Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 21:22
Pour aschkel.info et lessakele


freds 

Le Sionisme survivra-t-il à la menace iranienne ?
Par Frédéric Sroussi
 

Israël est-il prêt à vivre sous la menace permanente d’un holocauste nucléaire ?

Israël est l’enfant du mouvement sioniste créé par des visionnaires tels que Moses Hess et bien sûr le grand Theodor Herzl .

Qu’est-ce qui poussa vraiment Herzl à écrire 
L’État des juifs (publié en 1896) ? C’est avant tout la «la détresse des juifs».Cette détresse qui devait devenir selon lui «la force motrice» de la «machine à construire» un État juif (ou un État des Juifs).

Après tout, n’avait-il pas écrit  «qu’il faut toujours un peu de désespoir en soi pour accomplir de grandes choses»?
La nation israélienne juive a su montrer au monde entier qu’un peuple qui «parmi tous les peuples a eu l’histoire la plus pénible» (Nietzsche) pouvait relever la tête et devenir un phare scientifique et culturel mondialement reconnu tout en luttant avec un courage de tous les instants contre des ennemis immensément plus nombreux qu’elle.

Oui, mais voici que, l’Iran – qui a déjà certainement la capacité de produire au moins une bombe atomique - a réitéré la semaine dernière, par la voix du fanatique Président Ahmadinejad (et dans un silence assourdissant de la communauté internationale) que bientôt viendra le jour d’un Moyen-Orient sans Sionisme.

Herzl souhaitait voir la création d’un État pour les Juifs où ces derniers vivraient en paix et en sécurité. La sécurité – même si Israël ne l’a jamais vraiment connue – est la clef de voûte – à notre avis– de la création du Sionisme moderne. 

Cette sécurité risque de totalement disparaître avec l’obtention par la République des Mollahs et des Pasdarans de l’arme suprême. L’arme atomique fera peser sur Israël une menace intolérable. De plus les groupes et mouvements terroristes sponsorisés par Téhéran se sentiront encore plus puissants sous la protection du parapluie nucléaire iranien. 

Une nouvelle guerre face au Hezbollah et à l’État libanais du corrompu et couard Saad Hariri sera tout autre si l’Iran décidait de protéger son vassal libanais (la Syrie étant l’autre maître du Liban) et surtout le Hezbollah, en menaçant l’État hébreu du feu nucléaire en cas d’attaque préventive de celui-ci. Le Sionisme sera dans ce cas en état de mort clinique pour avoir échoué à protéger les Juifs. 

Il suffit pour s’en convaincre de lire (grâce à la traduction de l’excellent 
Middle East Media Research Institute) l’éditorial du site iranien Asr-e Iran (daté du 18 février 2010) qui déclare :«Le régime sioniste doit…préserver cette illusion de «sécurité absolue» au sein des frontières d’Israël», ajoutant que «depuis sa création en 1948, le pilier central sur lequel Israël se fonde est l’instauration d’un territoire sûr pour le peuple juif afin de le protéger de tout danger possible…S’il veut continuer d’être un havre de sécurité pour les Juifs partout dans le monde, le régime sioniste doit continuer d’attirer le capital économique, humain et autre du monde entier et de préserver cette illusion de sécurité…Le fait est que pour Israël , l’insécurité voire même le sentiment d’insécurité, sont un poison mortel…La possession par l’Iran de telles armes sèmerait en Israël un sentiment d’insécurité, et ce seul sentiment suffirait à briser le palais de verre de ce régime…Un Iran doté de l’arme nucléaire signe la fin d’un Israël sûr et implique l’exode de la majorité des habitants de cette terre occupée (sic) qui y a immigré pour bénéficier de la sécurité absolue et d’un emploi. Cet exode inclura le capital humain, financier et autre, et signera donc l’arrêt de mort d’Israël»

Qu’ajouter à cette description terrible (et malheureusement lucide) des conséquences de l' obtention par l' Iran de l’arme atomique et du vecteur pour s’en servir ?

Alors que faire ? 
 
Face à une menace aussi extrême les seules réponses doivent-être celles d’un peuple en détresse (cette dernière étant «une force motrice» pour Herzl comme nous l’avons vu).

Dès lors, tout doit-être envisagé pour se débarrasser de ce péril. Israël doit donc déployer toutes ses forces y compris - s' il en possède - ses armes nucléaires tactiques pour frapper les sites atomiques enfouis très profondément et «bunkerisés». Israël doit expliquer clairement que s’il doit tomber, il ne sera pas seul à faire le «grand saut».

Par exemple,l' État hébreu devra faire savoir qu' il envisage très sérieusement des frappes nucléaires sur les champs de pétrole des pays de la région, ce qui fera retourner l’économie mondiale -déjà en grave crise- à l’époque du troc…Une autre solution peut-être aussi trouvée: Si les sites atomiques iraniens sont trop espacés les uns des autres et trop nombreux pour être frappés par la flotte de F-15 I israéliens ou par les sous-marins de l' État hébreu, alors pourquoi ne pas songer à attaquer directement les têtes du pouvoir iranien ? 

Pour illustrer cette idée racontons une petite histoire :

On dit qu'un vieux maquisard corse, sur le point de mourir, murmura à un jeune partisan qui se trouvait à son chevet :
---«Je n'ai pas d'argent à t'offrir pour récompenser tes services, mais je te donnerai un conseil qui te sera utile toute ta vie : mets toujours ton pouce sur la lame, et frappe vers le haut.»

Il est possible d' obtenir par des attaques combinées (forces spéciales, raids aériens, etc)la neutralisation des chefs les plus importants du régime totalitaire iranien (on peut légitimement penser que si Hitler, Goering, Himmler et Goebbels avaient été neutralisés en 1937- par exemple- la Seconde Guerre Mondiale et la Shoah 
n' auraient jamais eu lieu).

Bien sûr ce «plan» a besoin d'être grandement étoffé et certes, les sites nucléaires resteront – pour un moment - en place mais le régime de terreur des ayatollahs et des Pasdarans aura disparu et dès lors l’Iran pourrait ,par exemple, nommer à sa tête un membre de la famille Pahlavi qui sera démocrate et laïque ( ce dernier devra évidemment faire cesser toute activité nucléaire en Iran).



Le gouvernement israélien actuel porte sur ses épaules une responsabilité historique. Sa façon de gérer la menace iranienne déterminera la poursuite ou la fin du Sionisme...
 
Partager cet article
Repost0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 21:17

Les Etats-Unis ont-ils fait le choix de s'accommoder de l'Iran nucléaire ?

par Ephraim Asculai, Université Bar Ilan, INSS Insight No. 166
La polynésie, paradis des essais nucléaires

 

Article publié le 8 mars 2010

Titre original A US Volte-Face ?

Traduction Objectif-info

Rédaction d'Objectif-info:

Nous sommes sans doute en train d'assister à l'une des capitulations les plus désastreuses de l'histoire de l'Occident. Les signes sont innombrables qui montrent que les Etats-unis d'Obama sont en train d'accepter que l'Iran des mollahs et des milices se dote d'armes nucléaires et d'un dispositif balistique capable de menacer le Moyen Orient et l'Europe. Ce basculement stratégique se déroule sous nos yeux, dans une certaine indifférence, alors qu'il constitue une victoire inouïe de la barbarie et qu'il brouille pour le monde toutes les perspectives d'un avenir rationnel, maîtrisé, centré sur la réponse aux défis immenses de l'alimentation, de l'eau, de la santé, rudement posés à l'humanité. Personne ne pourra dire qu'il ne savait pas, le régime sanguinaire de Téhéran n'ayant caché depuis trois décennies aucun de ses projets, aucun aspect du genre de vie et des rapports sociaux qu'il entend instaurer.


Faisons l'hypothèse que l'administration américaine a abouti à la conclusion implicite que l'Iran se dotera inévitablement d'armes nucléaires, quelle que soit sa volonté et celle de la communauté internationale de l'en empêcher. Si cette éventualité se révélait conforme à la réalité, quelles en seraient les répercussions ? Quelle serait l'attitude de l'administration si cette conclusion devenait publique ? Comment ferait-elle pour réduire au minimum les dommages consécutifs à cette révélation, au plan intérieur et sur la scène internationale ?

Si cette conclusion était rendue publique ses effets seraient à peu près semblables à une prise de conscience que l'Iran a effectivement réalisé son programme. Sans entrer dans les détails, les principaux problèmes seraient vraisemblablement les suivants : un accroissement des menaces pesant sur les Etats-Unis et leurs alliés dans les États du Moyen-Orient, ceux du Golfe en particulier ; les menaces et les tensions sur le marché du pétrole ; l'altération sérieuse du prestige et de la position stratégique des État-unis ; le renforcement de la stature de la Russie et de la Chine dans l'arène internationale ; la menace aggravée de la Syrie et du Hezbollah à l'encontre d'Israël ; et enfin un accroissement possible des activités terroristes dans le monde. Il est également possible que faute d'une gestion habile, l'acceptation de l'Iran nucléaire coûte son poste au président Obama, et leur majorité au Congrès aux Démocrates. Il est difficile d'identifier en regard les bénéfices à long terme que les USA tireraient d'une telle situation. Il n'empêche qu'à court terme, les Etats-Unis devront se demander comment s'y prendre pour calmer une situation qui pourrait facilement échapper à leur contrôle.

S'ils considèrent que l'Iran nucléaire est inévitable, les Etats-Unis devront agir prudemment sur plusieurs fronts pour éviter une augmentation sensible des tensions avec l'Iran. Ils seront contraints de faire croire qu'ils n'ont pas renoncé à s'opposer à l'Iran nucléaire; il faudra qu'ils donnent à leurs alliés l'assurance qu'ils ne permettront pas à l'Iran d'utiliser cette nouvelle source d'influence pour promouvoir ses ambitions dans la région de Golfe et au-delà. Ils devront également à décourager Israël de prendre des initiatives militaires contre les installations nucléaires de l'Iran, qui pourraient mettre le feu aux poudres. Globalement, on peut condenser tout cela en une formule : gagner du temps. Si l'hypothèse ci-dessus s'avère fondée, tout cela reflète une rencontre d'intérêts entre les Etats-Unis et l'Iran. Une fois la position de l'administration américaine rendue publique - ou perçue comme telle par tout le monde -, rien ne serait résolu mais l'explosion d'une crise serait reportée, ce qui est en soi un résultat. .

Gagner du temps n'est pas si simple en l'espèce dans la mesure où l'Iran conduit à pleine vapeur son programme d'enrichissement, sa recherche sur les techniques de l'explosion nucléaire (si ce n'est pas déjà fait), et le développement de son système de lanceurs, des missiles sol-sol de moyenne portée. Actuellement, le taux d'enrichissement n'est pas très élevé, mais la mise au point de nouveaux modèles de centrifugeuse à gaz pourrait modifier très rapidement ce paramètre. A l'exception de quelques états (la Russie et la Chine à leur tête), il y a aujourd'hui un large consensus pour considérer que le projet iranien vise à se doter d'une importante capacité de production d'armes nucléaires. Il n'est pas très important de savoir si la décision de mener à terme ce développement ait été prise dans la mesure où les délais nécessaires entre la prise de décision et l'accomplissement effectif de cette opération sont relativement brefs.

Ainsi, si les Etats-Unis se sont résignés à la réalité inévitable de l'Iran nucléaire, que va faire l'administration en place ? Elle devrait jouer le retardement, en particulier en favorisant l'adoption de résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU comportant des sanctions. Pour ne pas provoquer de crise, elle devra accepter que les sanctions incluses dans les résolutions soient allégées, mais en même temps n'appuiera pas des actions fortes venant d'alliés de "même sensibilité". Elle ne fera pas de déclarations vigoureuses condamnant le développement d'armes nucléaires par l'Iran et elle n'agira pas pour donner à ses alliés du Golfe l'assurance qu'ils sont protégés contre les actions hostiles de l'Iran. Elle s'efforcera de convaincre les plus puissants alliés de l'Iran (comme la Syrie) qu'ils feraient mieux de ne pas renforcer leur alliance actuelle et de se rapprocher de l'Occident. Elle entreprendrait aussi une puissante action diplomatique pour s'assurer qu'Israel ne prendra pas pour son propre chef l'initiative d'une attaque de l'Iran.

Mais n'est-ce pas exactement ce qui est en train de se produire? Toutes les dates limite ou les pseudo dates limites qui ont été posées depuis que M. Obama assume la présidence ont été franchies et se sont évanouies, sans la moindre explication. Il y a d'abord eu un report après les élections iraniennes, puis les négociations (infructueuses) du mois d'octobre. Si l'accord sur le transfert du combustible avait été réalisé, il n'aurait donné aux Etats-Unis qu'un répit illusoire d'une année au maximum. A la fin de 2009, la date limite d'un an pour un accord de suspension de l'enrichissement par l'Iran a été franchie. Plus récemment la secrétaire d'état Clinton a déclaré qu'il faudrait plusieurs mois pour résoudre la question des sanctions.

Et voila qu'on annonce que les sanctions ne seront pas aussi sévères qu'on l'avait cru, qu'elle ne viseront pas la banque centrale iranienne mais seulement les Gardes de la révolution, et qu'on fera tout pour épargner des difficultés au peuple de l'Iran, même si c'est ce qui pourrait provoquer un changement de régime. De fait, les États-unis n'ont pas soutenu activement le soulèvement populaire qui a suivi la révélation des fraudes dans les élections iraniennes. En outre, Newsweek a signalé que la nouvelle version de l'Évaluation nationale des services de renseignement (NIE ou National Intelligence Estimate) qui était censée corriger les erreurs de la précédente évaluation de 2007, ne serait pas présentée dans un proche avenir en raison de divergences de vues et de conflits d'interprétation entre les agences de renseignement. Même si un accord survenait entre elles, il n'est pas certain qu'une version déclassifiée soit publiée. Ce faisant, l'administration s'épargne l'obligation d'entreprendre sans délais une action d'envergure.

Les Etats-Unis sont en train d'accroître les capacités de défense aérienne de certains état du Golfe, ce qui constitue un autre signe impressionnant que les Etats-Unis acceptent l'inévitable. Il en est de même de l'incroyable ballet aérien en direction d'Israël de personnalités de l'administration pour le persuader pour ne pas attaquer l'Iran, certainement dans le contexte d'une plus vaste épure. Compte tenu de ce qui précède, les Etats-Unis doivent déployer de puissants efforts pour persuader leurs interlocuteurs que l'hypothèse selon laquelle ils sont prêts à accepter un Iran nucléaire est fausse, même s'ils ne l'avouent pas immédiatement.

Les États-unis sont aujourd'hui la seule puissance internationale qui pourrait, si elle le voulait, empêcher l'Iran de se donner les moyens de devenir un état nucléaire. Si, comme on peut le penser, ils ne vont pas agir dans cette direction, les pays qui pourraient être affectés par cette orientation devront réévaluer la situation et fixer les options qui leur conviendront pour l'avenir.
Partager cet article
Repost0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 08:00






logo de dabbag-copie-1 

 


traduction : Mashkel

Reproduction  interdite








Ahmadinejad Wanted

__Journaliste politique et publiciste très en vue à Moscou, Leonid Radzikhovskii travaille pour plusieurs journaux, notamment "Ogonek",  il intervient régulièrement sur les ondes de “Echo de Moscou”, l’une des principales stations de radio de la Fédération de Russie.
 

Voici de très larges extraits de son dernier éditorial qui, d’après certains commentateurs, est le plus long de sa carrière. 
 

Par la position qu’il défend ici, Leonid Radzikhovskii a lancé une controverse qui ne fait que s’amplifier dans le public russe.
lisez, c'est sans concession :
...................
 

“L'Iran se dirige en zig-zag,mais de toutes ses forces, vers l'arme nucléaire et pratiquement plus personne n'a de doute à ce sujet. Mais personne, non plus, ne peut répondre précisément pourquoi. Les soutiens volontaires (gratuitement payés) de l'Iran dans le monde entier (parmi les pays chrétiens il s'en trouve beaucoup en Russie) répondent : pour sa défense. Ils mentent, car que défend-il ?

On ne dit qu'une seule chose à l'Iran : "ne faites pas la bombe, mais à part ça faites ce que bon vous semble". Malgré les exactions d'Ahmaninejad contre son opposition, personne n'a rompu ses relations diplomatiques avec son pays. Aucune nation n' a pris aucune mesure vraiment coercitive ni entrepris la moindre sanction commerciale productive.

L'Occident a une fois de plus montré sa capacité à "lutter pour la démocratie" ainsi que ses autres principes de "haute morale". Je resterai silencieux à propos de la Russie, mais quoi qu'il en soit la conclusion est claire: nul, ici, ne veut mettre son nez dans les affaires de l'Iran sous aucun prétexte.

Personne n'exige rien de plus de l'Iran que de ne pas produire l'arme nucléaire pour pouvoir dormir tranquillement. Comme dorment tranquillement tout un tas de pays, par exemple le riche Vénézuela qui mène en permanence une guerre de relations publiques haineuse contre les USA.
..........

Pourquoi Israël peut-il posséder une arme nucléaire et non l'Iran ? Encore qu'Israël, qui n'a jamais fait d'essai, pourrait très bien bluffer. Mais gardons l'hypothèse qu'il l'ait; il y aurait quand même à faire une différence entre un pays qui veut en rayer un autre de la carte alors que ce dernier ne lui nie pas le droit à l'existence; c'est la même différence qu'il y a entre un bandit et un citoyen normal.

Aucun pays nucléarisé, ni même aucun autre, à part l'Iran, n'a encore déclaré qu'il fallait détruire un Etat ou que celui-ci n'avait pas le droit d'exister

Une chose est bizarre… Si votre but n’est autre que l’obtention de l’arme nucléaire pour votre propre défense, ne faut-il pas retenir un peu sa langue et ne pas faire de déclarations provocantes ? Mais l’Iran le fait, et plus ça va, plus ça empire… Alors est-ce que seule la langue est incontrôlable ? Ou bien y a-t-il un calcul ? 

Le calcul existe et il est très simple. La bombe n’est qu’une demi-affaire. Il lui faut aussi, à n’importe quel prix, une énorme résonance politique. Ainsi l’Iran serait différent de tous les autres pays possédant la bombe. 

Si l’Iran obtenait l’arme nucléaire, cela ne signifierait pas simplement « une violation du régime de non-prolifération » mais deux choses totalement différentes.


D’abord, une chute brusque de la capitalisation politique de l’Occident.


Et puis, une augmentation encore plus brutale de la capitalisation politique non seulement de l’Iran, mais de tout l’islamisme radical agressif, dont l’Iran deviendrait automatiquement le leader nucléarisé reconnu. 


Revenons à la question principale… Pourquoi aspirent-ils tant à obtenir cette arme ? La réponse générale est donnée plus haut: pour augmenter d’un bond la capitalisation politique et devenir « la pointe de flèche » du Djihad Mondial. Mais tout cela est de la littérature…


Et quelles seraient les actions supposées dans le cadre de cette image du monde ? La réponse demi-officielle est « effacer Israël de la carte ».

Mais pourquoi ? Israël n’a ni des relations diplomatiques, ni économiques avec l’Iran. Ils n’ont pas de frontière commune… Alors pourquoi exterminer les juifs (et les Palestiniens par la même occasion, mais apparemment ils ne s’y opposent pas puisque c’est pour leur propre bien… cela les libérerait des soucis terrestres. Et même s’ils s’y opposaient – l’Iran s’en fiche.)
 

La riposte d’Israël infligerait des pertes irréparables à l’Iran. Ou un immense bonheur, car les victimes iraient directement au paradis où ils seraient entre les mains des sublimes houris. 


Si l’Iran commence à se divertir en gommant la carte du monde, il subira une attaque nucléaire des USA avec toute leur puissance. On me dira que ce serait le souhait du « lobby sioniste maudit qui a occupé l’Amérique ! » Eh, non, il faut simplement relire « Mein Kampf »…

« Le lobby sioniste » n’y est pour rien, comme tout autre lobby d’ailleurs.


En 1939 ce n’est pas « le lobby polonais » qui a poussé l’Angleterre et la France (qui se sont quand même abstenus de faire la guerre) à déclarer la guerre à l’Allemagne. Non, ils ne s’inquiétaient pas pour les Polonais, ni pour les juifs, mais uniquement pour eux-mêmes. On ne peut autoriser un agresseur à brigander dans le monde sans punition. Si on ne casse pas ses cornes, on sera la prochaine victime « soulevée par ces cornes ». 


L’antisémitisme est une très belle chose qui plaît à beaucoup de gens, mais ce n’est pas un alibi universel. Ce serait trop que de permettre à quelqu’un d’aspirer à une domination mondiale (ou régionale) sous prétexte de « lutte contre les juifs » ! 

 

Est-ce qu’Ahmaninejad n’est pas au courant, et les dirigeants religieux de l’iran ne le savent pas non plus? et s’ils le savent, ils n'aspirent qu'à courir au suicide? Sinon pourquoi font-ils l’arme nucléaire ? Comme arme de prestige, elle est assez chère et son efficacité probablement posthume dans ce cas !!

De plus l’idée de convertir des mégatonnes en influence politique est  incompréhensible. On peut prendre pour exemple la Chine qui a l’arme atomique mais ni influence ni de quoi nourrir toute sa polpulation



Il est possible aussi que les dirigeants iraniens, qui sont intelligents et malins, aient un plan complètement différent (la folie des grandeurs n’exclut ni intelligence ni malice). 


Mais il ne s’agit pas de défense grâce à l’arme nucléaire. L’arme nucléaire n’est pas un paratonnerre. La politique extérieure pacifique n’a pas besoin d’arme nucléaire , quant à la politique extérieure agressive elle, ne fera qu’attirer le tonnerre et les éclairs. Une agression nucléaire contre Israel equivaudrait à un suicide garanti de l’Iran. 
 

Non seulement l’Iran n’a pas besoin de cette arme mais elle serait mortellement dangereuse pour elle. 
 

Pourtant, les iraniens sont en train de la fabriquer de manière évidente, démonstrative et arrogante; arrogante parce qu’ils prétendent pouvoir nous convaincre qu'ils ne la font pas.
 

Ceci signifie, par ailleurs, que nous avons affaire à un leader et à un régime qui ne sont pas tout a fait dans les normes. Leur orgueil politique (souvenir de l’empire perse) et leur fanatisme religieux dépassent de toute évidence les limites. On ne peut donc accepter de voir des gens hors normes acquérir des armes sophistiquées, qu’elles soient nucléaires ou non ; au contraire, on doit les leur retirer, pour leur propre sécurité et celle de ceux qui les entourent.”



Radzikhovskii affirme ensuite qu’il est pour des sanctions les plus dures possibles afin de pousser le peuple iranien contre son président, car même si ce pays possède la bombe ce ne sera pas elle qui le nourrira, sauf à considérer qu’une guerre pourrait lui être profitable sur une autre planète. Il poursuit :
 

“Ce serait pour la Russie que les sanctions seraient presque le plus profitable, car elles signifieraient certainement une forte augmentation du prix du pétrole comme dans le cas de la guerre en Irak. C’est pour cela que la position russe, jusque là, était  incompréhensible stratégiquement et tactiquement.

Notre pays, déjà,craint l’influence iranienne ; que se passera-t-il demain si l’Iran, forte de son arme nucléaire venait à montrer une ambition proportionnelle à sa force?
........... 

Ce qui est vrai, c’est qu’Israël n’est pas le  problème de la Russie; la présence d’Israël est l’alibi antisémite de l’Iran et cela ne fait que compliquer la question claire. Une partie des citoyens russes tremble de haine envers Israël et les USA; et, d’après leur logique “ennemi de mon ennemi”, considèrent l’Iran comme leur ami; mais c’est dommage puisque mon “concurrent n’est pas mon ami” même si c’est l’ennemi de ceux que je déteste.
 

La Russie a ses propres intérêts, ils sont limpides : ne pas permettre la diffusion de l’arme nucléaire, ne pas laisser survenir à sa frontière sud un régime agressif, ambitieux, et hors normes avec une bombe atomique entre les mains, ainsi que de ne pas accepter un candidat à l’hyper-puissance régionale. Gengis Khan, Napoléon, Hitler, ça suffit !!La Russie, décidément, ne tire aucune leçon de son histoire.” 

Leonid Radzikhovskii.

 traduction: Mashkel
Reproduction  interdite

les blogs et sites peuvent toutefois en publier une partie à condition d'en indiquer la source par un lien actif sur Dabbag info 

 
Partager cet article
Repost0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 06:04






essais nucleaire en Coree du Nord



La Corée du Nord va renforcer la capacité de son arsenal

La Corée du Nord entend développer la capacité de son arsenal nucléaire, estimant que le président américain Barack Obama fait la sourde oreille à ses appels à la paix et préfère l'option militaire, rapporte l'agence de presse nord-coréenne KCNA. Pyongyang a annoncé avoir mis son armée en état d'alerte alors que les Etats-Unis et la Corée du Sud ont entamé des manoeuvres militaires conjointes impliquant plus de 40.000 soldats. Cet exercice annuel suscite toujours la colère de la Corée du Nord? mais n'a jamais pour autant provoqué d'incidents majeurs.
 http://lci.tf1.fr/



Pyongyang annonce l'interruption du processus de dénucléarisation dans la péninsule coréene
Publié le 2010-03-07 18:42:14 | French. News. Cn
 
 

PYONGYANG, 7 mars (Xinhua) -- Le processus de dénucléarisation dans la péninsule coréenne sera interrompu du fait de l'exercice militaire conjoint entre les Etats-Unis et la Corée du Sud, a déclaré l'armée de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) dans un communiqué, cité dimanche par l'agence de presse officielle KCNA.

"Le processus de dénucléarisation dans la péninsule coréenne s'arrête naturellement et la RPDC soutient sa force nucléaire de dissuasion pour son auto-défense, vu qu'il est prouvé que les exercices sont de nature des exercices militaires nucléaires et des manoeuvres pour une guerre d'agression contre la RPDC", affirme une déclaration de la mission de l'armée de la RPDC à Panmunjom, publiée par KCNA.

"Il n'y a plus de raison pour l'armée de la RPDC de rester liée à l'Accord d'armistice et l'accord de non-agression signé entre le nord et le sud", ajoute la déclaration.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 08:17
L'ancien ministre irakien du Renseignement accuse la force Qods de l'Iran


06-03-2010


iranfocus  Mohammad Shahvani, ancien ministre irakien du Renseignementa déclaré dans une interview accordée le 2 mars à la chaîne télévisée Al-Sharqiya que "
des individus, en collaboration avec la Force Qods du régime iranien, sont impliqués dans les explosions meurtrières de Bagdad."

 Mohammad Shahvani avait démissionné pour protester contre le gouvernement de Nouri al-Maliki après les explosions meurtrières du 2 septembre 2009.

« J'étais le chef des services de renseignement de l'Irak à l'époque. J'avais reçu des renseignements avant les attentats, indiquant qu’il y aurait de grandes explosions dans ces domaines au cours des 4 ou 5 jours à venir. Nous avons communiqué ces renseignements au gouvernement. Mais, le gouvernement n'a pris aucune mesure et les attentats ont bien eu lieu (…) 

 «Toutes nos informations sont allées au centre de commandement des Forces de Bagdad, qui est un organe relevant du commandant en chef, le Premier ministre Nouri al-Maliki (…) Il y a des dizaines d'agents iraniens en Irak implantés partout. Ils sont au Parlement, au gouvernement et dans les organes de sécurité. Ils sont partout. Les agents iraniens sont dans les rues et dans les centres religieux. Ils ont établi une présence partout.  »

Elections en Irak : Khamenei veut un maximum de fraude


07-03-2010


iranfocus : Dans un communiqué publié la Résistance iranienne (CNRI), qui dit se baser sur des informations dignes de foi, 
« Ali Khamenei, le guide suprême du régime iranien, a chargé les gardiens de la révolution et à la force terroriste Qods en Irak dès la fermeture des bureaux de votes en Irak, d’appliquer le modèle de l’élection présidentielle iranienne avec un maximum de fraudes et de substitution d’urnes. »

 Khamenei et Ahmadinejad, ainsi que Larijani avaient annoncé que le régime iranien ne laisserait pas les forces démocratiques et nationalistes irakiennes remporter le scrutin.

« Les ordres venus de Téhéran indiquent qu’il faut remplir les bulletins des abstentionnistes en faveur des listes « chi’ites » et les mettre dans les urnes, il faut que ces bulletins soient dans les urnes lorsque l’on procèdera à leur ouverture et au comptage des voix. »

Les informations concernant les progrès faits par la liste Al Irakia conduite par le Dr. Ayad Allawi dans diverses parties de l’Irak sont reçus avec amertume par les mollahs qui les trouvent insupportables.

Selon les recommandations de Khamenei, des urnes bourrées à l’avance avec de faux bulletins doivent être substituées ou ajoutées aux urnes collectées dans les bureaux de vote. Cela devrait se faire après la tombe de la nuit quand le couvre-feu sera renforcé.

« A la veille des élections législatives irakiennes, le régime iranien avait fait tout son possible pour intervenir dans le scrutin et y introduire des fraudes massives. Elle a intensifié les complots contre les mouvements et les personnalités nationalistes et indépendantes de manière sans précédent. Ces démarches traduisent la crainte de l’isolation croissante des groupes qui lui sont liés, et le vaste soutien dont jouissent les courants indépendants et nationalistes, opposés à la mainmise du régime iranien sur l’Irak.

« D’un côté, le régime iranien a envoyé des escadrons de la mort de la force terroriste Qods pour assassiner des personnalités irakiennes qui lui sont opposées. D’autre part, elle prépare ses agents et les forces qui lui sont inféodées à une guerre confessionnelle en cas de victoire de l’alternative irakienne.

« Les analyses du Conseil suprême de sécurité nationale (CSSN) du régime, les rapports de la force Qods, de l’ambassade à Bagdad, du QG spécial Irak et des partis fabriqués par le régime arrivent continuellement à Khamenei, le guide suprême des mollahs. Ils montrent que si les élections suivent leur cours naturel, les listes de candidats nationalistes et indépendants ont de grandes chances de l’emporter et de briser l’hégémonie du régime et des partis qui lui sont inféodés. Voilà pourquoi depuis quelques semaines Khamenei et le CSSN ont demandé au général Ghassem Soleimani commandant de la force Qods des pasdaran de mettre à exécution un plan pour éliminer les personnalités nationalistes et indépendantes irakiennes.

« La Force Qods, au mois de janvier a organisé un briefing des commandants des groupes spéciaux. Un des commandants de Qods y a déclaré que l’Irak était en pleine crise et qu’il était possible que les forces opposées au régime iranien remportent le scrutin. Mais quel qu’en soit le prix, le pouvoir en Irak devait demeurer aux mains des forces inféodées au régime iranien et ne pas tomber dans les mains de la liste d’Iyad Alawi et Saleh Motlak. Si ces derniers l’emportent, il faudra relancer la terreur et la guerre confessionnelle comme dans les années 2007 et 2008, avec des attentats comme celui des mausolées sacrés de Samara. Il faudra également éliminer ces individus et leurs partisans, qu’ils soient baathistes, sunnites ou laïcs. Les éléments qui dans des services de sécurité irakiens refusent les ordres du régime des mollahs doivent être éliminés. Les forces de sécurité doivent accepter les résultats conformes à la volonté du régime dans les élections.

« Après ce briefing, ils ont réorganisé les groupes. Le but est de les rendre les équipes encore plus opératoires, de faire de nouvelles recrues avec une plus grande capacité d’action et un dispositif de sécurité plus élevé. Les équipes ont reçu davantage de moyens pour effectuer des assassinats dans divers secteurs, en voiture ou à pied. Chaque commando est composé de 4 à 5 individus. Chaque groupe de vingt commandos est relié à un chef de branche qui donne les ordres de tuer. La force Qods a mis tous les moyens à la disposition des commandos, de l’entrainement aux armes individuelles, silencieux et bombes adhésives. Elle a même mis à leur disposition une fatwa, un décret religieux disant que « les partisans du mouvement d’Alawi et Motlak sont sans exception des ennemis de Dieu et des corrompus sur Terre et ils sont condamnés à mort ».

« Le commandant de l’organisation des groupes de terreur dans Bagdad a envoyé un rapport écrit à la Force Qods : « notre organisation pour les seuls quatre dernier jours a effectué plus de 50 opérations terroristes dans les secteurs du Nouveau Bagdad, Sadr City, Al-Chaab, Ghaneh al-Djeich, et dans le reste des secteurs de Bagdad. Les cibles étaient des directeurs et des officiers de la sécurité et de l’armée, un juge à Ressafeh et un juge qui s'occupait des dossiers de grande criminalité. » Le rapport poursuit : « En moyenne, notre organisation a assassiné chaque jour 10 à 12 personnes à Bagdad. » Selon les informations envoyées le 3 mars à la Force Qods, au cours des 25 derniers jours, ces commandos ont mené environ 400 opérations à Bagdad et en province. »

Partager cet article
Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 08:10
Téhéran construit une nouvelle rampe de lancement de fusées 


.janes.com/ 









06-03-2010





iranfocus
 


L'Iran construit une nouvelle rampe de lancement de fusées, "probablement en collaboration" avec la Corée du Nord, a indiqué vendredi la revue spécialisée Jane's, s'appuyant sur des images satellite.

La rampe est en construction sur le centre spatial de Senman, à l'est de Téhéran, et pourrait à terme servir au lancement de la nouvelle fusée spatiale en cours d'assemblage, baptisée Simorgh (Phoenix), ajoute la revue londonienne dans un communiqué.

Cette fusée, longue de 27 m pour un diamètre de 2,5 m, pèse 85 tonnes et possède quatre moteurs. Elle est destinée à mettre d'ici deux ans un satellite de 100 kilos sur une orbite de 500 km.

Le chantier en cours, ainsi que la mise au point de la fusée Simorgh, "démontrent tous les deux la probabilité d'une collaboration avec la Corée du Nord dans le programme missilier", écrit Jane's.

La revue souligne que "les plateformes aperçues (sur les photos satellites) installées sur la tour de lancement ressemblent à celles de la nouvelle rampe de lancement de la Corée du Nord à Tongchang". Une fosse creusée face à la rampe "correspond également au nouveau site de lancement de Pyongyang sur la côte occidentale", ajoute Jane's. "De même, la première phase de la fusée Simorgh ressemble fortement à l'Unha-2 de la Corée du Nord".

La nouvelle rampe, située à quatre km au nord-est du centre spatial de Semnan, est à moitié achevée. Un autre chantier, qui en est lui à ses débuts, est également en cours à 2,5 km au sud-ouest.

L'ensemble de ces activités montrent que "Téhéran semble déterminé à poursuivre le développement de ses missiles et de ses fusées ... malgré les tentatives des Etats-Unis de réunir le soutien nécessaire en vue de sanctions supplémentaires", en conclut Jane's.

Les révélations de Jane's interviennent peu après que les Occidentaux ont appelé, jeudi, à de nouvelles sanctions de l'ONU contre l'Iran. La Chine et la Russie ont cependant demandé plus de temps pour que les efforts diplomatiques aboutissent.

Téhéran est soupçonné de développer un programme nucléaire à des fins militaires, ce qu'il dément.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 14:33
Téhéran présente le Nasr 1
Par AP ET JPOST.FR 
.jpost 07.03.10


UNIQUEMENT CIVIL bien sur !!!!!

L'Iran a annoncé, samedi, le lancement d'une nouvelle ligne de production de missiles de croisière à courte portée, susceptibles d'échapper aux radars.


PHOTO: AP , JPOST

Selon le ministre iranien de la Défense, le général Ahmad Vahidi, cité par la télévision, le Nasr 1 (Victoire) serait capable de détruire des cibles atteignant un millier de tonnes. Le missile pourrait également être modifié pour être tiré depuis des hélicoptères ou des sous-marins, a-t-il ajouté, expliquant qu'il aura fallu deux ans pour la mise au point du Nasr 1.

Les annonces iraniennes en matière d'avancées dans sa technologie militaire sont fréquentes, mais impossibles à vérifier de sources indépendantes.

Le programme militaire iranien d'autosuffisance remonte à 1992. Téhéran produit une grande gamme d'armes, ainsi que des chars, des missiles moyenne portée, des avions de chasse et des torpilles.

La République islamique a également annoncé récemment la construction d'une nouvelle aire de lancement de missiles.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 05:13



middleeastenfrancais



La Chine a fourni à l'Iran du matériel nucléaire via Taïwan ou comment un scoop tombe au bon moment
On apprend dans Le Figaro comment la Chine a fourni du matériel nucléaire à l'Iran via Taïwan en 2009. Le mécanisme de diversion est assez classique, mais c'est le timing qui est intéressant.

La Chine passe commande auprès d'un agent taïwanais de 108 jauges de pression que ce dernier demande à un fabrican suisse Inficon Holding. En fait, la facture est antidatée et indique une adresse de livraison à Téhéran pour l'entreprise Moshever Sanat Moaser, qui sans nulle doute tombera dans le filet des entreprises avec qui il ne faut pas faire d'affaires. L'entreprise suisse pensant que la livraison était pour les Chinois ne s'est pas offusquée avant qu'elle n'apprenne que finalement les jauges étaient en partance pour Téhéran. Sur le certificat d'usager final, l'Iran n'était pas mentionné. Logique, puisque ces jauges rentrent dans le cadre du matériel qu'il est interdit de vendre à Téhéran. Les matériaux prohibés sont inscrits sur la liste du 
Nuclear Suppliers Group, dont la Suisse et la Chine font partie, mais pas Taïwan. Apparemment, l'agent taïwanais se serait alerté de la situation, mais l'entreprise chinoise Roc Master lui aurait indiqué que la filière nucléaire n'était pas concernée.

Le timing de cette histoire est particulièrement intéressant. Les faits remontent à un an. 
Ce scoop est sorti en premier chez Associated Pressil y a quelques jours, mais il n'est nulle part indiqué qui a fourni le tuyau. C'est toutefois forcément un choix délibéré. David Albright duISIS explique à AP que la vente de ces jauges est une "grande victoire pour Téhéran", car ils ont cherché à s'en procurer partout, mais personne ne pouvait ni ne voulait leur en vendre et c'est un élément indispensable au fonctionnement des 4000 centrifugeuses iraniennes. Ce n'est pas la première fois que des soupçons sur la filière chino-taïwanaise émerge, mais c'est la première fois que l'on évoque le chemin d'une transaction bien réelle. Le fait qu'un scoop sur du matériel à usage dual et dont la quantité est peu commune est certain de jouer en faveur du camps des pays faisant pression, notamment sur la Chine, pour voter des sanctions contre l'Iran au Conseil de sécurité.

En effet, nous sommes 
en pleine phase de négociations pour une résolution sanctionnant l'Iran. Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne les veulent avant d'entamer la révision prochaine du TNP, qui est revu tous les cinq ans. La Russie ne s'y montre plus aussi réticente. Seule la Chine continue à faire un blocage. D'autres pays qui siègent en ce moment au Conseil y sont également opposés, comme le Brésil et la Turquie. Pour rappel, outre le vote des cinq pays permanents - qui ont droit de véto - il faut 9 voix sur 15 pour voter une résolution. Si la Chine se rallie au camp des sanctions, une résolution peut passer, mais il y a de nombreux efforts diplomatiques en ce moment pour obtenir une unanimité, ou du moins une très large majorité, pour assurer une légitimité internationale à ces sanctions.

Il est certain que ce scoop doit être compris dans ce contexte. Cela suffira-t-il pour infléchir la posture de Pékin ? Probablement pas, mais c'est un élément supplémentaire que les trois autres pays pourront utiliser au même titre que le 
récent rapport de l'AIEA plus sévère à l'encontre du programme nucléaire iranien.
Partager cet article
Repost0
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 05:46
Khamenei appelle à l'unité islamique contre Israël
Jeudi 4 mars 2010 à 16:17
Guysen International News


Ce Môssieur décrit si bien sa maladie mentale, vu les esprits "pacifiques" de ses correligionaires, ceci est un appel au meurtre !
La communaté internationale doit se mobiliser immédiatement et avec vigueur contre ce génocidaire et criminel


Il a par ailleurs qualifié sraël de "tumeur cancéreuse".
Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a appelé ce jeudi à l'unité des pays islamiques contre Israël, qu'il a qualifié de "tumeur cancéreuse".

"Les gouvernements islamiques doivent défendre l'unité des musulmans et leurs droits, en particulier contre la tumeur cancéreuse Israël et ceux qui soutiennent" l'Etat hébreu, a déclaré le numéro un iranien dans un discours devant les hauts responsables iraniens à l'occasion de l'anniversaire de la naissance du prophète Mahomet.

Il a ajouté que "malheureusement l'unité du monde islamique est affectée par les complots américains et britanniques qui veulent créer des divisions entre chiites et sunnites".

Ces dernières années, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a qualifié à plusieurs reprises Israël de "tumeur cancéreuse", en affirmant que l'Etat hébreu allait bientôt disparaître. 

L'Iran ne reconnaît toujours pas l'existence d'Israël et soutient activement certains mouvements terroristes palestiniens, en particulier le Hamas et le Jihad islamique.

AP Photo/Office
Partager cet article
Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 05:47


Hillary Clinton : Les sanctions contre l’Iran prennent du retard  
Amos Harel – Haaretz

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël


Le Premier ministre Netanyahu a accusé hier l’Iran de mener « un processus d’armement et d’attisement systématique de la situation ». Il a déclaré qu’Israël ne recherche pas l’affrontement avec la Syrie, contrairement à ce qu’affirme Téhéran. Le général Yossi Baidetz, qui commande le département de la recherche des renseignements militaires, a lui déclaré : « Les Syriens fournissent au Hezbollah des composants qu’il n’osaient pas fournir auparavant ».

Il n’a pas donné plus de détails mais ces propos rejoignent des déclarations semblables qu’ont faites ces dernières semaines Ehud Barak et Hillary Clinton. Pour le général Baidetz, le Hezbollah prévoit toujours de commettre un attentat contre un objectif israélien à l’étranger et, parallèlement, se déploie largement au Liban, la Syrie et l’Iran lui fournissant des armes modernes./.




L'Iran peut menacer les pays de l'Otan (Rasmussen)

Anders Fogh Rasmussen
Anders Fogh Rasmussen
19:12 03/03/2010
© REUTERS/ Sebastien Pirlet
BRUXELLES, 3 mars - RIA Novosti

Le programme nucléaire iranien peut présenter une menace pour l'Otan, a estimé mercredi le secrétaire général de l'Alliance Anders Fogh Rasmussen.

Si l'Iran continue d'accroître sa "capacité nucléaire", surtout dans le domaine des missiles, "les pays de l'Otan pourraient être menacés", a déclaré M.Rasmussen devant les journalistes à Bruxelles.

Bien que l'Otan ne participe pas directement aux négociations internationales sur le problème nucléaire iranien, elle suit de près leur déroulement et soutient tous les efforts pour arriver à une solution politique du problème, en exhortant l'Iran à arrêter le processus d'enrichissement d'uranium, a indiqué le secrétaire général de l'Alliance.

M.Rasmussen a insisté sur la nécessité pour l'Otan de mettre en place son propre système de défense antimissile (ABM).

Plusieurs pays occidentaux, Etats-Unis en tête, soupçonnent l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert de programme civil mené, selon Téhéran, à des fins pacifiques. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté cinq résolutions sanctionnant l'Iran pour son refus d'établir un moratoire sur l'enrichissement d'uranium.

La décision iranienne d'enrichir son uranium à 20% pour alimenter le réacteur de recherche de Téhéran a suscité de nombreuses critiques dans le monde et en Russie. La France et les Etats-Unis penchent pour l'adoption de nouvelles sanctions contre l'Iran après que Téhéran eut annoncé avoir produit le premier lot d'uranium enrichi à 20%.

Lundi dernier, le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano a déclaré que l'Iran ne coopérait pas suffisamment avec l'Agence.

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories