Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 12:48

 

 

Eurabia.jpg

 

 

Mais où est donc le maire de Malmoe qui suintait l'antisémitisme, ....

C'est là que se vérifie l'adage - Coube l'echine devant un musulman pour t'en faire un ami, il te traitera comme un faible et un ennemi

 

 

 

 

Suède : des émeutes et violences à Malmo visent la police

C'est la 3nuit de violences aux allures de guerre civile à Malmo, la ville la plus islamisée de Suède :

via Snaphanen.dk 

postedeveille.

 

lire aussi

 

Exode des juifs de Malmöe

Le Centre S.Wiesenthal au Prix du Meilleur Maire : "Les propos antisémites du maire de Malmö devrait disqualifier sa candidature pour le prix 2010"

Suède – Le maire de Malmö: le sionisme est équivalent au racisme

Vidéo - Adieu la Suède par Pat Condell

 

________________________________________

De nouvelles émeutes ont éclaté dans le quartier Rosengård de Malmö au cours des derniers jours.

Personne n'a été blessé lors des troubles de lundi, mais Oscar Persson, photographe pour le journalKvällsposten, a rapporté qu'il y avait beaucoup d'explosions et de pétards et que plusieurs voitures ont failli être atteintes. La situation était chaotique et les gens se sont réfugiés dans les entrées d'immeubles ou ont fui par les rues transversales.

Calle Persson, porte-parole de la police de Skane, dit qu’on ne peut plus parler de frasques d’adolescents, et que des adultes sont derrière les attaques. Une quinzaine de jeunes se sont rassemblés pour la troisième nuit cette semaine pour affronter la police. La police a indiqué que les attaques – jets de pierres, pétards, cocktails Molotov et voitures incendiées, étaient dirigées contre elle.

La police est venue en force. Une douzaine de patrouilles avec des chiens ont été appelées et ont affronté les émeutiers. Certains émeutiers ont reculé et se sont  dispersés dans les rues et les immeubles, mais d'autres sont restés et la police a passé la nuit à rechercher une douzaine d’entre eux. La plupart étaient des hommes de 25 à 30 ans, aucun n’avait moins de 17 ans. Selon Calle Persson, le problème ne peut être abordé en passant par les écoles, les parents et les services sociaux, car il s’agit d’hommes adultes. [...]

Source: KVPpolice (Suédois) via Islam in Europe

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 07:52

 

Eurabia.jpg

 

 

 

A surveiller de près !

 

 

Rivalité entre Syrie et Arabie saoudite à l’Institut du monde arabe de Paris

L’Institut du monde arabe à Paris se prépare à choisir dans les premières semaines son nouveau directeur général. Deux candidats s’affrontent : un Syrien et une Saoudienne. L’avenir de cette prestigieuse institution est en jeu.

MEt Paris, Damas, Le Caire – C’est la première fois que le changement de directeur mobilise aussi bien la parties française que la partie arabe. La coutume veut que le président, qui est français, soit désigné par l’Elysée, et que le directeur, qui est arabe, soit proposé par les pays arabes représentés par leurs ambassades. Ensuite, le choix est entériné par le conseil d’administration, composé pour moitié de représentants de la partie française, et pour moitié d’ambassadeurs arabes.

Mais comment s’entendre sur un candidat quand on est vingt-deux pays arabes ? Un membre du conseil d’administration assure qu’il n’y a jamais eu de problème, un consensus s’étant toujours dégagé avant la séance de vote du conseil. Il ajoute en hochant la tête : « Mais jusque-là ; les représentants arabes ne se sont entendus que sur les pires candidats ! » Allusion à l’actuel directeur général, l’Algérien Taleb Ben-Diab, qui termine son mandat dans deux mois sans avoir à son bilan une seule réalisation, occupé qu’il était à faire la sieste et à jouer aux mots croisés, comme l’a révélé Libé il y a quelque temps.

Situation inédite :

Autre nouveauté : les deux candidats sont des cadres de l’IMA, travaillant au sein de cet organisme depuis son ouverture. Ils connaissent les règles de fonctionnement des institutions françaises. La Saoudienne Mona Khazindar, la cinquantaine, a une formation mixte en anglais et en français, en plus de l’arabe. Elle est en charge de la collection d’art contemporain de l’IMA. Elle a été commissaire de nombreuses expositions dont celle, récente, de l’art palestinien qui fut très appréciée. Ses atouts : une compétence certaine dans le domaine de l’art contemporain, très prisé dans les pays du Golfe ; des relations de confiance avec les conservateurs de grands musées, et surtout avec les artistes et les intellectuels. Sa présence à la direction de l’IMA permettra de réconcilier cette institution avec les pays du Golfe, et de donner à l’Arabie saoudite un visage moderne et dynamique.

Le candidat du président

B. Arodaki, bientôt septuagénaire, est décrit par d’anciens collègues comme « l’homme du président », de tous les présidents. Il aura réussi à se mettre, sans état d’âme, au service de tous ceux qui se sont succédé à la tête de l’IMA,. D’après un ancien cadre, ses débuts ont été désastreux dans le secteur culturel, dont il a été vite écarté après avoir fâché l’IMA avec tous les intellectuels de Paris. Il a eu alors l’intelligence de passer à la gestion en accumulant de proche en proche les fonctions de libraire, d’animateur, de gestionnaire d’expositions, de contrôleur du restaurant, etc. On comprend que l’actuel président, Dominique Baudis, l’apprécie particulièrement, au point de se mettre en campagne en sa faveur. Il aurait cherché un soutien à l’Elysée, auprès de M. Guéant, le conseiller diplomatique de Sarkozy, toujours heureux de plaire à la Syrie, comme on l’a vu dans le dossier libanais. Mme Baudis, qui est très présente dans la vie de l’IMA, a confié récemment à une amie : « Cest un boulet au pied, mais il n’hésite jamais à vous rendre service ! »

Alors que la candidature de Mme Khazindar inscrite dans un décret royal a le soutien des pays du Golfe, celle de M. Arodaki est entourée de mystère. Elle aurait été décidée au début de l’été dernier pendant une visite de Dominique Baudis à Damas en compagnie de M. Arodaki. Contrepartie : la promesse d’une grande exposition et de nombreuses manifestations syriennes.

Est-ce tout ? Pourquoi la Syrie qui ne manque pas de brillants francophones diplômés des universités françaises a-t-elle choisi un expatrié de longue date ? Et surtout comment le régime syrien si paranoïaque se fie-t-il à un personnage ambigu, qui se faisait passer pour un opposant ? Le correspondant de MEt à Damas a cherché en savoir plus, mais il s’est heurté à une fin de non recevoir : « C’est le domaine réservé. N’insistez pas », lui a-t-on dit.

middleeasttransparent

Syrie : soutenu par Paris, Damas engage la bataille pour la présidence de l’Institut du Monde Arabe contre l’Arabie saoudite
jeudi 20 janvier 2011 - 17h25
Logo MédiArabe.Info

Le candidat de la Syrie à la direction générale de l’Institut du Monde Arabe à Paris (IMA), Badreddine Arodaky, aurait les faveurs des Français face à Mona Khazandar, la candidature de l’Arabie saoudite, des pays du Golfe et des autres pays arabes membres du conseil d’administration de l’IMA (22 au total). En effet, selon le site « Middle East Transparent », la Syrie aurait obtenu le soutien du président de l’IMA Dominique Baudis, qui a effectué un voyage à Damas l’été dernier, et celui du secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant. Selon « Middle East Transparent », Arodaky est un agent des renseignements syriens très proche du président Assad.

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 08:27

 

Chantage et menace britannique d'isolement d'Israël - Toujours perfide l'Albion !!!! 

 

Par  Yéochoua SULTAN

Pour le ministre anglais des Affaires du Moyen-Orient, Alistair Burt, il serait de l’intérêt d’Israël de reprendre au plus vite les pourparlers avec le Fatah de Mahmoud Abbas, sans quoi l’Europe pourrait prendre des mesures d’isolement à son encontre: «Il faut s’inquiéter d’un indéniable isolement, qui va en s’aggravant (…) Si les pourparlers politiques ne reprennent pas, Israël sera isolé également sur la scène européenne», a déclaré l’homme politique britannique. Il doit rencontrer le vice ministre des Affaires étrangères, Danny Ayalon, et d’autres personnalités israéliennes haut placées. Interrogé sur les nouveaux développements dus aux dernières déclarations d’Ehoud Barak, concernant la formation d’un nouveau parti, il a répondu que la politique intérieure d’Israël n’avait pas d’importance: «Je ne pense pas que les développements politiques en Israël auront une incidence majeure. Nous poursuivons encore notre appel aux deux parties pour se rasseoir à la table des négociations.»

En outre, les relations entre la communauté juive anglaise et le pouvoir local se font plus tendues. Ses membres protestent contre l’insécurité grandissante due à l’antisémitisme de certaines populations présentes sur le sol anglais. De plus, le journal communautaire, le Jewish Chronicle, a rapporté que l’Angleterre cachait des informations importantes qui pourraient aider à retrouver les soldats israéliens disparus pendant la Première guerre du Liban, Zekharia Berman, Yéhouda Katz et Tzwi Feldman. Le diplomate britannique dément le propos de l’article du journal anglais: «Je tiens à affirmer de la manière la plus claire possible que nous n’avons aucune information concernant les soldats israéliens disparus. Nous détenions certes un document, mais il ne présentait aucune piste qui aurait permis de trouver les soldats. Nous n’avons aucun intérêt à cacher des informations concernant des soldats disparus, et nous faisons pression sur le Hamas afin qu’il libère Guilad Shalit. Nous sommes très préoccupés par le sort des soldats disparus en général, et nous n’aurions pas caché des informations si nous en avions.»


 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 13:24

 

 

Un sympatisant du 'Hamas au congrès du Front National 

 

Que du beau monde !

 


Banniere Freres musulmans

 

      

 

 

Merci à infos-bordeaux et Nesher pour l'alerte

Camel-Bechikh-copie-1.JPGCe weekend avait lieu à Tours le congrès du Front national, qui a consacré la victoire de Marine Le Pen face à Bruno Gollnisch. Plusieurs milliers de personnes étaient présentes, et parmi celles-ci, un des proches de l'imam de Bordeaux !

Détenteur d'une accréditation presse pour le bimensuel "Flash" (décrit par le spécialiste Jean-Yves Camus comme "l'organe de l'extrême droite altermondialiste"), Camel Bechikh (photo) n'est pas un inconnu. Proche de Tareq Oubrou, il est responsable des relations publiques du CBSP (Centre de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens), association proche des islamistes de l'UOIF (proche des frères musulmans )Proche des frères musulmans), qui est placée sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada et des Etats-Unis ( ces pays lui reprochant de financer le Hamas) !


Responsable des scouts musulmans de France en Aquitaine, il est la cheville ouvrière de la conférence qui avait réunie à Bordeaux, Alain Soral (ancien membre du comité central du Front national) et l'imam Tareq Oubrou en avril 2009. L'hypothétique grande mosquée de Bordeaux, qu'Alain Juppé souhaite imposer aux bordelais, sera t-elle dirigée par de tels hommes, avec qui le maire de Bordeaux déclare "avoir d'excellentes relations" ?

 

Camel-Bechikh-et-Abel-Mestre.JPG

Camel Bechikh avec le journaliste Abel Mestre

(Merci à Mathieu, un de nos lecteurs présent au congrès)

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 12:02

 

Merci Gabriel pour l'envoi de ce texte !

 

 

 

FRANCE - NOTRE POLITIQUE ETRANGERE EST DANGEREUSE. -  

Gabriel Lévy  (propos libres).

Pour aschkel.info et lessakele

 


17 janvier 2011

 

Trois faits récents doivent attirer notre attention :

 

1°) La France livrera en février 100 missiles anti-char à « l’armée libanaise ». 

 

Des députés (MM. Mallié et Goasguen) s’en sont inquiétés auprès du ministre de la défense, sans attendre le probable coup d’état qui suivra les réquisitions du procureur du tribunal spécial pour le Liban (TSL) dans les prochains jours. Ils lui demandent « s'il est raisonnable de livrer ces 100 missiles anti-char à l'armée libanaise, lorsque l'on connaît le danger que représente le Hezbollah ».

 

« Raisonnable » ! Quels chars doivent-ils être visés ?  Pour notre gouvernement : « Un tel air de faux-cul, c’est presque de la franchise ! »

 

Articles à ce sujet et pétition >Question du Député Mallié au gouvernement français dans le journal Officiel concernant les missiles à livrer au Liban

>La France va offrir au Liban ('Hezbollah) 100 missiles anti-char "HOT"

 

2°) L'abstention française le 23 décembre 2010 dans le vote de l'assemblée générale de l'ONU sur la tenue d'une nouvelle conférence de suivi, dite Durban 3, en septembre 2011.

 

« Un tel air …», refrain déjà cité, quand nous nous rappellerons que le traité de Lisbonne a été conçu « pour que l’Europe parle d’une même voix », qu’elle s’est dotée, à grands frais, d’une ministre spécifique des affaires étrangères et de 5.000 diplomates, alors qu’à l’ONU, au sujet de cette résolution, la moitié des 27 pays européens a voté contre, et l’autre moitié s’est abstenue.

A quel groupe, la France s’est-elle associée ?

 

Vous connaissez la réponse.!!!

 

Articles à ce sujet en cliquant sur la bannière

 

Durban-III-copie-1.jpg

 

3°) La France découvre que vivent sur son territoire 600.000 tunisiens

 

et que ses amitiés passées avec un despote ne sont plus convenables.

 

Que compte-t-elle faire désormais, compte tenu du fait que peu de pays sont des démocraties, qu’aucun pays arabo-musulman ne remplit ces conditions, que plus de 100 pays qui participent aux décisions de l’ONU,  dirigent en définitive notre diplomatie à « la disposition de l’évènement » ?

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 22:33

 

 

 


En gage de combats communs, à nos amis de Riposte Laïque, au sujet de Marine Le Pen

lundi 10 janvier 2011, par Marc Brzustowski

ripostelaique


Un débat franc et direct s’est engagé avec Pierre Cassen, par l’entremise de plusieurs amis communs, Bonapartine, Alain Rubin, qui collaborent avec nous, dans la blogosphère (lessakele, aschkel.info , interviews de P. Karsenty, Bat Ye Or, Emmanuel Navon …). Le thème en est : - la capitalisation du succès des Assises sur l’Islamisation à l’échelle européenne et les risques de captation du thème par la nouvelle égérie (Marine Le Pen) d’un parti populiste né dans les années 70 (le FN), dont l’héritage serait en voie de transmission et de transformation, d’après ce qu’en dit la chronique.


Un média suscitant l’adversité, Riposte Laïque, a popularisé une séquence choquante de la dé-laïcisation de l’espace public français (vidéos de Maxime Lépante) : les prières de rue dans le XVIIIè, à Paris, puis dans des dizaines d’autres quartiers de grandes villes de France. A tel point que, n’y tenant plus de cacher ces derrières religieusement exhibés à la face de Marianne, un beau matin, le discours politique s’empara de l’obscénité, au regard des codes élémentaires du « vivre-ensemble » (comme disent nos chers sociologues fondus à la théologie de l’excuse permanente).


Le second problème, qui ricoche du premier, n’est pas tant que ce soit la prétendante aux primaires du Front National, Marine Le Pen, qui s’y colle la première. C’est aussi que les gorges déployées de toutes les bonnes âmes qui guident le débat public en France se lèvent comme un seul pour enterrer le « scandale » sous un plus grand encore, à leurs yeux, sur l’air de : « la bête immonde est revenue ! ».


Quand je parle de « captation », en effet, c’est que j’entends bien que le débat appartienne, d’abord, à la sphère de la prise de conscience citoyenne, chacun votant en conformité avec lui-même. Et, deuxièmement, que le débat engagé est trans-partisan, multiconfessionnel et laïc. Un sondage IFOP, publié pas plus tard qu’hier dans (excusez du peu) Le Monde, repris par Le Figaro, vient illustrer ce que j’énonce : L’islam inspire la crainte en France comme en Allemagne.


40% d’Allemands et de Français considèrent que l’Islam représente une menace. Personne ne me fera croire qu’il y a 40% d’électeurs potentiels du Front en France ET en Allemagne (ou alors il faut libérer l’Alsace et la Lorraine). Rien n’empêche à ce parti d’essayer d’en tirer force politique et argumentaire, ou aux autres de se tromper définitivement de combat, en ce qui s’exprime et remonte du peuple (avec toutes les réserves scientifiques à propos de la technique).


Ce qui est sûr est que « l’indignation » sélective, suite au discours à Lyon, du 10/12/10 est réduite à peau de chagrin, nulle et non avenue. Aussi, ce coup de sonde fait-il une radioscopie de tout le spectre et rend, à tout le moins, la question en soi, légitime. C’est le premier point. Un avenant est encore de démontrer que la question est « européenne » -chez les deux principales locomotives de l’Union- et fait fi des frontières, ce qui est le point commun, plutôt avec les Assises qu’avec les Primaires et le lancement de la Présidentielle hexagonale.


D’autre part, qu’un point de programme de ce parti vient à rebours de ce diagnostic partagé : la prétendue « sortie de l’Europe ». On y entre, au contraire, sur le mode réticulaire, mais avec toutes les précautions et réserves qui s’imposent en matière de contrôle, d’identité, de culture… Il ne faut pas, là encore, se tromper de combat et identifier l’entrisme islamiste au symptôme mortel de la « mondialisation économique », même s’il en est bien un avatar.


Jusqu’à un certain point, on a pu croire que cette conscientisation reste doublement empêchée :


- par le discours bien-pensant régnant en maître au sein des courants et des partis ;

- par le mode même d’incubation dont l’islamisation réussit graduellement l’exploit en Europe, et, principalement, en France, si on se réfère aux analyses de contre-terrorisme d’Eric Denécé ( www.cf2r.org ) : l’application du principe de Galvani. Une grenouille plongée dans l’eau bouillante bondit hors de l’eau, alors que nageant dans l’eau doucement portée à ébullition, elle se laisse cuire vivante… C’est bien, semble t-il ce qui est en train de se produire dans l’Hexagone, à l’instar de Bruxelles, Rotterdam, Malmö, au Londonistan, pour ne citer que quelques villes-phares du Califat en Europe. Pire, si on y ajoute les attentats de Stockholm, Londres, Madrid, ou les arrestations récentes à Copenhague, Milan, … A savoir que même la grenouille ébouillantée par la menace d’attentat (qui prévaut en France depuis dix ans), ne « surgit plus hors du bain », mais au contraire, réclame un supplément d’eau tiède pour mieux se laisser endormir.


A l’heure qu’il est, la France pluraliste n’a réagi que sur des extrémismes vestimentaires, du type de la burqah qui cache mal la forêt de voiles. Le projet est venu d’un communiste réformateur, André Gérin et a été porté par Jean-François Coppé, longtemps n°1 de l’UMP. C’est bien maigre, au regard de l’épaisseur du dossier qui concerne, pêle-mêle : la hallalisation des cantines de l’éducation nationale, du Quick, mais aussi de la police et de la Garde Républicaine, la finance allant à l’avenant, grâce à Mme Lagarde, les piscines privées grâce à Mme Aubry… Et aussi de belles envolées de palestinisme courroucé (Gaza, Mavi Marmara), pour ce qui concerne les inquiétudes qui ne devraient pas être uniquement celle de la communauté juive, pour l’excellente raison apportée par Bat Ye Or : la Cause « Palestinienne », en novlangue eurabienne, vaut monnaie de conversion pour mieux chasser toute référence à l’Etat-Nation et promouvoir le multiculturalisme -à l’avantage d’une seule culture absorbante comme la couche-culotte-, le mauvais exemple à vilipender étant imputé à l’Etat hébreu, contre les Entités supranationales (UE, OCI, Anna Lindh de votre chère Caroline…).


Les bandes de quartier à Grenoble et ailleurs participent de l’extension de l’Intifada contre les institutions, mais aussi de la chasse anti-blanche, par prolongement direct ou indirect de l’antisémitisme musulman à tous les « kouffars » confondus. L’Imam Qaradawi, à l’UOIE se charge du volet « endoctrinement » de ces éternels inorganisés. Si on me demande le rapport avec la choucroute d’Hénin-Beaumont et les prières publiques, je dirais : les deux, mon capitaine, ont en commun de ne pas échanger la paix (sociale ou entre nations constituées) contre des territoires, mais vouloir y imposer l’islamisation comme valeur universelle et sans altérité possible, qui, en soi, est un blasphème contre le Prophète.


Sur ce point, la ligne du parti est imperturbable et confondante de banalité, rejoignant les approches bien-pensantes des autres droites et gauches, jusqu’aux extrêmes. Ce n’est plus le cas de la Liga Norte, du Vlaams Belang, du FPÖ de H-C Sträche, et bien moins encore de Geert Wilders, sans compter Wafa Sultan et bien d’autres. Plus intéressant encore, des contacts existent, tant dans la Communauté juive qu’aux Assises, avec des représentants du mouvement Kabyle. La persécution des Chrétiens d’Orient est un motif d’indignation qui se surajoute aux velléités d’indépendance des Chrétiens du Sud-Soudan. Bref la question des minorités importe.


Ce qui nous ramène au cœur de débat, tout ostracisme mis à part, au lendemain du « discours de Lyon » (10-12-2010). Faut-il dialoguer avec les membres, voire dirigeants du FN loyaux et sincères partageant un ensemble de préoccupations sur ce thème, qui, fort heureusement, dépasse de bien loin celle de constituer un programme pour un parti unique ? Oui, dans la mesure du respect du pluralisme et du contrat républicain. Pas dans le sens d’une intox idéologique. Si réforme interne il doit y avoir, elle se fait aussi en composant avec des opinions partagées, « pressions » extérieures. Et pour cela, il convient de consolider une identité éditoriale ou politique. Ne pas en perdre son latin laïc.


Faut-il laisser des thèmes être, une fois encore, confisqués par un (ou une) seul (e), grâce aux maladresses répétées et consensuelles à l’envi du chœur des partis politiques en pleureuses outragées ? Je crois qu’il y a un piège et un chantage à l’enfermement dans des clivages politiciens auquel tout mouvement citoyen se doit d’être sensible. Il est, d’ores et déjà, contrecarré par les tendances dans l’opinion, permettant de poursuivre sans complexe ni étiquetage accommodant pour des adversaires acharnés.


La question subsidiaire est celle de l’évolution interne de ce parti, de ses origines à nos jours, de ses réflexes, voire ses archaïsmes, et du contenu émotionnel sur lequel il surfe pour faire le plein de voix, sous l’impulsion de sa probable prochaine conductrice. D’abord, c’est son problème.


Il faut, certes, se référer, à la fois à la conférence de presse de Marine Le Pen du 13 décembre 2010, à son discours sur la laïcité devant l’assemblée régionale du Pas-de-Calais et à ses points positifs ; à la mise à l’index de la précédente « rénovation », entamée par le père, avec Soral, l’ancien communiste et son inséparable Dieudonné…


Dans le cadre des « primaires », jusqu’à présent, la « rénovatrice » présumée accomplit un « sans faute ». La nouveauté serait de la voir renouer avec les valeurs républicaines [l’ancienne extrême-droite étant née contre la Révolution Française, puis contre Dreyfus, ensuite, lors d’une autre « révolution nationale », où nombreux étaient les anciens de la SFIO-Pierre Laval, Bousquet, Doriot… etc.]. Si la République officielle (Assemblée Nationale) va à l’encontre de la laïcité et du débat public, et que la représentante d’un parti longtemps considéré comme « antirépublicain » défend ces valeurs bafouées, il va de soi que les Républicains sincères passent en dissidence et ne voient plus « le mal » où l’on dit qu’il est, mais dans la cause première du trouble à l’ordre « public » : la revendication outrancière par « l’occupation » et la ruse du droit du sol, pour y importer et imposer un « ordre nouveau » : celui, islamique du Califat.


De façon plus structurelle, et c’est là où s’exerce mon scepticisme : je crois qu’on ne réforme pas les mentalités par décret ou par discours enjôleur, plus particulièrement, au sein d’une telle mouvance. Tout ce qui va en ce sens est salutaire et à observer avec circonspection, quoi qu’il en soit. Mais, il s’agit d’une structure lourde, dont la rénovation aurait aussi pu avoir lieu bien plus tôt, dès la génération d’avant, si elle l’avait vraiment voulu.


Or les clivages politiques, par le jeu des oppositions idéologiques passant pour « viscérales », ont fait que ce populisme de droite a été le meilleur allié objectif des lourdeurs conservatrices de la « gauche », et le fossoyeur des valeurs fondamentales de la nation, par ses relents de xénophobie et d’antisémitisme instrumental. Deux millénarismes s’affrontent en apparence, mais se confortent l’un l’autre dans un jeu de rôles « fascistes »/ « antifascistes » pour mieux que rien ne change ou pour exprimer leur hantise de ce qui bouge (les lignes). La « nation » mystique que construit le populisme se bâtit par opposition à un « Autre ». Le thème de « l’envahisseur » ou de « l’ennemi intérieur » ne lui est pas « étranger », si on peut dire, sinon qu’il peut varier avec les époques. Le fait est qu’il faut qu’il existe pour que son exclusion, de fait ou de mœurs, constitue la cohésion du groupe réputé national.


L’islamisation apparaît là opportune pour consolider l’objectif de cohésion et ranimer la petite flamme au milieu du logo, mais comme un cas de figure parmi d’autres possibles. Gage supplémentaire, merci l’IFOP, le thème marketing marche mieux que le révisionnisme de Papa ou la place des Juifs dans les médias. Que croyez-vous qu’elle fît, pas folle la guêpe ? L’illusion serait de croire que, parce que ce raffermissement partisan fonctionne comme opérateur de rassemblement, il ait aussi le pouvoir de transformer les valeurs et attitudes auxquelles ce parti reste connecté pour s’ajuster au dénominateur commun du pluralisme comme espace de débat inviolable. Le déterminant identitaire du rassemblement plus large dans le combat contre l’islamisation est qu’il constitue un front global. L’autre question serait de déterminer si ce parti est, pour autant, à même de proposer un programme susceptible d’aborder d’autres thèmes, au-delà des sujets protestataires.


Je ne citerai rapidement que deux exemples à creuser : le protectionnisme en économie, qui est à l’origine de la chute de Barack Obama et la question européenne. Pas le temps de faire « l’apologie de Strauss-Kahn », restons-en donc au second :


Certes, Marine est fine pénaliste, mais il n’est pas certain, qu’ayant suivi la filière « carrières juridiques et judiciaires », elle ait parachevé sa formation en droit européen. Si ce point de programme reste identique à lui-même : l’option pour la sortie, peut-être s’avance t-elle vers bien des déconvenues. Ce qui tend encore à démontrer que les effets d’annonce populistes, la condensation du mécontentement porté à incandescence est le point réel, mais implicite, du programme. Non l’étude de dossiers nécessaire à la gestion des affaires courantes. Là où se situe le point de rupture entre politique et démagogie, même si on peut perpétuer le sport national du jeu de massacre contre « l’UMPS ». En théorie, la France peut sortir de l’Union, en théorie, seulement. Concrètement, tout a tellement été cloisonné tout au long des traités, la France ayant toujours été une des locomotives, avec l’Allemagne, qu’à ce stade, cette proposition reste une énormité. Ceci n’empêchant pas de reparler de l’avenir de l’Euro comme monnaie unique (Grèce, Irlande, Portugal, …). Elle est un indice qu’une partie majeure du programme sera à l’avenant : celui d’un parti protestataire à orientations parfois passéistes, nostalgiques, maniant les vieilles ficelles.


Comme on dit chez nous, il faut savoir « Raison Garder ».

Bien cordialement,

Marc Brzustowski

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 09:03

 

 

 

 

L’IMPUISSANCE PUBLIQUE.

- Gabriel Lévy

 

 

Pour aschkel.info et lessakele.

 

Merci Gabriel pour l'envoi de ce texte

 

 

22 décembre 2010

 

Il n’est un secret pour personne que la prétendue puissance publique est un « tigre de papier ». Les présidents et les gouvernements successifs le savent, les élus nationaux le savent, les citoyens le savent.

 

Depuis 50 ans, et probablement plus encore aujourd’hui, les gouvernants sont des marchands d’illusion. A cet égard, ils n’ont rien inventé depuis les mises en scène de Potemkine : des façades en papier mâché pour laisser croire à un pouvoir auquel ils ne croient pas eux-mêmes. Non seulement, ils créent l’illusion, mais ils offrent des leurres pour détourner l’attention de nos concitoyens.

 

Le Grenelle de l’environnement, les conférences de Copenhague et de Cancun, autant de « machins » pour prétendre juguler un hypothétique réchauffement climatique dont les conséquences apparaitraient en 2050, alors que, hic et nunc, l’état est impuissant à corriger les conséquences du gel, celles-ci bien réelles, pour des milliers de passagers dans les aéroports, et, pire encore,  pour le monde des sans-abris. Or, sommes-nous assurés que d’ici cette date lointaine de 2050, les gens qui nous gouvernent auront empêché la survenue d’un risque infiniment plus « polluant » pour la planète, celui des bombes thermonucléaires aux mains de quelques illuminés ? Les leurres de l’écologie sont contraignants dans notre vie quotidienne, probablement inefficaces et, surtout, ils sont loin d’être gratuits.

 

Que reste-t-il de l’immigration prétendument choisie ? Un leurre encore, mais comme ces choses étaient bien dites. Pourtant la solution est connue : la nationalité française se transmet par la filiation ou par la naturalisation, personne ne trouvant anormal que le nom patronymique et la religion se transmettent ainsi.

 

L’immigration clandestine ? Elle n’existe que parce que des millions d’euros, voire des milliards, servent de pompe aspirante. Ne pouvons-nous pas réduire ces avantages distribués le plus souvent sans réel contrôle ? Le « pouvoir » a aussi le génie des fausses solutions, celles qui consistent, pour éviter cette immigration, à déverser des flots d’argent public dans le sable : coopération, subventions, voire fournitures militaires, construction de châteaux en Espagne comme la mythique Union Pour La Méditerranée…Rien d’autres que les façades offertes au regard de Catherine II de Russie ! Le courage manque, mais le calcul électoral, lui, est présent.

 

La « laïcité positive », c’est-à-dire celle bien réelle, et non une laïcité vague comme l’entendait naguère le président. Mais le « pouvoir » peut-il encore l’imposer ? La réponse étant négative, il ourdit des leurres, pour participer à l’édification de mosquées.

 

La sécurité et la sûreté sont restées des rêves d’électeurs, car plus aucun délinquant, ou futur délinquant, ne croit à la rigueur de la justice… sauf les contrevenants au stationnement.

 

La politique étrangère. Des fourmis qui se déplacent dans tous les sens, des missionnés qui parcourent la terre entière, l’appauvrissement des  Français au profit des dirigeants de machins, de trucs, de choses, comme l’ONU, l’UE, l’UNESCO, l’UPM pour ne citer que ceux-là. Des conférences dans nos palais nationaux, l’entretien de fonctionnaires de pays étrangers, la livraison d’armes, pour tenter de nous convaincre que la voix de la France est entendue alors que ce n’est que « le gargouillis d’un filet d’eau dans une gouttière rouillée », que sa diplomatie ne compte aucun succès. La tricherie du traité de Lisbonne se solde par des charges supplémentaires, mais que la parade est belle ! La crise financière n’est pas terminée et le risque de défaillance de la monnaie est devant nous. Aucun des conflits auxquels la France (pas plus du reste que les Etats-Unis) comptait apporter la solution (Proche-Orient, Afrique) n’ont pris fin. Quant aux « coups » comme les libérations des infirmières bulgares et de Madame Betancourt, ces leurres ont eu un prix politique et financier élevé sans qu’aucun d’entre nous ne s’y laissât prendre.

 

A défaut de courage, les gouvernants adoptent pour devise un aphorisme : « ces choses qui nous échappent, faisons semblant d'en être l'instigateur... ». Plus personne ne les croit, mais avons-nous d’autre choix ?

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 22:15

 

 

Israël vs. le monde : changement de ton ?
Par JPOST.FR 
23.12.10

La communauté internationale commence à comprendre qu'Israël n'est pas l'obstacle à la paix. C'est ce qu'a déclaré le Premier ministre jeudi, selon Kol Israël. Pour Binyamin Netanyahou, les Palestiniens sont les seuls à bloquer le processus de paix. Plus encore, il estime que les Palestiniens ne sont pas disposés à poursuivre les négociations en raison des pressions iraniennes et des tensions internes au sein du Fatah.


PHOTO: AP , JPOST

Le chef du gouvernement affirme, par ailleurs, que le monde est désormais conscient que l'armement nucléaire iranien est le principal problème au Proche-Orient, et non pas le conflit israélo-palestinien.

Ces commentaires sont intervenus lors d'une rencontre avec des journalistes russophones. A cette occasion, Binyamin Netanyahou a également confirmé son intention de demander au président Barack Obama la libération de Jonathan Pollard.

Au sujet de Guilad Schalit, le Premier ministre a tenu à faire savoir que les efforts du gouvernement pour sa libération restent constants. Enfin, le Premier ministre a annoncé son opposition à l'établissement d'une commission d'enquête sur les circonstances de l'incendie du Carmel. Initiative qui retarderait l'exécution des réparations nécessaires dans la région, selon lui.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 20:18

 

 

 

 

La montée du FN est le symptôme, pas le remède à la lâcheté de la nomenklatura politique face à un phénomène qu’elle s’est, jusqu’à présent, refusé à prendre à bras le corps pour s’en tenir à des mesurettes, comme la loi sur la Burqah. Depuis des années, d’autres hommes politiques, Geert Wilders, des femmes de courage : Wafa Sultan, Ayaan Hirsi Ali, Bat Ye Or, des sites ont relayé la transformation de ce visage de l’Europe et simplement soutenu que le débat devait avoir lieu, par tous les moyens démocratiques existants : en France, on ne sait pas débattre ni se poser les questions qui dérangent, aussi les évolutions ou contre-évolutions ne se font qu’à coups de rapports de force, ou par la voix déresponsabilisante, consistant à glisser un vote dans l’urne jusqu’à la prochaine fois. En attendant, on est quitte, croit-on, au quotidien. Et bien justement : non. Alors, parfois, on se repasse un petit coup d’électrochoc pour s’amuser à se faire peur : on s’invente des épouvantails, on crie au loup. C’est ce à quoi joue un prétendu camp républicain qui ne fait que reculer, jour après jour : en demandant à sa police de ne pas intervenir quand le drapeau est brûlé, en concédant les espaces républicains, quartiers, écoles, à la loi de la Jungle ou à la menace contre les profs et à des démonstrations de force revendicatives comme ces prières de rue.
  
En ce qui nous concerne, nous sommes conscients qu’une partie encore conséquente du noyau dur de cet électorat voue les Juifs aux gémonies et continue de tenir strictement le même discours que l’extrême-gauche, son alter-ego sur nombre de préoccupations qui nous tiennent à coeur.   Soral, Dieudonné, ont pu, sans encombres, y faire de l’entrisme. Qui se ressemble s’assemble.
  
Mais on peut aussi se poser la question suivante : depuis ces dix dernières années, est-ce bien le FN qui tend à pousser les Juifs dehors, sur les marges, en France, de ses écoles, de ses médias? Ou un discours convenu de la diabolisation, du politiquement correct, voire des manifestations de masse dans les rues d’Europe ou les discours déjà capitulards d’élites européennes qui n’ont pas le moindre scrupule à demander aux Juifs de “quitter les Pays-Bas” (Fritz Bolkestein)? Et, demain, l’Europe entière puisque ce qui vaut pour l’un vaut pour l’autre des 27. On se demande, après ça, ce que pourrait ajouter d’autre, la fille d’un Tribun dont les sorties antisémites (“le Détail”, “Durafour-Crématoire”...) défrayaient la chronique. A-t-on jamais entendu plus “xénophobe” ou anti-sémite que ce qu’a dit, soit par constat, soit par défaitisme, le très européen ancien commissaire Fritz Bolkestein?
  
Une autre partie de cet électorat commence à comprendre que là n’est pas le problème qui se pose à elle pour les générations à venir, pour ses enfants, pour son école, pour ses valeurs, mais bien le piétinement de sa propre identité, quartier après quartier, rue après rue. Ce parti reste une valeur-refuge pour le vote protestataire dans la tourmente et la crainte de la “mondialisation”, dont les ressorts et les principales instances de décision échappent à la plupart. Il n’a pas grand-chose à proposer sur le fond, sur l’économie (plus d'Etat? Mais ne sont-ce pas les vieilles recettes de Tante Martine?), la politique étrangère ou tout autre sujet de fond. Il rassemble des classes sociales aussi hétéroclites qu’exsangues de véritable culture nationale bouillonnante, attractive et intégratrice.
  
Dans un cas comme dans l’autre, cela n’annonce rien de bon. “On” a laissé faire, qu’”on” ne vienne pas ensuite se plaindre des mises en garde de ceux qui sonnent "le tocsin".
   
En tout état de cause, mettre le doigt sur un problème réel, hebdomadaire, de l’absence de toute retenue dans la revendication politique et pratique, dans un sens d'islamisation, dans l'autre de Balkanisation et de libanisation du territoire, ne fait pas de Marine Le Pen, pour cette phrase et cette phrase-là seulement, la responsable du malaise que suscite le simple fait de nommer les choses. Nous ne nous associerons pas à la curée, nous ne hurlerons pas au loup avec ceux qui l’appellent à coeur et à cri parce que cela leur donne un “combat”, celui de l’hypocrisie contre la “provocation” –que choisir? Abstention!-  Toutes réserves quant à l’opportunité électoraliste étant égales par ailleurs. Car ces prières de rue sont connues depuis fort longtemps. Ni l’ancien Ministre de l’Intérieur, l"'intrépide" Daniel Vaillant, lâche quant il s’agissait de simple antisémitisme, dans les années 2000-2002, ni Bertrand Delanoë, ne se sont jamais inquiétés du ressentiment de leurs concitoyens à ce propos. De quoi auraient-ils peur, maintenant?
 
La voix de la République doit être réinstaurée et se faire entendre haut et clair sur ces espaces comme sur tout autre sous sa juridiction.

Aschkel&Gad

 

 

 

LA LIBERTE QUI CAPITULE

 JOSE CASTANO

 

« La liberté qui capitule, ou le pouvoir qui se dégrade, n’obtient point merci de ses ennemis » (Chateaubriand – « Mémoires d’outre-tombe »)

 

            Rien ne saurait mieux actualiser la situation à laquelle nous sommes désormais confrontés, que ces mots de Chateaubriand. Il a fallu que Marine LE PEN soit créditée  de 27% d’opinions favorables, que 17% des électeurs  déclarent vouloir voter pour elle au premier tour de la présidentielle de 2012, et une émission télévisée « A vous de juger » dont elle est sortie grandie en dépit de journalistes déstabilisants… pour qu’un consensus virtuel de diabolisation de l’intéressée s’établisse aussitôt au sein de la nomenklatura  politico-médiatique française. Il a fallu, trois jours plus tard, vendredi 10 décembre, une phrase sortie d’un discours d’une heure trente, pour que du virtuel l’on passe au concret et que, de Martine Aubry à JF Copé, en passant par le MRAP, la Ligue des Droits de l’Homme, le Collectif Contre l’Islamophobie en France (qui ont porté plainte pour « incitation à la haine raciale », rien que ça !) et les associations prétendues humanitaires,  s’instaure une polémique parfaitement réfléchie consistant à condamner et fustiger sans la moindre retenue le « vrai visage » de Marine Le Pen. Quelle était cette phrase : «Il y a quinze ans on a eu le voile, il y avait de plus en plus de voiles. Puis il y a eu la burqa, il y a eu de plus en plus de burqa. Et puis il y a eu des prières sur la voie publique (...) maintenant il y a dix ou quinze endroits où de manière régulière un certain nombre de personnes viennent pour accaparer les territoires. Je sui désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s’il s’agit d’en parler, on pourrait en parler… Certes, y a pas de blindés, y a pas de soldats, mais c’est une occupation tout de même… « Si nous ne pouvons plus rien pour les morts d'hier, nous pouvons encore empêcher les souffrances demain, et c'est notre rôle ». Et c’est ce mot « occupation » qui a déclenché un raz de marée politico-médiatique… ce seul mot qui a permit à nos « élites » de crier « haro sur l’extrême droite ! » et de se lancer à l’assaut du processus de « dédiabolisation » entrepris par le FN, que le politologue, Dominique Reynié, analyse de la sorte : « Les Français ne perçoivent plus seulement le FN comme un parti d’extrême droite mais comme un parti populiste et populaire transcendant la droite et la gauche ».

Dès lors, récriminations, amalgames, délation, médisance et démagogie ont pris le pas sur toute autre considération. L’occasion était trop belle de porter un coup « fatal » à « l’extrême droite » et de réfréner l’ardeur des électeurs tentés par le vote FN… Et, en quelques heures, une levée de boucliers que l’on croyait révolue envahit les ondes, les journaux et enrichit les commentaires… Pensez-donc ! « La « bête immonde » est revenue ! »… « C’est bien la fille de son père ! »… et voilà que les « moralistes » s’en donnent à cœur joie…
            Pour le Parti socialiste, Marine Le Pen montre le « vrai visage de l'extrême droite française ». Ses déclarations « relèvent de la haine et de l'ignorance ». Il s'agit d'une «provocation de plus destinée à attiser la haine », s'est indigné le secrétaire national Patrick Mennucci. Harlem Désir, député PS européen, issu du trotskisme et Pierre Moscovici, député du Doubs, ont estimé que les propos de Marine Le Pen pourraient relever des tribunaux. « On ne peut pas transiger sur les valeurs avec le Front national », a déclaré ce dernier en marge de la convention du PS sur « l'égalité réelle », dans le XIIIe arrondissement de Paris. «Marine Le Pen, parfois certains la présentent comme le visage humain du Front national ou une simple droite républicaine un peu plus radicale : ce dérapage rappelle que le Front national fonctionne à la provocation et que c'est un parti dont le patrimoine génétique n'est pas inscrit dans les valeurs républicaines », a expliqué Moscovici.
            Pour l'ancien ministre des Affaires européennes, Marine Le Pen, par ses propos sur les musulmans, « a rappelé qu'elle était porteuse d'une logique profondément discriminatoire et donc pour moi anti-républicaine ». Martine Aubry s'est dite « choquée » par ces déclarations. Interrogée par l'AFP en marge de la convention sur « l'égalité réelle », la patronne du PS a déclaré : « Marine Le Pen reprend les accents de son père dans des buts purement clientélistes et en renvoyant aux marges de notre République des hommes et des femmes qui ont toute leur place et qui ont le droit de croire comme on a le droit de ne pas croire ou d'avoir une autre religion ».
            Dans un communiqué commun, Kader Arif, Stéphane Le Foll, Bruno Le Roux, membres du Bureau national, et Faouzi Lamdaoui, membre du Conseil national du Parti socialiste, estiment que la vice-présidente du FN a « dépassé le racisme primaire et l'islamophobie populiste »… « Marine Le Pen sort l'oriflamme fasciste, elle déborde son père sur le terrain de l'extrémisme. Le lepenisme jette le masque et montre, au grand jour, le visage hideux qu'il veut donner à notre pays », ajoutent-ils. Que de haine dans ces propos !
            Arnaud Montebourg a évoqué samedi 11 décembre 2010 la mémoire de son grand-père, un « Arabe d'Algérie qui aimait et servait la France ». Le député socialiste répondait à « l'injure » de Marine Le Pen en ces termes : « Je veux répondre à Mme Le Pen en évoquant la mémoire de mon grand-père, un Arabe d'Algérie qui a combattu l'armée d'occupation nazie parce qu'il servait et aimait la France »… « Cette déclaration est une injure à ceux qui, arabes, africains, musulmans ou non, sont morts pour la France, ceux-là même qui ont libéré le territoire national pendant que votre père, madame le Pen, trouvait des circonstances atténuantes à l'occupation nazie ». Pour votre gouverne, Monsieur Montebourg, sachez que le père du signataire de ce texte, après avoir été démobilisé en 40 suite à la victoire éclair allemande, s’est engagé en 42 au sein de l’Armée d’Afrique dans les Tabors marocains, ces mêmes hommes qui ont conquis de haute lutte Monte-Cassino.  De novembre 1942 à mai 1945, la France métropolitaine a fourni 580 000 hommes (1,7% de la population) aux armées de la libération, contre 134 000 Algériens (1,2% de la population indigène) et 120 000 Pieds-noirs (12% de la population française d’Algérie). Le taux de mobilisation des Français d’Algérie fut donc dix fois supérieur à celui des indigènes. Quant aux pertes par rapport aux effectifs, elles furent de 8% chez les Pieds-noirs et de 5% chez les Algériens. Ce sont les Français d’Algérie (que vous méprisez par ailleurs) qui ont payé de très loin le plus lourd impôt du sang pour la libération de la France. N’oubliez jamais cela et revoyez votre copie Monsieur le candidat aux Primaires socialistes !

Quant au Parti Communiste, le secrétaire national Pierre Laurent déclare : « Le PCF demande la condamnation des propos injurieux et racistes » de Marine Le Pen…  « Le Front national est une formation politique xénophobe dont le discours fascisant, raciste et négationniste a été de nombreuses fois condamné par la justice », ajoute-t-il. Il considère également que « le service public audiovisuel ne doit pas se déshonorer en faisant la promotion d'un discours raciste et xénophobe qui fait honte à notre pays »… « En comparant les prières de rue des musulmans à l'Occupation pendant la seconde guerre mondiale, continue le responsable communiste, Marine Le Pen déplace les frontières de l'ignobleSes déclarations soulèvent le cœur »… « Le Pen père et fille sont prêts à toutes les provocations, surtout les plus répugnantes pour assouvir leur soif de pouvoir », estime-il. « Ils ont pour seul mot d'ordre la haine de l'autre, ce qui n'est jamais que la haine de l'Homme ». Belle leçon de morale d’un parti que l’on surnomme « le parti aux 100 millions de morts » !

            Ce même jour, Marine Le Pen a précisé à Reuters, qu’elle n'avait pas fait référence spécifiquement à l'occupation allemande pendant la Seconde guerre mondiale mais à toute forme d'occupation. « Mes propos ne constituent en aucune manière un dérapage mais bien une analyse tout à fait réfléchie basée sur une banale constatation d’une réalité physique et juridique »…« J'aurais pu aussi parler de l'occupation par les Anglais à l'époque de Jeanne d'Arc », a-t-elle déclaré. « Ce que j'ai dit, c'est que ceux qui pratiquent les prières sur la voie publique se comportent comme des occupant », a-t-elle encore précisé. Accordant un entretien à l'AFP dans lequel elle enfonce un clou déjà bien planté. « S’agissant du terme « Occupation », je persiste et je signe mais ceux qui ont cru pouvoir déformer cette hyperbole, en indiquant que j’aurais comparé les musulmans aux nazis sont des menteurs et des manipulateurs »… « Oui, il y a occupation et il y a occupation illégale », estime-t-elle. « Je réitère qu'un certain nombre de territoires, de plus en plus nombreux, sont soumis à des lois religieuses qui se substituent aux lois de la République ». « J'ai bien dit qu'il ne s'agissait pas d'une occupation militaire (…) « Il n’y a dans la constatation d’une occupation ni atteinte à la liberté de culte », « ni islamophobie », « ni discrimination (...) J'ai voulu glorifier l'esprit de résistance qui fait qu'on doit s'opposer à l'occupation du territoire. Cela a été le cas dans toute notre histoire », ajoute-t-elle avant de se placer en gardienne de la tolérance : « J'entends de plus en plus de témoignages sur le fait que dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même français ou blanc ».

Et la raison de cette profusion de déclarations haineuses, c’est le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé qui, le 11 décembre lors du conseil national de son parti, nous la donne en déclarant : « Nous sommes en danger du point de vue électoral. Le FN connait incontestablement une montée régulière depuis ces derniers mois. »… Voilà l’aveu flagrant qui a déclenché cette tempête médiatique ! Ne soyons, dès lors, guère surpris de l’attitude de ce dirigeant qui, redoutant qu’un 21 avril 2002 à l’envers se reproduise, a clairement défini la nouvelle stratégie inspirée par la nature du danger immédiat que représente le FN… stratégie également mise en œuvre par les partis de gauche dans l’attente d’une nouvelle « union sacrée »… ce qui rend vivante la déclaration de ce grand Français que fut le Bachaga Boualam : « En France on punit ceux qui sonnent le tocsin et on laisse en liberté ceux qui allument l’incendie ». Cependant, les uns et les autres devraient s’inspirer de la conduite et des déclarations du ministre algérien des Affaires religieuses et des Wakfs, Bouabdallah Ghlamallah, qui vient de relancer l'interdiction de pratiquer la prière, celle du vendredi notamment, en des endroits publics, situés, pour être plus précis, à proximité des mosquées. Il arrive, en effet, que pendant la prière hebdomadaire du vendredi, plusieurs dizaines de fidèles s'agglutinent à l'extérieur des mosquées pour accomplir leur devoir religieux à même les trottoirs. Ce genre de constat est visible notamment dans les mégapoles du pays, à l'instar d'Alger où les mosquées ne désemplissent pas chaque vendredi. « Seulement, ce n'est pas là une raison, insiste le ministre des Affaires religieuses, pour tolérer les rassemblements des fidèles au niveau des endroits environnants aux lieux de culte. » Il a indiqué : « Seul l'intérieur des mosquées est fait pour les prières et si celui-ci est rempli de pratiquants, les autres fidèles n'ont qu'à prier chez eux et non pas dehors ». Faut-il juste rappeler que le fait de prier en des lieux publics a toujours été une pratique interdite, en Algérie, par la loi en vigueur. Néanmoins, les autorités ont jusque-là fait preuve de souplesse vis-à-vis de l'application de cette loi. Ghlamallah semble désormais décidé à en finir avec cette souplesse, en faisant valoir l'application de la loi dans toute sa rigueur. C'est du moins ce qu'il a soutenu, le 19 juillet 2010, lors d'un point de presse qu'il a animé à Dar El Imam de Mohammadia (El Harrach) où il a présidé la cérémonie de clôture de deux journées d'étude organisées à l'intention des nouveaux imams et morchidate. (Source : quotidien francophone « Le Temps »).

Et pendant que les islamo-collabos continuent de déverser leur trop plein de haine et de lyncher Marine Le Pen, les rues de certaines villes françaises sont condamnées à l'heure de la prière, sans autorisation préfectorale ; la circulation est effectuée par des individus qui subtilisent les fonctions des agents de la circulation, en mettant en travers de la chaussée leur propre véhicule. Il est interdit à ce moment à toute personne, non musulmane, de passer à pied dans cette zone sous peine d'insultes et d'agressions. Et pendant ce temps… les islamistes montent au créneau et montrent leur vrai visage : celui du fascisme politico-religieux, sans que les « bonnes consciences » que nous venons d’entendre, ne réagissent ou s’émeuvent le moins du monde… Sur leur site, ils laissent passer les commentaires les plus extrémistes, comme celui-ci, qui prend toute sa saveur, après le premier attentat suicide commis sur un pays européen, en Suède « Si ils cautionnent le clash, on va la jouer comme du temps du prophète (saws) ! Envoyons leur des hommes qui aiment la mort plus que eux n’aiment la vie. »

En conclusion, si le FN ne cesse de grimper dans les sondages, ne doit-on pas voir là le désaveu du peuple français envers la politique de Nicolas Sarkozy ? N’est-ce pas le signe d’un échec contre sa politique aggravant le chômage, l’immigration et l’insécurité ? En réalité, les électeurs ne sont-ils pas lassés de ces hommes politiques qui se partagent régulièrement le pouvoir et qui, inexorablement, enfoncent la France dans un abîme de calamités ? Et ces matamores devraient s’inspirer de cette mise en garde de Chateaubriand où l’on pourrait bien attribuer le rôle de l’innocent à Marine Le Pen : « Ce n’est pas de tuer l’innocent comme innocent qui perd la société, c’est de le tuer comme coupable ». A méditer…

                                                                                                                                                               José JOSE CASTANO

 

  Voici l’objet de la controverse : Prière musulmane illégale : Rue Myrha - Paris 18ème ...  Filmé le 10 décembre 2010 ... sans commentaires !

Cliquez sur cette image : ?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d046412:51?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d04641?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d04641                        ?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d04641  Rue Myrha : Les prières continuent et les haut-parleurs sont désormais à plein volumeRue Myrha : Les prières continuent et les haut-parleurs sont désormais à plein volume

                                                                                                                       

… et aussi sur : http://www.google.fr/url?sa=t&source=video&cd=1&ved=0CDwQtwIwAA&url=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DWt14QNUF0Lc&rct=j&q=priere%20musulmans%20dans%20les%20rues&ei=MPIDTeSBEIf34ga849nwCQ&usg=AFQjCNHN6NcOnsRnXm-nu9fDf_WQYlqDWw&sig2=R-D_Q1KgvS_wg0ecjpWvpQ&cad=rja

Peut-on assimiler la diffusion de ces vidéos à de « l’incitation à la haine » ?

 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

- Conférence de presse de Marine Le Pen du 13 décembre :http://www.dailymotion.com/video/xg3wdw_conference-de-presse-de-marine-le-pen_news

-o-o-o-o-o-o-o-


- Les mosquées en France : http://www.youtube.com/watch?v=fA2YsjKlmAA&feature=player_embedded

 

http://echodupays.kazeo.com/L-OEIL-DE-CAIN/52-IMAMS-DEBARQUENT-EN-FRANCE,a1898490.html

- Haute trahison : Pendant que nos Soldats combattent et meurent en Afghanistan... Pendant que de plus en plus de Français sont lynchés dans la rue... Pendant qu'une guerre civile ethnique est à nos portes...  Pour lire la suite cliquez ici

 

-o-o-o-o-o-o-o-

o-o-o-o-o-o-o-o-

Quand les "antiracistes" officiels affichent ouvertement leur racisme. Pour lire la suitecliquez ici

- Et aussi : http://echodupays.kazeo.com/LA-PROVOCATION-EST-UNE-INFRACTION,a1865981.html

 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

- Le 30 Avril, dans un discours prononcé à Istres, Michel Vauzelle, président de la région PACA, a déclaré : "Je suis fier d'être le président d'une grande région musulmane".

http://fr.altermedia.info/general/vauzelle-est-fier-detre-le-president-dune-grande-region-musulmane_29954.html

 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

- Islamisation de la France : « Combien de temps allons-nous tenir ? » - Cliquez :  ?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d046417:24?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d04641?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d04641

 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

- Alors que les médias rappellent quotidiennement l’enlèvement de deux journalistes en Afghanistan et qu’un comité de soutien a été créé pour leur libération, nous rappelons également que depuis le 19 mars 1962, cela fera, au 31 décembre 2010, 17714 jours que des milliers de Français d’Algérie ont été enlevés dans la plus grande indifférence sans que les « bonnes consciences » de ce monde n’élèvent la moindre protestation. Ne les oublions pas.

-o-o-o-o-o-o-o-

Pour revoir tous les articles de José CASTANO, cliquer sur : - Mes Articles -

 

Ses ouvrages, cliquez sur : -Ma Bibliographie –

 

Ses conférences, cliquez sur : - Mes Conférences –

 

Sa biographie, cliquer sur : - Ma Biographie -

 

En application des articles 27 et 34 de la loi dite "Informatique et libertés" No 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit de modification ou de suppression des données qui vous concernent. Vous ne recevrez jamais des courriels commerciaux ou pièces jointes de publicité de notre part.

Vous pouvez vous rayer de cette diffusion à tout moment en faisant  répondre », puis en tapant « NON »

 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

Article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme :

"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit"

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 06:26

 

Israël ne peut pas compter sur l'Europe - Ambassadeur (UK) Ron Prosor

philosemitismeblog

 

Quand les choses se gâtent, nul en Israël ne pense vraiment que l'Europe viendra à son secours." 

Source: Jewish Chronicle (We can't rely on Europe, warns Israel ambassador

L'ambassadeur d'Israël au Royaume-Uni, Ron Prosor, a dressé un constat sévère sur la situation en Europe.  On ne peut pas compter sur les dirigeants européens dans la lutte contre la délégitimation et la diabolisation de l'État juif.

Devant un public nombreux réuni à la synagogue New West End de Londres, le diplomate a averti: "Quand les choses se gâtent, nul en Israël ne pense vraiment que l'Europe viendra à son secours". 

Il a fustigé les politiciens européens qui croient qu’il leur suffit de simplement déclarer qu'Israël "à le droit d’exister."  Si lui avait jugé nécessaire de déclarer que la Grande-Bretagne a le droit d'exister, "les gens se demanderaient si je n'avais pas bu", a-t-il déclaré.

L'ambassadeur a également critiqué ceux qui professent le droit d'Israël à défendre ses citoyens, mais qui saisissent la moindre opportunité pour critiquer lorsqu'Israël fait la  guerre pour répondre aux missiles ou édifie un mur anti-terroriste.

Israël, a-t-il précisé, est confronté à un "nouveau type de guerre", de nature à essayer de le chasser de la famille des nations. "Nos adversaires franchissent de nouvelles lignes tous les jours. Il y a plus de pression, plus de diabolisation."  Il est également important de souligner, a-t-il dit, que la campagne internationale en faveur du droit au retour des Palestiniens "n'aboutirait pas à une solution de deux Etats, mais à la destruction de l'Etat d'Israël."

Le conférence à laquelle M. Prosor s'est exprimé était présidée par l'éditeur de Jewish Chronicle, Stephen Pollard.  Les autres orateurs étaient la baronne Deech, ancienne principale de St Anne's College, Université d'Oxford, l'ancien gouverneur de la BBC et actuel directeur exécutif de The TimesDaniel Finkelstein, l'éditorialiste du Observer Nick Cohen et Rafael Barjardi, directeur exécutif de l'initiative Amis d'Israël.

Lady Deech a, en particulier, été critique de la réaction de la communauté face à la campagne visant à affaiblir Israël, et a accusé les dirigeants communautaires de ne pas défendre Israël avec suffisamment de vigueur.  "Il y a un manquement au niveau du leadership et des relations publiques", indiqua-t-elle. "Il nous faut un leadership juif, non seulement pour lever des fonds, mais également pour prendre position en faveur d'Israël. Nous avons besoin d'un réseau de gens prêts à parler."

Se référant à la situation de détresse des étudiants juifs, elle a déclaré: "Nous devons les aider. Je comprends qu'ils aient peur."

"Il y a eu une défaillance majeure de la part des universités à créer un cadre dans lequel la liberté d'expression s'exerce dans le respect de la loi. Des appels "mort aux Juifs" ont été ignorés et à la London School of Economics il y a eu des appels au meurtre d'Israéliens, et ceux-ci furent traités de nazis .


"Les étudiants doivent être encouragés à porter plainte, mais très souvent ils ne le font pas car ils aspirent à une vie tranquille." 

L'ambassadeur abonda dans ce sens et décrit la situation dans les campus comme étant "horrible".

Il y a des milliers d'étudiants du Moyen-Orient dans les universités britanniques, et "des choses horribles sont dites au sujet d'Israël sous le couvert de la liberté d'expression. Le sentiment est que sur les campus, tout est permis."

La réunion fut organisée par Just Journalism et Henry Jackson Society.

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories