Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 06:46

 

 

Le Japon se prépare à la catastrophe nucléaire- Le combustible est entré en fusion - destruction de la centrale - Vidéo


news-26

La situation sur le site nucléaire de Fukushima ne semble plus maîtrisable. - AIEA: «la situation est très grave». - Tous les ressortissants de nombreux pays sont appelés à quitter Tokyo. - "Les barres de combustible sont entrées en fusion."


Les États-Unis supposent que la fonte du coeur a commencé dans au moins un des réacteurs nucléaires de Fukushima. "Les barres de combustible sont entrées en fusion", a déclaré Stephen Chu, secrétaire d'état à l'énergie des Etats-Unis. 

La piscine de stockage du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Fukushima ne contient plus d'eau, ce qui a pour effet des niveaux «extrêmement élevés» de radiations, a déclaré de son coté le président de l'Autorité américaine de régulation nucléaire (NRC). «Nous pensons qu'il y a eu une explosion d'hydrogène au niveau de ce réacteur», a précisé Gregory Jaczko, lors d'une audition au Congrès. «Nous pensons que l'enceinte de confinement secondaire a été détruite», ajoute-t-il, «ce qui pourrait remettre en cause les opérations de secours» menées sur place pour éviter la catastrophe.

Des hélicoptères de l'armée japonaise ont déversé jeudi matin une grande quantité d'eau sur deux réacteurs de la centrale de Fukushima pour tenter de refroidir des barres de combustible, a montré la télévision japonais NHK en direct. Une précédente tentative d'utiliser des hélicoptères avait été abandonnée mercredi en raison d'un niveau de radioactivité trop élevé au dessus de la centrale.

Les autorités envisagent également d'utiliser jeudi un camion-citerne muni d'un canon à eau pour arroser le réacteur 4. Au vu de l'état de destruction des réacteurs, les tentatives de sauvetage de Fukushima semble dérisoires.

La plupart des huit cents salariés de la centrale ayant été évacués mardi quand la radioactivité a augmenté, le sort du pays dépend largement d'un faible nombre d'employés et de sous-traitants, ce que le premier ministre japonais a reproché à l'opérateur de la centrale, Tepco. Les soldats sont de plus en plus nombreux sur le site, selon le New York Times.

Tous les ressortissants de nombreux pays sont appelés à quitter Tokyo et se diriger vers le sud du pays, la Sécurité civile française quitte Sendaï pour se replier à 350 km au nord, à cause de «la situation nucléaire et radiologique actuelle», explique le ministère de l'Intérieur. 

La Suisse demande à ses citoyens de quitter le nord-est du Japon et la ville de Tokyo. Les États-Unis conseillent à ses ressortissants vivant à 80 kilomètres de Fukushima d'évacuer.

A l'aéroport principal de Tokyo, une foule de plus en plus dense se presse pour tenter de quitter la capitale. Mais ceux qui comptent  fuir maintenant ne le peuvent plus. La plupart des compagnies d'aviation annulent leurs vols. Ainsi, China Airlines a annulé les vols entre Pekin et Tokyo.

Selon un journaliste japonais, il y aurait un mouvement de panique à Fukushima. Les citoyens ont du mal à quitter l'endroit car les routes sont bondées et les stations-service n'ont plus d'essence.

Le président de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, juge la situation au Japon «très grave» et a annoncé qu'il se rendra «dès que possible sur place». Selon l'agence de presse japonais Kyodo, Amano arrivera probablement jeudi dans la zone de crise.

 

Pour la première fois une vidéo de la destruction de la centrale nucléaire de Fukushima a été révélée au public par l'opérateur Tepco. Les images parlent d'elles-mêmes. La vidéo a été tournée jeudi après-midi heure du Japon. Les images montrent l'étendue de la destruction de la centrale nucléaire.

 

Mise à jour:

17/03/2011 

18h17 - Les moldaves veulent aider le Japon en lui fournissant du vin rouge

18h10 - Le gouvernement japonais a ordonné la vérification de la radioactivité dans les aliments

17h30 - Le département américain de la défense a annoncé le déploiement d'une équipe de 9 membres de la sécurité nucléaire. Ces soldats seront des conseillers des forces armées japonaises

15h39 - Le bassin de refroidissement du réacteur no 4 de la centrale nucléaire de Fukushima demeure selon l'autorité de sûreté nucléaire une cause de "graves préoccupatons": Les experts soupçonnent que les barres de combustible sont à sec dans la piscine et ne sont plus réfrigérées. Depuis l'endommagement du bâtiment, elles sont en contact direct aves l'environnement.

Vidéo: Centrale nucléaire de Fukushima 16.3. - 16h00

Il n'y a pas de données sur la radioactivité sur le terrain. En plusieurs endroits, de la fumée et de la vapeur s'échappent des décombres. Le vol de l'hélicoptère a été apparemment effectué du nord en longeant les différents réacteurs. En premier on aperçoit les batîments intacts des reacteurs 5 et 6 puis l'hélicoptère survole les réacteurs 1, 2, 3 et 4, complètement détruits.

Les images donnent une idée de l'énormité des explosions intérieures.

 


Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 20:52

 

 

 

 

INDE - Le saviez-vous  ? Premier importateur d'armes

 

opex360

 

C’est l’une des clés du conflit en Afghanistan : tant que l’Inde modernisera ses forces armées, le Pakistan en fera autant et continuera de soutenir l’insurrection afghane afin de se ménager une profondeur stratégique face à son ennemi de toujours.

Le dernier exemple en date est la volonté exprimée par Islamabad de se procurer 6 sous-marins auprès de la Chine. L’Inde, qui est en train de construire 6 Scorpène dans le cadre d’un contrat passé avec le groupe français DCNS, prévoit de lancer un appel d’offres pour acquérir 6 exemplaires supplementaires, pour remplacer les Kilo de conception russe et qui s’ajouteront au SNA Nerpa ainsi qu’au premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) local, l’INS Arihant, actuellement à l’essai.

Le reforcement des capacités militaires de l’Inde s’explique généralement par la rivalité avec le Pakistan. Mais ce n’est pas le seul facteur. En effet, New Delhi doit également faire face à la menace terroriste, liée à la question du Cachemire, et lutter contre une puissante guérilla maoïste, qualifiée en 2006 de « plus grand défi pour la sécurité intérieure qu’ai jamais dû relever » le pays par le Premier ministre indien.

Par ailleurs, l’Inde garde un oeil sur la Chine, avec laquelle elle a plusieurs différends territoriaux, concernant notamment Ladakh et Arunachal Pradesh. Et comme Pékin annonce des dépenses militaires en forte progression chaque année, New Delhi suit le mouvement, voire même le dépasse si l’on en croit les statistiques publiées par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockhom (Sipri).

En effet, selon la dernière étude publiée par cet organisme, l’Inde est le premier pays importateur de matériels militaires, avec 9% des volumes de transfert d’armes internationaux sur la période 2006-2010. Et ce sont les industriels russes qui, sans surprise, se taillent la part du lion, avec 82% de parts du marché indien.

Et cette tendance devrait se poursuivre, avec le contrat MMRCA, qui vise à acquérir 126 avions de chasse aux termes d’un appel d’offres auquel participent le Rafale de Dassault Aviation, l’Eurofighter, le MiG-35 russe, le Gripen NG de Saab ainsi que les avions américains F-16 et F/A-18 Super Hornet. Ensuite, il est probable que la part des armes produites en Inde fasse baisser les importations de cette dernière en la matière.

« En tant qu’importateur, l’Inde exige des contreparties et des transfert de technologie pour stimuler sa propre industrie de l’armement, et, afin de remporter les contrats, les principaux exportateurs répondent à ces exigences » soulignent les auteurs du rapport. Et les industriels indiens de la défense sont en mesure de proposer notamment des hélicoptères de combat HAL LCH (Light Combat Helicopter), qui viennent d’être commandés à 64 exemplaires par l’armée de l’air indienne ainsi que des avions de combat HAL LCA Tejas.

Dans un contexte de forte hausse (+24% par rapport à 2001-2005) des importations de matériels militaires pour la période étudiée, la Chine et la Corée du Sud se partagent la seconde position, avec 6%. Le Pakistan arrive en quatrième place avec 5% des volumes de transfert d’armes. Globalement, la zone Asie/Océanie concentre 43% des importations d’armement, suivie par l’Europe (21%), le Moyen Orient (17%), l’Amérique (12%) et l’Afrique (7%).

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 17:59

 

 

JAPON - Nuage radioactif - l'évacuation commence - L'US Navy quitte les lieux - compte rendu

 

Compil par Aschkel

 © 2011 www.aschkel.info

Aéroport Ben Gourion : contrôle de radioactivité de toutes les marchandises en provenance du Japon
Les autorités israéliennes, depuis mardi, ont décidé de contrôler, de manière préventive, la radioactivité de toutes les marchandises en provenance du Japon, à la suite des risques nucléaires émanant de ce pays. Tous les contrôles effectués jusqu'à maintenant se sont avérés négatifs.Guysen

 

La catastrophe nucléaire au Japon est avant tout une déroute humanitaire. 120 millions de personnes sont plongées dans un désarroi indescriptible. L'horreur est démultipliée par le fait que le Japon est une île qui s'est transformée depuis quelques jours en un gigantesque camp retranché de l'humanité. Les témoignages expriment le désespoir présent et à venir, le tout baigné dans une désinformation destinée à rassurer la population; le gouvernement a "interdit" la panique.

 

.news-26.


 

Nuage atomique Tokyo - L'évacuation commence

     

 

Mardi, 15 Mars 2011 18:17

A Tokyo la situation devient de plus en plus menaçante. Après l'aveu d'un fort taux de radioactivité, l'évacuation commence. Gros dégats sur les réacteurs de Fukushima. - Tepco retire ses ouvriers de la centrale nucléaire. - Fukushima semble être hors de contrôle. Les grandes sociétés européennes comme SAP et BMW ont mis leurs employés en sécurité.

 

15h14 - Nouveau tremblement de terre à Tokyo - Niveau 6,2 - pas de Tsunami

15h11 - Le gouvernement allemand veut fermer 7 centrales nucléaires en Allemagne

14h23 - La France classe l'accident nucléaire au niveau 6 sur l'échelle Ines, qui en comporte 7, donc un niveau en dessous du plus grand accident nucléaire imaginable, selon l'agence de presse Kyodo. La catastrophe de Tchernobyl en 1986 a été classée au niveau maximal de niveau 7. La classification est décidée par  l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

14h21 - La radioactivité dans le centre de contrôle du réacteur 4 est tellement élévée que le travail  y est impossible, selon  l'agence de presse Kyodo. Le réacteur 4 était en feu juste avant. De plus, une explosion s'y est produite.

13h00 - L'organisation météorologique de l'Onu (WMU) explique que les vents sur le Japon poussent l'air contaminé vers la mer. Il n'y aurait actuellement aucun danger pour le Japon.

Les grandes société européennes comme SAP et BMW ont déménagé leurs bureaux de plusieurs grandes villes japonaises par peur de la radioactivité.

La coque du réacteur 4  de la centrale nucléaire de Fukushima a été gravement endommagée après une explosion suivie d'un incendie. L'agence de sécurité nucléaire japonaise a déclaré que la coque a subi deux énormes perforations d'environ 8 m2 chacune.

Le taux de radioactivité dans les environs de Tokyo est 10 fois supérieur à la normale, selon un rapport de la préfecture de Chiba.

 


L'US Navy fuit le Japon

     

 

 


 

Après que des soldats aient été contaminés par la radioactivité, la marine américaine a reçu un ordre de retrait pour le porte-avions "Ronald Reagan" et d'autres navires de soutien. 17 soldats ont été traités en raison d'une irradiation excessive. 

 

Comme l'US Army l'a annoncé aujourd'hui,  le porte-avions et tous ses navires de soutien se sont  temporairement retirés au large des côtes japonaises. Vendredi Washington avait déjà déplacé plusieurs navires de guerre dans la région pour soutenir les efforts de secours, ainsi que le transport de nourriture. Mais les soldats à bord ont été  irradiés, selon les informations officielles, par une dose de rayonnement équivalent à celle d'un mois en une heure. 

L'armée avait fait état de 17 soldats traités pour des effets de rayonnements excessifs. De plus des pilotes d'hélicoptère ont déclaré qu'ils avaient reçu une trop forte dose de rayonnement. "Ils ont été traités avec de l'eau et du savon. Les vêtements ont été détruits", affirme un porte-parole militaire. Les hélicoptères ont également été contaminés et décontaminés après usage. 


L'armée américaine minimise la radioactivité
  
Néanmoins, le responsable militaire américain minimise les dangers de la radioactivité.De la centrale nucléaire de  Fukushima I, qui a entre-temps  échoué dans sa  troisième tentative de refroidissement, "ne sort qu'un faible degré de pollution dans l'air",  dit  une communiqué officiel de la Marine américaine. Malgré  la catastrophe humanitaire qui se profile au Japon, le retrait des forces laisse  cependant entendre une grave contamination radioactive des Marines. 

Le "Ronald Reagan" a été retiré de la zone située dans la direction du vent venant de  Fukushima, mais conservera son action humanitaire, a-t-il été dit officiellement.Comment cela se passera-t-il dans les détails alors que la catastrophe va en empirant, cela n'est pas clair. 


  
Le Président Obama a, quant à lui,  assuré aux japonais une fois de plus, qu'il reste prêt à  fournir toute l'assistance qui est humainement possible.

 


Japon Fukushima: Plutonium dans le réacteur no 3

     

 

 

La catastrophe nucléaire pourrait prendre des proportions planétaires car le réacteur 3 contient du Plutonium. Si la fonte du coeur du réacteur intervient dans ce réacteur, les conséquences pourraient être véritablement catastrophiques.

Michaela Heine pour news26

Le réacteur no 3 dans lequel la fonte du coeur semble actuellement se produire est rempli d'un mélange de plutonium. Ceci pourrait conduire à une immense catastrophe. Le mélange spécial de plutonium à été introduit en août 2010 dans le réacteur, rapporte le quotidien Japan Today.

MOX fuel loaded into Tokyo Electric's old Fukushima reactor

Tokyo Electric Power Co loaded plutonium-uranium mixed oxide fuel into a reactor at its nuclear power plant in Fukushima Prefecture in preparation for the largest Japanese utility’s first plutonium-thermal power generation. The No. 3 reactor at the Fukushima No. 1 plant would be the third in Japan to be used for the so-called pluthermal generation

Le combustile MOX a été introduit dans le vieux réacteur de Fukushima par Tokyo Electric's

Tokyo Electric Power Co a chargé un mélange de combustible plutonium-uranium dans un des réacteurs du site nucléaire de Fukushima afin de réaliser le premier et plus grand site de production d'énergie thermique au plutonium. Le réacteur no 3 du site de Fukushima sera la troisième usine du Japon a passer dans la génération dite pluthermal.

 

Le combustible MOX dans les réacteurs nucléaires a été interdit aux États-Unis en raison des risques élevés. Les japonais l'ont pourtant  utilisé  en raison de son efficience accrue. Dans le cas d'accident nucléaire grave les dangers son surmultipliés et pratiquement non maîtrisables car le putonium, même en quantité infime, est déjà mortel.


 

Le plutonium de Fukushima est français

     

 

Mardi, 15 Mars 2011 22:27

Michaela Heine pour news26

 

 

Le Plutonium utilisé dans le réacteur 3 à Fukushima vient de France. Le combustible MOX, un mélange de plutonium et d'uranium, surmultiplie les dangers en cas d'accident grave. - Le putonium, même en quantité infime, est mortel. - La France utilise le même combustible dans 22 de ses réacteurs. - Un nouveau convoi de Mox devait quitter la Hague prochainement à destination du Japon. - Areva a décidé de le "reporter".- Greenpeace: la situation au Japon équivaut à « quatre Tchernobyl ».

Michaela Heine pour news26

Le réacteur no 3 dans lequel la fonte du coeur semble actuellement se produire est rempli d'un mélange de plutonium-uranium, appelé MOX. Ceci pourrait conduire à une immense catastrophe. Le mélange spécial de plutonium et de l'uranium à été introduit en août 2010 dans le réacteur 3 de Fukushima

C'est la France qui a livré ce combustible en avril 2010

Extrait de l'Express du 8 avril 2010:

"Départ d'un convoi de MOX (plutonium) de Cherbourg pour le Japon

publié le 08/04/2010 à 19:33

CHERBOURG (Mancue) - Un convoi de 15 tonnes de combustible MOX, mélange de plutonium et d'uranium, a quitté jeudi Cherbourg pour le Japon, selon le groupe nucléaire Areva.

Un container de MOX, mélange de plutonium et d'uranium est chargé à bord du Pacific Heron pour le Japon, à Cherbourg le 8 avril 2010. Le Pacific Heron, un bateau spécialisé dans le transport des matières nucléaires, est attendu au Japon en juin, a dit Areva...Greenpeace n'a pas perturbé le départ du convoi qui, selon elle, comprend 1,3 tonne de plutonium sur le total de la cargaison...L'organisation internationale dénonce un convoi "dangereux", ce plutonium pouvant selon elle servir théoriquement à fabriquer des bombes atomiques, ce que conteste Areva...Pour Areva, ces convois témoignent en revanche du succès de son produit, le MOX, utilisé depuis l'an dernier dans deux centrales au Japon...Le Japon compte 53 réacteurs. En France, 22 réacteurs sur 58 fonctionnent en partie avec du MOX...'"

Si la fonte du coeur intervient dans le réacteur 3, la catastrophe nucléaire au Japon pourrait prendre des proportions nimaginable.

Le combustible MOX dans les réacteurs nucléaires a été interdit aux États-Unis en raison des risques élevés. Le Japon et la France l'ont pourtant  utilisé  en raison de son efficience accrue. Dans le cas d'accident nucléaire grave les dangers son surmultipliés et pratiquement non maîtrisables car le putonium, même en quantité infime, est déjà mortel. 

La France utilise le MOX dans 22 de ses réacteurs.

Le chargement du Plutonium dans la centrale de Fukushima avait provoqué des discussions vives dans le forum du quotidien "Japan Today".

Citation du forum:

"If any of these reactors go super-critical with Plutonium cores, and the containment vessel is ruptured, releasing even several kilograms of PU could conceivably KILL A SIGNIFICANT PORTION OF THE SURFACE OF THE PLANET."

"Si un de ces réacteurs avec des noyaux de Plutonium parvient à un seuil critique et si l'enceinte est rompue, la libération d'à peine quelques kilogrammes de PU pourrait entraîner la mort d'une partie significative de la surface de la terre."

Michael Bluck, ingénieur nucléaire au Imperial College London explique, que ce plutonium est utilisé en raison de son efficience accrue: "Il améliore la combustion nucléaire, ainsi vous obtenez plus d'énergie du carburant que si vous utilisez simplement de dioxyde d'uranium (UO2). La dioxyde de plutonium améliore la combustion nucéaire dans des situations normales dans un réacteur contrôlé. Dansl'éventualité d'une fusion il peut entraîner la production de chaleur encore plus grande que dans le cas d'UO2 seul. C'est pourquoi le plutonium est utilisé dans les armes nucléaires, car il est plus réactif et produit plus d'énergie." Il rajoute: "Le danger est que dans le cas d'une fonte du coeur du réacteur, la production de chaleurplus grande exige un refroidissement supplémentaires. De plus, le  Plutoniumaugmente le risque d'incendie, ce qui complique encore la situation." (New Scientist)

Un nouveau convoi de Mox devait quitter la Hague prochainement à destination du Japon. Areva a décidé mardi de "reporter" ce convoi en raison de la « catastrophe naturelle qui a endommagé un certain nombre de ses installations nucléaires»



Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire à Greenpeace, avait avancé la date du 4 avril pour ce nouveau transport. Par ailleurs, le militant antinucléaire estime que la situation au Japon équivaut à « quatre Tchernobyl ».

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 06:18

 

 

JAPON: De la fumée blanche s'échappe de la centrale nucléaire de Fukushima- niveau 6/7 comme Tchernobyl

20minutes

Séisme et tsunami au Japon

Séisme et tsunami au Japon KYODO / REUTERS

CATASTROPHE – L'Autorité française de sûreté nucléaire a classé l'accident japonais au niveau 6 sur l'échelle de gravité internationale qui en compte 7, le niveau atteint par la catastrophe de Tchernobyl...

Dernière info (02h55): De la fumée blanche s'échappe de la centrale, comme on peut le voir en direct, mercredi matin.  Il n'est pas clair s'il s'agit de l'incendie qui s'était déclaré plus tôt dans le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Fukushima. Par ailleurs, l'exploitant de la centrale songe à disperser de l'acide borique au-dessus du réacteur, pour limiter les réactions chimiques.


Mardi matin, deux nouvelles esplosions dans les réacteurs n°2 et n°4 et un incendie à la centrale atomique de Fukushima-Daiichi ont provoqué une hausse du niveau de radioactivité jusqu'à Tokyo, où un sentiment de panique commence à s'emparer de la population. Ces incidents en cascade sur le site ont été déclenchés par la panne des systèmes de refroidissement, qui fait craindre une fusion du combustible dans le cœur des réacteurs, protégé par une double épaisseur d'acier et de béton. Suite à la dernière explosion, deux ouvriers sont portés disparus.

La situation la plus grave concerne le réacteur n°4, qui était en maintenance au moment du tsunami et n'avait pas posé de problème jusqu'à ce mardi. L'opérateur Tepco de la centrale a déclaré que des brèches étaient apparues dans l'enceinte extérieure du bâtiment de ce réacteur, libérant directement de la radioactivité dans l'atmosphère. Le combustible continue d’ailleurs de chauffer et Tepco a fait savoir qu'il tenterait d'injecter de l'eau - peut-être au moyen d'hélicoptères - dans les deux ou trois jours.

Le niveau de radiation étant très élevé, l’opérateur Tepco a évacué 750 employés du site de Fukushima, où il ne reste que 50 ingénieurs et techniciens.

Zone d'exclusion de 30km

Lors d’une allocution, le Premier ministre japonais Naoto Kan a demandé à la population dans un rayon de 30 km autour de la centrale de rester chez elle, signe de l'aggravation de la situation. «La possibilité de nouvelles fuites radioactives se renforce», a déclaré Naoto Kan dans une allocution au pays pendant laquelle il a appelé au calme. La population reste calme .

Dans la capitale Tokyo, les autorités ont déclaré que le niveau de radiation était dix fois plus élevé que la normale, ce qui ne constitue pas un risque pour la santé. Le vent a pris la direction de l'est et pousse les particules radioactives vers l'océan Pacifique, ont précisé les services météorologiques.

Signe d'inquiétude qui grandit aussi en Asie, la Chine et l’Inde ont fait savoir qu'elles augmentaient leur surveillance de la situation et des marchandises produites par le Japon. Plusieurs compagnies aériennes ont également annulé ou diminué leurs vols vers Tokyo.

Où en sont les secours aux victimes du tsumani?
Pendant ce temps, les secours continuent de s'affairer dans les régions touchées par le séisme et le tsunami, dont le coût financier pourrait atteindre 180 milliards de dollars. Environ 850.000 foyers dans le nord du pays restent privés d'électricité, alors que la région connaît une vague de froid qui fait chuter les températures sous le zéro la nuit. Au moins 1,5 million de foyers sont sans eau courante. 

Des dizaines de milliers de personnes sont toujours portées disparues. Des villages et des villes ont été rayés de la carte par les vagues qui se sont abattues sur les régions côtières. Les autorités s'en tiennent pour l'heure à une estimation d'au moins 10 000 morts . Depuis le début de la catastrophe, 450.000 habitants ont été évacués du fait du séisme et du tsunami, et 80.000 autres à cause du risque nucléaire.

 

Nouvelles répliques de magnitude 6

 


Japon
17:14 15/03/2011
TOKYO, 15 mars - RIA Novosti

Deux séries de réplique de magnitude 6,0 se sont produites mardi dans la partie centrale du Japon frappé par un violent séisme le 11 mars dernier.

Les secousses telluriques ont été ressenties à Tokyo, dans les préfectures de Miyagi, de Fukushima, de Chiba, de Kanagawa, de Nagano, de Shizuoka, rapporte la chaîne nippone NHK se référant au département météorologique principal du pays.

Selon la chaîne, il n'y a pas de risque d'un nouveau tsunami.

Le 11 mars, le tremblement de terre de magnitude 9,0, suivi de nombreuses répliques de magnitude supérieure à 6,0 a provoqué un tsunami de plus de 10 m qui a balayé le nord-est du Japon, faisant plusieurs milliers de morts et rasant plusieurs localités, surtout dans la préfecture de Miyagi.

 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 06:17

 

 

Urgence nucléaire au Japon

Le  Japon s'emploie à éviter une fusion potentiellement catastrophique à la centrale nucléaire de Fukushima, où une deuxième explosion a eu lieu, quatre jours après le séisme dévastateur dans le nord-est du pays.Lire la suite l'article

L'incident s'est produit lundi dans le bâtiment abritant le réacteur n°3 de cette centrale située à 240 km au nord de Tokyo. La baisse du niveau d'eau de refroidissement dans le coeur d'une autre tranche a par ailleurs laissé les barres de combustibles à l'air libre.

Sur le front des recherches, les secouristes fouillent les décombres des zones dévastées par le tsunami et s'efforcent d'apporter soins et réconfort aux millions d'habitants privés d'électricité ou d'eau courante, dans ce que le Premier ministre, Naoto Kan, a présenté comme la pire crise subie par le Japon depuis la Seconde Guerre mondiale.

Dans deux villes côtières du Nord-Est, 2.000 corps ont d'ores et déjà retrouvés. Les autorités s'en tiennent pour l'heure à une estimation d'au moins 10.000 morts. A Paris, on est sans nouvelles de 17 Français qui se trouvaient dans le Nord-Est japonais au moment du drame.

"C'est absolument cauchemardesque", a témoigné Patrick Fuller, un responsable de la Fédération internationale de la Croix-Rouge dans la ville d'Otsuchi, sur la côte. "La situation dépasse l'entendement. Presque tout a été réduit à l'état de ruines. Le gouvernement déclare que 9.500 personnes sont mortes, plus de la moitié de la population (de la ville). Je crains vraiment le pire."

Sur le plan économique, certains analystes estiment que les dégâts de la catastrophe sont si importants et le coût potentiel est si élevé - une évaluation l'a chiffré à plus de 170 milliards de dollars dans la seule zone directement touchée - que cela pourrait replonger le Japon dans la récession.

PROCÉDURE D'URGENCE

La plus grosse crainte pour l'heure est celle d'une fusion du combustible nucléaire susceptible d'entraîner une fuite radioactive de grande ampleur à la centrale de Fukushima-Daiichi.

Selon André-Claude Lacoste, président de l'Autorité française de sûreté du nucléaire (ASN), l'accident, que les autorité japonaises ont classé au niveau 4 sur une échelle qui en compte sept, pourrait être de niveau 5 voire 6 sur sept.

Récusant la comparaison avec la catastrophe ukrainienne de Tchernobyl, en 1986, Yukiya Amano, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, a quant à lui assuré que les réacteurs étaient intacts.

Tokyo Electric Power Co (Tepco), qui exploite la centrale, a fait savoir que les barres de combustible du réacteur n°2 étaient totalement hors de l'eau, ce qui pourrait les faire entrer en fusion.

Elles avaient déjà émergé partiellement lorsque les pompes qui assurent le remplissage à l'eau de mer ont été à cours de carburant. Les opérations ont pu reprendre mardi matin, heure locale.

Une fusion partielle s'est d'ores et déjà produite dans les réacteurs 1 et 3 où des explosions se sont produites, samedi et lundi, mais la situation est encore plus alarmante dans la tranche n°2, selon un représentant de Tepco.

"Si l'eau de refroidissement ne revient pas, le coeur peut entrer en fusion en quelques heures", explique Edwin Lyman, expert en matière de sureté nucléaire et membre de l'Union des scientifiques responsables.

Selon les autorités japonaises, les enceintes de confinement des réacteurs n'ont pas été endommagées par les explosions dues à une accumulation d'hydrogène.

Le bilan officiel fait état pour l'instant de 22 personnes irradiées et jusqu'à 190 qui pourraient avoir été exposées à des radiations. La VIIe flotte américaine, qui participe aux efforts de secours, a décidé de s'éloigner temporairement par précaution de la côte nord-est en raison d'un faible niveau de radiation.

CONFUSION À TOKYO

Dans le nord du pays, près de deux millions de foyers sont toujours sans électricité et 1,4 million sont privés d'eau courante. On est sans nouvelles de plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Plus de 450.000 personnes ont été évacuées des zones sinistrées par le tremblement de terre et le raz-de-marée, auxquels s'ajoutent 80.000 autres personnes évacuées de la zone établie dans un rayon de 20 km autour de la centrale de Fukushima-Daiichi.

Le séisme a contraint nombre de sociétés à suspendre leur production et les actions de certains grands groupes nippons ont chuté lundi, comme Toyota. Les indices à la Bourse de Tokyo ont clôturé en baisse de 7,5%, la plus forte chute depuis la crise financière de 2008.

Des coupures d'électricité tournantes sont appliquées dans le pays pour limiter la consommation, réduite du fait de l'arrêt de 11 des 54 réacteurs atomiques que compte le Japon.

Dans l'agglomération de Tokyo, où vivent 35 millions d'habitants, banlieusards et Tokyoïtes étaient plongés lundi dans la confusion et l'incertitude, les problèmes d'approvisionnement et de coupures d'électricité continuant.

Les rayons de certains magasins sont vides et de nombreuses lignes ferroviaires sont fermées, alors même que les gens reprenaient le travail après un week-end passé, pour beaucoup, devant les écrans de télévision et les images de désolation en provenance du Nord-Est.

Avec Chris Meyers et Kim Kyung-hoon à Sendai, rédaction de Tokyo; Eric Faye, Jean-Stéphane Brosse et Jean-Philippe Lefief pour le service français

Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 20:30

Japon: Fonte des noyaux dans 2 réacteurs - du plutonium dans le réacteur 3


 

Le gouvernement japonais estime qu'il est vraisemblable qu'un processus de fusion se soit produit dans deux réacteurs nucléaires. Y a-t-il du plutonium dans le réacteur no 3?

par Valéry Marx pour news-26

«Nous pensons qu'il est hautement probable qu'une fusion soit survenue», a expliqué le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, lors d'une conférence de presse.

Les autorités tentent de rassurer la population. Pourtant, la catastrophe nucléairepourrait prendre des proportions planétaires car dans un des réacteurs concerné, du plutonium est utilisé. Si la fonte intervient dans le réacteur no 3 les conséquences pourraient être véritablement catastrophiques.

Les niveaux de radiation ont dépassé ce dimanche matin la limite fixée par le gouvernement, a déclaré un porte-parole de la société opératrice.

Le réacteur no 3 dans lequel la fonte du coeur semble actuellement se produire est rempli d'un mélange de plutonium. Ceci pourrait conduire à une immense catastrophe. Le mélange spécial de plutonium à été introduit en août 2010 dans le réacteur, rapporte le quotidien Japan Today:

" Tokyo Electric Power Co loaded plutonium-uranium mixed oxide fuel Saturday into a     reactor at its nuclear power plant in Fukushima Prefecture in preparation for the largest Japanese utility’s first plutonium-thermal power generation. The No. 3 reactor at the Fukushima No. 1 plant would be the third in Japan to be used for the so-called pluthermal generation."

"Tokyo Electric Power Co a chargé un mélange de combustible plutonium-uranium samedi dans un des réacteurs du site nucléaire de Fukushima afin de réaliser le premier et plus grand site de production d'énergie thermique au plutonium. Le réacteur no 3 du site de Fukushima sera la troisième usine du Japon a passer dans la génération dite pluthermal."

"If any of these reactors go super-critical with Plutonium cores, and the containment vessel is ruptured, releasing even several kilograms of PU could conceivably KILL A SIGNIFICANT PORTION OF THE SURFACE OF THE PLANET."

"Si un de ces réacteurs avec des noyaux de Plutonium parvient à un seuil critique et si l'enceinte est rompue, la libération d'à peine quelques kilogrammes de PU pourrait entraîner LA  MORT D'UNE PARTIE SIGNIFICATIVE DE LA SURFACE DE LA TERRE."

De source informée: Les autorités ont apparemment pris la décision de laisser exploser le réacteur no 1 afin d'utiliser les moyens disponibles pour refroidir le réacteur no. 3. Mais cela ne fut pas un succès.

Dix ingénieurs nucléaires allemands travaillant pour la société Areva, au moment du tremblement de terre, ont fuit immédiatement le site pour se réfugier à l'intérieur des terres.

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 10:26

 

 

 

Japon -Vidéo  de l'explosion de la centrale atomique Fukushima. Fonte du coeur du réacteur possible à chaque instant.

 

 

Centrales nucléaires situées dans la zone du séisme au Japon
Centrales nucléaires situées dans la zone du séisme au Japon

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 09:04

 

 

Japon : nouveau risque d'explosion dans la centrale de Fukushima

Publié le 13.03.2011, 07h18 | leparisien.fr

News photo
Only the skeletal frame remains of the boxlike housing of the No. 1 reactor at Tokyo Electric Power Co.'s Fukushima No. 1 nuclear station after an explosion. KYODO PHOTO

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la catastrophe naturelle, le Japon redoute un cataclysme nucléaire. Dans la centrale de Fukushima N°1, où s'est produite une forte explosion samedi, deux réacteurs pourraient être en fusion. En cause, une panne des systèmes de refroidissement. 
Certains experts prédisent dans les heures qui viennent une catastrophe équivalente à celle de Tchernobyl. Une seconde centrale, la Fukushima N°2, est en péril. Un total de 250 000 personnes ont été déplacées et partout, les Japonais font des stocks de vivres...

Dans le reste du pays, et notamment près de Sendaï, 100 000 sauveteurs sont à la recherche de survivants dans les décombres. Des équipes de secours internationales convergent vers le nord-est du pays dévasté par le séisme de magnitude 8,9 suivi d'un tsunami dévastateur. Le bilan officiel atteint 3 000 morts et disparus. Il devrait encore s'aggraver alors que les autorités sont sans nouvelles de 10 000 personnes dans de la ville portuaire de Minamisanriku. 

8h49
. Selon la télévision, la centrale nucléaire de d'Onagawa connait également des problèmes de refroidissement. Un feu s'était déclaré dans cette centrale le jour du séisme.

8h15. Selon le chef de la police, cité par la télévision KHK, il pourrait y avoir plus de 10 000 morts dans la préfecture de Miyagi, la plus proche de l'épicentre du séisme.



08h01. Le ministre de l'Industrie avertit d'un possible déficit dans l'approvisionnement électrique lié à l'arrêt de plusieurs centrales nucléaires. Le gouvernement appelle les utilisateurs, en particulier les entreprises, à limiter leur consommation au strict minimum. 

7h35. Le gouvernement n'exclut pas un risque d'explosion à la centrale de Fukushima en raison de l'accumulation d'hydrogène dans le réacteur 3. 

7h14
. «A ce stade, on fait face à une situation semblable à celle de Tchernobyl, où on commence à déverser du sable et du ciment» pour recouvrir le réacteur en fusion, estime Peter Bradford, ancien directeur de la Commission de surveillance nucléaire américaine.

7h02
. «Si cela continue, s'ils ne reprennent pas le contrôle de tout cela, on va passer d'une fusion partielle du coeur (du réacteur) à une fusion complète. Ca sera le désastre total», continue Joseph Cirincione, qui reproche aux autorités japonaises de fournir des informations partielles et contradictoires sur la situation dans la centrale.

6h45.La présence de césium dans l'atmosphère après la libération de vapeur indique une fusion partielle en cours, estime Joseph Cirincione, chef du Ploughshares Fund, lors d'une interview sur CNN.

6h30.Des experts américains redoutent un Tchernobyl au Japon. «La situation est devenue tellement critique qu'ils n'ont, semble-t-il, plus la capacité de faire venir de l'eau douce pour refroidir le réacteur et le stabiliser, et maintenant, en désespoir de cause, ils doivent recourrir à l'eau de mer», estime Robert Alvarez, spécialiste du désarmement nucléaire à l'Institute for Policy Studies de Washington.

5h45. «Nous pensons qu'il est hautement probable qu'une fusion soit survenue». Selon Yukio Edano, le porte-parole du gouvernement, il est possible qu'un processus de fusion se soit produit dans les réacteurs 1 et 3 de la centrale Fukushima N°1.

5h09Un technicien a trouvé la mort et onze autres ont été blessés à la centrale nucléaire de Fukushima, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Citant «des autorités japonaises», l'AIEA indique qu'un technicien a été tué et quatre autres blessés dans un accident de grue à Fukushima-Daini, tandis que sept techniciens ont été blessés à la suite de l'explosion.

4h37. Tepco a entrepris de remettre en eau les barres de combustibles à l'aide d'eau de mer

4h02.Plus de 200 corps ont été retrouvés dans la localité de Higashimatsushima, dans la préfecture de Miyagi, selon la police.

03h30. Des radiations se seraient échappées du réacteur N°3 de la centrale nucléaire Fukushima N°1 et le niveau d'eau a baissé, découvrant les barres de combustible sur une hauteur de trois mètres, selon le gouvernement et l'opérateur de la centrale Tepco.

03h02. Selon l'agence Kyodo, 1 167 personnes étaient portées disparues dimanche dans la préfecture de Fukushima, voisine de la zone la plus touchée par le séisme et le tsunami.

02h40
La limite légale de radioactivité a été dépassée sur le site de la centrale nucléaire n°1 de Fukushima, a indiqué l'opérateur Tepco, cité par l'agence Kyodo.

01h55.
Le nombre de soldats envoyés dans le nord est du pays est doublé, passant de 50 à 100 000, a annoncé dimanche le gouvernement japonais.

01h30. Le bilan officiel provisoire est porté à plus de 900 morts, 642 personnes portées disparues et 1 570 blessés.

23h20. Tepco précise que le réacteur concerné par des problèmes de refroidissement est le troisième réacteur de la centrale N°1 de Fukushima. «Toutes les fonctions pour maintenir le niveau du liquide de refroidissement sont en panne», a déclaré un porte-parole de l'opérateur. Samedi, le réacteur N°1 de cette centrale avait déjà rencontré une série de problèmes, forçant les autorités à ouvrir des valves pour évacuer de la vapeur en excès.

22h51. L'opérateur Tokyo Electric power (Tepco) indique qu'il est confronté à des problèmes sur un autre réacteur nucléaire dont le système de refroidissement serait inopérant. Cette situation pourrait entrainer un nouveau risque d'explosion. Selon un officiel de l'autorité de sécurité nucléaire japonaise, le nombre de personnes irradiées pourrait atteindre 160. 

22H40La Croix-Rouge japonaise a envoyé 62 équipes dans les zones sinistrés avec près de 400 médecins et infirmières.

22h39.
La Commission américaine de régulation du nucléaire annonce qu'elle a envoyé deux experts au Japon.

 

JaponGEOPOLITIQUE/ACTUALITE/INTERNATIONAL

Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 08:23

 

JaponGEOPOLITIQUE/ACTUALITE/INTERNATIONAL

 

Japon - Vidéo du tsunami et du tremblement de terre


 

Violence du tremblement de terre
Partager cet article
Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 11:44

 

lexpress.fr

 

En direct au Japon: départ de feu dans une centrale nucléaire

Tsunami sur la côte est du Japon après le séisme, vendredi 11 mars 2011  

BBC / Capture d'écran

Un séisme d'une magnitude de 8,8 a touché le Japon ce vendredi matin. Une alerte au tsunami a été déclenchée pour le Japon, les Philippines, la Russie et îles Mariannes.

 

11h33 Départ de feu dans un bâtiment de la centrale nucléaired'Onagawa située dans la préfecture de Miyagi, pas très loin de Sendai. Les quatre centrales nucléaires japonaises les plus proches de la zone frappée par un violent séisme vendredi ont été "arrêtées en toute sécurité", annonce l'AIEA. Retrouvez ci-dessous la carte des centrales nucléaires japonaises établie par le Département américain de l'Energie

En direct au Japon: départ de feu dans une centrale nucléaire

Emplacement des centrales nucléaires au Japon. Carte établie par le Département américaine de l'Energie  

Capture d'écran/www.insc.anl.gov

11h14 Un violent séisme de 7,2 sur l'échelle de Richter avait déjà touché le pays le mercredi 9 mars. Un événement précurseur, selon les sismologues. Le Comité de recherches sismiques du gouvernement a averti qu'un grand tremblement de terre de magnitude 8 avait 70% de chances de se produire d'ici à 30 ans dans les plaines du Kanto, où est située la mégalopole de Tokyo, peuplée de quelque 30 millions d'habitants. 

En 1923, la capitale avait été dévastée par un séisme majeur, qui avait fait 140.000 victimes, pour la plupart mortes dans des incendies. Plus récemment, en 1995, le séisme de Kobe (ouest) avait tué plus de 6.400 personnes. 

11h10 La secousse sismique a été ressentie jusqu'à Pékin, à 2 500 kilomètres à l'Ouest. Les autorités des localités de l'Est de la Chine ont appelé les résidents à s'éloigner des côtes en soirée, en prévision d'un faible tsunami. 

11h00Google a mis en place un outil de recherche de disparus. Et sur les réseaux sociaux, les internautes laissent des messages pour prendre des nouvelles ou en donner. Quelques exemples: 

Sabine: "quelle angoisse depuis ce matin, enfin des nouvelles de Tokyo, tu vas bien mon petit frère... Ouf quel soulagement" 

Yuta: There are a lot of people walking on the streets, going back home, which is unusual for this hour in Tokyo. There are lucky people who lives not so far from their work place. The rest of us is stuck in Tokyo the whole night because all the trains are stopped. (Beaucoup de monde marche dans la rue, en route pour chez eux, ce qui n'est pas habituel à cette heure à Tokyo. Ceux qui ont de la chance ne vivent pas loin de leur lieu de travail. Le reste d'entre nous est coincé dans Tokyo, les trains ont été arrêtés). 

10h50 Voir des vidéos du séisme et du tsunami. Un nouveau bilan de 26 morts a été établi par les médias nippons.  

10h40 L'agence météorologique du Japon a émis cette carte concernant l'alerte au tsunami pour l'archipel

En direct au Japon: départ de feu dans une centrale nucléaire

Carte émise par l'agence météorologique du Japon, montrant l'alerte au tsunami. En rouge, la vague sera de plus de 3 mètres, en orange entre 2 et 3 mètres, en jaune environ 0,5 mètre.  

Capture d'écran/www.jma.go.jp

 

10h30 Sur Twitter, plusieurs hashtags sont déjà populaires: #japon,#tsunami#prayforjapan, par exemple. Sur ce dernier, les messages de solidarité affluent. Quelques exemples: 

@amylmansell: Thinking of those in Japan affected by#tsunami#prayforjapan (Je pense à tous ceux qui sont affectés par le tsunami) 

@covphoenix: Very sad scenes on the TV from Japan, my thoughts and prayers are with them and all who will be effected today #prayforjapan(Scènes très tristes à la télévision, mes pensées et mes prières sont pour eux) 

@janebnorgaard: Red Cross saying that #tsunami is higher than some Pacific Islands, e.g. Tuvalu at great risk later today. (La Croix rouge dit que la vague sera plus haute que certaines îles du Pacifique, comme Tuvalu) 

10h21 Ce séisme est le plus violent jamais enregistré dans l'archipel, a annoncé l'agence de météorologie japonaise, qui a estimé la magnitude du tremblement de terre à 8,8. 

10h15 Le président russe Dmitri Medvedev offre l'aide de son pays au Japon, alors que de premières vagues ont atteint deux îles del'archipel des Kouriles, que les deux pays se disputent depuis 1945. 11 000 personnes ont été évacuées, d'autres vagues, plus grandes, sont attendues. 

10h10 Le bilan est réévalué par les médias japonais: 19 morts recensés après le violent séisme et le tsunami. 

10hHawaï va être touché. Les premières vagues provoquées par le tsunami devraient atteindre les côtes de l'île américaine vers 2h55 (13h55 heure française). Les habitants des zones côtières situées près du niveau de la mer sont en train d'être évacués. 

9h54 Un nouveau séisme frappe le nord-est du Japon, à proximité des côtes, quelques instants seulement après le déclenchement d'une mise en garde lancée par les autorités grâce au système de détection anticipée. 

9h48 Les autorités philippines ordonnent à leurs habitants de la côte Pacifique d'évacuer les zones côtières et de gagner "l'intérieur des terres" annonce la sécurité civile. 

9h45 Voici une carte, pour l'heure très sommaire, que nous complèterons au fur et à mesure de la journée. 

9h38 Une réplique de magnitude 6,7 a lieu en mer au large de la région de Tokyo, annonce l'agence de météorologie japonaise. 

9h25 Nous parvenons à joindre notre correspondant au Japon, Philippe Mesmer, mais seulement par email. Sa réponse: "Plus de peur que de mal à Tokyo. Mais ça s'annonce catastrophique. Pas de téléphone..." 

9h05 Un premier bilan fait état de 4 morts. Un homme de 77 ans a été tué par l'écroulement d'un mur de pierre dans la préfecture de Chiba (région de Tokyo), une personne est décédée dans la région de Miyagi (nord-est) après la chute d'un objet et un homme est mort après le passage d'un tsunami dans un port de la préfecture d'Iwate (nord-est), a énuméré l'agence Jiji. Une vieille dame a par ailleurs perdu la vie, ensevelie sous un toit tombé dans la préfecture d'Ibaraki (région de Tokyo). 

Huit personnes étaient par ailleurs portées disparues après un glissement de terrain dans la région de Fukushima (nord-est) et un collégien a été emporté par les vagues du tsunami dans la préfecture de Miyagi, selon les médias. 

8h30 Le premier réassureur mondial Munich Re chute de 4,71%à 111,25 euros et l'assureur Allianz lâchait 1,91% à la Bourse de Francfort, suite au séisme. Munich Re avait déclaré jeudi qu'il ne tiendrait pas son objectif de résultat 2011 si l'impact des catastrophes naturelles cette année devenait supérieur aux attentes. Le réassureur a déjà subi une charge de 726 millions d'euros à cause du tremblement de terre de Christchurch en Nouvelle-Zélande le mois dernier, selon sa première estimation. 

8h15 Un tsunami de 10 mètres déferle sur les côtes de Sendai(nord-est). L'alerte est valable pour le Japon, les Philippines, la Russie et îles Mariannes. 

7h27 Les transports aériens et ferroviaires sont interrompus dans une bonne partie du Japon. 

En direct au Japon: départ de feu dans une centrale nucléaire

Un sismographe  

afp.com/Olivier Morin

Un immeuble se serait effondré dans la capitale et au moins six incendies se sont déclarés. Une raffinerie est en flamme à Iichihara, dans la région de Tokyo. Ce complexe industriel géré par la compagnie pétrolière nippone Cosmo Oil était la proie d'immenses flammes, selon des images diffusées à la télévision japonaise. 

7h00 Une alerte au tsunami est aussitôt émise incluant le Japon, la Russie, les îles Mariannes et les Philippines indique le Centre pour les tsunami du Pacifique. 

6h49 Les immeubles ont tangué à Tokyo. Un très violent séisme d'une magnitude de 8,8 sur l'échelle de Richter s'est produit vendredi vers 3 heures de l'après-midi, heure locale, 7 heures du matin, heure française, au large des côtes nord-est du Japon, faisant violemment tanguer les immeubles de Tokyo.  

La première secousse a duré plus de deux minutes, faisant bouger les immeubles de plus d'un mètre. Une réplique violente a eu lieu quelques minutes plus tard.  

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories