Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 12:07

 

 

 

ANALYSE A LA UNE

 

 

Opération de comm. d’une affligeante banalité, exposée par Marine Le Pen aux bobos de l'upper-class post-sioniste dans Haaretz

 

Par Marc Brzustowski

 

Pour © 2010 lessakele et  © 2010 aschkel.info

 

Comment (re-) devenir fréquentable, lorsqu’on risque de subir le préjugé défavorable des « dérapages » verbaux de Papa, dans l'arène nationale ? C’est un peu l’équation qu’est parvenue à résoudre à peu de frais, Marine Le Pen, auquel le journal post-sioniste en chute d’audience Haaretz, s’est empressé de fournir une tribune.

On sait, en effet, que le quotidien n’a pas de mots assez durs contre sa propre société, l’armée qui la défend et le gouvernement actuellement aux affaires. Il est impliqué dans l’organisation de « fuites » de dossiers confidentiels, de la part d’Anat Kam, une soldate en manque de rébellion contre son pays,  délivrées à l’un de ses journalistes, Uri Blau, exilé un moment au Londonistan et rattrapé par le "Fisc" de la défense du territoire.


On se souvient également que les pages de cette multinationale de la globalisation post ou antisioniste (associée aux journaux Le Monde, The Guardian, etc.) étaient parvenues à piéger Alain Finkielkraut, en 2005, en maquillant et détournant par des titres fracassants, ses remarques sur les émeutes ethniques de la même année. Cette manipulation avait valu au philosophe d’être poursuivi en France par le MRAP et consorts pour « racisme », excusez du peu.


C’est donc sur cette plateforme qu’Haaretz et son invitée, Marine Le Pen, ont décidé de surfer. Cette étrange association aurait pu avoir de quoi surprendre, mais le calcul politique « gagnant-gagnant » (on croirait du Royal, mais c’est du Le Pen !) doit bien être pris pour ce qu’il est : une collusion de cynisme gauchiste israélien et de mauvaise foi pré-électorale, pour la candidate frontiste :


En peu de mots : « Le véritable racisme, s'entend et se lit tous les jours dans le quotidien d'Israël » ! « Comparativement, le FN historique est une « blanche colombe », qui plus est, amoureuse de la paix de Shalom Akhshav et de ceux qui « refusent de servir dans les Territoires » pour défendre "les colonies"…

Voilà ce qu’on peut retenir en conclusion de cet exercice de style, qui nage dans les eaux troubles de l’alliance de la carpe et du lapin, pour mieux tirer parti de la fibre antisioniste en vogue dans l’actualité internationale.


Les bénéfices nets pour les petits caporaux à plume du Haaretz consistent à afficher que l’Etat Sioniste ne disposerait plus du moindre capital de légitimité morale pour se permettre la plus petite remarque à l’encontre des héritiers de l’extrême-droite européenne, mais que l'inverse n'est plus vraie. Touché au cœur par la récente Loi frappant de transparence les financements obscurs des ONG israéliennes qui font profession de délégitimation contre Tsahal et contre l’Etat, le Haaretz se « venge » avec les moyens du bord : adouber les arguties d'une nationaliste française en affirmant sa plus grande fréquentabilité, plutôt que de devoir rendre des comptes à l’Etat sur lequel on crache. Novlangue quand tu nous tiens !

 

Marine Le Pen et Haaretz gèrent ainsi leurs contradictions respectives en se renforçant mutuellement : l’une n’a besoin que d’affirmer l’héritage paternel globalement inchangé [« le bilan globalement positif » disait-on au Parti Communiste], en s’appuyant sur le fait que l’antisionisme est la valeur la mieux partagée du monde et qu’il ne saurait être connecté à « l’antisémitisme ». Si jamais dérapage il y a pu y avoir dans le passé, elle n’a nul besoin de l’assumer et personne ne songerait, du reste, à lui en demander des comptes personnellement. Sauf les esprits un peu tordus, à droite ou à gauche, qui, comme Pierre Moscovici, perçoivent un « lien génétique » (?) entre sa mouvance et la réaction à la Révolution de 1789, qui écarterait la fille de tout Républicanisme. Du « délit de Sale gueule » ou de patronyme.


Marine Le Pen avait déjà pris fait et cause pour les Jihadistes du Mavi Marmara, dans les Nouvelles Dépêches d'Alsace, au lendemain (3 juin 2010) de l’assaut mortel contre la flottille turque, taxant l’acte de « piraterie israélienne en haute-mer ». Indifférente aux manipulations de l’Autorité Palestinienne, puisque Mahmoud Abbas refuse, en violation de tous les accords passés, de poursuivre les négociations, elle « récidive » en condamnant comme une "erreur israélienne », la poursuite de la construction des implantations, qu’elle taxe de « colonies », dans la terminologie la plus pure employée par le Quai d’Orsay. Elle revendique le droit légitime de critiquer un gouvernement (c'est du Boniface), tout en se gardant de la moindre trace « d’antisionisme » dans son discours, puisque, paraît-il, le Front aurait toujours été favorable à l’existence d’un état juif.

 

Elle plaque le modèle d’intégration française -dont les réussites sont, ô combien! méritoires, à l’heure actuelle ! - d’un état « de tous ses citoyens », pour fustiger au passage les récents appels de Rabbins à transmettre le patrimoine national à des coreligionnaires susceptibles de conserver cette nature « d’Etat juif » et démocratique.


Car Marine Le Pen l’ignore certainement, n’ayant pas eu le temps d’étudier sérieusement une carte au-delà des Alpes, mais Israël se trouve situé au Moyen-Orient, là où tous les états environnants sont arabo-musulmans et dictatoriaux. Elle ne perçoit rien et ne veut rien percevoir des risques attenant à « l’état binational », permettant, demain, de pousser à la disparition des communautés juives, comme c’est actuellement le cas des minorités chrétiennes, coptes, maronites, syriaques et autres "dhimmis" massacrés en Orient. Elle ne comprend pas, parce qu’elle préfère surfer sur le chaos et les peurs primaires que de rechercher et de reconnaître des modèles politiques viables, que le Sionisme offre au monde, particulièrement en Orient, un mode de résolution des conflits et que c’est bien pour cette raison que l’Islamisme radical ou modéré refuse d’en entendre parler ! Autrement dit, au royaume des borgnes, qui sont les reines?


Elle prend également ses distances avec les dirigeants de l’ancienne « extrême-droite » européenne, de la Liga Norte (Gianfranco Fini), du Vlaams Belang, du FPÖ de Sträche, dans les pas d’un Geert Wilders, véritable ami de toujours d’Israël, qui ont trouvé un terrain d’entente commun avec le combat d’Israël contre l’Islamisme. Ainsi ne prend t-elle pas le moindre risque vis-à-vis des éternels complotistes présents au Front ou dans son sillage, qui dénoncent ces accointances comme une « allégeance au Credo shoatique » (dans le ton Dieudonné-Soral), chez ceux qui se reconnaissent une parenté dans la défense d’Israël contre le Jihad global, d’obédience salafiste ou turque de l’AKP, en Europe centrale ou du Sud. En toute neutralité, on ne peut en revenir, chez elle en tout cas, que sur le caractère mutuellement exclusif de tout nationalisme, faisant qu'elle préfère s'entendre avec les positions post- ou antinationales chez autrui pour mieux prôner l'assimilation-dissolution et de l'Etat et des populations "disputées"...


Lui dire que préférer l’AKP ou l’IHH à l’intervention, même musclée, des commandos du Sayeret, c’est faire le lit de l’islamisation des Balkans ne servirait de rien avec cette débutante en géopolitique de l’Europe. Ele reste dans la courte vue clientéliste. Et, last but not least, elle peut ainsi manger aux râteliers de l’extrême-gauche, qui partage les mêmes extases conspirationnistes de la connexion entre le cosmopolitisme de l’argent, le libéralisme et l’ascendance juive, telles qu’on retrouve ces thèses au NPA, à alterinfo voire aux marges du PS.

Après tout, cela donne une bonne radiographie de l’état des forces en présence en Europe, la Droite encore populiste et donc « extrême » française, se targuant d’exception culturelle. Un "extrémisme" désormais dilué dans le politiquement correct, élections obligent.


En matière de politique étrangère, il faut donc chercher la plateforme du FN dans cette sorte de contrat en réhabilitation, offert par la « zone grise » (post/anti-) en Israël, pour mieux gagner des franges entières d’indécis, déçus par l’islamisation progressive de groupes altermondialistes en France et en Europe. Ils partagent globalement la même focalisation sur « le rôle des Juifs » dans le capitalisme ou les médias, et un amour démesuré pour la patrie éternelle des Palestinistes du Hamas ou de l’IHH.


Chez Marine Le Pen, tout n’est affaire que de fard et de maquillage. Cela n’a même plus le goût provocateur du Jean-Marie, qu’on finirait presque par regretter : mieux vaut une ennemi déclaré de la mémoire juive en Europe qu’une pâle copie, ce "Canada Dry", juste assez correct pour chercher audience à gauche. Elle est suffisamment intelligente pour ne pas tomber dans les travers enseignés par son père (elle avait « claqué la porte » au moment où « l’occupation allemande n’était pas une épreuve aussi terrible que cela » ou Oradour-sur-Glâne, une quasi-balade de santé, pour le mentor des anciens collaborationnistes en mal de réhabilitation).


Rétive à tout aggiornamento, hier ou aujourd'hui, elle réédite que la reconnaissance par Chirac d’une implication d’un gouvernement à qui le Parlement avait donné les pleins pouvoirs, était, là encore, une « erreur ». Elle ne le dira pas, mais, de fait, les Juifs de France sont alors complices d’une concurrence en repentances qui défigurerait le sens global de l’histoire de ce pays. Là encore, elle ne sait pas faire la différence entre histoire objective et manipulation politique par les « Indigènes de la République » ou autres groupuscules instrumentalisés par l'Organisation de la Conférence Islamique. Marine est étrangère à toute complexité, surtout propagatrice des messages simplistes qui seuls peuvent « faire mouche » du coche en politique française.

Parce qu’elle n’a pas tort sur des problèmes d’envahissement des espaces publics, à l’interne, elle peut continuer de prospérer sur les mêmes poncifs politiques qui lui offriront un écho dans la très banale majorité des médias et opinion à travers le monde. Elle est réfractaire à une quête quelconque de vérité sur les faits, sans laquelle il ne saurait y avoir la moindre « légitimité ».


Il lui est plus facile de se trouver une oreille compatissante à l’extrême-gauche en révolte contre l’Etat d'Israël, que de se construire des connaissances solides sur les dossiers étrangers à fortes répercussions en Hexagone.


Ainsi le FN restera t-il ce parti protestataire qui joue à ne plus faire autant peur qu'avant à la gente bien-pensante à Paris, tout en s’alignant et donc, s’aliénant les voix de la Doxa « ultra-orthodoxe post ou/et antisioniste » dans les médias.


On ne saurait, pour autant, passer sous silence, les dérapages réels et indélicatesses hors-propos, ceux-là, de chroniqueur se croyant habilité à parler pour autrui et qui n’oppose que l’insulte à la manœuvre pour justifier son salaire. Tout de go, Miguel Garroté, en restant charitable à son endroit, ferait mieux d’apprendre à se taire que de servir la soupe, à peine réchauffée, à ceux qui n’attendent que cela : http://www.drzz.info/article-va-te-faire-foutre-marine-le-pen-par-michel-garrote-64493229.html . Suite à quoi, Nationspresse s’en délecte :http://www.nationspresse.info/?p=120829 . On existe comme on peut. Pas en notre nom !

 

En conclusion : une affligeante banalité des propos, tant à l’extrême-gauche israélienne qu’à la droite de l’échiquier français, avec les mêmes billevesées. Y compris chez qui se glorifierait d'être étiqueté comme "porte-parole de l'extrême-droite sioniste", ce qui est encore hommage du vice à la petite vertu. 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 22:13

 

 

logo europe israel

 

Chers lecteurs, Aidez-nous à réagir

 

Nous remercions l'équipe europe-israel, site partanaire, d'avoir formuler cette lettre type

 

Contre les mensonges, diffamations, propagandes des "palestiniens" que faisons-nous en Europe ?

>Des Palestiniens de nouveau pris en flagrant délit de diffamation? Action canadienne contre la désinformation

>La mort de la palestinienne à Bilin - Un Faux (hoax) palestinien - Conférence de presse des FDI sur la mort d'Abou Rahma -

>La palestinienne tuée à Bilin n'était pas à la manifestation, d'après son cousin, L'A.Palestinienne refuse catégoriquement de collaborer à l'enquête - Rumeur de crime d'honneur

>Bilin -Des menteurs au service de malfaiteurs !! Désinformation d'Euronews, du Monde/AFP et de Reuters - Comme d'hab !

 

 

Cette nouvelle année vient à peine de débuter que les Palestiniens nous ont servi dès le 2 janvier un mensonge énorme afin de faire une nouvelle fois condamner Israël.

En effet, tous les médias occidentaux, toujours prompt à diffuser des informations destinées à condamner Israël  sans jamais en vérifier les sources, ont annoncé la mort d’une femme palestinienne,  Jawaher Abu Rahma, âgée de 36 ans, prétendument tuée en absorbant un gaz lacrymogène près du village de Bil’in, Judée-Samarie.

Après en quête de l’armée israélienne, il s’est avéré que cette femme n’a pas participé à la manifestation en question.

Des sources connaissant le dossier affirment qu’à la différence de faits-divers semblables dans le passé, le rapport concernant les blessures d’Abu-Ra’hma est arrivé en retard et contenait des détails embarrassants.

Selon le rapport médical, nulle cause claire et nette de la mort n’était mentionnée, l’enterrement a eu lieu grâce à une procédure accélérée, et nulle autopsie n’a été réalisée.

L’information révèle également qu’Abu Rahma a été traitée avec une quantité inhabituelle de médicaments, utilisés en cas de traitement antipoison, surdose médicamenteuse, ou leucémie. De plus, le rapport de sa famille selon lequel elle a été « blessée par un gaz israélien » n’a pas été corroboré par une autre source. L’armée israélienne a aussi découvert que la défunte a été traitée récemment dans un hôpital palestinien, un fait qui n’a pas été mentionné dans les rapports médicaux.

L’armée israélienne a enfin prouvé que Jawahel Abu Rahma est morte d’un cancer du poumon ou de leucémie.

L’Autorité palestinienne a rapidement sauté sur l’histoire pour fustiger Israël. « Nous condamnons ce crime abominable de l’armée d’occupation israélienne dans Bilin contre des personnes prenant part à une manifestation pacifique et nous qualifions ceci de crime de guerre israélien contre notre peuple » a déclaré Saeb Erekat, le négociateur de l’Autorité palestinienne à l’AFP.

Et comme à leur habitude tous les médias occidentaux, dès lors où il s’agit de fustiger Israël, ont relayé cette information.

Merci à Aschkel.info d’avoir été la première à soulever ce nouveau lièvre et de nous avoir tenu informé en temps réel de l’évolution de l’enquête.

Europe Israël estime qu’il est temps de réagir face à cette absence totale de scrupule des médias français pour relayer n’importe quoi permettant de condamner Israël.

C’est pourquoi nous avons fait une lettre type que nous vous demandons d’envoyer à tous les médias soit par email, soit par courrier postal.

Vous pouvez télécharger la lettre type ici au format PDF

Vous pouvez télécharger la lettre type ici au format WORD

Envoyez cette lettre partout où vous pouvez.

Voici une liste des rédactions, des journaux, des télévisions, des radios :

Adresses des Gouvernements de la France,de la Belgique, l’Union Européenne et des Organisations Internationales

Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)

Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)

AFP : pour réagir

COORDONNEES DES PRINCIPAUX MEDIAS FRANCAIS – CRIF — MIDI PYRENEES

Pour les non-internautes la liste des téléphones des rédactions à imprimer et à faire suivre…(cliquer ici)

emails des rédactions pour réagir rapidement pour envoyer un email de protestation
cliquer sur l’adresse ci-dessous du média en cause et…

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 09:21

 

 

      Prolongement logique de : Le Gouvernement iranien incite à l’antisémitisme en inventant un massacre.

 

Flag de désinfo

 

 

Avertissement : cette adaptation est dérivée d'une dépêche de l'AFP. Mais, cette agence ne dédaigne pas flirter dangereusement avec le révisionnisme en temps réel, comme nous l'allons voir, au moment où elle relate une négation de la Shoah. La perversion, en effet, consiste à renforcer le martyrologue des terroristes du Hamas en reprenant leur narration, sans la moindre vérification des faits ni des chiffres, de se contenter chaque fois de reprendre à l'identique les déclarations des ONG pro-palestiniennes otages du groupe illégal en Europe, de ne jamais tenir compte des faits portés à sa connaissance par l'autre bord, les experts-enquêteurs israéliens. On ajoutera donc toujours les mentions "d'après les dires israéliens", lorsqu'on prendra pour argent comptant les évaluations d'un groupe terroriste, dont, au même moment, on met en exergue le négationnisme flagrant.

 

L'AFP se fait ainsi inquisitrice d'Israël et complice de ceux qui proclament haut et fort leur désir inextinguible de destruction massive, sans avoir l'air d'y toucher, soit sans contre-argumentaire, et participe sciemment d'un processus généralisé de délégitimation hautement préjudiciable à tout processus de paix et à l'établissement d'un minimum d'objectivité informative. 


Malgré la contestation grandissante des distorsions présentes dans les argumentaires politisés du rapport Goldstone, -y compris si l'on reprend les précédents propos  du Hamas, qui reconnaît, à tout le moins, l'élimination d'au moins 700 terroristes de sa branche Ez-Zedin al Qassam- ou encore, la démission de celui qui devait en assurer les travaux : l'Allemand, juge et partie, Christian Tomuschat, invalidé pour parti-pris flagrant, la presse déçue prend le relais et escompte bien continuer de charger, "pour l'histoire", un seul des deux protagonistes. Il s'est donc avéré impossible déontologiquement de traduire tels quels ces propos à sens unique qui n'ont qu'une vocation : justifier a posteriori les déclarations d'un négationniste : Mahmoud al-Zahar.


L'AFP, ce n'est pas de l'information, mais une version moderne de la Sainte- Inquisition. A l'heure où le partisan et idiot utile du Hamas, S. Hessel fait un tabac en librairie, on ne va pas perdre le sens du vent ni de la vente, à l'Agence.


Gad 


Pour © 2010 lessakele et  © 2010 aschkel.info

 


 

 


C’est lors d’une mise en scène au second anniversaire d’un raid à proximité d’une école de l’ONU que Zahar a inventé, à la mode iranienne, des « holocaustes » en série :

 

« Ce « mensonge » -de la Shoah- s’est écroulé lors de « l’holocauste » de Beit Hanoun, de l’holocauste d’al-Fakhura et tant d’autres « holocaustes » qui n’ont pas été pris en compte ».

 

 

Mahmoud al-Zahar, porte-parole du Hamas à Gaza, a accusé Israël de perpétrer « un génocide occulté » contre les Palestiniens, tout en affirmant que la Shoah était un « mensonge ».

 

 

Il a profité d’une cérémonie du souvenir de la mort de 43 Palestiniens, dont un nombre important de combattants du Hamas (chiffres encore à vérifier), près d’une école de l’ONU dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au cours de la guerre de 22 jours, en 2008-2009 à Gaza, l’opération « Plomb Fondu ».

 

 

“Le mensonge selon lequel ils [les Juifs] auraient été victimes d’un génocide, ou qu’ils auraient pu être des victimes dans l’histoire –ce mensonge s’est écroulé, lors des holocaustes de Beit Hanoun, d’al-Fakhura et de tant d’autres génocides qui n’ont jamais été pris en compte… lesquels ont été commis par l’ennemi sioniste », a-t-il déclaré.

 

Zahar s’exprimait lors du second anniversaire d’une frappe israélienne près d’une école à al-Fakhura, où les terroristes palestiniens avaient déployé leurs rampes de lancement de missiles pour se servir de l’emblème des Nations-Unies, des services aux populations civiles, des femmes et des enfants de Gaza comme remparts et boucliers humains.

 

L’incident a été l’un des plus meurtriers durant l’opération “Plomb Fondu”, qui a fait 1190 victimes (non 1400 comme le reprend l'AFP de la bouche-même du HAMAS), dont les 2/3 étaient tous membres des sections d’assaut du Hamas ou de la police auxiliaire terroriste du Hamas, selon les aveux même de la direction du mouvement terroriste (qui reconnaît environ 700 terroristes tués, sachant que cette direction aura toujours tendance à minimiser).

 

Les dénis constants des organes de propagande antisioniste, tels que l’AFP en France, n'y changeront rien : quand il y a contestation d'un fait et que nul n'a tranché, on cite de façon équilibrée les deux sources ou alors on est avocat de la partie accusatrice, ce qui est le cas de l'AFP qui prend délibérément le parti des intérêts du Hamas. 


Cette agence récidive donc, lors de l’exposé même de ce dernier évènement, trouvant sans doute quelque charme exotique au négationnisme, lorsqu’il est d’origine orientale, comme dans le cas de Mahmoud al-Zahar.

 

 

“Le sang qui a coulé à Al-Fakhura et sur le moindre pouce de la “Palestine” n’aura pas été répandu en vain”, a t-il ajouté.

 

L’opération plomb durci, « qu’Israël dit avoir lancé » (selon la terminologie dénégatrice de l’Agence de Propagande AFP qui se livre ouvertement à du procès d'intention et de la mise au conditionnel de tout ce qu'un Etat Juif pourrait bien dire ou faire, au nom de qui ou de quoi et particulièrement de ses citoyens civils pris pour cibles dont l'AFP n'a cureen réponse aux très nombreux tirs (8000) de roquettes durant les temps précédents l’opération, de la bande de Gaza contre les populations civiles du Sud d’Israël, malgré que tout citoyen israélien fut évacué du Goush Katif 3 ans et demi plus tôt, s’est achevée le 18 janvier 2009.

 

Et l’AFP d’ajouter : qu’Israël a été établi à la suite de la Seconde Guerre Mondiale, où 6 millions de Juifs furent exterminés durant la Shoah perpétrée par les Nazis. 

 

Non, messieurs de l'AFP, le foyer national juif existait officiellement depuis la déclaration Balfour de 1917, même s'il n'avait pas reçu l'adoubement de l'ONU ou SDN à l'époque, et n'est donc pas une conséquence directe de la Shoah. La question des réfugiés d'Europe de l'après-guerre n'a fait que dramatiser la situation où nul n'était réellement en mesure de les accueillir, sinon, principalement, ce foyer national juif ou Yishouv. Le cercle vicieux de la victimologie ne sert d'argument qu'à la partie palestinienne en demande de "compensation" pour des guerres qu'elle déclenche, elle ou au nom des entités arabes ou perses du voisinage. 

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 07:13

 

Dora Marrache-copie-1

 


Pour écouter DORA >>>logo radio shalom

Lettre ouverte à Me Miville-Dechêne, Ombudsman-Radio-Canada face au traitement de l’information concernant le conflit israélo-palestinien par Dora MARRACHE

Pour aschkel.info et lessakele

 

CC : Madame Martine Lanctôt, Madame Ginette Viens, CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes)

 

Objet : Le nombre croissant de plaintes à l’endroit de Radio-Canada concernant les Juifs et le conflit israélo-palestinien

Madame ;

 

Sans les courriels que je reçois, j’ignorerais tout des émissions de Radio-Canada. Comme je crois vous l’avoir déjà dit, pour ma part, il y a bien longtemps que je ne regarde plus les émissions de notre société d’état pour m’éviter d’être envahie par un sentiment de frustration, doublé d’un sentiment d’impuissance face au traitement de l’information concernant le conflit israélo-palestinien. Et s’il m’arrive  de regarder la chaîne ou d’écouter la radio, c’est uniquement pour observer et analyser ce qu’on y présente. Je tiens d’ailleurs à rendre hommage à Richard Martineau, un des rares journalistes  à avoir osé souligner l’acharnement des medias contre Israël.

 

Quand la critique est constructive, quand elle peut déboucher sur une amélioration,  aussi minime soit-elle, elle a sa raison d’être. En revanche, quand nos plaintes restent lettre morte,  l’indifférence me paraît être la meilleure solution.

À dire vrai, je suis même étonnée que vous ayez encore des auditeurs juifs. Mais, alors que j’étais sur le point de les inviter à boycotter votre chaîne, un profond changement s’est soudain opéré en moi - Il n’ y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, n’est-ce pas ? - et j’adopte une position aux antipodes de celle qui fut mienne: je voudrais inviter les auditeurs de toute confession et de toute allégeance politique  à réagir chaque fois que l’information leur semble erronée ou biaisée. Pourquoi ? D’une part, parce que le boycott ne toucherait guère la SRC; au contraire, il lui permettrait de diffuser l’information sans être importunée, l’absence des Juifs ne modifiant guère sa cote d’écoute. D’autre part, cette société étant financée à même les fonds publics, les citoyens doivent avoir leur mot à dire. Ils peuvent se permettre d’exiger d’elle une information de qualité,  et ce d’autant plus que le gouvernement Harper lui a octroyé une hausse de 133 millions, soit une augmentation de 12%.  J’ajouterai qu’une phrase de celui qui fut mon idole pendant mon adolescence, Albert Einstein, m’est revenue en mémoire et m’a incitée à agir : « La vie est très dangereuse, écrivait-il. Non à cause des personnes qui font du mal, mais à cause de celles qui s’asseyent pour regarder ce qui se passe ».

Je me refuse à être de celles-là, je ne puis m’asseoir et rester les bras croisés. 

 

Les « fautes » de Radio-Canada,  si je puis m’exprimer ainsi,  sont de trois types : il y a les préjugés ou les idées toutes faites, ainsi que les figures de style inappropriées, que ce soit à propos des Juifs ou à propos d’Israël ; les reportages et les documentaires qui se limitent à un seul point de vue, donc qui ne sont pas équilibrés ; les informations et/ou les reportages parfois truffés d’erreurs factuelles : ainsi, dans le cas d’un lancement de roquettes, on commence toujours par les représailles israéliennes et, accessoirement, en fin d’article, on mentionne en deux mots, le bombardement de la veille qui a donné lieu à ces représailles. Et c’est  sans parler de la langue de bois qu’utilisent les journalistes: les terroristes sont des militants ou des activistes ; les habitants de la Judée-Samarie sont des colons, les roquettes sont toujours de type artisanal, etc., et sans parler également de tout ce que Radio-Canada ne nous dit pas mais que, grâce à Internet et aux autres medias, nous sommes amenés à découvrir.

 

Le 1er décembre 2010,  vous écriviez qu’en trois ans vous n’avez relevé des erreurs que dans six émissions. Certes, mais François Bergeron note que, dans le rapport que vous avez déposé le 6 octobre 2009 pour l’année 2007-2008, « Plus de 200 plaintes ont porté sur le conflit israélo-palestinien, dont 156 sur un seul documentaire diffusé au RDI, Paix, propagande et Terre promise » et il ajoute « Et on dit que derrière toute plainte il y a des centaines d’autres mécontents qui ne se sont pas manifestés ».

 

Je ne vous cacherai donc pas, Madame Miville-Dechêne,  que je vais profiter des ondes pour présenter à nos auditeurs un récapitulatif non- exhaustif des erreurs commises par Radio-Canada.

 

La dernière en date concerne l’émission Le Club des ex du 31 décembre 2010 au cours de laquelle Mme Liza Frulla souligne, sur un ton qui m’a semblé réprobateur,  que Mr Harper courtise l’électorat juif, qu’il  va même jusqu'à se rendre à l’allumage des bougies de la fête de Hanoucca. Or, si mes souvenirs sont exacts,  cette coutume n’a pas été initiée par Mr Harper ; en cherchant bien, Radio-Canada pourrait sans doute trouver des photos de Jean Chrétien participant aux célébrations de cette fête juive. Même le chef de l’opposition actuel, Michael Ignatieff, a été photographié au cours de la célébration de  Hanoucca. Par ailleurs, Mme Frulla devrait savoir que Mr Harper n’a nullement besoin de « courtiser » l’électorat juif : les voix juives lui sont acquises pour son soutien inconditionnel et sincère à Israël. Mais, hélas, ce soutien que désapprouvent beaucoup d’électeurs canadiens aura certainement des conséquences fâcheuses au moment des prochaines élections et Mr Harper en est parfaitement conscient. Mme Frulla a également jugé bon de décocher quelques flèches en direction des Juifs. Elle a parlé de la « puissance » des Juifs « à tout point de vue », tout en se frottant le pouce et l’index en signe d’argent parce que, en bonne méditerranéenne, elle a jugé bon de joindre le geste à la parole, geste à la limite de la vulgarité sur un plateau de télévision et qui la déshonore plus qu’il ne porte préjudice aux Juifs. C’est sans doute son « moi  jaloux » qui s’est exprimé et a fait taire la voix de sa raison. Elle commença même à bégayer « toutes les positions que les Conservateurs … », mais Simon Durivage se porta rapidement à son secours et termina la phrase : « que les Conservateurs font en faveur d’Israël ».

Encore une fois les préjugés anti-juifs sont là, d’ordre théologique, comme ils l’ont toujours été. Mme Frulla établit donc un lien entre le pouvoir et l’argent, mais surtout entre la religion juive et l’argent et présente les Juifs comme dominant le monde. Je ne sais pas si Mme Frulla, qui a tout de même rempli le poste de ministre sous le gouvernement fédéral, est consciente du tort qu’elle se fait dans sa façon d’appréhender les Juifs.  En effet, à travers de telles réactions qui témoignent d’une certaine haine, pour ne pas dire d’une haine certaine envers le peuple juif, elle révèle ce que les Allemands appellent sa « Weltanschauung », c ‘est–à-dire sa vision du monde et sa façon d’être au monde. Et ce n’est guère en son honneur ! Ses préjugés antisémites en disent plus long sur elle que sur les Juifs. Encore une fois, une animatrice est esclave de ses préjugés et d’idées reçues. Elle devrait avoir honte de se comporter ainsi et de laisser voir le sentiment que les Juifs lui inspirent. Qui plus est, elle couvre de honte Radio-Canada puisqu’elle projette de notre société d’État une image peu flatteuse.

 

Oui, Mme Frulla  a raison : nous avons l’argent. Mais ne lui est-il jamais venu à l’esprit de souligner que cet argent nous ne le volons pas, que nous l’avons parce que nous mettons l’éducation au-dessus de tout ? Non, cela, Mme Frulla se gardera bien de le dire. Dois-je lui rappeler que nous Juifs ne saurions considérer la pauvreté comme une bénédiction, qu’elle nous apparaît comme un mal auquel il est possible de se soustraire ? C’est vrai que le rapport des Juifs à l’argent est historique, mais il serait bon que Mme Frulla lise Jacques Attali et qu’elle apprenne pourquoi. Après tout, ne sont-ce pas les Juifs qui ont inventé le capitalisme et… le communisme ! Et je suppose que nombreux sont ceux qui doivent affirmer, « preuves » à l’appui,  que ce sont aussi les Juifs qui sont responsables de la crise financière qui secoue le monde !

 

Je ne consacrerai que cinq lignes au député Amir Khadir qui, interviewé à Radio-Canada par Mr Labrecque,  le 17 décembre 2010,  s’est permis de comparer un marchand de chaussures à un vendeur de mines anti - personnelles et Israël au régime d’apartheid qui régnait en Afrique du Sud, et ce sans même que le journaliste ne le reprenne. Se taire, n’est-ce pas acquiescer ?

 

Le 15 octobre 2010, un autre animateur du Club des ex, Simon Durivage, dans le cadre d’une autre émission, a comparé Israël au Soudan et à l’Iran. Suite au tollé de protestations qui vous sont parvenues, Mr Durivage a, semble-t-il, été contraint de présenter des excuses publiques, une première dans l’histoire de Radio-Canada.

 

Le 11 avril 2010, Ian Halperin, auteur et journaliste juif,  était l’invité de l’émission Tout le monde en parle. Pierre Turgeon, de la maison d’édition Transit, a déclaré à la suite de cette émission : «  Si le CRTC permet qu’un tel lynchage soit possible, qu’on fasse un tel abus de pouvoir (…), il y a quelque chose qui cloche ».  Le plaignant a déposé une plainte auprès de la Commission des droits sous prétexte que les animateurs se sont « livrés à une vendetta, à un règlement de compte envers leur invité, lui manquant de respect et l’exposant à des propos discriminatoires et haineux ». Le 17 septembre 2010 le Conseil de Presse a rejeté la plainte.

Les animateurs ont affirmé qu’ils ignoraient que leur invité était juif !

 

Pour ce qui est de l’absence d’équilibre dans les émissions, je ne citerai que quelques preuves. Je voudrais auparavant  préciser que le fait de donner la parole à des Juifs pro-palestiniens (self hating jew)ne constitue nullement un second point de vue, donc ne peut en aucun cas être considéré comme une preuve du respect de l’équilibre.

 

Le 23 novembre 2010, Michel Desautels interviewait le journaliste juif, franco-israélien, Charles Enderlin, à propos de son livre Un enfant est mort. Au lieu de lui poser des questions pertinentes sur l’Affaire Al-Dura, affaire qui a occasionné un tort considérable à Israël, l’animateur laissait parler Charles Enderlin et buvait ses paroles puis, à la fin de l’émission,  les auditeurs qui jusque là ignoraient tout de cette affaire étaient convaincus que les soldats de Tsahal se comportent comme des monstres assoiffés de sang  puisqu’ils ont tiré sans pitié et sans discontinuer pendant 45 minutes sur un père et son fils de 12 ans, tuant ce dernier.

 

Suite aux protestations des auditeurs concernant l’absence d’un autre point de vue, et pour respecter les recommandations du CRTC, Philippe Karsenty aurait dû être invité à présenter son opinion sur le sujet. Que dis-je : invité ? Radio-Canada n’avait même pas à s’en donner la peine, je sais que Mr Karsenty a lui-même offert d’être interviewé pour contrebalancer l’entrevue de Charles Enderlin. Or, alors même que Mme Viens, Rédactrice en chef, Actualités, radio,  reconnaît dans le message qu’elle a adressé à Philippe Karsenty que la polémique existe toujours autour de cette affaire, elle décline son offre sous  prétexte qu’elle a créé deux liens qui proposent des opinions divergentes sur le site de la SRC ! « Nous pensons que notre auditoire pourra prendre connaissance de cette façon de vos arguments. Nous déclinons donc votre offre d'entrevue », lui a-t-elle écrit Cette réponse est inacceptable et prouve que Radio-Canada, contrairement à ce qu’elle affirme, n’a pas pour premier principe de permettre à chaque citoyen « de connaître les principaux points de vue sur toute question d’importance ». En effet, si un lien renvoie à un site qui soutient inconditionnellement Charles Enderlin à qui Radio-Canada a accordé une entrevue, l’autre renvoie à Philippe Karsenty à qui Radio-Canada a refusé une entrevue.  Avouez, Madame Miville-Dechêne, qu’il y a là une politique de deux poids deux mesures. Pourquoi ? Pourquoi avoir fait fi encore une fois des recommandations du CRTC et avoir choisi d’imposer aux auditeurs le point de vue de Charles Enderlin ? Parce que celui-ci est anti-israélien? Et vous savez que, ce faisant, Michel Desautels influence les auditeurs. Permettez-moi, Madame, de souligner que Radio-Shalom, dans le respect de ses auditeurs et soucieuse d’offrir une programmation assurant l’équilibre,  a offert à Mr Enderlin d’être interviewé, mais que celui-ci, après avoir exigé que l’animateur ait lu son livre – ce qui a été fait- ne semble toujours pas disposé à accepter l’invitation de Radio-Shalom. Peut-être craint-il d’être confronté à des journalistes bien informés sur l’Affaire Al-Dura et qui lui poseront des questions déplaisantes auxquelles il sera acculé à répondre.

 

 

Le 9 avril 2010, dans le cadre de l’émission Une Heure sur terre, Radio-Canada présentait un reportage intitulé Le Canada sous influence, reportage qui affirmait que le soutien du gouvernement Harper à Israël était à l’origine de la crise que traversait l’organisme Droits et Démocratie, les membres du CA ayant voulu lui imposer une orientation nettement pro-israélienne.  Vous me direz que le Président du PAJU, Bruce Katz, (un autre self hating jew), a félicité Radio-Canada pour ce reportage et a jugé que l’expression « chasse aux sorcières », employée  par les auteurs Luc Chartrand et Yanic Lapointe, était tout à fait appropriée  pour illustrer le contrôle exercé par le lobby juif sur le gouvernement. Je vous répondrai qu’interroger Mr Katz ou un Palestinien ne fait guère de différence à mes yeux.

 

Le 16 janvier 2008, l’émission Une Heure sur terre  était consacrée au conflit israélo-palestinien. Cette émission, comme tant d’autres, ne présentait que le point de vue des Palestiniens,  même si certains Juifs,  défenseurs ardents des droits des Palestiniens, avaient été invités à prendre la parole.  Après que Mr Lépine n’eut pas jugé utile de donner suite à une lettre du Comité Québec–Israël, celui-ci vous a soumis une plainte. Votre Bureau a reconnu qu’il y avait cinq erreurs factuelles, erreurs,  il va de soi, défavorables à Israël. Vous avez écrit que « le texte lu en ondes ne correspond pas à la réalité, étant donné les slogans anti-israéliens utilisés par ce groupe ».

 

Faut-il qu’un organisme et des particuliers réagissent et déposent des plaintes pour que soient corrigées de graves erreurs ? Les  journalistes ne pourraient-ils pas faire preuve de professionnalisme et les éviter? De toute façon, il ne sert à rien que vous rendiez un rapport et que vous reconnaissiez les erreurs : le mal a été fait, les téléspectateurs ont été induits en erreur.

 

Le 13 décembre 2008, à la demande du Comité Québec-Israël, vous avez reconnu  que le film Paix, propagande et Terre promise , film de propagande pro-palestinien diffusé le 23 octobre 2008 dans le cadre de l’émission Les Grands reportages, « contrevenait aux Normes et Pratiques journalistiques de Radio-Canada. Ce film avance, sans en faire la preuve, que le gouvernement israélien contrôle les medias américains. Il contient des anachronismes et des inexactitudes et des groupes militants pro-palestiniens ont été associés à la recherche», écriviez-vous alors.

Mais, encore une fois,  le mal avait été fait. Ne trouvez-vous pas regrettable qu’il ait fallu que  156 personnes dénoncent la diffusion de ce film de propagande truffé d’erreurs pour que Radio-Canada reconnaisse que le documentaire n’aurait jamais dû être diffusé ? Et le fait que Radio-Canada ait reconnu son erreur ne changera rien à l’opinion que se sont faite les téléspectateurs et à l’image défavorable d’Israël que la radio leur aura inculquée.

 

Le 11 août 2010, le Comité Québec-Israël a déposé à votre Bureau une plainte concernant la couverture des hostilités frontalières du 3 août 2010 entre le Liban et Israël. « Dès le lendemain de l’incident frontalier entre les armées libanaise et israélienne survenu le 3 août dernier, écrit-il, les médias étrangers et canadiens rapportaient que l’ONU avait corroboré la version des faits israélienne, à savoir que l’armée libanaise avait ouvert le feu sur des soldats israéliens alors que ceux-ci opéraient légitimement en territoire souverain israélien. Curieusement, ajoutait-il, alors que Radio-Canada a accordé à l’incident une place prépondérante dans ses bulletins de nouvelles du 3 août (à la radio, à la télévision et sur son site Internet), elle n’a pas une seule fois fait écho aux conclusions de l’ONU dans les jours qui ont suivi ».

 

Donc, une fois de plus, Radio-Canada a donc trompé ses auditeurs . Je vous le demande, Madame l’Ombudsman de Radio-Canada, trouvez-vous cela normal ? Comment des journalistes professionnels peuvent-ils, après avoir diffusé des informations fausses et inacceptables, se garder d’apporter des corrections?

 

Encore une autre preuve de l’incompétence des journalistes de notre radio ? Qu’à cela ne tienne ! Le 26 février 2009, un article intitulé « Plus le mensonge est gros, plus il passe » vous était adressé par Germain Belzile. Mr Belzile et un certain nombre de signataires vous y faisaient part de leur indignation, « celle de citoyens trompés et à qui est dénié le droit vital à l’information mise dans son contexte. Les reportages de Radio-Canada sur les représailles contre les tirs de mortier, de roquettes Kassam et Grad, qui ont terrorisé jusqu’à un demi-million de civils israéliens pendant huit ans nuit et jour à raison de trois alertes quotidiennes, sont indignes d’une société d’État dans un pays libre et démocratique. Radio-Canada nous a menti et trompés » concluaient-ils.

 

La liste des erreurs est trop longue pour que je puisse la présenter dans le cadre d’une chronique radiophonique.

 

Madame Miville-Dechêne, ne croyez-vous pas que trop, c’est trop. En tant qu’Ombudsman de Radio-Canada, vous êtes le représentant des auditeurs et des téléspectateurs. Quoique vous deviez allégeance à votre employeur, la Société Radio-Canada, je ne crois pas me tromper en affirmant que vous prêtez une oreille attentive aux plaintes formulées par les citoyens,  et ce même lorsqu’elles sont déposées à titre individuel, et que les Normes et Pratiques journalistiques vous guident dans vos décisions, en dépit de la sympathie que vous inspirent parfois les journalistes.  

 

Qu’accidentellement il y ait quelques dérapages, nous ne saurions le reprocher à la SRC. Or, ce n’est pas le cas. Il me semble plutôt que beaucoup de journalistes à l’emploi de Radio-Canada ne respectent pas les règles de base du code de déontologie de leur profession (esprit critique, indépendance, impartialité, honnêteté, équité et ouverture d’esprit), qu’ils manquent de professionnalisme et qu’ils manipulent la vérité sans aucun scrupule. Un journaliste est censé diffuser de l’information vraie, objective, neutre de préférence.  À Radio-Canada , ce n’est plus de l’information, c’est de la désinformation ! Or mieux vaut encore n’être point informé que d’être mal informé.

 

S’il en est qui admirent les animateurs, permettez-moi de vous dire que je ne partage nullement leur point de vue. Sans vouloir faire leur procès , - ce n’est pas de mon ressort -  je juge inacceptable que  des animateurs véhiculent des préjugés, interviewent des auteurs  ou des invités sans avoir pris soin de s’informer sur le sujet, posent des questions qui n’ont aucune suite logique, lisent leurs notes, fassent de graves fautes de syntaxe et, parfois, posent des gestes à la limite de la vulgarité.

 

Il serait bon que, devant le nombre très élevé de plaintes provenant de simples citoyens et/ou  d’organisations, vous incitiez la SRC à prendre les mesures qui s’imposent afin que les auditeurs et les téléspectateurs la félicitent pour la qualité du travail de ses journalistes et de ses animateurs au lieu de la blâmer. Il faut que le téléspectateur de Saint-Thomas -Didyme, au fin fond du Lac St-Jean, qui s’informe en écoutant les nouvelles de Radio-Canada, puisse se faire une idée claire et impartiale de  la situation au Moyen-Orient et non qu’il soit désinformé et gagné aux idées politiques du reporter de Radio-Canada. 

 

 

Pour cela, en ce qui concerne la communauté juive, - et je parle en mon nom- permettez-moi, Madame Miville-Dechêne,  de vous exposer mon desiderata, lequel est partagé à n’en point douter par un grand nombre de mes concitoyens, toutes allégeances confondues.

 

Il  serait souhaitable

 

1. que les journalistes cessent de donner d’Israël une image déformée, des informations erronées –qu’ils exercent donc leur esprit critique et vérifient leurs sources avant de mettre en ondes - et quand ils parlent des affrontements, il serait bon qu’ils s’interrogent sur ceux qui les ont provoqués au lieu de désigner systématiquement Israël. Faute de quoi, ils inculquent à tous les auditeurs et téléspectateurs la haine d’Israël et, partant, de tous les Juifs. Rien d’étonnant alors si pour une grande partie de la population, les Juifs et Israël sont la principale cause d’insécurité dans le monde. Et même s’il est politiquement correct de calomnier ce pays, de le « démoniser » , voire de lui dénier le droit à l’existence, même si critiquer Israël ne fait courir aucun risque, ne pourriez-vous pas suggérer à notre radio de se démarquer, non pas en défendant ce pays ou en justifiant les actes de son armée, mais en fournissant simplement une information neutre car, en l’absence d’informations vraies et solides, même les gens intelligents en arrivent à croire des aberrations du type : « Ce sont les Américains et les Juifs qui ont comploté pour les attentats du 11 septembre ! » ?

 

2. que cessent les stéréotypes et les préjugés concernant les Juifs ou encore les figures de style qui dévalorisent l’État d’Israël et alimentent l’antisémitisme.

 

3. que les émissions concernant le conflit israélo-palestinien– ou tout autre sujet controversé d’ailleurs – servent à informer et non à désinformer, qu’elles ne présentent pas un seul point de vue  afin que les auditeurs et téléspectateurs puissent se forger leur propre opinion. Une télévision publique ne doit en aucun cas être une chaîne de propagande, or il semblerait que ce soit la voie qu’ait choisie Radio-Canada depuis un certain nombre d’années.

 

Qu’on y présente des films d’opinion,  qu’on donne la parole à des écrivains ou à des artistes engagés, tout cela  n’a rien de répréhensible en soi, à condition que, comme le veut la Loi sur la Radiodiffusion, les auditeurs et téléspectateurs soient « exposés à un éventail d’opinions divergentes sur des sujets  d’intérêt général ». Ce qui n’a point été fait dans le cas, entre autres , de l’Affaire Al-Doura ou encore des films Checkpoint et Diffamation signés du réalisateur israélien Yoav Shamir, très louangé par les Palestiniens . Que les invités, tout comme les réalisateurs des documentaires que présente Radio-Canada, soient très souvent, je dis bien « très souvent » pour ne pas dire presque toujours,  de gauche, donc anti-israéliens et ce même s’ils sont juifs et, de surcroît, israéliens, soit ! Mais alors, pour assurer un équilibre, il faut accorder à  des écrivains ou à des artistes de droite le même temps d’antenne.

 

En conclusion, Madame Miville-Dechêne, si vous avez à cœur la réputation de Radio-Canada, si vous voulez que cette radio recouvre son lustre d’antan et sa réputation d’impartialité qui la faisaient rayonner dans le monde, alors « il est grand temps que les choses changent ! » pour reprendre une phrase de ses journalistes .

 

 

Veuillez croire, Madame Miville-Dechêne, à l’expression de mes sentiments les plus respectueux et les plus dévoués.

 

Dora Marrache

Chroniqueuse à Radio-Shalom Montréal

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 06:31

 

Pallywood

 

 

Gaza - Comment fabrique t'on une photo, qui se transformera en outil de propagande

Par Aschkel

 

elderofziyon 

 

Pallywood en pleine croissance ! On tourne tous les jours à Palywood, pas le temps de chômer il faut bien dépenser l’argent de la Communauté Européenne pour fabriquer de nouveaux drames. Pensez donc des milliards de dollars affluent chaque année, un taux de croissance de 16% !

Nos réalisateurs de Palywood ne manquent pas d’imagination pour faire pleurer dans les chaumières européennes. Les voici en pleine action :

Les caméramans et les photographes (21 au total) entourent deux « palestiniens » participant à une reconstitution d’une frappe israélienne au cours d’un spectacle organisé par le ‘Hamas marquant le deuxième anniversaire de la « guerre de Gaza », le 6 janvier 2010 à Jebaliya au nord de la bande de Gaza.

Aschkel et Jean-Marc MOSKOWICZ


Les caméramans et les photographes entourent deux Palestiniens participant à une reconstitution d'une frappe israélienne au cours d'un spectacle organisé par le Hamas, marquant le deuxième anniversaire de la guerre entre Israël et Gaza, à Jebaliya, nord de la bande de Gaza, jeudi 6 janvier 2010. L'offensive de trois semaines a considérablement réduit le nombre de roquettes frapper Israël, mais a dévasté le territoire densément peuplé et pauvre palestinien et a suscité des critiques internationales.

Les caméramans et les photographes (21 au total) entourent deux "palestiniens" participant à une reconstitution d'une frappe israélienne au cours d'un spectacle organisé par le 'Hamas marquant le deuxième anniversaire de la "guerre de Gaza", le 6 janvier 2010 à Jebaliya au nord de la bande de Gaza.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 10:33

 

Contre les mensonges, diffamations, propagandes des "palestiniens" que faisons-nous en Europe ?

Par Aschkel

 

Avez-vous des suggestions ?

 

Voici un schéma issu de la propagande palestinienne qui encore une fois est absolument honteuse !

Sans être un grand expert...........

 

palversion.jpg
bilin+%25281%2529.jpg

 

 

 

 

 

>Des Palestiniens de nouveau pris en flagrant délit de diffamation? Action canadienne contre la désinformation

>La mort de la palestinienne à Bilin - Un Faux (hoax) palestinien - Conférence de presse des FDI sur la mort d'Abou Rahma -

>La palestinienne tuée à Bilin n'était pas à la manifestation, d'après son cousin, L'A.Palestinienne refuse catégoriquement de collaborer à l'enquête - Rumeur de crime d'honneur

>Bilin -Des menteurs au service de malfaiteurs !! Désinformation d'Euronews, du Monde/AFP et de Reuters - Comme d'hab !

 

Pour vous donner un petit aperçu voici une petite recherche google sur le sujet

תוצאות חיפוש

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... Une Palestinienne meurt étouffée par des gaz lacrymogènes israéliens ...inhalé des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre la ...
www.france24.com/.../20110101-israel-ramallah-palestinienne-morte-etouffee-gaz-lacrymogenes-mur-separation-conflit

 

Une Palestinienne succombe à des gaz lacrymogènes israéliens ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... Une Palestinienne succombe à des gaz lacrymogènes israéliens, retrouvez l'actualité Monde sur Le Point.
www.lepoint.fr/.../une-palestinienne-succombe-a-des-gaz-lacrymogenes-israeliens-01-01-2011-125911_24.php - עותק שמור

 

Une Palestinienne succombe à des gaz lacrymogènes israéliens ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... Elle est morte après avoir avoir inhalé des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre la barrière de séparation israélienne, ...
www.liberation.fr/.../01012311111-une-palestinienne-succombe-a-des-gaz-lacrymogenes-israeliens

Une Palestinienne succombe à des gaz lacrymogènes israéliens ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... Une Palestinienne est morte après avoir avoir inhalé des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation ...
www.lesechos.fr/.../afp_00310570-une-palestinienne-succombe-a-des-gaz-lacrymogenes-israeliens.htm

-israeliens - La ...

 - [ תרגם דף זה ]

BILIN (Territoires palestiniens) (AFP) — Une Palestinienne est morte après avoir inhalé desgaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre la barrière de ...
www.lapresse.tn/.../une-palestinienne-succombe-a-des-gaz-lacrymogenes-israeliens.html

1.   Deux civils palestiniens tués en 24 heures - Cisjordanie Israël ...

 - [ תרגם דף זה ]

2 janv. 2011 ... Une manifestante palestinienne de 36 ans est décédée après avoir inhalé des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation et un jeune homme a ...
info.france2.fr/.../mort-d-une-palestinienne-manifestation-a-tel-aviv-66607386.html -עותק שמור

2.   Deux civils palestiniens tués depuis samedi - Cisjordanie Israël ...

 - [ תרגם דף זה ]

Cette manifestante palestinienne avait perdu connaissance durant une ...
info.france2.fr/.../deux-civils-palestiniens-tues-depuis-samedi-66607386.html - עותק שמור

הצג תוצאות נוספות מ-france2.fr

3.   סרטוני וידאו עבור une palestinienne manifestante

 

 

Colère à Paris après le raid meurtrier de ...
10 דקות   - 1 יוני 2010
הועלה על-ידי   luxury1008
youtube.com

 

 

Manifestation à Bi'lin,Palestine le 24 avril ...
דקות   - 5 יוני 2009
dailymotion.com

4.   Une manifestante palestinienne décède, victime de lacrymogènes ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... Une Palestinienne qui manifestait la veille contre la construction par Israël d'un mur de sécurité le long de la Cisjordanie est décédée ...
fr.news.yahoo.com/.../twl-cisjordanie-manifestante-38cfb6d.html - צרפת - עותק שמור

5.   Une manifestante palestinienne décède, victime de lacrymogènes ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... Une manifestante palestinienne décède, victime de lacrymogènes. Une Palestinienne qui manifestait la veille contre la construction par ...
www.lexpress.fr/.../une-manifestante-palestinienne-decede-victime-de-lacrymogenes_949264.html?..

Polémique autour de la mort d'une manifestante palestinienne ...

 - [ תרגם דף זה ]

2 janv. 2011 ... La mort d'une Palestinienne après avoir inhalé des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre la barrière de séparation israélienne ...
www.ouest-france.fr/.../bretagne_detail_-Polemique-autour-de-la-mort-d-une-manifestante-palestinienne_6346-1640967_actu.Htm

Manifestation anti-mur: une Palestinienne succombe à des gaz ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... Le Monde.fr - Une Palestinienne hospitalisée vendredi après avoir inhalé des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre la barrière ...
www.lemonde.fr/.../manifestation-anti-mur-une-palestinienne-succombe-a-des-gaz-lacrymogenes_1460100_3218.html

1.   e décède, victime de lacrymogènes ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2016 ... Une manifestante palestinienne décède, victime de lacrymogènes - RAMALLAH, Cisjordanie - Une Palestinienne qui manifestait la veille contre ...
actualite.portail.free.fr/.../une-manifestante-palestinienne-decede-victime-de-lacrymogenes/ -עותק שמור

2.   Une manifestante palestinienne décède, victime de lacrymogènes ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... 01/01/11 RAMALLAH, Cisjordanie (Reuters) - Une Palestinienne qui manifestait la veille contre la construction par Israël d'un mur de ...
tempsreel.nouvelobs.com/.../une-manifestante-palestinienne-decede-victime-de-lacrymogenes.html

 succombe à ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... Une Palestinienne hospitalisée vendredi après avoir inhalé des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre la barrière israélienne en ...
www.france24.com/.../20110101-manifestation-anti-mur-une-palestinienne-succombe-a-gaz-lacrymogenes?..

1.   Une manifestante palestinienne décède, victime de lacrymogènes ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... RAMALLAH, Cisjordanie (Reuters) - Une Palestinienne qui manifestait la veille contre la construction par Israël d'un mur de sécurité le long ...
www.laprovence.com/.../une-manifestante-palestinienne-decede-victime-de-lacrymogenes -צרפת - עותק שמור

2.   Manifestation anti-mur: une Palestinienne succombe à des gaz ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... RAMALLAH (AFP) - Une Palestinienne hospitalisée vendredi après avoir inhalé des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation contre la barrière ...
www.zemzem.fr/.../3433-manifestation-anti-mur-une-palestinienne-succombe-a-des-gaz-lacrymogenes.html - עותק שמור

3.   RAMALLAH - Manifestation anti-mur: une Palestinienne succombe à ...

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... Retrouvez sur cette page toutes les informations, articles, billets, tendances, avis et contenus multimédias sur le buzz : RAMALLAH ...
www.wikio.fr/.../2011-01-01-ramallah---manifestation-anti-mur-palestinienne-lacrymogenes -עותק שמור

4.   Palestine: Mort d'une manifestante - Europe1.fr - International

 - [ תרגם דף זה ]

1 janv. 2011 ... International : Palestine: Mort d'une manifestante - - Europe1.fr.
www.europe1.fr/.../Palestine-Mort-d-une-manifestante-357033/

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 10:03

 

 

Des Palestiniens de nouveau pris en flagrant délit de diffamation?

Action canadienne contre la désinformation

 http://www.honestreporting.ca/news_article_name/53219palebiglie.aspx 

Traduit par Myriam OUIZEMANN

Pour aschkel.info et lessakele

 

Contre les mensonges, diffamations, propagandes des "palestiniens" que faisons-nous en Europe ? ICI

4/1/2011 Une manifestante palestinienne est-elle vraiment morte en absorbant du gaz lacrymogène ou est-ce encore un énorme mensonge?


Cher(e)  Abonné(e) à HonestReporting Canada,

Une manifestante palestinienne est-elle vraiment morte en absorbant du gaz lacrymogène ou est-ce encore un énorme mensonge?

 

Articles associés



Le 2 Janvier 2011, un certain nombre médias  de première  importance, y compris le New York Times, Washington Post, BBC, CNN, Reuters, AFP et The Independent, ont annoncé la mort d'une femme palestinienne,  Jawaher Abu Rahma, âgée de 36 ans, prétendument tuée en absorbant un gaz lacrymogène près du village de Bil'in, Judée-Samarie. Au Canada, près de douze moyens de communication comprenant: The Toronto Star, National Post, Globe and Mail.ca, Edmonton Journal, CTV News, CBC Radio, CFRA 580, 660 News, 680 News, INews 880, and Newstalk 1010 ont publié un reportage sur cette affaire.(liens des articles dans la presse anglophone On January 2, 2011, a number of mainstream media outlets, including the New York TimesWashington PostBBC,CNNReutersAFP and The Independent, reported on the death of a Palestinian woman, Jawaher Abu Rahma, 36, allegedly killed by inhaling tear gas during a protest against Israel's security barrier near the West Bank village of Bil'in. In Canada, close to a dozen media outlets including: The Toronto StarNational PostGlobe and Mail.ca,Edmonton Journal, CTV News (watch here), CBC Radio (listen here), CFRA 580 (listen here), 660 News (listen here), 680 News (listen here), INews 880 (listen here), and Newstalk 1010 (listen here) reported on this incident.)


 

Des questions ont émergé à ce moment, dont la moindre est de savoir comment est-il possible qu'un gaz lacrymogène non mortel du même type que ceux utilisés pour le contrôle des émeutes dans le monde a pu exercer une telle influence défavorable sur quelqu'un. Comme c'était à prévoir, cela n'a aucunement empêché la machine de la propagande palestinienne  de fabriquer des accusations selon lesquelles Israël a utilisé une certaine forme de fusil infâme.

Dans le cas qui nous occupe, l'armée israélienne a été accusée de mélanger du phosphore au gaz lacrymogène, bien qu'il soit évident que si cela avait été le cas, tous les manifestants de cette violente émeute auraient dû être affectés, et non pas seulement un seul.

Ces questions sont devenues d'autant plus vives à la suite d'une enquête de l'armée israélienne au sujet de l'affaire. Ainsi que l'explique YNet:

Selon des officiels de l'armée israélienne, Abu-Rahma n'a probablement pas participé à la manifestation en question.

Des sources connaissant le dossier affirment qu'à la différence de faits-divers semblables dans le passé, le rapport concernant les blessures d'Abu-Ra'hma est arrivé en retard et contenait des détails embarrassants.

Selon le rapport médical, nulle cause claire et nette de la mort n'était mentionnée, l'enterrement a eu lieu grâce à une procédure accélérée, et nulle autopsie n'a été réalisée.

L'information révèle également qu'Abu Rahma a été traitée avec une quantité inhabituelle de médicaments, utilisés en cas de traitement antipoison, surdose médicamenteuse, ou leucémie. De plus, le rapport de sa famille selon lequel elle a été "blessée par un gaz israélien" n'a pas été corroboré par une autre source. L'armée israélienne a aussi découvert que la défunte a été traitée récemment dans un hôpital palestinien, un fait qui n'a pas été mentionné dans les rapports médicaux.

Les Palestiniens mentiraient-ils? Ce ne serait pas la première fois que des morts de Palestiniens mises au compte de l'armée israélienne se sont avérées être, au mieux, une erreur, ou pire, de véritables diffamations.

 

Effectivement, aussi récemment qu'en avril 2010, une allégation selon laquelle l'armée israélienne aurait tué un garçon palestinien s'est avérée fausse quand le garçon a été retrouvé sain et sauf.

>De nombreuses agences de presse reprennent les infos sans les vérifier - Résurrection d'un Adolescent à Gaza

Nous avons enquêté sur la véracité des sources médicales palestiniennes aussi bien que sur le fait que les médias accordent leur crédit à des "témoins oculaires" palestiniens ou des porte-paroles qui se sont avérés être, au mieux, inexacts et dans certains cas, de véritables menteurs.

Est-ce un autre exemple de ce que David Harris de la AJC appelle "le préjugé confirmatif" – l'habitude de favoriser une information qui confirme ce que vous croyez, qu'elle soit vraie ou non, en ignorant le reste?  

 

Le "Syndrome de Ha'arets"

 

Israël possède une vibrante presse libre de haut esprit critique. L'affaire d'Abu Rahma  a été largement couverte par les médias israéliens et il y eut même des manifestations d'Israéliens protestant contre leur propre armée et leur propre gouvernement après la mort de la femme. C'est extrêmement rare qu'un fait négatif concernant Israël dans la presse internationale n'ait pas déjà été traité par la presse israélienne. La plupart de ces faits-divers négatifs relatés dans les pages des journalistes internationaux sont tout droit sortis du journal de choix – Ha'arets.

 

Les  dernières découvertes de l'armée israélienne ont fait les gros titres pendant quelque temps sur le site de Ha'arets tandis que l'affaire apparaissait en deuxième page de l'édition imprimée. Les journalistes internationaux sélectionneraient-ils les faits-divers du Ha'arets qui conviennent à leur agenda politique tandis qu'ils ignorent ceux qui ne leur conviennent pas?    

Ces moyens de communications qui ont publié un reportage sur l'affaire à ses débuts ont le devoir d'informer leurs lecteurs de ses derniers développements de peur que la mort d'Abu Rahma ne devienne une allégation parmi d'autres dans la longue liste d'allégations anti-israéliennes présentées comme des faits inattaquables employés dans la campagne de dé-légitimation d'Israël.



Comment pouvez-vous faire la différence

Jusqu'ici, seule l'AFP [de façon timide, a rappeler tout de même qu'il est bien beau de faire un reportage après coup sur les decouvertes des FDI on lance une information erronée à la base !]a trouvé bon de publier un reportage sur les découvertes de l'armée israélienne. Vous pouvez écrire à ces moyens de communication canadiens mentionnés ci-dessus et exiger que leurs journalistes qui ont encore à le faire, rendent compte de l'affaire et présentent un suivi des dernières informations. Voici une liste de contacts:  

Toronto Star: publiced@thestar.ca

Edmonton Journal: letters@thejournal.canwest.com

National Post: letters@nationalpost.com

Globe and Mail.ca: Anjali Kapoor, Managing Editor of Online News: apoor@globeandmail.com

CTV News: news@ctv.ca

CBC Radio: Online Feedback Form

CFRA 580: Steve Winogron, Program Director steve.winogron@chumottawa.com

NewsTalk 1010: news@newstalk1010.com

660 News: tips@660news.com

680 News: 680info@680news.com

INews 880: News@iNews880.com

A suivre

Et en Europe que faisons nous ? ICI

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 18:11

Ne vous indignez pas !

 

 

http://www.philippebilger.com/blog/2011/01/ne-vous-indignez-pas-.html

Qu'on se rassure : je ne suis pas atteint par le vertige des grandeurs. Je sais que je ne fais pas le poids en face de Stéphane Hessel, de son destin et de son parcours mais on a le droit tout de même de s'approcher de lui, avec respect certes mais sans complaisance. Rien de tel, pour démontrer la jeunesse de celui auquel on s'adresse, qu'une liberté même critique. C'est l'encens qui fait vieillir.

Trois euros. Trente pages. Un titre pour plaire à tous les humanistes en chambre et à ceux pour lesquels nous ne serions pas en démocratie. Le soutien inconditionnel de Mediapart. Des éloges médiatiques à foison. Et, pour couronner le tout, une invitation au Grand Journal de Canal Plus où on a vu celui qui formule l'injonction d'avoir à nous "indigner" s'acquoquiner avec la dérision contente d'elle et le progressisme superficiel et mondain. Il y avait quelque chose qui "jurait" dans le tableau ! Dans ces conditions, tout était réuni pour faire de ce petit livre un événement même s'il a dépassé les espérances les plus folles.

Stéphane Hessel nous propose le passé comme solution d'avenir.

Sa formidable existence plaide dans tous les cas pour lui, sinon pour sa cause. Né en 1917, il est devenu une figure incontournable de nos débats républicains. Toujours présent quand il s'agit de dénigrer doucement la France d'aujourd'hui, il nous invite à nous retourner pour considérer le paradis perdu de 1945 et suscite l'enthousiasme de ceux qui ne pouvaient rêver d'avoir avec eux un opposant au sarkozysme plus urbain et apparemment tolérant. Son étincelante alacrité intellectuelle, alliée à la lumière tendre et souriante de ses yeux, fait des ravages. Sa personnalité de magnifique vieillard "enfonce" toutes nos vedettes de l'instant, "jetables" et sans charisme. Stéphane Hessel fait couler du velours dans nos oreilles. On a envie de l'approuver rien qu'à le voir, à l'entendre. Je ne suis même pas sûr qu'on l'écoute véritablement. Sa personnalité dépasse de cent coudées sa pensée engagée, partisane, enrobée dans la soie de sa gentillesse superficielle. On est bouche bée devant lui comme devant un beau, un éternel spectacle qui se suffit à lui-même. Il mord mais avec délicatesse. Personne n'oserait le traiter de passéiste, de nostalgique touchant mais déphasé. Stéphane Hessel est un humain dont une certaine idéologie a besoin : elle le sort quand il convient et il fait mouche, il fait passer, sous la rose, les épines injustes et partiales.

Mais le lire, c'est autre chose. On est tout seul face à ces quelques pages et la séduction de son être n'est plus là pour nous faire oublier ce qu'il dit. Le lire, c'est devoir tristement constater que la balance est faussée, que l'outrance est parfois civilisée et les approximations favorablement accueillies. Qui aurait osé soutenir, avec un tel aplomb, s'il n'avait pas d'emblée bénéficié d'un quitus, la cause palestinienne, attaquer avec une telle constance la politique d'Israël ? Qui aurait pu se permettre avec une telle démagogie de vitupérer la dictature des marchés financiers et les écarts de richesse grandissants ? Qui aurait eu le front de s'en prendre ainsi à la politique gouvernementale à l'encontre des sans papiers et des Roms en feignant de négliger que les mesures incriminées avaient été prises dans un espace démocratique et que celui-ci donnait une toute autre tonalité à l'odieux dénoncé unilatéralement par Stéphane Hessel ? Qui aurait accusé le Pouvoir, avec si peu de nuance et d'équilibre, d'avoir "bradé" les acquis sociaux de la Résistance comme les retraites ou la sécurité sociale (lexpress.fr) ?

Au fond, cet homme sur lequel se seraient concentrées les vertus de vérité, de justice et d'équité n'est pas aussi exemplaire, aujourd'hui, qu'il l'était hier dans les épreuves et les honneurs qu'il a connus. Il a décidé de gommer toute une part de la réalité. Il s'épargne les embarras du choix et de la conscience en félicitant, par exemple, les Palestiniens d'avoir sauvegardé les droits des enfants à Gaza alors qu'ils s'en servaient parfois comme boucliers. Il est commode et facile de jouer au "juste" quand on ne tient jamais les deux bouts de la chaîne et qu'on a décidé, au nom de son camp, de n'appréhender l'Histoire et les drames du monde qu'avec un regard délibérement mutilé. S'il faut choisir, je préfère mille fois les affres d'un Finkielkraut aux suavités partisanes d'un Stéphane Hessel. L'un prend en charge le tout pour penser quand l'autre n'en saisit qu'une partie pour militer.

Stéphane Hessel nous ordonne de nous indigner comme si nous étions sortis de la République et que nous n'ayons plus à notre disposition que la démesure, l'invective et les procès expéditifs. C'est sur quoi achoppent toutes les protestations de l'extrémisme, quel qu'il soit. Nous ne sommes pas obligés de nous jouer en permanence "la démocratie en danger" ou, pire, "la démocratie disparue". Il est ridicule de vouloir contraindre les citoyens à devenir les figurants d'une dictature fantasmée. C'est parce que cette représentation perverse  s'insinue peu à peu dans les esprits qu'on justifie les excès qu'elle suscite.

Résister ? Mais à quoi ? S'indigner ? Au contraire, ne pas s'indigner toujours, pour n'importe quoi. Croire que le réel pour être maîtrisé ou dénoncé a besoin sans cesse de la flamme désordonnée de contestations jusqu'au boutistes serait une grave erreur. L'indignation comme dernier recours, soit. A force de s'en servir comme d'un mode normal d'expression, on va la banaliser, la domestiquer. Gardons-là pour les bonnes causes, les grands moments décisifs. Ne nous trompons pas de régime. En France, on peut s'indigner autant qu'on veut. Avec un petit livre, on réussit même le tour de force de persuader que le tocsin sonne et que la patrie est en danger. Il est urgent de refroidir les délires.

Ne vous indignez pas ! 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 04:34

 

 

La mort de la palestinienne à Bilin - Un Faux (hoax) palestinien -

 

articles associés

 

La palestinienne tuée à Bilin n'était pas à la manifestation, d'après son cousin, L'A.Palestinienne refuse catégoriquement de collaborer à l'enquête - Rumeur de crime d'honneur

>Bilin -Des menteurs au service de malfaiteurs !! Désinformation d'Euronews, du Monde/AFP et de Reuters - Comme d'hab !


Adapté par Aschkel Pour aschkel.info et lessakele

 

Conférence de presse des FDI sur la mort d'Abou Rahma -


elderofziyon, Israel Matzav , The Muqata,  initial Israeli news reports.

צה"ל: המפגינה מבלעין מתה מסרטן ולא משאיפת גז מדמיע שירה צה"ל
20:32 03.01.2011
בצה"ל טוענים כי מות המפגינה, ג'והאר אבו רחמא, בבלעין היה מפוברק. תחקיר צה"ל, שבוצע בעקבות טענות הפלסטינים שהיא מתה משאיפת גז מדמיע שירה צה"ל בבלעין בסוף השבוע, קובע כי היא כלל לא הייתה בהפגנה. ככל הנראה אבו רחמא מתה מסרטן הריאות או סרטן הדם. עוד קובע התחקיר, כי הפלסטינית אושפזה במשך עשרה ימים בבית החולים ברמאללה לפני שמתה ושמדובר בפרשה חדשה שנועדה ליצור דה לגיטימציה לישראל

FDI: Nous avons des raisons de croire que la mort de Rahma il y a deux 2 jours a été causé par une autre raison de ce que les Palestiniens revendiquent (inhalation de gaz lacrymogènes). 


Faits: les document du laboratoire Abu est daté du vendredi à 14 heures 45. 
Son temps d'admission aux urgences dans le même hôpital de Ramallah est daté de 15 heures 20. 

Des analyses a laboratoire de l'Hôpital  se fait habituellement après votre arrivée à l'hôpital, pas avant votre arrivée. 

Il n'y a pas de rapport admission à l'hôpital de Ramallah, aucun rapport de synthèse , et pas de dossiers d'hospitalisation de cette femme. 

Est indiqué comme cause de la mort d'Abu Rahma sur le certificat officiel de décès de l'hôpital de Ramallah  comme suit  mot pour mot): 


Cause de la mort "L'inhalation de gaz d'un soldat israélien selon les dires de la famille" 

Le dossier médical est basé sur les allégations de la famille. 

Nous savons que cette femme a visité le même hôpital il ya 10 jours et de nombreuses autres fois au cours du mois passé. Lorsque nous avons examiné le médicament qu'elle prenait - il était prescris pour un cancer. 

Nous n'avons jamais entendu parler de quelqu'un mourir de l'inhalation de gaz lacrymogène (5 ans d'expérience avec ce même gaz lacrymogène). Il y avait des centaines d'autres émeutiers à cet emplacement en plein air  en plein jour et pourtant elle était la seule »qui aurait été« touchée par les gaz. 

Les palestiniens affirment qu'elle a participé à des émeutes  les 5 dernières années et que son frère est le leader des émeutes hebdomadaires de Bil'in. 

Cependant, il n'ya pas de photos de cette femme participant à cette émeute ou une émeute au cours des 5 dernières années, et ces émeutes se produisent sur une base hebdomadaire et sont abondamment photographiées et fortement documentées. 

Nous avons vu les photos des émeutiers - et pour cette fois, aucune photo de cette femme. 

Nous croyons qu'il ya de nombreuses questions non résolues - et nos hypothèses sont les suivantes: 

1. Abu Rahma n'a pas pas participé à la manifestation 
2. Abu Rahma est décédée à son domicile 
3. Abu Rahma était atteinte d'une grave maladie  chronique 

En outre, l'armée israélienne achète ce gaz lacrymogène (de dispersion) à l'étranger - cette méthode et ce gaz non létal anti-émeute sont utilisés par toutes les forces anti-émeutes dans le monde occidental- 


Tsahal a entendu parler de la théorie du meurtre d'honneur, qui dit qu' Abu Rahma aurait été poignardé à mort parce qu' enceinte et donc victime d'un "crime d'honneur», mais les FDI  ne peuvent pas confirmer cette information et préférent parler comme de la maladie chronique comme cause de la mort.

 


La Haute Cour israélienne a statué que l'armée doit modifier le tracé de la barrière de sécurité pour aller à l'extérieur de Bil'in, acceptant ainsi les revendications palestiniennes. La nouvelle clôture est en construction et devrait être achevée dans quelques mois. L'armée israélienne va supprimer l'ancienne clôture une fois la nouvelle achevée - donc les émeutes actuelles n(ont aucun lieu d'être et relèvent toutes de la propagande.

Le frère de Rahma, a été le principal chef de file des émeutes - donc nous nous attendions à ce que sa sœur soit a ses cotés  - mais il n'y a pas de documentation révélant sa présence dans l'une des émeutes au cours des 5 dernières années, ou celle-ci en particulier. 

Enfin, les rapports de la presse palestinienne est qu'une personne a été légèrement blessée dans l'émeute, et libérée de l'hôpital de Ramallah pour rejoindre son  domicile, une heure après son admission. Les rapports ont été modifiés par la suite indiquant que deux personnes au total ont été légèrement blessés et libérés après une heure. 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 05:56

 

La palestinienne tuée à Bilin n'était pas à la manifestation, d'après son cousin, L'A.Palestinienne refuse catégoriquement de collaborer à l'enquête - Rumeur de crime d'honneur uilisée à des fins de propagande.

 

Les vautours de la presse se sont jeté hier sur cette affaire nous en parlions

 

>Bilin -Des menteurs au service de malfaiteurs !! Désinformation d'Euronews, du Monde/AFP et de Reuters - Comme d'hab !

 

elderofziyon

 Adapté par Aschkel Pour aschkel.info et lessakele

L'Autorité palestinienne a rejeté samedi une offre de l' IDF afin enquêter conjointement sur la mort d'une femme palestinienne ayant participé à une manifestation contre la barrière de sécurité dans son village de "Cisjordanie" de Bil'in. Les forces de sécurité sur les lieux ont lancé des gaz lacrymogènes sur la foule dans laquelle Jawaher Abu Rahma, 36 ans, se trouvait  vendredi. 

Rahma est décédé samedi matin, prétendument en raison de complications après avoir inhalé des gaz lacrymogènes. Son corps a été enveloppé dans un drapeau palestinien, tenu en l'air sur une civière et transporté au cimetière de Bil'in. 

Mahmoud Abbas a appelé la famille de Rahma pour exprimer ses condoléances. 

"Ce nouveau crime israélien s'inscrit dans le cadre d'une série de crimes perpétrés par l'armée de l'occupation contre notre nation sans défense." a t'-il dit

le Chef de l'OLP Saeb Erekat, négociateur en chef a déclaré que le meurtre d'Abou Rahma est un «crime de guerre." 

"Nous condamnons ce crime odieux commis par l'armée israélienne contre les participants à une manifestation pacifique", a déclaré Erekat.

l'Autorité palestinienne a rejeté une demande de Tsahal de consultation du dossier médical d' Abou Rahma afin de pouvoir déterminer la cause exacte du décès. Elle a également rejeté une demande des FDI à créer une commission d'enquête mixte avec l'Autorité palestinienne, enquêtes qui ont eu lieu parfois dans le passé suite à des incidents similaires. 

"Cela soulève des soupçons sur ce qui s'est réellement passé»,a déclaré une source de l'armée. 

Le commandement central précise qu'après que la manifestation ait été dispersée, les FDI ont reçu un rapport des Palestiniens que deux activistes ont été traités pour inhalation de gaz lacrymogène. Les sources ont indiqué que les FDI avaient tiré des gaz lacrymogènes pour disperser une manifestation violente. 

Le vendredi soir, les FDI ont appris que les deux Palestiniens avaient reçus l'autorisation de rentrer à leurs domiciles , puis le samedi matin ils ont reçu un rapport que l'un d'entre eux était décédé.
Maintenant, parlons de quelqu'un qui prétend connaître la cause de la mort de la manifestante causée par des gaz  lacrymogènes: 
Jonathan Pollak, un porte-parole du Comité populaire coordination de la lutte, a déclaré que Rahma a été prise de la manifestation vers un hôpital de Ramallah, où les médecins ont travaillé pour lui sauver sa vie. 

Elle était inconsciente quand elle est arrivée et elle n'a jamais repris conscience, a déclaré Pollak. Rahma souffrait d'asphyxie grave causée par les gaz lacrymogènes, at-il dit. Elle avait du poison dans son corps qui était le même ingrédient actif que celui du  gaz lacrymogène, at-il ajouté.
Pourquoi, exactement, un porte-parole du Comité populaire coordination de la lutte a vu le dossier médical de Rahma, lorsque l'armée israélienne ne le peut pas? 
Pollak a déclaré que la manifestation de vendredi a été particulièrement importante parce qu'elle était la dernière de l'année.Salam Fayyad était au commencement de la manifestation avec les manifestants au départ du rallye, mais ensuite a quitté Bil'in. 

Après son départ, les FDI ont tiré  un "nombre inhabituel de gaz lacrymogène" lors de la manifestation, toujours selon les déclarations de Pollak. "Ils l'ont fait pour disperser la manifestation," qui était "complètement pacifique,dit-il.
Voici une photo  de ce "tout à fait pacifique" de démonstration: 
Alors maintenant, nous savons que Pollak est un menteur et quelque chose de grave se cache derrière cet incident
La question est, qu'est-ce que c'est ? 

Il existe une rumeur qui circule myrightword cite une source anonyme: 
Cette information n'est pas confirmée mais, Jawaher Abu Rahma de Bil'in aurait été effectivement tuée dans un crime d'honneur parce qu'elle était enceinte (poignardé dans le dos) 

Aucun détail de confirmation de cette source pour le moment. Mais nous pouvons croire autant a cette source qu'aux rapports déjà contradictoires palestiniens qui ne peuvent pas décider de l'endroit ou elle est morte  (à la maison ou à l'hôpital).

Cela expliquerait pourquoi l'Autorité palestinienne refuse de procéder à une enquête conjointe avec l'armée israélienne - ce qui s'est toujours fait pourtant dans le passé sans obstruction notable. Le fait qu'ils utilisent la mort de Rahma à des fins de propagande si rapidement, c'est encore un autre carton rouge, faits dont ils sont trop souvent coutumiers, comme les histoires incompatibles proposées par l'AP depuis des années. (une vidéo montre une femme manifestante blessée, toujours consciente.) 

Le frère de Rahma  avait été tué lors d'une manifestation similaire à Bil'in deux ans auparavant.

Si elle était effectivement enceinte, ce devait être un très grand souci pour elle car elle était le symbole de quelque chose de honteux pour l'honneur de la famille. 

Cette histoire cache beaucoup de choses et a besoin d'être eclaircie ce que l'AP refuse catégoriquement et peut-être utilisée par les palestiniens pour leur propagande haineuse.

UPDATE: Une autre version de l'histoire, proposée par Abu le cousin de Rahma lsur Facebook Hamde Abu : 

La mort de Jawaher Abu Rahma a été signalée dans l'après-midi dans le 1/1/11, le premier jour de la nouvelle année. La cause principale du décès était la suffocation par des produits chimiques et mélange de gaz ... avec du phosphore (lancés par les Forces de défense israéliennes sur les manifestants lors d'une manifestation vendredi ) selon le médecin qui a assisté à sa mort.Jawaher n'était pas présente lors de la manifestation. Elle était dans sa maison, à environ 500 mètres de l'endroit où les bonbonnes de gaz ont atterri, gaz poussés sur le village par le vent. Les produits chimiques ont empoisonné  ses poumons, qui a causé la suffocation et l'arrêt du cœur, conduisant à sa mort après que l'on ait  lutté pour la maintenir en vie pendant une nuit à l'hôpital de Ramallah.
Elle n'était même pas à la manifestation, et les gaz lacrymogènes (mélangé avec du phosphore, naturellement!) A réussi à la tuer à 500 mètres, alors que personne d'autre n'a été blessé???? 

Plus que curieux!
Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories