Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 05:24

 

7 Novembre 1870 - Le décret Crémieux, abrogé par Pétain en 1940, Giraud en 1942 le réabroge, de Gaulle attend 6 mois pour le rétablir........

 

Source : Histoire des juifs et Akadem

 

7 novembre 1870. Crémieux, ministre de la justice dans le premier gouvernement de la troisième république, émet un décret qui octroie aux Juifs d’Algérie la nationalité française.
Il sont environ 35 000 à l’acquérir. Le décret s’exprime dans ces mots : « Les Israëlites indigènes des départements de l'Algérie sont déclarés citoyens français ; en conséquence, leur statut réel et leur statut personnel seront, à compter de la promulgation du présent décret, réglés par la loi française. Toutes dispositions législatives, décret, règlement ou ordonnance contraires sont abolis ».
Pétain abroge le décret Crémieux en Octobre 1940 voir ICI
8 novembre 1942. Les alliés débarquent en Algérie. Le général Giraud, sur lequel les américains se reposent jusqu’à ce que le général de Gaulle prenne les affaires en main, réabroge le décret Crémieux, déjà abrogé par Pétain en 1940.
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 05:44

 

http://elderofziyon.blogspot.com/2010/11/iranian-weightlifter-forced-to-stand.html

Adapté par Aschkel

pour aschkel.info et lessakele

 

Image rare et symbolique

 

drapeau-iranien-et-israelien.jpg

 

 

Cela se passe en Pologne, entre un iranien, un allemand et un israélien


 

 

Pendant les Championnats du Monde  d'haltérophilie en Pologne dans un geste sans précédent, un athlète iranien a pris sa place sur le podium à côté d'un athlète Israélien s'attirant les critiques de la part des autorités iraniennes.


Iran étudiants Nouvelles Agency (ISNA) a rapporté que Hossein Khodadadi, représentant de l'Iran dans le Championnat Masters d'haltérophilie se tenait à côté son homologue israélien lors de la remise des médailles.

L'événement qui a eu lieu au début Octobre concernait la catégorie des 105 kg agés de 35 à 39.

Sergio Britva, haltérophile israélienne a pris la première (levée 300 kg au total) et Hossein Khodadadi, l'haltérophile iranien a pris la médaille d'argent et a levé 296 kg.

Khodadadi est apparu sur le podium pour recevoir sa médaille à côté de l'athlète israélien et cette décision a conduit à de sérieuses critiques de l'Iran.

C'est la première fois depuis la Révolution de 1979 en Iran qu'un athlète iranien est apparu aux côtés d'un athlète israélien dans un championnat officiel.

Le Chef du comité d'haltérophilie d'Iran lors des Championnats du Masters d'haltérophilie, MirRasouli Raisi, a déclaré que tout avait été fait en coordination avec l'ambassade d'Iran en Pologne.

Khodadadi a affirmé qu'ils n'étaient pas en mesure de retirer leur pavillon de la salle et tout ce qu'il pouvait faire était de se présenter dans une tenue non officielle de telle sorte que leur présence ne soit pas considérée comme officielle.

Il a ajouté que si l'Iran n'avait pas assisté à la cérémonie, ils auraient dû retourner toutes les médailles qu'ils avaient reçu les jours précédents et de fait disqualifié l'Iran de participer à d'autres compétitions.

Les athlètes iraniens ont souvent rencontré des difficultés de refuser d'affronter les adversaires israééliens aux championnats du monde ou autres.

Dans les compétitions en Pologne, tous les participants iraniens ont reçu des médailles.

Le Chef de l'Organisation iranienne de National Athletic avait déjà écrit une lettre au leader suprême, l'ayatollah Khamenei, pour recevoir des instructions sur la façon de gérer les situations où les athlètes iraniens devaient affronter des athlètes israéliens.

La communauté sportive iranienne est devenue de plus en plus préoccupée par les restrictions politiques qui leur coûte des médailles lors des compétitions.



Voici la vidéo, où vous pouvez voir l'athlète iranien refuser de serrer la main de l'israélien. Pour une bonne raison - il aurait terminé sa carrière, et peut-être sa vie.

Il se tient respectueusement au cours de l'hymne de la  Hatikva.

 

 

 


Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 07:13

 

Les textes de Gilles RAPHEL

Bann Gil

 

 

 

Le Saviez-vous ? Cartes en soie, Monopoly et évasion

(Source Musée de la CIA)

Adaptation Gilles RAPHEL

pour aschkel.info et lessakele

 

Une carte d'évasion en soie, des faux papier et quelques souvenirs :



Vivre pour combattre de nouveau

Au cours d’une guerre il existe toujours un risque d’être capturé par l’ennemi. Tout au long de l’histoire, les soldats américains ont dit que s’ils étaient capturés, il était de leur devoir de s’évader et de survivre pour combattre de nouveau. Ce n’était pas différent au cours de la Seconde Guerre Mondiale, mais à cette époque, les soldats ont pu bénéficier d’un peu d’aide sur les tactiques d’évasion et de ruse. 

Pour échapper à l’ennemi avec succès, les soldats avaient besoin d’une formation spéciale et de fournitures. Les Britanniques furent les premiers à répondre à ces besoins. Le 29 décembre 1939, le British Military Intelligence créa le MI9 afin de faciliter l’évasion et l’évacuation des soldats britanniques se trouvant en territoire hostile. L’un des outils précieux créé par le MI9 fut la carte en soie.

 Fabrication de la carte en soie

Un agent du MI9 nommé Clayton Hutton a créé la carte en soie. Hutton était connu comme un individu déterminé, un fonceur passionné. En 1940, Hutton a rencontré le célèbre cartographe John Bartholomew Edimbourg qui avait réalisé des cartes d’Allemagne, de France, de Pologne, d’Italie, d’Autriche, de Suisse, de Belgique, de Hollande, et des Balkans. Lorsque Hutton dit à Bartholomew pourquoi il comptait utiliser ces cartes, le cartographe renonça à tous les droits d’auteur afin de soutenir l’effort de guerre.

La tâche suivante d’Hutton fut de trouver un matériau sur lequel imprimer les cartes. Il avait besoin d’un tissu satisfaisant aux exigences suivantes :

-  silencieux lors du pliage et dépliage,

- étanche,

- mince,

- léger,

- résistant,

- défroissable,

- facile à dissimuler.

La réponse est venue avec le tissu utilisé pour fabriquer les parachutes, la soie. Toutefois, le matériel était difficile à imprimer parce que l’encre courait dessus et faisait des tâches. Hutton était sur le point d’abandonner quand il essaya d’ajouter de la pectine à l’encre, ce qui eut pout effet de l’empêcher de couler et de tenir à l’eau. Les cartes et les textes devinrent limpides.

La rayonne, le nylon et un type de papier-tissu à base de feuille de mûrier –très résistant- ont également été utilisés pour faire des cartes.

En 1940, les Britanniques ont commencé à délivrer des cartes d’évasion aux équipages au cas où ils seraient abattus au-dessus du territoire ennemi. Ces cartes connurent un grand succès et ont été utiles à de nombreuses reprises. Hutton qualifia  les cartes d’évasion « d’accessoire le plus important ». Elles ont non seulement contribué aux évasions de soldats mais aussi à protéger du froid en Europe ou des essaims de moustiques en Birmanie.

 


Cartes de soie pour les soldats U.S.

Lorsque les Etats-Unis entrèrent en guerre, ils étaient très intéressés par les organisations des renseignements britanniques. En novembre 1942, un groupe d’officiers du renseignement américains visita le MI9 pour apprendre les méthodes d’évasion. Lors de cette visite, des cartes d’évasion en soie leurs furent présentées. A leur retour, le Secrétaire à la Guerre Henry Stimson créa l’équivalent américain du MI9, nommé le MIS-X qui commença à produire ses propres cartes d’évasion en soie.

La première carte d’évasion et le premier plan d’évasion des Etats-Unis représentant une feuille de route de l’Afrique occidentale furent imprimés sur un tissu d’enveloppe de montgolfière en 1942. Dès lors, la remise de cartes aux soldats américains devint la norme, y compris pour les membres de l’OSS.

Le MIS-X et le MI9 ont commencé à travailler ensemble pour produire les cartes et plans d’évasion. Il était convenu que le MIS-X et le MI9 se partageraient les responsabilités d’évasions et des méthodes d’évasion, chaque organisation couvrant une partie du globe.

Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, les Britanniques et les Américains ont produit plusieurs centaines de milliers de cartes et de plan d’évasion. Sur les 35 000 soldats alliés qui se sont évadés, on estime à la moitié qui avait une carte en soie sur eux.

 

  Plus qu’un simple jeu …

 

 

 

Certains de ces plans et cartes d’évasion ont été distribués d’une manière plutôt ingénieuse. Les prisonniers de guerre étaient autorisés à recevoir des colis de leur famille ou des organisations humanitaires. Les Allemands fouillaient les colis expédiés par les familles, toutefois, ils ne fouillaient pas les paquets envoyés par les organisations humanitaires. Cela a fourni un moyen de livrer secrètement des cartes et des matériaux d’évasion aux prisonniers de guerre alliés.

Waddington PLC, le fabricant de Monopoly et d’autres jeux participa à cela. La société imprimait des éditions spéciales de Monopoly ou d’autres jeux. Des cartes, des boussoles et d’autres outils étaient cachés dans les compartiments du jeu. Sous couvert d’une fausse organisation humanitaire, les jeux étaient expédiés dans les camps de prisonniers de guerre.

Avant de partir en mission, les troupes alliées étaient informées de prêter attention aux jeux marqués d’une manière inhabituelle si elles étaient capturées. Par exemple, un jeu de Monopoly qui contenait une carte et le plan d’évasion portait un point rouge sur la case du parking gratuit.

Les jeux ont également été marqués en fonction de l’endroit où ils étaient livrés. Waddington a produit six versions différentes de jeux basées sur l’emplacement des camps allemands de prisonniers. Pour indiquer où le jeu devait être transféré, un espace était placé après l’emplacement correspondant sur le plateau de jeu. Par exemple, si un jeu devait partir pour la Suède, il y avait un espace après la case « Mayfair » sur le plateau de jeu. Ce jeu contenait notamment une carte de la Suède et des pays voisins, ainsi que de la monnaie locale.

 

 Evasion et carte d’évasion à la CIA

L’utilisation de cartes en soie se poursuit de nos jours. La CIA a produit des cartes en soie, par exemple lors du soutien à la résistance tibétaine dans les années 1960. Aujourd’hui, les cartes en soie sont faites de Tyvek, un matériau ayant les mêmes caractéristiques que la soie.

Actuellement, la famille Colby a prêté au Musée de la CIA une carte en soie et le plan d’évasion datant de la Seconde Guerre Mondiale ayant appartenue à l’ancien directeur de la CIA William Colby. Il avait utilisé la carte lors de l’opération OSS Rype afin de trouver son chemin à travers les glaces de la Norvège. La carte de Colby est affichée, à côté d’une carte en Tyrek utilisée durant l’opération Iraqi Freedom, dans la galerie afghane. La juxtaposition des deux objets est un hommage rendu aux agents du renseignement de guerre.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 05:50

 


Nous pensons souvent que les signes infâmants proviennent de la seule église qui comme on le voit n'a pas eu grand peine à s'inspirer des usages antérieurs !

Aschkel

 

 

 

 

VIe siècle avant notre ère
à Athènes, les Juifs sont obligés de porter un signe qui les différencie (lequel ?)

201 avant notre ère
Ptolémée Philopator ordonne aux Juifs d’Égypte d’adorer les dieux grecs sous peine d’être marqués avec un fer chaud qui imprimerait sur leur front l’image d’une feuille de lierre, plante consacrée à Bacchus. 

616 de notre ère
L'empereur Héraclius oblige les Juifs à porter des vêtements distinctifs, et leur interdit de posséder des armes.

634
Pacte d’Omar (douze ans après l’Hégire) : les Juifs doivent présenter sur leurs vêtements un signe distinctif afin qu’ils puissent être reconnus dans la rue (une rouelle ?).
Le signe distinctif devait être de couleur jaune pour le juif, bleu pour le chrétien et rouge pour le zoroastrien.
Dans certaine régions, ils doivent porter une cordelette avec un signe autour du cou. 
Autres interdictions : passer à la gauche d’un musulman, sortir du quartier juif chaussé, souiller un musulman par un contact humide.

807
Haroun Al-Rachid ordonne que les juifs portent des ceintures blanches et les chrétiens des ceintures bleues. 
Plus tard, c’est le port d’un chapeau jaune qui devient obligatoire. 

1005
En Egypte, le calife El-Hakim décrète que les juifs doivent porter descloches à leur ceinture, et arborer autour du cou une figurine en bois en forme de veau lorsqu’ils se baignent. 
Les Juifs d'Irak sont obligés de porter un signe distinctif jaune sur leurs vêtements.

1165
Au Maroc, sous la dynastie des Almohades (où le Dayan de Fes est brûlé vif), les juifs doivent porter une gabardine (manteau bleu et large), et se couvrir la tête d'un châle jaune). 
Dans d'autres pays musulmans, les juifs sont obligés de porter uneceinture appelée "Zonnar"

1215
Le Concile de Latran oblige les Juifs à porter "un habit ou un signe distinctif" : la rouelle, symbolisant les 30 deniers de Judas, en tissu de couleur jaune. 
En France il était jaune pistache, plus tard en rouge blanc.
En Angleterre, il a pris la forme de deux bandes ou raies, d'abord de blanc, puis de jaune. 
Dans le règne d'Edward II, il a la forme des Tables de la loi.
Ces signes vestimentaires distinctifs ne sont pas uniformes dans le royaume : plus tard, le bonnet pointu, le « bonnet juif » s'impose.

1267
Le Concile de Vienne en 1267 ordonne le port d'un chapeau particulier,le Judenhut (bonnet pointu).

1222
En Angleterre, dès 1222, les juifs, par ordre de l'archevêque de Canterbury, étaient obligés de porter un signe. 
Ce signe, qui était d'abord une bande d'étoffe blanche, puis jaune, fut plus tard, sous Edouard Ier, une bande de feutre de couleur safran. 
En Allemagne le signe était, au XIIIe siècle, un chapeau rouge et pointu.

1232
Raymond VII, comte de Toulouse, et le légat du pape imposent le port de la rouelle aux juifs de plusieurs villes méridionales. 
A Marseille, les juifs avaient le choix entre le chapeau jaune et la roue.
Pour la femme, la roue était souvent remplacée par une espèce de voile.

1233
A Naples, Frédéric II introduit la rouelle vers 1233, et le concile de Piazza l'impose aux juifs de Sicile en 1296. 
A Venise, un chapeau roux remplace la rouelle.

1267
En Allemagne, c'est un chapeau que doivent porter les Juifs : le « Judenhut » est imposé par un décret du Concile de Vienne en 1267. 
C'est un chapeau plat surmonté d'une tige avec une boule (pourquoi ?) comme on le voit très bien sur les armoiries suivantes où trois chapeaux juifs sont représentés.

1269
En France, "Saint Louis" ordonne en 1269 le port de deux signes jaunes l'un dans le dos, l'autre sur le poitrine, à partir de 14 ans.

1279 
L'abbé de Saint-Antonin de Pamiers réduisit cette marque à une rouelle étroite, à peine visible.

13ème siècle 
Dans l'Allemagne du XIIIe siècle, un couvre-chef conique fut l'insigne infamant.
En Pologne, un chapeau pointu.
En Espagne, le sanbenito, sorte de vêtement grossier et solide orné d'une croix de Saint-André, est imposé aux Juifs par l'inquisition.
Le concile de Latran IV oblige les Juifs à porter la barbe comme la portent les intégristes.

XIVème
Appartenant à la maison de Savoie, du XIVème siècle, la ville de Nice n’a jamais chassé les Juifs, et, bien qu’ils aient été obligés de porter un signe distinctif, un chapeau pointu, ils bénéficièrent de privilèges assez larges, notamment en ce qui concerne la liberté du commerce.

1371
Les Juifs doivent "porter un signe qui fasse qu'on les reconnaisse et qu'on les différencie des autres." On les appela alors "les juifs marqués" (judíos de señal).

1394
Un édit de Charles VI bannit de France les Juifs, qui avaient déjà été proscrits plusieurs fois. Sous Philippe le Hardi, ils avaient été obligés de porter une corne sur la tête : il leur était défendu de se baigner dans la Seine.

1405
Ordre de porter une rouelle rouge sur l'épaule droite.

1408
Ordre de porter un signe distinctif de tissu bleu en forme de demi-lunedont les pointes se touchent presque et semblent former un cercle." 
Les juifs doivent porter un signe distinctif sur leurs habits, une petite roue(rouelle) rouge et blanche.

1492
Au Maroc, les Juifs étaient obligés de porter des habits ternes et de se déplacer â dos d'âne, les jambes pendantes d'un seul côté.

1516
Venise, décret du 29 mars qui fonde le Ghetto.
Pour circuler hors du Ghetto, les juifs sont obligés de porter un cercle de couleur jaune, bien visible sur leurs vêtements et aussi un chapeau rouge pointu à bord relevé, et une ceinture à frange.

1524 
En France, obligation de porter un chapeau jaune pour les hommes et pour les femmes une coiffe, puis ensuite un noeud jaune.

XVIème siècle
A Prague, ils devaient porter une étoile jaune.

XVIIe siècle
A Carpentras, les hommes juifs étaient obligés de porter un chapeau de couleur jaune pour se déplacer. 
Ils devaient aussi assister à des sermons chrétiens. Seuls les métiers autorisés par le pape leur étaient accessibles. Les habitants des carrières vont donc se spécialiser dans la friperie et le prêt.
A Venise, l'obligation du port du chapeau dura jusqu'à la fin du XVIIIème siècle. 

XVIIe et XVIIIe siècles, les juifs de Tunisie devaient porter la chechiade couleur noire à la différence de celle des musulmans, rouge. 
Les juifs italiens devaient porter des chapeaux ronds comme les marchands chrétiens mais au début du XIXe un bey leur imposa le port d'une calotte blanche.

Avant la Révolution
Les Juifs devaient toujours porter un chapeau jaune et les Juives, unfoulard de la même couleur en travers de leur poitrine.

1797 
Quand Napoléon et son armée entrèrent à Ancône, il fut frappé de constater que certaines personnes portaient des bonnets jaunes et desbrassards avec l'étoile de David. 
Napoléon ordonna immédiatement que les bonnets jaunes et les brassards soient enlevés et il les remplaça par la rosette tricolore. 
Il supprima le ghetto et donna des instructions pour que les Juifs puissent pratiquer ouvertement leur religion et vivre librement là où ils le souhaitaient. Les Juifs d'Ancône furent surpris et ravis de constater que les premiers soldats français qui entrèrent dans le ghetto étaient des Juifs.
Plus tard, Napoléon libéra également les Juifs des ghettos de Rome, Venise, Vérone et Padoue.
Le "Libérateur de l'Italie" abolit les lois de l'inquisition, et les Juifs furent enfin libres.

1892
Les Juifs Iraniens sont obligés de porter une marque distinctive, ils avaient l’interdiction de sortir les jours de pluie (pour que leur impureté ne se répande pas en ville), n’avaient pas le droit de marcher devant un musulman ou d’élever une belle maison.

1918 
Au Maroc, les juifs etaient obliges de marcher pied nus, dès qu'ils sortaient de leur quartier. On les voyait enlever leur babouches noires(en dehors du Mellah) par distinctions de celles des musulmans qui seuls avaient le privilege de les porter jaunes..."

1940
Tous les Juifs et Juives seront obligés de porter un brassard blanc d'une largeur de 10 cm au moins sur la manche droite de leur vêtement ou pardessus.

1941
En Croatie occupée par les Oustachis, les Juifs étaient obligés de porter sur le revers de la veste une bande de couleur bleue avec la lettre majuscule 'P' (Pravoslavni - orthodoxe)

alainamiel

En France, en Espagne et en Italie, la loi obligeait les Juifs à porter la «rouelle », un rond jaune, sur la poitrine. 
C'est l'Eglise catholique et plus précisément le Pape qui voulait qu'on puisse repérer les Juifs et éviter des unions entre Juifs et Chrétiens. 
Le pape Innocent III publie un décret en 1215, lors du quatrième Concile de Latran, ordonnant que les Juifs portent des vêtements différents de ceux des Chrétiens. Il s'agit d'empêcher des mariages entre Juifs et Chrétiens.
Le Concile de Vienne en 1267 qui ordonne le port d'un chapeau particulier, le Judenhut.
En France, c'est Louis IX dit "Saint Louis" qui ordonne en 1269 le port de deux signes jaune l'un dans le dos, l'autre sur le poitrine, à partir de 14 ans.
Pourquoi le jaune ?
Chez les Chrétiens, le jaune signifiait aussi trahison : Judas est représenté avec une robe jaune ainsi que les Juifs. Vers la fin du Moyen Age, le jaune est lié au désordre, à la folie : les bouffons et les fous sont habillés en jaune (le nain jaune). Le jaune est associé à Lucifer, au soufre, et aux traîtres. Paradoxalement il correspond aux maris trompés alors qu’originellement il indiquait le trompeur.

Enluminure sur un manuscrit du Moyen-Age : 
vers 1460, un juif allemand porte la rouelle
Manuscrit Add. 14762, British Library, Londres

En Allemagne, c'est un chapeau que doivent porter les Juifs : le «Judenhut » est imposé par un décret du Concile de Vienne en 1267. C'est un chapeau plat surmonté d'une tige avec une boule comme on le voit très bien sur les armoiries suivantes où trois chapeaux juifs sont représentés.
Vers 1300, en Allemagne, 
écu portant trois "chapeaux juifs" 
Manuscrit SP II 252, Biblioteca Ambrosiana, Milan
 
Dessin représentant des Juifs allemands, 
portant le chapeau juif 
Manuscrit Add 662, Universitary Library, Cambridge

Mais tout ce marquage des Juifs est abandonné progressivement. Au XVIème siècle, ces vêtements, couvre-chefs et marques de reconnaissance ont disparu partout, sauf à Venise où l'obligation du port du chapeau dura jusqu'à la fin du XVIIIème siècle. 
    Il faudra le XXème siècle et sa barbarie pour que réapparaissent ces "marques d'infamie" :

En Pologne, dès 1939, pas d'étoile mais un brassard


I. Tous les Juifs et Juives seront obligés de porter un brassard blanc d'une largeur de 10 cm au moins sur la manche droite de leur vêtement ou pardessus, à partir du 1er décembre 1939.

II. Les Juifs et les Juives se procureront eux-mêmes les brassards et les revêtiront d'inscriptions correspondantes.

III. 1) Les contrevenants seront punis de prison. 
2) Les tribunaux spéciaux sont compétents à cet effet.

IV. Les dispositions d'application seront publiées par le directeur de la section d'administration intérieure.

Cracovie, le 23 novembre 1939.

Signé: FRANK, 
Gouverneur Général pour les territoires polonais occupés.

 

 

En Allemagne, dès 1941

Le décret du 19 septembre 1941, obligeait les Juifs à porter sur le côté gauche de la poitrine une large étoile jaune avec le mot "Jude". 






Voici l'explication de cette mesure par les nazis. On remarque qu'ils inversent tout : ce sont les Juifs qui tenteraient de les "anéantir"... Il est clair qu'il s'agit de séparer les Juifs des autres Allemands et de leur faire payer ensuite leur «responsabilité collective » 
 
« Cette mesure a pour but d'empêcher les Juifs de se camoufler pour tenter d'entrer en contact avec les Allemands. Les batailles de l'Est ont pleinement montré l'infamie des procédés juifs, ainsi que le danger universel que représente pour les peuples libres la politique juive d'anéantissement. Dans ces conditions, on ne peut plus tolérer que des Allemands risquent d'entrer en contact avec des Juifs qui dissimulent leur véritable race. La séparation entre Allemands et Juifs sera réalisée de façon aussi complète que possible dans les circonstances actuelles. Ainsi sera proclamée à la face du monde la responsabilité collective de tous les Juifs pour les abominations commises contre les aryens dans l'Est. Les Juifs du monde entier portent cette responsabilité accablante.»

Lettre du SS Knochen annonçant la mise en place de l'étoile jaune :
  
IV J SA 221 b                      Paris, le 10 mars 1942 
Dan / Bir 
.

Au service de Bruxelles 
Sturmbannfuhrer Ullers.

Objet : Insigne distinctif des Juifs. 
Référence: Réunion des spécialistes des questions juives à Berlin, le 4 mars 1942.

Ainsi que cela a été convenu à Berlin, il apparaît opportun d'introduire l'insigne distinctif des Juifs, simultanément dans les territoires occupés hollandais, belges et français.

J'ai choisi le 14 mars pour date de la conférence, à laquelle assistera également le spécialiste des questions juives du service d'Amsterdam.

Je vous prie de bien vouloir me donner votre accord, et de m'aviser de la date de votre arrivée.

Signé : Dr KNOCHEN.

 

a décision est publiée en France le 1er juin 1942. Voici le texte de l'ordonnance : 

 

HUITIÈME ORDONNANCE 
du 29 mai 1942 concernant les mesures contre les Juifs
En vertu des pleins pouvoirs qui m'ont été conférés par le Fûhrer und Oberster Befehischaber der Wehrmacht, j'ordonne ce qui suit:

§1 
Signe distinctif pour les Juifs

I. Il est interdit aux Juifs, dès l'âge de six ans révolus, de paraître en public sans porter l'étoile juive.

II. L'étoile juive est une étoile à six pointes ayant les dimensions de la paume d'une main et les contours noirs. Elle est en tissu jaune et porte, en caractères noirs, l'inscription « Juif ». Elle devra être portée bien visiblement sur le côté gauche de la poitrine, solidement cousue sur le vêtement.

§2 
Dispositions pénales

Les infractions à la présente ordonnance seront punies d'emprisonnement et d'amende ou d'une ces peines. Des mesures de police, telles que l'internement dans un camp de Juifs, pourront s'ajouter ou être substituées à ces peines.

§3 
Entrée en vigueur

La présente ordonnance entrera en vigueur le 7 juin 1942.

DER MlLITÀRBEFEHLSHABER IN FRANKREICH.

 

Etoile portée en Belgique : 
Le "J" signifie "JOOD" pour les Flamands 
et "JUIF" pour les Wallons

.

Etoile jaune portée en France.

(Contre 2 points textile)


Etoile portée aux Pays-Bas

Etoile portée aux Pays-Bas

 

Etoile portée en Allemagne

Etoile portée en Allemagne

 

Brassard à l'étoile jaune, porté en Croatie.

Brassard à étoile, porté en Croatie

 

 

 

Le Petit Parisien - Lundi 8 juin 1942

Le Petit Parisien, Lundi 8 juin 1942

L'article, en première page, est accompagné d'une caricature :

« - Je vous parle la main sur le coeur...
   - Hum ! Qu'est-ce que ça cache encore ? ... »

(Cette caricature veut dire que les Juifs sont dissimulateurs, se cachent pour monter de sales coups. Grâce à l'obligation du port de l'étoile jaune, ils ne pourront plus se cacher)

 

Article et caricature

 

Tous les juifs
quelle que soit leur nationalité
portent depuis hier
l'étoile de David
     C'est à partir d'hier dimanche que le port de l'insigne jaune devenait
obligatoire pour les juifs.

     On en avait déjà aperçu quelques-uns vers la fin de la semaine précédente. Mais la plupart des israélites avait attendu l'échéance exacte pour se conformer à cette prescription.
     Cette première journée fournit à la plupart des Français un sujet d'étonnement et, espérons-le,  de méditation : à savoir le nombre considérable - et qu'ils ne soupçonnaient pas jusqu'alors - des juifs dans certains quartiers. Sans parler des quartiers Saint-Paul, Saint-Antoine, Mouffetard, Lancry, Porte-Saint-Denis ou Clignancourt, déjà connus comme comptant une forte densité israélite, on put constater une éclosion inatendue d'étoiles de David dans des arrondissements chics tels que les Ternes, Passy et Auteuil. On en vit aussi pas mal à Longchamps.
     Précisons que cette décision est d'ordre général et qu'elle concerne tous les juifs, quelle que soit la nationalité dont ils croiraient pouvoir se réclamer. L'étoile de David, qui n'est nulelment un signe de dérision, mais un symbole racial, doit être portée découpée et cousue solidement, de façon apparente, sous peine de sanctions graves.

 

 

Le journal collaborateur Le Petit Parisien, du Lundi 8 juin 1942, annonce, en première page, l'obligation du port de l'étoile jaune.
Le journaliste collaborateur, qui ne signe pas son article, se réjouit de cette obligation qui permet, selon lui, de repérer les Juifs qui se cachaient dans des quartiers populaires de Paris, mais aussi dans des quartiers chics. Il insiste sur l'obligation faite à tous les Juifs, même ceux qui ont la nationalité française. Pour lui, un Juif ne peut pas être vraiment un Français ; on voit cela dans l'expression qu'il emploie : 
« quelle que soit la nationalité dont ils croiraient pouvoir se réclamer ». Pour lui, les Juifs "croient" être français et se "réclament", toujours à tort, de cette nationalité.

 

Coupure de presse : Nouvelles brèves : Le journaliste juif Marcel Hutin a été arrêté pour refus de porter l'insigne juif.

 

Coupure de presse : Le port de l'étoile jaune. L'article évoque le fait qu'un certain nombre de non juifs qui portaient une imitation de cet insigne ont été envoyés dans des camps de juifs.

 

 

Cela terminera par un tatouage

 

tatouage


 

 

d-d.natanson

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 21:03

 

bann-j.patrick-grumberg.jpg

Notre ami Jean-Patrick Grumberg sur drzz a publié un article très interessant.

Le voici

 

slavery.gif

 

Extraits de Slavery, Terrorism & Islam, du Dr Peter Hammond, paru en 2005. Traduit et adapté par Jean-Patrick Grumberg. 

 

L'islam n'est pas une religion, ni un culte.  Dans sa forme la plus complète, il est un système complet, total, qui englobe 100% du mode de vie des gens. L'Islam a des composantes religieuses, juridiques, politiques, économiques, sociales, et militaires. La composante religieuse est la base de toutes les autres composantes. 



 

L'islamisation d’un pays commence lorsque le nombre de musulmans, dans un pays donné, est assez élevé pour créer les conditions qui permettent d'exiger des privilèges religieux.

 

 

Lorsque des pays politiquement correct, tolérants et multiculturels, accèdent aux premières demandes des musulmans, ces derniers en profitent pour introduire une ou plusieurs des autres composantes détaillées plus haut. 



 Voici comment cela fonctionne. 


 Tant que la population musulmane reste autour ou à moins de 2%, les musulmans sont, pour la plupart, considérés comme une minorité éprise de paix, et non comme une menace pour les autres citoyens.  C'est le cas (chiffres actualisés en 2009) : 



 Aux États-Unis - musulmans 0,6% 
En Australie - musulmans 1,5% 
Au Canada - musulmans 1,9% 
En Chine - musulmans 1,8% 
En Italie - musulmans 1,5% 
En Norvège - musulmans 1,8% 


De 2% à 5%, ils commencent à faire du prosélytisme auprès des minorités et des musulmans modérés, et ils recrutement massivement dans les prisons et parmi les voyous des cités. C’est qui se passe :

 
Au Danemark - musulmans 2% 
En Allemagne - musulmans 3,7% 
Au Royaume-Uni - musulmans 2,7% 
En Espagne - musulmans 4% 
En Thaïlande - musulmans 4,6% 


Autour des 5%, ils exercent une influence démesurée par rapport à leur nombre. Par exemple, ils pousseront à l'introduction du halal partout où ils peuvent, assurant ainsi des emplois nouveaux aux musulmans. Cela leurpermettra d'augmenter la pression sur les chaînes de supermarchés pour que les produits halal figurent sur leurs linéaires – et ils deviendront menaçants si les supermarchés ne s’y conforment pas. Cela se produit :




En France - musulmans 8% 
Aux Philippines - musulmans 5% 
En Suède - musulmans 5% 
En Suisse - musulmans 4,7% 
Aux Pays-Bas - musulmans 5,5% 
A Trinidad & Tobago - musulmans 5,8% 


À partir de ce stade, ils font du lobbying pour obtenir du gouvernement la possibilité d’appliquer la charia (loi islamique) dans leurs ghettos et sur des sujets mineurs. Rappelons que l'objectif ultime des islamistes est d'établir la charia dans le monde entier. 



Quand les musulmans approchent les 10% de la population, ils ont tendance à augmenter les actes de rebellions et d'anarchie pour dénoncer leurs conditions de vie
. A Paris, nous voyons déjà les voitures brûler. Toute action contre les musulmans offense l'islam, et débouche sur des soulèvements et des menaces, comme à Amsterdam, avec l’opposition aux caricatures de Mahomet et aux films sur l'islam. Ces tensions existent quotidiennement, en particulier dans les secteurs musulmans : 


En Guyane - musulmans 10% 
En Inde - musulmans 13,4% 
Au Kenya - musulmans 10% 
En Russie - musulmans 15% 


A partir de 20% et plus, le pays peut s’attendre à des émeutes violentes pour un oui pour un non, à la création de milices jihadistes, à des assassinats sporadiques, et à des incendies d'églises et de synagogues. C’est le cas :

 

En Ethiopie - musulmans 32,8%

 

Avec 40% de musulmans, les nations subissent des massacres à grande échelle, des attaques terroristes chroniques, et des luttes constantes entre milices rivales, comme : 



En Bosnie - musulmans 40% 
Au Tchad - musulmans 53,1% 
Au Liban - musulmans 59,7% 


A partir de 60%, les non musulmans (et les musulmans assimilés) sont victimes de persécutions généralisées, de nettoyage ethnique sporadique (génocide). La charie y est utilisée comme une arme, et la « jizya », l'impôt imposé aux « infidèles » est mis en place, tel qu’ : 


En Albanie - musulmans 70% 
En Malaisie - musulmans 60,4% 
Au Qatar - musulmans 77,5% 
Au Soudan - musulmans 70% 


Quand un pays atteint 80% de musulmans, les vagues d'intimidation et de jihad deviennent quotidiennes. On assiste à des opérations de nettoyage ethniques organisées par l’Etat, et même des génocides d’Etat, et ces nations font la chasse aux infidèles, afin de progresser vers le 100% de musulmans, comme cela a été expérimenté, et est en quelque sorte en voie d’accomplissement : 



Au Bangladesh - musulmans 83% 
En Egypte - musulmans 90% 
A Gaza - musulmans 98,7% 
En Indonésie - musulmans 86,1% 
En Iran - musulmans 98% 
En Irak - musulmans 97% 
En Jordanie - musulmans 92% 
Au Maroc - musulmans 98,7% 
Au Pakistan - musulmans 97% 
En Palestine - musulmans 99% 
En Syrie - musulmans 90% 
Au Tadjikistan - musulmans 90% 
En Turquie - musulmans 99,8% 
Dans les Emirats Arabes Unis - musulmans 96% 


100% de musulmans débouche –en théorie - sur la paix de «Dar-es-Salaam » (la paix dans la maison de l’islam). En théorie, puisque tout le monde est musulman. Les « Madrassas » sont alors les seules écoles autorisées, et le Coran règle  la vie des citoyens comme : 



En Afghanistan - musulmans 100% 
En Arabie Saoudite - musulmans 100% 
En Somalie - musulman 100% 
Au Yémen - musulmans à 100% 


Malheureusement, dans ces pays 100% musulmans, la paix n'est jamais atteinte, car les islamistes les plus radicaux vomissent de la haine et satisfont leur soif de sang en tuant les musulmans moins radicaux qu’eux, ou pour diverses raisons. 



« Avant d’avoir neuf ans, j'ai appris les règles de base de la vie mahométane.
 C'était moi contre mon frère ; mon frère et moi contre notre père, ma famille contre mes cousins et le clan, le clan contre la tribu, la tribu contre le monde, et nous tous contre les infidèles ». Léon Uris, « The Haj »




Il est important de comprendre que dans certains pays, même avec moins de 100% de populations musulmanes, comme en France, la minorité musulmane vit dans des ghettos, dans lesquels ils sont près de 100% de musulmans, et dans lesquels ils vivent quasiment selon la charia. La police nationale n’entre même pas dans ces ghettos.
 Dans de telles situations, les musulmans ne s'intègrent pas à la société. Les enfants n’apprennent que le Coran. Dans ces ghettos, le fait même de s'associer à un infidèle (non musulman) est un crime punissable de mort. Par conséquent, dans les zones de plusieurs pays qui n’ont pas 100% de musulmans, les imams et les intégristes exercent bien plus de pouvoirs que sur la majorité des musulmans du pays.

 

Aujourd'hui, 1,5 milliard de musulmans représentent 22% de la population mondiale. Mais leur taux de natalité écrase celui des chrétiens, des hindous, des bouddhistes, des juifs (sauf en Israël), et celui de tous les autres croyants et non croyants. Donc les musulmans dépasseront les 50% de la population mondiale d'ici la fin de ce siècle.

 


Commentaire d’un lecteur : Cela fait peur. Maintenant que nous sommes informés, qu’est ce que nous allons faire de cette information ?

 

Jean-Patrick Grumberg

 

N'étant pas trés douée en calcul j'ai demandé a un ami de m'aider apour ce qui concerne le Proche-Orient.

Si on considèrent qu'il y a 6 millions de juifs pour 300 millions de musulmans cela nous fait du 5000 % soit 1 juif pour 50 arabes.

Soit les Israeliens sont fous soit ils sont des héros, quoiqu'il en soit, une Europe islamisée à 5000 % pourra toujours respirer grâce a ses hommes libres. Alors courage !


 

pour aschkel.info et lessakele une petite animation

J'ai trouvé cette animation trés parlante en ce qui concerne Israel et ses voisins hostiles

C'est en anglais....

Si vous ne pouvez pas voir l'animation cliquez ICI

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 07:06

banner aschkel et gil-copie-1

 

Pour aschkel.info et lessakele.

 

Cette nouvelle fenêtre du site  propose au lecteur des documents peu ou pas diffusés de conflits anciens, modernes ou en cours. Son intérêt porte sur la découverte d'informations discrètes pour le public francophone.

 

Le saviez-vous? Les Corées , le 1er septembre 1950

Par Gilles

 

 

  

 

(Source CIA)

                                                                                                                                             

                                                                                           Le 1er septembre 1950

 

Résumé quotidien

Corée

 

1.     Les nord-coréens lancent une offensive tous azimuts : --

 

Les nord-coréens ont lancé une offensive tous azimuts dans les secteurs Sud et Central visant à isoler Masang et à prendre la ville portuaire de Pusan à 35 miles à l’Est. Le long de la ligne de front Sud, les forces des Nations-Unies ont préservé la plupart de leurs positions de défenses et leurs réserves ont progressé vers l’avant. Dans le secteur central, les nord-coréens, dans une attaque considérable, ont franchi le fleuve Natong en trois points différents. Près de Tuksong, à une quinzaine de miles au sud ouest de Taegu, une autre attaque ennemie a été repoussée par les éléments de la 1ère Division de cavalerie américaine. Les autres

secteurs sont relativement calmes.

 

Sommaire de la situation

     2. le Quartier général du 13ème Groupe Armé de la 4ème Armée de campagne de la Chine communiste s’est installé à Antung, Manchourie, le 26 août 1950. Cette unité estimée à 80 000 hommes était localisée à Canton dans la Chine du sud jusqu’à mi-juillet. D’autres éléments de la 4ème Armée de campagne ont été signalés de manière fiable comme étant en marche depuis la Chine centrale vers le Sud de la Manchourie. Les forces militaires stationnées en Manchourie en temps normal sont estimées à plus de 500 000 hommes.

Il y a de nombreux signalements non confirmés d’une rencontre Mao - Molotov à Peiping début août durant laquelle a été abordé le problème des futures actions en Corée, Taïwan, et dans le Sud Est asiatique.

La propagande de la Chine communiste présente les Etats Unis comme l’agresseur. Le gouvernement a protesté contre les raids américains sur Antung, le long du fleuve Yalu en Corée du Nord et a demandé au Conseil de sécurité des Nations-Unies d’ordonner le retrait des forces américaines de Corée et de mettre fin à la menace américaine sur la paix.

Ainsi, le terrain a été préparé pour une certaine forme d’intervention de la Chine communiste pour la participation dans la guerre de Corée. Une participation déclarée par les forces régulières empêcherait l’admission de la Chine communiste aux Nations-Unies tandis que la participation de « volontaires » de Manchourie pourrait renforcer la localisation du conflit.

Une intervention pourrait être lancée par une action préventive contre les forces américaines « agressives » et pourrait être parrainée par la campagne pour la paix de l’URSS. Il est impossible de déterminer  à cet instant si la décision a été prise mais en tout état de cause une assistance armée en faveur de la Corée du Nord paraît imminente.

Partager cet article
Repost0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 22:21

 

 

 

 

 

 

stahhanov.jpg

 

Le saviez-vous ? Le 31 août 1935, jour de mensonge communiste

Par Gilles

Pour aschkel.info et lessakele.

Je l’admets, chaque nouveau jour est un jour de mensonge dans le monde crapuleux du communisme, cependant le 31 août 1935 reste mémorable.

Alexeï Stakhanov est « perforateur » - il tient le marteau piqueur – dans la mine de chardon d’Irmino à Kadievka en Ukraine quand, fin août 1935 le Komsomol local –groupement de jeunes communistes – lance un défit : le mineur qui extraira le plus de charbon en 6 heures, durée du temps de travail au fond.

Défit relevé par le jeune Alexeï qui extrait en 5 heures 45 mn 105 tonnes de minerai alors que la norme quotidienne est de 7 tonnes, soit 15 fois plus.

Le 9 septembre il en extrait 207 tonnes, un nouvel exploit.

Il sera « élu » député du premier Soviet suprême et la ville de Kadievka fut rebaptisée Stakhanov en 1978.

Malheureusement l’organe de presse du Parti, la Pravda, soudain éprise de vérité, publia en 1988 les mémoires de l’organisateur du concours, un certain Constantin Petrov qui reconnaissait la tricherie, Staka avait été aidé par deux de ses camarades, voire par toute son équipe.

Le slogan réel de la productivité communiste était bien - et est toujours - : «  Ils font semblant de nous payer, nous faisons semblant de travailler. ».

Pour toute information complémentaire se reporter aux statistiques effarantes de la Corée du Nord …

Partager cet article
Repost0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 05:24

 

banner aschkel et gil-copie-1

 

Pour aschkel.info et lessakele.

 

Cette nouvelle fenêtre du site  propose au lecteur des documents peu ou pas diffusés de conflits anciens, modernes ou en cours. Son intérêt porte sur la découverte d'informations discrètes pour le public francophone.

 

Le saviez-vous? Les Corées , le 29/30 août 1950

Par Gilles

 

 

 

 

 



  

 

 

(Corée : résumé quotidien CIA, 29 août 1950)

                                                                               29 août 1950

 

                                           Corée

1.      Légère activité dans les secteurs Sud et Nord- Est –

Les forces sud-coréennes ont obtenu quelques gains dans le secteur Nord Est tandis que dans le Sud, les forces des Nations Unies ont été soumises en continue à des attaques-test de petites unités. Les unités navales des Nations Unies ont mené des missions d’appui dans la zone de Pohang, l’aviation, par deux fois, a conduit des attaques sur des cibles le long de la côte Est. L’aviation a poursuivi le soutien des troupes au sol et les B-29 ont atteint la gare de triage de la ville nord-coréenne de Chongjin sur la côte Est.

 

 

(Corée : résumé quotidien CIA, 30 août 1950)

                                                                               30 août 1950

 

                                           Corée

 

1.      Les troupes des Nations Unies forcées de quitter Kigye –

 

La pression ennemie a forcé les troupes sud-coréennes à se retirer de Kigye pour prendre position 500 yards au sud de la ville, de lourds combats continuent dans le secteur de Pohang. Les autres secteurs sont restés relativement calmes malgré une augmentation de l’activité ennemie à l’extrémité sud de la ligne de défense. Les unités navales des Nations Unies ont frappé des cibles dans l’ouest de la Corée et exécuté des tirs à la demande des troupes au sol. L’aviation a attaqué des ponts à Séoul et des gares de triages à Séoul, Suwon et Namwon.  

Partager cet article
Repost0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 05:09

 

 

banner aschkel et gil-copie-1

 

Pour aschkel.info et lessakele.

 

Cette nouvelle fenêtre du site  propose au lecteur des documents peu ou pas diffusés de conflits anciens, modernes ou en cours. Son intérêt porte sur la découverte d'informations discrètes pour le public francophone.

 

Le saviez-vous? Les Corées , le 25/26 août 1950

Par Gilles

 

 

 

 

 

 

 

(Corée : résumé quotidien CIA, 25 août 1950)

                                                                               25 août 1950

 

                                           Corée

1.      Les lignes de front restent statiques – -

 

Il n’y a pas eu d’évolution sur les lignes de front en Corée au cours des 24 dernières heures. A l’exception de forts engagements locaux, l’action de part et d’autre s’est limitée à des patrouilles et des échanges sporadiques de mortier et d’artillerie. Dans le secteur Sud, les nord-coréens ont continué à se renforcer dans la zone de Chinju et ont lancé une violente attaque contre la 25ème Division US. Cette attaque a été repoussée après deux heures de combat acharné. Dans le secteur centre, au Nord de Taegu, une attaque nocturne contre le 27ème Régiment a été repoussée. Dans le secteur Nord, au nord de Uihong, les forces sud-coréennes, sous le feu nourri de l’ennemi, ont été contraintes de se retirer, une contre-attaque est en cours. Concernant le signalement de nouveaux avions chasseurs, une reconnaissance ultérieure au 24 août n’a pas révélé d’éléments de preuve de ces aéronefs et aucune préparation aérienne ennemie inhabituelle n’a été découverte

 

 

(Corée : résumé quotidien CIA, 26 août 1950)

                                                                               26 août 1950

 

                                           Corée

 

1.      L’accalmie des opérations se poursuit –

La poursuite de l’accalmie des opérations ennemies peut indiquer que les forces nord-coréennes se désengagent avant de se regrouper pour lancer ensuite des attaques. De nombreuses bonnes unités de l’envahisseur ont subi de lourdes pertes dans la semaine écoulée et une vaste réorganisation des unités ennemies semble nécessaire. Les deux parties poursuivent des opérations d’exploration et de patrouille mais peu d’unités ont été engagées (NDLT : -au feu). L’action la plus sérieuse s’est produite dans le secteur Est où les unités sud-coréennes ont dû effectuer un léger retrait de nombreuses positions. L’aéronavale des Nations Unies – Etats Unis a poursuivi son soutien aux troupes au sol et les forces aériennes ont continué leurs attaques sur des équipements ennemis, des concentrations de troupes et d’autres cibles dans les zones arrière.  

Partager cet article
Repost0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 04:20

banner aschkel et gil-copie-1

 

Pour aschkel.info et lessakele.

 

Cette nouvelle fenêtre du site  propose au lecteur des documents peu ou pas diffusés de conflits anciens, modernes ou en cours. Son intérêt porte sur la découverte d'informations discrètes pour le public francophone.

 

Le saviez-vous? Les Corées , le 22 août 1950

Par Gilles

 

 

 

 

 



  

 

(Corée : résumé quotidien CIA, 23 août 1950)

                                                                               23 août 1950

 

                                           Corée

 

1.      Peu de changements dans la situation environnante –

La situation des lignes de front en Corée est restée pratiquement inchangée au cours de ces dernières 24 heures alors que les forces nord-coréennes ont poursuivi leur attaque le long de la côte Sud dans la zone de Waegwan. Dans le Sud, des éléments de la 25ème  Division US ont réussi, par des contre-attaques limitées, à regagner du terrain à l’Ouest de Masan qui avait été perdue au cours de la journée précédente. Dans le secteur centre, à six miles au sud de Tuksong, les forces ennemies ont pu renforcer leur tête de pont sur la rive du fleuve Naktong. Egalement dans ce secteur, les forces américaines sont occupées à réduire les unités ennemies qui ont infiltré l’arrière du 27ème Régiment US et coupé ses lignes de communication. Il y a peu d’activités dans les autres secteurs environnants, pas plus pour les unités aériennes ou navale.

 

 

(Corée : résumé de la situation, CIA, 23 août 1950)

L’intensification imminente de l’activation des opérations aériennes nord-coréennes est précisée par un ordre reçu par le « Commandant de la Division de l’Air ». Le 20 août, il a reçu comme instruction de « déployer immédiatement un aérodrome coréen à 100 miles à l’Ouest de Taegu et d’entrer en action ».

Ces opérations vont probablement considérablement développer l’activité courante sporadique, comme l’attaque d’hier sur l’EME COMDE par deux chasseurs Yak, et probablement incluront des opérations nocturnes.

La semaine dernière, nous avons signalé des directives nord-coréennes concernant l’entraînement et la préparation de terrains d’aviations avec leurs installations. Le 19 août, l’entraînement des chasseurs à débuté. « Nous avons besoin de trois jours supplémentaires », et il y a eu une récente recherche d’information au sujet des tactiques de formation des bombardiers US. Le 21 août, l’aviation de reconnaissance US a signalé la mise en place de revêtements sur plusieurs terrains d’aviation nord-coréens.

Cette information a été transmise au Secrétaire de la Défense, au Secrétaire d’Etat, et aux organismes de renseignement de l’Armée, de la Marine et de l’Air.

 

(Corée : résumé quotidien CIA, 24 août 1950)

                                                                               24 août 1950

 

                                           Corée

1.     Situation militaire relativement inchangée –

 

Un calme relatif a prévalu sur le front de Corée au cours des 24 dernières heures. Dans le secteur Sud, les forces nord-coréennes semblent se regrouper le long de la côte sud. Dans le secteur centre, le développement le plus important a été la remise en œuvre de la ligne de communication du 27ème Régiment US qui avait préalablement été coupée par les forces ennemies. Pendant ce temps, la pression ennemie dans ce secteur semble s’atténuer. Dans le Nord, les forces sud-coréennes ont été repoussées un peu moins fort par la pression nord-coréenne. Dans l’Est, les unités sud-coréennes poursuivent leur avance vers le nord. L’action navale se compose uniquement de patrouilles et de bombardements de la côte Est. Les B-29 ont bombardé des installations chimiques à Hungnam avec d’excellents résultats.

Selon des rapports du renseignement aérien, cinq chasseurs de type nouveau ont été identifiés sur une base aérienne de la Corée du Nord. (NDLT : des MIG 15 soviétiques)

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories