Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 08:57

 

L'A.Palestinienne ("unifiée" avec le 'Hamas") devra échanger G.Shalit par un maximum de prisonniers et terroristes

 

Par Aschkel

 © 2011 www.aschkel.info

http://muqata.blogspot.com/2011/05/pa-will-hold-gilad-shalit-hostage.html

 

Extrait

IMRA – Lorsque "l'unification" -  ''Hamas-Fatah", de la bande de Gaza et de la Judée-Samarie sous une seule autorité sera effective, que pensez-vous de ce qu'il se passera avec la manipulation de l'Affaire Guiilad Shalit ?

Est-ce que cela relévera de la compétence du 'Hamas, ou cela sera de la responsabilité de la nouvelle "autorité unifiée" ?

 

Réponse de Sha'ath

Ce devra être de la responsabilité de l'éAutorité unifiéeé, et nous devrons procéder dés que possible à l'échange de Shalit par autant de prisonniers palestiniens que possible.

 

Les terroristes partenaires pour la paix !!!!!

Partager cet article
Repost0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 11:16

 

France-Télévisions - Il manque un otage ! - Vidéo

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 08:59

 

 

 

Der Spiegel: L'ingénieur gazaouï enlevé doit avoir des informations sur le sort de Guilad Shalit
   Israel News
 

  Adapté par Marc Brzustowski

 

Pour © 2011 lessakele  

      http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4049655,00.html

Selon un reportage du Der Spiegel de ce mardi, Israël semble avoir kidnappé l'ingénieur Dirar Abu Sisi, parce qu'il détient des informations sensibles sur le sort de Guilad Shalit, le soldat kidnappé par le Hamas. 

Le reportage divulgue que ce responsable de premier plan des installations électriques de Gaza, qui a disparu en Ukraine et a ensuite refait surface dans une prison israélienne, avait, en réalité été kidnappé par des agents de renseignements de Kiev, sur injonction de l'Etat juif (Ynet)


Partager cet article
Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 11:42

 

 

 

Interview - Dans la tente de la famille Shalit

Par Avraham Azoulay et Laurent Goldenberg  leptithebdo 


pour © 2011 www.aschkel.info


 

 

Tout le monde se souvient de ce 25 juin 2006 où nous apprenions l'enlèvement d'un de nos soldats, Guilad Shalit par le Hamas. Le premier ministre de l'époque, Ehoud Olmert, avait refusé toute négociation et avait lancé l'opération « Pluie d'été » qui ne permettra finalement pas la libération de Guilad. Depuis, des négociations ont été ouvertes par l'intermédiaire de l'Egypte et de l'Allemagne. Guilad étant également citoyen français, le gouvernement français s'implique, lui aussi. Malheureusement aucune de ces initiatives n'a jamais abouti. Finalement, le Hamas proposera une liste de 1000 prisonniers à libérer en échange de notre soldat. Le gouvernement israélien refuse dans un premier temps de libérer ceux qui ont du sang sur les mains. Puis, il accepte sous la condition qu'ils soient interdits de séjour en Cisjordanie, proposition que le Hamas a rejetée.

 

Cela fait maintenant plus de 1700 jours que Guilad Shalit est prisonnier, dans des conditions extrêmement difficiles puisque les terroristes du Hamas n'ont même jamais accepté qu'une visite de la Croix Rouge ne lui soit rendue. Personne ne sait où il est retenu, ni même s'il est en bonne santé.

 

Les parents de Guilad, Noam et Aviva, se battent nuit et jour pour obtenir la libération de leur fils. Ils ont planté une tente de protestation devant la résidence du premier ministre israélien, dans l'espoir d'obtenir de vrais résultats. Ils sont soutenus et épaulés par de nombreux bénévoles et des personnes du monde entier qui viennent leur témoigner leur compassion.

C'est là que nous avons rencontré Noam Shalit. Nous avons également pu interroger Chochana, une militante.

 

Le P'tit Hebdo : Depuis quand la tente est-elle plantée devant la maison du premier ministre ?

Noam Shalit : Cela fait sept mois que nous sommes là tous les jours. Nous habitons ici, nous attendons, nous espérons.

 

Lph : Vous avez planté cette tente devant la maison du premier ministre. Ne faudrait-il pas la déplacer devant la Croix Rouge ou Amnesty International ?

N.S : Depuis plusieurs années, nous faisons pression sur la Croix Rouge. Mais à notre grand regret, ils ne parviennent pas à organiser une visite auprès de Guilad. Le Hamas bafouent toutes les lois internationales et ne leur permet pas une telle visite.

 

Lph : La Croix Rouge ne se soucie pas de Guilad parce qu'il est israélien ?

N.S : Non, je ne pense pas. En fait, elle n'a pas la force et la capacité pour agir.

 

Lph : Alors qu'elle était encore Ministre des Affaires Étrangères, vous aviez reçu la visite de Michèle Alliot-Marie. Elle vous a promis d'agir avec l'Union Européenne pour faire avancer la libération de votre fils. Cette promesse s'est-elle traduite dans les faits ?

N.S : Je ne sais pas vraiment ce qui a été fait. Ce que je sais, c'est que l'Élysée se préoccupe de notre situation. Le Président français travaille pour nous aider. Les Allemands aussi sont présents et nous soutiennent.

 

Lph : Nicolas Sarkozy a déclaré lors du diner du CRIF que lorsque l'on touche à Guilad, c'est à la France que l'on touche. Pourquoi tout cet investissement n'aboutit pas au moins à obtenir un droit de visite de Guilad ?

N.S : Tout d'abord je voudrais remercier le Président français pour le grand intérêt qu'il porte à Guilad. Il le considère comme un compatriote et cela représente beaucoup pour moi. Je sais qu'il fait des efforts. Mais la France n'a aucun contact avec le Hamas. La présidence française fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire avancer les choses. Elle utilise tous les moyens dont elle dispose en collaboration avec l'Allemagne.

 

Lph : Sur qui doit-on faire pression ?

N.S : Nous faisons pression sur le premier ministre. Nous voulons qu'il fasse ce qu'il faut pour ramener Guilad, qu'il libère les prisonniers que le Hamas demande en échange. Et ensuite s'il veut s'occuper des terroristes qu'il s'en occupe. Nous n'avons pas d'autre choix.

 

Lph : De quand date le dernier signe de vie de votre fils ?

N.S : Nous n'avons aucune nouvelle depuis un an et demi maintenant.

 

Lph : Qu'est-ce que les francophones peuvent faire pour aider à la libération de Guilad ?

N.S : Je sais que la communauté juive est avec nous, qu'elle nous soutient. L'action se déroule ici à Jérusalem, nous les attendons lors des différentes manifestations que nous organisons.

 

Lph : Comment la population israélienne juge-t-elle votre combat ?

N.S : La majorité des Israéliens nous soutient, et ce quel que soit le prix à payer. D'ailleurs, je tiens à préciser que ce n'est pas nous qui avons fixé ce prix.

 

Lph : Vous n'en avez pas assez parfois de toutes ces personnes qui viennent vous dire qu'elles vous soutiennent, qu'elles souffrent avec vous, alors que concrètement rien ne se passe ?

N.S : Non, nous demandons aux gens de venir nous témoigner leur soutien. C'est important pour nous de voir du monde venir.

 

 

Lph : Chochana, pourquoi êtes-vous la ?

Chochana : Nous sommes un groupe de mères qui avons décidé d'être présentes auprès de la famille Shalit. Il faut savoir qu'ici viennent des personnes de tout le pays et du monde entier : France, Allemagne, Japon, Chine, etc.

C'est très important pour les parents de Guilad d'être entourés de nombreuses personnes. C'est aussi fondamental que la nouvelle génération de soldats sachent que nous sommes derrière eux, que l'on pense à eux.

De plus, mon fils était à l'armée avec Guilad.

 

Lph : Vous êtes là tous les jours ?

Chochana : Nous nous relayons chaque jour, de 9h du matin à 9h du soir. Il y a quelqu'un en permanence avec la famille.

 

Lph : Votre présence et les nombreuses visites sous la tente font-elles du bien aux parents de Guilad ?

Chochana : En tant que mère, j'imagine qu'Aviva, la mère de Guilad, ne pourrait pas tenir sans ces marques de soutien. Je vais vous donner un exemple : un jour, un autobus rempli est arrivé de la tombe de Baba Sale. Des personnes portant kippa en sont descendues et elles ont commencé à prier ici. Vous pensez que cela n'a pas d'effet sur Aviva ?

 

Lph : Vous restez devant la maison du premier ministre. Ne faudrait-il pas faire pression sur la Croix Rouge, Nicolas Sarkozy ou le Hamas ?

Chochana : Oui, il est clairement inacceptable que Guilad ne puisse pas recevoir une visite de la Croix Rouge conformément aux règles de la Convention de Genève. Nous souhaitons également faire pression sur le Hamas. Les gouvernements occidentaux doivent le faire, ne serait-ce que pour obtenir une visite, le voir, savoir qu'il est en vie.

Mais, vous savez, nous avons une liste de prisonniers que le Hamas nous demande de libérer, qu'on les libère et l'histoire sera finie ! Tout le débat dans le pays tourne autour du prix à payer. Pour ma part, je pense que la prison change une personne. Il en restera peut-être 5 ou 6 qui n'auront pas changé, le Mossad et la police sont là pour ceux-là. Ce n'est pas pour ces 5 ou 6 personnes que nous ne devons pas payer le prix. Notre gouvernement a, dans ses mains, la possibilité de libérer Guilad.

 

Lph : Qu'avez-vous envie de dire aux francophones ?

Chochana : Je veux leur dire qu'ils sont extraordinaires ! Tous les francophones que nous voyons ici ont un grand cœur. 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 11:57

 

 

Merci Michel

© 2011 www.aschkel.info

 

A Guilad

 

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 18:43

 

Merci Michel

 

 

 

logo wikileaks

 

Wikileaks - Une nouvelle déclaration concernant Guilad SHALIT

 

Par Claire Dana-Picard

 

Le site Wikileaks continue à publier des documents inédits permettant de découvrir des faits jusque là ignorés par les médias. Dans sa dernière livraison communiquée par la presse norvégienne et relayée par le site Ynet, il fait part de la teneur d’une conversation entre le général américain David Petraeus et le président égyptien Hosni Moubarak en juin 2009. Lors de l’entretien, Moubarak aurait déclaré que la Syrie et le Qatar avaient torpillé une transaction mise en œuvre pour la libération de Guilad Shalit.

D’après ce nouveau document, le président égyptien aurait précisé que ces deux pays avaient proposé au Hamas la somme de 50 millions de dollars pour que l’organisation terroriste maintienne le soldat israélien en captivité. Toute cette démarche aurait eu pour objectif de faire échouer les tractations en cours entre Israël et le Hamas en faveur de Shalit, menées sous l’égide du Caire.

L’affaire aurait été révélée par un télégramme envoyé au siège de l’administration américaine à Washington par le général Petraeus dans lequel ce dernier aurait mentionné les propos de Moubarak. Toutefois, on ne sait pas si le Hamas a accepté finalement cette « compensation » financière offerte par Damas et Doha. Autre précision : Moubarak aurait fait ces déclarations trois mois avant qu’Israël reçoive le fameux enregistrement vidéo, particulièrement poignant, où l’on aperçoit le jeune Guilad s’exprimer devant la caméra. A l’époque, on considérait l’événement comme un pas en avant dans les démarches entreprises pour la libération du soldat.

Dans les documents, qui ont été cités également par la chaîne qatarie Al Jazeera et dans les médias palestiniens, Wikileaks proposerait d’autres détails sur l’implication de l’Egypte dans cette affaire et indiquerait notamment qu’Omar Soleiman, devenu récemment vice-président mais qui dirigeait à l’époque les Renseignements égyptiens, a œuvré activement pour que l’otage israélien soit rendu à sa famille.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 07:20

 

 


Zacharie Baumel Zvi Feldman Yéhouda Katz             Guy Hever


 
  


 
  


 

Bann C.E.NEPHTALI
Pour aschkel.info et lessakele.
24ème anniversaire de la disparition de Ron Arad
Par Charles-Etienne NeEPHTALI

 


J’ai honte, et c’est la raison pour laquelle je rédige ce texte, ce long texte, avec quelques jours de retard par rapport à l’anniversaire de la disparition de Ron Arad en reprenant des éléments d’un autre texte personnel d’il y a 3 ans.

J’ai honte, car ce Chabbat, pendant la lecture de la Paracha « Lekh Lekha », cette Paracha qui marque le départ de la grande et prestigieuse Histoire de notre Peuple, je ne pouvais m’empêcher de penser à Ron Arad disparu un 16 octobre, comme ce Chabbat, il y a 24 ans, presque ¾ de siècle. Qui en parle encore ? Qui s’en souvient ?

Je ne pouvais m’empêcher de penser également à ces autres militaires israéliens dont nous n’avons plus de nouvelles depuis fort longtemps

Zacharie Baumel (3), Zvi Feldman et Yehuda Katz (11 juin 1982),

Guy Hever (16 août 1997).

Qui se souvient encore de ces noms, exception faite pour celui de Ron Arad qui fut et reste un symbole ? Et voilà que depuis plus de 4 ans, celui de notre fils et frère Guilad Shalit, dont nous craignons qu’il ne devienne « un nouveau Ron Arad », est venu s’ajouter à cette liste ! Quel drame !

Qui se souvient encore de nos captifs à part les participants à quelques petites initiatives privées très et même trop timides ? Nos Institutions officielles devraient à mon sens en faire beaucoup plus ! Les responsables du Centre Communautaire Juif de Paris, par exemple, pour vraisemblablement « faire comme les autres », c’est à dire comme Libération, Le Monde et autres, s’empressèrent d’accrocher sur la façade du bâtiment les portraits de Mme Florence Aubenas et de son guide-interprète, M. Hussein Hanoun, mais n’accrochèrent jamais celui de Ron Arad. « Il n’est pas Français », me rétorqua-t-on un jour. Et M. Hussein Hanoun l’est-il ? Et d’ailleurs, si être Français est un « critère de sélection » pour attirer l’attention du public sur des « otages français », pourquoi Guilad Shalit, possédant la nationalité française, eut-il tardivement son portrait sur la façade du Centre Communautaire ? Pourquoi n’a-t-il pas encore son portrait sur la façade de l’Hôtel de Ville de Paris ?

« Arévim zé la zé » nous enseignent nos Sages, « nous sommes tous responsables de notre prochain » (4) car nous sommes « un seul Peuple, un seul cœur », « Am ehad, Lev ehad ». Il y a quelques semaines encore, nous célébrions cette unité du Peuple juif sous la Souccah.

Pendant la lecture de « Lekh Lekha », et j’en ai honte, je pensais à cette fin de journée de Kippour, dans notre Synagogue pleine et très bruyante et à ce moment solennel, dans le silence cette fois, où nous nous couvrîmes de nos Talith pendant que le son du Shofar retentissait.

Et puis, dans un brouhaha, nous nous sommes souhaités « Gmar ‘Hatima tova », nous avons embrassé nos parents, nos grands-parents, nos femmes, nos enfants, nos petits-enfants, nos amis. Behezrat Hachem (1), à l’année prochaine. Et ensuite, très précipitamment, nous sommes rentrés chez nous afin de rompre les 25 heures de jeûne avec nos plats traditionnel, nos confitures, nos gâteaux…………………

Mais qui aura souhaité « Gmar ‘Hatima tova » à notre fils et frère Guilad entre les mains des terroristes arabes de Gaza depuis le 25 juin 2006, ce jour maudit où il fut enlevé en territoire israélien ? A cause de la sauvagerie de ces terroristes, son grand-père Zvi, qui déclara dernièrement craindre de mourir sans avoir revu son petit-fils, ses courageux parents, Aviva et Noam, ainsi que sa sœur Hadas et son frère Yoël n’auront pas eu cette joie ! Depuis plus de 4 ans maintenant, la chaise de Guilad est désespérément vide pour toutes ces fêtes ! Depuis plus de 4 ans il ne lui est plus souhaité « ‘Hag Sameah, Chana Tova, Gmar ‘Hatima tova, Chabbat Chalom ». Quel malheur ! Quel drame !

Quel Shofar aura entendu Guilad sinon les sarcasmes de ses geôliers et les cliquetis de leurs armes ? Sut-il au moins que c’était Kippour ? A-t-il la notion du temps enfermé très vraisemblablement dans un cachot sous terre ? Quel repas aura-t-il eu ?

Toutes ces questions, et bien d’autres encore, je me les suis également posées pour tous « nos » militaires disparus, je me les suis posée non seulement ce Chabbat pendant la lecture de Lekh Lekha mais également pendant toute la journée de Kippour. Et je dois avouer que, pendant cette journée pourtant si importante, je n’arrivais pas à me concentrer sur les prières que je ne suivais que par intermittence. D.ieu me le pardonnera-t-il ?

Lors de la lecture du « ligotage/sacrifice » d’Isaac et de la Paracha de cette semaine, je m’interrogeais, sans y apporter naturellement de réponse, pour savoir si M. Netanyahou devait discuter directement ou non avec « le-devenu-respectable » M. Abbas-Mazen,

- ce Monsieur qui soutint une thèse négationniste sur la Shoah,

- ce Monsieur qui finança l’assassinat des athlètes israéliens aux J.O. de Munich,

- ce Monsieur qui fut le co-organisateur du massacre de Maalot le 15 mai 1974 au cours duquel 27 Israéliens furent assassinés dont 22 enfants,

- ce Monsieur qui dénonce régulièrement et avec véhémence les opérations de Tsahal dans la bande de Gaza,

- ce Monsieur qui exige le retour des « réfugiés », et la création d’un état palestinien avec pour frontières « celles de 1967 » et Jérusalem-Est pour capitale et la non-présence de Juifs dans cet état,

- ce Monsieur qui exige « un passage sécurisé » entre la bande de Gaza et la Judée-Samarie,

- ce Monsieur qui considère comme « inacceptable » toute autre proposition israélienne,

- ce Monsieur qui refuse les 92% des « territoires occupés » comme proposé en 2000 à Camp David,

- ce Monsieur qui refuse de reconnaître le caractère juif d’Israël,

- ce Monsieur qui n’accepte pas que les Israéliens puissent construire où bon leur semble et surtout pas dans leur capitale Jérusalem,

- ce Monsieur soutenu par la communauté internationale, Etats-Unis et Union Européenne en tête,

- ce Monsieur qui décerna une très haute distinction à 2 femmes terroristes emprisonnées en Israël coupables d’attentats particulièrement meurtriers,

- ce Monsieur…….

- ce Monsieur…….

 

Je me souviens encore que lors de la lecture de la solitude de Jonas « dans le ventre du gros poisson », je pensais à la solitude de Guilad en particulier dans les repaires des terroristes arabes. Jonas en est sorti, pas lui………………..alors que pendant ce temps-là, certains hommes politiques israéliens envisagent, et demandent même, la libération du chef terroriste arabe Barghouti condamné à la prison à vie pour la mort de plusieurs Israéliens. Et j’apprends ces jours-ci que cet « échange » prend de plus en plus forme avec, en « prime », la libération de centaines de terroristes qui, n’en doutant pas un seul instant, « reprendront du service » !

 

Il en fut ainsi tout au long de cette journée de Kippour (et de la Paracha de cette semaine). J’enrageais au lieu de suivre le rituel de notre liturgie. Et de m’interroger encore : « D.ieu me pardonnera-t-il ? ». Je m’interrogeais bien qu’à Kippour, avec l’Assemblée, j’aie reconnu qu’« en dehors de Lui, nous n’avons personne pour pardonner et absoudre », bien qu’ayant reconnu avoir commis envers Lui « des fautes par ignorance, volontairement, par médisance, en secret, par erreur……. ».

 

A Kippour, avec l’Assemblée, je Lui ai demandé de « nous exaucer », de « nous annoncer de bonnes nouvelles », de « détruire ceux qui se dressent contre nous pour le mal » (2), d’«opprimer ceux qui nous oppriment ».

 

A Kippour, avec l’Assemblée, je Lui ai demandé, en lisant Avinou, Malkénou, notre Père, notre Roi, d’« éviter aux fils de Son alliance la peste,…..le malheur,…..la captivité….. ».

 

Oui, la captivité. Et à nouveau mes pensées allèrent bien sûr vers Guilad mais également vers les autres militaires israéliens mentionnés plus haut, Zaccharie, Zvi, Yehuda, Ron, Guy.

 

Pendant la prière à Kippour et pendant la lecture de la Paracha de cette semaine, je me souvenais de ce que nous enseignent nos Sages, à savoir que les Juifs ont l'obligation impérative de racheter les captifs, obligation considérée comme une grande mitzva quoique ne figurant pas dans la Thora.

 

Pendant la prière à Kippour et pendant la lecture de la Paracha de cette semaine, je pensais à ce qu’écrivait Maïmonide : « Il n'existe pas de commandements plus importants que le rachat des prisonniers », pidyon chvouïm en hébreu. Ce pydion qui incombe à la Communauté toute entière et qu’Israël paie souvent très cher pour le respecter.

 

Pendant la prière à Kippour et pendant la lecture de la Paracha de cette semaine, je pensais qu’il m’avait même été dit que ce commandement était si important que laHalacha permettait que l'argent collecté en vue de la construction d’une Synagogue serve au pidyon.

 

Pendant la prière à Kippour et pendant la lecture de la Paracha de cette semaine, je pensais que le 30 juin 1997, lors d’une manifestation devant l’Ambassade d’Israël, manifestation placée sous le slogan « Sois responsable de ton prochain - Arévim zé la zé », le Grand Rabbin de France déclara « qu'on pouvait aller jusqu'à vendre une Synagogue » pour ne pas transgresser cette mitzva.

 

*

*      *

 

Nous venons de passer 8 jours dans nos Souccot, ces frêles « habitations » en souvenir des 40 années d’errance de nos ancêtres dans le désert. Nous avons « vu le ciel » à travers le toit de branchages. Mais nos otages et Guilad en particulier, ont-ils vu le ciel, eux qui doivent être enfermés, et dans quelles conditions, dans des prisons ou dans des souterrains ? L’ont-ils seulement même vu depuis leur enlèvement ?

 

Ayons une pensée pour les courageux parents de Guilad qui depuis des semaines vivent sous une tente et ce jusqu’à la libération de leur fils

 

Avec l’Assemblée, j’ai prié avec ferveur pendant Souccot, pendant la lecture des Hocha’anot dans lesquelles il est beaucoup question de délivrance. « Délivre ! Ô délivre ! ». Délivrance pour nos otages !

 

Prions pour le retour de tous les prisonniers et pour le plus récent d’entre eux, Guilad, en cette année 5771, année du 63ème anniversaire de l’Etat d’Israël, afin qu’à Kippour prochain, Behezrat Hachem (1), nous puissions leur souhaiter « Gmar ‘Hatima tova ». AMEN !

 

 

 

Charles Etienne NEPHTALI

Le 20 octobre 2010

 

_____________________________________________

(1)  Et non Inch Allah, comme scandaleusement prononcé, dans la Synagogue par surcroît, par certaines personnes, pas âgées du tout.

(2)  Donc tous nos ennemis que nous assimilons au Léviathan, ce légendaire monstre marin incarnant le mal qui sera immolé à la fin des temps et dont la peau servira à la construction de la Souccah des temps futurs, ce monstre dont il est dit que sa mort mettra fin au mal dans le monde.

(3) Le 20 août 1997, j’adressais à Madame Myriam Baumel, la Mère de Zacharie Baumel enlevé 15 ans auparavant, une lettre en réponse à son émouvante déclaration selon laquelle elle « avait l’impression que peu à peu tout le monde se [désintéressait] de son drame », lettre dont je reproduis ci-dessous quelques extraits.

(4)  Un Rabbin, illustrant ce commandement, nous contait cette histoire quelque peu naïve : des habitants d’un Shtetl, voulant passer sur l’autre rive d’une rivière, payèrent leur place sur une petite embarcation. Au milieu du cours d’eau, l’un d’entre eux sorti un vilebrequin (nous dirions aujourd’hui une perceuse sans fil) et commença à percer un trou sur le fond de la barque, entre ses pieds. Les autres passagers l’invectivèrent, lui demandant ce qu’il était en train de faire. « Un trou car cette place, je l’ai payée et elle m’appartient » leur répondit-il. L’embarcation coula, tous se noyèrent.

 

*

*     *

 

Chère Madame Myriam Baumel,

 

……..malheureusement, chère Madame Baumel, j’en arrive à avoir la même impression que vous.

 

……..n’étant pas (encore) Israélien, je ne me permettrais pas de porter un jugement sur l’attitude des Israéliens comme le firent récemment certains journalistes et historiens. Mes critiques vont vers les Juifs en général et les Juifs de France en particulier.

 

Personnellement, Madame, même très difficilement, j’imagine votre angoisse en pensant au mauvais sang que nous nous faisons ne serait-ce que lorsqu'un proche a du retard pour rentrer à la maison ou en pensant à la contrariété que nous éprouvons lorsqu'un proche n'est pas là pour un Chabbat ou une fête.

 

Personnellement, Madame, même très difficilement, j’imagine ce que vous devez éprouver vous-même ainsi que les Pères, Mères, sœurs, frères ou fille (dans le cas de Ron Arad et de sa fille Youval).

 

Vous avez raison, Madame, de préciser que « le temps ne travaille pas pour les captifs ». Vous avez également raison lorsque vous affirmez que, « tant à gauche qu’à droite, les responsables politiques ainsi que l’Armée évoquent parfois divers motifs pour laisser de côté ce douloureux problème des soldats disparus ».

 

Vous avez raison, Madame, de dire « qu’il est lamentable de porter crédit à ce que peut dire un Arafat dans le domaine des disparus et dans beaucoup d’autres, d’ailleurs ».

 

Vous avez raison, Madame, de dire « que rien ne doit être concédé à l’OLP tant que de véritables informations sur nos soldats disparus n’auront pas été obtenues ».

 

Oui, chère Madame, chaque Juif à travers le monde se doit de se sentir concerné par votre drame et celui des familles de Zvi Feldman, de Yehouda Katz et de Ron Arad, la libération des captifs étant une très grande mitzva que nos Sages ont considérée comme prioritaire, mitzva passant même avant celle qui consistait à construire une Synagogue.

 

……….. il ne faut pas que votre famille ainsi que les familles Feldman, Katz et Arad « ne pleurent pas dans la solitude, afin que Zacharie, Zvi, Yehouda et Ron ne soient pas abandonnés, livrés à leurs pleurs et à leur solitude en des lieux inconnus mais sûrement hostiles ».

 

……….. non, Myriam (permettez-moi de vous appeler par votre prénom, qui est celui d’une femme courageuse et célèbre de notre Histoire), vous et toutes les autres Mères, ne soyez plus seules à pleurer. Je pleure avec vous……………….

 

……………………

Charles Etienne NEPHTALI

Le 20 août 1997

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 06:48

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci Anne-Marie pour l'envoi de cette lettre

 

 

Rappel des faits 

ICI

>Ligue des Droits du Hezbollah (Sheikh Tubiana) et MRAP déshonorent le nom d'Homme à Villeneuve d'Asq

 

Précédente lettre à Nicolas Sarkozy

ICI

 

 

Anne-Marie ANTONIETTI, 

Chrétienne Française                                       

                                                                        Le 16 septembre 2010

 

                                                                        Monsieur Gérard CAUDRON

                                                                        Maire de VILLENEUVE d'ASCQ

 

 

Monsieur le Maire,

 

Je tenais à saluer votre initiative de faire apposer, sur la façade de votre Mairie, le 29 août dernier, une banderole réclamant la "liberté pour Guilad Shalit".

 

Même si…deux jours plus tard, en raison de pressions…il vous fallut déjà la retirer!...

 

Pourtant, il s'agissait seulement de marquer, durant une petite semaine, l'anniversaire de Guilad. Et, rappelons-le, ce jeune Franco-Israélien n'avait que 19 ans, et faisait seulement son service militaire, comme pourrait le faire tout jeune Français, lorsqu'il fut kidnappé, en territoire israélien, par des terroristes du Hamas, qui assassinèrent deux de ses camarades, et en blessèrent trois autres.

 

Certes, de telles pressions, et un tel retrait forcé, pourraient nous faire penser : "malheureux Guilad, et malheureuse famille Shalit ! L'enfer qu'ils traversent n'en finira donc pas ?"

 

Mais, même si l'on empêchait de mettre son portrait; ou une banderole, dans les lieux publics français, nul ne nous empêchera jamais de garder toujours Guilad et sa famille au fronton de nos cœurs !

 

Quant à leur destin, Dieu le tient dans Ses mains, et S'en occupe.

 

Par contre, dans une telle situation, comme dans de nombreuses autres du même ordre, ma pensée profonde, ma consternation et ma très grande tristesse tiennent en deux mots, très simples, dramatiques, et extrêmement percutants :

 

"P A U V R E         F R A N C E" !!!

 

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l'expression de ma considération distinguée.

Anne-Marie ANTONIETTI

www.antonietti-israel.org

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 17:00
Importante mobilisation pour Guilad Shalit à l’Université d’été des jeunes de l’UMP

Hier, le 31 août 2010, le Comité de Soutien pour Guilad Shalit  tenait un stand pour mobiliser les jeunes de l’UMP à la cause du jeune otage.

En plus de la pétition qui a recueilli un grand nombre de signatures, des personnalités parmi les plus importantes du parti ont posé à côté d’un portrait de Guilad pour témoigner de leur espoir de voir libérer le jeune otage.

En s’approchant du stand, le Secrétaire général de l’UMP, M. Xavier BERTRAND a adressé un message de soutien à la personne qui en avait la charge et a dit : « ce que je souhaite le plus, c’est que Guilad puisse quitter l’endroit où il se trouve le plus rapidement possible ».

M. Jérémy Redler , Conseiller du 16ème arrondissement de Paris à qui la question de savoir pourquoi il était important que ce stand ait une place à leur Université d’été ? Il a repondu :  » L’UMP a souhaité s’associer à la souffrance de la famille de Gilad SHALIT pour dénoncer cette situation inadmissible. A l’heure où le monde recherche les meilleurs voies pour la paix au Proche-Orient, le cas de Gilad est devenu un des symboles du combat permanent pour les Droits de l’Homme. »

Xavier Bertrand , secrétaire général de l'Union pour un mouvement populaire (UMP)

Xavier Bertrand signe la pétition pour Guilad Shalit

Roger Karoutchi , ambassadeur de France auprès de l'OCDE

Benjamin Lancar , président des Jeunes Populaires

 

David Douillet , député et conseiller régional d'Île-de-France pour le département des Yvelines

Chantal Jouanno , Secrétaire d'État chargée de l'Écologie

 

Luc Chatel , Ministre de l'Éducation nationale et porte-parole du gouvernement

Nadine Morano , secrétaire d'État chargée de la Famille et de la Solidarité auprès du ministre du Travail

Ont  également signé la pétition , Edouard Courtial , Catherine Dumas ainsi que le ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives Marc-Philippe Daubresse

Partager cet article
Repost0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 20:33

 

guilad.JPG 

 

Vendredi Sewa notre ami et fidèle lecteur d'Aschkel.info et Lessakele lisait un discours à la Mairie de Villeneuce d'Asq (Nord), pour l'anniversaire de Guilad détenu dans d'atroces conditions par le 'Hamas et la pose d'un calicot demandant sa libération immédiate.

Lire le discours de Sewa 

>L'Amitié judéo-noire et la Mairie de Villeneuve d'Asq déroulent une banderole pour la libération de Guilad Shalit!


Sewa a pris a coeur l'appel lancé sur ce site Ecrire à son maire pour que la photo de Guilad soit sur toutes les Mairies.

Par son humanité et sa détermination, aujourd'hui un calicot est apposé au fronton de la Mairie.

Nous remercions SEWA de tout notre coeur, la Municipalité de Villeneuce d'Asq , l'Amitié Judéo-noire ainsi que la voix du Nord qui s'est fait l'écho de cette trés importante manifestation.

 

Puisse enfin notre frère GUILAD être libéré de l'enfer où il se trouve !

 

-mairie-sewa-guilad.JPG

 


 

Le Villeneuvois Sewa W. LASSEY se bat pour la libération d'un otage franco-israélien

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Villeneuve_d_Ascq/actualite/Secteur_Villeneuve_d_Ascq/2010/08/28/article_le-villeneuvois-sewa-w-lassey-se-bat-pou.shtml

samedi 28.08.2010, 05:14 La Voix du Nord

 Sewa W. Lassey sourit. Les ouvriers viennent de poser la banderole sur la façade de l'hôtel de ville. Sewa W. LASSEY sourit. Les ouvriers viennent de poser la banderole sur la façade de l'hôtel de ville.
|  LE VISAGE DE L'ACTUALITÉ |

Hier, en début d'après-midi, une banderole de soutien à l'otage franco-israélien Guilad Shalit a été déployée sur la façade de l'Hôtel de Ville de Villeneuve d'Ascq. Une action réalisée à la demande d'un Villeneuvois, Sewa W. LASSEY qui, depuis un peu plus de deux ans maintenant, se bat avec son association pour obtenir la libération du jeune homme, otage du Hamas depuis le 25 juin 2006.

 

PAR FLORENCE DELFÉRIÈRE

villeneuvedascq@lavoixdunord.fr PHOTO « LA VOIX »

Franco-Togolais, Sewa W. LASSEY a quitté le Togo afin de fuir le régime dictatorial. Juriste de formation, très engagé dans la vie associative, Sewa est sensible à tout ce qui touche à la liberté des droits de l'Homme. C'est pourquoi il n'est pas resté de marbre lorsqu'il a découvert l'histoire de Guilad Shalit. « C'est en me rendant à un colloque à Ris-Orangis, sur la cohésion sociale que j'ai fait la connaissance d'Olivia Cattan, la présidente de l'association Paroles de femmes. » Cette dernière lui explique le cas de Guilad et précise qu'elle est en contact avec la mère de l'otage. « En tant que président de l'association Amitié judéo-noire du Nord-Pas-de-Calais, j'ai réalisé un travail important sur la situation des juifs noirs. Je me bats pour la conquête des droits civiques des Noirs. » Afin de « réparer la sottise de Dieudonné, qui, quoi qu'on en dise a eu un impact sur le milieu Noir. » En juillet 2008, il écrit une lettre émouvante à la maman de Guilad afin de lui apporter son soutien. « Depuis j'ai engagé un combat dont j'espère que l'issue sera positive. » Depuis 2008, aucune ONG n'a obtenu la possibilité d'entrer en contact avec l'otage. « Un comble. En octobre dernier, une vidéo, montrant le soldat captif tenant un journal de Gaza daté du 14 septembre, nous est quand même parvenue. C'est à ce jour la seule preuve que nous ayons pour dire que Guilad est en vie. » À chaque fois que l'occasion se présente, Sewa interpelle les politiques. « Très peu de municipalités osent se prononcer. Pourtant, beaucoup sont au courant au gouvernement. C'est en simple administré que j'ai fait une demande à Gérard Caudron, le premier magistrat. » Une demande qui a vite abouti, puisque le soir même, l'édile le mettait en contact avec un de ses conseillers. « Ensemble, nous avons étudié ce qu'il était possible de mettre en place et décider d'une date symbolique. » Cette date, c'est l'anniversaire de Guilad. Aujourd'hui même, il a 26 ans.

Enfin, les choses commencent à bouger. Le 11 mars dernier, une résolution du Parlement Européen a été prise sur le cas de Guilad Shalit. Évoquant la convention de Genève de 1949 et la convention internationale de 1979 contre la prise d'otages, l'Europe demande « aux ravisseurs du soldat israélien Guilad Shalit, de le libérer, sans délais. » 

 

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories