tirés sur Ashdod, Ashkelon et Beersheba et sur des localités situées dans le Neguev… Contraint de répliquer au moyen de diverses opérations militaires menées sur la bande de Gaza, Israël s’est vu accusé par le responsable du Fatah, Nabil Shaath, (le 19 août 2011), de contrecarrer le projet palestinien de reconnaissance à l'ONU.

En réalité, si le projet palestinien de reconnaissance de la Palestine en tant que membre des Nations Unies est voué à l’échec, ce n’est pas en raison des ripostes israéliennes, mais bien de l’attitude des palestiniens. Leur haine viscérale à l’endroit des juifs, leur barbarie systématique, leur obsession incurable à voir les juifs tomber et plus généralement le mépris de la vie juive, rend pour l’heure impossible l’admission de la Palestine dans le concert des Nations Unies.

Rappelons en effet que la Charte des Nations Unies, signée le 26 juin 1945 et entrée en vigueur le 24 octobre de la même année, l’a été en vue de voir préserver les générations futures de la guerre. Plus précisément, les Nations Unies ont proclamé leur foi dans les Droits de l'Homme, la dignité de la personne humaine, et exprimé leur volonté de créer les conditions nécessaires au maintien de la justice, en pratiquant la tolérance, la coexistence paisible dans un esprit de bon voisinage et le principe de ne jamais faire usage des armes (sauf dans un intérêt commun).

Or, en vertu du premier paragraphe de l'Article 4 de la Charte des Nations Unies, « peuvent devenir Membres des Nations Unies tous (...) États pacifiques qui acceptent les obligations de la (...) Charte et, au jugement de l'Organisation, sont capables de les remplir et disposés à le faire ». La première condition pour devenir membres des Nations Unies est donc d’être pacifique. La seconde est de respecter les obligations de la Charte grâce aux dispositions d’esprit adéquates.

Au cas particulier, le Président de l’Autorité Palestinienne (qui ne dispose d’ailleurs d’aucun mandat pour présenter la demande d’admission à l’Onu) est membre fondateur du Fatah qui n’est autre que Mouvement national palestinien de libération (ou encore Olp), qui appelle à l’éviction des juifs de Palestine par l’action commando. Pour soigner son image d’homme de paix, son parti est repris sous l’appellation de Fatah (que personne ne comprend), plutôt que par celui de « organisation de libération de la Palestine  ». Il n’en demeure pas moins vrai que le parti qu’il incarne est contraire à la philosophie pacifique des membres des nations Unies. Il en est d’ailleurs de même du Hamas qui est le Mouvement de Résistance Islamique, dont les buts ne sont pas plus pacifiques. Or, les attentats meurtriers de ce 18 août, ne sont que l’application rigoureuse des messages inculqués dans les Chartes palestiniennes, qu’il s’agisse de l’Olp ou du Hamas. Ainsi, et tant que les leaders palestiniens n’auront pas, une bonne foi pour toute, déclaré caduques les Chartes palestiniennes, et coupé le cordon ombilical de la société palestinienne avec ces documents historiques qui forgent leur identité nationale, le problème restera entier. A défaut, ils ne rempliront jamais la première condition exigée par l’article 4 de la Charte des Nations Unies.

Par ailleurs, le même article 4 de la Charte des Nations Unies, exige des postulants à l’entrée parmi les Nations Unies, l’acceptation des obligations de la Charte , la capacité à les remplir et les dispositions à le faire.

Sur ce point, rappelons que parmi les obligations listées dans la Charte , figurent le maintien de la paix et de la sécurité internationale, la prise de mesures collectives  pour prévenir les menaces à la paix et la répression de tout acte d'agression (conformément au principe de justice). La Charte s’est également fixé pour but le développement des relations amicales entre les Nations, fondé sur le principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ainsi que le respect des Droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de langue, de sexe, de religion.

La reconnaissance de la Palestine comme Etat d’un peuple qui dispose du droit de disposer de lui-même, ne doit donc pas occulter les principes de tolérance et les prérogatives accordées aux autres nations. A cet égard, l’Organisation des Nations Unies ambitionne d’être un centre où s'harmonisent les efforts des Nations, avec l’obligation pour elles de régler leurs différends de façon pacifique. Les membres doivent donc s'abstenir de recourir à l'emploi de la menace ou de la force contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout Etat.

Une fois encore, la Palestine ne pourra jamais être reconnue comme membre des Nations Unies s’il n’est pas imposé aux palestiniens une discipline commune sur la base des principes universels qu’elles défendent. Or, ce sont les Chartes palestiniennes qui égarent les palestiniens sur les voix de la violence, de la cruauté, de la brutalité. Aussi, ils ne parviendront jamais à s’en sortir, sans une intervention commune et un courage extraordinaire de Mahmud Abbas et d’Ismaïl Haniyeh, pour abroger définitivement ces textes qui structurent leur personnalité.

En tout état ce cause, et si par impossible les Nations Unies décidaient d’admettre la Palestine comme membre des Nations Unes au mépris des prévisions de l’article 4 de la Charte , Israël n’aurait pas à craindre un supposé retour aux frontières dites de 1967. En effet, aucune disposition de la Charte n'autorise les Nations Unies à intervenir dans des affaires qui relèvent de la compétence nationale d'un Etat.

Par ailleurs, et s'agissant des compétences de l'Assemblée Générales, elles se limitent à discuter de sujets ou à formuler des recommandations aux membres ou au Conseil de Sécurité. L'assemblée générale peut également attirer l'attention sur les situations qui mettent en danger le maintien de la paix et la sécurité internationale et étudier les principes de coopération pour le maintien de la paix  y compris les principes régissant le désarmement (de la Palestine notamment). En revanche, l'ONU n'est ni un État ni un gouvernement. Elle n’est donc pas habilitée à reconnaître un État ou un gouvernement. Elle est simplement une organisation d'États indépendants qui peut admettre un nouvel État comme Membre ou accepter les pouvoirs des représentants d'un nouveau gouvernement. Un nouvel obstacle se posera alors à L'assemblée générale dans la mesure où Mahmoud Abbas ne dispose d'aucun mandat pour représenter les palestiniens faute d'éléctions depuis la fin de son mandat en 2009. Par ailleurs, la détermination des frontières de la Palestine ne fait définitivement pas partie de ses attributions.

Il ne reste finalement, dans les relations israélo palestiniennes, que l’article 33 de la Charte ONU qui prévoit le règlement pacifique des différends et impose la recherche d’une solution négociée ou, à défaut, le suivi des recommandations du Conseil de Sécurité qui doit présenter également des recommandations de cette nature. Dans ces conditions, l’Etat d’Israël peut attendre la demande palestinienne du 20 septembre prochain en toute sérénité.... sans craindre l'amputation de son territoire.


Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories