Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 07:19

Le parano pro mollah se remet à éructer
Cartoon: Hugo Chavez caricature (medium) by Caricaturas tagged hugo,chavez,caricature

http://www.toonpool.com/ caricature


Chavez invite militaires et civils à "se préparer à la guerre"

Source : http://www.7sur7.be/
 
Le président vénézuélien Hugo Chavez a rappelé dimanche aux militaires qu'ils devaient être prêts "pour la guerre" et invité ses concitoyens à "défendre la patrie" contre une éventuelle agression armée des Etats-Unis, à partir de la Colombie.
 
"Ne perdons pas un jour pour notre mission principale, nous préparer à la guerre et aider le peuple à se préparer à la guerre, car c'est la responsabilité de tous", a affirmé M. Chavez lors de son intervention radio-télévisée dominicale "Alo presidente".
 
Il a interpellé le président américain Barack Obama, l'invitant à ne pas se tromper, "si vous donnez l'ordre de mener une agression ouverte contre le Venezuela, via la Colombie".
 
Selon un accord récent entre les deux pays, les Etats-Unis pourraient utiliser les facilités de sept bases militaires en Colombie. Pour M. Chavez, cet accord constitue une menace pour toute la région.
 
"Le gouvernement colombien est transféré aux Etats-Unis, il n'est plus à Bogota", a poursuivi le président vénézuélien, estimant que "les militaires yankees pourraient être à leur aise en Colombie, comme s'il s'agissait d'un Etat de l'Union".
 
Vendredi dernier, le dirigeant cubain Fidel Castro avait estimé que l'accord permettant à l'armée américaine d'utiliser des bases en Colombie équivalait à une "annexion" de ce pays en vue, selon lui, de préparer une attaque contre le Venezuela voisin. (belga/chds)
08/11/09 20h24
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 04:04
Jean-Louis Bruguière : « La menace terroriste est élevée ! »
nm-photo-272365.jpg
Photo : Christian Daumerie

Pasqua l'a rêvé, Bruguière l'a fait : terroriser les terroristes. Tous ses dossiers ont eu un gros retentissement médiatique. Liquidateur testamentaire de la succession de Madame Claude et ses call-girls, il traite le dossier de Philippe Maurice, dernier condamné à mort de France et du Japonais cannibale. La fusillade sanglante de la rue des Rosiers le 9 août1982 le propulse dans la croisade antiterroriste : le juge canalise sur lui la haine des islamistes radicaux. Il échappe à quatre attentats et vit vingt-sept ans cerné de gardes du corps. Il publie aujourd'hui Ce que je n'ai pas pu dire, mémoires truffés de révélations qui nous immergent dans les coulisses les plus hermétiques de ses investigations de baroudeur judiciaire. Issu lui-même d'une lignée de magistrats (de père en fils depuis onze générations !), c'est en homme « instruit » que Jean-Louis Bruguière dévoile un parcours du combattant explosif. On vous fait juges...

Vous balancez fort sur Me Vergès, membre actif de l'organisation du terroriste Carlos, dites-vous !

Il peut toujours crier à la manipulation, je ne dispose pas d'éléments polémiques mais de documents officiels de la Stasi, la police secrète, récupérés après la chute du Mur dans les locaux du ministère de l'Intérieur de la RDA par mon collègue Detlev Mehlis, premier procureur du Land de Berlin, dans le cadre d'une enquête sur l'attentat qui avait visé le consulat général de France.

Et que révèlent ces archives ?

Que l'avocat était impliqué aux plans idéologique et opérationnel dans le réseau Carlos et qu'il aurait même tenté de faire libérer deux membres, dont Magdalena Kopp, la compagne du terroriste, avec la complicité des gardiens de prison. Me Vergès se comportait en espion en utilisant des noms de code, Gabriel, Herzog, Paula, et le système de ce qu'on appelait pendant la guerre froide les boîtes aux lettres mortes qui servaient à passer le courrier mais aussi à entreposer armes et explosifs.

Une autre révélation concerne le commanditaire de la tentative d'assassinat du pape Jean-Paul II, le 13 avril 1981...

Ce sont là des confidences émanant d'un membre des services secrets bulgares dont j'ai préservé la confidentialité jusqu'à présent, oui. Il s'agit d'un règlement de comptes au sommet de l'état. Le projet machiavélique contre le pape a été ourdi par le GRU, le service de renseignements militaires soviétique, grand rival du KGB, pour déstabiliser le Kremlin, qui refusait d'intervenir en Pologne, et décrédibiliser l'image de l'URSS à l'étranger. Le GRU espérait ainsi retrouver son ascendant politique au détriment du KGB mais, avec l'échec de l'opération, c'est l'inverse qui s'est produit.

La chute du Mur de Berlin, que l'on célèbre demain, avait-elle dopé la vente des stocks d'armes des pays de l'Est vers le terrorisme ?

Des filières existaient bien entre les réseaux islamistes radicaux et certains pays comme l'Allemagne de l'Est, la Pologne ou la Bulgarie. Quand tout s'est effondré avec le Mur, ces pays ont perdu le contrôle et des militaires de l'époque ont organisé des trafics d'armes, mais ils ont été démantelés depuis.

Vous suggérez que le berceau du terrorisme, c'est l'Algérie...

Incontestablement. Pendant la guerre froide, chacun était responsable de la sécurité chez soi et de nombreux pays arabes étaient non alignés ou sous le contrôle idéologique du bloc de l'Est. Quand tout a sauté, on a eu l'angélisme de considérer que le terrorisme n'était qu'un sous-produit de la guerre froide, mais il s'est développé non plus sur une base politique mais théologique, notamment en Égypte et en Algérie, devenue le berceau de l'islam radical et d'al-Qaida.

Ben Laden a-t-il renoncé à sa guerre sainte mondiale ?

Bien sûr que non !

Vous avez une idée de l'endroit où il se terre ?

Je n'en sais rien, mais je pense qu'il est encore en vie et qu'il se cache dans les zones tribales du Waziristan, une région montagneuse du nord-est du Pakistan frontalière de l'Afghanistan que même les Britanniques n'ont jamais réussi à dompter du temps où ils étaient là-bas. Il n'est d'ailleurs pas exclu qu'il bénéficie de la complicité de certains membres des renseignements pakistanais.

Des cellules al-Qaida se sont-elles constituées en France ?

Oui, et l'inquiétude existe. La source se situe en Algérie et dans le Sahel avec des réseaux très actifs qui ont fait allégeance à « al-Qaida au Pays du Maghreb islamique », ancien GSPC, le groupe salafiste pour la prédication et le combat.

La menace est-elle élevée dans notre pays ?

Elle est très élevée, même. Mais comme pour la grippe A, il y a un problème de perception. Il est difficile de mobiliser l'opinion publique sur quelque chose qui apparaît comme, disons, virtuel. La crise économique fait aussi diversion, c'est évident.

L'opinion ignore aussi à quel point des actions terroristes ont été déjouées en Europe et en France au début des années 2000...

C'est vrai, les arrestations occupaient assez peu de place dans les journaux, faute de vision globale. Mais je peux vous affirmer qu'on a évité d'énormes drames, à l'exemple de celui que projetait l'été 2003 Karim Mehdi, un Marocain émigré en Allemagne proche du noyau dur d'al-Qaida, contre l'industrie touristique sur l'île de La Réunion, du type des attentats monstrueux de Bali.

La Coupe du Monde, l'été prochain en Afrique du Sud est-elle visée ?

Tous les événements sportifs qui bénéficient d'une couverture médiatique mondiale sont des cibles potentielles.

Selon vous, l'Iran va-t-il réussir à se doter de l'arme nucléaire ?

J'en suis malheureusement convaincu. C'est un projet ancien, qui date du début de la révolution, peut-être même de l'époque du Shah, car c'est une arme de souveraineté qui donne accès au club des grandes puissances. En neutralisant le grand frère ennemi d'Irak, le gouvernement américain a aidé l'Iran dans ses ambitions...

Comment expliquer la passivité des États-Unis avant le 11-Septembre, malgré vos avertissements répétés ?

Les Américains ont été autistes. Ils auraient pourtant dû être alertés par un premier attentat contre le World Trade Center, en 1993 ou les attaques, trois ans après, contre leurs ambassades en Tanzanie et au Kenya qui ont fait deux cent cinquante morts.

Fin 1999, nous les avions mis sur la piste de Amed Ressam qui avait prévu de faire sauter l'aéroport de Los Angeles, surnommé là-bas Millenium Bomber. Et, en août 2001, moins d'un mois avant l'attaque des tours jumelles, ils avaient arrêté pour séjour irrégulier un Français d'origine marocaine, Zacharias Moussaoui, qui voulait faire un stage sur simulateur de Boeing 747-400, le plus gros appareil commercial en circulation à l'époque. S'ils avaient eu les moyens juridiques de saisir son ordinateur portable, on aurait peut-être trouvé des éléments en lien avec le projet de New York.

Les six Libyens, dont le beau-frère de Kadhafi, condamnés par contumace pour l'attentat du DC 10 français du 19 septembre 1989 seront réellement punis un jour ?

Je l'espère, c'est une demande légitime de la part des victimes.

Les vols commerciaux sont-ils toujours menacés ?

On a pris beaucoup de mesures, mais sur certains continents, en Afrique ou en Indonésie, notamment avec les petites compagnies régionales, il n'est pas sûr que le niveau de sécurité soit aussi élevé qu'En Europe où, d'ailleurs, la protection n'est pas infaillible, sur le réseau ferroviaire ou encore dans le transport maritime qui restent vulnérables.

La fédération des Droits de l'Homme dit que l'instruction antiterroriste, c'est la porte ouverte à l'arbitraire...

Les juges ne font qu'appliquer la loi. Elle se trompe de cible.

Quelle reconversion pour vous après la tentative manquée aux législatives ?

J'ai déjà un statut de procureur indépendant dans le cadre d'un programme antiterroriste entre l'Union européenne, dont je suis le représentant, et les États-Unis où j'ai un bureau à Washington. La politique, dites-vous ? Toutes les options restent sur la table...

Vous ne craignez pas que ce livre vous réactive comme cible ?

Peut-être, mais je m'en fous complètement.

jmraffaelli@nicematin.fr

Propos Recueillis Par Jean-marc Raffaelli
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 14:57

« Le Hezbollah se prépare à un nouvel affrontement avec Israël »

[Dimanche 08/11/2009 11:22]

 

Le Hezbollah constitue, on le sait, une menace sérieuse pour Israël et les événements de ces derniers jours, avec l’arraisonnement du navire Francop, n’ont fait que confirmer les convictions des dirigeants israéliens, conscients que l’organisation terroriste d’obédience chiite fait fi des résolutions de l’Onu qui lui a interdit,  à l’issue de la deuxième guerre du Liban, de se réarmer.

A présent, on apprend par un journal britannique ‘The Observer’ que le Hezbollah se procure de nouveaux équipements militaires en vue d’un prochain affrontement avec Israël. Pourquoi envisagerait-il une telle option alors que dernièrement, on estimait encore que le calme serait maintenu, un certain temps du moins, à la frontière Nord du pays ? De l’avis du quotidien, ce serait pour devancer une initiative du Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou qui prévoirait sérieusement une attaque contre le Liban, en guise de préambule aux raids que Tsahal compterait effectuer sur les installations nucléaires iraniennes.

Un haut responsable du Hezbollah aurait confié au journal que son organisation disposait d’un grand nombre de missiles et de roquettes, bien davantage, a-t-il précisé, qu’au moment des affrontements avec Israël en 2006. Admettant que les terroristes avaient dû abandonner certains bastions et plusieurs bunkers, il a ajouté qu’ils avaient encore un certain nombre de postes au Sud Liban.

Pour Andrew Exum, expert militaire du Centre pour la nouvelle sécurité américaine (Cnas),  le Hezbollah préparerait  peut-être à l’heure actuelle les villages libanais du Sud Liban à un nouveau conflit avec Israël. Autre estimation d’Exum : l’organisation terroriste aurait déplacé ses positions vers le nord afin de les éloigner de la surveillance de la Finul et de protéger ses forces placées autour de Beyrouth et dans la plaine du Liban. Il a encore souligné, détail plus rassurant, que « le Hezbollah ne contrôlait plus la situation, comme jusqu’en 2006, à la frontière libanaise suite au déploiement de soldats de la Finul dans la région ».

Dans ce contexte, rappelons que le Hezbollah a annoncé en fin de semaine qu’il souhaitait faire partie de la nouvelle coalition nationale libanaise, formée par Saad Hariri. Pour les services de sécurité israéliens, ce serait plutôt une bonne nouvelle : en effet, si le Hezbollah décide d’attaquer Israël une nouvelle fois alors qu’il fait partie du gouvernement libanais, « des objectifs libanais pourraient être pris également pour cible ».

par Claire Dana-Picard
http://www.actu.co.il/  


Le Hezbollah, en position de guerre
Par JPOST.FR 
08.11.09

Dans la crainte d'une éventuelle frappe israélienne sur les infrastructures nucléaires iraniennes, le Hezbollah serait en train de se préparer à une nouvelle guerre, selon le journal The Observer.

Des membres armés du Hezbollah. 
PHOTO: AP , JPOST

L'hebdomadaire britannique affirme que le mouvement chiite "renforce ses positions de défense" au nord de la rivière Litani. Après avoir perdu un certain nombre de ses bunkers, pendant la seconde guerre du Liban, il prépare également "une nouvelle stratégie" pour défendre les villages du Sud-Liban.

"Bien sûr, nous nous réarmons. Nous avons même beaucoup plus de roquettes et de missiles qu'en 2006", a déclaré un commandant du Hezbollah aux journalistes. "Nous avons dû faire exploser ou abandonner certains de nos bunkers et nos zones de tir. Mais nous avons encore de très grosses capacités dans le Sud. Nous nous attendons à une attaque israélienne très prochainement. Si ce n'est cet hiver, ce sera au printemps."

Les révélations britanniques se présentent moins d'une semaine après la saisie d'une cargaison d'armes iraniennes au large des côtes israéliennes. L'arsenal était destiné au Hezbollah.

Pourtant, selon Andrew Exum, spécialiste du Hezbollah au Centre pour la Nouvelle Sécurité américaine, le groupe terroriste n'a plus aucun contrôle sur les frontières libanaises. Et ce, en raison de la présence de la FINUL (Forces intérimaires des Nations unies au Liban).

"Ils donnent l'impression de renforcer leur présence dans les villages en vue d'un nouveau round de combats, mais ils s'éloignent de plus en plus au nord, pour échapper à la FINUL. Ils veulent protéger Beyrouth et la vallée de Bekaa."

 
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 05:28


Bel Humour Arieh !
Si on y va comme cela je dirais que ce n'est pas Babylone qui a fait les Perses mais plutôt Sumer !


http://www.geopolitiquebiblique.com/ 






On fait tourner Obama, en language plus clair on l'embrouille !
http://www.inn.co.il/
 


Quel est le mode opératoire d'Ahmadinejad and Co? A la réflexion , il est très simple; il consiste à embrouiller l'Occident, et il y arrive fort bien d'ailleurs. Un jour il promet d'envoyer son uranium en Russie et en France pour mieux le rapatrier par la suite. Le surlendemain il annonce qu'il n'enverra que des quantités infinitésimales, pour changer d'avis quelques jours plus tard. Le lendemain il annonce qu'il n'enverra son Uranium qu'en Chine, puis change d'avis. Il s'engage sur une réponse pour une date donnée et ne fournit que la moitié de la réponse; la suite à venir la semaine prochaine ou à la Saint Glin Glin. Il promet de faire visiter pendant quatre jours les installations nucléaires à Quom aux sbires d'El Baradei, et, en définitive, leur organise une visite guidée d'une demi journée, qui n'aura servi à rien puisqu'ils n'auront visité que la cantine et le bureau des secrétaires. Et de plus, il se targue d'avoir l'opinion internationale à ses côtés; ce qui n'est pas complètement faux d'ailleurs. Le tout sur fonds de négation de la Shoah, de venin craché sur Israël et de déclarations tonitruantes de son patron, El Khameiny, le jour anniversaire de la prise d'otages à l'Ambassade des Etats-Unis, selon lesquelles on ne peut faire confiance aux Américains pour tenir leur parole. Cette méthode bien huilée fonctionne à merveille; elle maintient les Occidentaux sous pression, dans l'attente de la prochaine annonce d'Ahmadinejad et Compagnie, qui, promis, juré, craché, correspondra cette fois à la réalité.


En relisant quelques classiques, j'ai enfin compris les raisons de ce mode opératoire d'embrouillamini par les dirigeants Iraniens. En effet, l'Iran, c'est la Perse, et la Perse c'est Babylonne. Or, qu'est ce qui caractérise avant tout Babylonne, Babel en hébreu, si ce n'est la racine hébraïque du mot Babel qui signifie précisément "embrouiller". Cela commence à la Tour de Babel où D. mécontent de cette initiative collectiviste qui consiste à réunir toute l'humanité dans une seule et même tour gigantesque, embrouille, Balal, la langue usitée dans la Tour de Babel, de sorte que plus personne ne puisse se comprendre. La communication entre les locataires de la Tour n'étant plus possible, D. disperse ses occupants sur toute la surface de la terre. Et c'est ainsi que naissent les différentes langues.


Or, une fraction de ces réfugiés s'en vont créer un pays qui s'appellera plus tardBabel, soit Babylonne, qui avec le temps, donnera naissance à la Perse, puis à l'Iran. Les troupes babylonniennes ont déjà une fois détruit le Temple et exilé les juifs. Le sieur Ahmadinejad, babylonien de souche, envisage de recommencer. Mais, en attendant, fidèle à la sémantique hébraïque, intentionnellement, par atavisme, ou parce qu'à Babel, il est naturel de d'embrouiller ses interlocuteurs, il pratique la stratégie de l'embrouillamini, et ça marche.



Le mot 
Babel issu du verbe Balal, a créé un vocable populaire très courant; il s'appelle le bla-bla, d'où vient le verbe blablater. Ne riez pas, raconter des bla-bla, c'est à la fois dire n'importe quoi, mais aussi mentir, tromper. Ahmadinejad est donc un blablateur qui livre ses bla-bla, chaque jours différents, à des interlocuteurs qui ne s'en lassent pas


Le royaume de Babel, nous disent nos textes, sera finalement vaincu, non pas par les hommes mais par Hachém, et ce, au grand bénéfice d'Israël. Pour plus de précisions rapportez vous aux articles que j'ai rédigés sur ce sujet. En attendant, il existe comme nous l'explique le Rabbi (Rav Menhahem Mendel de LoubavitchZAL), des enseignements qui nous concernent tous. Chacun, à notre niveau, nous devons extirper le Bilboul (la confusion) qui est en nous.


Il faut s'inspirer des tactiques militaires relatées dans la Torah, pour tirer un enseignement personnel dans le service de D. Dans ce cas précis, si D. annule les agissements de 
Babel, il faut que le juif, en parallèle, extirpe les perturbations dans sa tête en luttant contre son propre BILBOUL. Si le Rabbi était encore parmi nous, je ne doute pas qu'il saurait expliquer aux grands benêts de ce monde comment il convient d'extirper la confusion qui règne dans leur esprit, ce qui leur permettra de comprendre, enfin, la tactique des iraniens, et son origine biblique et sémantique.


Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 22:19

 

"Les armes iraniennes au Liban : L'Italie est prise au piège"

LIBERO 6 novembre 2009, p 24,  in Informazzione Corretta  

Carlo Panella


Traduction Gilles Raphel

pour http://aschkel.over-blog.com et http://lessakele.over-blog.fr 

 

http://www.interet-general.info/IMG/Liban-Tyr-FINUL-Italiens-2septembre2006-4.jpg


Carlo Panella nous propose ici une analyse de l’(in)action et de la place actuelle de la FINUL, situation qui met aussi en péril les soldats italiens de l’ONU. Ainsi, il propose que les nations libres réfléchissent au réarmement constant du Hezbollah et à la prise de décisions face à l’axe du mal : Iran, Syrie, Hezbollah, Hamas.


Après la saisie par Israël d'un navire de 500 tonnes d'armes iraniennes destinées au Hezbollah, l'Italie est tenue d'examiner en profondeur le rôle de la FINUL et la pérennité même de nos 2400 soldats stationnés au Sud Liban. Dans la nuit de mardi, le navire de guerre israélien Rani Ben Yehda intercepte au large de la côte libanaise le cargo Francop (battant pavillon d'Antigua), venant d'un port iranien et se rendant directement, comme le précise sa feuille de route,
  vers un port syrien. Cachés au milieu de dizaines d’autres conteneurs, les Israéliens ont découvert des conteneurs chargés de 500 tonnes d'armes modernes, des roquettes mais aussi de petits et très récents missiles guidés, des systèmes de guidage perfectionnés et plus encore.


http://www.interet-general.info/IMG/Liban-Tyr-FINUL-Italiens-2septembre2006-3.jpg



Il semblerait que la cargaison illicite était destinée - via la Syrie - au Hezbollah du Liban, comme c’est le cas, en effet, depuis des années. L'incident suit une série d'incidents graves survenus dans les magasins d'armes illégales du Hezbollah au Sud-Liban qui ont explosé ces derniers mois et s'inscrit parfaitement dans la volonté clairement exprimée de l'escalade militaire de l'axe Iran-Syrie-Hezbollah-Hamas.

L'armement massif fourni au Hezbollah, en fait, est parallèle à l'approche intransigeante que l'Iran, la Syrie et leurs satellites mettent en œuvre dans tout le Moyen-Orient. Il commence à se manifester par le refus de l'Iran à faire des compromis sur la question nucléaire, passe par le boycott syrien à travers le Hezbollah pour faire échouer 6 mois de tentatives afin de former un gouvernement à Beyrouth par le démocrate Saad Hariri, (le Hezbollah, bien qu’il ait perdu les élections conserve un droit de veto), et conduit à l'échec, sur les ordres de la Direction des étrangers accueillis à Damas, toutes les tentatives de signer un accord de paix entre Abou Mazen et le Hamas en Palestine.



L'imbrication de la dynamique des politiques régionales qui marque l'échec de plus en plus évident de la politique fondée sur le dialogue de Barack Obama et les nouvelles militaires remontant du
  terrain mènent à la conclusion sans équivoque: la mission de la FINUL a échoué dans son objectif.

Sur ce, l'Italie doit agir, doit discuter avec les alliés et les Nations Unies et doit ensuite prendre les décisions appropriées pour éviter à nos soldats un jour de se retrouver totalement pris
 dans une prochaine attaque du Hezbollah sur Israël, ou des actions - comme c'est probable - de la politique insidieuse de l'enlèvement.

La FINUL, mise en place par la résolution 1701, a été conçue non seulement pour séparer physiquement les prétendants Libanais et Israéliens mais aussi et surtout pour démilitariser le sud du Liban, une opération qui aurait dû ensuite être transférée à l'armée libanaise. Cela ne se produit pas, parce que l'armée libanaise n’est pas commandée, parce que depuis 3 ans, le Hezbollah agit par chantage ou boycotts ou bien perturbe les organes exécutifs, enfin parce que le pays n'a tout simplement pas de gouvernement. Une situation très dangereuse, dans laquelle l'inertie de chacun peut être fatale, aussi pour l’Italie.

 

http://reunion.orange.fr/IMG/jpg/photo_1252689465600-4-0.jpg

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 21:35

Ok ! Mais vu la repression féroce et sans pitié de ces foutus mollahs, la partie n'est pas gagnée, d'autant que Obama ne les a pas trop aidé en jouant carpette



Iran: le fils du chah prône la désobéissance civile pour renverser le régime

Le fils aîné de l'ex-chah d'Iran Reza Pahlavi, qui vit en exil aux Etats-Unis, a prôné samedi la désobéissance civile pour faire tomber le régime iranien, estimant qu'une intervention militaire étrangère ne serait "jamais légitime".

"La fin du régime de l'apartheid en Afrique du Sud, des juntes militaires en Amérique du sud ou de l'ex-Union soviétique, tout est venu des peuples mêmes de ces nations", a-t-il déclaré dans un entretien au quotidien britannique The Daily Telegraph. 



"Rien de tout cela n'aurait pu se produire sans le soutien de l'étranger -- mais ce n'est pas comme si une armée d'occupation intervenait pour changer le régime --, je ne vois pas comment cela pourrait jamais être légitime", a poursuivi M. Pahlavi, qui a quitté l'Iran un an avant le départ de son père, le chah Mohammad Reza Pahlavi, pendant la révolution islamique en 1979. Selon lui, "le changement doit arriver en Iran par la désobéissance civile et la non-violence. (...) Nous ne pouvons avoir un changement à n'importe quel prix", estimant que "quoiqu'il se produise doit découler de la volonté du peuple".


Source : http://www.ouest-france.fr/ 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 19:01
La grande semaine des mollahs

par Caroline B. Glick | Jewish World Review - Adaptation française de Sentinelle 5770

samedi 7 novembre 2009
http://www.jewishworldreview.com/1109/glick110609.php3 






A première vue, la semaine passée ressemble à une semaine que les mollahs d’Iran aimeraient beaucoup oublier. Très tôt mercredi matin, des commandos de la marine israélienne ont abordé le navire marchand ‘Francop’ et l’ont dérouté vers la base navale d’Ashdod. Là, Tsahal a exposé son chargement de trois mille roquettes et de matériels militaires divers et variés utiles seulement à des forces terroristes. Le Francop venait d’Iran et a été intercepté en route vers le vassal de l’Iran au Liban, le Hezbollah, via le flagorneur arabe de l’Iran, la Syrie.

Comme la direction politique d’Israël l’a remarqué, cette cargaison constitue une preuve brute que l’Iran parraine activement des armées terroristes au Liban, et fait cela en totale transgression des résolutions du Conseil de Sécurité. Le raid du commando a aussi démontré la profondeur de la collusion de la Syrie avec l’Iran pour armer le Hezbollah. Après la prise du Francop par Israël, des voix ont proclamé que la Syrie n’est qu’un petit joueur dans le jeu terroriste, dont la scène internationale peut se rire.

L’interception du Francop par Israël est intervenue une semaine après que des forces yéménites se soient emparées d’un bateau iranien transportant des armes anti-blindages vers les rebelles shiites de Houthi au Nord Yémen. Comme le journal saoudien ‘Al Watan’ l’a rapporté en fin de semaine, les Gardes Révolutionnaires Iraniens entraînent les rebelles de Houthi en Erythrée et parrainent leur insurrection contre le régime du Yémen.

Au début octobre, le bateau ‘Hansa India’, qui naviguait d’Iran vers l’Allemagne, suscita la suspicion en faisant route vers la Syrie. Il fut dérouté d’Egypte vers Malta où sa cargaison de balles et de matériaux industriels destinés à la production d’armes fut retirée.

Mercredi matin, juste après l’annonce par Israël de la capture du Francop, des milliers d’Iraniens dans les villes à travers le pays mirent à profit des manifestations planifiées par le régime pour le trentième anniversaire de la prise de l’ambassade des USA à Téhéran, pour protester contre le régime. Ces opposants au régime se sont placés volontairement face aux matraques, aux canons à gaz lacrymogènes et aux fusils des cinglés du régime iranien, pour protester contre l’élection présidentielle volée de juin et appeler au renversement du régime de tyrannie des mollahs et à son remplacement par une démocratie.

Les protestataires détournèrent les appels des partisans du régime « Mort à l’Amérique » et « Morts à Israël », en d’énormes plaisanteries dévastatrices appelant à la « Mort du dictateur » (c’est-à-dire le dirigeant suprême Ali Khamenei), et « Mort à la Russie ».

Loin d’adhérer aux trente années de guerre du régime contre les USA et le système international fondé sur l’Etat-nation, les représentants de la « Grande Révolution » demandaient aux USA de pardonner à l’Iran la prise en otage de 52 membres du personnel de l’ambassade en 1979.

Revenons en Israël : au cours des deux semaines passées, quelques 14.500 soldats ont été déployés à travers le pays pour l’exercice annuel de défense anti-missile Juniper Cobra de Tsahal. Bien que Juniper Cobra soit une manoeuvre de routine, l’exercice de cette année était sans précédent par la taille et la portée. Des observateurs ont déclaré qu’il n’y avait jamais eu autant de généraux américains en Israël à un moment donné.

Aucun exercice israélo-américain conjoint précédent n’a été conduit avec une telle intensité. Et les dirigeants israéliens n’ont pas hésité à nommer l’ennemi dans cet exercice de l’année. Cet exercice Juniper Cobra ont-ils affirmé, faisait partie des préparatifs des deux nations pour une réponse conjointe à une frappe iranienne potentielle contre Israël. Le message évident qu’Israël et les USA espéraient faire passer à l’Iran était que l’alliance stratégique entre les deux pays demeure forte.

Au total, en surface, la semaine écoulée semblait être horrible pour les mollahs. Mais les apparences peuvent être trompeuses. Malheureusement, et contre cette perception, la semaine passée a été l’une des meilleures semaines pour les mollahs depuis fort longtemps. Sûrement, ce fut la meilleure semaine que le régime iranien a eu depuis qu’il a falsifié les résultats des élections présidentielles du 12 juin.

En janvier 2002, Tsahal réquisitionnait le bateau Karine-A d’armes iraniennes en route vers Gaza. Le Karine-A transportait un dixième des armes que le Francop transportait. Mais l’impact de la mission du commando israélien qu’ils eurent sur la position politique d’Israël fut plus de dix fois supérieur à l’impact politique de l’opération réussie cette semaine.

La démonstration du soutien de l’Iran aux forces terroristes soutenues par l’Autorité Palestinienne entraîna alors le gouvernement Bush à abandonner la position antérieure d’accepter Yasser Arafat comme dirigeant politique légitime. Cela permit trois mois plus tard le lancement l’opération d’Israël « Bouclier défensif ». Lors de cette opération, Israël arracha le contrôle militaire sur la Judée et la Samarie des mains des milices palestiniennes et des cellules terroristes.

L’opération de mercredi n’a pas eu d’impact discernable sur la politique des USA. Les USA n’ont dénoncé ni la Syrie, ni l’Iran pour la transgression de la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU interdisant les expéditions d’armes iraniennes, ainsi que la résolution du Conseil de Sécurité interdisant aux nations d’armer le Hezbollah. Les USA n’ont pas déclaré que, en réponse à ce que le Premier Ministre Binyamin Netanyahou a qualifié de « preuve sur le fait », ils reconsidèreront leur décision d’envoyer un ambassadeur à Damas ou à leur engagement d’apaiser l’Iran à travers les pourparlers nucléaires à Genève. La seule chose qu’un officiel du Département d’Etat a pu se permettre de dire a été le souci des USA « des efforts de réarmement du Hezbollah en violation directe de diverses résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU », et de remarquer que les groupes restent « une menace significative à la paix et à la sécurité au Liban et dans la région ».

Malgré les efforts énergiques du gouvernement d’utiliser l’interception du Francop comme moyen de convaincre les nations du monde de s’unir contre le terrorisme soutenu par l’Iran, personne ne semble vouloir reconnaître les implications stratégiques limpides des exportations des armes du terrorisme par l’Iran. Aujourd’hui, personne ne veut traiter l’Iran comme l’ennemi du système international qu’il a été depuis trente ans, pas plus qu’on ne l’était avant qu’Israël n’ait exposé la cargaison terroriste du Francop à la vue du monde.

Et le refus de la communauté internationale conduite par les USA de prendre la moindre mesure contre l’Iran en réponse à cette dernière preuve de son comportement de voyou est une grande victoire pour les mollahs. Trente après leur premier grand défi criminel contre les USA et le monde libre en général, personne ne semble préoccupé quand leur criminalité est si crûment dévoilée.

Avec la communauté internationale montrant clairement son absence de volonté de faire face à l’Iran pour son soutien au terrorisme mondial, la seule et la plus grande menace envers le régime iranien aujourd’hui est le Peuple iranien. Depuis que les semblables de Khamenei et de Mahmoud Ahmadinejad ont volé les élections présidentielles du 12 juin, le Peuple iranien a risqué chaque jour la mort dans sa tentative désespérée et courageuse de renverser le régime.

Le mouvement de l’opposition iranienne a annoncé depuis des semaines que ses membres sortiraient en force pour les manifestations anniversaires mercredi. Et mercredi, les protestataires ont supplié le monde de les soutenir. Ils ont appelé à l’aide le président Barack Obama : « Vous êtes soit avec nous, ou avec eux ».

Mais Obama – suivant ses habitudes conciliatrices – a prononcé une déclaration avant les manifestations de “Mort à l’Amérique” de mercredi annonçant : “Nous n’interférons pas dans les affaires intérieures de l’Iran”. C’est-à-dire, quand on lui demande de choisir entre les combattants de la liberté en Iran ou leurs oppresseurs, il choisit les oppresseurs. Les USA sont avec les mollahs contre le Peuple iranien.

Sans le moindre doute, sa déclaration a valu de petits sourires méprisants en coin sur le visage des dirigeants illégitimes à Téhéran.

De même pour l’exercice Juniper Cobra, loin d’être une cause de trouble pour Téhéran, c’est un motif de faire la fête. Pendant que les centrifugeuses de l’Iran tourbillonnent, en énonçant haut et fort sa détermination à défendre Israël si Israël est attaqué par l’Iran, les USA ont fait savoir qu’ils veulent prendre le risque d’un Iran détenteur de l’arme nucléaire. Plus que toute autre chose, Juniper Cobra a montré que le gouvernement Obama a abandonné sa promesse autrefois déclarée de ne pas accepter un Iran doté de l’arme nucléaire. Plutôt que de travailler avec Israël à empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires, les USA utilisent Juniper Cobra pour démontrer bruyamment qu’ils espèrent simplement dissuader l’Iran d’utiliser des armes nucléaires lorsqu’il les aura acquises.

Alors que ceci était peut-être le plus grand motif de réjouissance des mollahs cette semaine, trois développements supplémentaires leur ont aussi sans doute réjoui le cœur. D’abord, la promesse d’Obama de ne pas soutenir les protestataires contre le régime faisait partie d’un plus vaste message par lequel le président des Etats-Unis rampait aux pieds des mollahs, et les suppliait d’autoriser les USA à enrichir de l’uranium pour eux.

Obama déclara : « J’ai clairement fait savoir que les Etats Unis d’Amérique veulent aller au-delà du passé, et recherchent une relation avec la République Islamique d’Iran fondée sur les intérêts mutuels et le respect mutuel… Nous avons reconnu le droit international de l’Iran à la puissance nucléaire pacifique. Nous avons démontré notre volonté de prendre des mesures de construction de la confiance avec d’autres dans la communauté internationale. Nous avons accepté la proposition de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) de répondre à la demande d’aide de la part l’Iran pour répondre aux besoins médicaux de son peuple. Nous avons dit clairement que si l’Iran s’en tient aux obligations de toute nation, il s’ouvrira à une relation plus prospère et plus productive avec la communauté internationale ».

Et quand Khamenei a répondu aux courbettes et gratouillis obséquieux d’Obama en disant que négocier avec les USA était une entreprise « naïve et perverse », le gouvernement Obama n’eut rien à répondre.

La Maison Blanche ne reconnaîtra même pas que les Iraniens ont déjà rejeté l’accord négocié avec l’AIEA de faire enrichir l’uranium par les USA, la France et la Russie pour eux. De fait, plutôt que d’accepter que les Iraniens se moquent d’eux, les officiels du gouvernement étaient furieux contre Israël à cause de l’annonce du ministre de la défense Ehud Barak, au début de la semaine dernière, que leur accord proposé aurait peu d’impact sur le programme d’armes nucléaires de l’Iran.

Selon ‘Channel 10’, La Maison Blanche exigea que Netanyahou applaudît à ses efforts. Ils menacèrent Israël de sanctions non spécifiées s’il refusait d’annoncer son soutien à leurs efforts pathétiques de conciliation. Et il le fit. Et environ cinq minutes après que Netanyahou eût applaudi les Américains pour leur brillante offre d’enrichir de l’uranium pour l’Iran, les Iraniens rejetèrent leur offre comme insuffisante.

Enfin Obama menaça : « si l’Iran rejette son offre de conciliation nucléaire, les USA passeront vivement à des sanctions douloureuses contre lui ». Mais avec l’ONU, la seule institution internationale que le gouvernement croit capable d’initier légitimement des sanctions, et avec l’ONU occupé actuellement à discuter le rapport Goldstone accusant Israël de crimes de guerre dans sa campagne contre le Hamas, vassal de l’Iran à Gaza, personne ne peut s’attendre pour bientôt à une nouvelle résolution de sanctions contre l’Iran. (Et de même pour Gaza, ni les USA, ni personne n’a eu de réaction significative à la révélation mardi par Israël que le Hamas a testé avec succès un missile iranien capable d’atteindre Tel Aviv).

Aujourd’hui, nous sommes en période d’attente. A la fin de cette période, soit l’Iran émergera comme puissance nucléaire, soit l’Iran se verra désarmé de sa puissance nucléaire, son régime humilié et ses vassaux terroristes dissuadés.

De nouveau, à travers leurs actes cette semaine, les USA et la communauté internationale dans leur ensemble ont montré le résultat qu’ils préfèrent. On doit espérer avec ferveur que comme le brave Peuple iranien lui-même, Israël ne se pliera pas à leur volonté.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 16:45
Arabie saoudite - Iran : vers le début d’une nouvelle guerre ? Les accrochages se multiplient à la frontière avec le Yémen

La région vit sur un baril de poudre. Les mollahs iraniens s’apprêtent à allumer la mèche

vendredi 6 novembre 2009 - 15h18, par Khaled Asmar - Beyrouth

Logo MédiArabe.Info

Depuis l’accrochage de mercredi, faisant un mort et 11 blessés saoudiens, l’Arabie saoudite a massé ses unités et acheminé les renforts depuis la base militaire de Tabbouk (dans le nord), vers sa frontière avec le Yémen. L’aviation saoudienne a bombardé des positions des rebelles d’Al-Houthi, proches de l’Iran, dans la région de Saada, au Yémen. Riyad affirme que la rébellion y a stationné entre 4.000 et 5.000 combattants, dont des Iraniens et des Libanais du Hezbollah. Aujourd’hui, ces derniers poursuivent les provocations et attaquent des positions saoudiennes. On signale au moins cinq blessés graves.


La guerre qui se déroulait jusque-là entre l’Iran chiite et l’Arabie saoudite sunnite par Yéménites interposés, prend une nouvelle tournure, obligeant les Saoudiens à s’y impliquer directement. L’incursion à Jabal Doukhane, mercredi 4 novembre, faisant 1 morts et 11 blessés saoudiens, a poussé ces derniers à réagir. L’armée royale a massé ses troupes et menacé d’écraser les agresseurs. Une dizaine de localités frontalières saoudiennes ont été évacuées et décrétées zone militaire fermée. La population a été évacuée vers des camps de réfugiés, et les écoles fermées jusqu’à nouvel ordre.


Mais l’état d’alerte ainsi décrété, ni les bombardements par l’aviation saoudienne engageant les hélicoptères Apache, les Tornado et les F-15, ni l’artillerie et les chars d’assaut déployés n’ont pas empêché les rebelles pro-iraniens de récidiver. Des combattants zaïdites déguisés en femmes voilées se sont infiltrés, ce vendredi, en territoire saoudien, et ont attaqué un poste frontalier faisant au moins cinq blessés graves parmi les militaires saoudiens. L’armée riposte actuellement et a repris ses bombardements des positions de la rébellion en territoire yéménite.


Il ne fait pas de doute que nous assistons au lancement d’une nouvelle guerre régionale que cherche l’Iran dans un double objectif : exporter sa crise intérieure consécutive à l’élection frauduleuse et contestée de juin dernier, et détourner l’attention sur son programme nucléaire, après que l’AIEA l’ait accusé d’avoir testé clandestinement des têtes nucléaires. Or, cette guerre régionale aura des répercussions certaines sur tous les pays arabes qui comptent des communautés chiites. La région est sur un baril de poudre. Téhéran et ses mollahs s’apprêtent à allumer la mèche.

Khaled Asmar


©
 Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info "
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 11:26
Inspection étrangère du cargo iranien

Après la saisie d'une cargaison d'armes iraniennes destinées au Hezbollah, le ministère des Affaires étrangères a invité des ambassadeurs étrangers postés en Israël à inspecter le contenu du navire Francop.

Une roquette saisie à bord du Francop. 
PHOTO: AP , JPOST

Les employés du ministère exposeront les armes déposées au port d'Ashdod, et expliqueront leur capacité ainsi que le but de leur utilisation.

Le ministère a également exigé de ses diplomates à l'étranger de discuter de cette saisie avec leurs confrères et les médias, afin que tous admettent que la contrebande d'armes vers le Syrie et le Hezbollah constitue une violation iranienne d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.

"L'Iran continue de passer clandestinement des armes aux terroristes sous la couverture d'un commerce international légitime. Il fait ainsi de la mer Méditerranée une zone de trafic illégal", écrit le ministère dans une note à ses diplomates.

Parallèlement, cinq députés des partis Likoud, Israël Beiteinou, Kadima et Shas, ainsi que Nahman Shaï, président de l'Union de l'amitié interparlementaire, se rendront dimanche en Grande-Bretagne pour rencontrer des juristes britanniques.

Mercredi soir, après le déchargement de 36 conteneurs remplis d'armes, les douze membres de l'équipage du Francop sont remontés à bord et ont poursuivi leur itinéraire.

Des centaines de tonnes d'armes ont été saisies lors d'un raid de la marine israélienne sur le navire situé à 100 miles nautiques à l'ouest du pays. Il s'agit de la plus grande saisie d'armes de l'histoire d'Israël. Son contenu est 10 fois plus important que celui du navire Karine A, intercepté en 2002, cachant à son bord des armes palestiniennes.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 11:16
VIVE LA SYRAN DONC !!!!


La situation du Moyen-Orient change en faveur de l'Iran et de la Syrie (Ahmadinejad)

Source: xinhua 
 

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a indiqué que la situation au Moyen-Orient change en faveur de son pays et de la Syrie, selon la télévision satellitaire iranienne d'expression anglaise Press TV jeudi.

"La situation dans la région change en faveur de l'Iran et de la Syrie," a indiqué Ahmadinejad au cours d'une rencontre mercredi avec le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Muallem, en visite dans le pays.

"En considérant le fait que la situation mondiale est en train de changer rapidement et que les puissances agressives sont en chute, l'Iran et la Syrie devraient (travailler) en coordination pour prendre des grandes décisions," a-t-il déclaré.

Le président iranien a ajouté que "si la coordinatin est bonne, d'autres pays de la région feront certainement de même et une énorme puissance politique, économique et culturelle sera formée au Moyen-Orient".

Muallem, pour sa part, a indiqué que les relations entre l'Iran et la Syrie sont si fortes qu'aucun pays n'a pu les endommager. Il a appelé à un plus grand élargissement des liens entre les deux pays.

Dans une autre rencontre avec le négociateur en chef du nucléaire iranien Saeed Jalili, Muallem a déclaré: "en réalité, les pays de la région sont des moteurs d'un nouveau Moyen-Orient et n'ont pas besoin d'instructions de la part des puissances transrégionales à cet égard," a rapporté l'agence de presse locale ISNA.

La Syrie est l'allié le plus proche de l'Iran dans la région et les deux pays bénéficient des intérêts économiques, culturels et politiques communs. La Syrie et l'Iran considèrent Israël comme leur ennemi et soutiennent le groupe armé chiite libanais du Hezbollah et le mouvement islamique palestinien du Hamas dans leur lutte contre Israël.

Actuellement, l'Iran développe de nombreux projets économiques en Syrie, dont des projets de construction automobile et de logement, et Damas accueille des milliers de touristes et pélérins iraniens chaque année. 

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories