Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 12:49

Par Israel Boccara 





 

SHABBAT SHALOM - שבת שלום

 

 

Deuxième Chabbat de Hannouca שבת שני של חנוכה

  

PARACHA MIQETS  מקץ


Genèse CHAP. XLI Verset 1 au CHAP.XLIV Verset 17


 



 

Joseph interprète le rêve de pharaon.
Peinture contemporaine d'Anne de Vries, Pays-Bas.
(source: perso.wanadoo.fr/maurice.lamouroux)


Deuxieme Sépher

Nombres CHAP. VII Verset 54 au CHAP.VIII Verset 4

 

   

HAPHTARA VAYAAS 'HIROUM   ויעש חירום

  Rois I CHAP. VII, 41 > 51

 

Entrée Shabbat  JERUSALEM 

16H02

 

 

Sortie Shabbat JERUSALEM
17H19

 
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 12:35
Mikets
Genèse 41, 1 - 44, 17

L'emprisonnement de Joseph s'achève finalement lorsque Pharaon fait un songe : il est au bord du fleuve, sept vaches décharnées y dévorent sept vaches belles et grasses. Puis un second : sept épis de blé maigres et brûlés y avalent sept épis sains et pleins. Sur le conseil de l’échanson, Joseph est alors appelé auprès de pharaon et interprète les deux rêves. Sept années d’abondance, annonce-t-il, seront suivies par sept années de famine. Joseph recommande que pendant les sept premières années le blé soit amassé et entreposé sous la possession du pharaon. Ce dernier le nomme alors gouverneur de toute l ‘Egypte. Joseph épouse Assenate, la fille de Potiphar, qui lui donne deux fils, Manassé et Ephraïm.

La famine s’étend on ne peut plus obtenir de nourriture qu’en Égypte. Jacob craignant pour Benjamin, il le garde auprès de lui. Ce sont donc les dix autres frères de Joseph qui descendent en Egypte pour y acheter du grain. Joseph les reconnaît (contrairement à eux) et les accuse d’être des espions : les frères protestent de leur bonne foi en évoquant leur père et leur jeune frère. Joseph leur demande de revenir avec Benjamin pour prouver la véracité de leurs propos. En attendant Chimone est retenu en gage. Sur le chemin du retour, ils découvrent que l’argent payé en échange du blé a été mystérieusement restitué.

Jacob n’accepte le départ de Benjamin qu’après que Judah se soit porté garant de son retour. Cette fois, Joseph les reçoit avec affabilité, relache Chimone et les invite à un dîner solennel dans son palais. Malgré son émotion, il continue de leur cacher son identité et fait mettre sa coupe d’argent dans le sac de Benjamin. Quand les frères prennent la route du retour le lendemain ils sont poursuivis, fouillés et arrêtés après la découverte de la coupe. Joseph refuse d’entendre les arguments de Judah : il laisse libre les dix frères et retiendra Benjamin qui sera son serviteur.

Source : http://www.fr.chabad.org/ 




LA SIDRA DE MIKETS  




Le Thème principal de notre Sidra a pour propos  les songes. La Bible attribue une certaine importance  aux songes. Les visions sont quelquefois significatives et servent de moyen de communication avec D.

La talmud à son tour  précise à ce sujet : «  Quoique j’aie caché  ma face à Israël, je veux communiquer avec lui par des songes »  (Haguiga,5b) Quant à leur interprétation, elle est le privilège des gens inspirés. La Bible nous fournit  une illustration de cette affirmation. Dans plusieurs  cas qu’elle relate. Le premier cas de communication avec D à travers un songe concerne le patriarche Jacob. Nous voyons Jacob attacher autant d’importance à son rêve qu’à toute autre révélation divine. Il avait l’habitude de communiquer avec D. de différentes manières et ne se méprenait guère sur le sens de ce qui lui avait été confié.(Genèse XXVIII, 12-15 )

Le deuxième cas est celui de Joseph qui ne doute pas de la véracité de ses songes  tandis que Jacob ne semble pas leur accorder toute l’importance voulue. Le Midrache Tanhouma  dit « Joseph n’a été vendu qu’à cause d’un rêve … et  n’est arrivé au pouvoir que grâce à  un songe »

Cependant, le pouvoir d’interpréter un songe n’est pas le lot de tout un chacun. Seuls les personnes  dépourvues d’inspiration divine n’arrivent pas à découvrir le sens caché des songes. C’est le cas de Pharaon  qui a recours aux interprètes. La conduite de Pharaon soulève beaucoup de questions et particulièrement celle-ci : Pourquoi le roi d’Egypte rejette t-il d’emblée l’interprétation des mages tout- puissants et accepte sans hésitation celle de Joseph ? Abravanel estime « que celui qui voit un songe révélateur se trouve momentanément sous l’effet de l’inspiration divine, mais il est impuissant, au réveil, de réaliser les images et les symboles. Ce n’est qu’une interprétation juste qui a le don d’éveiller en lui des réminiscences et de lui rappeler ainsi ce qu’il semble avoir oublié »

On peut compléter cette  analyse d’Abrabanel en disant que Pharaon a été impressionné par la force de persuasion qui émanait des paroles de Joseph. Il admirait aussi en Joseph la force de ses convictions et de sa vérité. Joseph avait compris l’angoisse de Pharaon , qui est à l’origine de ses rêves. Cette angoisse avait pour origine l’obsession provoquée par la phobie de  vivre une année sans le débordement du Nil duquel dépend la vie des Egyptiens. Par conséquent il  avait remarqué en Joseph  quelque chose de rare et de précieux qui conférait à l’entourage un sentiment d’harmonie et surtout de sécurité.

Dans un commentaire rédigé par Madame Krakowski , cette dernière écrit : «  Le rêveur et l’homme d’action représentent deux contrastes, deux oppositions radicales. Le premier reste insensible aux réalités quotidiennes ; les intempéries de la vie n’arrêtent pas l’élan de son esprit et ne l’empêchent pas de viser très haut. Le deuxième ne fixe ses racines que dans le monde du réel ; c’est en lui qu’il puise son courage et c’est à lui qu’il consacre le meilleur de son effort. Ces deux genres de personnes adoptent d’une façon générale des voies diamétralement opposées et n’arrivent pas à trouver un langage commun. »

« C’est cependant une vérité incontestable que le rêve est à la base de tout progrès, le promoteur par excellence de la  réalité en marche. Sans rêves et sans rêveurs nous demeurerions encore, à l’heure actuelle, au pénombre des temps reculés, à l’état des êtres primitifs. »

 Le cas de Joseph ne rentre pas dans le cadre de l’analyse de Madame Krakowski pour la simple raison qu’il  parvenait à conjuguer en lui  deux structures mentales tout à fait antinomiques. D’un côté, Joseph avait un caractère de rêveur et de l’autre, il avait un sens aigu de la réalité qui l’aidait à découvrir le réel dans les chimères. C’est parce qu’il avait réuni en sa personne ces deux  éléments inconciliables qu’il parvenait à avoir une claire vision de l’avenir.     

Pour nous aider à comprendre  la raison pour laquelle Pharaon est satisfait de l’interprétation  de Joseph, on peut citer le principe, émis par Rabbi Eléazar et énoncé par la Guémara, concernant l’interprétation des rêves : « tous les  rêves se réalisent selon leur interprétation » ( Bérakhoth 55b )

Cependant s’il en est ainsi pourquoi seule l’interprétation de Joseph s’est-elle réalisée et pas celle des mages égyptiens ?  Le Midrache Rabba nous propose une mise en pratique du principe de Rabbi Eléazar : «  Il arriva une fois qu’une femme vint chez Rabbi Eléazar en disant : «  J’ai vu en rêve  que la poutre supérieur de ma maison s’était fendue » .Il lui répondit « Tu concevras un enfant mâle, bien constitué ». Elle s’en alla, et il en fût ainsi – ayant refait le même rêve- elle revint, une autre fois, afin de l’exposer à Rabbi Eléazar. Trouvant les disciples de ce dernier assis sans leur maître, elle leur demanda «  Où donc est votre maître ? ». « Expose-nous ton désir et nous y répondrons » lui répliquèrent-ils. « J’ai vu en rêve, leur raconta-t-elle, que la poutre de ma maison s’est fendue ». « Cette femme, affirmèrent-ils enterrera son mari » En les quittant, elle explosa en  lamentations. Rabbi Eléazar entendant son ces plaintes, les questionna… Ils lui avouèrent la chose. « Et bien, leur reprocha-t-il, vous venez de causer la mort d’un homme… Tous les rêves dépendent de leur interprétation. 

Ce midrache évoque un principe psychologique moderne à savoir  l’influence mutuelle entre le psychique et le somatique. Lorsque Rabbi Eléazar annonce à la femme qu’elle mettra au monde un enfant mâle et bien constitué, il a fait ancrer cette idée qui a fait abdiquer à cette femme son libre arbitre. Désormais elle se laissera mener et imprégner par l’explication du rêve prémonitoire. D. dans son respect du libre arbitre, qu’il a accordé à l’être humain , laissera les événements se réaliser conformément à l’interprétation.

En ce qui concerne Pharaon , l’interprétation des devins égyptiens ne lui a pas supprimé son libre arbitre. Il a gardé son sens critique, c’est ce que le midrache veut dire en précisant : « Leurs voix n’entraient pas dans ses oreilles » On ne peut pas considérer un rêve sans tenir compte de son destinataire.

Notre Sidra traite également des relations entre Joseph et ses frères .A ce sujet , une réaction de Joseph paraît hermétique et difficilement compréhensible. Les frères venant de Canaan pour acheter du blé disent à Joseph : « Nous tes serviteurs, sommes douze frères, nés d’un même père, habitants du pays de Canaan, le plus jeune est auprès de notre père en ce moment, et l’autre n’est plus » . A ces paroles Joseph répond : « Ce que je vous ai déclaré subsiste : vous êtes des espions ». La réflexion de Joseph est incompréhensible. Des paroles des frères il n’est pas possible de déduire quoi que ce soit. Pourquoi les paroles des frères inspirent à Joseph  l’idée qu’ils sont des espions ?

D’après Rachi Joseph déclare à ses frères qu’il ne prend pas leurs paroles en considération : « Ce que je vous ai dit subsiste : vous êtes des espions » Selon  Sforno : « Celui que vous prétendez qu’il n’est plus, sans préciser où il se trouve, il est certainement parti porter vos instructions ou se livrer lui même à l’espionnage. » Le commentaire Kéli Yakar dit lui aussi à ce sujet : « Si votre frère, le plus jeune, n’est pas avec vous, c’est qu’il est reparti chargé d’un message secret ; c’est donc uniquement en l’amenant ici que vous pourriez démontrer votre innocence ».

On peut ajouter à ces commentaires que le terme Méraglim n’a pas tout à fait le sens d’espions dans son acception moderne, il pourrait signifier seulement que «  vous n’êtes pas des gens honnêtes et droits , votre conduite cache quelque chose » car comment savez-vous qu’un de vos frère n’est plus ? Personne n’a  vu ce frère mort. Puisque je suis en face de vous »

 En les traitant d’espions ,Joseph voulait leur donner une leçon de morale, à savoir : toute affirmation  doit d’abord être confirmée et la parole est un instrument à double tranchant. On peut l’utiser pour le mensonge comme pour dire la vérité. En l’occurrence les frères de Joseph ne pouvaient pas affirmer que Joseph était mort.

 

http://www.harboun.fr/
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 12:03

 

Par Israel Boccara



SHABBAT SHALOM -
שנת שלום
vé 'Hag Orim Saméa'h



PARACHA VAYECHEB  וישב

 

 


Genèse CHAP. XXXVII Verset 1 au CHAP.XL Verset 23

 

 
Édouard Baerwinckel (1846 - 1890) Joseph vendu par ses frères Fusain

Deuxieme Sépher

Nombres CHAP. VI Verset 22 au CHAP.VII Verset 17

 

HAPHTARA RONI VESSIMHI   רני ושמחי

Zacharie CHAP. II, 14 > IV, 7

 

Entrée Shabbat  JERUSALEM 

16H00

 

 

Sortie Shabbat JERUSALEM
17H16

 

 

ROCH HODESCH TEVET Jeudi & Vendredi


 
 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 11:58
Vayéchev - 
Genèse 37, 1 - 40, 23

Jacob s’installe en Terre Sainte, à Hébron, avec ses douze fils. Il a une préférence pour Joseph, alors âgé de 17 ans, dont les frères jalousent le traitement de faveur, comme la précieuse tunique multicolore que Jacob lui a confectionné. Joseph raconte à ses frères deux rêves qu’il a faits qui prédisent qu’il régnera sur eux. Leur rancœur s'en trouve encore attisée.

Shimon et Lévi projettent de le tuer, mais Réouven les convainc de le jeter plutôt dans une citerne : son intention est de revenir le chercher plus tard pour le sauver. Pendant que Joseph est dans la citerne et que Réouven s’est absenté, Judah persuade ses frères de vendre Joseph à des ismaélites dont la caravane passe à proximité. Les frères trempent la tunique de Joseph dans le sang d’une chèvre et la montrent à leur père, lui faisant croire qu’une bête sauvage a dévoré son fils.

Judah se marie et a trois enfants. L’aîné, Er, décède jeune et sans enfant. Onan, son frère, en vertu du lévirat, épouse sa belle-sœur, Tamar. Mais Onan se refuse à donner une progéniture à Tamar et connaît lui aussi, pour cette raison, une fin prématurée. Judah répugne alors à donner son troisième fils en mariage à Tamar. Déterminée à obtenir une descendance de la famille de Judah, cette dernière prend les apparences d’une courtisane et séduit Judah lui-même. Quelque trois mois plus tard, Judah apprend que Tamar est enceinte et ordonne son exécution pour crime de prostitution. Mais elle produit les gages que Judah lui à donnés ; celui-ci constate la vertu de sa bru et reconnaît sa paternité. Tamar donne naissance à deux jumeaux, Perets (ancêtre du Roi David) et Zera’h.

Joseph est conduit en Egypte et vendu à Potiphar, le ministre en charge des abattoirs de Pharaon. D.ieu bénit toutes les actions de Joseph et il se trouve bientôt intendant de toutes les propriétés de son maître. L'épouse de Potiphar désire ce jeune homme beau et charismatique ; Lorsque Joseph repousse ses avances, elle l’accuse auprès de son mari d’avoir tenté de lui faire violence et Joseph est jeté en prison. Joseph gagne rapidement la confiance et l’admiration de ses geôliers qui lui confient une fonction importante dans l’administration de la prison.

Dans cette prison, Joseph rencontre le maître-échanson et le maître-panetier de Pharaon, incarcérés pour avoir offensé leur maître. Eux-aussi sont en proie à des rêves, que Joseph leur interprète. Dans trois jours, leur dit-il, l’échanson sera rétabli dans sa position et le panetier pendu. Joseph demande à l’échanson d’intercéder pour lui auprès de Pharaon. Les deux évènements se produisent effectivement, mais l’échanson oublie Joseph et ne fait rien pour lui.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 11:14

SHABBAT SHALOM - שבת שלום

 

 Par Israel Boccara

 

 



http://www.dadon-gallery.com/prod_in.asp?prod=52&product_cats=626 

 

 

PARACHA VAYCHLAH  וישלח


Genèse CHAP. XXXII Verset 3 au CHAP.XXXVI Verset 43

 

 

 

   

HAPHTARA HAZON OVADIA   חזון עובדיה

                              Ovadia CHAP. I Verset 1 >21

 

Entrée Shabbat  JERUSALEM 

15H59

 

Sortie Shabbat JERUSALEM
17H15

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 10:40
Vayichla'h - 
Genèse 32, 4 - 36, 43

Jacob retourne en Terre Sainte après 20 ans passés à ‘Haran. Il envoie des anges messagers vers Esaü dans l’espoir d’une réconciliation, mais les messagers lui rapportent que son frère vient dans sa direction accompagné de quatre cents hommes armés. Jacob se prépare au combat, prie, et adresse à son frère un important don de bétail dans l’espoir de l’apaiser.

Au cours de la nuit qui précède leur rencontre, Jacob fait traverser la rivière Yabbok à sa famille et à ses possessions. Lui, cependant, reste en arrière et rencontre un ange qui représente l’esprit de d’Esaü, avec lequel il lutte jusqu’à l’aube. Bien qu’atteint à la hanche, Jacob est vainqueur. L’ange lui donne alors le nom d’Israël, « Car, dit-il, tu as combattu contre des puissances célestes et des hommes et tu es resté fort ».

Jacob et Esaü se rencontrent enfin. les deux frères jumeaux s’embrassent puis chacun reprend son chemin.

Jacob acquiert un terrain près de Sichem dont le prince (qui s’appelle également Sichem) enlève et viole Dina, fille de Jacob. Ses frères, Simon et Lévi la vengent en passant tous les hommes du lieu au fil de l’épée après les avoir rendus vulnérables en les convainquant de se circoncire. Jacob leur en fait le reproche.

Jacob reprend son voyage. D.ieu lui apparaît à nouveau et le bénit. Il lui dit « ton nom désormais ne sera plus Jacob, ton nom sera Israël ».

Rachel meurt en donnant naissance à son second fils, Benjamin. Elle est inhumée au bord de la route, près de Bethléem. Reuben perd son droit d’aînesse pour avoir interféré dans la vie maritale de son père. Jacob rejoint son père Isaac à Hébron, qui décède plus tard à l’âge de 180 ans (Rebecca est décédée avant l’arrivée de Jacob).

La paracha s’achève par l’énonciation détaillée de la famille d’Esaü, ses femmes, ses enfants et petits-enfants, et les lignées familiales des habitants de Séïr parmi lesquels Esaü s’est installé.

 

 
Leçon de stratégie
Le cadeau, la prière et le combat



Pour se préparer à la rencontre avec son frère Ésaü, Jacob employa plusieurs tactiques. Il savait que son frère était bien plus puissant que lui. Ésaü avait avec lui quatre cents guerriers. Jacob, lui, n’était accompagné que de ses femmes et de ses enfants. À ce moment-là, son fils aîné n’avait que douze ans. Ces enfants devaient devenir les fondateurs du futur peuple juif. Mais survivraient-ils ?

Jacob tenta la conciliation, lui envoyant un imposant cadeau constitué de plusieurs espèces de bétail. Il réussit à convaincre Ésaü d’accepter ce présent. Cela impliquait une acceptation de la part d’Ésaü de l’existence de Jacob et le fait qu’il était dans son droit quand il avait reçu la bénédiction de leur père. En même temps, Jacob pria D.ieu, dans une magnifique prière exprimant son humilité. Il ne se sentait pas méritant de tous les bienfaits que D.ieu lui avait déjà prodigués.

Il était également prêt au combat. Sa tactique consistant à diviser son camp en deux faisait partie d’une stratégie militaire. Jacob était complètement dépassé en nombre, et il répugnait également à l’idée de porter atteinte à autrui. Malgré cela, pour protéger sa propre vie et la vie de ses femmes et de ses enfants, il était prêt à se battre.

Il existe différentes manières d’affronter Ésaü, les ennemis du peuple juif à travers les âges. Ces approches furent utilisées aux différentes époques de notre longue histoire pour assurer notre survie.

La prière, bien sûr, est une constante, qui est toujours nécessaire. Trouver le bon équilibre entre la conciliation et la disposition au combat est le moyen de sauver les vies de tous ceux qui sont concernés. Le but est la paix et la sécurité, et la rencontre entre Jacob et Ésaü donne un exemple d’une habile négociation qui rencontra un grand succès.

http://www.fr.chabad.org/ 
NOTES
Voir Rachi sur Genèse 32,9.
Voir Rachi sur 33,9.
Genèse 32,11.
Voir Rachi sur 32,8 : “Il était désolé à l’idée de devoir tuer quelqu’un d’autre.” 

 


Par le Rav HARBOUN

http://www.harboun.fr/


Notre Sidra cette semaine nous livre avec force détails la rencontre de Jacob avec Esaü. Jacob, connaissant la violence structurelle de son frère, lui envoie des messagers pour calmer sa colère et lui prouver que les clauses de la bénédiction paternelle -source de la haine d’Esaü – ne se sont pas réalisées. La colère d’Esaü ne se justifiait plus.
Cependant, tous les arguments fournis aux messagers, n’ont eu aucun résultat positif, à juger par le compte rendu que ces mêmes messagers ont fait à Jacob : Nous sommes arrivés chez ton frère chez Esaü, et il marche à ta rencontre avec quatre cent personnes. Autrement dit, ton frère Esaü est resté le même. Ce même Esaü à propos duquel la Torah dit : Les mains sont celles d’Esaü  il y a donc intérêt à être prudent.

Jacob, l’homme intègre, étudiant constant, se prépare à rencontrer son frère en prenant trois précautions. Il prépare des cadeaux, il se consacre à la prière et il se prépare à faire la guerre.

 

La rencontre d’Esaü et de Jacob est la même rencontre de la civilisation juive avec la civilisation occidentale. Notre Paracha  nous livre à travers cette Sidra la confrontation permanente entre ces deux civilisations. La civilisation gréco-romaine,  représentée ici par Esaü, prône constamment la force. Esaü arrive avec quatre cent guerriers, ainsi il dira à son père que ce n’est pas lui qui a tué Jacob mais ses soldats emportés par leurs soif de tuer.

 La civilisation gréco-romaine donne toujours la priorité à la guerre. C’est elle qui a été à l’origine de la destruction d’Israël et de l’exil de deux mille ans. Elle était persuadée que l’éradication d’Israël apporterait au monde la paix et la tranquillité. Elle a seulement oublié que le peuple juif a un contrat avec l’Eternel qui lui assure l’éternité. Comme nous l’avons relevé dans la Sidra précédente. En effet Hachem dit à Jacob : Je te protégerai là où tu iras. Ce qui revient à dire que  là, où les Juifs se trouvent la Providence est avec eux, même dans l’exil. Mais nous avons la promesse, qui s’est d’ailleurs réalisée, à savoir : D. dit à Jacob je te ramènerai sur cette terre.

La civilisation gréco-romaine poursuit la richesse, la domination, le pouvoir, la compétition, etc. A cela Jacob dit : J’ai acquis un taureau et un âne après 20 ans d’asservissement auprès de Laban son beau père. Autrement dit, la richesse n’était pas son but.

Tout ce qui arrive à Jacob, annonce le déroulement de l’Histoire d’Israël. Celle-ci est véritablement le plus grand mystère de l’humanité. Dispersé dans les quatre coins du monde, dépourvu de toute unité, de sa terre, de sa langue de sa Tradition, Israël remplissait toutes les conditions pour disparaître. Pourtant, Israël est toujours vivant. Notre Sidra nous en donne l’explication, Jacob dit : Avec Laban j’ai habité Le terme «  habité » se dit garti mais ce mot forme aussi le mot tariag qui a comme valeur numérique 613, c'est-à-dire le nombre des mitsvoth de la Torah. Rachi explique le verset ainsi : J’ai habité avec Laban et pourtant j’ai observé les six cent mitsvoth. Autrement dit : Israël a été dispersé  dans un environnement hostile et malgré tout il a refusé toute assimilation en continuant à observer les mitsvoth. C’est là le secret de sa pérennité. Il n’y a en fait aucun mystère. La Torah a été le bouclier contre la disparition de peuple juif.    

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 10:38
Par Israel BOCCARA


SHABBAT SHALOM - שבת שלום

 


PARACHA VAYETSE  ויצא

 

 

Genèse CHAP. XXVIII Verset 10 au CHAP.XXXII Verset 2

 

L’échelle de Jacob selon une peinture de 1490 de l’Ecole d’Avignon. 

L’échelle de Jacob selon une peinture de 1490 de l’Ecole d’Avignon. 

   

HAPHTARA VEAMI TELOUIM   ועמי תלואים

               Osee CHAP. XI Verset 7 au CHAP. XII Verset 12

 

Entrée Shabbat  JERUSALEM 

16H00

 

Sortie Shabbat JERUSALEM

17H15 
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 08:24



Vayétsé 
Genèse 28, 10 - 32, 3

Jacob quitte Beer Cheva pour s’en aller à ‘Haran. Sur la route, il parvient « au lieu » où il s’étend pour dormir et rêve d’une échelle reliant le ciel à la terre, sur laquelle des anges montent et descendent. D.ieu lui apparaît et lui promet que la terre sur laquelle il repose sera donnée à ses descendants. Au matin, Jacob fait de la pierre sur laquelle il avait posé sa tête un monument et s’engage à faire de cet endroit la Maison de D.ieu.

A ‘Haran, Jacob demeure chez son oncle Laban pour qui il travaille comme berger. Laban accepte de lui donner pour épouse sa fille cadette Rachel, que Jacob aime, en échange de sept années de travail. Mais au soir du mariage, Laban remplace Rachel par Léa, sa sœur aînée et Jacob ne découvre la tromperie qu'au matin. Il n'épousera Rachel qu'une semaine plus tard après avoir accepté de servir Laban sept années supplémentaires.

Alors que Rachel reste stérile, Léa donne naissance à six garçons :RéouvenChimoneLéviJudahIssakhar et Zévoulon , et à une filleDinah.

Rachel donne à Jacob sa servante Bilah, comme épouse et deux garçons naissent : Dan et Naphtali. Léa agit de même avec sa servante Zilpah, qui donne naissance à Gad et Asher. Rachel est finalement enceinte et enfanteJoseph.

Après avoir travaillé quatorze ans chez Laban, Jacob souhaite s'en retourner chez lui. Mais Laban le persuade de rester, acceptant désormais de rétribuer son travail, en lui donnant du bétail. Jacob connaît la prospérité en dépit des efforts de Laban pour le flouer. Au bout de six années, Jacob quitte secrètement ‘Haran, de crainte que Laban l’empêche de partir avec sa famille et les biens pour lesquels il a travaillé. Laban le rattrape mais, dans un songe, D.ieu le met en garde de ne pas lui porter atteinte. Aussi Laban conclut-il un pacte avec son gendre. Jacob sur le Mont Gal-Ed, qu’ils matérialisent par un monticule de pierres. Jacob poursuit son voyage vers la Terre Sainte, et des anges viennent à sa rencontre.

 Source :  http://www.fr.chabad.org/

 
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 10:48

 

Par Israel Boccara

 

SHABBAT SHALOM - שבת שלום




PARACHA TÔLEDÔT  תולדות


Genèse CHAP. XXV Verset 19 au CHAP.XXVIII Verset 9

 

רבקה ,יעקב ועשו

ויגדלו הנערים ויהי עשו איש יודע ציד איש שדה ויעקב איש תם יושב אוהלים""

   



HAPHTARA MASSA DVAR-H   משה דבר-...

               Malachie CHAP. I  Verset 1 au CHAP. II Verset 7

 

Entrée Shabbat  JERUSALEM 

16H02

 

Sortie Shabbat JERUSALEM
17H16

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 10:22





Isaac bénit Jacob et dit :
"Voyez, le parfum de mon fils
est comme le parfum d'une terre favorisée du Seigneur !
Puisse t'il t'enrichir, le Seigneur, 
De la rosée des cieux et des sucs de la terre,
D'une abondance de moissons et de vendanges !
 Que des peuples t'obéissent !
Que des nations tombent à tes pieds !
 Sois le Chef de tes frêres, 
Et que les fils de ta mère se prosternent devant toi 
                                                                         
Malédiction à qui te maudira,
Et qui te bénira soit béni !"
 Genèse XXVII-27



Toledot
Genèse 25, 19 - 28, 9

Isaac épouse Rébecca. Vingt ans durant, ils restent sans enfants, puis voient leurs prières exaucées. Mais Rébecca connaît une grossesse difficile, car « les enfants luttaient en elle ». D.ieu lui dit : « Deux nations sont dans ton sein. L’aîné obéira au plus jeune ».

Esaü apparaît le premier suivi par Jacob tenant, de la main, le talon de son frère. Esaü devient « un chasseur rusé, un homme des champs », Jacob est « un homme intègre », qui demeure dans les tentes de l’étude. Isaac préfère Esaü, Rébecca aime Jacob. Rentrant d’une chasse, fatigué et affamé, Esaü vend son droit d’aînesse à Jacob contre un plat de lentilles rouges.

À Gherar, chez les Philistins, Isaac présente Rébecca comme sa sœur, de crainte que, du fait de la beauté de son épouse, on ne veuille le tuer. Il sème et recueille de considérables récoltes, rouvre les puits d’Abraham et en creuse de nouveaux. Les deux premiers sont l’objet de disputes avec les Philistins. Du troisième, il peut jouir paisiblement. D.ieu se révèle à lui en disant : « Je te bénirai et Je te multiplierai pour l’amour d’Abraham mon serviteur ».

Esaü épouse deux femmes hittites. Isaac, vieillissant, devient aveugle. Il exprime le désir de bénir Esaü avant de mourir. Pendant qu’Esaü s’en est allé chasser le gibier favori de son père, Rébecca fait revêtir à Jacob des vêtements d’Esaü et enveloppe ses mains et son cou de peau de chevreau pour qu’il paraisse velu comme lui. Elle prépare un mets, identique à celui qu’Esaü était allé quérir pour recevoir la bénédiction, et le remet à Jacob. Isaac bénit alors Jacob de jouir « de la rosée des cieux et des sucs de la terre » et lui promet la domination sur son frère. Quand Esaü, de retour, découvre la supercherie, Isaac ne peut plus que lui annoncer qu’il vivra par l’épée et qu’il sera tributaire de son frère, mais que, lorsque Jacob sera défaillant, il perdra sa suprématie sur lui.

Jacob s’en retourne à ‘Haran pour fuir la colère d’Esaü et y trouver une épouse dans la famille de Laban, son oncle maternel. Esaü prend une troisième femme, Ma’hlat, fille d’Ismaël.

Source : http://www.fr.chabad.org/ 

 

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories