Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 06:21

 

affiche des islamistes malaisiens

      

Des vacances à Gaza ? (mettre en plein écran)


FLOTILLE – Les organisateurs refusent d'envoyer leur "aide humanitaire" à Gaza.

Par Aschkel - © 2011 www.aschkel.info 

Sources - athensnews - israelhayom - thestar 

Il n'a jamais été question d'une flottille humanitaire, il n'a jamais été question de se soucier réellement d'envoyer une aide humanitaire à Gaza, qui d'ailleurs ne souffrent ni de pénurie, ni de crise alimentaire. Il n'a jamais été question de respecter le droit International, ni les blocus qui sont mis en place pour éviter le terrorisme et le trafic d'armes.

Il a toujours été question de servir la cause du terrorisme, celle des dirigeants du 'Hamas au mépris des droits élémentaires de la population gazaouie qui souffre de l'idéologie mortifère de ces fascistes sanguinaires.

Nous savons a qui nous avons à faire, aujourd'hui ces activistes et propagandistes de la terreur montrent au monde pour ceux qui douteraient encore ! Ils soutiennent le terrorisme, méprisent les droits humains des Gazaouis, et ne sont motivés que par la haine envers le seul pays démocratique de la région – Israël, rempart contre le l'islamisme radical et l'arriération mentale.

Les flottidiots refusent l'offre de la marine grecque de transférer par voie maritime et de façon légale, vers Gaza, l'aide humanitaire qu'ils transporteraient.

Leur seul but briser le "blocus" établit légalement contre le trafic d'armes et les actions terroristes de leurs protégés les dirigeants du 'Hamas.

"Ce que nous voulons c'est briser le siège, et non pas d'élargir quelque peu le goutte à goutte de l'aide humanitaire vers Gaza" a déclaré Ewa Jasiewicz de free Gaza.

Ygal Palmor a précisé dimanche qu'Israël est tout a fait d'accord et pense la proposition grecque raisonnable, le transport et le transfert sous supervision de l'ONU de l'aide humanitaire vers Gaza, sous la condition que l'armée vérifie la cargaison et ainsi être sur d'éviter toute contrebande d'arme et de matériaux interdits.

Israël ne voit aucun absolument aucun problème pour le transfert d'aide humanitaire par les canaux appropriés.

 

Les organisateurs quand eux étudient la possibilité de contourner l'offre et la décision grecque quitte à les violer et quitter les ports grecs. Certains d'entre eux ont déclaré vouloir entamer des grèves de la fin pour faire plier les autorités.

Certains participants convaincus du but politique et non humanitaire poursuivi par les organisateurs ont déjà quitté la Grèce et sont retournés dans leurs pays d'origine.

Les gouvernements de la Turquie, la Grèce et de  Chypre ont l'intention ferme d'aider à arrêter cette provocation.

Le 'Hamas quant à lui et ses soutiens accusent le gourvenement grec d'avoir subi des pressions de la communauté internationale manipulée par Israêl.

Le Star of malaysia rapoorte quand à lui la présence d'éléments islamistes à bord du Stéfano Chiarini  (contingent malais) islamistes du groupe Haluan falastin dirigé par 

 

Norazman Mohn Shamsuddin qui sur son sité n'hasite pas à délégitiminer l'Etat d'Israël, à considérer le sionisme comme le pire des maux, a libérer la Mosquée Al-Aqsa et détruire la nation juive.

haluanpalestin

 

 

 

Chacun y va de son commentaire, pour les uns le lobby sioniste menacerait l'important contrat gazier ou autres accords économiques signés entre Israël et la Grèce, certains voient des actes de sabotage de la part du Mossad sur les bateaux, d'autres des chantages financiers de la part d'autres pays européens au vu des difficultés économiques dernièrement rencontrées par le gouvernement Papandréou....


.


Les autorités grecques ont interdit toutes sortes de manifestations à quai.












Partager cet article
Repost0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 09:57

 

 

N.Elgrably-Levy-copie-1.jpg

 

Les guerres oubliées et le bateau canadien de la Flottille

Par Nathalie Elgrably-Levy

© 2011 www.aschkel.info

 

 

Depuis quelques jours, on fait largement état du «Tharir», ce bateau canadien qui se joindra à la «Flottille de la liberté 2».  L’objectif officiel de cette mission, initiée par les mouvements et les partis de gauche à travers le monde ainsi que par les syndicats, est de briser le blocus maritime imposé par Israël à la Bande de Gaza et d’apporter de l’aide humanitaire aux Gazaouis.  Québec solidaire (QS) prendra part à la mission et enverra une représentante.

Pour les instigateurs de la flottille, Gaza vit une crise humanitaire et il est urgent d’apporter de l’aide aux nécessiteux. Pourtant, Khalil Hamada, un haut fonctionnaire du ministère de la Justice du Hamas, déclarait récemment : «Il n’y a pas de famine à Gaza.  Personne n’est mort de faim». 

 

Et que penser de l’étude conduite par l’UNRWA, un programme de l'Organisation des Nations Unies pour l'aide aux Palestiniens, qui s’inquiète du taux d’obésité élevé chez les Gazaouis (41,6% chez les femmes et 31,6% chez les hommes).  Mais ne comptons pas sur QS pour faire la part des choses!

 

Les militants de gauche affirment vouloir soulager la misère humaine, ce qui honorable.  Mais alors pourquoi restent-ils plutôt passifs devant les dizaines de conflits meurtriers à travers le monde?

En République démocratique du Congo, le conflit, qui fait 45 000 victimes par mois (dont 47% sont des enfants), a tué au total 5,4 millions de personnes et fait 1,5 million de réfugiés.  En Libye, on compte 10 000 morts et 50 000 blessés; au Darfour, 300 000 morts et 2,7 millions de réfugiés; en Angola, 500 000 morts et 3 millions de réfugiés; au Rwanda, 500 000 morts; aux Philippines, 200 000 morts; en Sierra Leone, 50 000 morts et 1 million de refugiés.

Et n’oublions pas les conflits au Tchad, en Éthiopie, en Ouganda, au Kurdistan, en Géorgie, au Cachemire, au Sri Lanka, en Birmanie, au Yémen, au Népal, etc.  Au total, on répertorie 33 conflits dont les victimes sont, le plus souvent, des civils innocents. 

À cela, il faut ajouter le viol de masse comme arme de guerre, l'enrôlement de milliers d'enfants soldats, la torture et le pillage.  Tant de conflits oubliés!  Tant de victimes ignorées!  Tous ces malheureux ne méritent-ils pas autant d’attention que celle qu’on porte à Gaza? 

Si les militants de gauche sont réellement sensibles à la misère humaine, s’ils jugent que l’aide humanitaire traditionnelle est insuffisante, s’ils croient que la solidarité ne doit pas faire de distinction entre les races, pourquoi s’indignent-ils avec ostentation face à la misère des uns, mais restent-ils quasi indifférents face à celle des autres? 

Si leur volonté d’aider est authentique, ils devraient logiquement organiser autant de flottilles qu’il y a de conflits. Dans le cas contraire, ils appliquent un double standard.

Reste à savoir si notre gauche bien-pensante sera un jour honnête quant aux véritables raisons qui guident ses choix.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 11:22

 

 

 

 

 

Incident diplomatique : La sénatrice PS M. Cerisier-Ben Guiga traite des députés israéliens de « colonialistes » en pleine visite protocolaire !

 

Par Marc Brzustowski

 

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info 



Photo de Mme Monique CERISIER-ben GUIGA, sénatrice représentant les Français établis hors de France 

La Sénatrice socialiste Monique Cerisier-Ben Guiga n’est pas tout-à-fait une militante de la base, vaguement aigrie par des mantras antisionistes, ni agent des postes à vélo, en vadrouille sur des flottilles aléatoires. Elle est secrétaire de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des forces armées. Qui plus est, Présidente du Groupe d’information France-Territoires Palestiniens. [voir : listing ci-dessous : juste devant Jean-Pierre Chevènement]..


Une rencontre, a priori, conviviale, se déroulait hier, à Paris, avec une délégation de députés israéliens de la Knesset. La plupart des courtes allocutions ont évoqué le problème palestinien, l'option unilatérale indésirable et le sort du soldat franco-israélien Guilad Shalit, otage du Hamas.


C’est alors que la sénatrice PS Ben Guiga s'est lancée dans une diatribe antisioniste ne laissant place à aucune discussion : elle a accusé les Israéliens de « colonialisme » et d’empêcher tout retour à la vie normale pour les Gazaouïs. 


Shaul Mofaz a tenté de maintenir les codes de la bienséance diplomatique et de lui répondre en des termes mesurés. D’autres députés ont essayé de faire appel à l’humanité de Mme Cerisier-Ben Guiga : ils ont souligné la souffrance d’Aviva Shalit ou le traumatisme subi par les enfants, lors des tirs répétés de qassams. Mais rien n’y fit. La Sénatrice catégorique rangeait l'otage franco-israélien au statut de « prisonnier de guerre ». Mrs Bielski (Kadima), Matalon (Israël Beitenou) ont demandé si elle reconnaissait Israël comme « un état de droit ». La Sénatrice a refusé de répondre à cette question élémentaire, coupant court à toute discussion diplomatique.


L’état d’Israël mérite d’être reconnu comme un état à part entière, dans l’enceinte du Parlement et du Sénat. C'est un partenaire stratégique digne d’échanger des informations.


Aux législatives 2012, le Député de la 8ème circonscription des Français à l'étranger devra être totalement libre de toute allégeance à ce parti et à ses affidées. Ce combat existentiel ne saurait passer des accords de gré à gré, au sein des mêmes groupes politiques, par exemple, dans les relations de la Ville de Paris avec Jérusalem. Ou se taire lorsque le "naturel revient au galop".

 

Le programme du PS et de ses alliés sur le Moyen-Orient est clairement exprimé, par le sectarisme de Mme Cerisier-Ben Guiga. Il ne vise ni la Syrie du boucher Assad ni l'Iran nucléaire, ni les groupes terroristes qu'elle soutient.

 

Ce style de personnages doit être renvoyé vers une retraite anticipée, au Musée de l'ère stalinienne. 

 

 

Nota Bene : Nous avions déjà eu l'occasion de connaître cet individu malséant qui prend un malin plaisir à marquer les dates commémoratives de la détention de Guilad Shalit par des propositions aussi perverses les unes que les autres. La collaboration ouverte avec des entités terroristes devrait, légalement, être proscrite dans une Comm. des AFF. étrangères et des forces armées, ne serait-ce que par respect d'une éthique de la guerre psychologique menée, par voie institutionnelle, contre un pays "ami" : 

 


Partager cet article
Repost0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 21:22

Le "plan de paix" de JCALL

 

Par Victor Perez

 

JCall est un collectif d’intellectuels juifs européens ayant appelé, il y a un peu plus d’une année, les Israéliens à la raison et aux clauses d’une paix ‘’palestinienne’’, mais aussi la communauté internationale «à mettre en place les conditions nécessaires à la conclusion rapide d’un accord de paix au Moyen Orient». 
A lire les propositions ci-dessous, aucun doute ne demeure quant à savoir qui pressuriser.
Ouri Wesoly est rédacteur pour le Centre Communautaire Laïc Juif(CCLJ) véritable soutien du collectif ci-devant. Un journaliste pour le moins très de gauche, ne portant pas dans son cœur (c’est un euphémisme)  les Juifs religieux et/ou de l’autre bord politique, et évidemment signataire de « l’Appel à la raison » et de son ‘’plan de paix’’. « Il était temps que les « voix de la paix » se fassent à nouveau entendre » fut son message d’amitié envers JCall lors du lancement de cette association. Une ‘’paix’’ qu’il expose dans un commentaire au bas de page d’un de ses articles au titre très suggestif : « Un second passeport « au cas où ».... ».
Des propositions détaillées devant, selon lui, régler définitivement le conflit :
- « Israël se retire de la quasi totalité de la Cisjordanie (95%) en compensant les terres qu’il annexe par d’autres prises sur le territoire israélien. C’est sur ces 95% que l’Etat palestinien verra le jour. Les colonies, illégales aux yeux du droit international, seront démantelées sauf les blocs contigus au territoire israélien et se trouvant sur les terres annexées. »
Ce qui revient à admettre légalement un état de « Palestine »Judenrein tel que Mahmoud Abbas l’exige et qu’Hitler avait tenté de réaliser pour l’Europe. Chacun se doutera que par cela, les relations futures entre les deux états seront quelque peu tirées.
- « Pour Jérusalem, le principe est que ce qui est arabe passe sous souveraineté palestinienne et que ce qui est juif reste israélien, l’idée étant qu’aucune fraction d’un peuple ne soit dominée par l’autre. La partie arabe de Jérusalem devient la capitale de l’Etat de Palestine et la partie juive reste  la capitale de l’Etat d’Israël ».
A comprendre très précisément et pour ne parler que d’un seul point, la veille ville étant à majorité arabe, elle passera sous tutelle ‘’palestinienne’’. A la charge des Israéliens de se procurer alors un laissez-passer pour accéder au seul Mur des Lamentations que, dans sa ‘’bonté’’, l’Autorité palestinienne les laissera gérer !
- « En ce qui concerne les réfugiés palestiniens et leur droit au retour : Israël reconnait les souffrances subies par les Palestiniens en 1948 et accepte leur droit de retourner dans leur patrie ».
Israël se devra de reconnaître sa responsabilité dans la guerre d’indépendance de 1948 déclenchée par cinq armées arabes refusant l’idée même d’un état juif. Une culpabilité qui ouvre la porte à une multitude de procès qui s’ils ne se terminent pas comme souhaités par les parties civiles donneront lieu à des plaintes au niveau international. Voire  à un nouveau conflit.
-« Les réfugiés ont donc le droit de revenir  en Cisjordanie et à Gaza et de devenir automatiquement citoyens de l’Etat de Palestine. Israël acceptera le principe du retour d’un nombre limité de réfugiés (entre dix et cent mille) sur son territoire ».
Outre que l’hypothèse d’un accueil d’étrangers haineux, revanchards et s’affirmant victimes est rejetée par la très grande majorité du peuple israélien, outre que la « Palestine » devra devenir quant à elle Judenrein, outre que les dédommagements des réfugiés juifs des pays arabes ne font pas partie du ‘’plan de paix’’, rien ne nous dit, hormis les JCalliens, que les ‘’Palestiniens’’ se contenteront de ces chiffres ridicules sachant que le dernier recensement effectué par Saëb Arekat dans The Guardian s’élève à sept millions de « réfugiés palestiniens» !
-« En ce qui concerne la sécurité : elle sera garantie par une force internationale, comprenant des Américains et des Européens. Cette force ne pourra être retirée qu’avec l’accord des deux parties ».
Chacun se souviendra, pour l’exemple, que les Européens chargés de surveiller la frontière entre l’Egypte et la bande de Gaza, après le retrait unilatéral israélien, se sont volatilisés dès la prise violente du pouvoir par le Hamas. Quant à la force internationale au Liban, autre exemple, chargée par la résolution 1701 d’empêcher le réarmement du Hezbollah, tout quidam un tantinet sérieux confirmera son inutilité. Deux petits exemples démontrant toute l’inanité d’une telle proposition.

- « L’Etat palestinien sera non-militarisé avec uniquement des forces destinées à garantir l’ordre et la sécurité. Durant quelques années, une petite présence militaire ainsi que des stations d’alertes avancées israéliennes  seront maintenues dans la vallée du Jourdain. Ce traité se conclura par l’abandon par les deux camps de toute autre revendication sur le territoire de l’autre ».
Voici, à quelques nuances près, un point positif que chaque Israélienpourrait partager. Sauf que le Président de l’A.P. est contre toute présence militaire israélienne en « Palestine » ! Voire de toute présence juive même dans les forces internationales tant désirées parOuri Wesoly. Ce qui plombe sérieusement son ‘’plan de paix’’.
En conclusion, ce ‘’pacificateur’’ rappelle que ses propositions sont « grosso modo ce qu’on nomme les « paramètres Clinton », c’est à dire les propositions que le Président Bill Clinton a faites en décembre 2.000 aux négociateurs israéliens et palestiniens de l’époque ». Et que Yasser Arafat refusa en enclenchant sous un prétexte fallacieux « l’Intifada des mosquées » !
A lire les propositions de JCall exposées par Wesoly, nul ne peut douter qu’ils se font l’avocat de la partie ‘’palestinienne’’. Toutes les exigences de celle-ci lui sont offertes sans négociations sur un plateau par ceux-ci qui représentent, n’en doutons pas, cette partie de l’échiquier politique qui a renoncé à son origine juive, son patrimoine et son histoire pour mieux se mouler au sein des sociétés où elle vit et ne plus souffrir des attaques causées par la persistance de l’existence de l’état juif et le politiquement correct anti-israélien et antisémite qui y sévit.
Naïf et/ou idiot utile, JCall a réuni difficilement, en plus d’un an, moins de huit milles adhésions à sa vision néfaste de la paix malgré le soutien de médias et de politiques de notoriétés publiques. Un nombre qui démontre le côté épiphénomène de ce collectif appelé à disparaître tôt ou tard car ne disposant pas du soutien de la majorité du peuple israélien à un ‘’plan de paix’’ délégitimant sa présence en sa terre et octroyant sa sécurité à des tiers.
Partager cet article
Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 09:34

 

Le parti socialiste français s'invite dans le conflit israélo-palestinien
Par Julien Bahloul 

 

 




Le Parti socialiste français a publié mardi 14 juin un communiqué officiel de son Bureau National. Il appelle la France et l'Union Européenne à appuyer, ni plus ni moins, le projet palestinien de reconnaissance d'un état en septembre devant l'ONU. Le communiqué évoque également ce qu'il nomme la colonisation, mais semble ''oublier'' de parler du Hamas.

 


 
''Soutenir toutes les initiatives utiles qui permettront de trouver les voies de la paix'' : voilà ce que prône en somme le parti socialiste français. Et pour le PS, la reconnaissance en septembre devant l'ONU d'un état palestinien fait partie de ces ''initiatives utiles''. Il l'a fait savoir, dans un communiqué officiel, publié hier.
''Le Parti socialiste appelle la France à reconnaître l’Etat palestinien, et à faire tous les efforts possibles, pour que l’Union européenne défende cette reconnaissance, à l’occasion de la prochaine Assemblée générale des Nations Unies'', peut-on notamment lire. ''C’est une étape décisive, pour donner une réalité à la coexistence pacifique de deux États, israélien et palestinien, et à la réconciliation de leurs peuples'', poursuit le texte.
Le parti "considère que la France et l'Europe doivent sans attendre, œuvrer à une solution de paix juste, et durable dans la région''. Il s'agit, pour les socialistes, de saisir le ''profond mouvement d’aspiration à l’émancipation, à la liberté et à la démocratie, qui offre de nouvelles chances pour l’avenir''. Référence aux révoltes arabes.
Autre point sensible évoqué par le PS : les frontières, entre les deux Etats. Là aussi, le parti de gauche, a son avis sur la question.
''La colonisation des territoires palestiniens doit cesser, et la décolonisation doit être engagée. Sur la base des frontières de 1967, il appartiendra aux Israéliens et aux Palestiniens de procéder à des échanges égaux de territoires en vue d’établir les frontières définitives de l’Etat palestinien, de régler la question du statut de Jérusalem, qui a vocation à être la capitale des deux Etats, et la question des réfugiés'', affirme le parti.
Si le PS salue ''le courage et l’engagement'', de ce qu'il nomme ''le camp de la paix en Israël'', il ne fait aucune mention du Hamas, et de sa gestion de la Bande de Gaza. Pas plus que de l'influence grandissante du mouvement terroriste, en Judée-Samarie.
Un texte sans grande surprise donc, pour un mouvement politique en quête de crédibilité sur les grands dossiers internationaux.
Partager cet article
Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 19:56

 

 

 

Que se passe-t-il à l’UNESCO ? - Lettre ouverte de Seta Papazian

On se souvient d'une pétition à Madame Bukova qui ne nous avait jamais répondu


Lieux saints juifs transformés en mosquées - A.Palestinienne - Unesco, même combat

ALERTE - Un cas de falsification de l'histoire dans le rapport sur la science publié par l'UNESCO.........encore !

A l’attention de Madame Irina Bokova Directrice générale de l’UNESCO

Le tombeau de Rachel - lieu-saint juif et non une mosquée - Nadav Shragai

De l’UNESCO et ses majorités R. ROSSIN

Tombeau de Rachel - B.Netanyahou à Ban Ki Moon "N'effacez pas 4000 ans d'histoire et ne déformez pas des faits historiques simplement par intérêt "

Quand l’Unesco remonte le temps et change le passé sur 3000 ans??? Alain RUBIN

Tombeau de Rachel, colloque de philosophie à Téhéran : R.Prasquier du CRIF écrit a Irina

Bokova,la directrice générale de l’Unesco

Israël n'a pas rompu avec l'UNESCO, mais n'appliquera pas 5 de ses décrets.

 

Netanyahou attaque la décision de l’UNESCO

L'unesco déclare aussi Mosquée le tombeau des patriarches et le tombeau de Rachel-et le

Saint Sépulcre ?

La honte pour l'Unesco qui veut condamner Israel pour ses sites historiques.

L'OCI appelle l'UNESCO à enquêter sur l'annexion de sites "islamiques"

L'ONU veut faire annexer le tombeau des Patriarches et de Rachel par les Palestiniens


 

 


bonjour

Il se passe à l'UNESCO pour les Khatchkars (Arméniens)  et l'Arménie historique ce qui s'est passé il y a quelques mois pour les Hébreux (Juifs) et leur territoire approprié par l'islam. Les sanctuaires juifs cessant pour l'UNESCO, ses "spécialistes" et sa directrice, d'être des sanctuaires juifs...
L'Arménie partiellement rétablie serait condamnée à disparaître, si Israël disparaissait. Comme Israël, elle fait de l'ombre en renaissant sur le "dar es islam". 
L'UNESCO et son directeur se sont inclinés devant le panislamisme culturel et territorial et leurs aspects panturquistes et panarabistes. C'est l'unique raison à l'exigence honteuse, contraire à la recherche de la vérité historique et culturelle, dont vous faite état.
Alain RUBIN

Le 16 juin 2011 23:21, Collectif VAN <contact@collectifvan.org> a écrit :

Que se passe-t-il à l’UNESCO ?  

   

LETTRE OUVERTE  

à Madame Irina Bokova  

Directrice générale de l'UNESCO 
7, place de Fontenoy 75352 Paris 07 SP France

 

 

Issy-les-Moulineaux, le jeudi 16 juin 2011

 

Madame,

 

Ce mercredi 15 juin 2011 à 18h30, le Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] a assisté à l’inauguration de l’exposition de photographies de Khatchkars [croix de pierre arméniennes ciselées], co-organisée par l’UNESCO et l’Ambassade d’Arménie, exposition qui se tient jusqu’au 24 juin 2011 au siège de l’UNESCO [1].

 

M. Patrick Donabédian, historien de l’art, maître de conférences à l’Université de Provence, spécialiste des Khatchkars, ancien attaché culturel de l’Ambassade de France à Erevan puis à  Kiev, chercheur au CNRS, a informé l’assistance que, dans l’après-midi du 15 juin, les instances de l’UNESCO avaient exigé que les étiquettes indicatives présentes sous chaque photo, et qui mentionnaient les lieux où se trouvaient ces Khatchkars (Arménie, Turquie, Azerbaïdjan, etc.), soient retirées. Les étiquettes explicatives des photos de Khatchkars ne devaient plus mentionner que des dates, comme nous l’avons constaté de visu.

 

Aucune exposition archéologique ne se dispense de préciser la localisation des monuments ou objets, à la fois par des étiquettes individuelles et par une carte murale.

 

Justement la grande carte géographique indiquant l’emplacement des Khatchkars sur les territoires historiquement peuplés d’Améniens a dû être enlevée, tout comme avait déjà été censuré sur le grand panneau d’accueil le texte de présentation de M. Donabédian qui mentionnait le sort des Khatchkars de Djulfa (Nakhitchevan - Azerbaïdjan) [2].

 

Rappelons que l’UNESCO n’avait pas été aussi prompte à réagir au moment où, de toute part, il était fait appel à elle pour qu’elle intervienne au plus vite pendant que les tanks azerbaïdjanais réduisaient en miettes, sous le regard des caméras, les milliers de Khatchkars du cimetière arménien médiéval de Djulfa [Jugha] au Nakhitchevan. Ces merveilles inestimables avaient pourtant fait l'objet de plusieurs campagnes de destruction successives par l’armée azérie, jusqu’à fin 2005-début 2006 [2].

 

Enfin, un drapeau de votre institution, initialement dressé dans la salle d’exposition ce 15 juin, a été retiré avant l’inauguration au cours de laquelle les représentants de l’UNESCO ont, par ailleurs, brillé par leur absence. 

 

Nous vous demandons de bien vouloir nous expliquer comment et pourquoi un organisme international, financé avec, entre autres, nos impôts, dirigé par une personne - vous, Madame – qui vient de parler de « liberté d’expression » en Suède [3], a décidé de « nettoyer » cette exposition, et de censurer de simples informations historiques et géographiques considérées comme élémentaires dans toute manifestation culturelle de ce type, et même, dans tout devoir de collégien ou de lycéen.  

 

La pratique évoquée ici s’apparente, de fait, à du négationnisme par omission et choque d’autant plus que l’UNESCO a inscrit en 2010 l’art des croix de pierre arméniennes [Khatchkars] sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. [4]

 

Nous soulignons que, malgré les efforts visant à l’extermination totale du peuple arménien et de sa culture par les Etats turc et azerbaïdjanais, ce patrimoine « immatériel » a une présence bien matérielle sur les terres ancestrales de peuplement arménien situées en Turquie, en Géorgie, en Azerbaïdjan, en Iran, en plus - bien entendu - de l’actuelle République d’Arménie qui ne représente qu’un dixième des terres historiques. Est-il gênant pour l'UNESCO que des vestiges de la culture arménienne subsistent au-delà des frontières de l'Arménie d’aujourd’hui ?

 

L’UNESCO, qui a pour slogan « Construire la paix dans l’esprit des hommes et des femmes », envisagerait-elle de « construire » cette paix en effaçant toute trace de l’Histoire arménienne de la Mémoire du Monde [3] ?

 

En tant que citoyens français, européens, en tant que contribuables, en tant que descendants d’une nation et d’une culture volontairement anéanties par les Etats qui ont éventuellement fait pression sur vous ; enfin, en tant qu'association luttant contre tous les négationnismes, nous souhaitons une explication précise de votre part et l’assurance d’une remise en état immédiate de l’exposition telle qu’elle était conçue. Nous aimerions en outre une dénonciation claire et sans ambiguïté de l’ethnocide [génocide culturel] qui parachève en Turquie et en Azerbaïdjan le génocide de 1915 dont a été victime le peuple arménien : cela serait conforme à la vocation de l’UNESCO. Nous ne manquerons pas de rendre publique votre position, tout comme cette lettre ouverte.  

Nous adressons ce courrier également à la Représentation de la France auprès de l’UNESCO en espérant avoir une réponse courageuse de Madame Rama Yade avant qu’elle ne quitte ses fonctions, ou de son successeur.

 

Nous vous prions d’agréer, Madame, l’expression de nos salutations distinguées.

 

Séta Papazian

Présidente

Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] 
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France 
Boîte vocale : 09 50 72 33 46 - Email: 
contact@collectifvan.org 
http://www.collectifvan.org

[1] http://www.unesco.org/new/fr/unesco/events/public-events/?tx_browser_pi1%5BshowUid%5D=4000&cHash=99a4a4c40d 

http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=54988

 

[2] http://www.collectifvan.org/article.php?id=44

http://www.collectifvan.org/article.php?id=44

 

[3] http://www.unesco.org/new/fr/unesco/about-us/who-we-are/director-general/

 

[4] http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00434

Partager cet article
Repost0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 21:15

 

 

Dora Marrache-copie-1

Merci DORA

 

« On largue les amarres ! »

Par Dora Marrache

pour © 2011 www.aschkel.info

Ecouter Dora >>logo radio shalom

Je voudrais commencer cette chronique en rendant hommage à tous ceux qui ont lutté pour empêcher le départ des bateaux français, en particulier au député français Jacques-Alain Bénisti qui adressa une requête au Ministre français des Affaires étrangères ;  à Maître Charles Baccouche ; à la Confédération des Juifs de France et amis d’Israël, ainsi qu’à tous les amis d’Europe-Israël. 

 

L’excitation est à son comble dans divers ports à travers le monde. Dimanche 19 juin est une date fatidique : la Flottille  Liberté II largue les amarres.

Une ONG turque pro-islamiste, l’IHH, considérée par Israël comme un groupe terroriste qui, selon le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière,  "recrutait pour le Jihad à venir", est à l’origine des deux flottilles.

La deuxième flottille compterait, selon les militants,  une quinzaine de bateaux avec chacun à son bord quelque 60 participants de 60 nationalités différentes.

Difficile de dire en réalité  combien de pays y participent, les chiffres variant de 25 a 60 selon les sources,  mais ce qui est certain c’est que cette flottille comprendra des bateaux d’un grand nombre de pays européens, mais aussi du Canada et des USA.

Le bateau américain « L’audace de l’espoir » aura a son bord une quarantaine de militants qui prétendent lutter  pour la justice sociale. A bord du « Bateau canadien pour Gaza » voyage un groupe d’une cinquantaine de personnes , « militants pour la paix »  et journalistes.

En ce qui concerne le Canada, précisons que ce sont  le parti Québec Solidaire, un parti ouvertement antisioniste avec à sa tête Françoise David et Amir Khadir,  et l’ONG Alternatives qui, grâce à des associations islamistes, ont pu recueillir les fonds nécessaires pour qu’un bateau canadien puisse se joindre à la flottille.

Signalons également que le Syndicat des Travailleurs et travailleuses de Postes Canada soutient l’envoi de ce bateau et que son président a déclaré : «Le STTP a pris position depuis deux ans par rapport au conflit au Moyen-Orient. On est favorable au mouvement BDS, boycott, désinvestissement et sanction contre Israël.» Il dépêchera d’ailleurs deux personnes à bord du « Bateau canadien pour Gaza ».

De son côté, l’organisme Voix Juives Indépendantes (VJI), qui soutient l’initiative Bateau Canadien pour Gaza, justifie ainsi son choix: « En tant que Juif, j'ai l'obligation, le devoir de lutter contre les injustices, a dit Yakov Rabkin. Cette injustice est particulièrement grave parce que l'État d'Israël, très souvent, prétend qu'il agit au nom des Juifs, voire au nom du judaïsme. Il est très important de souligner que beaucoup de Juifs, tant en Israël qu'à l'extérieur d'Israël, trouvent le siège de Gaza absolument inacceptable, inhumain et contraire à tous les principes que promeut la tradition juive. »

Or voilà que la semaine dernière on apprenait que l’IHH, cette ONG turque à l’origine du projet, reconsidérait sa participation à la flottille.

Deux jours après, on annonçait qu’un des bateaux français avait annulé sa participation, que les organisateurs remerciaient les passagers et les invitaient à embarquer sur des bateaux grecs ou turcs. Mais le lendemain la nouvelle était démentie pour être confirmée le surlendemain.

On a appris également, par la bouche de Dror Feiler, un Israélien qui dirige en Suède  le mouvement pour Gaza, que même si l’IHH remet en question sa participation, les autres organisations iront de l’avant car elles jugent que « c’est important » . En effet, qu’y a-t-il de plus important aujourd’hui que la diabolisation d’Israël ?

En France, si le Ministre des Affaires Etrangères a déconseillé aux ressortissants français « d’embarquer sur des navires ayant pour objectif de briser le blocus maritime imposé sur la bande de Gaza », en revanche de nombreux députés ont apporté leur soutien au mouvement pour Gaza:  le Vert, Noël Mamère ; le socialiste, François Loncle ; le communiste,  Jean-Paul Lecoq qui affirme « Cette initiative, je la soutiendrai jusqu'au bout, quitte à partir avec » ;  le député UMP, Etienne Pinte, qui a déclaré au journal Libération : « Si je n’étais pas parlementaire, je monterais à bord ».  Il va même jusqu’à  se dire «investi en faveur de l’indépendance de la Palestine et de la bande de Gaza  ».

Évidemment, cette flottille est soutenue par la quasi-totalité des partis politiques de gauche, par toutes les organisations palestiniennes ainsi que par les soi-disant  mouvements de défense des droits de l'homme et par les syndicats.

Qui plus est, parmi les 736 eurodéputés,  deux seulement ont osé s’opposer au projet de cette flottille anti-israélienne qu’ils ont qualifiée de «  pur acte de provocation contre l'Etat d'Israël."

Destination de la flottille :  Gaza, Gaza cette ville assiégée, cette prison à ciel ouvert où les habitants, victimes de la cruauté israélienne, sont affamés et privés de tout.

 

Objectif des organisateurs  Briser le blocus du territoire palestinien, un blocus qu’ils qualifient de criminel, imposé par Israël depuis 2006. Les militants, défenseurs de la veuve et de l’orphelin,  clament que les habitants de Gaza sont dépendants de l'aide internationale et que plus de 60 % d'entre eux souffrent de sous-alimentation. Ils se gardent bien de dire que l’aide internationale qui se chiffre en milliards de dollars ne va pas dans les poches des Gazaouis, mais dans les coffres du Hamas pour lui permettre  d’imposer la Charia,  d’inculquer la haine du Juif  aux  enfants palestiniens et d’acheter des armes pour partir à la conquête d’Israël.

Les participants à cette flottille savent tous que Gaza ne manque de rien, que les marchés regorgent de fruits et légumes comme en témoignent les vidéos qui circulent sur Youtube. Même la représentante de la Croix Rouge internationale l’a confirmé.  Ajoutons que près de 250 poids-lourds traversent quotidiennement le terminal frontalier d’Israël pour  apporter aux Gazaouis nourriture et aide humanitaire, que la frontière avec  l’Égypte a été rouverte, et on comprendra que les raisons invoquées par les organisateurs ne tiennent nullement la route. En réalité, ce qui manque cruellement aux Gazaouis ce ne sont ni les médicaments ni les produits alimentaires, ce qui leur manque cruellement, CE SONT LES ARMES.

 

Objectif non-avoué : il est double

 

1. Forcer le blocus instauré par l’État d’Israël pour assurer la protection de ses citoyens et, ce faisant, obliger Israël à réagir et à recourir à la force, donc provoquer une confrontation directe. Il n’est pas nécessaire d’avoir, comme disent mes amis québécois, « la tête à Papineau » pour le comprendre.

 

Alors tous les yeux du monde seront rivés sur Gaza, la communauté internationale s’apitoiera sur le sort de ces nazislamistes habités par des principes humanistes et voudra, tout comme eux, apporter son soutien au peuple palestinien victime d’une injustice historique.

Comme en juin 2010,on pourra lire à la une des grands quotidiens

 

- « Israël face aux témoignages des militants et à la colère de la communauté internationale », Le Monde avec AFP et Reuters, 2 juin 2010.

- « Israël : arraisonnement irraisonnable, l’Allemagne hausse le ton »,  La Gazette de Berlin.

- « Condamnations unanimes de l’attaque israélienne de la flottille » , France24, publié le 31 mai 2010

 

Et Israël, une fois de plus, fera l’objet de résolutions de la part de l’ONU.

Alors, il n’en sera que plus facile d’obtenir en septembre l’accord des pays membres de l’ONU, voire celui des Etats-Unis,  pour la proclamation unilatérale d’un État palestinien.

 

2. « Alimenter » Gaza en armes. Les nazislamistes espèrent réussir, sinon à forcer le blocus, du moins à en obtenir la levée, ce qui permettra alors aux Palestiniens de s’armer en vue d’attaquer Israël. Car le but, comme l’a déclaré ouvertement dans un de ses discours le président Yildirim de l’ONG turque IHH, n’a pas changé: il faut libérer la mosquée Al-Aqsa, donc chasser les Juifs qu’il qualifie de « souillure humaine » . Le mouvement pour Gaza est à ses yeux l’intifada de la mer.

« Nous n'avons pas peur de devenir des martyrs, a-t-il déclaré. Nous n'allons pas revenir en arrière. Jusqu'à ce que l'embargo dans la bande de Gaza se termine et jusqu'à ce que la marche de Al-Aqsa se complète, cette intifada maritime et cette intifada terrestre se poursuivront. Tout le monde devrait le savoir! »

Pourtant, côté israélien, il faudra répondre et répondre avec fermeté D’ailleurs, l’armée israélienne a prévenu qu’elle ne resterait pas passive, qu’elle arrêterait cette deuxième flottille,

L’état d’Israël rappelle que M. Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l’ONU, a affirmé que « l’aide et les biens destinés à Gaza devraient être acheminés par des points de passages légitimes et des canaux établis » et qu’il a demandé à tous les gouvernements concernés « d’ user de leur influence pour décourager de telles flottilles, qui peuvent dégénérer en conflits violents. »

Israël a également rappelé que toutes les cargaisons peuvent être livrées directement par le port israélien d'Ashdod, ou envoyées à Gaza par les différents postes frontaliers terrestres.

Ajoutons que le gouvernement du Canada a réagi en ces termes par la voix du ministre canadien des Affaires étrangères, M. John Baird : «  "Les efforts non autorisés pour acheminer l'aide sont provocateurs et, finalement, inutiles à la population de Gaza".

 

Mais nul n’ignore que ce conflit violent est voulu, recherché par les « militants pour la paix ». Cette flottille pour Gaza leur donne l’occasion de se confronter à leur ennemi juré, et de faire ainsi la une des medias du monde entier.

 

Que seraient donc les Palestiniens sans ces gauchistes, ces âmes compatissantes habitées par des valeurs humanistes, prêtes à risquer leur vie pour venir en aide aux opprimés de la terre, aux seuls opprimés de la terre : les Palestiniens ?

 

Aurions-nous oublié, nous gens de droite, totalement insensibles à la misère de ce monde,  que « la Gauche, c’est avant tout le parti de l’intelligence, de la sensibilité et du progrès humain » ?

 

Inversement, que seraient ces gauchistes attardés s’ils n’avaient pas trouvé une cause pour braquer sur eux les cameras et faire entendre leurs voix en espérant éviter ainsi la disparition pure et simple de leur parti agonisant ?

 

Pourquoi avoir choisi la cause palestinienne plutôt qu’une autre ? Sans doute est-elle celle qui répond le mieux à leurs aspirations , mais surtout c’est la seule qui implique les Juifs , donc qui leur permet de donner libre-cours à leur haine du Juif sans pour autant être traités d’antisémites. Car s’il fait bon aujourd’hui d’être antisioniste, il ne fait pas bon d’être antisémite !

 

D’ailleurs, s’il n’y  a toujours pas eu de solution au conflit israélo-palestinien, ce n’est ni la faute des Israéliens ni même celle des Palestiniens : c’est tout simplement celle de ces gauchistes fanatiques qui, pour les raisons que l’on sait, n’ont aucun intérêt à voir la paix se réaliser.

 

Palestiniens et gauchistes ont besoin les uns des autres pour exister  et la Gauche d’aujourd’hui n’est pas pro-palestinienne comme elle le laisse entendre, la Gauche  d’aujourd’hui est ouvertement anti-israélienne, elle  n’est rien d’autre que le Parti d’Allah et tous ses beaux discours – car il faut reconnaître que la Gauche a l’art de la rhétorique- n’y changeront rien.

 

Dora Marrache

Chroniqueuse, Radio-Shalom, Montréal.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 11:25

Ashton-se-felicite-du-gouvernement-libanais.jpg

logo arié

Ashton: chaos dans les pays arabes, donc nécessité de régler le problème Israélo-palestinien

Par ARIé

Avec autorisation

 © 2011 www.aschkel.info


 

Lire aussi : Catherine Ashton se félicite du nouveau gouvernement libanais contrôlé majoritairement par le 'Hezbollah !

 

La Syrie flambe, la Libye idem, des morts par milliers, l’Iran en profite pour se nucléariser jusqu’aux dents, mais braves gens, ne vous tourmentez pas, la baronne Katherine Ashton of Upholland, ministre des Affaires Étrangères de l’Union Européenne a trouvé la solution au problème. Dans une lettre – débusquée par le journal Haaretz – envoyée à Hillary Clinton, Sergei Lavrov et au Secrétaire Général de l’ONU, elle écrit:

Dans le monde se sont produits ces derniers mois ses événements dramatiques. Certains pays (arabes) sont en phase de transition, dans d’autres, les Régimes se cramponnent au pouvoir, d’où insécurité et instabilité dans toute la région.

Face à cela, il convient de … Mettre au pas ces Régimes tyranniques ?!

Que non, il convient de trouver d’urgence une solution au conflit Israélo-Palestinien.

Ashton appelle donc à une réunion urgente du Quartet qui devra déboucher sur une initiative de Paix, qui reposera sur le dernier discours d’Obama prononcé le 19 Mai.

 

Avigdor Lieberman régit en déclarant que la mère Ashton « faussait les priorités » en plaçant en tête des préoccupations de la communauté internationale le problème palestinien, au lieu de se préoccuper de la situation en Syrie et en Iran. On pourrait aussi dire que la mère Ashton se gratte l’oreille gauche avec la main droite.

 

« Fausser ou inverser les priorités », est-ce le terme exact. Je pense que cela va beaucoup plus loin et démontre

 

- l’incapacité militaire et la manque de volonté politique de l’UE de s’attaquer aux vrais problèmes

 

- la facilité avec laquelle on surfe sur la bouteille à l’encre qui est le problème israélo-paletinien, parce que c’est facile, populaire, vendeur, sans risque aucun et qu’une initiative de plus ou de moins, surtout si elle est repoussée par Netanyahou, permettra de pointer du doigt l’empêcheur en chef de tourner en rond.

On peut aussi affirmer que cette initiative est parfaitement dégueulasse, parce qu’elle signifie en clair que, les Juifs, le Sionisme, Israël, sont les vrais et seuls responsables des convulsions sanguinaires qui secouent les pays arabes, et que le jour où Israël se pliera à la volonté des Arabes, lire les Palestiniens, tout rentrera dans l’ordre, en Syrie, en libye et ailleurs. La preuve: quand la maison flambe, il faut verser de l’eau sur le poulailler. Logique, non ?

Tout ceci n’est en définitive que la n ième illustration du schéma du bouc émissaire que nous connaissons bien.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 07:08

 

Catherine Ashton se félicite du nouveau gouvernement libanais contrôlé majoritairement par le 'Hezbollah !

 

Par Aschkel

 © 2011 www.aschkel.info

Ashton-se-felicite-du-gouvernement-libanais.jpg

Elle arrive ce soir au Proche-Orient pour RELANCER LES EFFORTS DE PAIX !!!!!!!!!!!!!!!!! 

 

 

Après cinq mois de négociations ardues, le Liban s'est doté lundi d'un nouveau gouvernement dominé par le Hezbollah et ses alliés, un camp soutenu par la Syrie et l'Iran.

Le 'hezbolah s'est taillé la part du lion et remporte 19 portefeuilles sur 30. Ce vouvernement est boycotté par Saad Hariri ex premier ministre.

Le liban est donc officiellement l'otage d'une organisation terroriste et sanguinaire.

 

Déclaration de Catherine Ashton -ENPI Info Centre 

 
La haute représentante de l’UE pour la politique étrangère, Catherine Ashton, a salué la formation d’un nouveau gouvernement au Liban, qui met un terme à des mois d'impasse politique et institutionnelle.
 
Dans une déclaration publiée aujourd'hui, la haute représentante, Catherine Ashton, a affirmé qu'elle était convaincue que le nouveau gouvernement « adopterait sans délai une déclaration ministérielle qui ferait progresser l’agenda libanais des réformes ». Et d’ajouter : « le contenu de la déclaration sera essentiel pour déterminer les possibilités de coopération de l’UE avec le Liban ».Mme Ashton a déclaré que des décisions et actions capitales devaient être prises pour relever les défis politiques et économiques du Liban.
 
La haute représentante de l’UE pour la politique étrangère a précisé que l’UE s’attendait à ce que le nouveau gouvernement respecte les obligations internationales du Liban, notamment à l’égard de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies et du Tribunal spécial pour le Liban.
 
« Je tiens à rappeler l'importance que l'Union européenne attache au fonctionnement indépendant et démocratique des institutions libanaises »,  a-t-elle souligné. « Nous maintiendrons notre soutien à tous les niveaux en faveur d'un Liban souverain, indépendant, juste, démocratique, pacifique et stable, dans l'intérêt de la population libanaise. »
Partager cet article
Repost0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 18:56

 

Emmanuel NAVON

 

 

Le crépuscule des Idoles


 

Par Emmanuel Navon, 14 Juin 2011.


 

www.navon.com

 

Adaptation française de Sentinelle 5771 ©


 

Par Emmanuel Navon, 14 Juin 2011.

www.navon.com

Adaptation française de Sentinelle 5771 ©

Les intellectuels israéliens sont inquiets.  La Sainte Trinité israélienne (Amos Oz, A.B. Yehoshoua, et David Grossman) vieillit.  Le Panthéon de l’Université Hébraïque (Martin Buber, Yehuda Magnes, et Yeshohoua Leibowitz) appartient à l’Histoire. Avraham Burg essaie d’imiter Leibowitz, mais il est difficile d’hériter de cette grosse tête lithuanienne quand on n’a même pas fini sa License. Quant à Schlomo Sand, Moshe Zuckermann et Ilan Pappé, seuls des néo-marxistes européens veulent bien assister à leurs conférences et publier leurs livres.

“Avant, la radio m’appelait régulièrement” se plaint Moshe Zuckermann à Ofer Aderet du journal ‘Ha’aretz’ (« la peau de chagrin de l’esprit israélien », 07 juin 2011). Alors, que s’est-il passé ? « Les gens ont été réduits au silence. Ils ont essayé de les étrangler – et ils ont réussi » dit-il. Zuckermann ne précise pas à qui il se réfère par « ils » mais Daniel Gutwein accuse les « forces du marché ». Voyez-vous, explique Gutwein « Le marché… assure qu’il n’y ait pas de discussion intellectuelle ». Quant à Schlomo Sand, il blâme les universités elles-mêmes : « pour devenir un professeur, dit-il, il faut être prudent ».

Vue la couleur politique très prononcée des facultés de Sciences Sociales en Israël, on ne peut que se demander (ou, plutôt, pour comprendre) ce que Sand veut dire par « prudent ». Quant à l’incompatibilité entre « les forces du marché » et la discussion intellectuelle, je parie que Bernard Henri Levy n’est pas d’accord : il vole dans un jet privé et pourtant il a une grande audience aussi bien en France qu’à l’étranger (y compris Israël). Il est presque pardonné pour sa bouffonnerie parce que, au bout du compte, il est documenté, écrit bien, et il renouvelle sa marchandise.

La plupart des intellectuels israéliens, en revanche, sont provinciaux et fossilisés. Nulle part ailleurs qu’en Israël ai-je vu des universitaires et des journalistes qui pensent encore que mentionner Foucault et Derrida, c’est ‘cool’. Ces gens-là vivent des mêmes clichés ressassés depuis des décennies : l’occupation est la source de tout mal ; la religion est pour les attardés ; la paix ne dépend que d’Israël. Ce n’est pas que les Israéliens soient devenus des « anti-intellectuels » ou qu’ils aient été « étranglés ». C’est juste qu’ils sont fatigués d’entendre les âneries de ces conformistes hypocrites.

Il y a quelques exceptions, comme Yehuda Shenhav.  Professeur de sociologie à l’université de Tel-Aviv, Shenhav exprime des opinions peu orthodoxes, et n’a aucun scrupule à être un dissident.  Son dernier livre « Liés par la ligne verte » (éditions ‘Am Oved’, 2010), montre l’hypocrisie intellectuelle de l’establishment ashkénaze d’Israël. En blâmant « l’occupation » pour les problèmes d’Israël, explique Shenhav, la Gauche sioniste se ment à elle-même. Shenhav va plus loin : l’obsession de la Gauche israélienne avec « l’occupation » est moins due à son libéralisme qu’à sa nostalgie pour l’Israël laïc et ashkénaze d’avant 1967. Mais pour les Palestiniens (et pour Shenhav lui-même), le « pêché originel » n’est pas 1967. C’est 1948.

Shenhav n’est pas un partisan de Droite essayant de démontrer l’absurdité du paradigme d’Oslo. Il rejette ce paradigme précisément parce qu’il affirme qu’Israël était violent et raciste avant 1967.  Alors que les tenants de la « cosmologie d’avant 1967 » voudraient nous faire croire que la Guerre des Six Jours a transformé Israël de « la Petite Maison dans la Prairie » en « Terminator », Shenhav écrit que « le modèle créé en 1948 a transformé Israël, en toutes intentions et objectifs, en un Etat racial ».  Et donc il en appelle à revenir à l’Israël « d’avant 1948 », avec une acceptation du « droit de retour » palestinien, et à l’établissement d’une fédération juive et arabe.

Je rejette tant le diagnostic et le pronostic de Shenhav. L’Israël d’avant 1967 n’était pas un « Etat racial. »  C’était (et c’est toujours) un Etat-nation qui accorde une préférence culturelle à la nation dominante tout en garantissant des droits civiques égaux aux minorités, exactement comme les autres Etats-nation démocratiques tels que la France, le Japon ou la Suède.

Par ailleurs, en appeler à une fraternité pastorale entre une minorité juive et une majorité arabe dans une fédération ignore tout simplement l’Histoire. Les Juifs ont été persécutés et maltraités en tant que citoyens de seconde zone dans les pays arabes. La plupart des mouvements nationaux arabes avant la Seconde Guerre Mondiale étaient fascistes. Le premier dirigeant palestinien, Hadj Amin el Husseini, était un collaborateur nazi qui fut personnellement responsable des pogromes antijuifs en Palestine en 1929 et en 1936.

La naissance d’Israël en 1948 a été davantage le résultat que la cause de l’animosité et de la violence arabes. Le fait que ‘les Protocoles des Sages de Sion’ et ‘Mein Kampf’ soient les meilleurs tirages de librairie dans les capitales arabes et que les media et les prêcheurs palestiniens décrivent les Juifs comme des « fils de porcs et de singes » est de mauvais augure pour des Juifs sans Etat dans le Dar el Islam.

Mais Shenhav a le mérite de reconnaître que « l’occupation » est une excuse illusoire pour l’absence de paix, et que c’est le Sionisme lui-même que les Arabes rejettent.

Et donc le choix ne se situe pas entre l’occupation et la paix mais entre le Sionisme et la paix. Beaucoup d’anciens croyants dans la « cosmologie d’avant 1967 » réalisent cela. Certains sont tellement attachés à la paix qu’ils sont devenus post-sionistes. D’autres sont si attachés au Sionisme qu’ils ont opté pour la ténacité.

Avi Shlaim et Benny Morris en sont de parfaits exemples. Ces deux « nouveaux historiens » autoproclamés ont chacun publié une histoire du conflit arabo-israélien peu avant l’implosion du processus d’Oslo. (‘Le Mur de fer’ et ‘Victimes’).  Les deux auteurs se sont félicités de l’élection d’Ehud Barak en 1999, prédisant qu’il prouverait bientôt le bien-fondé de leur théorie. Or c’est exactement le contraire qui a eu lieu. Shlaim a réagit en rejetant le Sionisme, Morris en rejetant le paradigme d’Oslo. Alors, que Shlaim dit maintenant que « le Sionisme est le véritable ennemi des Juifs », Morris déclare que « nous sommes condamnés à vivre par l’épée ».

Morris se compare même à Albert Camus. « Il était considéré comme une personnalité de haute moralité, mais quand il traitait du problème algérien, il plaçait sa mère au-dessus de la morale » déclara Morris à Avi Shavit dans sa fameuse interview de 2004. Ainsi, Morris déclare : « Préserver mon Peuple est plus important que les concepts moraux universels ». Boaz Neumann, un professeur d’histoire à l’Université de Tel Aviv, a utilisé la même métaphore et exprime la même idée.

“Le crépuscule des Idoles” n’est pas seulement un livre de Friedrich Nietzsche.  C’est aussi un principe central du judaïsme. L’idolâtrie est une abomination parce que le l’idolâtre sait qu’il se ment à lui-même. Le fait que certains intellectuels israéliens commencent à se réveiller est un signe d’espoir. Qui sait : même la Sainte Trinité israélienne finira peut-être par reconnaître Le Saint Bénit-Soit-Il.

Emmanuel Navon, 14 June 2011.

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories