Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 19:25

 

 

 

Enquête Stuxnet

 

 

Par Dominique BOURRA

nanojv.com

 

 

 

 

F-Secure, leader international de la sécurité, publie aujourd’hui une série de questions-réponses (neutres) sur Stuxnet. Au delà des grandes lignes déja connues, il en ressort plusieurs incertitudes. Selon F-Secure Labs, on ne sait toujours pas précisément ce que recherche Stuxnet. On ne sait pas si il a atteint sa cible. On ne sait pas qui l’a écrit. On ne sait pas non plus si il visait spécifiquement l’Iran.

Concernant les soit-disant références bibliques dans le code, le spécialiste ne se prononce pas sur le terme Myrtus,  l’artefact qui signe le virus, et en qui Debka file, voit l’une des 4 espèces de Souccoth, hadas: la myrte.  F-Secure se contente de souligner que l’opération Aurora, une cyber-attaque chinoise menée en 2009 contre Google et de grandes sociétés de sécurité américaines, fut signée de manière similaire.

Une  explication plus technique est en revanche avancée : Myrtus pourrait aussi signifier My RTUs. RTU étant une abréviation pour remote terminal units, utilisée dans les systèmes industriels justement. Concernant le marqueur d’infection 19790509 contenu dans le cheval de troie, F-Secure, comme tout le monde, voit une date: le 9 mai 1979. Selon le spécialiste de la sécurité, ce pourrait être une simple date de naissance, mais aussi pourquoi pas, comme le suggère la rumeur, celle -ambivalente- de l’exécution en Iran de Habib Elghanian accusé d’espionnage au profit d’Israël.

Plus scientifiquement, F-Secure voit un rapport possible entre Stuxnet et Conficker, qui en 2008 s’est attaqué aux systèmes de défense occidentaux. Ces deux vers complexes exploitent en effet la vulnérabilité MS08-067, se propagent par clés usb et tirent parti  pour progresser de mots de passes faibles au sein des réseaux. En ce qui concerne Stuxnet, sa naissance est très certainement antérieure à janvier 2009 et sa date d’expiration serait le 24 juin 2012.  Ce jour là, le virus cessera de se propager.

Enfin, le dernier point est extrèmement intéressant. Selon Siemens, le système Simatic visé par le virus, commande également des systèmes d’alarmes, des contrôles d’accès et des portes. En théorie, selon F-Secure,  Stuxnet serait aussi  un sésame pour s’introduire en des lieux top secrets.

 

Dominique Bourra, CEO NanoJV.


Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 18:58

 

 

Un petit clin d'oeil à Aaron B.

 

Suivre l'enquête 

Enquête Stuxnet

 

 

STUXNET met Pékin en état d'alerte. Menaces sans précédent sur la sécurité intérieure et l'industrie


 

Par Dominique BOURRA

nanojv.com

 

Le South China Morning Post sonne le tocsin aujourd’hui. Le cybermissile Stuxnet toucherait à présent les infrastructures industrielles stragégiques de la Chine continentale. 6 millions d’ordinateurs et un millier de sites seraient déja touchés a révélé hier l’agence chinoise Xinhua. La source de l’attaque proviendrait de serveurs basés aux USA. Un porte-parole de Siemens a précisé que les systèmes de contrôles visés étaient également utilisés à Hong-Kong. Pour le moment l’ancienne colonie britannique serait épargnée. Mais la menace d’infection imminente porterait sur : l’aéroport international de Hong-Kong,Dysneyland , les chemins de fer, la centrale de CLP group, l’hôpital St Paul, etc. Si aucun système de l’île n’est pour le moment touché, les experts chinois parlent  cependant d’une menace sans précédent sur la sécurité intérieure chinoise.

Le logiciel malveillant incriminé ne se contente pas  d’infecter les ordinateurs et de voler des données sensibles, mais ouvre également un passage (back door)pour la manipulation et la prise de contrôle à distance. Tous les secteurs industriels ont été placés en état d’alerte. Les aciéries, le secteur de l’énergie, les transports. On n’avait encore jamais vu cela en Chine selon les experts locaux en cybersécurité. Les systèmes de Siemens sont dans le collimateurs sur tout le territoire chinois. A Münich au siège de la multinationale, pas de commentaires sur la situation en Chine. On en serait pour l’heure à la prévention. Une tâche  énorme dans la mesure où les systemes allemands équipent les aéroports, les chemins de fer, les centrales et le barrage des Trois Gorges. Les inquiétudes concernant cette dernière infrastructure critique sont palpables, en cas de hacking, les conséquences sur le gigantesque barrage seraient en effet plus dévastatrices qu’un bombardement.

Le virus qui se propage actuellement serait du meme type que Stuxnet apparu il y a quelques mois en Inde et en Iran.  Le journal chinois en rappelle brièvement l’un des modes de transmission. Il suffit par exemple de brancher un lecteur MP3 sur un ordinateur du réseau pour contaminer l’ensemble d’un complexe industriel. La faille exploitée serait au coeur des logiciels visés. Cependant Siemens aurait distribué dès la fin juillet des antivirus à ses clients pour désinfecter les sites sans stopper la production. Le problème semble cependant encore loin d’être totalement endigué. A suivre.

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Cyberguerres : Rebondissements dans l'affaire Stuxnet."H Sécurity" avance l'hypothèse d'un réglement de comptes entre l'Inde et la Chine

Le dernier tour d’horizon sur Stuxnet effectué par the H Security réserve quelques surprises de taille. Selon Symantec le ver serait ainsi particulièrement résilient. Stuxnet serait capable de se propager et réinfecter les systèmes informatiques même après une totale désinfection.  On a aussi découvert que le ver aurait eu deux vies distinctes. Dans  son premier avatar avant mars 2010 il aurait utilisé des fichiers autorun pour se propager, puis se serait répandu à partir du printemps via des clés usb.  Enfin, la contamination de la centrale de Busher  est bien confirmée. Les iraniens le reconnaissent eux-mêmes.  Mais le ciblage d’un site civil par les adversaires de l’Iran, semble peu crédible.

Les analystes font par ailleurs remarquer que stuxnet semble avoir été conçu pour viser les automates programmables (API) S7-400 et S7-300 de Siemens. La multinationale allemande a opposé à cela,  que les dispositifs électroniques en question n’ont pas la certification requise pour les centrales nucléaires.  Même si il est envisageable que les iraniens aient fait fi de ces standards internationaux. Et  que le constructeur russe ait eu le feu vert pour installer des logiciels non certifiés. Busher présenterait d’ailleurs la particularité d’utiliser des versions pirates d’applications de virtualisation.

Frank Rieger, porte parole du  Chaos Computer Club  a présenté dans le journal allemand FAZ la thèse selon laquelle c’est en fait le site iranien d’enrichissement de Natanz qui aurait été visé. Il appuie sa démonstration sur un document mis en ligne sur wikileaks semblant attester d’une baisse de production en 2009.  

Egalement troublant mais un peu léger comme preuve, une interview de Scott Borg, directeur du think-tank U.S. Cyber Consequences Unit publiée par Reuters et reprise  par le site israélien ynet, décrivait  dès juillet 2009 ce scénario de cyberattaque sur un site d’enrichissement iranien. Une simple clé usb pourrait suffire affirmait-il. A ceci près que ce type de spéculation relativement banale est  très répandu dans le monde de la cybersécurité.  Cela  contribue d’ailleurs à attiser la paranoïa de l’Iran qui arrête régulièrement de supposés espions en relation avec d’hypothétiques tentatives.

The  H security n’exclut pas en conclusion que l’Iran ait été infecté  à la suite d’une attaque sur l’Inde. Kapersky vient en effet de publier une nouvelle étude tendant à démontrer que l’Inde est le véritable épicentre de l’épidémie et non l’Iran (qui vient en fait en 3ème position).  A noter que  le constructeur russe de centrales Atomstroyexport, supposé avoir introduit stuxnet à Busher travaille en parallèle sur la centrale nucléaire de  Kudankulamdans le sud de l’Inde. Par ailleurs les certificats de conformité détournés pour fabriquer le ver proviennent de Taïwan. Les regards se tournent donc soudain en direction de la Chine, grand rival de l’Inde. Et cyberpuissance mondiale dotée d’une capacité de cyberattaque redoutable. Comme l’a prouvé la pénétration du réseau électrique américain. En corolaire la Chine a renforcé ses propres défenses au point de devenir le meilleur expert mondial des systèmes SCADA. Les systèmes de gestion et contrôles à distance. Utilisés par exemple dans les centrales.

Dominique Bourra, CEO NanoJV.


Partager cet article
Repost0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 09:55

 

Le autres documents

Banniere documents speciaux

 

Histoire d'un succès du Mossad - La longue route vers la Syrie (réacteur nucléaire) 1/3


Adapté par Aschkel
Pour aschkel.info et lessakele.

Titre en hébreu

הדרך הארוכה לסוריה

Lien en anglais

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3944303,00.html

Les deux auteurs d'un livre récemment paru sur les dernières opérations de l'Institut de renseignements israélien recomposent le récit des évènements survenus en septembre 2007, en Syrie, autour du réacteur de Deir al-Zour, ainsi que les conditions de l'assassinat de l'architecte du programme nucléaire, biologique et chimique syrien, le Général Mohammed Suleiman, le bras droit de Bachar al-Assad.
  
Ils enrichissent ce compte-rendu des hésitations de Washington et de la détermination de Jérusalem, au fur et à mesure du recoupement de preuves obtenues par diverses voies, par le renseignement israélien.
  Si ce témoignage vaut pour l'histoire, il n'est pas sans nous apporter quelques éclaircissements sur les difficultés de coordination, à partir de conclusions parfois divergentes entre les administrations, en ce qui concerne un autre dossier, encore plus dramatique : celui du programme nucléaire iranien et des dispositions que sont prêts à prendre les différents gouvernements, à un moment historique où les rapports entre eux ne sont pas optimum.
GAD

 

Londres, fin Juillet 2007. Un invité lors d'un séjour dans un grand hôtel de Lexington a quitté sa chambre dans la soirée, et pris l'ascenseur pour descendre dans le hall, puis est entré dans un véhicule qui l'attendait à l'extérieur. C'était un haut responsable syrien arrivé de Damas, quelques heures plus tôt, et qui était attendu pour une réunion urgente.

 

Au moment où il a quitté l'hôtel, deux hommes se sont levés de leurs sièges dans un coin du lobby. Ils sont entrés dans l'ascenseur, ont rejoint la chambre de ce client, ont ouvert la porte à l'aide d'un code. Ils ont fouillé la chambre de manière professionnelle, mais n'ont pas eu besoin de travailler trop dur. L'ordinateur portable de l'officier était sur le bureau. Les deux hommes  ont alors installé un système  créant ainsi une "porte dérobée" dans le programme de l'ordinateur. L'utilisation de cette porte, permettait de surveiller l'ordinateur à distance et de copier tous les documents enregistrés sur lui. En à peine quelques minutes, les deux hommes ont quitté la salle.

 

Le récit ci-dessus, et les informations suivantes, sont basées sur deux rapports, l'un israélien, l'autre non. L'ordinateur portable a fourni alors de précieux renseignements à l'Agence de renseignement israélienne, qui révèlent l'existence du programme nucléaire secret syrien. Les résultats ont été spectaculaires : la nature du réacteur nucléaire dans la région de Deir al-Zur, de la correspondance avec les autorités nord-coréennes, des photographies montrant le réacteur recouvert de ciment. Les preuves étaient sans équivoque. Elles complétaient d'autres informations accumulées au cours de 2006 et 2007 par des agents de renseignement israélien. Selon ces informations, le gouvernement syrien construisait secrètement un réacteur nucléaire dans le désert, près de la frontière turque et à environ 160 kilomètres (100 miles) de la frontière avec l'Irak. Les responsables ont été surpris de découvrir que le réacteur avait été construit avec des fonds iraniens et avec l'aide d'experts nord-coréens.


Image du réacteur syrien (Photo: AP)

 

"L'histoire d'amour »entre la Syrie et la Corée du Nord a commencé avec la visite du Premier ministre coréen en Syrie avant la guerre du Golfe, invité, à l'époque, par Hafez El-Assad. Les deux pays ont signé un accord de coopération militaire et technologique. Bien que la question du nucléaire ait été évoquée, M. Assad avait décidé de la mettre en suspens et de développer les armes chimiques et biologiques. Pendant les funérailles de son père en Juin 2000, Bachar el-Assad a rencontré des membres de la délégation nord-coréenne. À cette époque, ils ont commencé à faire avancer en secret  la construction du réacteur syrien. En Juillet 2002, un accord tripartite a été mis au point, avec un représentant de l'Iran s'engageant à financer la construction du réacteur (environ 2 milliards $.) Il s'avère que, pendant cinq ans, Israël et les agences de renseignement américaines sont restés dans l'ignorance.

 

Un général iranien révèle tout  
 
Pendant toutes ces années, certains signes avant-coureurs sont apparus, mais personne n'a pris le soin d'y prêter réellement attention. La communauté américaine du renseignement a mal interprété les informations qu'elle a reçues, tandis que le Mossad et les responsables du renseignement militaire en Israël estimaient que les Syriens n'avaient pas d'intérêt ou les capacités d'acquérir des armes nucléaires. Par conséquent, personne n'a cherché sérieusement d'information qui aurait dévoilé le projet. Les Syriens ont adopté une tactique destinée à endormir Israël et les Etats-Unis dans un faux sentiment de sécurité : Ils ont imposé un moratoire complet au sujet de la communication sur tous les employés et les experts du site nucléaire. Les cellulaires et les téléphones par satellite ont été interdits, et toute communication était faite par l'intermédiaire de messagers. L'activité sur le site n'a pas été exposée, même si les satellites américains et israéliens l'ont photographié régulièrement. Toutefois, un développement ultérieur a stupéfait à la fois Israël et les États-Unis.


Le général iranien Askari

 

Le 7 Février  2007, le général iranien Ali Reza Askari, ancien haut dirigeant des Gardiens de la Révolution  et ministre adjoint de la Défense, est arrivé à Damas depuis Téhéran. Il est resté dans la capitale syrienne, jusqu'à ce qu'il s'assure que sa famille le suive et soit sortie d'Iran, avant de poursuivre vers la Turquie et de disparaître à Istanbul. Un mois plus tard,  Askari se retrouve en Occident, lors d'une opération planifiée par les Etats-Unis, en liaison avec Israël. Il a été interrogé dans une base américaine en Europe - apparemment en Allemagne - et a révélé les secrets les mieux gardés de Téhéran et Damas. Askari a dévoilé la relation à trois niveaux impliquant la Syrie, la Corée du Nord et l'Iran. Il a confié à ses interrogateurs que Téhéran a  encouragé et  finançé la création du réacteur nucléaire syrien. Il a apporté des précisions sur l'état du réacteur et sur les efforts des Iraniens pour aider et conseiller les Syriens.

 

Un agent à l'intérieur du réacteur  
 
Ces informations ont incité Israël à agir. Le Mossad a déployé de la main-d'œuvre et des ressources afin de vérifier les détails fournis par le général iranien. Puis, le Premier ministre Ehud Olmert a convoqué les chefs de la sécurité d'Israël pour une réunion spéciale. Au cours de la séance, ils ont convenu qu'Israël devait agir d'urgence pour obtenir une preuve crédible de l'existence du réacteur. Il était clair pour tous qu'Israël ne pouvait accepter la perspective de voir la Syrie se transformer en une puissance nucléaire. En quelques mois, le Mossad et les chefs militaires du renseignement ont été en mesure de présenter au Premier ministre des éléments de preuve accablants sur ce qu'il cherchait à savoir. Cinq mois après la défection d'Askari, la recherche a pris un nouveau tournant, grâce au matériel découvert dans l'ordinateur du responsable syrien à Londres. Pendant ce temps, le Mossad a enregistré un autre succès : il a réussi à recruter un des employés du réacteur, qui a fourni de nombreuses photographies et une vidéo tournée à l'intérieur du bâtiment.

 

Israël a fait en sorte de tenir  les États-Unis au courant, en temps réel, sur tout le matériel qu'il a réussi à acquérir, notamment les images satellitaires mises à jour et l'exploitation des conversations entre la Corée du Nord et Damas. La pression israélienne a également incité les États-Unis a utiliser ses propres satellites espions. Bientôt, la matière mise à jour qui a été accumulée, y compris des images satellites obtenues par l'Amérique et les informations sensibles acquises par voie électronique, ont indiqué que les Syriens construisaient rapidement un réacteur.


Réacteur en construction (Photo: AFP)

 

En Juin 2007, le Premier ministre Olmert s'est rendu à Washington pour présenter tous les documents rassemblés par Israël. Lors d'une longue discussion avec le président George W. Bush, Olmert a informé le Président américain qu'il avait décidé de frapper le réacteur syrien. Cependant les Américains hésitaient. Israël avait recommandé une attaque militaire, mais les États-Unis ont refusé. Selon des sources américaines crédibles, la Maison-Blanche a finalement décidé que «les États-Unis préféraient  ne pas avoir à mener l'opération." La Secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice et le secrétaire à la Défense Robert Gates ont tenté de convaincre Israël de mettre les Syriens devant leurs responsabilités [par voie diplomatique], et non de les attaquer.

 

En Juillet 2007, Israël a lancé des patrouilles aériennes au-dessus du réacteur et des images ont révélé l'activité sur le site,via le satellite Ofek 7. Les images ont été analysées par des experts américains et israéliens, qui ont jugé que la Syrie construisait un réacteur nucléaire en se basant sur le modèle nord-coréen existant. En fait, les experts ont conclu que les réacteurs étaient identiques.Pendant ce temps, Israël l'unité de renseignement 8 200 israélienne a fourni les extraits  de conversations entre les scientifiques syriens et des experts nord-coréens. Cette information a également été remise à Washington, mais les Américains ont exigé la preuve sans équivoque que l'installation serait bien utilisée comme un réacteur nucléaire, et que les matières nucléaires étaient déjà sur le site.

 

Derrière les lignes ennemies  
 
L'"arme du crime"a été trouvée en août 2007. Des éléments de preuve éclatants ont été réunis par l'unité d'élite Sayeret Matkal de reconnaissance, qui, depuis deux hélicoptères, se sont dirigés vers le site dans l'obscurité
. Personne n'a repéré les troupes lorsqu'elles ont atterri près de Deir al-Zur. A l'aide d'un équipement spécialisé, ils ont pris des échantillons du sol qui contenait plusieurs indices de matière radioactive. Les résultats ont été rapidement transmis à la sécurité nationale américaine. Stephen Hadley, conseiller, a été surpris par ces révélations. Il a rapidement appelé des experts pour tirer des conclusions et faire un rapport au président Bush. 

 

Suite à l'évaluation  des experts, Hadley était convaincu que le sujet était grave. Il s'est entretenu longuement avec avec le renseignement militaire israélien et ses chefs , et ils sont parvenus à la conclusion que le réacteur constituait une menace très sérieuse. Les États-Unis étaient convaincus que le réacteur devait être détruit. Selon le Sunday Times britannique, le Premier ministre Olmert a convoqué le Ministre de la Défense, Ehud Barak, et le Ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, les trois dirigeants ont discuté des incidences probables d'une attaque militaire en Syrie avec des responsables de la haute sécurité. Après des heures de délibération, ils ont décidé d'aller de l'avant et de détruire le réacteur. Olmert a informé le président de l'opposition Benjamin Netanyahu, de la décision.
 


Chasseur F-15 à réaction au décollage (Photo: Reuters)

 

La date de l'opération a été fixée pour le 5 Septelmbre 2007. Selon le Sunday Times, les troupes d'élite de la Force aérienne a été déployée dans la région le 4 Septembre pour marquer la cible des jets en utilisant le laser. Le 5 Septembre 2007, à 11 heures, 10 avions de chasse ont quitté la base aérienne de Ramat-David et se sont dirigés vers la Méditerranée. Trente minutes plus tard, trois avions ont reçu l'ordre de  rebrousser chemin. Les sept autres jets F-15 ont reçu l'ordre de se diriger vers la frontière syro-turque. En route vers le réacteur, ils ont bombardé une station radar, de façon à contrecarrer les capacités de la Syrie à identifier l'infiltration.Quelques minutes plus tard, les jets ont atteint la région de Deir al-Zur: Ils ont tiré des missiles Maverick et largué des bombes d'une demi-tonne sur l'installation nucléaire, qui a subi des dommages irrémédiables. En quelques minutes, le réacteur syrien, qui aurait pu être utilisé pour produire des bombes menaçant l'existence d'Israël, a été anéanti.

 

Les responsables en Israël ont craint une réaction syrienne. Olmert a appelé le Premier ministre turc Erdogan et demandé à ce dernier de transmettre un message au Président Assad, soulignant qu'Israël ne cherchait pas la guerre. Le lendemain, une grande confusion régnait à Damas. Dans un premier temps, les Syriens ont maintenu un silence complet. Ils ont signalé l'opération à 3 heures. Selon le rapport, les avions israéliens ont infiltré l'espace aérien syrien à 1 heure. «Notre armée de l'air a été forcée de se retirer après avoir largué ses munitions à travers le désert, ni blessures ni dommages n'ont été signalés," ont alors déclaré les Syriens.

 

En avril 2008, quelque sept mois après que l'installation syrienne ait été touchée, l'Administration américaine a annoncé que le site bombardé était un réacteur nucléaire qui avait été construit avec l'aide de la Corée du Nord et qu'il n'était pas destiné à des fins pacifiques. Les chefs du renseignement américain ont présenté aux membres du Congrès des photographies mettant en évidence la similitude de l'installation syrienne avec le réacteur nord-coréen, ainsi que des images satellite et des croquis. Les membres du Congrès ont également visionné une autre vidéo fascinante, qui, selon les rapports de Washington, ont été filmés par un agent du Mossad à l'intérieur du réacteur syrien. Israël est parvenu à garder le silence pendant deux semaines, refusant d'admettre qu'il était à l'origine de l'opération. Mais Netanyahu, chef de l'opposition, en réponse à une question à Haim Yavin  lors d'une émission télévisée, a déclaré : «Quand le gouvernement fait quelque chose pour la sécurité d'Israël - je le soutiens ... Et ici, j'ai été un partenaire dans cette affaire et je l'ai soutenu dès le début". 

 

Assassinat en Syrie 
 

Dans la soirée du 2 août 2008, 11 mois après le bombardement du réacteur, un dîner festif s'est déroulé sur la terrasse d'une maison d'été dans le quartier Rimal al-Zahabiya, au nord de la ville syrienne de Tartous. La maison d'été était adjacente à la rive donnant sur une vue magnifique. Les invités étaient des amis proches du propriétaire de la maison, le général Mohammed Suleiman, qui y passait le week-end.

 

Suleiman était le haut conseiller du président Assad sur les questions militaires et de sécurité. Il était en charge de la construction du réacteur et de sa sécurité.  Son bureau était situé dans le palais présidentiel, à côté de celui d'El-Assad, et peu le connaissait en Syrie ou à l'étranger. Bien que le nom de Suleiman n'a pas été mentionné dans les médias, le Mossad et les services de renseignement occidentaux savaient qui il était et quelles étaient ses fonctions. C'était un ingénieur de 47 ans diplômé de l'Université de Damas. Au cours de ses études, il s'était  lié d'amitié avec Basile Assad,  fils premier-né d'Hafez El-Assad et son frère aîné Bashar. Après la mort de Basile dans un accident de la route, son père a pris Suleiman à ses cotés. En 2000, Hafez El-Assad est décédé et son fils Bachar a été élu Président. Avec son accession au pouvoir, le jeune président fait de Suleiman son confident et son proche conseiller.

 

Suleiman a joué un rôle unique : Il a été membre du conseil de la recherche syrienne, qui portait sur le développement de missiles, d'armes chimiques, biologiques, de la recherche et du développement nucléaire. Dans le cadre de son travail, il a été en contact avec la Corée du Nord. Il a coordonné le transfert de pièces du réacteur pour la Syrie et a été en charge des dispositifs de sécurité pour les scientifiques nord-coréens et les techniciens impliqués dans sa construction. Le bombardement du réacteur a été un coup dur, mais pas mortel pour Suleiman. Après avoir surmonté le choc initial, il a commencé à planifier la construction d'un réacteur de rechange, pour lequel un emplacement n'avait pas encore été déterminé. La nouvelle mission de Suleiman était beaucoup plus complexe et plus difficile qu'auparavant, car il savait désormais qu'il était sur la liste des agences de renseignements israéliennes et américaines. 

 

 

Avant la prochaine phase de sa mission secrète, Suleiman avait pris quelques jours de congé pour se rendre à sa résidence d'été. Des vacances et un dîner avec ses amis étaient le meilleur remède pour cet homme sous pression. De son siège près de la table, il regardait les vagues paresseusement ramper jusqu'à la rive. Mais ce qu'il ne voyait pas, à une distance de quelque 150 mètres (165 yards) de la terrasse, c'étaient deux silhouettes en attente, immobiles dans l'eau sombre. Ils ont atteint ce point d'une distance lointaine depuis un navire qui les avaient déposés, à près de deux 2 kilomètres (1,2 miles) de la maison de Suleiman. De là, ils ont plongé  jusqu'à ce qu'ils s'approchent de sa maison. Les deux tireurs d'élite étaient des professionnels, possédant une grande expérience et des nerfs d'acier. Ils étaient munis de leurs armes étanches sous l'eau .Quand ils ont atteint la rive, ils ont immédiatement repéré la maison de Suleiman. L'information reçue de l'agence de renseignement était exacte. Ils ont identifié le bâtiment et la terrasse, scanné les gens assis à la table et se sont concentrés sur leur objectif : le général assis en face d'eux, parmi ses invités.

 

Vers 9 heures, les tireurs d'élite sont retournés pour tester leur objectif et la portée de leur tir. Suleiman, assis sur une chaise au centre de la table, était entouré de ses amis qui se pressaient autour de la table, ce qui a forcé les tireurs d'élite à réinitialiser leurs tirs et viser à la tête de l'hôte. Ils ont continué à se cacher dans l'eau. Le signal a été donné. Les deux tireurs sont sortis de l'eau jusqu'à la rive, se sont rapprochés de la maison, ont pointé leurs fusils et ont tiré simultanément sur Suleiman. Le coup a été mortel. Sa tête a été secouée en arrière et puis il s'est effondré en avant sur la table. Les personnes présentes n'ont pas compris ce qui s'était passé, parce qu'ils n'ont pas entendu de bruit - les fusils étaient équipés de silencieux. Ce n'est qu'après avoir remarqué le sang qui coulait de la tête de Suleiman qu'ils se sont rendus compte qu'il avait été victime de tirs de fusil. Une grande agitation a envahi la terrasse, ce qui a permis aux tireurs d'élite de fuir par une voie d'échappement pré-programmée. Le Sunday Times décrit une version légèrement différente, affirmant que les tireurs d'élite étaient des membres de la Flottille 13 des commandos, arrivés à Tartous sur un yacht de luxe appartenant à un homme d'affaires israélien, qui ont rempli leur mission, et ont disparu.

 

Les organismes officiels Syriens ont été choqués. Le gouvernement a d'abord gardé le silence et n'a pas abordé la question des rapports relatant l' assassinat. Il est resté plongé dans un grand embarras. Comment l'équipe qui a frappé a t-elle pu se  rendre sans encombre jusque dans le nord de la Syrie? Comment ont-ils fui le site? N'y a t-il donc aucun endroit  en Syrie, où les chefs du régime pourraient se sentir en sécurité? Le jour après l'incident, une brêve déclaration officielle a été communiquée: "La Syrie tiendra une enquête pour trouver les responsables de ce crime". Mais les médias arabes avaient déjà largement rendu compte de l'affaire dès le premier jour et avaient déjà spéculé sur l'identité des auteurs.La presse arabe a été prompte à pointer du doigt Israël qui, selon eux, avait intérêt a assassiner le Général. Ils ont suggéré qu'Israël avait procédé à l'assassinat en raison de la participation de Suleiman à la construction du réacteur de Deir Al-Zur. Alors que les médias arabes chantaient les louanges de Suleiman, les agences de renseignement occidentales ont eu une réaction totalement différente concernant sa mort. Dans les capitales du monde libre, personne n'a versé de larme sur le décès prématuré du général.

 

Article écrit par Michael Bar-Zohar et Nissim Mishal, auteurs du livre récemment publié : «Mossad - les grandes opérations."

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 09:27

 

 

 

 

 

 

Bann-Dicolette.jpg

דוגמת מילון צרפתית (1) דוגמת מילון צרפתית (EXEMPLE A VOIR) 

 

Indispensable - Le grand dictionnaire bilingue et bidirectionnel français-hébreu-français répond à une demande constante d'un large public francophone et hébraïsant qui ne trouve pas dans les dictionnaires classiques et généralistes des solutions à leurs besoins lexicaux dans les deux langues.


Il est constitué d'une partie
 français-hébreu et d'une partie hébreu-françaissoit près de 60 000 entrées et sous-entrées dans chacune des deux langues et de plus de 200 000 mots, nuances et contraires.
 
De nombreux termes nouvellement apparus ou récemment mis en exergue par les médias écrits et oraux, avec bien souvent de nouvelles acceptions ont eux aussi été inclus.
 La modernité du vocabulaire proposé dans cet ouvrage constitue un reflet fidèle du monde d'aujourd'hui.
 
Moderne et riche, il comprend des milliers de termes nouveaux et actuels, des néologismes, notamment dans les domaines du quotidien (âgisme, jeunisme, abribus, et autres) de l'informatique (RAM, logiciel, progiciel, piratage, la Toile, Texto,), de la politique : (politiquement correct, développement durable), de l'économie (télévente, mercatique, porte-monnaie électronique, téléachat, F.M.I), de la santé (SIDA, sidéen, liposuccion, IRM, génétiquement modifié, ergothérapie), de la juridiction (à l'amiable), de l'armée, de la police, du terrorisme (drone, poseur de bombe, liquidation ciblée, bombe humaine), du sport (parapente, beach-volley, snow board, VTT ), des médias (évènementiel, tabloïde), et même les termes dits « familiers » signalés par un ☺.

De plus il  regorge de locutions et d'expressions


דוגמת מילון צרפתית (1) דוגמת מילון צרפתית (EXEMPLE A VOIR) 



Le Grand Dictionnaire français-hébreu / hébreu-français,  

signé Colette Allouch  , éditions "Prolog"       

D'un concept tout à fait nouveau,  totalement à jour et contemporain 

 il  comprend plus de 120.000 entrées, 1  120 pages.

 

En vente dans toutes les grandes libraires et en ligne

http://www.prolog.co.il/prologweb/Book.asp?book_id=832 

 

http://www.prologlearnhebrew.com/ALL/book.aspx?language_id=3&product_id=85 

    המילון העברי-צרפתי / צרפתי-עברי 

 מאת  קולט אלוש  - הוצאת "פרולוג"  

מילון מקיף ועכשווי ביותר.

 המילון כולל כ-120,000 ערכים,    1120 דף.

 


E

 


En quoi ce dictionnaire diffère-t-il des autres dictionnaires bilingues français-hébreu 

 

** Moderne et riche, il comprend des milliers de termes nouveaux et actuels, des néologismes, notamment dans les domaines du quotidien (âgisme, jeunisme, abribus, et autres) del’informatique (RAM, logiciel, progiciel, piratage, la Toile, texto, ordinophobe, cyberdélinquant, cybercommerce), de lapolitique : (politiquement correct, développement durable), de l’économie (télévente, mercatique, porte-monnaie électronique, téléachat, F.M.I), de la santé (SIDA, sidéen, liposuccion, IRM, génétiquement modifié, ergothérapie), de la juridiction (à l’amiable), de l’armée, de la police, du terrorisme (drone, poseur de bombe, liquidation ciblée, bombe humaine), dusport (parapente, beach-volley, snow board, VTT ), des médias (évènementiel, tabloïde), et même les termes dits « familiers » signalés par un J.

 

** Il regorge de locutions et d’expressions qui, par leur portée métaphorique, invitent l’usager à manier une langue colorée et imagée, tout en permettant d’apprivoiser les subtilités des deux langues.

 

**Conformément à la pratique la plus répandue dans les dictionnaires, la nomenclature (la liste des entrées) est classée par ordre alphabétique, c’est aussi le cas  des formes fléchies, des mots composés, des pluriels, des locutions et expressions qui trouvent aussi leur place dans cet ordre en facilitant ainsi leur recherche.

 

** Les termes en hébreu y figurent en « graphie pleine » (כתיב מלא     ) afin d’en faciliter la lecture et la compréhension.

 

** Les équivalents des verbes français à l’infinitif sont également donnés à l’infinitif en hébreu (ל-  ) contrairement à l’usage dans les dictionnaires hébraïques où le verbe est donné sous sa racine (פ.ע.ל.). Chose pas toujours évidente pour l’usager lambda.

 

** Les noms communs et les verbes ayant plusieurs acceptions sont suivis soit d’une courte définition soit d’un synonyme, exemple :

   abaissement m. [baisse]       הוֹרדה (נ), הנמכה (נ); שיטוח (ז),  רידוד (ז)

  abaissement m.[avilissement]                              השפלה (נ), שפילה (נ)

Colette Allouch


Partager cet article
Repost0
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 07:03

 

 

 

Quand Israël rencontre l’Afrique : MASHAV

Josiane Sberro
© 
primo, 08-09-2010



EXPOSITION MASHAV, du mercredi 1er septembre au samedi 18 septembre 2010
À la mairie du IIIe arrondissement.


MASHAV ! Depuis des mois on en parlait, on le proposait, on en rêvait, sans résultat. 

Pour présenter MASHAV au public il a fallu subir deux années pleines de démarches laborieuses, de dossiers, de demandes et de refus essuyés sans ménagements de la part de toutes les mairies parisiennes.

Projet aux limites de l’abandon sans la courageuse ténacité d’une petite équipe du Bnaï Brith.

L’invitation de monsieur Aidenbaum Maire du IIIème arrondissement n’en n’a que plus de prix. Merci Monsieur le Maire pour votre engagement permanent aux côtés des causes justes .

Pour nombre de pays sous développés, le curieux sigle de MASHAV est symbole d’espoir et de formation. MASHAV, c’est tout simplement l’acronyme des termes hébraïques désignant le « Centre de Coopération Internationale du Ministère des Affaires Etrangères israélien. »

A défaut de disposer de ressources financières démesurées, Israël dispose de savoir faire et d’une immense volonté de faire savoir.

Mashav programme d’aide à la formation de techniciens dans les pays en voie de développement, est né dès 1948. Golda Meir et les premiers dirigeants du pays naissant ont immédiatement émis le désir d’aider des pays aussi fragiles que le leur. 


Ils mettent l’Afrique au centre du système de coopération internationale.

Cette volonté répondait à l’orientation politique ouvertement socialiste d’Israël pays créateur du kibboutz. Israël en 1948 est un pays jeune et sans ressources. Le projet Mashav représente pourtant 1% du budget national, accordé à l’aide au developpement.

A la même période, le budget de l’aide accordée par l’Europe du Nord s’élève à 0,8 % des budgets nationaux.

Burkina Faso, Côte d’ivoire, Ghana, Congo, Nigeria ont bénéficié de cette aide à la formation. Des centaines d’israéliens formateurs résidaient dans ces pays.


250 000 personnes ont été formées dans le cadre de MASHAV.

Après les « années d’or » de 1960 à 1968, au lendemain de la guerre de Kippour en 1974, menaces et intimidation de la sphère arabo-musulmane mettent fin à cette ère d’entente fraternelle et féconde concernant 33 pays africains.

L’Afrique entre dans le giron politique de la Ligue Arabe. Israël connaît alors une période d’isolement. Les centaines de coopérants israéliens expatriés sont devenus dix experts.

Certains pays comme la Côte d’ivoire ont pourtant maintenu avec Israël cette amitié et cette coopération mises en place par le regretté Houphouët Boini. 

Dans ce pays, les relations amicales sont telles, que le dernier ambassadeur d’Israël mis à la retraite est revenu vivre dans le pays pour travailler bénévolement dans une ONG !

Il ne s’agit en aucun cas de dotations financières mais bien, dans un but humanitaire, de coordination et de mise œuvre de projets de développement riches d’avenir pour le pays concerné.


Transfert de technologies, amélioration des compétences et des conditions d’exploitation.
 

Le domaine privilégié par cette collaboration est celui de l’agriculture. Les techniques adoptées varient en fonction de la problématique du pays aidé. 

Projet High Tech de greffes botaniques améliorant la résistance des espèces ; au Burkina Faso projet d’irrigation reliant par des tunnels le lac Bam aux terres cultivables ; au Sénégal système d’irrigation au goutte à goutte.

Expériences d’exploitations communautaires en Côte d’Ivoire, avec formation à la gestion des productions et à leur vente

Aide médicale en ophtalmologie au Vietnam et aux Îles Marshall.

En Côte d’Ivoire, coopération pour traiter la « cécité des rivières », affection grave de la région des lacs, menaçant les enfants de cécité.

Coopération très importante : soins immédiats et formation de médecins ophtalmologistes. Investissements dans les infrastructures et la formation.

Aide technique et médicale dans les pays touchés par des catastrophes naturelles.

« Je suis un meilleur médecin, je suis un homme meilleur grâce à ce qu’Israël m’a donné » écrit un jeune gynécologue Nigérien formé au cours de ce programme.


A l’issue du vernissage de l’exposition, une conférence a réuni prés de trois cents personnes.
 

Echanges passionnés et passionnants grâce à l’efficace collaboration de Monsieur le Maire.
Sur son invitation de nombreux responsables culturels économiques et diplomatiques de différents pays africains se sont joints à la manifestation. Salle colorée chaleureuse et attentive.

Surprenantes prises de paroles des « anciens » Côte d’Ivoire, Madagascar, Burkina Faso qui ont vécu et largement connu les périodes de la coopération.

Le propos est ému et émouvant, l’amitié, la reconnaissance simple et sereine atteint largement le public attentif qui ne décroche pas malgré les trois heures de réunion.

C’est le tour de jeunes diplomates africains : « Nés après 1973, nous n’avons jamais entendu parler de MASHAV ! Ce programme nous interpelle fortement et nous voulons en savoir plus ! »

Les prises de paroles se succèdent, échanges fructueux où l’humain prend enfin le pas sur la basse politique qui dans les flots de désinformation ambiante tente d’étouffer la véritable nature de l’Etat d’Israël.

Que faut-il pour être éligible à ce programme ? Il suffit de s’adresser à MASHAV. Sont elligibles les pays mêmes qui n’ont pas de relations diplomatiques avec Israël comme ce fut déjà le cas bien des fois.


MASHAV sort enfin de l’anonymat voulu dans lequel il est maintenu par des nations jalouses de garder la main sur leur pré carré.

La dernière intervention de cette mémorable soirée reste la plus inattendue, et la plus touchante. 

Une jeune femme noire se démène pour prendre la parole. De petite taille on ne l’aperçoit pas tout de suite. Elle se saisit enfin d’un micro :

« Je suis Haïtienne. J’ai entendu qu’il y avait quelque chose de juif à la mairie ce soir et je suis venue pour vous dire ça : Dans mon pays en Haïti on nous a toujours dit, n’approchez pas les juifs ce sont de méchantes gens. Nous avons toujours cru que c’était vrai et nous ne les aimions pas. Mais les juifs sont venus chez nous et nous avons compris que l’on nous avait menti. Je suis venue vous dire que nous aimons les juifs » !!

Une ovation immense, beaucoup de mouchoirs et de larmes achèvent cette prestation. Embrassée trois cents fois cette petite femme, c’est peu dire. Rieuse heureuse d’être comprise et reconnue.

Pour le public juif présent, immense choc visible par l’émotion et les larmes essuyées d’être en public reconnu « peuple non méchant ».

Si MASHAV n’avait servi qu’à cette seule révélation pour les Haïtiens, cela nous aurait suffi comme le disent tous les juifs au soir de Pâques !


Josiane Sberro
© Primo, 08-09-2010
Partager cet article
Repost0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 20:26

 

Merci Albert


 

Tsedek-Info d'Israël n° 83

Septembre-Octobre 2010

 

 

 

 

 Distinctions & performances

 

 

- Le "World Competitiveness Yearbook" (Institut Suisse pour le développement du management) a classé Israël 1er sur 58 pays pour la résilience (résistance à la crise) et 17ème pour la compétitivité.

- Ruth Eglash journaliste au Jerusalem Post a reçu le prix d'honneur du Centre International des Journalistes dans le concours de reportage sur la culture croisée.

- La coupe "Imagine" de Microsoft a été gagnée par 3 étudiants du Technion, Yoav Cantor, Keren Goren et Amit Gil, qui ont mis au point le système "Help" qui gère efficacement un scénario de secours d'urgence après une attaque criminelle.

- Baroukh Minke, avec 2 autres lauréats américains, ont reçu le prix des Asturies pour leur recherche sur la douleur (50 000 euros chacun)

- Arik Zeevi, 33 ans, a remporté à Vienne la médaille de bronze catégorie 100 kg au championnat d'Europe de judo.

 

 

 

 High Tech

 

 

 

- La nanotechnologie est en fête. 2 centres viennent d'être inaugurés, l'un de 7000 m2 à l'Université de Bar Ilan, l'autre de 5000 m2 à l'Université Ben Gourion. 75 sociétés ont des groupes de recherche et de développement dans ce domaine qui révolutionnera la science lors de la prochaine décennie: lutte contre le cancer, cellule photovoltaïque, lubrifiant, livraison programmée de médicaments dans le corps, exploration corporelle, textiles antibiotiques…

- Le président Igor Peer de Plurality et le président JaponaisKiyoyuki Suzuki de Advanced Media ont convenu de développer en commun des technologies avancées de traduction, notamment par la reconnaissance vocale instantanée, grâce à leur processeur multi-coeur.

- Pr Meital Ziberman dirige le département d'ingénierie biomédicale de l'Université de Tel Aviv, appelé "laboratoire des Miracles de la médecine". Elle a mis au point des implants biodégradables, disparaissant du corps après leur mission de support des ligaments cardiaques, ou pour régénérer les os, faciliter la chirurgie périodontale, détruire des cellules cancéreuses ou pour traiter les plaies des grands blessés en pansement antibiotique. A base de polymères en filaments poreux, ces implants servent aussi de plateforme de livraison programmée de médicaments, là ou quand il le faut.

 

 

 

  Tourisme & transport

 

 

 

- Pour décongestionner Jérusalem, le maire Nir Barkat a présenté un plan sur 5 ans qui coûtera 8 milliards de shéqels. En 2011, le tramway de la ligne rouge reliant le Mont Scopus au Mont Herzl sera inaugurée. Elle sera ensuite prolongée au nord jusqu'à Névé Yaakov et au sud jusqu'à Qiryat Ménahem, avec une liaison entre les campus universitaires du Mont Scopus et celui de Givaa't Ram. Une ligne de Bus Rapides (ligne bleue) sera créée de la Colline des Munitions jusqu'à la Gare Centrale des Bus, puis jusqu'à Ramot, à travers Ramat Eshkol et l'autoroute Bar Ilan. L'ensemble pourra acheminer ½ million passagers/j. 5 nouvelles voies seront créées autour de la ville pour la décongestionner aux heures de pointe.

 

 

 Archéologie

 

 

- Pr J Dessel de l'Université de Haifa a découvert qu'au 12ème s avant l'ère courante, un grand royaume Philistin s'étendait aux frontières syro-turque. L'inscription "Palestine" (Philistins) en hittite a été trouvée sur le site d'Antakya (Antioche), ainsi qu'à Alep et à Hama. Cette zone est aujourd'hui le fief de la minorité alaouite régnant en Syrie.

- Yehiel Zelinger de l'Autorité des Antiquités (AA) et son équipe ont découvert 2 des 9 arches du pont d'un aqueduc datant du Moyen Age, lors de réparations sur le réseau hydraulique, à l'Ouest de la vieille ville de Jérusalem.

- De même à Tell Kassis, l'AA a découvert un site datant de 3500 ans où ses archéologues ont extrait plus d'une centaine d'ustensiles religieux intacts, des coupes et des plateaux, des jarres et des statuettes, dont certaines venaient de Mykonos en Grèce.

 

 

Révélations

 

 

Le saviez-vous ? Taglit-Birthright a amené dans le pays, en une décennie plus de 250 000 jeunes juifs de 18/26 ans, venant de 50 pays, dans le but de renforcer leur identité et leurs liens avec Israël. 40 000 soldats ont participé aux tours.

Le saviez-vous ? Un couple sur 5 seulement est "très satisfait" de sa vie conjugale, selon l'avocat AvrahamAzrielant qui a commandé l'étude. Pour lui, les gens non heureux en mariage sont moins efficaces sur le plan socio-économique

Le saviez-vous ? 70% des réservistes ne se présentent pas pour accomplir leur devoir annuel, avec ou sans autorisation.

 

 

 

 Défense

 

 

 

Israel Military Industries a développé un missile de160 mm, appelé "Magic Spear", guidé par GPS, ayant 50 km de portée et une précision de 10m, permettant de libérer la couverture par l'armée de l'air des troupes au sol, derrière les lignes ennemies. Le lanceur est le Lynx qui tire divers missiles jusqu'à 150 km à partir d'un camion.

 

 

 Inventions et découvertes

 

 

- La Torah contient des erreurs de scribe créées tout au long des générations, lors des diverses transcriptions. A la demande de Rabbi Shabetai Rappaport, chef du Beyt Midrash de l'InstitutJesselson à l'Univerité Bar Ilan, Amihoud Amir, expert du Collège des sciences exactes de l'Université, a trouvé le moyen de reconstituer le texte original, en s'inspirant des cycles de la nature, car il y a une similitude entre les algorithmes digitaux de ces cycles et ceux de la  correction selon "la mesora" (tradition orale qui est transmise de père en fils et qui contient la bonne prononciation, la cantillation et la structure du texte). La version de la Torah du Sinaï reconstruite par ordinateur pourrait apporter une lumière nouvelle sur un texte fondamental.

- Le gisement de gaz offshore Léviathan, découvert au large d'Ashkelon, qu'exploite Délek, aurait des réserves de plus d'un siècle !

- Nathan Nelson du Département de biochimie de l'Université de Tel Aviv a pu générer une tension électrique de10v en mettant des cristaux protéiniques tirés de pois verts sur des plaques recouvertes d'or. On peut ainsi développer de l'énergie solaire basse tension à partir des plantes

 

 

Problèmes de société

 

 

- Une enquête a été menée par le Centre de Recherche Shilouv, avec le collège universitaire de Netanya sur la perception de la corruption dans l'administration:

.. 83% pensent que les responsables de la planification urbaine sont plus ou moins corrompus

.. 47% pensent que la cause de la corruption est la bureaucratie, 39% la collusion avec les intérêts des affaires

.. 59% sont favorables à la simplification des procédures pour obtenir un permis, et 27% pensent que cela réduirait la corruption, mais 16% pensent le contraire

- La population israélienne est jeune, 10% de plus de 65 ans contre 15% en Occident - Les 0/4 ans représentent 10% de la population – L'âge médian est 28 ans pour les hommes et 30 ans pour les femmes – L'âge médian du mariage est de 25 ans pour les hommes et de 22 ans pour les femmes - La famille juive a 3 enfants en moyenne (contre 3,8 pour la musulmane et 2,1 pour la chrétienne) - 20% ont 3 enfants et 16% ont 4 enfants et plus - 70% de la population (7,6 millions) est née dans le pays.

- De nouvelles incitations sont prévues pour faire revenir les 750 000 émigrés: 2,5 ans d'exemption fiscale, réduction de la TVA sur les meubles et la voiture, annulation de l'amende de 9000 sh, pour la Sécurité Sociale, exemption de 6 mois de cotisations… En 2008/9, on a recensé 20 200 retours

- Pr Brick Yitshaq, directeur d'Eshel et Ariella Livenstein de l'Université de Haifa ont publié les résultats d'une étude comportementale vis-à-vis des parents âgés.

.. 63% pensent qu'il faut habiter à proximité d'eux pour s'en occuper (Europe: 30%)

.. 85% s'en occupent, même sans être formés pour cela (50% en soutien psychique, 28% aident aux courses, 10% aident au ménage ou aux gros travaux, 9% aident financièrement)

.. 41% pensent qu'il faut faire un sacrifice pour prendre soin d'eux

.. 71% pensent que cet effort est un juste retour des sacrifices consentis par leurs parents

- Selon un sondage réalisé par Smith Institute pour l'associationHidoush pour une égalité religieuse en Israël, 73% de citoyensjuifs pensent que les écoles religieuses financées par l'Etat

devraient avoir l'obligation d'enseigner des sujets qui permettraient à leurs élèves de se débrouiller plus tard dans la vie, une langue étrangère, les mathématiques et les sciences, le civisme.

 

 

 

Environnement

 

 

- Une équipe menée Dr Hadas Mamane de l'Ecole Porter de l'Université de Tel Aviv a montré que la longueur d'onde optimale d'irradiation UV contre les micro-organismes de l'eau, en traitement préliminaire, serait de 254/270 nanomètre (nm). Cette donnée est très utile pour les usines de traitement et de désalinisation de l'eau, car elle permet de purifier les membranes, détruisant l'ADN des micro-organismes et les tuant.

- Il y a 45 bassins d'élevage de poisson, la plupart des fermes se situant dans des qibouts, près d'une rivière. On produit 18 000 t de poissons (soit 1/3 du marché), sur 2900 hectares, avec 90 millions m3 d'eau. Pour rendre cette pisciculture plus écologique (nourriture plus adaptée, traitement des effluents, rivières moins polluées en substances chimiques et antibiotiques…), il suffirait d'augmenter le prix de vente de 1sh/kg.

 

 

 

Agriculture et botanique

 

 

- Shmouel Galili du centre Volcani a développé un lait de pois chiche, se substituant au lait de soja qui contient trop dephytoestrogène, nocif sur le plan hormonal

- Dr Asaf Aharoni et son équipe de l'Institut Weizmann ont découvert le gène à l'origine de la couleur rose foncé d'une variété de tomates obtenues par mutation, (le SYMIB12) parmi 400 gènes, selon une méthode rapide d'identification des métabolites dans les plantes mutantes. Cette variété a moins delycopène, pigment rouge anti-oxydant puissant, sa peau est plus fine et moins souple, du fait de l'altération des éléments gras. Ce gène découvert contrôlant la couleur et d'autres substances, on pourra alors prévoir à l'avance la couleur et la variété des tomates plantées.

 

 

Économie

 

 

- L'écart de revenus entre hommes et femmes pour la même qualification est de 15%. 67% des femmes entre 18 et 64 ans travaillent contre 79% des hommes entre 18 et 67 ans.

- Parmi les pays de l'OCDE, Israël est celui qui a la dette la plus faible par rapport au PNB, soit 70%, contre 90% à 250% pour de nombreux pays. Son inflation moyenne sur 10 ans est de moitié celle de l'OCDE. Le PNB croîtra de 3,7% en 2010, avec un taux de chômage de 7% seulement, ce qui est exceptionnel, les valeurs moyennes respectives pour OCDE étant de 2,1% et de plus de 10%. Rappelons que le PNB d'Israël est de 29 882 $/hab contre 33 556 $/hab pour la France. Pour se situer parmi les10 premiers états, il faudrait dépasser les 40 000 $/hab

- 71% des ménages ont des ordinateurs et 91% de ceux-ci ont des connections Internet. 62% ont une auto et 19% en ont 2 ou plus. Tout citoyen a 2,1 portables

- Le salaire moyen est 8209 sh/mois, et il faut 7 années de salaire pour payer un appartement.

 - 2 Israéliens sur 3 est propriétaire de son logement et 3 sur 4 ont plus d'une pièce par logement. En 10 ans le prix du logement a crû de 40%, un peu plus que l'inflation (34%)

- La crise a surtout touché les professions indépendantes (13% de l'économie), notamment l'architecture et la restauration.

 

 

 Culture

 

 

La ville de Jérusalem envisage de dresser un monument à la mémoire des 22 684 soldats et personnel de sécurité morts pour défendre la terre d'Israël depuis 1860.

 

 

Santé

 

 

- Une étude menée par Dr Shai Kviti du Sheba Medical Center et de l'Hôpital Tel Hashomer auprès de 11000 personnes de plus de 40 ans sur plus de 10 ans, montre que les personnes en bonne santé mais qui ont un taux de glucose supérieur à 95 mg% (à jeun) risquent des conséquences cardiovasculaires et devraient avoir une stricte hygiène de vie, une perte de poids et une activité de plein air.

- Dr Alon Chen de l'Institut Weizmann a découvert la cause du "stress" qui entraîne des désordres métaboliques tels que le diabète2 ou l'artériosclérose: la protéine Urocortine-3 (Ucn3), produite dans des cellules du cerveau, régule par sa présence les effets du stress et contrôle notamment les cellules réceptrices de l'hypothalamus et de la zone du cerveau liée au comportement et à l'anxiété. La mise au point d'un traitement du stress et de ses effets sur l'organisme pourrait être obtenu par le dosage de cette protéine.

- Pr Gideon Shemer, Pr Benjamin Podbilewicz, Meital OrenSuissa du Technion et Dr Millet Teinin de l'Ecole Hadassah de l'Université Hébraïque, ont découvert dans le système nerveux d'un ver d'un mm et transparent (C. elegans qui n'a que 302 neurones et qui est une mine d'or pour l'étude du système nerveux), un gène qui sculpte le système nerveux en une forme de "ménorah" (candélabre). La protéine EFF-1 et son gène jouent un rôle important dans la formation et l'entretien de cette structure en candélabre. Cette découverte permettrait de réparer chez l'homme toute atteinte du système nerveux central.

- Pr Anat Loewenstein, chef du Centre Médical de l'œil à l'Hôpital Sourasky a adapté les découvertes en matière d'usage du laser pour traiter l'œdème maculaire des diabétiques en ophtalmologie. En effet, associé à l'injection de Lucentis, le laser permet de drainer les écoulements de sang, provenant des vaisseaux microscopiques de la rétine.

- Grâce au prélèvement de sang sur 100 000 soldats et l'étude de 12 000 gènes, Pr Anat Achiron, du Centre Médiall Sheba, a découvert les protéines liées au développement de la sclérose multiple, où la myéline qui protège les neurones est détruite par le système immunitaire.

- Pr Sigal Sidetsky, directeur de l'Unité "cancer et radiation" au Centre Médical Gertner Sheba a trouvé une prévalence de 1,4 pour 2 formes de cancer du cerveau (gliome et méningiome) chez les adultes qui utilisent un portable ou un téléphone sans fil 30 min/j pendant 10 ans. Pr Elihou Richter de l'Ecole Braun àHadassah (Université Hébraïque) conseille de prendre des précautions: téléphone à fil chez soi, et mobile loin de son corps et utilisé pour les urgences uniquement.

 

source: Jerusalem Post, Jerusalem Report, Haaretz, YédiotAh'oronot -- contribution: Albert SOUED

la série de Tsedek-Info est en ligne àhttp://www.nuitdorient.com/40a.htm

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 09:20

 

 

ISRAËL ÉNERGIE – MIRACLE OU MIRAGE ? 

 LE SOUS-SOL D'ISRAËL RENFERMERAIT D'ÉNORMES GISEMENTS DE PÉTROLE -

LA SOCIÉTÉ DE PROSPECTION GIVOT ANNONCE LA DÉCOUVERTE D'UN PUITS CONTENANT 1,5 MILLIARD DE BARILS.

 

Par Jacques Bendelac (Jérusalem)

israelvalley.gif

 

petroleIsraël pourrait-il faire concurrence au Qatar? Toujours est-il que la société Givot Olam Oil Ltd, qui effectue des forages dans le centre du pays, vient de faire une annonce à la Bourse de Tel Aviv: le puits “Meged-5”, situé près de la localité de Rosh Haayin, contiendrait 1,5 milliard de barils de pétrole brut. Si la découverte se confirmait, elle serait équivalente au dixième des réserves connues du Qatar.

Le rapport définitif sera présenté officiellement le 5 septembre par Givot, mais dès lundi soir, la société de prospection a remis à la Bourse de Tel Aviv un compte-rendu provisoire. Il y est écrit que « la quantité de pétrole trouvée dans le puits (oil in place) de Rosh Haayin est évaluée à 1,525 milliard de barils ». C’est la première fois que la quantité de pétrole découverte est publiée avec précision.

Si la découverte est confirmée, Israël pourrait faire partie de principaux producteurs de pétrole. A titre de comparaison, les réserves connues à ce jour dans les 15 grands pays producteurs du monde sont de 133 milliards de barils; le Qatar, par exemple, possède 15 milliards de barils dans son sous-sol.

Néanmoins, il est trop tôt pour savoir si cette découverte va se traduire par une “manne pétrolière” pour Israël. Pour l’heure, il s’agit de la quantité de pétrole qui se trouve dans le puits (“oil in place”) et non de la quantité exploitable (“recoverable oil”) qui ne sera connue que plus tard.

Jacques Bendelac 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 20:14

 

 

 

La légion adopte le krav maga, méthode israélienne de combat rapproché

Jean Guisnel

La légion adopte le krav maga, méthode israélienne de combat rapproché

Le krav maga est une technique de combat mise au point pour l'armée israélienne © SIPA

Click here to find out more!

On lira avec intérêt, dans le n° 723 (juillet 2010) de la revue de la Légion étrangère Képi blanc un article sur un art martial peu connu (des profanes), le krav maga. Il s'agit d'une technique de combat mise au point pour l'armée israélienne par Imi (Emmerich) Lichtenfeld, né en Hongrie en 1910 et mort en 1998.

De son enfance dans les rues de Budapest, et des combats qu'il y avait connus, il s'était construit une théorie personnelle de défense, utilisant les mouvements et les réactions naturels du corps pour organiser sa défense, tout en les combinant avec des contre-attaques immédiates. Il en déduisit la théorie de l'attaque et de la défense combinées, consistant notamment à ne pas utiliser simultanément les deux mains dans le même mouvement défensif.

Le 1er régiment étranger d'infanterie dispose d'une "section krav maga", qui "participe à la formation complémentaire des volontaires du régiment". Elle a été mise en place avec le soutien de la fédération IKMF France. Technique militaire de défense avant d'être un sport, lekrav maga est complémentaire de la TIOR (Technique d'intervention opérationnelle rapprochée), comme on appelle désormais le "corps-à-corps" dans les armées.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 05:27

 

 

Israël : 1ère Présidence non-européenne d’Euréka R&D.

 

Ambassadeur (retiré) Yoram Ettinger, “à y repenser”

Adaptation : Marc Brzustowski

Pour © 2010 lessakele et  © 2010 aschkel.info

En provenance directe du bureau du Conseil d’administration #144, 16 juillet 2010

 

1.  L’initiative Bio-Jérusalem a été mise en place, dans le but de transformer Jérusalem en capitale de la bio-médecine d’Israël. 43% de la recherche biomédicale est menée à Jérusalem. 12% de la force de travail de Jérusalem est engagée en biomédecine et santé publique. L’Université Hébraïque de Jérusalem se situe au 12è rang mondial pour le nombre de brevets déposés en biomédecine. Les candidats diplômés du doctorat hébreu U Ph.D dans les disciplines de la biologie, de la médecine, de la pharmacologie et de la chimie constituent un potentiel exceptionnel pour les industries biomédicales à Jérusalem. L’école de Pharmacologie se concentre sur le développement pharamaceutique. L’incubateur BioLine de Jérusalem est orienté vers les biotechnologies, et reçoit une subvention d’1,5 million de $ de la part du chef de programme scientifique d’Israël, comparé aux 600 000 $ accordés aux autres incubateurs. L’incubateur Van Lear de Jérusalem se situe au sommet du groupe des start-ups fournissant des équipements médicaux. L’Hôpital Hadassah a établi un centre d’essais cliniques. 130 sociétés biomédicales opèrent à Jérusalem (dont Teva, Medinol et Bainsway), ce qui équivaut à 35% du total des entreprises biomédicales opérant en Israël, en seconde position juste derrière Rehovot. Durant les 3 dernières années, le nombre d’entreprises de biomédecine –à Jérusalem – a augmenté de 27% et le nombre de gens travaillant dans le domaine biomédical a augmenté de 40%.

 

2.  Le PDG de Microsoft, Steve Balmer : “ Microsoft est autant une société israélienne qu’une entreprise américaine, du fait de l’importance de ses technologies israéliennes (Wall Street Journal, 23 novembre 2009). Les acquisitions israéliennes dans Microsoft : Gteko (2006 - 120Mns de $), Kidaro (2008 - 100Mns de $), Whale (2006 - 76Mns de $), Peach (2000 - 72Mns de $), Zoomix (2008 - 30Mns de $), YaData (2008 - 25Mns de $), Olap Technologies (1996 - 20Mns de $), MaxiMal (2001 - 20Mns de $), Felican (2003 – 800,000 $), WebPoint – indisponible, Dimension sécurisée – indisponible) – Globes, 29 Juin 2010

 

3.  La Fondation binationale de R&D (BIRD) a subventionné plus de 800 projets conjoints américano-israéliens, qui ont rapporté plus de 8 milliards de $ aux sociétés bénéficiaires. La Fondation qui répartit les fonds envisage une expansion de 30 millions de $ pour chacun des 2 pays (Globes, 18 Juin).

 

4.  Israël est le premier pays non-européen a être élu à la présidence d’Eureka (juillet 2010), le programme intergouvernemental européen de R&D, le plus vaste dans le genre au monde. La participation des entreprises israéliennes dans les projets d’Eureka a dépassé 10%, bien au-delà de la  proportion de l’économie israélienne (dans l’Europe).

 

5.  Vingro Israël a atteint 11 millions de $ de prise de participation dans AMEX, côté au New York Stock Exchange (Globes, le 25 juin)

 

6.  Atheros basé à Santa-Clara est à la tête – aux côtés de Sequoia Capital, Benchmark Capital et Tallwood Venture Capital- d’une 3è round de placements privés d’une valeur de 20 millions de $ dans le Wilocity* israélien (Globes, 15 juillet). Sequoia Capital co-dirige un 2 ème round d'investissements dans le Snaptu israélien (Globes, 24 juin).

·         Wilocity : technologies d’ordinateurs

·         Snaptu : applications internet sur téléphones mobiles.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 00:55

 

Merci Yéhouda

pour aschkel.info et lessakele

 

 

Côté Psy

 

Bien relatif ou bien absolu

 

Yehouda Guenassia

Psycho-Analyste

 

Comment rendre supportable la détresse humaine, survivre, se reconstruire, après s’être senti trahi, en rupture – et c’est bien le sentiment qu’éprouvèrent par exemple les expulsés du Goush Katif –, voire en conflit avec son propre héritage culturel, avec ce que cela implique de désarroi, de perte de repères et de sens ?

Tout travail sur les représentations doit viser deux termes, parfois opposés : élucider la part d’illusion, et soutenir contre la détresse. « L’acceptation de la réalité est une tâche toujours inachevée ; aucun être humain n’est affranchi de l’effort que suscite la mise en rapport de la réalité intérieure et de la réalité extérieure », écrit le psychanalyste anglais Donald Winnicott.

La Haftara de Matot-Mass’ei (Jérémie 2) nous aide à décrypter ce que le réel semble vouloir nous indiquer : « Les détenteurs de la Torah  ne me connaissaient pas ». Ils ne parvenaient pas à se relier à la véritable connaissance (daat), alors que, de « bonne foi », ils se pensaient en règle, cachères la-Mehadrin. Cependant le Temple fut détruit.

Ce défaut de connaissance est un travers qui frappe l’ensemble de l’humanité. Cette pénétration du sens des choses (c’est le sens véritable de daat) est souvent remplacée par une superficialité constitutive. Le Naassé peut être en place, en apparence, mais le Nichma fait défaut, comme si nous n’étions pas entendus, faute d’entendre nous-mêmes. Je fais, tel un robot obéissant, et les gestes ne sont pas suivis de réponse.

Cette présence au monde nous est demandée à chaque instant de notre vie. En psychologie, nous rencontrons fréquemment cette difficulté à être. Au passage de l’adolescence, se met en place un processus de destruction afin de tenter de devenir un être à part entière. Ce passage obligé affole les parents. De la même façon, nous n’avons pu échapper au ‘Horban, qui était la condition de la reconstruction que nous sommes appelés à vivre. La lecture au premier degré des causes de la destruction aurait tendance à nous plonger dans un sentiment de culpabilité, de désespérance, qui ferait le jeu des forces du mal, lesquelles sont inhérentes au plan humain dans lequel nous nous débattons.

L’illusion, la distorsion du réel, trouvent leurs racines dans la faute du premier homme. Depuis lors, nous n’accédons qu’au niveau de la ressemblanceavec l’Etre suprême, et n’avons pas encore retrouvé Son image. Privés de cette unité perdue, nous ne pouvons concevoir la réalité autrement que par comparaison : la notion de vie ne peut être appréhendée que par rapport à son absence, la mort, le chaud relativement au froid, le plaisir face au déplaisir. Appréhender ce monde en-dehors de cette dualité, c’est un travail que les psychologues appellent conscience, et que notre tradition nomme Emouna.

Cela nous est paradoxalement rendu plus facile dans cette période appelée BeinHa-Metsarim, (« entre les limites »). Temps de réparation du  programme endommagé, cette époque sera, grâce à notre conscience renouvelée, un moment de joie et de célébration, et le 9 av un Moëd, une rencontre entre D.ieu et son peuple. Le Séfer Yetsirane révèle-il pas que la lettre qui a créé le mois d’Av est le Têt, qui nous relie toujours au Tov, au Bien absolu ?

 

Visiter le site

www.therapienligne.com

 

 

esther-guenassia.gif

http://www.art-kabbalah.net/

 

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories