Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 09:40

 

 

http://nanojv.wordpress.com/2010/05/10/

 

Nucléaire israélien: ni oui, ni non. Hush…

May 10, 2010 by NANOJV JOINT VENTURES CONSTRUCTOR

Copyrights Nanojv:http://nanojv.com

Le monde bruisse de rumeurs sur l’arsenal nucléaire supposé d’Israël. Les analystes de défense les plus renommés estiment que l’Etat hébreu dispose d’une force de frappe au moins équivalente à celle du Royaume-Uni. On parle de plusieurs centaines de têtes nucléaires. Depuis des décennies les experts internationaux produisent des hypothèses, esquissent des scénarios, dessinent des cartes détaillées, photos satellites à l’appui. Les sites sont nommés, décortiqués au centimètre près. Le moindre tumulus israélien est désigné, commenté. Zoom sur la très médiatique base de Palmah’im, au sud de Tel-Aviv, qui envoie des fusées dans l’espace depuis plus de 20 ans avec une précision d’orfèvre. Alors pour les questions de portée… Les conjectures poussent à 8000 km, sans problème. 8000 km? Vers les 4 points cardinaux, cela couvre à peu près la moitié de la planète, un hémisphère. Sans parler des sous-marinslivrés par l’Allemagne. Et des avions de chasse dernier cri qui comme en 2007 lors de l’opération Boustan en Syrie, franchissent, invisibles, les meilleurs systèmes de détection en activité…Et puis encore mille autres choses. Mais que dit Israël? Presque rien. Un lapsus - prescrit - d’Olmert. Digne des Monty Python. Juste pour la guerre des nerfs. Il y a un son en hébreu, une voyelle fermée, longue, aigüe, pour signifier que l’on ne souhaite pas faire de commentaire, mais que l’on en pense pas moins. Le nucléaire israélien relève de l’intraduisible, c’est sans doute mieux ainsi.

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 16:27

 

 

ISRAËL FRANCE - OCDE : NETANYAHOU, STEINITZ, BEN-ELIEZER A PARIS FIN MAI 2010 POUR FÊTER LA VICTOIRE. L'AUTORITE PALESTINIENNE A LAMENTABLEMENT PERDU (dans sa tentative) POUR DELOGER ISRAËL DE L'OCDE.

MAY 201010

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Ocde
Publié le 10 mai 2010

CHAMPAGNELe Conseil de l’Organisation de coopération et de développement économique s’est réuni ce matin à Paris pour une séance extraordinaire au cours de laquelle les trente et un pays membres ont approuvé à l’unanimité l’entrée d’Israël au sein de l’organisation. Selon un haut responsable israélien, aucun des pays n’a émis de réserves lors du vote. Le Premier ministre Netanyahu devrait convoquer cet après-midi une conférence de presse consacrée à ce sujet.

Israël a mené ces derniers jours une bataille diplomatique pour déjouer les tentatives de l’Autorité palestinienne de retarder la validation. Selon des responsables du ministère des Affaires étrangères, les Palestiniens ont multiplié ces derniers jours leurs efforts pour empêcher l’entrée d’Israël à l’OCDE. Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki, a notamment adressé une lettre aux trente et un ministres des Affaires étrangères des Etats membres dans laquelle il affirmait que le vote sur l’adhésion d’Israël devait être reporté car c’est un pays qui porte atteinte aux droits de l’homme des Palestiniens, ce qui va à l’encontre des valeurs prônées par l’OCDE.

Suite au vote de ce matin, le Premier ministre Netanyahu devrait se rendre au cours de la dernière semaine de mai au siège de l’OCDE à Paris pour assister à la cérémonie d’entrée d’Israël à l’organisation. M. Netanyahu sera accompagné du ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, du ministre des Finances, Yuval Steinitz et du ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Emploi, Binyamin Ben-Eliezer.

Au cours des dernières années, Israël s’est conformé aux normes de l’OCDE dans de très nombreux domaines pour pouvoir rejoindre l’organisation. Ces adaptations concernent notamment les domaines de l’environnement, de la finance et des investissements, de la lutte contre la corruption dans le cadre des transactions internationales, des produits dangereux, des assurances, des retraites, de la science et de la technologie, de l’informatisation et de la consommation.

Source: Revue de presse - Extraits de la revue de presse de l'Ambassade de France

Partager cet article
Repost0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 19:55

 

 

Pour continuer dans la bonne grâce de la "Providence"

 

Israel plus vert que jamais !!!

 

 


Les Israéliens se préoccupent-ils de leur environnement et œuvrent-ils pour réduire les effets néfastes de la pollution ? Apparemment, la réponse est affirmative, si l’on se base sur les résultats d’une enquête menée récemment à l’occasion de la Journée internationale de la Terre. 

D’après les chiffres qui ont été publiés, une écrasante majorité de la population israélienne, 95 %, considère que les questions touchant à l’environnement sont importantes et 98 % œuvre pour sa protection.  En outre, 93 % des personnes interrogées affirment être prêtes à séparer les déchets domestiques, si des moyens sont mis à leur disposition. Il s’avère aussi que les enfants sont ceux qui, à la maison, incitent leurs parents à adopter ce type de comportement. 

Le ministre de l’Environnement, Guilad Erdan (Likoud) a accueilli avec satisfaction les résultats de ce sondage. Il a notamment salué la contribution de la jeune génération, qui a une grande influence sur le comportement de la famille et souhaite visiblement vivre dans un environnement plus propre. 

Toujours d’après l’enquête, le public se préoccupe surtout de la récupération des bouteilles (42 %), alors que 38 % veille au maintien de la propreté et 27 % s’occupe du recyclage du papier et des journaux. 

Autre question importante: 91 % des Israéliens interrogés ont indiqué qu’ils accordaient une importance moyenne aux produits non polluants. Toutefois, pour un certain nombre d’entre eux, leur acquisition n’est pas toujours évidente, en raison de leur prix souvent plus élevé que la moyenne.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 19:37

 

 

Allez un peu de baume au coeur !!!


Israel est bien le pays du lait et du miel, et essaiera de voir ce qui se passe du coté des abeilles la prochaine fois....

 

Et oui ce pays donne le meilleur de lui même, même chez les vaches !

 

Une vache du kibboutz Carmia, dans la région qui jouxte la bande de Gaza, a été promue championne de l’année. Âgée de quatre ans, après avoir mis bas à trois reprises, elle a produit pendant un an 21400 litres de lait. Ces résultats ont été publiés par l’Union des éleveurs de bovins. Ils sont fondés sur les données enregistrées pour l’année 2009. La bête, nommé Souffa, a eu droit à une petite cérémonie et à une couronne de fleurs. Le kibboutz a également été félicité pour le rendement annuel moyen de son étable, avec 13 976 litres de lait par vache.

La plus grande étable du pays se trouve dans la vallée de Jezréel. La ferme de She’hafim est une coopérative appartenant aux kibboutzim d’If’at, Mer’havia et Méguido. Elle exploite 1055 vaches. En revanche, la vache laitière qui a produit la plus grande quantité de lait durant sa vie est au kibboutz Maoz Haïm. Elle en a produit 18 9147 litres et mis 14 veaux au monde.

La production de lait est la meilleure du monde, avec 11 653 litres par vache israélienne, contre 9 970 pour l’américaine et 8 000 pour la vache d’Europe occidentale. Même la célèbre vache hollandaise produit un peu moins de 90% des composants lactiques mesurés en Israël.

Selon l’Union des éleveurs, la qualité du lait s’est améliorée et contient aujourd’hui 10% de protéines de plus que dans le début des années 90 et un taux de matière grasse supérieur de 20%, en comparaison des données de cette même période.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 20:02
Boycotter Israël : une opération risquée
Par EVA SAMAK 
29.04.10

Avant d'entreprendre une campagne de boycott contre Israël, mieux vaut avoir conscience de certains détails... Car se refuser à soutenir l'Etat hébreu, c'est aussi renoncer à quantités de découvertes édifiantes.


PHOTO: JPOST

Près de 200 innovations et avancées, réalisées en Israël depuis sa création, sont énumérées sur le site Internet "ISRAEL21c". Certaines sont révolutionnaires, d'autres plus anecdotiques. Toutes cependant contribuent à l'enrichissement du monde, et au bien-être de l'homme. Nombre de domaines sont cités, depuis la recherche médicale jusqu'aux progrès faits en matière d'écologie, en passant par la technologie de pointe ou la lutte contre le terrorisme.

Boycotter Israël peut nuire à votre santé

Un très grand nombre de vaccins ont été conçus à l'Institut Weizmann de Rehovot. Les scanners et l'IRM ont été mis au point en Israël, et 75 % des médicaments vendus dans le monde sont fabriqués par des firmes israéliennes. Les chercheurs israéliens mettent actuellement au point la deuxième génération de médicaments pour traiter des maladies comme Alzheimer et Parkinson.

D'autres, experts des maladies infectieuses, ont été recrutés par l'Organisation mondiale de la Santé pour aider à prévenir la propagation de la grippe aviaire. Des exemples supplémentaires ? Un gène qui pourrait guérir les maladies de cécité est en cours d'étude par le géant pharmaceutique Pfizer. Un programme informatique a été cliniquement testé pour fournir des pronostics exacts de l'efficacité de la chimiothérapie contre le cancer du sein. Un médecin israélien a développé un vaccin contre le cancer du col de l'utérus.

Boycotter Israël peut endommager votre disque dur

Le premier logiciel anti-virus a été développé en Israël en 1979 et le nouveau processeur Intel multi-core y a été entièrement mis au point ! Les prodiges technologiques d'Israël ne s'arrêtent pas là : la technologie d'AOL Instant Messenger ICQ a été développée, en 1996, par quatre jeunes Israéliens. Et citons, en vrac, les téléphones cellulaires, les modems et la wifi, qui, s'ils n'ont pas été mis au point dans leur intégralité sur le territoire hébreu, n'auraient pas été finalisés sans la contribution active de ses experts.

Enfin, boycotter lsraël c'est renoncer à une culture musicale et cinématographique qui a fait ses preuves. C'est refuser d'écouter les chansons de Mike Brant ou de Yaël Naïm, c'est éteindre son téléviseur devant les séries produites par Haïm Sabban - Inspecteur Gadget, Power Rangers... - et c'est se soustraire aux innombrables productions hollywoodiennes dirigées par Arnon Milchan - Mr. & Mrs. Smith, Fight Club, Brazil, Pretty Woman, Marley & Moi... - ou Avi Nesher - les séries Marvell, les Superman et autres Spiderman... - des Israéliens fiers de soutenir leur pays d'origine.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 07:12

Israel offers humanitarian assistance to daughter of Hamas strongman in Gaza
By Nigel Rice & Margot Dudkevitch for Guysen International News - Sunday 25 April 2010

http://www.guysen.com/en/article_Israel-offers-humanitarian-assistance-to-daughter-of-Hamas-strongman-in-Gaza_684.html

 

Adapté par Aschkel pour

Pour aschkel.info et lessakele

 

 

 

AP/Hatem Moussa

 

Israël a approuvé le transfert de la fille du 
ministre de l'Intérieur du '
Hamas de Gaza  à l'hôpital en Jordanie, en dépit du fait que le Hamas refuse de permettre aux membres de la Croix-Rouge internationale de visiter Gilad Shalit. Fathi Hamad est considéré comme l'un des hommes les plus forts du Hamas, l'ancien chef de l'aile militaire du Hamas Izzadin-al-Qassam, Fathi est également impliqué dans les négociations pour la libération de Shalit.


Le roi de Jordanie Abdullah II a demandé au ministre de la Défense Ehud Barak de permettre à la fille du responsable du Hamas Fathi Hamad ,d'être transférée d'urgence de Gaza en Jordanie pour que la petite fille soit sauvée.

Selon les rapports, son état se serait détérioré après avoir reçu un mauvais traitement de la part des médecins sur place à Gaza. Dans un effort pour sauver la vie de la jeune fille le roi de Jordanie a demandé à Israël de permettre le transfert immédiat de la jeune fille de Gaza à Amman.
 
Barak et le chef d'état-major Gabi Ashkenazi ont immédiatement accepté la demande, après un entretien avec le Premier ministre Binyamin Netanyahou 
 
Après avoir coordonné le transfert  avec le district de coordination et de bureau de liaison à Gaza, la jeune fille accompagnée de sa mère ont été transportés à Amman. 

La mère est l'une des quatre épouses de Fathi 'Hamad et est la sœur de Mohammed Nasser qui, avec Mahmoud al Mabhouh ( assassiné à Dubaï) ont été responsables de l'enlèvement et le meurtre de deux soldats israéliens Ilan et Avi Sasportas Saadon en 1989.
 
Tandis que le Hamas empêche toute rencontre avec G.Shalit, retenu captif à Gaza depuis Juin 2006, Israël et les responsables de la sécurité israélienne  ne font aucun obstacle à l'assistance humanitaire.
 
La semaine dernière, Hamad a donné l'ordre de punir de mort tout palestinien qui serait soupçonné de fournir de l'aide à Israel. 

Les médias palestiniens de Gaza n'ont rien commenté sur cette affaire, de crainte d'humilier le Hamas de recevoir de l'aide de la part d'Israel 
logoaschkel.info
Partager cet article
Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 12:12

 

 

ISRAEL ENERGIE - LA RÉGION DE TEL AVIV ABRITERAIT DES QUANTITÉS SOUTERRAINES IMPORTANTES DE GAZ NATUREL SELON UN RAPPORT PUBLIÉ PAR LE GOUVERNEMENT AMÉRICAIN. LES RÉACTIONS À LA BOURSE DE TEL AVIV NE SE SONT PAS FAITES ATTENDRE.

APR 201013

Par Oren Dahan
Rubrique: Energie
Publié le 13 avril 2010

gaznaturelConstat sans appel : le cours des actions des sociétés d’exploitations gazière et pétrolière était en forte hausse dimanche à la Bourse de Tel Aviv. Isramco, Delek Drilling, Yahash, Avner Oil and Gas, Ratio Oil Exploration ou encore Modiin Energy ont ainsi bénéficié de ce climat de hausse.

La raison de cette tendance, outre les bonnes dispositions actuelles du marché, réside en réalité dans le rapport publié par le gouvernement américain jeudi dernier après la clôture de la Bourse de Tel Aviv. D’après ce rapport, la région de Tel Aviv, où est concentrée une grande partie des activités économiques du pays, serait aussi une région riche de ressources en gaz naturel dans des proportions atteignant 17 fois les réserves découvertes à Tamar, 90 kilomètres à l’ouest de Haïfa.

« La région du ‘Levant Basin’, à l’est du bassin méditerranéen, est comparable aux autres grandes provinces gazières et ses ressources en gaz sont par exemple plus importantes que toutes les réserves évaluées sur le territoire américain. » précise Brenda Pierce, coordinatrice du programme de ressources énergétiques de l’USGS (organisme américain réalisant des études en topographie géologique).

Le rapport mentionne également que cette région abriterait aussi potentiellement environ 1,7 milliard de barrels de pétrole.

En réalité, ces chiffres n’ont rien de nouveau et remontent même à des études réalisées entre 2000 et 2008. Certaines sont même de source israélienne, parmi lesquelles, le Dr Michael Gardosh, chercheur à l’Institut Israélien de Géophysique ou encore Dr Yehezkel Druckman, qui, quelques années en arrière, était encore Commissaire auprès du Ministère des Infrastructures Nationales concernant les exploitations pétrolières.

Mais cette fois, peut-être parce que ce rapport est endossé par un organisme américain, les investisseurs se sont rués sur les actions de plusieurs entreprises bien placées pour une exploitation potentielle de ces ressources gazières. Ratio a vu son cours augmenter de 14,5%. Celui de Zerah, qui possède un permis d’exploration dans une région voisine, a lui augmenté de 9,7%, celui de Modiin a augmenté de 10,7%, tandis que le cours de la Israel Land Development Company, qui a tout récemment racheté les permis d’exploration de Mira et Sara en Méditerranée, a augmenté de 6,9%.

Oren DAHAN

Lien internet du rapport de l’USGS : http://pubs.usgs.gov/fs/2010/3014/pdf/FS10-3014.pdf

Partager cet article
Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 18:14
Israel : La réalité dépasse la fiction

Enthousiasme à H&M à Tel Aviv

Quand on évoque le terme « puissance » accolé à « Israël », c’est pour le décliner immédiatement avec l’adjectif « militaire ». Souvent dans une connotation de malveillance suivie de la surréaliste interrogation moralisatrice: « comment un pays aussi puissant militairement peut se permettre d’infliger des revers à ses ennemis qui l’agressent? ». Maintenant lorsqu’on parlera d’Israël, il faudra s’accoutumer à rencontrer le terme « puissance » dans un contexte d’économie ou de technologie. Evidement les irréductibles antisionistes pour qui « puissance » ne peut être que péjoratif y trouveront source d’inspiration supplémentaire.

  De la direction israélienne des impôts, on communique que les recettes ont augmenté de 5,8% pour l’année 2009. C’est une performance lorsque l’on prend en ligne de compte la baisse des devises étrangères, le Dollar et l’Euro, par rapport au Shekel, et surtout la crise mondiale de l’année 2009. Les indices de la Bourse de Tel-Aviv sont arrivés hier mardi 6 avril à des sommets jamais atteints, ceci même pas deux ans après la crise boursière de la fin de l’année 2008. Quand on sait que le Ministre israélien des Finances, M. Youval Steinitz, est un docteur en Philosophie de l’Université de Haïfa….. 

  Israël est entré dans la cour des grands et est devenue la puissance économique du Moyen-Orient et une puissance technologique de premier plan dans le monde. Israël est même candidate à intégrer l’OCDE. Toutes les grandes compagnies et grandes chaines de commercialisation tiennent à être présentes dans l’Etat juif. Le pays dont l’existence même est la plus contestée dans le monde, cela n’impressionne point les preneurs de décision économiques. La dernière en date à s’implanter en Israël est la chaine de prêt à porter suédoise H & M, ceci en dépit des campagnes tapageuses d’intimidation et d’appels au boycott par les très agités militants antisionistes qui décidément font beaucoup d’efforts (voir l’article de nos confrères d’Israel Valley). C’est à croire que ces campagnes de boycott persuadent les consommateurs européens, américains et asiatiques d’acheter israélien et leurs compagnies à justement s’installer en Israël. 

 Quand les alarmistes parlent de l’échec de l’information israélienne et de l’image déplorable de l’Etat hébreu dans le monde, l’atmosphère se fait lourde de gravité et qui ne prendrait ces avertissements au sérieux? Mais les données économiques faites de chiffres semblent totalement les contredire. A en croire que les attitudes de consommation et d’investissement ne procèdent absolument pas de l’image négative d’Israël que les médias et faiseurs d’opinion cherchent à engendrer. On serait tenté de dire à ces derniers de continuer ainsi.

Alors le Rapport Goldstone et les manifestations monstres pour décrier Israël dans le monde comme facteurs d’essor économique de l’Etat juif? La réalité dépasse ce paradoxe!

par Meir Ben-Hayoun

actu.co.il 

 

 

 

logoaschkel.info
Partager cet article
Repost0
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 05:20

SIL d' extremecentre

nous fait un résumé de 4 articles parus récemment



Cliquez
non boycott israel
Et non au Mythe
de l'Apartheid





Politique économique israélienne : la crise comme le boycott, même pas mal !
Posté le Lundi 15 mars 2010 par sil

Yuval Steinitz : «Israël n’a pas eu besoin de plan de relance» par Jean-Pierre Robin pour Le Figaro

Le ministre des Finances israélien explique pourquoi il a relevé les impôts pour combattre la récession.

Très dépendant des exportations qui représentent près de la moitié de son activité, Israël est pourtant l’un des rares pays non asiatiques à avoir évité la récession en 2009 (son PIB a progressé de 0,5 %). Et le FMI le crédite d’une croissance de 3 % pour 2010.

De passage à Paris, où il est venu négocier l’adhésion de son pays à l’OCDE, Yuval Steinitz, ministre des Finances du gouvernement Néta nyahou depuis un an, revendique une politique économique très originale. Certes Israël bénéficie d’un secteur privé puissant, axé sur les nouvelles technologies, et sa Banque centrale a distribué de l’argent bon marché comme toutes les autres. En revanche, il est le seul pays au monde à avoir relevé d’un point la TVA, de 15,5 % à 16,5 % dès juillet dernier, en pleine tourmente, alourdissant du même coup les taxes sur les carburants !

«Contrairement à la plupart des gouvernements, qui ont distribué de l’argent public pour soutenir la demande des ménages et des entreprises, nous n’avons pas fait de relance, si ce n’est en faveur de la recher che des entreprises», explique cet ancien philosophe de 52 ans, auteur d’un best-seller Invitation à la philo sophi e, réédité quarante fois. Il n’hésite pas à invoquer Aris tote : «L’activité humaine a besoin de se fixer des buts pour fonctionner efficacement. De façon à rétablir la confiance nous avons proposé aux milieux d’affaires et aux consommateurs de se projeter sur la sortie de crise au lieu de la subir comme une catastrophe existentielle. Nous nous sommes engagés à réduire les impôts sur sept ans, de ramener l’impôt sur le revenu de 46 % à 39 % en 2016 et la taxation des bénéfices de 26 % à 18 %.»

Ces promesses ont permis de faire avaler la pilule de la TVA. Car l’État avait besoin d’argent, la dette publique représentait déjà 78 % du PIB en 2008. Le risque d’un tel tour de vis fiscal était certes limité pour les industries locales, car le pays importe la moitié de ses produits de consommation.

Aidés par le dollar

«Après avoir chuté d’un tiers, nos exportations ont redémarré rapidement à partir d’août-septembre. Paradoxalement, la faiblesse du dollar américain vis-à-vis du shekel, loin de nous handicaper, nous a rendu service. Nos entreprises high-tech, fabriquent des composants pour Google, Intel, Motorola, IBM, dont les marchés ont augmenté grâce à la baisse du dollar : nous en avons profité indirectement !», se félicite Yuval Steinitz.

Il n’hésite pas à parler de reprise en V pour l’économie israélienne. Et d’ailleurs la Banque d’Israël, est la première au monde à avoir relevé ses taux directeurs, à l’automne 2009. Pour sa part le gouvernement a pu anticiper début janvier 2010 la baisse d’un demi-point de la TVA, avec un an d’avance sur le calendrier. Un réel succès, alors que l’Europe et l’Amérique se demandent aujourd’hui si le remède de la relance budgétaire censée combattre la dépression n’est pas pire que le mal.

« Plus que jamais, Israël mise sur la recherche et l’innovation »
Le 04 mars 2010 par Yann Le Houelleur pour L’Usine nouvelle

Le ministre des Finances israélien a rendu visite à son homologue Christine Lagarde. Il a expliqué que son pays n’avait pas eu besoin de plan de relance. Tel Haviv s’emploie avant tout à tonifier un tissu industriel très dynamique constitué en grande partie de PME oeuvrant sur des créneaux high tech et prometteurs.

C’est un tout petit pays de 7,5 millions d’habitants, de surcroît en proie à de lourdes menaces tout autour de lui. Pourtant, en matière économique, industrielle et technologique, Israël semble montrer l’exemple. Il compte parmi les pays dont la convalescence, à la suite du coup de massue de la crise financière planétaire, se déroule le plus aisément. Avec des remèdes par ailleurs inédits. L’an dernier, l’économie israélienne a accusé une croissance de 0,5.

Le ministre des Finances israélien, Yuval Steinitz, a pu donner une idée de ces belles performances lors de sa récente visite à Paris, notamment au cours d’un dîner sous l’égide de laChambre de commerce France Israël, le mercredi 3 mars, auquel assistait Christine Lagarde, la ministre des Finances du gouvernement Sarkozy. Yuval Steinitz était venu chercher l’appui de la France, son gouvernement négociant une adhésion à l’OCDE. L’occasion d’expliquer à ses interlocuteurs, interloqués, que Tel Haviv n’a pas arrosé le système bancaire de subventions comme ailleurs. D’ailleurs, en Israël, aucune banque n’a eu besoin d’aide pour affronter la tempête planétaire. «La seule relance que nous avons faite l’a été en direction des entreprises», a signalé Yuval Steinitz. En période de crise, la taxation des bénéfices, entre autres mesures, a été réduite de 26 % à 18 %.

«Rien de très nouveau sous le soleil israélien», pourraient observer ceux qui connaissent de près la réalité sur le terrain. Depuis plusieurs années, le petit poucet israélien, face à l’ogre des incertitudes mondiales, a mis au point une économie des plus originales où la prime est donnée aux innovateurs et aux entrepreneurs. L’universitaire Daniel Rouach, dont la vie se partage entre Paris et Haïfa, évoque la genèse de ce modèle de développement qui a permis à Israël de s’offrir, avant que la crise financière mondiale n’éclate, une croissance de son PIB de l’ordre de 5 % par année. (Lire par ailleurs son interview sur ce site.) «Dans les années 80, Israël a failli exploser à cause de déboires bancaires et sa population a commencé à nourrir une vive méfiance pour tout ce qui avait trait à la bourse et à la spéculation.» Le pays a décidé de miser sur la science, la technologie, l’innovation, à tel point qu’on le surnomme parfois la Silicon Valley du Proche-Orient. Président de la Chambre de commerce France Israël, l’ancien banquier Henri Cukierman, raconte que ce petit Etat «détient la plus forte densité mondiale d’ingénieurs», lesquels représentent 1,4 % de la population. De toute évidence, Israël est le numéro un mondial pour l’innovation et l’esprit d’entreprise. Daniel Rouach enchaîne : «Plus de 6 % du PIB est consacré à la recherche et au développement, et encore faut-il ajouter à pourcentage les efforts déployés, en la matière, par l’armée.» L’attention vouée à l’innovation est elle que dans chaque ministère un «chief scientist», investi d’un réel pouvoir, veille au grain.

Contrairement à un pays comme laFrance, souligne Henri Cukierman et Daniel Rouach, Israël n’abrite pas de grands groupes. Les plus importants fleurons de son industrie emploient à peine quelques milliers de salariés. Le dynamisme exacerbé de ces PME cultivant la passion de la recherche et de l’excellence a garanti à la production industrielle d’Israël une avancée spectaculaire : de 1990 à 1996, la croissance de la production industrielle a été de 51 %. Seul la Corée du Sud a fait mieux…

Les domaines où les Israéliens ont voulu exceller sont l’électronique médicale, les télécommunications, la chimie fine, les logiciels et le matériel informatique, la taille et le polissage des diamants, ainsi que l’agrotechnologie. Ce dernier mot recouvre en lui-même une réalité surprenante : les Israéliens, qui en savent long sur les contraintes des conditions climatiques, sont devenus les leaders mondiaux dans les domaines conjoints de l’assainissement et de l’irrigation, partis récemment à la conquête du marché sud-américain. Ils ont également beaucoup investi dans les biocarburants et les énergies renouvelables.

Selon Ubifrance et les Missions économiques, 97 % des exportations israéliennes sont des biens manufacturés et 43 % de ces biens ont une forte teneur technologique.

«Nos relations bilatérales connaissent un développement inédit dans notre histoire commune », a exulté Christine Lagarde en présence de son homologue Yuval Steinitz. Toujours est-il que les chefs d’entreprise français, en général, ont mis bien du temps à découvrir le potentiel d’Israël et les vertus de ses ingénieurs et universitaires. Toujours selon Ubifrance, l’Hexagone était en 2008 le huitième fournisseur d’Israël. En 2008, on dénombrait sur ce marché 74 implantations directes de sociétés françaises. L’an dernier, malgré la crise, un certain frémissement s’est fait sentir : neuf PME tricolores sont allées tenter leur chance en Israël, dans des domaines tels que les essais cliniques, les jeux vidéo, le matériel médical. Selon une source confidentielle, Bouygues s’intéresserait de près à ce marché.

Yann Le Houelleur

« Echec du boycott: le PIB israélien parmi les plus élevés de l’OCDE » par Philosémitisme

Encore une preuve incontestable de l’échec des campagnes du mouvement Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) menées en Europe contre Israël (Voir également Fiasco complet de la campagne « Boycott Israël » et les blogs Divest this! et Anti-Boycott Israel Blog).

Selon la Banque Leumi, à l’exception de l’Australie, Israël est le pays de l’OCDE, qui a enregistré le PIB (produit intérieur brut) per capita le plus élevé (ou plutôt qui a enregistré le moindre déclin) l’année écoulée. En 2009, le PIB en Israël a baissé de 1.1%, alors que la moyenne des pays de l’OCDE baissait de 4%.

La Banque Leumi estime que, en l’absence d’événements extraordinaires, Israël peut atteindre 3.5% de croissance du PIB en termes réels en 2010. Mais émet néanmoins une réserve – un des principaux risques pesant sur ces prévisions est un nouveau ralentissement de l’activité économique mondiale, en particulier dans les pays développés, qui pourrait affecter les exportations israéliennes.

Source: article de Koby Yeshayahou @ Globes (Leumi: Israel per capita GDP growth tops most OECD – Bank Leumi predicts 3.5% growth for Israel in 2010)

« Fiasco complet de la campagne « Boycott Israël » par Philosémitisme

A l’occasion de la « Semaine de Boycott israélien » Jon Haber s’est intéressé aux « avancées » du mouvement Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) qui fête ses dix ans. BDS s’exprime essentiellement pour clamer ses grands succès contre l’entité sioniste. Or la réalité est bien différente, comme le démontrent ces trois graphiques.

Au cours de la période où BDS était supposé engranger des succès considérables au détriment d’Israël, la taille de l’économie israélienne (mesurée en termes de PIB) a presque doublé, passant de 110 milliards de $ à 190 milliards de $. Le projet BDS est basé sur le calcul que leurs activités ont des conséquences catastrophiques pour l’État juif. Or ces chiffres démontrent l’échec de leurs ambitions et qu’on assiste à une véritable explosion de la croissance de l’économie israélienne : pour en savoir plus 
Partager cet article
Repost0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 21:46








Israel est le numéro 1 mondial pour l'innovation et l'esprit d'entreprise.


philosemitismeblog.


"
Rien de très nouveau sous le soleil israélien", pourraient observer ceux qui connaissent de près la réalité sur le terrain. Depuis plusieurs années, le petit poucet israélien, face à l’ogre des incertitudes mondiales, a mis au point une économie des plus originales où la prime est donnée aux innovateurs et aux entrepreneurs. [...] l’ancien banquier Henri Cukierman, raconte que ce petit Etat "détient la plus forte densité mondiale d’ingénieurs", lesquels représentent 1,4% de la population."
 

Source:
 article de Yann Le Houelleur @ usinenouvelle.com (04/03/2010)

Le ministre des Finances israélien a rendu visite à son homologue
 Christine Lagarde. Il a expliqué que son pays n’avait pas eu besoin de plan de relance. Tel Aviv s’emploie avant tout à tonifier un tissu industriel très dynamique constitué en grande partie de PME oeuvrant sur des créneaux high tech et prometteurs.

C’est un tout petit pays de 7,5 millions d’habitants, de surcroît en proie à de lourdes menaces tout autour de lui. Pourtant, en matière économique, industrielle et technologique, Israël semble montrer l’exemple. Il compte parmi les pays dont la convalescence, à la suite du coup de massue de la crise financière planétaire, se déroule le plus aisément. Avec des remèdes par ailleurs inédits. L’an dernier, l’économie israélienne a accusé une croissance de 0,5.
 


Le ministre des Finances israélien,
 Yuval Steinitz, a pu donner une idée de ces belles performances lors de sa récente visite à Paris, notamment au cours d’un dîner sous l’égide de la Chambre de commerce France Israël, le mercredi 3 mars, auquel assistait Christine Lagarde, la ministre des Finances du gouvernement Sarkozy. Yuval Steinitz était venu chercher l’appui de la France, son gouvernement négociant une adhésion à l’OCDE. L’occasion d’expliquer à ses interlocuteurs, interloqués, que Tel Haviv n’a pas arrosé le système bancaire de subventions comme ailleurs. D’ailleurs, en Israël, aucune banque n’a eu besoin d’aide pour affronter la tempête planétaire. "La seule relance que nous avons faite l’a été en direction des entreprises", a signalé Yuval Steinitz. En période de crise, la taxation des bénéfices, entre autres mesures, a été réduite de 26 % à 18 %.

"Rien de très nouveau sous le soleil israélien", pourraient observer ceux qui connaissent de près la réalité sur le terrain. Depuis plusieurs années, le petit poucet israélien, face à l’ogre des incertitudes mondiales, a mis au point une économie des plus originales où la prime est donnée aux innovateurs et aux entrepreneurs.  L’universitaire
 Daniel Rouach, dont la vie se partage entre Paris et Haïfa, évoque la genèse de ce modèle de développement qui a permis à Israël de s’offrir, avant que la crise financière mondiale n’éclate, une croissance de son PIB de l’ordre de 5 % par année. (Lire par ailleurs son interview sur le site usinenouvelle.com.) "Dans les années 80, Israël a failli exploser à cause de déboires bancaires et sa population a commencé à nourrir une vive méfiance pour tout ce qui avait trait à la bourse et à la spéculation." Le pays a décidé de miser sur la science, la technologie, l’innovation, à tel point qu’on le surnomme parfois la Silicon Valley du Proche-Orient. Président de la Chambre de commerce France Israël, l’ancien banquier Henri Cukierman, raconte que ce petit Etat "détient la plus forte densité mondiale d’ingénieurs", lesquels représentent 1,4 % de la population. De toute évidence, Israël est le numéro un mondial pour l’innovation et l’esprit d’entreprise. Daniel Rouach enchaîne : "Plus de 6 % du PIB est consacré à la recherche et au développement, et encore faut-il ajouter à pourcentage les efforts déployés, en la matière, par l’armée." L’attention vouée à l’innovation est elle que dans chaque ministère un "chief scientist", investi d’un réel pouvoir, veille au grain.

Contrairement à un pays comme la France, soulignent Henri Cukierman et Daniel Rouach, Israël n’abrite pas de grands groupes. Les plus importants fleurons de son industrie emploient à peine quelques milliers de salariés. Le dynamisme exacerbé de ces PME cultivant la passion de la recherche et de l’excellence a garanti à la production industrielle d’Israël une avancée spectaculaire : de 1990 à 1996, la croissance de la production industrielle a été de 51 %. Seul la Corée du Sud a fait mieux…
 

Les domaines où les Israéliens ont voulu exceller sont l’électronique médicale, les télécommunications, la chimie fine, les logiciels et le matériel informatique, la taille et le polissage des diamants, ainsi que l’agrotechnologie. Ce dernier mot recouvre en lui-même une réalité surprenante : les Israéliens, qui en savent long sur les contraintes des conditions climatiques, sont devenus les leaders mondiaux dans les domaines conjoints de l’assainissement et de l’irrigation, partis récemment à la conquête du marché sud-américain. Ils ont également beaucoup investi dans les biocarburants et les énergies renouvelables.
 

Selon Ubifrance et les Missions économiques, 97 % des exportations israéliennes sont des biens manufacturés et 43 % de ces biens ont une forte teneur technologique.
 

"Nos relations bilatérales connaissent un développement inédit dans notre histoire commune", a exulté Christine Lagarde en présence de son homologue Yuval Steinitz. Toujours est-il que les chefs d’entreprise français, en général, ont mis bien du temps à découvrir le potentiel d’Israël et les vertus de ses ingénieurs et universitaires. Toujours selon Ubifrance, l’Hexagone était en 2008 le huitième fournisseur d’Israël. En 2008, on dénombrait sur ce marché 74 implantations directes de sociétés françaises. L’an dernier, malgré la crise, un certain frémissement s’est fait sentir : neuf PME tricolores sont allées tenter leur chance en Israël, dans des domaines tels que les essais cliniques, les jeux vidéo, le matériel médical. Selon une source confidentielle, Bouygues s’intéresserait de près à ce marché.
 

Leumi: Israel per capita GDP growth tops most OECD 



logoaschkel.info 
Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories