Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 21:48

Ombres et Lumières…

[Lundi 14/12/2009 20:33]

 


Pour faire suite a l'excellent article de Bertrand R Muhlbach
http://www.aschkel.info/article-hala-ha-comme-source-du-droit-israelien-une-idee-vraiment-saugrenue-41112164.html



Lorsqu’il y a presque 22 siècles, les Maccabim signèrent leur victoire sur les armées gréco-syriennes, ils réinstaurèrent une certaine indépendance politique en Judée et permirent simultanément un renouveau spirituel symbolisé par cette fiole d’huile retrouvée dans le Temple de Jérusalem bientôt réinauguré, et immortalisé par l’allumage des lumières de Hanouca. Pour ces héros des temps anciens, nulle dichotomie entre victoire militaire et retrouvailles avec une vie spirituelle authentique, arrachées de haute lutte non seulement envers les païens séleucides venus de Syrie, mais aussi envers leurs adversaires « du dedans », tous ces Juifs hellénisants, favorables au métissage culturel et au « modernisme » grec, qui n’en avaient cure de la restauration du Temple et qui collaborèrent avec la puissance du moment. Rappelons que c’était avec le soutien de « l’élite hellénisante » du peuple, qu’en 167, Antiochus IV dit « Epiphane » avait souillé le Temple de Jérusalem en y édifiant un culte à Zeus. Avec l’intronisation de la fête de Hanouca, les Hasmonéens mettaient fin à l’un des nombreux chapitres récurrents de l’Histoire juive : la confrontation entre le Judaïsme et d’autres cultures parfois bien éloignées de lui, qui avaient fini par menacer l’existence même du Judaïsme.

Cette problématique d’asservissement aux cultures étrangères a resurgi soudainement la semaine dernière, quelques jours avant la fête de Hanouca, comme un clin d’oeil de la Providence pour bien nous faire comprendre que, même si l’Histoire ne ressert pas toujours exactement les mêmes plats, les grandes questions se posent identiquement à chaque génération.

Lors d’une soirée consacrée aux Lois Pécuniaires dans le Droit Hébraïque, et devant un parterre de Rabbins et Juges rabbiniques, le ministre de la Justice, Yaakov Neeman, Juif pieux et pratiquant, a « créé le scandale » en déclarant lors de son intervention « qu’il fallait restaurer la gloire du passé » et « qu’il espérait qu’un jour la Loi de la Thora redevienne la Loi d’Israël ». Il rajoutait : « Israël doit retrouver l’héritage de ses Pères, des premiers aux derniers mots de la Torah, qui contiennent une solution à toutes les questions auxquelles nous faisons face ». Autrement dit : que le processus du retour de l’indépendance juive politique en Eretz Israël, ouvre la porte à l’indépendance et à l’authenticité spirituelles, notamment à travers une application du Droit hébraïque.

Que n’avait-il pas dit-là ce « Pharisien d’un autre temps » !!! Les réactions ont très rapidement fusé, et leur excès – d’ailleurs synonyme d’abcès – annoncent la confrontation culturelle à venir entre partisans du Droit juif et ceux qui veulent maintenir un « Etat de Droit démocratique » détaché de toute connotation spirituelle juive. Ce « Kulturkampf » avait eu son leader en la personne d’Aharon Barak, ancien juge de la Cour Suprême, qui suivait un agenda politique bien clair, et qui n’hésita pas à avouer après son départ à la retraite « qu’il était pour un Etat laïc et démocratique de tous les citoyens », autrement dit « débarrassé de tradition juive » et à la merci d’une majorité arabe éventuelle. Mais dès qu’il s’agit d’une ministre coiffé d’une kippa, et qui s’exprime dans un sens opposé aux idées…de la minorité (!!), cela fait l’effet d’un tremblement de terre.

Yossi Beilin, ancien ministre de la Justice, à peine remis des festivités de son accession à la Légion d’Honneur française « pour son combat en faveur de la paix », appelait à la démission de Neeman : « Binyamin Netanyahou doit désapprouver son ministre, et si un ministre de la Justice prône l’instauration d’une théocratie en Israël, qu’il démissionne immédiatement ». Le Président de Meretz, Haïm Oron, tenait des propos encore plus venimeux, et parlait de « talibanisation de la société israélienne », accusant Neeman avec ironie « de déloyauté envers la démocratie », ce qui est un comble, lorsque l’on s’appelle ‘Neeman’ (‘loyal’ en hébreu) !!

Tsipi Livni, cheffe de l’opposition et représentante de toute une frange laïque de la population, parlait « de propos qui devraient inquiéter tout citoyen israélien », et afin de se préserver encore quelques électeurs religieux, elle rajoutait que « l’Etat d’Israël est assez fort pour trouver un système où le Droit positif et la tradition juive puissent coexister ». Mais sa collègue de parti, Orit Zuaertz, accusait le ministre de la Justice rien moins que « de saper les fondations et les valeurs de la démocratie israélienne ». Yaakov Edery, également de Kadima, estimait « que si un ministre de la Justice remettait en question le système dans lequel il évolue et qui lui a confié de telles responsabilités, il se devait de démissionner ».

Réaction hostile également chez le responsable du Mouvement Réformé en Israël, Rabbi Gilad Kariv : « Un ministre de la Justice est supposé renforcer la démocratie et l’Etat de Droit. Par ces paroles, Yaakov Neeman a choisi de leur tourner le dos et s’est placé du côté de ceux qui traitent les tribunaux civils de ‘goïm’. Instaurer un Etat de la Halakh’a n’est pas compatible avec le caractère éclairé et progressiste de l’Etat d’Israël. Si le ministre de la Justice soutient cette idée, il s’agit d’un très mauvais signe pour la démocratie israélienne ».

Ofir Pines-Paz, du parti travailliste, a parlé « d’un agenda politique secret soudainement révélé par le ministre de la Justice, et qui est de bien mauvais augure. Yaakov Neeman a fait part de sa méfiance envers le système actuel et de son désir de revenir à un Etat de Halakh’a ».

Parmi les rares réactions en faveur du  ministre, celle de son collègue de la Technologie et des Sciences, Prof. Daniel Hershkovitz, qui a « applaudi le ministre de la Justice pour son intention de faire reposer le système juridique israélien sur la loi juive et lui conférer, ainsi, une âme juive ».

Parallèlement aux personnalités politiques, les grands journalistes de la presse écrite comme de la radiotélévision ont quasi unanimement condamné les propos du ministre, Razi Barkaï, de Galei Tsahal, parlant de « scandale », et Yaron London d’Arutz 10, au bord de l’apoplexie dès qu’ils s’agit d’une kippa, utilisant des expressions peu reluisantes.

Que dire de cette flambée de violence verbale et des arguments invoqués, si ce n’est qu’elle fait mal en ces jours de Hanouca, où nous célébrons la victoire de l’esprit juif sur la volonté de la civilisation hellénistique de nous broyer et nous noyer dans la masse comme elle l’a fait pour d’autres cultures.

Et comble d’ironie, au moment où Jérusalem fête sa victoire sur Athènes, la télévision israélienne annonce qu’elle va diffuser prochainement une dizaine de films destinés à faire accepter l’homosexualité dans la société. Les réalisateurs israéliens, Idan Sagiv Richter et Yaïr Hochner, ont lancé une campagne « pour qu’Israël fasse comme toutes les autres Nations éclairées, et reconnaisse les pleins droits des homosexuels, lesbiennes et transsexuels sur le plan familial et social ». Cette campagne avait déjà débuté en octobre, dans le cadre de la Cinémathèque de Tel-Aviv, devant un parterre de députés, diplomates et autres professionnels du monde audiovisuel. Maintenant c’est au tour des grandes chaînes de TV de diffuser ces messages vers le grand public.

Les vrais obscurantistes ne sont pas toujours là où on les imagine. Les Juifs Hellénisants sont encore là, et leurs « lumières » ne sont pas les nôtres.

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 20:47

LA HALA'HA COMME SOURCE DU DROIT ISRAELIEN, UNE IDEE VRAIMENT SAUGRENUE ?


Par Bertrand RAMAS-MUHLBACH


pour http://lessakele.over-blog.fr et www.aschkel.info

 

 

Le 7 décembre 2009, le Ministre israélien de la Justice Yaacov Neeman a évoqué devant une Assemblé Rabbinique de Jérusalem, la possibilité d’un remplacement progressif de la loi israélienne par la Torah, afin que la nation soit désormais régie par la Halakhah : « l'héritage des pères doit être transmis à la nation, tout comme la Torah qui donne une réponse complète à toutes les questions qui interpellent ».


Cette proposition a été diversement appréciée au sein de la classe politique israélienne : applaudie par le grand rabbin ashkénaze d'Israël, Yona Metzger, ou encore par le rabbin Ovadia Yossef, chef spirituel du parti orthodoxe séfarade Shass, elle a, en revanche, suscité l’indignation de la chef du parti d’opposition Tzipi Livniqui y voit un risque de remettre en cause les valeurs démocratiques de la nation, ou encore de Yossi Beilin, ancien ministre, qui considère que Yaacov Neeman devrait être «immédiatement démis de ses fonctions», voire enfin de Haim Oron, chef du parti d'extrême gauche Meretz, pour qui «Cette remarque reflète l'inquiétant processus de talibanisation en cours dans la société israélienne».

Afin de calmer les inquiétudes, le bureau du ministre de la Justice a alors nuancé son propos : «Le ministre tient à souligner que cette remarque n'était pas un appel à remplacer les lois de l'État d'Israël par la loi religieuse. Il n'a fait qu'évoquer en termes généraux l'importance de la loi juive dans la vie du pays.»

La question peut toutefois se poser de savoir si la suggestion du Ministre de la Justice est véritablement saugrenue. Dans une conception restrictive, la Thora fait référence au Pentateuque (les cinq Livres) qui comprend le noyau législatif du judaïsme, rédigé dans un esprit de sainteté (rouach hakodech) d’inspiration divine et prophétique. Dans sa conception extensive, la Thora contient également la loi orale, à savoir les différentes interprétations coutumes et pratiques traditionnelles reprises dans la Michna, le Talmud et les ouvrages rabbiniques, qui guide quotidiennement les personnes croyantes. Le mot Halakha est d’ailleurs dérivé de la racine « marcher» car : « tu élucideras pour eux les décrets et les lois, et tu leur feras connaître la voie par laquelle ils marcheront, ainsi que la façon dont ils doivent agir » (Ex 18,20).

Certainement, l’intégration de la Thora et de la Halakha dans l’organisation juridique israélienne serait compliquée à mettre en œuvre car au delà du devoir de sagesse, de nombreux juifs ne sont pas religieux et ne se sentent pas concernés par l’obligation de réciter des prières ou des bénédictions à chaque instant de leur vie, ni par celle de respecter les règles alimentaires de la Kashrout. Aussi, respecter régulièrement les 613 commandements (248 positifs et 365 négatifs), pour se parfaire spirituellement et devenir un « Tsadik » deviendrait vite contraignant.

Pour autant, la plupart des commandements est liée à l’exigence d’une moralité extrême dans la relation avec soi et avec autrui : être sage et aimer la vie. Aimer son prochain, le respecter, ne pas le tromper, ne pas lui faire de mal, ne pas convoiter ce qui lui appartient, ne pas dire de choses négatives à son endroit, ni mentir, être grossier maudire ou insulter. Ne pas causer de torts à quiconque et réparer les conséquences dommageables de ses actes. Respecter son corps et tout faire pour rester en bonne santé. Rester humble. Ne jamais provoquer la guerre et toujours chercher à se réconcilier. Bien entendu, ne pas chercher à se venger ni porter rancune et enfin, respecter la création.

L’insertion de telles dispositions d’esprit dans la loi nationale ne semble pas particulièrement choquante, d’autant que fondamentalement, l’obligation de prier n’est pas indispensable si la morale est respectée. D’ailleurs, la halakha n’est pas figée. Les sages ont parfaitement conscience de la nécessité de prendre en considération les évolutions économiques et sociales et peuvent prendre des règles d’adaptation : les « taqqanot » (dont la racine t.q.n signifie réparer). Les uns peuvent donc conserver l’ensemble des coutumes (minhag) pendant que les autres sollicitent les rabbins pour obtenir des réponses (téchouvot) sur les questions d’ordre pratique.

S’agissant de la place de la Halakha dans l’Etat d’Israël, les rabbins adoptent un raisonnement analogique en s’inspirant de son esprit car « toutes les voies de la Thora sont celles de la douceur » (Git 59b). La Justice doit être tempérée par la miséricorde, la vérité par la bonté, la rigueur de la loi par la compassion, car l’homme doit se conduire « lifrim mi chourat hadin » ou encore au delà de la lettre de la Loi. En tout état de cause, la société israélienne elle même, s’inspire directement des règles de partage et d’amour du prochain, de la Tzedaka ou encore du principe de primauté de la vie pour aménager le système de protection social, la prise en charge des soins médicaux, la redistribution des richesses nationales ou encore l’aide aux personnes nécessiteuses.

Inversement, c’est le non respect de ces règles et principes (en Israël ou dans le monde), qui est une source d’instabilité sociale, politique ou économique.
Dans de nombreux pays, il n’existe aucun corpus de règles sociales et morales : des personnes se font exploser sur des marchés ou dans des mosquées pendant que les dirigeants de ces pays, bien qu’immensément fortunés, rechignent à partager les richesses nationales avec les ressortissants nationaux… L’exemple palestinien est à cet égard tout à fait édifiant : si Yasser Arafat avait distribué sa fortune (prélevée sur le budget des palestiniens) à son peuple, si le système palestinien privilégiait le principe du partage sur celui de la frustration, les valeurs de la vie sur celles de la mort, la primauté des valeurs morales sur l’esprit de vengeance, celles de la valeur du travail sur la captation des dotations de la communauté internationale… la région serait pacifiée depuis bien longtemps.

La Thora et la Halakha ne s’opposent donc en rien à la démocratie. D’ailleurs, les députés ou les dirigeants désignés par la voie des urnes, ne modifient pas les règles de Droit fondamentales : ils adoptent simplement des lois de circonstances en fonction des impératifs contemporains pour maintenir une cohésion dans l’ordre social et tenir compte des impératifs de gestion publique.

Le véritable problème serait celui de l’incompatibilité du principe de laïcité avec la reconnaissance d’un mécanisme Divin dans le fonctionnement social israélien. Sur ce point, il conviendra bien, un jour, d’adapter le mécanisme législatif à une réalité : le peuple juif n’existe qu’en considération d’un choix divin : D. a promis à Abraham « je ferai de toi une grande nation » (Gn 12, 1-2), lui a demandé de se rendre dans le pays que « je te montrerai » (Gn 12,1) pour en faire une nation dont les membres seront aussi nombreux que les étoiles (Gn 15, 5).

Si donc D n’existe pas, l’affaire est entendue. Il ne peut avoir choisi le peuple juif ni lui avoir confié une mission spécifique. Il suffit dans ce cas de laisser les individus s’organiser dans le cadre de leur rapport de force, avec l’espoir qu’un jour les nécessités sociales prennent le dessus et conduisent l’homme à comprendre sa relation avec la collectivité et l’univers. Dans le cas contraire, et pour éviter de perdre trop de temps dans l’attente d’un résultat qui peut être anticipé, rien n’interdit d’admettre progressivement la Thora et la Halakha dans le système social israélien.

LA HALA'HA COMME SOURCE DU DROIT ISRAELIEN, UNE IDEE VRAIMENT SAUGRENUE
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 05:50


Tsedek-Info est un bulletin qui paraît tous les 2 mois et qui donne une sélection d'infos courtes en provenance d'Israël, d'ordre technique, économique, sociologique et culturel.

Par ailleurs www.nuitdorient.com héberge la série Tsedek-Info depuis sa naissance – Souhaitez-vous recevoir des infos politiques sur le Moyen Orient ? –

Il suffit de dire OK à artus@nuitdorient.com  & Bonne fête des LumièresH'anouka


Distinctions

 

- Le film "Ajami", l'histoire dramatique de la pègre de Jaffa a obtenu le 1er prix Ophir, devenant ainsi le candidat officiel pour le US Academy Awards.

- "Lebanon" de Samuel Maoz qui décrit la guerre du Liban de 1982, a reçu le 1er prix du Festival du film de Venise, le Lion d'Or

La Fondation internationale des femmes dans les médias (IWMF) a remis le "Prix du Courage en Journalisme 2009" à 4 femmes dont la journaliste AmiraHass du quotidien israélien  Haaretz, pour leur courage dans l'exercice de leur profession, face aux menaces de mort et d'incarcération.

- Ada Yonat partage le prix Nobel de chimie avec 2 Américains. Elle est récompensée pour son travail sur les ribosomes dont l'implication est importante dans la mise au point d'antibiotiques.


Eitan Yaakobi, étudiant diplômé du Technion de Haifa, a reçu le prix prestigieux "Marconi Young Scholar Award", pour son travail sur le codage des mémoires flash. Ce prix récompense les meilleurs jeunes chercheurs dans les communications et l'internet.


- Au Championnat mondial de Gymnastique Artistique de Londres (02 
Arena) Alexander Shatilov, 22 ans, a obtenu la médaille de bronze.

 

High Tech

 

Petnovations est une société spécialisée dans des produits innovants pour animaux de compagnie. Créée en 2005 par Tal Gordon et Moshe Mizrahi, cette société a développé Cat Genie, une litière automatisée pour chats qui évacue les déchets solides et nettoie les granulés formant litière. En effet, la litière classique est un foyer malodorant de germes qui nécessite des transvasements. Avec un apprentissage rapide de Pussy, CatGenie résout ces contraintes.


Netex a été créée il y a 12 ans par le jeune Aviv Refouah qui avait alors16 ans, pour développer des programmes informatiques "utiles", facilitant la vie aux internautes, et pour en vivre en les brevetant. Ainsi quand vous tapez l'adresse d'un site vous n'avez plus besoin aujourd'hui de taper "www" ou "com". Depuis 1998, Yahoo, Google et Microsoft utilisent cette facilité, brevetée par Netex, et ils lui doivent ainsi des arriérés de "royalties"…


Innowatech est passée au niveau de l'unité pilote sur l'autoroute N°4. Créée par OuriAmit avec Haim Abramovitch et Dr Lucy Edery-Azoulay, cette start-up de Raa'nanacapte dans ses générateurs IPEG, enterrés sous la route, l'énergie piézoélectrique produite par le passage des véhicules (voir Tsedek Info N°74). Avec un trafic de 600veh/h, 1 km de route à 1 voie génère 200 kwh, énergie suffisante pour 250 maisons, au bord de la route. L'énergie produite peut être accumulée dans des batteries ou livrée directement au réseau. Il faut enterrer 30 générateurs par mètre coûtant 30 $ l'unité.

 

Coopération

 

Des experts de l'hôpital Hadassah de Jérusalem Orly Tamir et Dr Roy Eldor ont établi un programme national de prévention pour aider la population des îles Samoa du Pacifique à lutter contre l'obésité et le diabète.

 

 

Archéologie

 

- Près des tunnels du Mur Occidental du Temple, les archéologues de l'Autorité des Antiquités ont découvert à 8m de profondeur un bain rituel datant de 2000 ans, auquel on accède par 11 larges marches. Il appartiendrait à Lishqat Hagazit, "la Chambre de la Pierre Taillée" où le Sanhedrin se réunissait.


- Des archéologues égyptiens auraient découvert une cache de pièces datant de l'époque pharaonique et portant l'effigie du Joseph biblique (-1450).


- Dina 
Avshalom-Gorni et Arfan Najer de l’Autorité Israélienne des Antiquités (AIA) ont découvert une des plus vielles synagogues du monde, au cours de fouilles à Migdal, près du Lac Kinneret (- 50). A l’intérieur de l’édifice, les archéologues ont trouvé un bas-relief en pierre comprenant une représentation de la Ménorah du Temple (chandelier à sept branches), tellement précise qu'il semblerait que l’artiste ait vu lui-même la vraie Ménorah. Le sol est orné d’une mosaïque et les murs sont couverts de fresques multicolores.



- Archéologue de l'Université de 
Haifa, Ronny Reich a découvert dans le Parc National de la Cité de David, à Jérusalem, un mur de 9m, appartenant à une énorme fortification datant de l'âge de bronze (-1700) et vestige d'une société évoluée précoce.


- Sous la direction de Dr 
Ayelet Gilboa de l'Université de Haifa et du Dr Ilan Sharon de l'Université Hébraïque, les excavations menées à Tel Dor ont entraîné la découverte d'une gravure miniature de l'effigie d'Alexandre le Grand (1 x 0,5 cm), réalisée par un artiste doué

(-332)

 

Révélations

 

- Le saviez-vous ? La plus grande donation recensée, 50 millions $, est celle de Lily Safra (Fondation Safra), pour créer le plus grand Centre d'étude du cerveau au Campus Edmond J Safra de l'Université Hébraïque à Givat Ram.


- Le saviez-vous ?
  
Le livre de prière (mahzor) manuscrit de Nurenberg qui a 700 ans d'âge, pèse 26kg et a 528 folios en parchemin illustré, qui a survécu aux invasions et aux guerres avec 7 pages abimées seulement, est exposé au Pavillon du Livre au Musée de Jérusalem.


- Le saviez-vous ?
  
Pour la 1ère fois, un service de prière pour les fêtes deTishri a été diffusé sur le net. Rabbi Laura Baum de la synagogue libérale BaytAdam de Cincinatti (Ohio) estime que les orants incapables de se déplacer ne doivent pas être pénalisés.


Le saviez-vous ? La 1ère école pour cuisine casher est ouverte par YohananLambiase, dont l'ascendance est italienne, l'Institut culinaire de Jérusalem auMoshav Messilat Tzion (30 km à l'ouest de la capitale). Le cours dure un an et on y enseigne une nouvelle gastronomie, y compris le vin et la pâtisserie. La nourriture casher semble avoir le vent en poupe à travers le monde depuis que Madonna et Paris Hilton s'y adonnent.

Le saviez-vous ? Le groupe rap Hadag Nah'ash qui chante en hébreu a fait fureur auprès du public japonais.


Le saviez-vous ? Une américaine de 96 ans vient de passer sa bat-mitswah au Mur Occidental, accompagnée de ses 12 petits et arrière petits enfants.

 

Défense

 

SteadyCopter a développé un mini-hélicoptère sans pilote, Black Eagle 50, de 2 m d'envergure, portant une charge de 3 kg, pouvant rester en vol pendant 3 h à une altitude de 3000 m et transmettant des données à 150 km.


Israel Military Industries a développé "Shock Absorber", un système portable protégeant les chars et les engins d'infanterie contre les missiles, en les déviant par un signal laser qui brouille le signal entrant.

 

Inventions et découvertes

 

- Avec la coopération de spécialistes américains et japonais, Pr Yair Ein Eli du département ingénierie des matériaux du Technion de Haifa a développé une pile à liquide ionique et silice, de très longue durée d'utilisation, sans recharge. On parle de milliers d'heures…, pratiquement une durée illimitée. Cette pile remplacera les piles à lithium chères et peu efficaces qu'on trouve dans les aides auditives. Dans quelques années, on pourra obtenir des batteries de voiture avec le même système et après usage, la silice pourra servir comme matériau de construction.


Magdal Csf Ltd a mis au point un robinet économisant l'eau et l'énergie, en mélangeant l'eau dans les tuyaux à la température demandée, ce qui évite les pertes inutiles pour atteindre le mélange voulu.


- Un algorithme développé par 
Klara Kedem et son équipe de l'Université Ben Gouriondu Négev, département informatique et humanités, permet de déchiffrer des manuscrits historiques de mauvaise qualité. L'analyse lettre par lettre de l'écriture permet, par recoupement et comparaison, d'identifier l'auteur et la date du texte. La base de données contient 100 000 textes et fragments en hébreu, provenant principalement de la Génizadu Caire, pendant les six siècles du Moyen Age. Les parchemins en hébreu avaient été utilisés et surchargés par des textes en arabe, d'où la difficulté du déchiffrement manuel.


- Pr 
Ehoud Gazit du Département de microbiologie moléculaire et biotechnologie de l'Université de Tel Aviv et son équipe ont développé une panoplie de nanotubes de peptides qui s'auto-assemblent en forêt, offrant des qualités d'hydrophobie et d'anti-poussières telles qu'ils pourront être utilisés dans les revêtements de surfaces exposées aux intempéries, notamment les vitrages. Ceci éviterait le déploiement de moyens mécaniques sophistiqués pour nettoyer les vitrages en hauteur ou en toiture, notamment dans les immeubles de grande hauteur. Les revêtements à base de nanotubes de peptides amélioreraient aussi le rendement des panneaux solaires. Ces nanotubes seront d'une grande utilité aussi dans la fabrication de batteries rechargeables de forte capacité, pour véhicules.


- Pr Leonid 
Shvartsman et Pr Boris Laichtman de l'Institut Racah de physique à l'Université Hébraïque de Jérusalem, quant à eux, ils ont développé des nanostructures basées sur des semi-conducteurs qui seront utiles dans la photométrie et l'imagerie médicale du futur. Ils ont inventé ainsi de nouveaux lasers à rayons Tera-Hertz (T-rays), 400 fois plus puissants que les anciens. Ces lasers génèrent des ondes électromagnétiques, cohérentes et ajustables, de longueur se situant entre les infra-rouges et les micro-ondes, inoffensives pour le corps humains, mais traversant habillement et murs.

 

Problèmes de société

 

- La violence prend de l'ampleur, les attaques passant de 15991 en 2007 à 16407 en 2008. Et 55% des accidents de la route sont dus à des comportements agressifs, tels que la conduite en état d'ivresse, l'écrasement de piétons ou l'ignorance des feux. Un sondage réalisé par New Wave Research en août 2009 montre que cette montée de violence, y compris les meurtres, sont dus pour 57% à un manque d'éducation et à une absence de valeurs morales, pour 21%  à une situation socio-économique difficile et pour 7% seulement à de mauvais instincts.


- Fondé en 1949 par Dan 
Ziv, au pied du mont Meron, à la frontière libanaise, le qiboutsSasa, après 20 ans de vie difficile, a réussi à se hisser à la tête sur le plan des performances techniques et financières. Ses 100 familles et 270 membres sont multi-millionnaires en se spécialisant dans la recherche, le développement et la fabrication de moyens de protection, gilets pare-balles, blindages d'engins et de véhicules à travers sa société Plasan et ses filiales en France et aux Etats-Unis et des accords de licence.Plasan emploie 1100 personnes dont 750 à Maalot et Carmiel.


- Pour la 1
ère fois, un café d'études bibliques vient d'ouvrir à Petah Tiqva, café Midrash en zone industrielle, où les rabbins se succèdent pour prier, enseigner ou simplement donner des conseils. Initiative du rav Benyamin Shachar qui a créé le Centre Psagotpour conférences et réunions, le Café a pour but de créer une "étincelle spirituelle" chez les consommateurs.


Selon une étude du Western Galilee College, menée par le Dr Bracha KatzSheiban du Département de criminologie, 47% des adolescents israéliens ne sont pas satisfaits de leur poids, et 30% d'entre eux souhaiteraient perdre plus de 5 kilos.

 

Environnement

 

- L'aéroport Ben Gourion sera le 1er grand aéroport du monde à s'équiper en panneaux solaires. En 2010, une installation pilote de 50 kw sera installée sur 500 m2, au dessus des parkings. Le but est de générer des revenus par la revente des excédents énergétiques.


- L'aqueduc de 200 km reliant la mer Rouge à la mer Morte sera entrepris dès 2010 par la Jordanie seule, ce pays étant sérieusement à court d'eau. La 1
ère phase qui coûte 2 milliards $ durera 4 ans et permettra de véhiculer 310 millions m3 dont les 2/3 iront à des usines de désalinisation.


- Dans le dessalement de l'eau de mer par osmose inverse, les membranes sont vite polluées et obstruées par le sel. En coopération avec des universités jordanienne et américaine, l'Université Ben 
Gourion du Négev, a réussi  à mettre au point un procédé améliorant le rendement d'une membrane de 80/85 à 92/95 m3/h, avec une économie de produits chimiques. Le procédé est vendu par Rotec, une émanation de l'Université et une unité-pilote sera opérationnelle à Sde Boqer en 2010.

Agriculture et botanique

 

- Einstein: "4 ans après la disparition de la dernière abeille, l'humanité s'éteindra". Il y a 95 000 ruches en activité couvrant le tiers de la surface du pays, pour le miel et la pollinisation. La production de miel a baissé de 30% en quelques années. Une cause est le vol des ruches emmenées vers la Cisjordanie et estimé à 3% par an. La diminution des vergers, de l'ordre de 25% en une décennie, serait la 2ème cause. La maladie, ou plutôt une conjonction de risques (virus, pesticides, gènes modifiés, radiations…) serait aussi à l'origine de la disparition des abeilles.


Mihar Bio-energy a développé une biomasse provenant du tamaris pour remplacer le charbon (12% de l'énergie totale consommée). Le tamaris n'a besoin que d'eaux recyclées ou saumâtres pour se développer et contient un grand pouvoir calorique. Le projet est déjà réalisé en Inde.


Rimon Winery du Moshav Kerem ben Zimra vient de lancer un vin mousseux à base de grenade, 100 000 bouteilles seulement à ce jour, vendues à 120 sh avec un taux d'alcool de moins de 15%. Sur le plan de la santé, ce vin est excellent comme anti-oxydant et prévention des maladies cardio-vasculaires.

 

Économie

 

- On compte 15/20 000 expatriés travaillant dans les technologies avancées. Un plan financier de près d'1/2 milliard $ est prévu pour les persuader de revenir.


- Par ailleurs l'immigration en 2009 sera en légère baisse par rapport à 2008, autour de 16 000 personnes. A l'opposé, le nombre d'expatriés qui reviennent croit de 17% et atteindra environ 11 000 personnes.

Culture

 

- Un épisode de la série des Simpson concernera un tour en Israël d'Homer, Marge, Lisa et Maggie, avec comme guide Sacha Baron Cohen, le héros de Borat. Son nom est "The greatest story ever D'ohed" (La plus grande histoire jamais racontée)

- Le Centre Shalem de Jérusalem a réuni des fonds privés pour assouvir ses ambitions initiales: créer une université libérale sauvegardant les principes de judéité et de sionisme. Le projet est modeste et prévoit à terme 1000 étudiants à divers niveaux, l'inauguration étant prévue en 2012.

 

Santé

 

- Le Centre d'Etudes du Cerveau Safra prévu sur le campus de l'Université Hébraïque de Jérusalem aura 5 directions: la 1ère se concentrera sur les gènes, les molécules et les cellules nerveuses, la 2ème sur les fonctions et circuits neuronaux locaux, la 3ème sur l'activité électrique et la communication entre les zones du cerveau, dans le but d'améliorer la connaissance en matière de sensations, mouvements et pensées, la 4èmesur les processus cognitifs et le 5ème sur les modèles théoriques su système nerveux et les nouvelles expérimentations.


- Médecin de l’hôpital 
Barzilaï d’Ashkelon, Andrei Weissman a trouvé un traitement contre la dépendance aux drogues dures, avec une efficacité proche de 100%. Dans une 1ère phase sous anesthésie, il retire du sang tous les produits narcotiques et dans une 2ème phase, il applique un traitement à base de médicaments. Seul inconvénient, le traitement est assez onéreux.


- Dr 
Yakir Kaufman, directeur de la neuropsygériâtrie à l'Hôpital Herzog de Jérusalem s'est spécialisé dans les relations entre le corps et l'esprit, entre le cerveau et l'état d'âme. Il a analysé notamment les interrelations entre le stress émotionnel et la dépression, les maladies cérébro-vasculaires et neuro-dégénératives. La cellule finit par mourir d'un excès de sécrétion de cortisol due au stress. L'optimisme et les attitudes positives peuvent arrêter un processus de dégénérescence. De même la spiritualité est un soutien certain contre l'extension de toutes les affections cardiaques et cérébrales. Il en est de même d'un exercice physique surveillé.

 

Internet

 

www.healthbase.com est un site vous donnant toute information utile sur le plan santé (en anglais)

www.saveanalien.com est un site la "virtualité" poussée à son zénith.

www.selectisrael.com site en français des meilleures maisons d'hôte en qualité/prix

 

 

source: Jerusalem Post, Jerusalem Report, HaaretzYédiot Ah'oronot -- contribution:Albert SOUED

la série de Tsedek-Info est en ligne à http://www.nuitdorient.com/40a.htm

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 11:54
La solitude des Juifs du Yishouv
Editorial de la semaine du 05/12/2009
Par Guy Senbel pour Guysen International News -
Vendredi 4 décembre 2009
 


Je suis de tout mon coeur avec les juifs de Yéhouda vé Shomron


(AP Photo/ Tara Todras-Whitehill)

Au risque de se tromper, Benyamin Netanyahou aura pris une décision audacieuse, le 25 novembre dernier, en décrétant le gel des constructions dans les implantations juives de Judée et Samarie. Saluée par Paris et Washington, la décision reste boudée par les Palestiniens qui exigent aussi le gel des constructions dans les quartiers de l'Est de Jérusalem.

Des inspecteurs du ministère de la Défense chargés  de faire respecter le moratoire rencontrent, au cours de leurs premières visites dans les implantations de Judée et Samarie, l'incompréhension, la colère, et le sentiment d'abandon des Juifs du "Yishouv", qui, depuis les années 1970, reçurent l'autre héritage de la Terre promise.  
 
 Devant la solitude des Juifs du Yishouv, le gouvernement  tient plus que tout à rassurer les populations concernées. Le gel sera "exceptionnel et temporaire" a rappelé le Premier ministre au Président du Conseil des localités juives de Judée-Samarie (Yesha), qui demande l'annulation pure et simple du décret portant sur le gel des constructions. Lassés d'être les responsables originels du conflit israélo-palestinien, dans la presse comme dans la plupart des discours politiques, les Juifs de Judée-Samarie refusent d'être placés à côté d'une histoire qu'ils ont en partie composée.  
 
En 1967, le gouvernement israélien avait prévu de faire des terres conquises au cours de la guerre des Six-Jours un élément de négociation en vue d'imposer la paix, peut-être un jour, aux Palestiniens et aux voisins arabes. Car en 1967, soit vingt ans après la création de l'Etat juif et pour la deuxième fois de sa courte histoire, les pays arabes attaquèrent Israël. Au lendemain de leur défaite, les Palestiniens refusèrent toute négociation et s'opposèrent à tout contact avec l'Etat hébreu. La fameuse résolution 242 ne fit qu'ajouter à l'imbroglio juridico-politique, puisque les versions française et anglaise restent sujettes à des interprétations différentes.  
 
C'est au cours des années 1970 que les premiers israéliens s'installèrent dans les territoires conquis par Tsahal en 1967. Attirés par l'opportunité d'acquérir un terrain dans les meilleures conditions, pour y bâtir une maison. De nombreux jeunes, affranchis de l'esprit du kibboutz mais toujours attirés par une forme de collectivisme, réalisèrent sans doute le mythe de la "Petite maison dans la prairie" ; d'autres furent traversés par l'esprit Woodstock : retourner à la source et vivre une expérience décalée et authentique.  
 
Les Juifs qui s'installèrent en Judée-Samarie ne le firent pas dans un esprit guerrier ou de conquête, chère aux doctrines colonialistes du 19ème siècle européen. Il s'agissait à la fois de rompre avec un modèle pour en réinventer un autre, s'inscrire dans un courant utopiste, en rupture avec une société où la consommation est devenue une devise sociale. 
 
Le culte du pionnier avait toute son importance. Ramasser les cailloux à la manière des poètes russes ou des architectes allemands au début du siècle, pour faire fleurir le désert de Judée. Recherche d'une vie simple et authentique, proximité de la nature et de la terre, chants fraternels le soir autour d'un feu, convaincre son prochain du bien fondé de la démarche. Les Juifs du Yishouv, installés de longues années dans des caravanes ou des campements de fortune, firent de la construction de leurs maisons le symbole d'une sédentarité retrouvée après 2000 ans d'exil.  
 
Certains choisirent de vivre selon les préceptes religieux, d'autres demeurèrent laïques ; ils furent la nouvelle avant-garde du sionisme, héros des nouvelles frontières d'Israël, dont on prit alors conscience que celles tracées en 1947 réservèrent à Israël des territoires bien étroits et difficiles à défendre. 
 
Idéalistes, les Juifs du Yishouv ont aussi joué un rôle important en contribuant pendant près de 40 ans, plus ou moins conscients, à renforcer la sécurité d'Israël. Mais ils ont aussi porté tous les fardeaux : responsables de la révolte des Palestiniens et des séries d'attentats perpétrés à Tel-Aviv ou au cœur de Jérusalem, leur présence en Judée-Samarie ou à Jérusalem Est constituerait aujourd'hui le principal frein au dialogue et à la paix. Conscients de leur rôle, ils veulent continuer à exercer leurs droits sur une terre qu'ils considèrent comme faisant partie intégrante de l'Etat d'Israël. Et leur révolte exprime sans doute l'inquiétude qu'ils deviennent demain des "Israéliens de l'extérieur". 
 
L'avenir des relations israélo-palestiniennes ne peut occulter le rôle de ces Juifs pionniers et convaincus qu'ils bénéficient également du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, du droit de s'implanter dans une région que la Bible présente comme la terre de la naissance et de l'histoire du peuple juif.  
 
Au sein du Likoud et à  sa droite, une partie importante de la coalition gouvernementale rassemblée autour du Premier ministre n'est pas insensible au sort que de probables accords de paix réserveront aux Juifs du Yishouv. Quels que soient les accords territoriaux à venir, il s'agira de ne pas répéter les erreurs commises lors du désengagement de Gaza, et d'inscrire la paix comme la principale inspiratrice de toutes les décisions. Il s'agira aussi de reconnaître le rôle de ceux qui ont contribué au développement et à la sécurité d'Israël, même s'il s'agit des Juifs du Yishouv.  
 
En outre, si elle demeure méprisée par les Palestiniens, la décision du gouvernement de Netanyahou de geler les constructions en Judée et Samarie, aura une fois de plus perturbée cette région complexe et sensible où les 300 000 juifs qui y vivent désormais réagissent de plus en plus mal aux pressions dont ils font l'objet. 
 
Dans ce contexte difficile, les pressions de l'Union européenne exercées sur Israël pour aboutir rapidement à la création d'un Etat palestinien dont la capitale serait Jérusalem Est ne facilite en rien le travail d'ouverture et de dialogue dans lequel s'est lancé Benyamin Netanyahou. Bruxelles ne peut s'exprimer au nom de Mahmoud Abbas, même si les silences du Président de l'Autorité palestinienne nuisent aux efforts inattendus et risqués du gouvernement israélien. 
 
Soldat de Tsahal et citoyen français, Guilad Shalit est l'otage du Hamas à Gaza depuis 1258 jours. Ce soir, nous pensons à lui. 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 17:36
FIJ : "Les médias israéliens sont parmi les plus libres du monde"
I

 

http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1257417381908&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull


La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et la Fédération nationale des journalistes israéliens (FNJI) se réconcilient. Le groupe israélien avait été expulsé en juin dernier.

"Réunion de réconciliation" des journalistes à Tel-Aviv, cette semaine.
Photo: DR , JPost

Un accord a été conclu lors d'une réunion d'urgence, lundi 5 novembre à Tel-Aviv. Parmi les conciliateurs : Aidan White, secrétaire général de la FIJ, Michael Klehm et Andreas Bittner, représentant la Fédération des journalistes allemands, et Franco Siddi, secrétaire général du syndicat italien.

Les propositions de la réunion seront présentées lors d'une assemblée spéciale du Comité exécutif de la FIJ, à Bruxelles le 14 novembre prochain. La longue liste de suggestions doit y être discutée avant d'être ratifiée.

Franco Siddi tenait à restaurer l'entente avec la presse israélienne : "Eliminer la contribution des journalistes israéliens à notre fédération internationale était inconcevable. Les médias israéliens sont parmi les plus indépendants du monde, et leurs voix sont un élément essentiel de la FIJ, fondée sur la démocratie et des principes éthiques", a-t-il déclaré.

Un compromis a, par ailleurs, été trouvé au sujet de l'un des plus gros différends qui opposaient les deux parties : le paiement des cotisations à la FIJ. Selon l'accord, le syndicat israélien réglera une somme plus proche de celles payées par d'autres médias du Moyen-Orient (plutôt que celles des médias européens). La fédération remboursera aussi la moitié de ce que lui réclame la FIJ.

Pourtant, selon Yossi Bar-Moha, de l'Association des journalistes de Tel-Aviv, le débat central concerne "le statut complet et équitable des journalistes israéliens au sein de la FIJ."

En effet, la fédération avait été accusée d'ostracisme par certains de ses collègues arabes et une enquête sur la liberté de la presse à Gaza, après l'opération Plomb durci, avait été ouverte sans accord préliminaire avec les représentants israéliens.

White a déploré ce manque de communication et assuré que tout le monde prendrait plus de précautions à l'avenir.

La liste que lira le Comité exécutif de la FIJ, dans une semaine, propose :

1) Une réunion annuelle entre les dirigeants de la FIJ et de la FNJI pour revoir leurs relations ;
2) L'invitation d'Israël à une réunion prévue l'année prochaine en Sardaigne, pour les journalistes de la Méditerranée ;
3) L'organisation d'une réunion en Israël pour discuter de l'Initiative du Journalisme éthique de la FIJ - une campagne mondiale visant à améliorer les normes des médias ;
4) L'organisation en Allemagne d'une rencontre entre journalistes israéliens et palestiniens, avec le soutien de la Fédération des journalistes allemands ;
5) Un meilleur engagement des journalistes israéliens dans la branche européenne de la FIJ.

"Cet accord va approfondir le travail de nos collègues israéliens dans la région. S'il porte ses fruits, ce sera bénéfique pour l'ensemble de la communauté journalistique, à l'intérieur et à l'extérieur du pays", commente White.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 23:47


[Lundi 05/25/2009 21:34]

 


D’après les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’année 2009, Israël fait partie des pays où le niveau de santé est le plus élevé au monde.

L’espérance de vie en Israël a atteint 81 ans en 2007, seulement deux ans de moins que l’espérance de vie des Japonais. L’Etat juif fait ainsi partie des 14 pays où l’on vit le plus vieux.

Israël est par ailleurs fort bien placé dans le classement de la plupart des autres catégories concernant la santé dans le rapport de l’OMS. Israël dépasse même en bien des domaines la moyenne des pays européens et bat largement celle de ses voisins du Proche-Orient. Dans le rapport de l’OMS, Israël est d’ailleurs classé dans le groupe des pays européens.

La mortalité infantile en Israël (3 pour 1 000), la mortalité des enfants de moins de cinq ans (5 ‰) et la mortalité maternelle (4 pour 100 000) sont beaucoup plus basses que les moyennes européennes, qui sont respectivement de 10 ‰, 15 ‰ et 27 pour 100 000.

En outre, le rapport indique qu’en Israël 100 % de la population a accès à des sources d’eau potable de bonne qualité, alors qu’en Europe la moyenne n’est que de 97 %.

Israël dispose également d’une moyenne de 37 médecins pour 10 000 personnes, ce qui est plus élevé qu’en Europe, où la moyenne est de 32 praticiens pour le même nombre de gens.

D’après le rapport, le taux de maladies infectieuses en Israël est des plus faibles. En outre la population israélienne jouit de taux d’immunisation constamment élevés.

En Israël, 121 personnes sur 100 000 décèdent de maladies cardio-vasculaires contre une moyenne de 332 en Europe.

Israël est en revanche à la traîne en ce qui concerne le nombre de lits d’hôpitaux par personne. Dans l’Etat juif, il y a 60 lits d’hôpitaux pour 10 000 personnes, contre 63 en Europe. En outre, 8 % du PIB d’Israël est consacré à la santé, contre 8,4 % en Europe.

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories