Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 13:05

PS : nous relayons cette information sous conditionnel +++.

 

Une guerre psychologique est en cours, où il s'agit de démontrer que qui se croit à l'abri reste une cible accessible. Dans ce cadre, certains pays du Golfe ont, aussi, des comptes à régler avec le Hezbollah, du fait de son implication en profondeur dans les révoltes chi'ites au Bahrein, et parce que ses réseaux sont actifs en Irak. Al-Jarida prétend détenir ses sources de cercles autorisés. Mais, il compile plusieurs versions et plusieurs témoignages, dont aucun ne peut être validé avec une grande probabilité. Sauf, peut-être, si seul Kuntar était publiquement réapparu depuis. D'autre part, la brochette des cibles virtuellement touchées est telle (Nasrallah, Badr-al-Dine, le fils Moughniyeh...) qu'on se croirait au Paradis des 72  vierges. Lupanar bien connu des piliers du Hezb...

Si certains éléments venaient à être démentis ou confirmés, seul ce journal en prendrait la responsabilité.

Aschkel et Gad.

 

 

La cible de l'explosion a Beyrouth etait Nasrallah - il serait peut etre blesse


 

La puissante explosion de la nuit de vendredi dernier, dans le quartier de Dahiyeh était, en fait, une tentative d'assassinat du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah - c'est ce que rapporte le journal "Al-Jarida". D'après cette source, une unité spéciale a fait sauter le bâtiment dans lequel se tenait une réunion entre Nasrallah et plusieurs cadres de l'organisation terroriste. Il n'est pas possible de savoir si Nasrallah a été réellement blessé dans l'explosion, raconte le journal, mais plusieurs cadres du Hezbollah l'auraient été.

 

null

Hassan Nasrallah

 

Le journal koweitien "Al-Jarida" raconte que la puissante explosion qui a eu lieu dans la nuit de vendredi dans un immeuble d'habitation au centre de Dahiyeh à Beyrouth était censée atteindre le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah lui-même.

 

Des sources initiées ont transmis au journal qu'Israël aurait recu l'information que Nasrallah devait tenir une réunion avec plusieurs cadres du Hezbollah, dont Samir Kuntar qui habite dans le quartier, dans l'immeuble en question.

 

Kuntar et Nasrallah

 

Une unité spéciale aurait organisé cette tentative d'assassinat du secrétaire général de l'organisation pendant cette réunion qui avait lieu au dixième étage du bâtiment. Les sources n'ont pas pu confirmer que Nasrallah ait ete touché, mais affirment que plusieurs cadres de l'organisation ont été blessés.

 

Imad Mughniyeh

 

En plus de cela, il semblerait qu'un des cadres blessés soit le remplaçant d'Imad Mughniyeh au poste de chef de cabinet de l'organisation, Mustapha Badreddine, qui est aussi recherché pour la liquidation de l'ancien premier ministre Rafik Hariri. Il faut préciser que contrairement à son habitude, Nasrallah n'est pas apparu dans les medias de l'organisation depuis la nuit de vendredi.

  

null

Mustapha Badreddine

 

Les membres du Hezbollah se sont empressés de boucler la zone après l'explosion et ont écarté les soldats de l'armée libanaise et les forces de sécurité qui sont arrivés sur les lieux. Ils ont prétendu, lors d'une déclaration officielle de l'organisation, qu'il s'agissait d'une explosion accidentelle due au gaz et qu'elle n'avait fait aucun blessé. Les sources sécuritaires libanaises ont confirmé que l'explosion a eu lieu dans un immeuble où habitent des cadres du Hezbollah et que l'organisation le nie pour tromper les renseignements israéliens et détourner l'attention des cadres blessés.

 

Le journal "Al-Jarida" est consideré comme relativement fiable par rapport aux autres medias arabes. Plusieurs articles de ce journal se sont révélés exacts par le passé. Ainsi par exemple, ils avaient fait état des fuites émanant du bureau de Netanyahu, ce qui avait amené cetains responsables à subir le test du polygraphe. Cette affaire s'était finie avec la demission d'Uzi Arad de son poste de conseiller à la sécurite nationale.

 

Selon d'autres sources : le fils de Mughniyeh etait la cible

 

D'après une autre source, un site internet arabe, la cible de l'explosion était le fils d'Imad Mughniyeh. Selon cette source, l'objectif de l'explosion était un appartement au 11eme etage du bâtiment qui servait de bureau à Mustapha Mughniyeh, fils du terroriste qui a été liquidé à Damas en 2008. Les cadres du Hezbollah, toujours selon cette même source, auraient été étonnés après qu'ils aient entendu l'explosion. "Mustapha Mughniyeh a quitté les lieux cinq minutes seulement avant l'explosion". L'explosion n'aurait tué qu'un assistant du fils Mughniyeh.

 

Un voisin qui a souhaité rester anonyme, raconte que le Hezbollah serait responsable de l'explosion "afin de se débarasser d'un activiste du Hezbollah qui avait entre ses mains des informations sécuritaires sensibles". Ce voisin nie les rumeurs selon lesquelles la cible était le terroriste libanais Samir Kuntar. Selon lui "Kuntar habite loin de là. Le Hezbollah fait courir ces rumeurs pour ne pas attirer les soupcons et pour embrouiller tout le monde".

 

 סמיר קונטאר עם בנו התינוק (צילום: חדשות 2)

Samir Kuntar

 

 

Kuntar lui-même a presenté, lui-même, le bébé de son fils qui est né dans un hôpital de Beyrouth et apparait sur une photo présentée dans les medias arabes. Cette photo de Kuntar, de son fils et du bébé confirme que la thèse selon laquelle il aurait été touché est fausse. Afin de souligner que c'est la vérité, ses proches ont declaré qu'il avait quitte l'appartement, où a eu lieu l'explosion, depuis deux ans.

 

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein a partir de mako.co.il - haabir-haisraeli

Partager cet article
Repost0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 13:03

Parmi les pleureuses, combien de "traîtres"? C'est la question stratégique à laquelle se trouve aujourd'hui confronté le Hezbollah...

Le Hezbollah arrête 50 de ses membres pour l’élimination de Mughniyeh

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4103253,00.html

Publié le: 

02.08.11, 09:28 / Israel News

 

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

·        PS : il semble que ce soit la plus complète débandade au sein de l’organisation terroriste d’Hassan Nasrallah. Cette information survient juste après l’annonce de la capture de plusieurs hautes personnalités, toutes membres d’un réseau de la CIA, sises aux plus hautes fonctions de l’hydre terroriste. Dont Mohammed al-Haj (« Abu Turab »), l’homme responsable de l’entraînement des forces militaires du Hezbollah, et Mohammed Atwe, responsable de la supervision et de l’inspection des forces armées.

 

 

 

Le journal koweitien Al-Siyasah a publié un reportage selon lequel le Hezbollah a arrêté plus de 50 ses membres, dont trois fils de commandants de haut-rang, tous soupçonnés de haute trahison.

 

Ce reportage fait savoir que plusieurs des suspects ont été transférés à Téhéran pour y être interrogés (torturés). L’organisation soupçonne qu’ils ont été impliqués dans l’élimination d’Imad Mughniyeh, le haut commandant de la branche terroriste du Hezbollah à l’étranger, en 2008, et, de plus, qu’ils ont soutenu les manifestations anti-gouvernementales en Iran (Elior Levy).

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 06:39

 

 

 

 

Nous l'annoncions dès hier soir de source officieuse : > Samir Kuntar blessé à Beyrouth
 
An-Nahar, le premier quotidien libanais, de centre-gauche, existant depuis 1933, le confirme de source "sécuritaire officielle"... 

Cela signifie que, malgré la prise de contrôle de l'appareil sécuritaire libanais et de l'armée par le Hezbollah, agitant son pantin Mitaki, les rangs des services protégeant les VIP invités par le Hezbollah sont pénétrés et que les stars du monde terroriste ne sont pas à l'abri d'un retour de bâton, en plein coeur de son fief de Daniyeh. Nasrallah fait donc bien de ne jamais sortir de son bunker... 

 

 

Aschkel&Gad


Samir Kantar visé dans l’explosion de Roueis ?

lorientlejour




Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et Samir Kantar, à Beyrouth, le 16 juillet 2008. Photo archives/
 

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et Samir Kantar, à Beyrouth, le 16 juillet 2008. Photo archives/ AFP
SÉCURITÉ La déflagration était due à l'explosion d'une "bonbonne de gaz", selon le Hezbollah.

Le mystère plane toujours sur les raisons et la nature de l’explosion qui a eu lieu vendredi soir à Roueis dans la banlieue-sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah. Bien que le parti de Dieu ait affirmé samedi que la déflagration était due à l'explosion d'une "bonbonne de gaz, causant uniquement des dégâts matériels", la véracité de cette version semble être remise en question. Le quotidien an-Nahar rapporte ainsi, dimanche, citant des informations sécuritaires officielles, que l'explosion visait Samir Kantar, l'ancien détenu libanais dans les prisons israéliennes, qui réside dans la région de l'incident.

 

La très forte explosion a eu lieu, vendredi soir dans un appartement au 11e étage d'un immeuble, blessant grièvement un habitant qui a été transporté à l'hôpital Bahman, dans la banlieue-sud, a rapporté l'Agence nationale d’information (ANI - officielle) qui a ajouté que la violente déflagration a été provoquée par l’explosion accidentelle due au gaz domestique. Toutefois les quotidiens an-Nahar et al-Liwaa avaient évoqué samedi la possibilité que cette explosion soit due à une bombe ou une grenade à main.

 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 18:57

 

 

 

 

La Hezbollah connection

Ana Maria Luca, 31 juillet 2011 

  

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info


 

*       http://www.nowlebanon.com/NewsArticleDetails.aspx?ID=296046

*        

*        





 

  

Bashar Wehbeh, le Libanais accusé aux USA d’avoir procuré illégament des armes au Hezbollah (image courtoisement offerte par le Département de la Justice américaine).


Il s’agissait juste d’une opération destinée à conduire à l’arrestation d’un dealer de drogue iranien à Bucarest, en Roumanie. Mais elle s’est développée jusqu’à devenir l’un des plus vastes coups de filet mené par l’Agence américaine de lutte contre la Drogue (DEA), au cours de la dernière décennie. L'affaire s’est conclue par l’arrestation d’un trafiquant d’armes libanais qui a revendiqué vouloir acheter des armes, y compris des missiles sol-air, pour une valeur de 59, 5 millions de $.


L’Agence de lutte contre la drogue américaine (DEA) a annoncé, mardi dernier, qu’elle avait arrêté le citoyen libanais Bachar Wehbeh en République des Maldives, alors qu’il essayait d’acheter des armes à deux agents sous couverture, qui se présentaient comme des dealers. Conséquence de cette même opération, Cetin Aksu et Siavosh Henareh, respectivement citoyens turc et iranien, ont également été capturés en Roumanie.


Un réseau international de services de sécurité, depuis Interpol jusqu’aux Maldives, en passant par les polices roumaine, turque, grecque et malaise gardait les suspects sous surveillance, enregistrait les conversations, interceptait les appels téléphoniques et e-mails, et a fini par mettre la main sur les suspects lundi dernier. Aucune officine des autorités libanaises n’a jamais été impliquée dans les investigations, bien que le versement des paiements de ces transactions était transféré depuis Beyrouth, a raconté Rusty Payne, porte-parole pour la DEA à Now Lebanon.


“Cette opération est hautement significative, parce qu’elle établit la relation étroite entre les trafiquants de drogue et les trafiquants d’armes », explique t-il. « Ce n’est pas précisément ce que nous cherchions, mais c’est au cours des enquêtes concernant la drogue que nous avons pu avoir, souvent, l’opportunité de voir d'où provenait l’argent, et d’être en mesure d’acquérir des renseignements qui infléchissent les activités des associations criminelles » insiste t-il.


Selon l’acte d’accusation publié par la DEA, et que Now Lebanon a obtenu du procureur de New York chargé du dossier, les opérations ont débuté en juin 2010, lorsque les agents ont commencé à suivre Siavosh Henareh, un Iranien qui était sous surveillance de la DEA pour trafic de drogue  transférée d’Europe de l’Est vers les Etats-Unis. L’homme prétendait être médecin et vivait dans un luxueux appartement de Bucarest depuis 20 ans, où il pouvait recevoir confortablement ses clients.



 Mais l’histoire a pris un tournant très différent, lorsque les agents de la DEA sous couverture se sont présentés comme des agents du Hezbollah essayant de lever des fonds à partir du trafic de drogue aux Etats-Unis, dans le but d’acheter des armes pour le parti chi’ite libanais. Pour les agences de sécurité américaines, il est clair que cela constitue déjà un crime en soi, puisque les Etats-Unis ont classé le Hezbollah comme une organisation terroriste étrangère en 1999.


Henareh a introduit les deux agents sous couverture auprès de deux autres trafiquants d’armes : le Libanais Bachar Wehbeh, qui, s’est lui-même présenté comme un associé du Hezbollah, et le Turc Cetin Aksu, en tant qu’intermédiaire.


Après s’être rencontrés en février 2011 en Roumanie, à Chypre, en Malaisie et dans plusieurs autres pays, Aksu et Wehbeh ont accepté d’acheter de l’armement sophistiqué d’origine militaire à d’autres agents sous couverture, se présentant comme des intermédiaires agissant pour le compte du Hezbollah. Selon la DEA, les agents ont fabriqué de toutes pièces l’histoire initiale et ont ensuite agi comme s’ils étaient des intermédiaires cherchant à revendre des armes acquises illégalement à partir d’une base américaine en Allemagne.


Les agents ont enregistré des appels téléphoniques et des conversations, filmé les rencontres et conservé les e-mails par lesquels ils négociaient la vente à Wehbeh de : 48 Stinger SAMs fabriqués aux Etats-Unis, 100 Igla SAMs (lance-missiles sol-air à l’épaule, indétectable au radar), 5000 fusils d’assaut AK 47, 1000 fusils de précision M 4 et 1000 pistolets de poing Glock, pour un prix approximatif total de 59, 5 millions de $.


Stinger


Igla


AK 47

M4, version courte du Shesh Esere, pour snipers performants.

Glock 18c, arme "par défaut" des terroristes. Mais cela peut aussi aller jusque-là en montage-démontage : 



Aksu et Wehbeh ont signé un contrat écrit en juin 211 en Malaisie.

“Au cours de la rencontre du 12 juin 2011, Wehbeh a déclaré qu’il était prêt à acheter les armes sous les instructions directes du Hezbollah”, est-il rédigé dans l’acte d’accusation. « Le 28 juin 2011, à Beyrouth, au Liban, Wehbeh et des co-conspirateurs dont les noms ne sont pas mentionnés ici comme accusés, ont convenu d’envoyer une première avance d’environ 50 000 $ pour l’achat des armes… aux [agents de la DEA].


Dès le jour suivant, une somme supplémentaire de 50 000 $ a été envoyée sur le compte secret des agents de la DEA à Beyrouth.



 

 


 



Une vidéo diffusée par la police roumaine, montrant Siavosh Henareh et Cetin Aksu lors d’une rencontre avec les agents sous couverture à Bucarest (confiée par le Bureau roumain d’investigation sur le crime organisé et le terrorisme)

 

 

Henareh, le dealer de drogue iranien, et Aksu, le “go-between” turc, ont été arrêtés à Bucarest, lundi. Wehbeh, recherché par Interpol, a été appréhendé le même jour aux Maldives et a comparu devant le Tribunal du District de Manhattan, à New York, dès mardi. Il est accusé de terrorisme et risque la prison à vie.

“ Ces opérations de la DEA illustrent crûment à quel point le trafic de drogue est une menace à double-tranchant qui alimente, en même temps, la toxicomanie et le terrorisme », a affirmé Michèle Léonhart, Administratrice de la DEA, lors d’une conférence de presse. « Nous avons neutralisé avec succès et substantiellement démantelé deux réseaux dangereux autant que complexes », a-t-elle ajouté.


Bien que ce soit la première fois que les agences de sécurité américaines capturent sur le fait un agent du Hezbollah en train de passer un arrangement pour obtenir illégalement des armes, et de plus, font apparaître ses liens avec le réseau de trafic de drogue, ce cas n’est pas pour autant, le premier où le Hezbollah comparaît devant le système judiciaire américain. Un responsable politique du Hezbollah et son fils avaient déjà été mis en accusation, en 2009, à Philadelphie pour avoir fait transférer 120 mitrailleuses lourdes des Etats-Unis vers le Liban, via la Syrie. Deux autres hommes de main, Hassan Hodroj et Dib Hani Harb, ont été accusé d’avoir convoyé les armes clandestinement, mais n’ont jamais été arrêtés. Hodroj est identifié dans les documents du Tribunal comme un membre du Conseil politique du Hezbollah et sa photographie a circulé dans des reportages de presse comme un porte-parole du Hezbollah, détenant le portefeuille de chef de la Commission pour les affaires palestiniennes. 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 08:14

 

 

 

 

Les promoteurs du terrorisme indignés par la tragédie Norvégienne….ou l'art du Cynisme !

Par Aschkel -  © 2011 www.aschkel.info

 

 

Voici donc les vrais connaisseurs et promoteurs du terrorisme qui se voient indignés par ce qui s'est passé en Norvège. Bien sur qui ne le serait pas !!!,  mais lorsque l'on sait que les tueries telles celle d'Itamar provoque l'hystérie dans les rues de Ramallah ou autres villes arabes avec feux d'artifices, que chaque attentat en Israël qui fauche des vies innocentes et fêté comme une victoire, que le Chef du Fatah lui-même Abou Mazen - Abbas, honore glorifie les auteurs de carnages, on se demande ce que valent leur consternation.

On se souvient de la joie intense lors des attentats de New-York également

 

Mais comme il est écrit dans le communiqué - "Ces esprits malades ne devraient pas avoir notre place dans notre société". Espérons qu'ils savent encore réfléchir à ce qu'ils disent !

 

Aschkel

 

Le mouvement des Jeunes du Fatah' a publié une déclaration condamnant les attentats en Norvège.

"C'est avec consternation que nous avons été informés de la nouvelle dramatique, de la terrible attaque terroriste contre un camp d'été connu de nos camarades"

 

Par le passé, le mouvement de la jeunesse du Fatah a pris part sur l'île d'Utoya près d'Oslo, où presque 100 personnes ont été tuées dans une fusillade sur l'île et lors d'une attaque à la bombe à Oslo.

 

"Le Fatah Jeunesse déclare sa consternation au sujet de l'attaque terroriste, il n'ya pas de mots pour décrire une attaque contre des personnes qui ont été nos compagnons dans notre lutte pour la libérté et l'indépendance. Très peu de gens ont été de notre coté autant que le peuple norvégien, et particulièrement nos camarades de l'AUF"


Nous savons que ceux qui ont été lâchement assassiné, sont des gens qui ont résisté pour les droits humains et nationaux du peuple palestinien à la fois en Europe et en visitant la "Palestine"

"Les jeunes du Fatah ont participé pendant près de 15 années au même camp d'été et notre jeunesse a bénéficié de l'apprentissage et du partage d'expérience sur la démocratie et au plaidoyer pour une paix juste"

"Nous espérons que les responsables de cette attaque terroriste criminelle seront traduits en Justice. Ces esprits malades ne devraient pas avoir notre place dans notre société"

 

 

http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=407665

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 23:40

 

 

Al Qaeda fait sauter le gazoduc égypto-israélien, après avoir tué sept personnes dans la prise de contrôle d’El Arish.  


DEBKAfile Reportage spécial 30 juillet 2011, 5:09 PM (GMT+02:00)

 

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

http://www.debka.com/article/21165/

Tags:  Al Qaeda      El Arish    Sinai    Egypt    US Middle East    Israel    gas pipeline 

 

 

Al Qaeda parade sur un véhicule blindé à El Arish, capitale du Sinaï

 

Au lendemain du déchaînement de violence à El Arish, les hommes armés d’Al Qaeda ont fait explosé, samedi 30 juillet, le terminal d’al Shulaq du gazoduc égypto-israélien, sur la côte méditerranéenne, près de la ville du nord Sinaï, interrompant ainsi la fourniture de combustible pour la cinquième fois depuis février et la troisième fois au cours de ce seul mois.

 

 

Cette fois était très différente des précédents. Les saboteurs ont tiré des roquettes en direction du terminal jusqu’à ce qu’un incendie se déclenche, les mêmes tactiques qu’ils ont utilisé durant l’assaut de la station de police d’El Arish, vendredi. Les forces égyptiennes se sont affrontées aux assaillants, mais ne sont pas parvenus à sauvegarder le terminal. Il s’agissait de la première attaque d’al Qaeda contre une installation stratégique israélienne.

 

Lors d’une attaque empruntant au style des Taliban, au moins 150 hommes d’Al Qaeda, masqués et vêtus en uniformes, ont sillonné sur leurs 4x4 et des motos les rues de la capitale du Sinaï, El Arish, vendredi 29 juillet, tirant à vue au cœur de cette ville du désert, à coups de mitrailleuses lourdes, de lance-roquettes et lance-grenades, des mortiers et des armes automatiques. Avant qu’ils ne reprennent la route, six heures plus tard, au moins sept personnes ont été tuées, et plus de 30 blessées.

 

 

La police et les soldats égyptiens se sont retirés vers leur station fortifiée, alors que les citoyens terrorisés de cette ville désertique de 150 000 habitants fuyaient ce déchaînement de violence. Au moins deux morts étaient des civils égyptiens, un homme de 70 ans et un adolescent de 13 ans, liquidé alors qu’il tentait de prendre une photo avec son téléphone portable.

 

Les sources militaires de Debkafile rapportent qu’autour de 18 h, les assaillants se sont divisés en deux groupes, l’un poursuivant les attaques à même les rues, l’autre dirigeant son attaque contre la station de police.

 

Des témoins affirment que les hommes masques et armés ne ont pas des locaux, pour la bonne raison u’ils ont, plusieurs fois, perdu leur chemin et demandé leur direction vers la station de police. Puis, ils ont attaqué le ba^timent à coups de roquettes et d’une batterie de cinq mortiers – pour la première fois, on sait qu’Al Qaeda du Sinaï s’est procuré des mortiers, dispose d’un camion blindé de police et d’autres véhicules de combat. Plutôt que de chercher à conquérir la station de police, les hommes armés ont semblé se préoccuper de clouer sur place la police dans un échanges de tirs ininterrompus et de l’empêcher ainsi d’interférer avec son occupation délibérée de la ville.

 

L’Agence de Presse égyptienne a fait savoir qu’un Lieutenant-Colonel et un capitaine égyptiens étaient morts au cours des échanges de feu. Le nombre exact de tués et de blessés pourrait être plus important qu’on ne le prétend actuellement. Deux avions militaires ont été envoyés du Caire pour évacuer les blessés.


A la tombée de la nuit, le gang s’est retiré vers le Sinaï central.


Les habitants d’El Arish sont convaincus que les Jihadistes en uniforme noir ont voulu démontrer qu’on ne pouvait pas les arrêter, qu’ils reviendront et que, la prochaine fois, ils resteront pour proclamer que le Sinaï est un Califat islamique.

 

Debkafile remarque qu’El Gorah, à 20 kms à l’Ouest, héberge la Force internationale d’Observation (MFO), établi là, il y a environ 3 décennies, pour superviser la démilitarisation du Sinaï, partie intégrante du traité de paix israélo-égyptien. 1000 hommes de troupes sont affectés à cette force, Américains et Canadiens pour la plupart.

 

Ce centre de commandement se trouve en état d’alerte maximale à cause d’une mance d’Al Qaeda, depuis sept mois. Depuis que le Président Hosni Moubarak a été renversé, le Hamas, Al Qaeda et les bandes armées bédouines ont mené des émeutes à travers le Sinaï, alors que les officiers de sécurité égyptiens restaient retranchés dans leurs casernements.


Les forces israéliennes déployées tout le long de la frontière égyptienne, de la même façon, sont demeurées à l’écart, quand El Arish était occupée et sous la terreur d’Al Qaeda. Selon les sources de l’anti-terrorisme à Debkafile, aucun des services de renseignement égyptien, israélien ni américain, qui observent la péninsule désertique, n’étaient préparées à une démonstration de force de centaines d’hommes d’Al Qaeda, équipés en uniforme, dotés d’armes lourdes et de véhicules blindés, entraînés aux aptitudes et à la discipline militaires requises pour prendre d’assaut une ville entière à à peine deux heures et demi de route de Tel Aviv et cinq heures du Caire.

 

Jusqu’à ce 29 juillet, on croyait qu’Al Qaeda au Sinaï n’était guère plus qu’une poignée de cellules lancées la plupart du temps, avec les Bédouins locaux, dans des filières de trafic d’armes et de drogue. Personne ne les soupçonnait d’avoir acquis les compétences d’une armée.

 


Cette sous-évaluation devra être révisée d’urgence, maintenant que les autorités égyptiennes ont perdu tout contrôle du Sinaï. L’absence totale de loi qui règne aujourd’hui dans ce territoire stratégique, contigu d’Israël, de la Mer Rouge et du Canal de Suez, sonne l’alarme pour Israël et les Etats-Unis.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 23:37

 

 

Samir Kuntar blessé à Beyrouth  

 

Un site internet libanais cite des résidents du bastion du Hezbollah qui affirment que l’archi-terroriste aurait été blessé dans l’explosion.

 

 

Roee Nahmias

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4101980,00.html


 

 

 

 

Le site internet “Dossiers libanais” a rapporté, ce samedi 30 juillet que des résidents du bastion du Hezbollah dans le sud de Beyrouth affirment que Samir Kuntar, un terroriste lebéré par Israël, il y a trois ans, a été blessé dans une explosion dans un des immeubles touchés.

 

Ce site internet marginal a concédé que ces témoignages pouvaient ne pas être justes et que son reportage se fondait sur les rumeurs qui ont cours dans la banlieue de Dahiyeh.

 

 

En supplément, le reportage cite d’autres témoins affirmant qu’on a retrouvé le corps d’une personne décédée dans l’un des logements. Une source du Hezbollah, de son côté, a raconté au site que l’explosion était due à l’explosion d’une bonbonne de gaz.

 

Selon le journal libanais al-Nahar, l’explosion est survenue vendredi soir dans le sud de Beyrouth. Des sources ont déclaré au journal que ce n’étit pas la conséquence d’une explosion de réserve de gaz, mais plutôt « d’un engin explosif ou d’une grenade à main ».

 

Le Hezbollah a été prompt à boucler toute la zone, ajoute le reportage. L’explosion est apparemment survenue au dixième étage d’un immeuble près de la mosquée centrale fréquentée par le groupe chi’ite.

 

Les forces de police ont été maintenues à l’extérieur de la zone concernée par les gardes armés du Hezbollah, mais le papier a appris qu’une personne avait bien été tuée dans l’explosion.

 

Les sources du journal, cependant, ont rejeté l’idée que le logement était utilisé pour le stockage d’armements, et ont expliqué qu’il s’agissait plus probablement d’un engin explosif ou d’une grenade à main « déclenchée par accident ». Le Hezbollah a préféré garder le silence sur cette affaire.

 

Samir Kuntar faisait partie d’une cellule de quatre terroristes qui était entrée en Israël, le 22 avril 1979. Elle est parvenue sur la plage de Nahariyah et a fait feu sur un croiseur de la police, tuant Eliyahou Shahar.

Juste après, ces homes ont pénétré au domicile de Danny et Smadar Haran, pour kidnapper Danny et sa fille, Einat, âgée de quatre ans, alors que Smadar et une autre de ses filles, Yaël, parvenaient à se cacher.

 Les Terroristes avaient ramené les Haran vers la plage, où des affrontements s’en sont suivis avec la police et les soldats de Tsahal. Deux terroristes ont été tués, mais Kuntar avait réussi à assassiner Danny et Einat, avant d’être arrêté. Yaël Haran a été étouffée et tuée, tandis que Smadar tentait de lui faire garder son calme, mais n’était pas parvenue à la retenir. 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 19:45

 

Liban - Une bonbonne de gaz explose  dans le fief du 'Hezbollah...et règle des comptes !

 

 

Liban : l’explosion de Roueïss est "peu accidentelle", et la victime est "peu ordinaire" samedi 30 juillet 2011 - 04h17
Logo MédiArabe.Infomediarabe

L’explosion qui a eu lieu la nuit dernière vers 23h00 (heure de Beyrouth) au 11ème étage d’un immeuble jouxtant le stade des Martyrs (du Hezbollah) à Roueïss, dans la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah, est officiellement d’origine accidentelle. Officiellement, c’est une bonbonne de gaz qui a explosé et provoqué un important incendie (lire nos informations ici). Selon le Hezbollah, qui a bouclé le quartier, une personne a été blessée dans cet accident. Mais des témoins cités par plusieurs médias libanais affirment avoir entendu deux explosions, à 9 minutes d’intervalles. Selon plusieurs journaux édités à Beyrouth, ce matin, l’explosion n’est pas liée au gaz et ne serait pas accidentelle. La personne tuée ne serait pas non plus un civil inconnu, mais un membre du Hezbollah.

A ce stade, aucune information n’a filtré concernant l’identité de la victime. Mais il se murmure qu’il pourrait s’agir d’une élimination pure et simple d’un témoin encombrant pour le Hezbollah, élimination maquillée par l’explosion du gaz. Ce témoin pourrait ainsi être impliqué dans les nombreuses affaires qui embarrassent le Hezbollah (comme notamment le Tribunal international et l’assassinat de Rafic Hariri, l’attentat contre la FINUL, ou encore les trafics de drogue et les vols avec violence qui deviennent une spécialité du parti de Dieu, ou enfin dans les détournements d’argent...).

L’explosion « peu accidentelle » de cette nuit et la victime « peu ordinaire » rappellent « l’accrochage banal entre deux alliés », qui a eu lieu à Borj Abi Haïdar en août 2010, opposant le Hezbollah au mouvement islamiste pro-syrien Al-Ahbache et qui s’est révélé une couverture pour éliminer Mohammed Fawwaz, un responsable du Hezbollah qui intéressait le Tribunal international, et qui avait été interrogé par les enquêteurs autour de son rôle présumé dans l’attentat contre Rafic Hariri (pour rappel, cliquez ici pour lire nos informations sur l’élimination de Fawwaz)

Les prochains jours livreront sans doute les secrets de la seule bonbonne de gaz qui explose accidentellement à travers le Liban, et qui tue par hasard un membre du Hezbollah !

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 07:22

 

 

Egypte - Sommet pour la poursuite du terrorisme au Caire

 

Adapté par Aschkel -  © 2011 www.aschkel.info

terrorism-info

 


iicc
The Meir Amit
Intelligence and Terrorism
Information Center 

 

 

 

Pendant deux jours (24-25 Juillet) – L'Egypte a accueilli "La conférence fondatrice du Rassemblement arabo-islamique pour soutenir l'option de la résistance" (comprendre terrorisme) pour soutenir la "soi-disant "résistance" (le terrorisme et la violence)

 

Cette conférence s'est passée au syndicat de la presse égyptienne au Caire. Cette conférence, d'après les médias arabo-palestiniens, a réuni des représentants de 14 pays islamiques parmi lesquels l'Arabie Saoudite, la Tunisie, la Turquie, l'Indonésie, le Maroc, le Soudan et la Jordanie. Etaient également présents des représentants des Frères musulmans, d'autres éléments de l'establishment politique égyptien, des représentants du 'Hezbollah,, du 'Hamas et d'autres organisations terroristes palestiniennes.

 

Le représentant du 'Hezbollah a prononcé un discours au nom du Chef Hassan Nasrallah.

 

Les participants ont tenté d'établir un lien, entre la soi-disant "résistance" et les protestations populaires dans les pays arabes de ces derniers mois, soulignant que la résistance est la seule option pour "libérer" la "Palestine".

 

Osama Hamdan, un des responsables du 'Hamas a déclaré dans un discours que –"Le conflit israélo-palestinien ne prendra jamais fin, tant qu'Israël n'aura pas cesser d'exister" – Il ajouté que jamais le 'Hamas ne reconnaitrait Israël.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 09:37

 

 

 

Liban : des révélations sur l’attentat contre les Français de la FINUL embarrassent le Hezbollah et la Syrie
mercredi 27 juillet 2011 - 08h57
Logo MédiArabe.Info

 

 

>Liban : cinq soldats français blessés dans un attentat visant la FINUL

 

Le quotidien libanais « Al-Joumhouriya » croit savoir que les enquêteurs n’ont pas mis longtemps pour tirer les premières conclusions concernant l’attentat commis hier à Saïda (Sud-Liban) contre une patrouille du contingent français de la FINUL.

 

 

Selon le quotidien, « plusieurs similitudes sont relevées entre l’attentat d’hier et celui qui avait visé, fin mai dernier, les Italiens à Rmeileh, au nord de Saïda ». Les terroristes ont utilisé le même explosif, mais ils ont adapté la technique de mise à feu aux mesures préventives prises par la FINUL.

 

En effet, ajoute le quotidien, « l’attentat contre les Italiens avait été déclenché à distance par un système sans fil.

Depuis, la FINUL a équipé ses patrouilles de matériel de brouillage électronique. L’attentat d’hier a été déclenché à distance, mais par un système de mise à feu filaire ». Les commanditaires et les exécutants de l’attentat auraient été informés du système de brouillage et se sont adaptés.

 

Dans ce cas, soit ils bénéficient d’informateurs au sein de la FINUL (ce qui est en soi inquiétant), soit ils disposent d’un service de renseignement efficace digne d’un Etat. Ces deux éléments excluent de facto les groupes terroristes affiliés à Al-Qaïda, basés dans les camps palestiniens, et désignent davantage des groupes bien structurés voire étatiques. Les regards se tournent plus que jamais vers le Hezbollah et la Syrie.

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories