Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 06:39

 

http://elderofziyon.blogspot.com/2010/10/jimmy-visits-jerusalem-and-exposes-more.html

Adapté par Aschkel

 Pour aschkel.info et lessakele.

 

 

Jérusalem capitale indivisible et Eternelle du Peuple Juif et capitale de l'Etat d'Israel ; Articles sur ICI 

 

Je revienrai un peu plus tard sur l'abjecte déclaration du Prélat Boutros lors du synode  de ces derniers jours à Rome le temps de faire quelques recherches.

 

Les intérêts arabes pour  Jérusalem ont été pratiquement nuls avant l'antisémite et nazislamiste Mufti El Husseini (grand-père de Leila Shahidet mentor de l'OLP)dans les années 1920 lorsqu'il a commencé  à politiser la question, puis ils ont disparu de la conscience musulmane et arabe pour les 19 ans de domination jordanienne lorsque la cause nationale palestinienne  arabe était tout mais muette.

Les intérêts arabes à Jérusalem sont directement proportionnels à la domination politique juive sur la ville. Ils ne sont pas inhérents, ils sont un dérivé. Ils n'ont jamais été mis en place comme un objectif positif, mais plutôt comme une valeur négative - ils ne voulaient établir de Jérusalem comme une capitale arabe, mais  priver les Juifs d'établir  la leur.

Cela n'a jamais été plus clair qu'en 1949 , quand presque toute le monde arabe faisait appel à l'ONU pour faire de Jérusalem une ville internationale - et d'expulser tous les Juifs qui s'y étaient installés depuis 1947:

Oui, les Arabes voulaient donner toute la ville, y compris les lieux saints musulmans, les lieux saints à l'ONU en 1949 - dans le seul but de priver les Juifs du contrôle même la partie occidentale de la ville!



Lorsque l'on voit aujourd'hui des idiots comme Carter qui  insistent sur le fait qu'un Etat palestinien arabe ne peut pas exister sans Jérusalem comme capitale. 

La question est simple - pourquoi? 

Si Tel Aviv doit être la capitale d'Israël selon le monde entier, pourquoi Ramallah ne pourrait pas être la capitale palestinienne arabe?

La seule raison pour laquelle  les gens disent que Jérusalem doit être la capitale palestinienne arabe est parce que les arabes palestiniens  insistent, malgré l'absence de tout lien historique de la ville comme centre culturel ou politique pour le monde arabe. Leur insistance - entièrement fondée pour en retirer la souveraineté juive - est considéré comme quelque chose de plus précieux et authentique que les riches et authentiques liens juifs, religieux ,culturels et historiques avec la ville.

La question de Jérusalem expose au grand jour l'hypocrisie du monde.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 11:28

Merci Alizah et Alain

 

jLES CHRETIENS AMIS D ISRAEL : POUR UNE  JERUSALEM  JUIVE ET INDIVISIBLE 

 par Alizah Bat Schmuel

 

Mardi 28 septembre,  6ème jour de hol- ha -moed souccot ( fête des Tabernacles), ont défilé comme chaque année, des délégations de chrétiens venant de tous les continents : Afrique, Asie, Usa, Europe. On pouvait remarquer, entre autres, une participation importante de chrétiens du Brésil, de Pologne, de France et surtout une délégation très importante de la Radio Norvégienne.

 

Tous sont venus à Jérusalem pour dire d’une façon claire et audible : Jérusalem est la capitale du Peuple Juif,  tel qu’il est mentionné dans la Bible.

 

Pour les accueillir, la Mairie de Jérusalem  avait décuplé d’efforts : circulation de bus interrompue dès 13h, routes barrées, agents de sécurité et du maintien de l’ordre. Tout au long de la rue de Jaffa (Rehov Yaffo), des orchestres jouaient des airs de  Jazz, de Folklore de tous les pays et des airs israéliens.

 

Certains participants étaient vêtus de leur tenue traditionnelle, d’autres brandissaient des drapeaux, des banderoles sur lesquelles était écrit : ‘’ God bless Israël’’ – ‘’ Israël, we love you’’ ; d’autres sonnaient du Choffar (corne de Bélier) annonciateur de la délivrance prochaine. Tous chantaient, disaient ‘’ Shalom ‘’  ‘’Hag sameah’. Ils étaient heureux.

 

Un dame norvégienne s’est approchée de nous et nous a dit : ‘’ Jerusalem is yours. You have to fight for this. God has given Jerusalem to the Jewish People’’.Puis,  elle a embrassé les enfants et leur a remis des cadeaux.

 

Ces milliers de personnes se sont ensuite rendus au Kotel (Mur Occidental) pour une prière commune avec leurs frères Juifs.

 

Ces milliers de personnes sont donc des patriotes, des démocrates lucides, conscients du danger que peut représenter l’Islam intégriste. Ils savent qu' ISRAEL, seule démocratie du Moyen Orient, est  là pour barrer la route à tous les intégristes. Ils ont compris qu’il faut être partenaire d’Israël car il y va du salut des démocraties.

 

NOUS SOMMES EN DANGER. REVEILLONS- NOUS AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD. Tel est le message de tous ces citoyens. Suivons leur exemple.

 

Messieurs, les Journalistes, merci de faire passer le message.
 
 
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 08:33

D'autres vidéos

selection-de-video.jpg

 

 

Cette année nous vous proposerons d'anciennes vidéos d'Israël, plus interessantes les unes que les autres

 

 

Commençons donc notre collection par Jérusalem

 


Partager cet article
Repost0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 17:19

 

 

 

 

La destruction de Jerusalem dans la tradition juiveRabbi Akiba disait devant les ruines encore fumantes de la capitale: " C'est en prenant le deuil de Jérusalem que nous nous rendrons dignes d'assister à son renouveau".

 

UN JOUR PREDESTINE

 

C'est en ce même jour que, à 656 ans d'intervalle, que le premier et le second Temple furent détruits.

A travers l'épouvante du Moyen-Age, le judaïsme a fidèlement conservé le souvenir de cette année terrible - 70 de l'ère vulgaire - qui marque le début de son exil et de ses pérégrinations.

Le 9 Av, en particulier, semble avoir été de tous temps prédestiné au malheur. La tradition nous rapporte nombre de catastrophes qui se sont toutes déroulées le 9 du mois d'Av, et c'est en ce même jour que, à 656 ans d'intervalle, que le premier et le second Temple furent détruits. "Ce ne furent pas, dit le Midrash, les soldats romains qui incendièrent le sanctuaire, mais quatre êtres célestes qui, tenant en main chacun une torche enflammée, mirent le feu aux quatre coins de la maison. "

Le Talmud raconte : " Pendant l'incendie du premier Temple, les jeunes prêtres se formèrent en groupes et, tenant les clés du parvis entre leurs mains, ils montèrent sur le toit du sanctuaire et ils dirent: " Maître du monde, puisque nous avons trahi les valeurs dont tu nous avais confié la garde, nous t'en rendons les clés ! " Puis ils les lancèrent vers le ciel. Une main descendit à travers la fumée et se saisit des clés. Les jeunes prêtres sautèrent alors du toit et périrent dans les flammes".

La tradition juive se préoccupe des raisons de la destruction du Temple. Quels furent les péchés qui amenèrent une telle punition ? Le Talmud en énumère plusieurs: " Jérusalem fut anéantie parce que les parents n'envoyaient plus leurs enfants à l'école, parce que l'on n'observait plus le Chabbat, parce que l'immoralité dominait la vie publique, parce que l'on ne respectait plus les chefs, parce que chacun ne s'occupait que de son propre salut, parce que l'on méprisait les hommes de science". Un autre passage du Talmud précise: " Jérusalem a été détruite la première fois à cause de l'idolâtrie qui y régnait, la seconde fois parce que ses habitants se haïssaient sans motif ".

 

UN DEUIL PERMANENT

 

C'est pour rappeler au souvenir la destruction du Temple que l'on brise un verre sous le dais nuptial.

Dès le lendemain de la catastrophe nationale, les Sages prescrivirent aux Juifs de laisser à nu une partie du mur faisant face à l'entrée de leur maison et de ne pas le recouvrir pour avoir toujours sous les yeux le souvenir des ruines de Jérusalem. Comment pouvons-nous terminer la construction de notre maison lorsque celle du Seigneur est détruite ?

C'est pour rappeler au souvenir la destruction du Temple que, dans certaines communautés, le fiancé se met de la cendre sur la tête pendant la cérémonie du mariage. C'est pour cette même raison que l'on brise un verre sous le dais nuptial. Les femmes avaient autrefois l'habitude de faire graver sur leurs bijoux l'image de Jérusalem et de ne jamais les mettre tous à la fois.

La Tossephta rend compte d'un colloque qui eut lieu entre Rabbi Josuah et un groupe de Pharisiens au lendemain de la destruction de Jérusalem: " Les Pharisiens s'étaient multipliés en Israël et ils s'abstenaient de manger de la viande et de boire du vin.

Rabbi Josuah leur dit: Mes fils pourquoi ne mangez-vous pas de viande ?

Ils répondirent: Comment pourrions nous manger de la viande, alors que l'on offrait tous les jours des sacrifices sur l'autel et qu'ils ont maintenant cessé?

- Mes fils, pourquoi vous abstenez-vous de boire du vin?

- Pouvons nous boire de ce vin qui servait aux libations ? "

Durant tout le Moyen-Age, on rencontrait dans de nombreuses communautés des confréries connues sous le nom " Les Endeuillés de Sion ".
Suivant le témoignage du voyageur Benjamin de Tudèle, les membres des confréries qu'il avait rencontrés dans les pays arabes, en 1175, ne consommaient ni viande ni vin, s'habillaient de noir, habitaient des grottes ou des masures et ne prenaient qu'un seul repas léger le soir.

" Toute la création, dit la Tossephta, a pris le deuil à partir du jour où le Sanctuaire fut détruit,-, depuis ce moment, chaque jour a apporté une nouvelle malédiction, la rosée est devenue moins bienfaisante, les fruits ont perdu leur parfum".

Les codificateurs ont décrété que celui qui monte à Jérusalem doit, lorsque de loin il aperçoit la ville pour la première fois, faire une déchirure à son vêtement.

Le Temple avait servi d'intermédiaire entre les hommes et le ciel. Suivant les uns l'incendie de la maison de D.ieu avait " fermé les portes de la prière ". D'autres, plus optimistes, constatent que le Mont Moria a conservé sa sainteté: " Après, comme avant la construction, l'esprit de D.ieu ne s'est jamais écarté de cet endroit ". 

Ces mêmes rabbins (Midrache Tehilim) décidèrent que la ruine de Jérusalem n'avait pas aboli les fêtes de pèlerinage et que comme autrefois, les Juifs sont tenus à se rendre trois fois par an sur la montagne sacrée. Les codificateurs ont décrété que celui qui monte à Jérusalem doit, lorsque de loin il aperçoit la ville pour la première fois, faire une déchirure à son vêtement, en prononçant ce verset du prophète Isaïe : " Tes villes saintes sont devenues un désert, Sion un désert, Jérusalem une solitude, Notre maison sainte et splendide, où nos pères t'ont célébré, est devenue la proie des flammes, tout ce que nous avions de précieux est en ruine ! " La déchirure, spécifie le Choul'han-Aroukh, doit mettre la poitrine à nu et il est interdit de jamais la recoudre.

 

ESPOIR ET REDEMPTION

 

Conscients de la promesse, les Juifs savaient que leur exil n'était qu'un intermède dans leur longue histoire et qu'un jour, les portes de Sion s'ouvriraient à nouveau.

Durant bientôt vingt siècles, les Juifs ont exprimé, trois fois par jour, dans leurs prières, leur desir de revoir un jour l'ancienne splendeur : "Puissent nos yeux assister à ton retour à Sion... "

Dans l'hymne du vendredi soir, ils chantent : " O, reconstruis le Sanctuaire et que la Ville de Sion se remplisse à nouveau. Là, nous chanterons un nouveau cantique et nous monterons dans la joie! "

Autrefois, Av était un des plus joyeux mois de l'année : le peuple en liesse y célébrait la fête des vendanges. Après la destruction du Temple, il est devenu le mois du deuil national. La Michna décrète: " Lorsque Av commence, on restreint la joie" et Rabbi Akiba, talmudiste contemporain de la catastrophe et membre actif du soulèvement contre les Romains spécifie : "Quiconque s'adonne à une activité le jour de Ticha Be'Av ne deviendra jamais prospère". Les Sages ajoutent: " Celui qui mange et boit le jour de Ticha Be'Av ne verra pas la joie de Jérusalem ".

Un vaste espoir traverse cet immense deuil. Conscients de la promesse, les Juifs savaient que leur exil n'était qu'un intermède dans leur longue histoire et qu'un jour, les portes de Sion s'ouvriraient à nouveau. Il ne s'agissait que de tenir, de ne pas disparaître et de transmettre d'une génération à l'autre la certitude du retour.

Il fallait, pour cela, ne pas oublier le jour du triste départ. Il fallait obstinément en conserver le souvenir, malgré les horribles catastrophes qui ne cessèrent de s'abattre sur eux durant deux millénaires et qui menaçaient d'estomper le malheur de Jérusalem. C'est à cette condition qu'un jour le pays ressuscité verra ses enfants accourir à son appel.

Toutes les joies sont puisées à la source de Ticha Be'Av. C'est maintenant un jour de deuil, mais D.ieu le transformera à l'avenir en jour de fête.

Rabbi Akiba disait devant les ruines encore fumantes de la capitale: " C'est en prenant le deuil de Jérusalem que nous nous rendrons dignes d'assister à son renouveau". Et les Sages du Talmud babylonien voulaient que les mariages fussent nombreux et joyeux : "Celui qui prend part à l'allégresse des noces et qui contribue à la joie des fiancés est à considérer comme un homme qui a relevé une des ruines de Jérusalem " .

Aussi ne faut-il pas s'étonner de voir la tradition assigner un surprenant avenir à l'anniversaire de la destruction : " Toutes les joies sont puisées à la source de Ticha Be'Av. C'est maintenant un jour de deuil, mais D.ieu le transformera à l'avenir en jour de fête, comme l'a prédit le prophète Jérémie : " Je changerai le deuil en allégresse et je les consolerai, je leur donnerai de la joie après leurs chagrins ".

Une légende veut que, après la destruction du Temple, " des êtres célestes descendirent du ciel, prirent sur leurs ailes les pierres de l'édifice et les éparpillèrent dans le monde entier. Partout où tombait une pierre, une synagogue s'élevait". C'est pourquoi nos lieux de prières s'appellent Mikdach Meat (temple miniature).

Selon le Talmud, les synagogues construites dans l'exil ne doivent être considérées que comme "temporaires" puisqu'elles sont appelées à être un jour réédifiées dans le pays d'Israël. C'est pourquoi les synagogues babyloniennes étaient expressément construites Al Tenaï, c'est-à-dire " sous condition " (Talm. bab. Meguila 21, 2).

Une des plus vieilles synagogue du monde, celle de Prague, s'appelle encore aujourd'hui "Synagogue Al-Tenaï ". Dans la bouche du peuple, ce nom s'est transformé en Alt - Neu - Schul (Synagogue Ancienne - Nouvelle), propablement à la suite d'une restauration. C'est en partant de cette appellation que Théodore Herzl choisit le titre de son célèbre livre Altneuland (Pays ancien, pays nouveau).

Ainsi, par un curieux détour, les pierres de la légende millénaire ont contribué à relever les ruines sur lesquelles le vainqueur romain avait fait passer la charrue en proclamant : " Jamais cette ville ne sera reconstruite ! "

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 22:11

 


Ben Gurion versus Obama sur la question de Jérusalem

par Yoram Ettinger

Titre original : Ben Gurion vs. Obama on Jerusalem

 

Ambassadeur (retraité) Yoram Ettinger, “à bien y repenser”

 

Adaptation : Marc Brzustowski

Pour © 2010 lessakele et  © 2010 aschkel.info

 


YnetNews, July 11, 2010

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3917539,00.html

 

1. Les conceptions de David Ben-Gurion –le père fondateur de l’Etat juif- sur Jérusalem sont particulièrement pertinentes, à une époque où le Président Obama incite aux constructions illégales arabes dans Jérusalem (en réprimandant Israël en cas de démolition d’habitations arabes illégales), tout en faisant pression sur Israël pour le dissuader de réaliser des constructions juives légales dans la ville capitale du peuple juif. 1100 résidences arabes illégales sont construites chaque année dans Jérusalem et seulement 50 finissent par être démolies. La position de Ben Gurion sur le rôle unique de Jérusalem est particulièrement éclairante, à une époque où le Processus d’Oslo – et ses dérivées jusqu’à aujourd’hui- a rétrogradé Jérusalem, le Coeur du Peuple Juif et sa captiale éternelle, au rang de simple « article négociable ». Et ce point est doublement intéressant contre l’effet rétroactif d’un gel de la construction à Jérusalem-Est, initié par le Président Obama et enteriné par le Gouvernement israélien.

 

2.  En dépit de mesures de rétorsion aussi étranges qu’impressionnantes,- comprenant un embargo militaire américain et une résolution de l’ONU visant à internationaliser Jérusalem – Ben Gurion était déterminé à préserver la souveraineté juive sur Jérusalem. Il réagit de façon constructive aux pressions américaines et globales : en construisant de nouveaux quartiers juifs le long des lignes de cessez-le-feu de 1949, en installant des dizaines de milliers d’Olim (immigrants) juifs dans Jérusalem, en améliorant les infrastructures de transport vers Jérusalem et en relogeant les agences du gouvernement de Tel Aviv à Jérusalem. Actuellement, l’Etat Juif est sous pression –par l’Administration Obama – pour diviser Jérusalem, ce qui a pour effet de récompenser le terrorisme et d’alimenter en permanence les violences futures.

 

3.  “Nous devons immédiatement rétablir la Vieille Ville de Jérusalem (Journal de bord de Ben Gurion, 8 juin 1967). « La guerre des Six Jours a restauré la Capitale éternelle du Peuple Juif… Nous devons, dès que possible, transférer les facultés et universités sur le Mont Scopus et y construire des logements étudiants et des bâtiments de facultés. Nous devons ériger des entreprises de haute technologie, au nord et au sud de la Vieille Ville [au-delà des lignes de cessez-le-feu]. Nous devons installer 20. 000, 30.000 familles juives dans la Vieille Ville (journal de bord de Ben Gurion, 31 juillet 1967) ».

 

4. “Comme vous le savez, l’Assemblée Générale de l’ONU a décidé, à une écrasante majorité, d’internationaliser Jérusalem. Cette décision ne sera pas mise en œuvre, sous aucun prétexte… Nous ne devons pas collaborer à une telle décision qui ouvre une brèche dans le droit naturel et historique du Peuple Juif à l’égard de Sion… L’Etat d’Israël n’a jamais eu qu’une seule et unique capitale, la Jérusalem éternelle. Elle était notre capitale il y a 3000 ans et elle demeura notre capitale jusqu’à la fin des temps. Dès que les combats [de 1948/49] se sont achevés, nous avons relocalisé les agences du gouvernement à Jérusalem et établi les voies de transport, les infrastructures économiques et techniques nécessaires (Ben Gurion, discours devant la Knesset, 13 décembre 1949). « Jérusalem est une partie intégrante d’Israël et sa capitale éternelle. Aucun vote de l’ONU ne peut rien changer à ce fait historique incontestable (Ben Gurion, discours à la Knesset, 10décembre 1949).

 

5.  “Jérusalem équivaut à la totalité de la Terre d’Israël. Jérusalem n’est pas juste une implantation centrale juive de plus. Jérusalem est un symbole historique global incomparable. Le Peuple juif et le monde entier pourront nous juger en concordance avec notre fermeté sur la question de Jérusalem (Ben Gurion, « Nos voisins et nous », p. 175. 1929) ».

 Les dirigeants juifs contemporains marcheront-ils dans les traces de Ben Gurion, ou succomberont-ils aux pressions du Président Obama, de façon à suspendre l’échec du processus d’Oslo au-dessus de l’avenir de Jérusalem?

Partager cet article
Repost0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 17:42

 

 

 

Tous les articles sur JERUSALEM ICI

 

27 juin 1967. Jérusalem-Est est annexée à la ville ouest.
Jérusalem-Est est annexée à la ville ouest. Jérusalem est réunifiée sous souveraineté israélienne.
En partenariat avec Histoire des Juifs.com
Partager cet article
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 10:32

Barkat :

"Les constructions se poursuivront à Jérusalem"

 

Par ABE SELIG - source jpost

En dépit de l'annonce, dimanche soir, d'une interruption des constructions israéliennes à Ramat Shlomo, Nir Barkat écarte les doutes.

Nir Barkat, le maire de Jérusalem, devant le Kotel.
Photo: Ariel Jerizolimski , JPost

Le maire de la capitale a assuré, lundi, que les constructions se poursuivront, dans tous les quartiers de Jérusalem, tant pour les Arabes que pour les Juifs. "La municipalité continuera à promouvoir les constructions", a-t-il affirmé dans un communiqué. Et de poursuivre : "Nous attendons du ministère de l'Intérieur et du ministère du Logement, d'approuver les plans qui leur sont présentés, et de soutenir nos efforts. Il faut faire face à la grave crise immobilière que nous traversons afin de stopper la désertion de la ville."

Les propos de Barkat ne permettent pas de douter de sa détermination :"Nous faisons confiance au Premier ministre. Il ne permettra jamais un gel de Jérusalem", ajoute-t-il.

La validation de projets au-delà de la Ligne verte pourraient cependant faire échouer les négociations récemment reprises avec les Palestiniens. L'annonce d'un projet de constructions de 1 600 logements à Ramat Shlomo, lors de la visite du vice-président américain Joe Biden, en mars dernier avait déjà déclenché une crise diplomatique israélo-américaine.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 22:54

 

http://www.israel7.com/2010/05/

Le Premier ministre, Benyamin Netanyahou a pris la parole à la cérémonie officielle de la réunification de Jérusalem, sur la Colline des munitions. Il a formulé la promesse suivante: « Jérusalem ne sera plus jamais morcelée ni écartelée. Nous continuerons de la construire et de nous y construire. » Le président Shimon Pérès s’est également exprimé en ce sens: « Des nuages menaçants planent au-dessus de nous. Mais il ne faut pas avoir peur ».

Partager cet article
Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 13:11

 

http://www.israel7.com/2010/05/

 

[Mercredi 12/05/2010 0:08]

Le Premier ministre Netanyahou s’est rendu mardi 11 mai en soirée à la Yeshiva Mercaz Harav à l’occasion des festivités de l’anniversaire de la Réunification de Jérusalem. Mercaz Harav est la Yéshiva où le Grand Rabbin Tsvi Yehouda HaCohen Kook, alors doyen de cette institution, avait littéralement prophétisé un mois auparavant que l’Etat d’Israel réintègrerait sous peu les lieux bibliques de sa mémoire comme Sichem,  Shilo, Hébron et le Mont du Temple. Lorsque le Rav Kook parlait de cela lors de son discours pour Yom Haatsmaout en mai 1967, tout le monde craignait qu’une Shoah ne soit perpétrée par les armées arabes sur la population israélienne et que le jeune Etat d’Israel serait détruit.

Depuis la Guerre des Six jours, tous les ans, le 28 du mois de Iyar, une semaine avant la fête de Shavouoth, les chefs du gouvernement se rendent à Mercaz Harav pour fêter avec ses élèves en liesse la Réunification de la capitale éternelle du Peuple juif

,
Partager cet article
Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 09:02

[Lundi 10/05/2010 16:35]

tous les articles sur Jérusalem
ICI


 

À l’occasion du Jour de la réunification de Jérusalem, mardi soir – le 28 du mois de Iyar – l’Institut de Jérusalem pour la recherche israélienne et le Bureau national des statistiques publient des données nouvelles.

La capitale d’Israël compte aujourd’hui 774 000 habitants. 65% de la population est juive, contre 35% d’Arabes. Les données géographiques de base  incluent les quartiers qui étaient sous domination jordanienne avant la réunification de la ville, en 1967.

Cependant, 7 100 habitants ont déménagé pour s’installer en dehors de la ville. Il s’agit du taux le plus important enregistré depuis 2002. Ils ont choisi de s’établir dans les villages de Judée-Samarie ou dans la ville de Modi’in principalement. Le maire, Nir Barkat, est conscient de ce problème et a déclaré qu’il allait tout mettre en œuvre pour contribuer à la diminution du déficit démographique dû au nombre supérieur des déplacements vers l’extérieur à celui de l’arrivée de nouveaux habitants.

 

Le taux de natalité est le même chez les femmes juives et arabes, et il est de quatre enfants par famille. Fait unique en Israël, le pourcentage de femmes qui travaillent dépasse celui des hommes: 50% des femmes participent à la vie économique contre 47% des hommes.

En ne considérant que les quartiers tombant sous l’appellation de « Jérusalem-Est », et qui regroupent 60% de la population de la ville, seuls 42% des habitants sont juifs. En ce qui concerne la population dite orthodoxe, elle est 3.6 fois supérieure à la moyenne des autres villes du pays. Le taux d’individus considérés comme athées est deux fois plus faible qu’ailleurs. En revanche, pour les plus de 15 ans, 27% étudient ou ont étudié dans une école talmudique.

Le maire est optimiste: « Après des années, les inscriptions pour le CP sont en hausse. Pour ce qui est de la vie professionnelle, le nombre de sociétés qui se sont ouvertes dernièrement dans la ville a augmenté de 30% ».


Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories