Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 10:55

L'Instrumentalisation des Droits de l'homme -

Dany AYALON

 

 

 

Voir notre article d'hier - >L'Union Européenne finance la guerre juridique contre Israël NGO MONITOR

 

Par Meir Ben 'Hayoun

Le vice-ministre des Affaires étrangère, M. Danny Ayalon, a appelé les organisations des Droits de l’Homme de ne pas perdre de vue qui bafoue et piétine les droits de l’homme les plus élémentaires : le Hamas.

« Les organisations des Droits de l’Homme ont été instrumentalisées par les organisations terroristes dans leur guerre contre l’Etat d’Israël. Par le truchement de ces organisations, ils essaient de miner le droit à la légitime défense des démocraties. Les Etats qui subventionnent ces ONG sont responsables du renforcement du terrorisme »

Ainsi s’est exprimé le vice-ministre des Affaires étrangères, M. Danny Ayalon, la veille de la Journée internationale des Droits de l’Homme. M. Ayalon  a appelé la Communauté internationale à ne pas oublier qui a ses droits de l’Homme bafoués par le Hamas, et à contribuer à la libération immédiate de l’otage Guilad Shalit.

Ces propos ont été tenus lors de la rencontre avec les représentants de l’organisation NGO Monitor qui a énormément contribué à dévoiler au grand jour les dérives et le financement occulté des ONG israéliennes des Droits de l’Homme, ou dans une définition plus exacte, des ONG pour défendre les droits des terroristes. NGO Monitor vient de remettre au vice-ministre  Ayalon une copie d’une nouvelle étude sur le thème de la manipulation du système juridique israélien au bénéfice de l’ennemi dans le conflit israélo-arabe.

israel7

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 07:25

 

Journée des Droits de l'Homme - J'accuse Lettre ouverte à Ban Ki Moon - version française et anglaise.

 

Liberte pour le soldat Guilad Shalit

 

 

Publiée à l'occasion de la Journée des Droits de l'Homme, célébrée chaque année le 10 Décembre, cette lettre, dans le contexte de mépris auquel est confronté Israël, se veut avant tout  un réquisitoire pour le rétablissement de la vérité et de la justice. Israël, le «capitaine Dreyfus» du Moyen-Orient et du monde, ne cesse d'être le bouc-émissaire de tous les maux et, de victime, est devenu pour la majorité des Nations, le bourreau. Nous ne pouvons accepter qu'un tel état de fait puisse perdurer.

Le droit moral et historique de six millions de Juifs  de vivre en Erets-Israël  n'a de cesse d'être outragé par l'Organisation des Nations-Unies. Cette lettre est donc un appel à la conscience humaine afin qu'Israël soit rétabli dans sa dignité de peuple pacifique parmi les Nations. 

 

Version française

>J'accuse... ! Lettre ouverte à Mr Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations-Unies Par Haïm Ouizemann

Lue par Dora Marache sur 

 logo-radio-shalom.png

ECOUTER DORA  - ICI

 

 

Version anglaise

Published on the occasion of the Human Rights Day, that occurs on 12-10, this letter, in the context of contempt faced by Israel, is above all 

an indictment in view of the restoration of truth and justice. Israel, the «Captain Dreyfus» in the Middle East and the whole world, continues to be the scapegoat for all ills. Whereas Israel was previously a victim, he has become for the majority of Nations, the executioner.  We cannot accept this state of affairs to continue.

 

The moral and historical right of six million Jews to live in Erets-Israel keeps with being flouted by the United Nations Organization. This letter is therefore an appeal to the human conscience in order to re-establish Israel in its dignity of a non-violent people among the Nations.

 

Open letter to Mr. Ban Ki-Moon, Secretary-General of the United Nations

Chaim Ouizemann

Pour © 2010 aschkel.info et © 2010 lessakele

 

I Accuse...!

 

Mr. Ban Ki-Moon, Secretary-General of the United Nations,

Allow me, in consideration of the unique and supreme responsibility that falls to your lot as to the establishment and maintenance of universal peace, to urge you not to spare your efforts in order to fulfill the mission of the United Nations Organization to encourage «respect for human rights and for fundamental freedoms for all without distinction as to race, sex, language, or religion» (Art. 1 UN Charter). The Jewish people does not forget the role of the United Nations at the time of the vote in favor of a Jewish state alongside an Arab state on November 29, 1947 and on the occasion of the integration of the newborn Israel in its midst on May 11, 1949. Now, anti-Zionism and anti-Semitism have grown since then, that bring to mind the onset of last century, blaming indiscriminately the Jewish state and its Jewish citizens. Israel, the new-found «Dreyfus» of the world, require justice to evermore abolish and banish this cancer that eats away your esteemed institution. 

I accuse the pleadings of the Goldstone report, to endorse in a totally biased way the terrorist movement Hamas and to denounce Israel as the main cause of the outbreak of «Operation Cast Lead», which brings discredit and shame on the Organization of the United Nations. How do you dare endorsing the Hamas movement, although it kidnapped an Israeli soldier, Gil'ad Shallit, since 1629 full days, and from that time, he lives devoid of basic human rights (Red Cross visits among other things)? How don't you condemn it firmly and ban it for trampling so roughly on UN's human rights? How Israel, the «ember from the fire» people,  (Zech. 3, 2) that seeks for peace, ends up once again on the dock, whereas Hamas missiles (over 530 in total) which indeed made few casualties, kept up for three consecutive weeks, falling down on Sderot, Ashkelon, Ashdod and Beer Sheva, carrying with them death and destruction?

I accuse this report that will remain as a stain in the United Nations' history. The natural law of self defense is recognized for every nation by virtue of the United Nations' Charter (Art. 51, Chapt. 7). However, a study based on the principles of neutrality and impartiality should have proved the advisability of the Israel's right to counteract the offense of the terrorist group Hamas and his peers (Islamic Jihad, Al Aqsa Martyrs' Brigades, etc…) that kept up with attacking Israel simultaneously with the second Intifada (which began in September 2000), until the beginning of the «Operation Cast Lead», contradicting in that way the grand principles of the United Nations' founders, and breaking the few confidence that we had towards the United Nations Organization, whose conciliatory role was once again violated.       

I accuse that machination to be consecrated to delegitimize and demonize Israel. Your assent's extreme precipitation to this infamous report's false conclusions, without the critical spirit that behoves you as Secretary-General of the United Nations cannot remain indifferent to our people of Israel that longs since the mists of time for the eradication of injustice and for building a world full of justice where fundamental human rights appropriated to all men would be finally respected. Our people, faithful to the principle of respect for life of Man created in the image of God, keeps up, through the State of Israel, with the achievement of the dual promise, that of the open education to everyone without segregation and that of the prophet Isaiah (2, 4): «They will beat their swords into plowshares
and their spears into pruning hooks. Nation will not take up sword against nation,
 nor will they train for war anymore»
. As a proof, the adoption by the General Assembly in 2007 of the Israeli's initiative of aid to poor countries where drought and hunger wreak havoc as part of the ambitious UN «Millennium Development Goals»,  almost unanimously (118 votes with 29 abstentions, none against) – a once-in-a-time event in the annals of the UN. The aim of the Israeli proposal is, through the technological development in agriculture, to reduce hunger by 2015. The universality of our mission must therefore attract your attention. Zionism, now the United Nations' favorite target, has always wanted, beyond its aspiration to liberate the people of Israel from the millennium-old humiliation which he suffered, to be a light for all human-beings living in this planet, by fulfilling by its acts of aid to nations of the world, without distinction, the abrahamic blessing that you ought to know: «and all peoples on earth will be blessed through you» (Genesis, 12, 3).  I remind you the main part of Israel in this field, whether in Haiti after the 1-12-2010 earthquake; in Turquey  at the time of the 1999 earthquake, on the urging appeal of the Turkish Foreign Minister Ahmet Oguelu;  in Thailand at the time of the landing plane crash at Phuket on 9-16-2007 – Israel was lavish on his assistance to all countries that wished so, including Iran, on the express request  of its ambassador; to Thailand, Sri Lanka and Indonesia during the devastating 12-26-2004 tsunami;  or elsewhere, not to mention the aid discreetly granted to populations of countries having no diplomatic relations with Israel, considering only the human suffering wherever it is.

I accuse your words: «The United Nations will continue to support international efforts aimed at bringing an end to the occupation that began forty years ago, and achieving a two-state solution» (Pretoria 5-9-2007) to be a historical falsification.  To what occupation do you hint? These territories, annexed by the Jordanian forces (1948) without any opposition from the UN, came under Israeli control consecutively to the armed attack of Arab countries, returning to their true historic owners, in accordance with the decisions of the San Remo Conference (1920) that have not lost their legal force in the international field, since they were not repealed in plenary session.

I accuse the United Nations Organization to celebrate every year on November 29 (the partition plan for Palestine's anniversary) the «International Day of Solidarity with the Palestinian people», as decided by the UN General Assembly of 12-2-1977 (resolution 32/40 B), of 12-12-1979 (resolution 34/65 D), without forgetting its later resolutions on the question of Palestine. This date was chosen «because of its meaning and significance to the Palestinian people», for the reason that «Of the two States to be created under this resolution, only one, Israel, has so far come into being». This Memorial Day is willing to attract the attention of the international community to the fact that «the question of Palestine remained unresolved and that the Palestinian people are yet to attain their inalienable rights as defined by the General Assembly, namely, the right to self-determination without external interference, the right to national independence and sovereignty, and the right to return to their homes and property from which they had been displaced». Consequently, this celebration disregards the only reason why the Arab state which had to be born alongside the Israeli state has not yet emerged, sixty-three years after the UN decision, which is the repeated and constant refusal of Arab nations and first, the Palestinians, to recognize a non-Arab state  in the region. Was this rejectionist front ever denounced by your esteemed institution? Has the UN ever set a similar solidarity day with the Jewish people in Israel, bowed from the first moment that followed the decision of 11-29-1947, to repeated and constant attacks, to whom succeeded the attack of five Arab states, within the first hour following the British departure, on 5-15-1948?  Has it ever bothered to organize, under its aegis, parallel conferences and debates explaining Israel's position?

I accuse the United Nations of failing in its historic mission, that one which dreamed Eleanor Roosevelt and René Cassin, the emblematic drafter of the «Universal Declaration of Human Rights» who, besides their support for the Zionist cause, would have not, without a shadow of a doubt, endorsed this harmful deviation, making inroads each day a little more into the peace mission of yours, to whom worked its founders without failing.

I accuse your Organization's benevolence and dumbness, to be abetters of terrorism and Arab Palestinian revisionism. How Abou Mazen, author of a doctoral thesis  ascertaining the links between Zionism and Nazism from 1933 to 1945, enjoys a legitimate representation called «Palestine» in the United Nations  and a free pass, whereas he, Abou Mazen, non content with disclaiming the Jewish character of Israel,  on top of that, struggles hard to deny its existence?

I accuse the unconditional support you have shown for the cause of the Palestinian Authority, whose anti-Zionist and anti-Semitic charter, adopted in 1964, thus even before the Judea and Samaria territories' problem is raised, and amended in 1968, after the Six-Day War, declares the partition of Palestine in 1947 and the establishment of the State of Israel «null and void» (Article 19); the  goal of Palestine's liberation, which is to «purify» the country from any Zionist presence (Article 15); Jews as being «neither a people nor a nation» (Article 20)... Since there was to date no new charter approved and voted by the Palestinian parliament on the proposals amended by Yasser Arafat, the original charter of 1968 is still in force. Now, it pleads for the establishment of a Palestinian state which would be in favor of the idea of a «Judenrein» state, i. e. ethnically pure from Jews (Article 15). How the very noble United Nations Organization, which admitted the idea of a Jewish state alongside an Arab state (Partition Plan for Palestine - Resolution 181), combines its support for an entity leaning on theories in force during the Shoah («ethnic cleansing», Article 15), with the historical event of 1-27-2005 (special session of the Security Council to commemorate the sixtieth anniversary of the liberation of death camps)?  This council was followed each year by the International Day of Commemoration in memory of Holocaust victims.  Didn't you say that «Holocaust Survivors will not be with us forever ‑‑ but the legacy of their survival must live on»? How the United Nations combines his support for this entity that denies the very existence of the Jewish people as a nation («Jews are neither a people nor a nation», article 15), whereas the former Secretary General of the United Nations, Kofi Annan, decreed in the «IPR seminar on anti-Semitism» (6-21-2004): «The rise of anti-Semitism anywhere is a threat to people everywhere.  Thus, in fighting anti-Semitism, we fight for the future of all humanity»?  

I accuse the United Nations to participate in the de-legitimization of the State of Israel and, thus, to be guilty of violating human rights (whereas the state of Israel is the only democratic state respecting human rights in the region, the number of charges against him far exceeds those brought against states that publicly flout those rights) and to have repeatedly invited Iran's President Ahmadinejad not only in its chamber (19-9-2006, 23-9-2010) but also in Geneva, at the Durban II conference on 20-4-2009, where he was received with the full honors paid to a great statesman. How do you combine these «visits» with the Charter of the United Nations («We, the peoples of the United Nations determined to reaffirm faith in fundamental human rights, in the dignity and worth of the human person, in the equal rights of men and women and of nations large and small...» (Preamble), «All Members shall refrain in their international relations from the threat or use of force against the territorial integrity or political independence of any state, or in any other manner inconsistent with the Purposes of the United Nations» (Article 2)?

I accuse the United Nations to show indifference, benevolence and  complicity with respect to Arab nations, signatories of the Arab Charter on Human Rights (2004) (negotiated under the aegis of the Arab League and ratified in January 2008) as Algeria, Saudi Arabia, Tunisia, Yemen, including Egypt, which, sitting in the midst of the world's highest organization, make a point of joining the idea that was actually deemed bygone, that «…racism and Zionism… constitute a violation of human rights and a threat to international peace and security...» (Preamble).  The United Nations' indifference, their benevolence, their complicity towards Arab nations signatories of the Arab Charter of Human Rights are equally outrageous  towards African nations that on behalf of freedom  and dignity «undertake to eliminate Zionism»  as well as «colonialism, neocolonialism, apartheid» (Preamble to the African Charter on Human and Peoples). What connection can there be between Zionism, a return movement of the Jewish people to its homeland, with colonialism in all its forms, when people just despoil other peoples' land? The very word «Jew», whose meaning is «Judean», does leave a mark of its belonging to the ancient land of Judea. The word «Israeli» does confirm all the love of the Israeli people to their land.  Now how can anti-Zionist or even anti-Semitic nations sit at the United Nations, the highest global institution, but also practise their right to vote against Israel? This deplorable fact is, I think, in total contradiction with the United Nations' founders' intention, while Resolution 1339 abolished Resolution 1995, equating Zionism with racism. History will judge your willingness to ban these two racist and anti-Semitic charters, with this assimilation between Zionism and Apartheid in a state where minority rights are respected.  I can only remind you, as a citizen of Israel, that this principle of love, respect and dignity of the Other is inscribed in the very heart of the State of Israel's Declaration of Independence: «it (the state of Israel) will ensure complete equality of social and political rights to all its inhabitants irrespective of religion, race or sex; it will guarantee freedom of religion, conscience, language, education and culture; it will safeguard the Holy Places of all religions; and it will be faithful to the principles of the Charter of the United Nations»

I accuse the United Nations to try to perpetuate the Palestinian refugee problem. Whereas all the world's refugees come under the authority of the United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR), showing a significant success, UNRWA-supported Palestinian refugees enjoy a special status, advantaging the perpetuation process of the refugee camps and converting their rehabilitation in an outsider country, in an insoluble problem.

I accuse the United Nations to see Jerusalem only as an occupied colony but not as the unified and indivisible capital city, and an integral part of the Jewish state. Can 3000 years of Jewish presence in Jerusalem be annihilated? Jerusalem was the capital city of King David, the magnificent Psalms' author, the one of King Solomon, known for his proverbial wisdom, and many other kings after them, when Jerusalem was the Judea kingdom's capital city. How long did Jerusalem belong to any «Palestinian state»?  The term «Syria-Palestine» was only enforced by the Roman invaders after the Temple's destruction in AD 70, meaning that the Judea and Israel kingdoms' territory lost its independence and became a Roman province of Palestine; Palestine as it stands has never been an independent state and Jerusalem never was the capital city of any other kingdom than the David and Solomon's and the Judea and Israel kingdoms, nor of any other state than the modern state of Israel.  While under the Mandatory government, laws strictly regulated the presence of Jews at the Western Wall, their most sacred place of worship; while, under Jordan government, East Jerusalem was off limits not only to Israelis but also to Jews around the world,  for the first time since the liberation of eastern Jerusalem, the disciples of all religions, including the three major monotheistic religions, have free access to their respective places of worship, whereas full liberty of conscience is guaranteed by the Israeli government. How do you combine the contradiction between the Jerusalem City's status appointed by Resolution 181 calling for the establishment of a special international regime as a corpus separatum, Jerusalem being administered by the United Nations, and the terms of the General Assembly Resolution 64/185 (12-21-2009): «Stressing the need for respect and preservation of the territorial unity, contiguity and integrity of all of the Occupied Palestinian Territory, including East Jerusalem»

However, I would not deceive anyone about the intentions expressed in this letter. I by no means don't lay claim to officially represent the Jewish people, but I think I can say that the thirst for justice and equity enshrined in the Jewish people's ancient tradition leads us to believe that the United Nations is a foremost institution whose original intentions of democratization and freedom have been hijacked by many Arab and Muslim nations whose spirit of belligerence, more alive than ever, leaves no doubt about the abhorrent and revolting hatred  that you echo, betraying the wonderful message of hope whose prophets were Eleanor Roosevelt and René Cassin. 

We fear less the Nations' indictment than hypocrisy and lies, the worst enemies of democracy.

Mr. Secretary-General of the United Nations, I invite you to meditate on the Israel history, like the  phoenix rising from its ashes,on  the fraternal vision that leads our small state, the living embodiment of the Biblical prophets' spirit and on the sincere aspiration of its citizens to peace: «We extend our hand to all neighboring states and their peoples in an offer of peace and good neighborliness, and appeal to them to establish bonds of cooperation and mutual help with the sovereign Jewish people settled in its own land. The State of Israel is prepared to do its share in a common effort for the advancement of the entire Middle East». (Israeli Declaration of Independence).

Please accept, Mr. Secretary-General of the United Nations, the assurances of my highest consideration.

 

Chaim Ouizemann

 


Partager cet article
Repost0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 16:16

 

 

 

Chers Lecteurs,

 

Suite a cet article >ALERTE - Un cas de falsification de l'histoire dans le rapport sur la science publié par l'UNESCO.........encore !

Une pétition est lancée par europe-israel à laquelle Aschkel.info et Lessakele s'associent.

 

Nous ne pouvons pas ne pas réagir. et surtout nous ne pouvons pas ne pas agir !

Nous ne pouvons pas ne pas être vigilants face à ceux qui détournent, rayent d'un coup de crayon l'histoire millénaire du peuple juif.

Des malfaiteurs volent ou nient notre histoire pour nous déposséder de notre avenir !

 

 


 

 

 

 

Europe Israël et Aschkel.info lancent une grande pétition Européenne  contre les deux décisions iniques de l’UNESCO de retirer le Tombeau de Rachel et le Caveau des Patriarches du patrimoine culturel et historique juif pour en faire des lieux de cultes musulmans. Cette pétition demande également que soit rectifié dans le rapport « sur l’état de la science dans les Etats arabes par Adnan Badran » l’acte de pur révisionnisme que constitue l’appropriation de Maïmonide comme prétendu savant musulman alors qu’il est historiquement prouvé que Moïse Maïmonide était un des plus grands savants juifs de l’âge d’or espagnol, et reste un des Maîtres à penser du judaïsme. 

Pétition à Madame Irina BOKOVA Directrice Générale de l'UNESCO :

Madame la Directrice,

Le peuple Européen est stupéfait devant les mesures récentes prises par l'UNESCO concernant le Tombeau de Rachel et le Tombeau des Patriarches.
Que nous soyons laïcs, Chrétiens ou juifs, les deux décisions prisent par l'UNESCO sont choquantes pour l'ensemble du monde occidental Judéo-chrétien

Le peuple Européen s'allie aux diverses communautés juives afin de vous rappeler les points suivants:

1/ La demande 184 Ex 37 du Conseil Exécutif de l'UNESCO de retirer le Tombeau de Rachel et le Tombeau des Patriarches de la liste du patrimoine national israélien pour l'appeler "Mosquée de Bilal bin Rabah" est une décision inique, sans aucun fondement historique et outrageante pour l'ensemble du monde judéo-chrétien pour les raisons suivantes:
Le monument en question porte depuis des temps immémoriaux le nom de « tombeau de Rachel ». Les Juifs ne sont pas les seuls à l’appeler ainsi : dans l’histoire les chrétiens et les musulmans ne l’ont jamais appelé autrement !

En 1996, sans aucun fondement historique, religieux ouculturel est apparu pour la première fois l'appellation "« mosquée de Bilal bin Rabah ».

Le tombeau de Rachel a été attribué en exclusivité aux Juifs par le pacha de Jérusalem en 1615. Il a fait l’objet d’un achat par le dirigeant Juif anglais Moses Montefiore en 1841 aux autorités turques. C’est le même Moses Montefiore, qui par respect a construit un mihrab attenant au bâtiment. Le tombeau de Rachel est un lieu célèbre de pèlerinage pour les Juifs. Il ne représente rien de particulier pour les autres religions.

L’Unesco, en avalisant une dénomination idéologique et toute récente, s’associe donc à une entreprise négationniste visant à effacer la mémoire juive des lieux où leurs ancêtres ont vécu et prié depuis des millénaires.

2° La seconde mesure incompréhensible et outrageante est le choix de Téhéran pour la tenue du 23 au 25 novembre 2010 d’un colloque de philosophie sous l’égide de l’UNESCO.
Faire cet honneur à un gouvernement qui maintient son peuple dans un régime de terreur et de déni des droits élémentaires de la personne humaine, en particulier en ce qui concerne les femmes, qui s’agrippe au pouvoir après avoir truqué les résultats électoraux, qui menace continuellement d’anéantissement l’Etat d’Israël membre à part entière de l’ONU, est insupportable.
Quel est l’apport du régime iranien totalitaire à la réflexion philosophique ? La lapidation fera-t-elle partie des thèmes traités ?

Madame la Directrice Générale, l’UNESCO a été créée sur la base de belles et nobles ambitions. Il lui est arrivé dans le passé de faillir sous l’influence de pressions politiques en violant les impératifs de vérité à la base de toute éducation qui mérite ce nom.
Cela s’est traduit par la déclaration honteuse de 1974 sur le sionisme comme racisme. Aujourd’hui, de nouveau, l’UNESCO se trouve à la croisée des chemins.

L’éducation, le progrès et la philosophie méritent de puiser leurs exemples ailleurs que chez le régime iranien. Votre élection a été accueillie avec joie par les partisans de la démocratie et de la liberté. Que restera-t-il demain de ces espoirs ?

L'UNESCO sous la pression Occidentale vient enfin d'annoncer qu'elle ne se rendra pas à Téhéran. Mme BOKOVA vient donc enfin reculer face aux pressions Occidentales.

3/ Nous avons été stupéfaits en lisant le rapport sur l'état de la science dans les Etats Arabes rédigé par Adnan Badran de lire que "Entre 1100 et 1350, durant la première partie du Moyen Âge européen (1100-1543), les noms de quelques savants européens apparaissaient dans la littérature scientifique à côté d’un grand nombre de savants musulmans, parmi lesquels Ibn Rushd (Averroès), Moussa ibn Maïmoun (Maïmonide), Tousi et Ibn Nafis."

Est-il besoin de rappeler à votre honorable institution que Maïmonide était un des plus grands savants juifs de l’âge d’or espagnol, et reste un des Maîtres à penser du Judaïsme ?

Moïse Maïmonide(hébreu : הרב משה בן מימון   HaRav Moshé ben Maimon, acronyme ה) רמב »ם ) (Ha) Rambam ; arabe: أبو عمران موسى بن ميمون بن عبد الله القرطبي اليهودي
Abou Omrane Moussa ibn Maimoun ibn Abdallah al-Kourtoubi al-Yahoudi « Moïse fils de Maïmoun fils d’Abdallah le cordouan juif » ;grec:
Μωυσής Μαϊμονίδης Moyses Maïmonides) est un rabbin andalou du XII ème siecle.

Cette tentative de réécrire l'histoire en effaçant petit à petit 4000 ans d'histoire du judaïsme et par là du christianisme s'apparente à du révisionnisme.

Si l'UNESCO persiste dans cette voie il apparaitra clairement aux yeux du monde Occidental que cette institution est désormais sous la seule influence de l'Organisation de la Conférence Islamique. L'UNESCO perdra ainsi définitivement toute crédibilité et toute raison d'exister.

C'est pourquoi, le peuple Européen vous demande de retirer expressément ces diverses décisions, ainsi que de corriger l'erreur volontaire sur Maimonide.


-------------------------------------------------------------------------

Petition to Mrs Irina Bokova, General Director of Unesco

 

Europe Israel and Aschkel.info launched a petition against unjust decisions of Unesco to remove Rachel's tomb and the tomb of the Patriarchs from the Jewish cultural heritage and history to make them muslim places and worship.
The petition also requests that must be corrected in the report " on the state of sciences in the Arab States by Adnan Badran " the appropriation of Maimonides as alleged Muslim scholar . which is pure act of revisionism, as it is historically proven that Moses Maimonides was one of the greatest Jewish scholars of the Spanish Golden age and remains on the masters of Judaism thought .

Petition to Mrs Irina Bokova , General Director of Unesco

Madam ,

The European people are stupefied about the recent measures taken by Unesco , regarding Rachel's tomb and the tomb of Patriarchs.
Whether we are laic people , Christians or Jews , the two decisions taken by Unesco , are shocking for the entire Western Judeo Christian world.

The European people joins the various Jewish communities to remember the following points :

1/ The request 184 Ex 37 of UNESCO's Executive Board to withdraw the Rachel's Tomb and the Tomb of the Patriarchs from the Israeli National Heritage to call " Bilal Bin Rabah Mosque " is an unjust decision without historical basis, insulting the whole Judeo Christian world :
The monument has been named " Rachel's tomb " since immemoral times .
Jews are not the only one to call it : Rachel's tomb but also Christians and Muslim people during history .
In 1996 without , any historical , cultural or religious basis , appeared for the first time the name :" Bila Bin Rabah Mosque" .

Rachel's tomb has been attributed exclusively to the Jews by the pasha of Jerusalem in 1615. It has been a bid by the English Jewish leader Moses Montefiore in 1841 to Turkish authorities. This is the same Moses Montefiore, who out of respect built a mihrab adjacent to the building. Rachel's tomb is a famous place of pilgrimage for Jews. There is nothing special for other religions.

Unesco, endorsing an ideological and very recent name,is about to erase Jewish memory of the places where their ancestors lived and prayed for millennia.

2/ The second outrageous and incomprehensible measure is the choice of Tehran to hold the 23 to 25 November 2010 a symposium of philosophy under the auspices of UNESCO.
Honoring a government that keeps its people under a regime of terror and denial of basic rights of human beings, especially as regards women, a government which stays in power after faked election results, which threatens continually annihilation of Israel a full member of the UN, is unbearable.
What is the contribution of the totalitarian Iranian regime to philosophical reflection? Stoning will be part of the topics ?

Madam General Director , UNESCO was established on the basis of beautiful and noble ambitions. It happened in the past to fail under the influence of political pressure by violating the requirements of truth at the base of all education deserving the name.
This led to the shameful declaration of 1974 on Zionism as racism.Today, again, UNESCO is at the crossroads.

Education, progress and philosophy deserve to draw their examples from elsewhere that the Iranian regime. Your election was greeted with joy by advocates of democracy and freedom.What will remain tomorrow of those hopes?

3 / We have been amazed when reading the report on the state of science in the Arab States written by Adnan Badran to read that "Between 1100 and 1350, during the first part of the European Middle Ages (1100-1543), the names some European scholars appeared in the scientific literature next to a large number of Muslim scholars, including Ibn Rushd (Averroes), Ibn Moussa Maimoun (Maimonides), and Ibn Nafis Tousi. "

Is it necessary to remind your esteemed institution that Maimonides was one of the greatest Jewish scholars of the Spanish Golden Age, and remains one of the Masters to think of Judaism?

Moses Maimonides (Hebrew: הרב משה בן מימון HaRav Moshe ben Maimon, acronym ה) רמב "ם) (Ha) Rambam, Arabic: أبو عمران موسى بن ميمون بن عبد الله القرطبي اليهودي
Omran Abu Musa ibn Abdullah ibn al-Maimoun Kourtoubi al-Yahoudi "Moses son of Abdullah son of Maimoun the Cordovan Jewish, Greek Μωυσής Μαϊμονίδης Moyses Maimonides) is an Andalusian Rabbi XIIth century.

This attempt to rewrite history by erasing slowly 4000 years of history of Judaism and Christianity is nothing more than revisionism.

If UNESCO continues in this way it will appear clearly to the Western world that this institution is now under the sole influence of the Organization of Islamic Conference. UNESCO will finally lose all its credibility and reason to exist.

That is the reason why , the European people specifically ask you to withdraw these various decisions, and to correct the voluntary error made on Maimonides

Sincerely yours    

 


Partager cet article
Repost0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 06:47


 

 

Chers Lecteurs, cette lettre est libre de diffusion, à la seule condition de la reproduire en l'état, entière et sans y apporter une seule modification, sans autorisation de l'auteur et de la rédaction. texte protégé

Lien de l'article :http://www.aschkel.info/article-j-accuse-lettre-ouverte-a-monsieur-ban-ki-moon-secretaire-general-des-nations-unies-par-haim-ouizemann-62583087.html

Contact rédaction : ICI

Cette lettre est envoyée aujourd'hui 08/12/2010 d'Aschkélon-ISRAEL.

Merci – Aschkel et 'Haïm

 


Cette lettre, dans le contexte de mépris auquel est confronté Israël, se veut avant tout  un réquisitoire pour le rétablissement de la vérité et de la justice. Israël, le «capitaine Dreyfus» du Moyen-Orient et du monde, ne cesse d'être le bouc-émissaire de tous les maux et, de victime, est devenu pour la majorité des Nations, le bourreau. Nous ne pouvons accepter qu'un tel état de fait puisse perdurer.

Lettre ouverte à Monsieur Ban Ki-Moon,  Secrétaire général des Nations-Unies

Par Haïm Ouizemann

Pour © 2010 aschkel.info et © 2010 lessakele

 


J'ACCUSE…!


Monsieur Ban Ki-Moon,  Secrétaire général des Nations-Unies,

Qu'il me soit permis, eu égard à la singulière et suprême responsabilité qui vous échoit, celle de l'instauration et du maintien de la paix universelle, de vous exhorter à ne point ménager vos efforts afin que s'accomplisse la mission des Nations Unies d'encourager «le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinctions de race, de sexe, de langue ou de religion» (Art. 1 Charte des Nations unies). Le peuple juif n'oublie point le rôle majeur de l'Organisation des Nations Unies dans le vote en faveur d'un état juif aux côtés d'un état arabe le 29 novembre 1947 et l'intégration du tout jeune d'Israël en son sein le 11 mai 1949. Or, il s'est développé, depuis, un antisionisme et un antisémitisme qui rappellent le début du siècle dernier et frappent aveuglément l'Etat hébreu et ses citoyens juifs. Israël, nouveau «Dreyfus» du monde, demande justice pour à jamais bannir et abolir ce cancer qui attaque votre honorable institution. 

J'accuse les conclusions du rapport Goldstone, de cautionner de la manière la plus partiale qui soit le mouvement terroriste Hamas et dénoncer Israël comme étant la principale cause du déclenchement de l'opération «Plomb Durci», jetant le discrédit et la honte sur l'Organisation des Nations Unies.  Comment Israël, ce peuple «tison tiré du feu» (Zach. 3, 2) épris de paix, se retrouve-t-il une  fois encore sur le banc des accusés, alors  que, s'ils ne firent que très peu de victimes, les missiles du Hamas (plus de 530 au total) ne cessèrent de s'abattre pendant trois semaines consécutives sur Sederot, Ashkelon, Ashdod et Beer Sheva, porteurs de mort et de destruction?

J'accuse ce rapport qui restera comme une tache dans l'histoire des Nations-Unies. Le droit naturel d'autodéfense est  reconnu à chaque nation en vertu de l'article 51 (chapitre 7) de la Charte des Nations- Unies. Or, une étude s'appuyant sur les principes de neutralité et d'impartialité aurait dû prouver le bien-fondé du droit  d'Israël à répondre à  l'offensive du groupe terroriste Hamas et de ses pairs (Jihad Islamique, Brigades des Martyrs d'Al Aqsa, etc…) qui ne cessèrent d'attaquer Israël parallèlement à la deuxième Intifada (déclenchée en septembre 2000), et ce jusqu'au début de l'opération «Plomb Durci», contredisant, par delà même, les grands principes des fondateurs des Nations-Unies,  et brisant le peu de confiance qu'il nous restait à l'égard des Nations-Unies dont le rôle modérateur a été une nouvelle fois bafoué.

 

 Haim Ouizemann pour Aschkel.info et Lessakele

J'accuse cette machination vouée à délégitimer et à diaboliser l'Etat d'Israël. L’extrême précipitation de votre assentiment aux fausses conclusions de ce rapport infâme, sans l'esprit critique qui incombe pourtant à votre fonction de Secrétaire des Nations-Unies, ne peut laisser indifférent notre peuple d'Israël qui aspire depuis la nuit des temps à l'éradication de l'iniquité et à l'édification d'un monde empli de justice où les droits fondamentaux qu'il sied à chaque homme de mériter seraient enfin respectés. Notre peuple, fidèle  au  principe du respect de la vie de l'homme créé à l'image de D.ieu, n'a de cesse, à travers l'Etat d'Israël, de  réaliser  la double  promesse, celle de l'éducation ouverte à tous et à toutes sans ségrégation et celle du prophète Isaïe (2, 4): «ceux-ci alors de leurs glaives forgeront des socs de charrue et de leurs lances des serpettes; un peuple ne tirera plus l'épée contre un autre peuple, et on n'apprendra plus l'art des combats». Pour preuve, l'adoption par l'Assemblée générale, en 2007, de l'initiative d'Israël d'aide aux pays pauvres où sévissent la sécheresse et la faim, dans le cadre de l'ambitieux programme onusien «Objectifs de Développement du Millénium»,  à  la très large unanimité (118 voix pour et 29 abstentions, aucune voix contre)- fait unique dans les annales de l'Onu. L'objectif de la proposition israélienne consiste, grâce au développement de la technologie dans le domaine agricole, à réduire la famine d'ici 2015. L'universalité de notre mission ne doit donc point vous échapper.  Le sionisme, aujourd'hui la cible privilégiée des Nations-Unies, s'est toujours voulu, au-delà de son aspiration à libérer le peuple d'Israël de l'humiliation millénaire dont il fut victime, une lumière pour tous les êtres humains habitant cette planète, en accomplissant par son action d'aide aux nations du monde, sans distinction aucune, la bénédiction abrahamique que vous n'êtes point sans ignorer : «Et les familles de la terre seront bénies par toi» (Gen. 12, 3).  Je vous rappelle  la part essentielle d'Israël dans ce domaine, que ce soit à Haïti à la suite du séisme du 12 janvier 2010; en Turquie lors du tremblement de terre de 1999, à la demande pressante, le 18 août 1999, du Ministre des Affaires Etrangères turc Ahmet Oguelu;  en Thaïlande lors de l'écrasement d'un avion à l'atterrissage à Phuket le 16 septembre 2007 - Israël prodigua son aide à tous les pays qui le souhaitèrent, dont l'Iran, sur la demande expresse de son ambassadeur; en Thaïlande, Sri Lanka et Indonésie lors du tsunami dévastateur du 26 décembre 2004;  ou ailleurs, sans compter les aides discrètes accordées aux populations des pays n'ayant aucune relation diplomatique avec Israël, ne regardant que la détresse humaine où qu'elle soit.

J'accuse vos propos selon lesquels «L’Organisation des Nations Unies continuera d’appuyer les efforts déployés à l’échelle internationale pour mettre un terme à l’occupation qui a débuté il y a 40 ans et pour trouver une solution prévoyant l’existence de deux États» (Pretoria 9 mai 2007) d'être une falsification de l'Histoire.  A quelle occupation faites-vous allusion? Ces territoires, annexés par les forces jordaniennes (1948) sans nulle opposition de la part des Nations-Unies, sont passés sous contrôle israélien consécutivement à l'offensive armée des pays arabes, retournant ainsi à leur juste propriétaire historique, conformément aux décisions de la Conférence de San Remo (1920) qui n'ont rien perdu de leur force juridique sur le plan international, puisque non abrogées en réunion plénière.

J'accuse l'Organisation des nations-Unies de célébrer chaque année à la date du 29 novembre (date anniversaire du plan de partage de la Palestine) la «Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien», selon la décision de l'Assemblée Générale de l'ONU du 2 décembre 1977 (résolution 32/40 B), du 12 décembre 1979 (résolution 34/65 D), sans oublier ses résolutions ultérieures sur la question de la Palestine. Cette date a été retenue «en raison de sa signification particulière pour le peuple palestinien», car «Jusqu’à présent, des deux États qui devaient être créés en application de cette résolution, seul celui d’Israël a vu le jour.» Cette journée de commémoration veut attirer l'attention de la communauté internationale sur le fait que «la question de Palestine n’est toujours pas réglée et que le peuple palestinien reste privé des droits inaliénables que lui a reconnus l’Assemblée générale, à savoir le droit à l’autodétermination sans ingérence extérieure, le droit à l’indépendance et à la souveraineté nationales et le droit de retourner dans ses foyers et de récupérer ses biens». Cette célébration ne tient donc aucun compte du fait que, si l'état arabe qui devait naître aux côtés de l'état israélien n'a toujours pas vu le jour, soixante-trois ans après la décision de l'ONU, c'est à cause du refus constant et répété des nations arabes et, en premier lieu, des Palestiniens eux-mêmes de reconnaître un état non-arabe  dans la région. Ce front du refus a-t-il jamais été dénoncé par votre honorable institution? L'ONU a-t-elle jamais organisé une journée semblable de solidarité envers le peuple juif vivant en Israël, soumis dès le premier instant qui suivit la décision du 29 novembre 1947, à des attaques répétées et incessantes, auxquelles succéda, dans l'heure qui suivit le départ des Anglais, le 15 mai 1948, l'attaque de cinq états arabes?  A-t-elle jamais pris la peine d'organiser, sous son égide, des conférences et débats parallèles expliquant la position israélienne?

J'accuse l'Organisation des Nations-Unies de manquer à sa mission historique, celle même dont rêvèrent Eléonor Roosevelt et René Cassin, le rédacteur emblématique de la «Déclaration des Droits de l'Homme» qui, outre  leur soutien en faveur de  la cause sioniste, n'auraient, sans l'ombre d'un doute, aucunement cautionné cette déviation dommageable, entamant chaque jour un peu plus, la mission de paix qui est vôtre, à laquelle œuvrèrent sans faillir ses fondateurs.

 

 Haim Ouizemann pour Aschkel.info et Lessakele

J'accuse la complaisance et le mutisme de votre Organisation, complice du terrorisme arabe et du révisionnisme négationniste palestinien. Comment Abbou Mazen, auteur d'une thèse de doctorat établissant les liens entre sionisme et nazisme de 1933 à 1945, jouit-il d'une légitime représentation dénommée «la Palestine» au sein de l'Onu et d'un libre passer, alors même que ce dernier, non content  de  désavouer le caractère juif de l'Etat d'Israël, s'évertue de surcroît à  nier son existence ?

 

 Haim Ouizemann pour Aschkel.info et Lessakele

J'accuse le soutien inconditionnel que vous portez pour la cause de l'Autorité palestinienne dont la Charte antisioniste et antisémite, adoptée en 1964, donc avant même que ne soit soulevé le problème des territoires de Judée-Samarie, et amendée en 1968, après la guerre des Six-Jours, déclare le partage de la Palestine en 1947 et la création de l'État d'Israël «nuls et non avenus» (article 19); le  but de la libération de la Palestine, qui est de «purifier» le pays de toute présence sioniste (article 15); les Juifs comme n'étant «ni un peuple, ni une nation» (article 20)… Etant donné  qu'il n'y a pas eu à ce jour de nouvelle Charte approuvée et votée par le Parlement palestinien sur les propositions  amendées par Yasser Arafat, la charte initiale de 1968 est  toujours en vigueur. Or, celle-ci appelle à l'institution d'un état palestinien partisan de l'idée d'un état «Judenrein», épuré ethniquement (article 15). Comment la très noble Organisation des Nations-Unies, qui elle-même reconnut l'idée d'un état juif aux côtés d'un état arabe (plan de partage de la Palestine - Résolution 181),  concilie-t-elle son soutien à une entité s'appuyant sur des thèses («épuration ethnique», article 15) en vigueur pendant la Shoa, avec l'événement historique du 27 janvier 2005 (session extraordinaire du Conseil de Sécurité à l'occasion des soixante ans de la Libération des camps de la mort)?  Ce conseil fut suivi chaque année par la Journée internationale de commémoration en souvenir des victimes de la Shoah.  Vous-même avez déclaré que «Les survivants de l'Holocauste ne seront pas avec nous pour toujours, mais l'histoire de leur survie doit se perpétuer». Comment l'Organisation des Nations-Unies concilie-t-elle son soutien à cette entité qui nie l'existence même du peuple juif en tant que nation («les Juifs ne sont ni un peuple, ni une nation», article 15) alors que l'Ex-Secrétaire Général des Nations-Unies, Koffi Annan, décréta, lors du «DPI seminar on anti-Semitism»  (21  Juin  2004): «The rise of anti-Semitism anywhere is a threat to people everywhere.  Thus, in fighting anti-Semitism, we fight for the future of all humanity» («la recrudescence de l'antisémitisme constitue partout une menace en tout lieu… C'est pourquoi, combattre l'antisémitisme  équivaut à sauvegarder l'avenir de l'humanité entière»).

J'accuse l'Organisation des Nations Unies de participer à la dé-légitimation de l'Etat d'Israël et, de la sorte, de se rendre coupable de bafouer les droits de l'homme (alors que l'état d'Israël est le seul état démocratique respectant les droits de l'homme de la région, le nombre d'accusations portées à son encontre dépasse de beaucoup celles portées contre des états bafouant publiquement ces droits)  et d'avoir invité à maintes reprises le Président d'Iran Ahmadinejad non seulement en son hémicycle (19-9-2006; 23-9-2010) mais aussi à Genève, lors de la conférence Durban II, le 20-4-2009, où il fut reçu avec tous les honneurs d'un grand homme d'Etat. Comment conciliez-vous ces «visites» avec la Charte des Nations-Unies («Nous, membres des Nations-Unies, résolus à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites…» (Préambule); «Les Membres de l'Organisation s'abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l'emploi de la force, soit contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies» Article 2)?

 Haim Ouizemann pour Aschkel.info et Lessakele

J'accuse l'Organisation des Nations-Unies de faire montre d'indifférence, de bienveillance et de  complicité à l'égard de nations arabes signataires de la charte arabe des droits de l'homme (1994) (négociée sous l'égide de la Ligue arabe et ratifiée en janvier 2008) comme l'Algérie, l'Arabie Saoudite, la Tunisie, le Yémen, y compris l'Egypte, qui, siégeant au sein de la plus haute Organisation mondiale, se font un honneur d'adhérer à l'idée, que l'on croyait pourtant révolue, que «le racisme et le sionisme… sont deux formes d'atteinte aux droits de l'homme et… menacent la paix mondiale» (préambule).  L'indifférence des Nations-Unies, leur bienveillance, leur complicité à l'égard de nations arabes signataires de la charte arabe des droits de l'homme sont tout aussi scandaleuses à  l'égard de nations africaines qui au nom de la liberté  et de la dignité «s’engagent à éliminer le sionisme»  au même titre que «le colonialisme, le néocolonialisme, l’apartheid» (Préambule de la Charte Africaine des droits de l’Homme et des Peuples). Quel lien peut-il y avoir entre le sionisme, mouvement de retour du peuple juif sur sa terre ancestrale, avec le colonialisme sous toutes ses formes, où un peuple vient spolier la terre d'un autre peuple? Le seul mot de «Juif», dont la  signification est: «Judéen» ne marque-t-il pas son appartenance à l'antique terre de Judée? Celui d'«Israélite», ne contient-il pas tout l'amour du peuple d'Israël pour sa terre?  Or, comment des nations antisionistes, voire antisémites, peuvent-elles non seulement siéger à l'ONU, la plus haute institution mondiale, mais aussi user du droit de vote contre Israël? Ce fait déplorable est, il me semble, en totale contradiction avec le dessein des premiers fondateurs des Nations-Unies, alors que la Résolution 1339 abolit celle de 1995, assimilant le sionisme au racisme. L'histoire jugera de votre volonté à bannir de ces deux chartes racistes et antisémites, cette assimilation entre  sionisme et apartheid dans un état où les droits des minorités sont respectés.  Je ne peux que vous rappeler, en tant que citoyen d'Israël, que ce principe d'amour, de respect et de dignité de l'Autre est inscrit au cœur même de la Déclaration d'Indépendance de l'Etat d'Israël: «Il (l'état Israël) assurera une complète égalité de droits sociaux et politiques à tous ses citoyens, sans distinction de croyance, de race ou de sexe; il garantira la pleine liberté de conscience, de culte, d'éducation et de culture; il assurera la sauvegarde et l'inviolabilité des Lieux saints et des sanctuaires de toutes les religions et respectera les principes de la Charte des Nations unies». 

 

 Haim Ouizemann pour Aschkel.info et Lessakele

J'accuse l'Organisation des Nations-Unies de vouloir faire perdurer le problème des réfugiés palestiniens. Alors qu'en effet tous les refugiés du monde relèvent du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) enregistrant un succès certain, les réfugiés palestiniens, soutenus par l'UNRWA bénéficient d'un statut particulier favorisant de fait le processus d'éternisation des camps de réfugiés, transformant ainsi la question de leur réhabilitation dans un pays tiers insoluble.

 

 Haim Ouizemann pour Aschkel.info et Lessakele

J'accuse l'Organisation des Nations-Unies de ne voir Jérusalem que comme une colonie occupée et non comme la capitale indivisible et unifiée, partie intégrante de l'Etat hébreu. 3000 ans de présence juive à Jérusalem peuvent-ils être ainsi annihilés? Jérusalem fut la capitale du roi David, auteur des magnifiques Psaumes, du roi Salomon, connu pour sa sagesse proverbiale, et de tant d'autres rois après eux, quand Jérusalem fut la capitale du royaume de Judée. Depuis quand Jérusalem a-t-elle appartenu à un quelconque «état palestinien»?  Le terme de «Syrie-Palestine» ne fut appliqué par les envahisseurs romains qu'après la destruction du Temple en l'an 70, signifiant bien que le territoire des royaumes de Judée et Israël perdait son indépendance pour n'être qu'une province romaine, la Palestine en tant que telle n'ayant jamais constitué un état indépendant et Jérusalem n'ayant jamais été capitale d'un autre royaume que le royaume de David et Salomon et celui de Judée, ou d'un autre état que celui de l'état moderne d'Israël.  Alors que sous le gouvernement mandataire, des lois réglementent strictement la présence de Juifs au Mur de l'Ouest, leur lieu de culte le plus sacré; alors que, sous le gouvernement jordanien, Jérusalem-Est est interdite d'accès non seulement aux Israéliens mais aussi aux Juifs du monde entier,  pour la première fois depuis la libération de la partie Est de Jérusalem, les disciples de toutes les religions, dont les trois grandes religions monothéistes, ont un libre accès à leurs lieux de culte respectifs, la pleine liberté de conscience étant garantie par le gouvernement israélien. Comment conciliez-vous la contradiction entre le statut de la Ville de Jérusalem fixé par la Résolution 181 appelant à l'établissement d'un régime international spécial comme corpus séparatum, Jérusalem étant administrée par les Nations unies, et les termes de la Résolution adoptée par l'Assemblée générale 64/185 (21 décembre 2009): «l'unité, la continuité et l'intégrité de l'ensemble du territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, doivent être respectées et préservées»? 

 

 Haim Ouizemann pour Aschkel.info et Lessakele

Toutefois, Je ne voudrais point qu'on se trompe sur les intentions formulées dans cette lettre. Ma prétention ne saurait nullement être de représenter officiellement le peuple juif, mais je crois pouvoir dire que la soif de justice et d'équité inscrite dans l'antique tradition du peuple juif nous porte à penser que les Nations-Unies constituent une institution de premier ordre dont les intentions premières de démocratisation et de liberté ont été détournées par nombre de nations arabes et musulmanes dont l'esprit de belligérance, plus vivace que jamais, ne laisse point de doute sur l'odieuse et révoltante haine dont vous vous faites l'écho, trahissant en cela l'admirable message d'espoir dont Eléonor Roosevelt et R. Cassin furent les prophètes.

Ce n'est pas tant l'accusation des Nations que nous redoutons mais plutôt l'hypocrisie et le mensonge, les pires ennemis de la démocratie.

Monsieur le Secrétaire général des Nations-Unies, je vous invite à méditer sur l'histoire d'Israël, semblable au  phœnix qui renaît de ses cendres,  à la vision fraternelle qui conduit notre petit Etat, l'incarnation vivante de l'esprit des prophètes bibliques et à l’aspiration sincère de ses citoyens à la paix: «Nous tendons la main de l'amitié, de la paix et du bon voisinage à tous les Etats qui nous entourent et à leurs peuples. Nous les invitons à coopérer avec la nation juive indépendante pour le bien commun de tous» (Déclaration d'Indépendance d'Israël).

 Veuillez agréer, M le Secrétaire général des Nations-Unies, l'assurance de mon profond respect.

 

Haïm Ouizemann- Pour © 2010 aschkel.info et © 2010 lessakele

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 15:28

 

 

SOYONS VIGILANTS !

A diffuser.

 


 

 

A propos par Aschkel

 

ALERTE - Un cas de falsification de l'histoire dans le rapport sur la science publié par l'UNESCO.........encore !

 par Aschkel

Pour aschkel.info et lessakele.


 

Nous savons que L'Unesco vient de publier son rapport sur la science (publié tous les 5 ans).

Ici la version complête http://www.unesco.org/science/psd/publications/rapport_science.pdf

Ici la version sur l'état de la science dans les Etats arabes par Adnan Badran

http://www.unesco.org/science/psd/publications/etats_arabes.pdf

 

Adnan Badran qui a fait un travail remarquable au demeurant, ...mais j'ai été très choquée par une phrase de son rapport (début de la page 171) que voici :

 

 

Entre 1100 et 1350, durant  la première partie du Moyen Âge européen (1100-1543), les  noms de quelques savants européens apparaissaient dans la  littérature scientifique à côté d’un grand nombre de savants  musulmans, parmi lesquels Ibn Rushd (Averroès), Moussa ibn  Maïmoun (Maïmonide), Tousi et Ibn Nafis.

 

 

Le révisionnisme est à l'oeuvre partout, aussi bien dans des rapports tels que ceux de l'Unesco qui se doivent d'être irréprochables.

C'est ce genre de choses qui conduit a ce que cette hororable institution se fourvoie à déformer l'histoire et effacer 4000 ans d'histoire du peuple juif

 

 

 

 

voir les articles

 

AFFAIRE UNESCO

 

A l’attention de Madame Irina Bokova Directrice générale de l’UNESCO

Le tombeau de Rachel - lieu-saint juif et non une mosquée - Nadav Shragai

De l’UNESCO et ses majorités R. ROSSIN

Tombeau de Rachel - B.Netanyahou à Ban Ki Moon "N'effacez pas 4000 ans d'histoire et ne déformez pas des faits historiques simplement par intérêt "

 

Quand l’Unesco remonte le temps et change le passé sur 3000 ans??? Alain RUBIN

 

Tombeau de Rachel, colloque de philosophie à Téhéran : R.Prasquier du CRIF écrit a Irina

Bokova,la directrice générale de l’Unesco

 

Israël n'a pas rompu avec l'UNESCO, mais n'appliquera pas 5 de ses décrets.

 

Netanyahou attaque la décision de l’UNESCO

 

L'unesco déclare aussi Mosquée le tombeau des patriarches et le tombeau de Rachel-et le

Saint Sépulcre ?

La honte pour l'Unesco qui veut condamner Israel pour ses sites historiques.

L'OCI appelle l'UNESCO à enquêter sur l'annexion de sites "islamiques"

L'ONU veut faire annexer le tombeau des Patriarches et de Rachel par les Palestiniens

 

Quant à Monsieur Adnan BADRAN, ne vous en déplaise Maimonide était un des plus grands savants juifs de l'âge d'or espagnol, et reste un de nos maîtres à penser.
En tant que Jordanien vous savez lire l'arabe ?
Moïse Maïmonide(hébreu : הרב משה בן מימון HaRav Moshé ben Maimon, acronyme ה) רמב"ם) (Ha) Rambam ; arabe: أبو عمران موسى بن ميمون بن عبد الله القرطبي اليهودي
Abou Omrane Moussa ibn Maimoun ibn Abdallah al-Kourtoubi al-Yahoudi « Moïse fils de Maïmoun fils d'Abdallah le cordouan juif  » ;grecΜωυσής Μαϊμονίδης Moyses Maïmonides) est un rabbin  andalou du xii ème siecle (Cordoue,30 mars 1138http://fr.wikipedia.org/

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 21:47

 

 

L’ANTI ISRAELISME ONUSIEN A LA LUMIERE DE WIKILEAKS

 

L'anti-israélisme onusien à la lumière de Wikileaks    

Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

 

logojusticebertrand

 

Pour © 2010 lessakele et  © 2010 aschkel.info

Ce 30 novembre 2010, l’Assemblée Générale de l’Onu a adopté (à une majorité écrasante), six projets de résolutions portant sur la question palestinienne. Cette date n'est bien évidemment pas le fruit du hasard. Depuis les résolutions onusiennes 32/40 B (du 2 décembre 1977), 34/65 D (du 12 décembre 1979), et 60/37 (du 1er décembre 2005), le « 29 novembre » n'est autre que  la  « journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien » qui marque  l’anniversaire de la résolution 181, adoptée le 29  novembre 1947, plus connue sous le nom de « résolution sur le plan de partage de la Palestine en un « Etat juif »  et un Etat arabe », (Jérusalem étant placée sous un régime international spécial). Bien que cette résolution onusienne 181 ait, en son temps, été refusée tant par les pays arabes du Moyen Orient que par les populations arabes de la Palestine mandataire, le « 29 novembre » est devenu, grâce à un formidable tour de « passe-passe », l’occasion de  commémorer et d’imputer à Israël, ce qui est considéré comme « le drame » des palestiniens avec de multiples activités pour marquer cet évènement comme la publication de messages de solidarité, l’organisation de conférences, la diffusion de documents, d’ouvrages ou encore la projection de films…

Pour sa part, l’Organisation des Nations Unies s’est une nouvelle fois associée, ce 30 novembre 2010, à la « douleur palestinienne » en adoptant des résolutions identiques à celles déjà prises dans le passé, de nature à en perpétuer le symbole. Les deux premières résolutions confirment le soutien indéfectible de l’Onu à la cause palestinienne. Elles réaffirment les « droits inaliénables » du peuple palestinien ainsi que « la responsabilité permanente » de l'ONU dans le soutien au processus de paix au Moyen-Orient et à la solution à deux Etats, consistant en l'établissement de deux entités, l'une israélienne et l'autre palestinienne, coexistant pacifiquement. Par ailleurs, elle confirme le maintien de la Commission chargée de l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien et la division en charge des droits des palestiniens au sein du secrétariat de l'ONU. Bien évidemment, ces résolutions ne présentent aucun caractère de nouveauté puisque des résolutions similaires ont déjà été adoptées dans le passé (voir notamment Résolution 1515 du 19 novembre 2003).

Par ailleurs, les deux résolutions suivantes ne sont qu’une reprise des dizaines de résolutions de l’Onu qui condamnent, depuis des décennies, la politique de l’Etat hébreu et son emprise territoriale. Il en est notamment ainsi de la troisième résolution qui réaffirme « l'illégalité de l'occupation israélienne de la région controversée du plateau du Golan, situé le long de la frontière séparant Israël et la Syrie ». Une fois encore, rien de nouveau (sous le soleil) : cette résolution n’est qu’une reprise de la résolution 497 adoptée le 17 décembre 1981. De même, la quatrième résolution du 30 novembre 2010 annule et invalide une nouvelle fois les dispositions israéliennes prises au sujet de sa capitale « Jérusalem » (devenue capitale du peuple juif), en soulignant la nécessaire prise en compte «  des préoccupations palestiniennes et israéliennes » dans le cadre d’une solution globale, juste et durable ». De telles dispositions ont déjà été adoptées à de multiples reprises telle la résolution 298 du 25 septembre 1971, résolution 252,… celle 267 du 3 juillet 1969 dans laquelle le Conseil de sécurité censure « toutes les mesures prises par Israëlpour modifier le statut de Jérusalem », la 298 ou la résolution 478 du 20 août 1980 qui considère la Loi fondamentale sur Jérusalem du 20 août 1980 comme une violation du Droit international, thème encore repris dans la résolution 1073 du 28 septembre 1996….

Enfin, les deux dernières sont relatives à la solution de deux Etats et à la lutte contre ce qui est encore appelé « la colonisation israélienne en territoire palestinien ». Cette condamnation des colonies de peuplement est également récurrente telle la résolution 252 du 21 mai 1968, la résolution 446 qui considère que « les pratiques israéliennes consistant à établir des colonies de peuplement n’ont aucune validité en droit et font gravement obstacle à l’instauration d’une paix générale, juste et durable au Moyen-Orient », la résolution  452 qui « demande de cesser d’en établir », la 465 qui « demande aux autres Etats de ne fournir aucune assistance à Israël pour les colonies », la 607 qui « demande à Israël de ne pas expulser les palestiniens des territoires occupés », et la 608 qui déplore qu’Israël l’ait fait….

Le nouveau parti pris onusien contre Israël n’est en soi pas véritablement étonnant. Il a en revanche une portée toute différente à la lumière de la publication, le 28 novembre 2010, des câbles diplomatiques par Wikileaks. Celles-ci donnent un éclairage tout à fait intéressant sur la réalité des relations internationales comme la fourniture d’armes sophistiquées par la Syrie au Hezbollah (en dépit des protestations du gouvernement américain qui se révèle incapable de prendre des mesures de fermeté), l’absence de pressions américaines sur l’Egypte pour interrompre le trafic d’armements militaires à destination de la bande de Gaza, l’existence d’échanges commerciaux entre la Chine et l’Iran et la fourniture de produits et services susceptibles d’être utilisés dans la fabrication de missiles balistiques, ou encore la commercialisation indirecte par la France d’équipements sensibles à l’Iran… De même, et concernant l'Onu, on découvre qu'Israël a régulièrement fait montre de sa grande préoccupation relative à l’étroite collaboration entre certains fonctionnaires de l’Onu et …le Hamas ou le Hezbollah !

A la lumière des révélations de Wikileaks, on mesure à quel point l'Onu se discrédite en prenant des mesures partisanes anti israélienne tout en occultant la gravité des bouleversements qui menacent le monde. Les Nations Unies se sentent (à tort) une responsabilité dans le partage de la Palestine mandataire. Aussi, tente-t-elle d’en transférer le poids sur Israël par la condamnation systématique de sa politique d’implantation territoriale, la contestation de sa souveraineté sur sa capitale Jérusalem, la critique de ses aménagements du territoire en Cisjordanie. Ce faisant, et à la lumière  des accointances de fonctionnaires onusien avec les organisations terroristes, l’Onu devient progressivement un organisme tout à fait partial, véritable instrument de la délégitimation d’Israël, moteur du terrorisme palestinien, de l’antisionisme et de l’antisémitisme dans le monde, tout à fait contraire à ses objectifs. Notons que le discrédit vaut également côté palestinien qui déplore que les condamnations d’Israël ne soient pas suivies de mesures coercitives particulières et qu’elles restent d’une parfaite inefficacité sur le plan du Droit international…

Il serait donc grandement utile pour l'Onu de prendre la mesure des véritables causes de déstabilisation du monde et de la modification des équilibres stratégiques. Elle gagnerait alors à s’alléger du poids de sa (fausse) culpabilité en admettant que la création d’Israël n’a rien à voir avec la décision de 1947 mais participe d’un processus beaucoup plus ancien. L'Onu s'est fourvoyée en 1947 en imposant aux entités naissantes, un partage territorial de type colonial. Elle doit en tirer les leçons et se cantonner à son domaine qui est celui de favoriser le principe du droit des peuples à disposer d’eux même. Or tel est le cas des deux entités palestiniennes l'une à Gaza et l'autre sur les territoires de Cisjordanie qui ne relèvent pas de la souveraineté israélienne). Toutes deux disposent d’un gouvernement, d’un cadre institutionnel, d’un territoire et de capitales (Gaza et Ramallah). Que l'Onu s'en réjouisse et qu'elle reste étrangère à toute définition de l'implantation territoriale.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 11:30

 

 

Dossier Onu et Consorts

 

Le gouvernement du Canada ne participera pas à l’événement commémoratif de Durban

Ottawa, le 25 novembre 2010 – Le ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, M. Jason Kenney, a annoncé que le Canada ne participera pas aux activités marquant le dixième anniversaire de l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de Durban (DPAD) qui se tiendront en septembre 2011.

« Le Canada a été le premier pays à se retirer de la deuxième conférence de Durban, et il fera de même pour la troisième, a déclaré le ministre. Notre gouvernement n’a plus confiance dans le processus de Durban. Nous ne participerons pas à cet événement, qui commémore un ordre du jour favorisant le racisme plutôt que la lutte contre celui-ci. »

Le Canada a été le premier pays à annoncer qu’il ne participerait pas à la deuxième conférence de Durban, tenue en 2009. D’autres pays ont suivi cet exemple, dont les États‑Unis, l’Australie, Israël, le Royaume-Uni et la majorité de l’Union européenne. La position de principe adoptée par le Canada l’an dernier s’est avérée justifiée lorsque M. Mahmoud Ahmadinejad, le président iranien et seul chef d’État présent, s’est servi de la deuxième conférence de Durban pour annoncer son déni de l’holocauste ainsi que sa xénophobie.

Durban 2009, le plaidoyer d'Ahmadinejad visant à nier à Shoah et à promouvoir la haine d'un peuple

En décembre dernier, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution voulant la tenue d’une journée de séance plénière en septembre 2011 pour commémorer le dixième anniversaire de la première conférence de Durban organisée en 2001. L’Assemblée générale des Nations Unies en est à régler les derniers détails des activités.

« Le Canada ne participera plus à cette comédie, et le gouvernement du Canada n’acceptera pas que le pays prenne part à ce processus du bouc émissaire, que l’on nomme aussi processus de Durban, a déclaré le ministre. »

Source : Un watch

cyberpresse.

Merci Miche

Le ministre fédéral de l'Immigration, Jason Kenney.... (Photo: PC)

Agrandir

Le ministre fédéral de l'Immigration, Jason Kenney.

PHOTO: PC

La Presse Canadienne
Ottawa

Le ministre de l'Immigration, Jason Kenney, a indiqué que le Canada n'assisterait pas à une conférence des Nations unies sur le racisme, en septembre prochain, car cet événement sera, selon lui, une «mascarade» et un «festival de la haine».

La conférence, surnommée «Durban III», vise à souligner le 10e anniversaire de la rencontre de 2001 en Afrique du Sud, visant à mettre un terme au racisme.

Le Canada et plusieurs autres pays avaient quitté l'événement après que l'Iran et d'autres États eurent commencé à s'attaquer à Israël.

Le Canada a été le premier à quitter Durban II, l'an dernier à Genève.

M. Kenney a affirmé que l'Assemblée générale de l'ONU avait décidé de «répéter, et même aggraver les erreurs du passé» en tenant une rencontre commémorative l'an prochain à New York.

Il a ajouté que le gouvernement avait perdu foi dans le processus et que le Canada ne prêterait pas son nom à ce qu'il qualifie de «festival de la haine».

Le ministre a poursuivi en disant que le Canada était fortement engagé à combattre le racisme, mais que le processus de Durban commémorait un plan d'action qui faisait actuellement la promotion du racisme au lieu de le combattre.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 14:29

 

 

 

 

Logo le scandale des ONG-copie-1

ambisrael

 

 

A l’occasion d’un exposé inattendu, ‘Bob’ Berstein démolit les fondements même de l’organisation qu’il a lui-même établie, tout comme ses autres homologues de défense des droits de l’homme, les accusant de « défaillance morale » dans leur traitement à l’égard de l’Etat d’Israël. Il rendait compte, de retour d’une visite dans ce pays, de ses certitudes : « plus convaincu que jamais » des détériorations irrémédiables causées par les attaques répétées de Human Rights Watch envers Israël.

Parmi les principaux motifs de défaillance cités dans son discours :

« HRW et d’autres ont pris des positions sur le mur, les frontières, et l’occupation, il est donc difficile de séparer les questions de droits des questions politiques … dans leurs tentatives de faire ce qu’ils considèrent comme impartial, ils ne parviennent pas à reconnaître les vertus des nations qui ont eu un succès considérable en faisant de la Déclaration universelle des droits de l’homme une réalisation vraiment universelle »

Goldstone : HRW en a été, de loin, le plus grand partisan au Conseil des Nations Unies, invitant à faire des allégations de crimes de guerre contre Israël, fondées sur le présent rapport. [Goldstone]»

« Je ne crois pas que HRW ait répondu à de nombreuses analyses assumant la responsabilité des difficiles accusations de crimes de guerre portées par Goldstone allant également parfois jusqu’à défier d’autres rapports de HRW.  »

«  Un expert militaire travaillant pour HRW, qui semblait vouloir contester ces rapports, a été rejeté et se trouve actuellement,  je crois, totalement bâillonné. C’est l’antithèse de la transparence que HRW demande des autres »

« La méthode de HRW pour sauver les civils pendant une guerre est d’étudier après la guerre pour déterminer si les décès de civils étaient évitables ou non. Principalement par des entrevues avec des citoyens de Gaza, souvent accompagnés d’assistantes maternelles du Hamas. Croient-ils donc, en parlant à ceux qui ont vécu la guerre, qu’ils puissent déterminer si les décès de civils ont été justifiés ou non ? »

« HRW et d’autres, autant que je sache, ne prendraient pas position sur l’incitation à la haine parce qu’ils croient que cela interfère avec la liberté d’expression et que c’est un risque à prendre…Dans l’industrie de l’édition d’Arabie saoudite déverse nombre de manuels pour les jeunes enfants appelant les Juifs ‘singes et porcs’. Lorsque HRW est allé en Arabie Saoudite pour collecter des fonds, je doute que cela ait été discuté, mais ils peuvent nous dire si cela l’a été …»

•« Alors même qu’il devrait certainement y avoir un contrôle sur les forces démocratiques engagées dans la bataille, je me demande si les organisations des droits de l’homme sont à même de le mener …à moins qu’elles ne changent de méthodologie, d’attitudes … et deviennent plus responsables en termes de précision. »

Source : Observatoire des ONG

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 03:52

 

 

Par Alain Legaret

à bpi@unesco.org,
i.le-fournis@unesco.org,
s.williams@unesco.org

 

A l’attention de Madame Irina Bokova
Directrice générale de l’UNESCO

Madame,

La 185ème session du conseil exécutif de l’UNESCO vient de se tenir du 5 au 21 octobre 2010.
 
Lors de cette session, cinq décisions ont été adoptées concernant, je cite, “les Territoires palestiniens et arabes occupés”.

L’une de ces décisions considère, je cite encore, que l’Al-Haram Al-Ibrahimi/Tombeau des Patriarches à Al-Khalil/Hébron et la Mosquée Bilal Bin Rabah/Tombe de Rachel à Bethléem sont des sites palestiniens faisant partie intégrante des Territoires palestiniens occupés.

Je suis au regret de vous informer que les Territoires dont vous parlez ne sont pas et n’ont jamais été palestiniens, même si à force de répétition, ce mensonge est devenu vérité.
Afin d’en avoir confirmation, je vous invite à consulter n’importe quelle documentation sérieuse traitant de l’histoire et de la géographie de la région.
Les archives de l’Organisation des Nations Unis pour l’éducation la Science et la Culture pourront faire affaire, à moins que la bibliothèque de l’UNESCO ne soient composées “d’œuvres” comme le Protocole des Sages de Sion, ce que pourraient laisser croire les décisions de son conseil exécutif.   

Je tiens aussi par la présente à vous informer que le bâtiment situé 7 place de Fontenoy à Paris 7ème, ainsi que le bâtiment situé sur la 1ere avenue entre la 42e et la 48e rue à New-York sont des synagogues au même titre que la Tombe de Rachel est une mosquée.

Je vous demanderai donc de libérer au plus vite le siège de l’UNESCO à Paris ainsi que le siège des Nations-Unies à New-York afin que vous soyez en parfaite cohésion avec les décisions du conseil exécutif de l’UNESCO.

Je peux vous proposer d’aller vous installer du côté de Téhéran, ou bien alors du côté de Nuremberg, là où en 1935, le Reichstag décidait des premières lois antisémites amenant à la ségrégation et à la confiscation des biens du peuple juif.

Cordialement

Alain Legaret
  
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 16:23

 

Sur la forfaiture GOLDSTONE

Logo Goldstone


 

 

Révélations du 'Hamas - Israël avait raison. Goldstone a eu tort de croire sans réserve les mensonges du Hamas

 

 

 Le Hamas admet ce que nous savons tous - que les "policiers" étaient des terroristes 

Traduction de Fabien MIKOL

Pour aschkel.info et lessakele.



Source : elderofziyon

 "Extrait de Haaretz :

 

  

 C'était le 02 Novembre

"Le Hamas a confirmé pour la première fois le 02 Novembre qu'entre 200 et 300 membres de l'aile militaire de son organisation ont été tués au cours de l'offensive israélienne dans la Bande de Gaza à la fin de l'année 2008, selon la radio israélienne.
   

Israël a lancé l'opération Plomb fondu en décembre 2008 afin de juguler les lancements de missiles depuis le territoire palestinien vers les communautés du sud d'Israël. Immédiatement après l'opération, le Hamas avait rapporté que moins de 50 de ses hommes avaient été tués.
   

Le ministre de l'Intérieur du Hamas, Fathi Hamad, qui était confronté à ces chiffres lors d'une interview avec le journal londonien arabophone Al-Hayat, a dit que les dénommés "officiers de police" tués au cours du premier jour de l'opération étaient en réalité 250 combattants du Hamas, et que 150 "personnels de sécurité" avaient été tués en surplus.
   

La radio israélienne a indiqué que ces chiffres s'accordaient avec ceux initialement rapportés par le porte-parole de Tsahal immédiatement après l'opération, et qui avaient été démentis par le Hamas."
   

L'introduction du Haaretz est légèrement égarante, car le Hamas admet que 250 de ses membres ont été tués lors du premier jour de Plomb fondu (la réponse israélienne à la propre opération du Hamas dénommée "tache d'huile") - mais le nombre total de militants du Hamas tués durant la guerre est bien plus important.
   

Le site internet de la branche al-Qassam du Hamas a régulièrement listé ces centaines de "policier" comme "martyrs" des Brigades al-Qassam, ce que nous avons documenté depuis avril 2009.

 

 

 

 

 

logo Meir AMIT

terrorism-info


En analysant les faits

Merci au Dr Reuven Erlich et son équipe


Fathi Hamad, le ministre de l'Intérieur de 

 

l'administration du Hamas, a avoué que 700  

 

membres des forces de sécurité du Hamas  

 

ont été tués pendant l'Opération Plomb Durci.

 

 

 

 

 

Ce nombre, conforme à l'examen effectué par 

 

Israël, est significativement plus élevé que  

 

les données chiffrées biaisées communiquées  

 

dans le passé par le Hamas et utilisées par le  

 

Rapport Goldstone pour diffamer Israël.



Hamas-plomb-durci.png

 

 

 

 

 

 

 

Le ministre de l'Intérieur Fathi Hamad (Photo d'archives publiée dans le quotidien du Hamas Felesteen, 

 

1er novembre 2010)

 

 

 

Le nombre de membres du Hamas tués au cours de 

l''Opération Plomb Durci selon Fathi Hamad, 

ministre de l'Intérieur de l'administration de facto 

du Hamas

 

 

2. Fathi Hamad a répondu aux allégations [des rivaux du Hamas] selon lesquelles son organisation n'a pas joué de rôle majeur dans le combat avec les Israéliens pendant l'Opération, et en vertu desquelles ce sont les Gazaouites eux-mêmes qui ont gagné la guerre et qui en ont payé le prix, tandis qu'Israël a enregistré peu de pertes.

 

3. En réponse à ces allégations, Fathi Hamad a répondu : "On dit que le peuple [palestinien] est celui qui a été touché par la guerre, mais le Hamas ne fait-il pas partie de ce peuple ?

C'est un fait que le premier jour de la guerre, Israël a frappé le commissariat central et a tué 250 membres du Hamas ainsi que des factions diverses, en plus des 200-300 activistes des Brigades [Izz al-Din] al-Qassam. Par ailleurs, 150 membres de la sécurité [cf., membres des forces de sécurité interne] ont été tués, et le reste, du peuple [cf.,des civils]..."

 

 

 

الذي هو غزة في الشعب وإنما الإسرائيليين تواجه لم الأخيرة غزة حرب في "حماس" أن من يتردد وعما

الذي الشعب إن يقولون" :أجاب جداً، محدودة آانت (إسرائيل) خسائر وأن الحرب، هذه ثمن ودفع انتصر

للحرب، الأول اليوم في انه ثم الشعب؟ هذا من جزءاً حماس نحن ألسنا لكن الحرب، هذه من تضرر

بالإضافة المختلفة، والفصائل حماس من وهؤلاء شهيداً 250 وسقط الشرطة مقار إسرائيل استهدفت

،.."الشعب من والباقي أمنياً عنصراً 150 و القسام آتائب من استشهدوا عنصر 300 إلى 200 نحو إلى

 

Texte original de l'interview dans laquelle Fathi Hamad fait référence au nombre 

d'activistes du Hamas tués dans l'Opération Plomb Durci (Quotidien du Hamas 

Felesteen, 1er novembre 2010)

 

Selon nous, ceci est un écho de la rivalité entre le Hamas et les organisations terroristes rebelles à son autorité au sujet de leur participation dans l'Opération Plomb Durci. Interviewé par Al-Hayat au Caire le 30 octobre, Mahmoud Al-Zahar a déclaré que ceux qui tirent des roquettes de la bande de Gaza "se rebellent contre leurs propres factions".

Il a ajouté que les organisations n'ont pas tiré une seule balle pendant l'Opération Plomb Durci et qu'elles essayent maintenant de se "vendre" en tirant des roquettes de la bande de Gaza en violation de la politique en vigueur.

 

Comparaison des données révélées par Fathi 

Hamad et de celles présentées par Israël et le 

Hamas dans le passé

 

4. Selon les données fournies par Fathi Hamad, pendant l'Opération Plomb Durci, 700 membres des forces de sécurité militaire du Hamas et des autres organisations terroristes ont été tués. La plupart d'entre eux étaient membres des Brigades Izz al-Din al-Qassam et des autres forces de sécurité, considérées par le Hamas comme une partie intégrante de son appareil militaire. Ce total concorde avec les conclusions de l'establishment de la défense israélienne, sur lesquelles sa réponse au Rapport Goldstone, rédigée par le Centre Meir Amit d'Information sur les Renseignements et le Terrorisme, est fondée.

 

5. Selon les conclusions de l'état major de la défense israélienne, pendant l'Opération Plomb Durci, 1166 Palestiniens ont été tués. 609 étaient des terroristes, membres de la branche armée du Hamas et de ses forces de sécurité. 100 autres étaient membres des autres organisations terroristes impliquées dans le combat. Le nombre total de terroristes tués s'élève ainsi à 709 (environ 60 % du nombre total des morts). Sur les 709 terroristes tués, 232 étaient membres des forces de sécurité internes du Hamas. Selon l'examen israélien, la plupart des 457 pertes humaines non définies comme terroristes étaient des civils non-combattants. La majorité d'entre eux ont été tués par erreur. L'identité de certaines des pertes humaines incluses dans ce nombre n'a pas pu être confirmée.

 

6. Le nombre de Palestiniens tués au combat révélé par Fathi Hamad est plus élevé que celui précédemment annoncé par les porte-parole du Hamas ou les ONG palestiniennes opérant dans la bande de Gaza. Ainsi :

 

A. À la fin de l'Opération Plomb Durci, le porte-parole des Brigades Izz al- Din al-Qassam, Abu Obeida, a affirmé que 48 membres des Brigades

avaient été tués au combat, que 80 soldats de Tsahal avaient tués et 980 autres personnes avaient été blessées (nombre inventé). Ces chiffres erronés visaient à glorifier la "victoire" présentée comme telle par le Hamas (Site Internet des Brigades Izz al-Din al-Qassam, 20 janvier 2010). Six mois plus tard, Khaled Mashaal, le chef du bureau politique du Hamas, a reconnu que les Brigades Izz al Din al-Qassam et la police du Hamas avaient perdu "400 chahids" (Al-Quds, 20 juin 2010).

 

A ce sujet, voir notre article de Mars 2010 intitulé “Hamas et caractère de la menace terroriste de la bande de Gaza. Conclusions du Rapport Goldstone face aux constatations factuelles,” à l'adresse Hamas et caractère de la menace terroriste de la bande de Gaza: conclusions du Rapport Goldstone face aux constatations factuelles

 

 

B. Des organisations des droits de l'Homme palestiniennes opérant dans la bande de Gaza (PCHR, Al-Mezan, Tawthiq), dont les données ont été utilisées par le Rapport de Goldstone pour diffamer Israël (Voir ci-dessous) ont affirmé que seul un Palestinien tué sur cinq était un "combattant". Le nombre total de Palestiniens tués pendant l'Opération Plomb Durci, selon les organisations des droits de l'Homme, se situait entre 1417 et 1444.

Ainsi, selon leur calcul, le nombre de "combattants" tués est de 285. Ce nombre est largement moins élevé que celui récemment donné par Fathi Hamad.

 

Pour quelle raison le Hamas admet-il à présent le nombre réel de victimes ?

 

7. Pendant l'Opération Plomb Durci, le Hamas a employé une politique consistant à dissimuler le nombre réel de ses membres tués par Tsahal. Cette politique a été mise en oeuvre afin de minimiser la démoralisation des terroristes et des résidents de Gaza, et de renforcer le message (faux) selon lequel Israël dirigeait délibérément ses actions militaires contre les civils. Le Hamas a également utilisé PALDF, son principal forum Internet, pour interdire aux internautes, conformément à la politique des organisations terroristes dans la bande de Gaza ("la résistance jihadiste"), de publier des photos, des noms ou des informations sur "les résistants" tués ou blessés jusqu'à la fin de "l'agression" israélienne dans la bande de Gaza. Dans le cadre de cette politique, des enterrements officieux et improvisés (et parfois secrets) d'activistes tués au combat ont également eu lieu.

 

8. Cette politique consistant à mentir sur le nombre réel de pertes humaines au sein des activistes et à publier des nombres exagérés sur les pertes humaines civiles s'est poursuivie après l'Opération Plomb Durci (qualifiée "d'holocauste de la bande de Gaza" par la propagande pro-Hamas). Le nombre peu élevé d'activistes donné comme tués a également permis de minimiser, voire dissimuler, l'importance du coup assené à la branche armée du Hamas et de corroborer le "mythe de la victoire" que le Hamas a commencé à brandir une fois le combat fini.

 

9. Au niveau du Hamas, il semble que cette politique se soit avérée superflue après la publication du Rapport Goldstone, considéré par le Hamas comme un accomplissement significatif. Les considérations justifiant l'application de cette politique ont été revues alors que le Hamas a eu à prouver que ses forces ont joué un rôle majeur pendant l'Opération Plomb Durci, et que c'est bien le Hamas qui a subi les principales pertes humaines (réfutant ainsi la réclamation de ses adversaires selon laquelle "le peuple de Gaza" et non le Hamas a porté le fardeau du combat). Dans ces circonstances, le ministre de l'Intérieur Fathi Hamad a révélé, pour la première fois, le nombre réel de membres du Hamas tués, qui, on l'a vu, corrobore les conclusions de l'enquête de l'establishment militaire israélien.

 

 

Utilisation des nombres biaisés du Hamas, fournis par les ONG palestiniennes à la Commission Goldstone, pour diffamer Israël

 

10. Le fait de minimiser le nombre de terroristes appartenant au Hamas et aux autres organisations terroristes tués dans l'Opération Plomb Durci, en exagérant le nombre de civils tués, a servi le Hamas et ses partisans face aux membres de la Commission Goldstone. Les données faussées du Hamas ont été reprises par Goldstone tant directement que via les organisations des droits de l'Homme opérant dans la bande de Gaza, incitant la Commission à adopter une position anti-israélienne.

 

11. Selon le Rapport Goldstone, d'après les statistiques des ONG palestiniennes, seule une victime sur cinq était un "combattant" [cf., un terroriste]. Cela a provoqué, selon le Rapport, "des préoccupations très sérieuses" sur la façon dont Israël a mené des opérations militaires à Gaza. 

4 La conclusion (basée sur les données déformées), selon laquelle le nombre de pertes humaines civiles dans l'Opération Plomb Durci était relativement élevé, a permis à la Commission Goldstone de se doter d'un outil supplémentaire par lequel dénigrer Israël. "Les préoccupations sérieuses" notées par le Rapport visaient à soutenir la thèse cardinale selon laquelle l'Opération Plomb Durci n'était pas une opération légitime puisque les civils de la bande de Gaza et non les organisations terroristes étaient ses cibles principales.

 

12. Selon les conclusions de l'examen effectué par l'état major de la défense israélienne, aumoins 60 % des pertes humaines de l'Opération Plomb Durci étaient des activistes membres des forces militaires et sécuritaires du Hamas ainsi que des autres organisations terroristes. La relation entre terroristes et civils dans le territoire de Gaza dominé par sa forte densité, renforce l'affirmation israélienne (rejetée par le Rapport Goldstone) quant à l'effort méthodique réalisé par Tsahal afin de réduire les préjudices causés aux civils palestiniens, alors que le Hamas menait son combat depuis

les quartiers résidentiels (donnée encore plus remarquable au vu de la comparaison du déroulement des combats à Gaza avec celui d'autres pays où le pourcentage de victimes civiles est bien plus élevé).

 

Fathi Hamad admet que des membres du Hamas et des autres organisations terroristes se trouvaient au siège de la police

 

13. Dans l'entretien à Al-Hayat, Fathi Hamad a admis que le premier jour de la guerre, quand Israël a frappé le commissariat central du Hamas, 250 des tués étaient membres du Hamas et des autres organisations terroristes. Ce chiffre correspond aux informations israéliennes selon lesquelles des membres des Brigades Izz al-Din al- Qassam servaient également dans les rangs de la police et des autres forces de sécurité internes de l'administration de facto du Hamas, avant et pendant l'Opération Plomb Durci.

 

14. Selon des informations fiables, incluses dans la réponse du Centre Meir Amit au Rapport Goldstone, le Hamas ne fait aucune distinction entre ses forces de sécurité militaires et internes et a simplement compté les tués, indépendamment de leur appartenance aux

Brigades Izz al-Din al-Qassam, à la police ou à la sécurité interne. 5 Les remarques de Fathi Hamad prouvent qu'il y avait des terroristes dans le commissariat central appartenant au Hamas et aux autres organisations, renforçant de fait la position israélienne.

 

15. L'interview de Fathi Hamad sape la validité de la conclusion du Rapport Goldstone selon laquelle la police du Hamas est un corps entièrement civil dont la tâche consiste à mettre en application l'ordre public et à protéger "le front intérieur". Sur la base de cette conclusion erronée, le Rapport Goldstone vilipende Israël pour avoir frappé des installations policières, et affirme que les 248 policiers qui ont été tués dans l'Opération n'étaient pas des combattants, mais plutôt des civils.

Le Rapport note également que les autres forces de sécurité étaient également civiles, à l'exception du service de sécurité nationale dont les membres sont mentionnés comme "des combattants" parce qu'ils ont reçu des missions militaires concrètes.

 

Ainsi, le Rapport Goldstone a adopté la position (biaisée et fausse) des "autorités de Gaza" (cf., le Hamas) qui affirme que les forces de sécurité étaient civiles.

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories