Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 20:34

Gilad Shalit, une Douleur sans Fin

Par

Thérèse Zrihen-Dvir

 

http://www.theyeshivaworld.com/wp-content/uploads/2009/10/giladn.jpg

 

En scrutant le visage de Gilad Shalit, celui façonné par ses geôliers, on peut facilement y voir une détresse habilement camouflée. Sa voix, à certains moments semblait s'éteindre comme portée par le vent, pour revenir comme un souffle qui lutte pour étouffer la douleur. Gilad lisait le texte qui lui fut dicté, mais qu'il écrivit avec ses propres phrases percutantes et si simples. Leur écho résonnera longtemps dans notre esprit et dans nos coeurs.

 

http://i2.cdn.turner.com/cnn/2008/WORLD/meast/06/09/israeli.letter/art.shalit.gi.jpg

 

Gilad, qu'on veuille l'admettre ou non, n'est plus que l'ombre de lui-même. Émacié, mais extrêmement lucide, il semble bien portant. L'est-il? Il ne l'est guère si on appuie le regard sur ses doigts diaphanes, sur sa pâleur, sur une fatigue bien maquillée qu'il s'efforce de surmonter. Gilad, si jamais il sort de sa prison, restera le prisonnier à vie de ses mémoires.

 

Sa délivrance de ce cauchemar qui se poursuit pendant plus de trois ans, il ne la devra qu'au prix de longs et pénibles soins. Cette torture, tant dans sa chair que dans son psychique ne le quittera jamais pourtant. Son adolescence, son insouciance, sa nature joviale et souriante lui ont été sapées. Ses cerbères en ont fait une épave.

 

Faites maintenant un revirement brutal et allez rendre visite aux prisonniers Palestiniens incarcérés en Israël. Ils débordent de vie, ils sont alertes, bien portants, tant physiquement que psychiquement.

 

Seules quelques dizaines de kilomètres les séparent de Gilad.

 

Ce n'est ni sur une autre planète, ni dans un autre pays… quelques malheureux kilomètres, mais à des billions de kilomètres quant à leurs civilisations et conceptions individuelles. Pourquoi?

 

Parce que le juif a de tous temps été tolérant, compatissant, humain. Le palestinien ne l'est même pas envers ses propres frères qu'il moleste, assassine pour n'importe quel désaccord, conflit, ou honneur blessé.

 

Gilad est le pion politique le plus important que le Hamas détient entre ses doigts. Il veut l'échanger contre des centaines de criminels qui croupissent dans les prisons israéliennes non seulement afin d'élargir leurs rangs de terroristes mais aussi et surtout pour gagner la confiance de leurs concitoyens qu'ils cherchent à gouverner.

 

Victime de leurs ambitions, Gilad est maintenu en vie, une vie qui, nul n'en doute, n'est rien d'autre qu'un enfer.

 

Israël paiera tous les prix imposés par le Hamas pour libérer Gilad, parce qu'Israel possède une conscience qu'il ne peut ignorer, et est responsable de la vie de ses fils, n'importe lequel, juif, druze ou bédouin. Israël et tous ses citoyens passent par les mêmes affres, tout comme les infortunés parents du jeune homme. Le pays entier est devenu instantanément le père et la mère de Gilad, qu'il ne cesse de pleurer.

 

Demain, quand la transaction sera achevée, Israel devra se mesurer avec l'immense désastre que ces hordes de criminels libérés perpétueront dans le petit pays. Ils reviendront et sèmeront à nouveau la terreur, certains d'être libérés à nouveau après leurs crimes, par leurs dirigeants qui traqueront d'autres soldats israéliens aux fins d'en faire les pions de leur prochain marchandage.

 

Comme le disait récemment un des chefs du Hamas durant son discours à Oum El Fahem,

 

"Voilà la vraie solution : capturer des Shalit, encore un Shalit et un Shalit jusqu'à la libération de tous nos compatriotes des prisons israéliennes."

 

Et ainsi, la démocratie et la tolérance ont, malheureusement, leur aspect désavantageux : Ils permettent à des cyniques et des malintentionnés de triompher, de dévier de toute justice et de s'échapper sans en être affectés de toute punition pour leurs crimes, qu'ils répéteront inlassablement.

 

Israël devrait peut-être reconsidérer l'instauration de la peine de mort après ce cuisant fiasco! Les terroristes potentiels se verront bien obligés de réfléchir avant de s'aventurer dans toute action de terreur contre Israel s’ils sont conscients que c'est la mort qui les attend plutôt qu'une cellule confortable dans les prisons israéliennes.

 

Donnez-nous votre avis.

 

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 10:11

Ahmadinejad, un fou doublé d'un Calculateur

 

Par

Thérèse ZRIHEN-DVIR


Pour : http://lessakele.over-blog.fr/ et http://aschkel.over-blog.com/ 

 

Que veut Ahmadinedjad? : la première réponse qui s'étale instantanément sous nos yeux est: l'anéantissement d'Israël… vraiment? Y croyez-vous?


 

Permettez-moi de vous annoncer que vous êtes dans l'erreur! L’annonce de la destruction d'Israël n'est seulement qu'une étape dans son programme immense et apocalyptique.


 

http://www1.alliancefr.com/bqimages/angela.jpg

Imre Kertesz, avec Angela Merkel



Le parallèle qu'on fait avec Hitler ne vaut que parce qu'il est improbable ou peu opérant de traiter Hitler (ou Ahmadinejad) de FOU, comme le disait d'Hitler Imre Kertesz, prix Nobel de littérature en 2002 : le traiter de "fou," c'est le rendre irresponsable, et qualifier ainsi la Shoah d'un moment de "folie" d'insanité temporaire dans l'histoire, une parenthèse, un accident non prémédité. Or, les documents  découverts nous prouvent le contraire. L'Holocauste avait été minutieusement planifié au détail le plus infime, avec l'approbation de l'ensemble des cercles dirigeants nazis. De même aujourd'hui, du programme iranien qui utilise le "vecteur" Ahmadinedjad, qui n'en est jamais que l'instrument le plus prometteur.

 

http://www.routard.com/images_contenu/communaute/photos/publi/071/pt70866.jpg


  Preuve de planification : recensement scrupuleux de 11 000 000 individus sur simple présomption sur leur acte de naissance.

 

Ahmadinejad possède deux facettes bipolaires. C'est un stratège invétéré, pragmatique, rationnel et calculateur qui connaît parfaitement son objectif, qui est de restructurer le monde selon ses aspirations religieuses auxquelles il se voue entièrement. Il est capable d'œuvrer par phases, avec patience et détermination, à l’instar du 1er Hitler, adepte du « fait accompli », par l’invasion de la Tchécoslovaquie. Lui non plus n’ était pas qu’un "fanatique halluciné", mais ménageait les capacités nécessaires à la conduite des destinées.

 

Tous ceux qui prennent Ahmadinejad pour un dément irresponsable se trompent lourdement. Il est capable d'œuvrer avec précision comme le ferait un grand joueur d'échecs. Son déni de l’holocauste fait partie de son stratagème, lequel est d'arracher une à une les couches formant tous les éléments agrégés à ce génocide, en associant ce qu’il dénigre comme une « fable » au projet de retour des Juifs sur leur Terre. Il essaie par tous les moyens, usant de diffamation, des mensonges, de la stigmatisation visant à détruire toute légitimité des Juifs et leurs doléances, et les dénigrer comme dernier avatar du « Colonialisme occidental », là où le Panarabisme sunnite a échoué : il se servirait de la mise en doute de cet "accident de l'histoire" perpétré par son prédécesseur européen pour réduire à néant toute prétention multiséculaire juive au retour, dans ses autres dimensions historiques, nationales et religieuses. Les deux facettes du négationnisme doublé de relativisme culturel s'interpénètrent et se complètent efficacement dans le discours. Il sait aussi qu'Israël est le pays le plus discuté, le plus contesté ces jours-ci, mais n'ignore cependant pas que les États-Unis ne permettraient jamais sa disparition et que le monde libre se hérisserait (un peu au moins) en entendant ces menaces, et donc il en a fait son "appât". L'appât parfait pour détourner l'attention du monde et voiler ses desseins grandioses, présumés indispensables, vu ses convictions.

 

Le conflit Israélo-palestinien est le dernier des soucis du rusé Ahmadinejad qui s'en moque éperdument, comme du destin des deux millions de Palestiniens qu'il place intentionnellement au centre de son grand jeu. Il en fait sa prétendue cause incontestable et ils lui servent de paravent. Il faut bien donner au monde un socle concret à son hostilité et à sa belligérance envers Israël et les Juifs!

 

Pourquoi croyez-vous que Mr Ahmadinejad dépenserait des fortunes impensables dans les armes conventionnelles et atomiques, se mettrait au ban de toutes les nations et accepterait toutes les sanctions dont il est la supposée victime? Il met aussi dans son jeu de cartes l'existence de ses concitoyens, obtient la bénédiction de la bande de Mollahs qui l'activent et se place en premier plan pour défier le monde.

 

http://www.cbsnews.com/images/2006/08/27/image044139d1-3f4a-4df8-a818-75ec5161ce33.jpg

La raison est si simple qu'elle fait mal. Il sort en Guerre Sainte, il complote un Djihad mondial qu'il a préparé minutieusement et intelligemment. Il possède ses milices au Liban, le Hezbollah, ses ramifications sont bien implantées à Gaza, le Hamas, et il s'infiltre dans tous les pays arabes plus ou moins pragmatiques, afin d'effriter leurs régimes plus modérés. Il compte évidemment sur les réseaux d’une émigration démesurée et irréfléchie en Europe et aux les États-Unis qui lui servent indirectement en propageant l'islam radical, les désordres urbains, voire, demain, la menace d’attentats aux « bombes sales », gangrenant efficacement le monde libre entier. Il acte comme une tumeur cancéreuse qui attend le moment opportun pour se déclarer et frapper sa victime à mort. Ahmadinejad ressemble à une araignée qui prépare ses toiles où ses proies tomberont l'une après l'autre, et qu'il attend patiemment.

 

La cible tant contestée est indéniablement l'islamisation du monde libre.  Ahmadinejad se considère l’envoyé du SAUVEUR, du MESSIE qui détruira l'Occident qu'il considère corrompu, voué à la licence sexuelle et irrespectueux des volontés d'Allah. Sa sainte mission est donc d'épurer le monde de tous les éléments démocratiques qui permettent la liberté de culte, de parole, la prostitution, le nudisme, l'homosexualité et qui n'arborent aucun respect aux lois d'Allah. Il est le Fidèle d'Allah qui se doit de propager sa parole et ses ordres.

 

Étant donnée la supposée "noblesse" de ses intentions et la "sainteté" de ses projets, Ahmadinejad est persuadé qu'il jouira de la protection d'Allah, et que sa guerre sera couronnée de succès, puisqu'il entrevoit la main d'Allah dans toutes ses entreprises, dans toutes ses paroles et actions.

 

Il reste tellement convaincu de son triomphe prochain qu'il ne cherche plus aujourd'hui à leurrer le monde libre. Pour mieux souligner ses défis, il procède aux lancements de missiles à longue portée capables d'atteindre l'Europe, et dévoile l'existence d'une deuxième usine d'enrichissement d'uranium près de Qom. Son jeu sur l’échiquier est prêt; il ne reste plus qu'à attendre les résultats qui ne tarderont pas, tant que l’Occident ne veut que « discuter ».

 

http://www.rfi.fr/actufr/images/069/onu_ahmadinejad220.jpg

Et le loup rôdera au milieu de la bergerie...

 



Israël n'est pas trop sot pour attaquer l'Iran a lui seul. Même si sa cause est justifiée et ses capacités reconnues, il préférerait suivre le pas des États-Unis et de l'Europe, tout en se préparant à toute éventualité. Reste à savoir si ces derniers suivront une logique qui s'impose plus on avance, ou bien adopteront une politique de bredouillement qui mènera le monde vers sa perte.

 

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 15:12

Les Portes du Ciel
par
Thérèse Zrihen-Dvir 



ciel etoile sous gimp
Souccoth (La fête des Tabernacles) approchait. Nous nous réjouissions tous de la perspective d'aider nos parents à construire en plein air, de petites cabanes faites de roseaux et de feuilles de palmes géantes.

Notre meilleur temps nous le passâmes à découper des guirlandes dans lesquelles mes oncles inséraient de petites ampoules multicolores qui scintillaient de mille feux. Ma grand-mère garnissait la Soukka d'une grande table, de chaises et même d'un divan pour celui, ou celle, qui voudrait passer la nuit sous ce toit précaire. Généralement, cela engendrait de petites querelles entre mes tantes et oncles avant la tombée de la nuit -chacun voulant obstinément y dormir-

"Mais pourquoi," questionnai-je Mémé. "Qui y a-t-il de si particulier à dormir sous les cieux?"

"Assieds-toi donc et laisse-moi te raconter pourquoi nous aimons tous dormir en plein air à Souccoth," me dit-elle avec un sourire mystérieux.

Je pris une chaise et m'assis en face d'elle, attendant avec impatience  son récit.

"Sais-tu," me dit-elle, "qu'avant la fête de Souccoth, nous passons nos nuits à prier et à demander pardon pour nos fautes de l'an passé? Il est dit qu'au dernier jour de Souccoth, le Bon Dieu écrit sur son livre de vie un rapport sur chacun de nous. Et ainsi, nous sommes soit punis, soit récompensés pour nos actes. Si tu as fait du mal à qui que ce soit ou que tu as péché, et que tu n'as pas réparé le dommage occasionné, tu seras punie. Et si au contraire tu as passé toute l'année à faire de bonnes actions et à suivre les commandements de notre Seigneur, tu seras récompensée."

"Ce n'est vraiment pas le moment de lui bourrer la tête avec de telles choses," reprocha mon grand-père du coin de la cabane. "Elle est trop jeune pour comprendre leur complexité, et lui faire peur avec de telles histoires n'est pas recommandable!"

Je pense qu'il avait remarqué la pâleur instantanée qui avait envahi mon visage quand ma grand-mère avait abordé le sujet épineux des péchés. Je n'avais que six ans, mais je comptais tout de même quelques péchés, comme les mensonges et les petits larcins que j'avais cachés à tous par peur d'être sérieusement réprimandée. J'avais aussi commis au moins un ou deux vilains tours aux enfants des voisins pendant nos jeux de médecin et de malades. Je n'étais pas particulièrement fière des résultats de ma toute dernière plaisanterie:

J'avais aligné filles et garçons pour leur mettre des gouttes dans les yeux. Le flacon dont je fis usage avait contenu au préalable des gouttes pour les yeux, mais une fois vide, ma grand-mère s'en était débarrassé en le jetant dans le panier  à ordures. Quand je le découvris, je le pris et le remplis d'eau froide et de rognures de savon. Je me mis à le secouer afin que les fines parcelles de savon fondent dans l'eau. Une fois le mélange prêt, j'instillai une ou deux gouttes dans les yeux des malheureux enfants. Évidemment, mon traitement leur enflamma les yeux. Ils se sauvèrent, la vue brouillée, les yeux rougis et larmoyants. Je n'ai jamais compris pourquoi ils ne se plaignirent pas à leurs parents. Était-ce parce que j'étais la petite fille du grand rabbin, que tout le monde craignait et respectait? L'affaire fut rapidement oubliée. Quant à moi, j'avais réalisé l'ampleur du mal que j'avais causé à ces enfants et m'étais promise de ne plus recommencer.

"Mais non, vas-y Mémé, continue," dis-je à ma grand-mère qui semblait hésiter.

"Es-tu certaine de vouloir écouter le reste?" me demanda-t-elle.

"Oui, je dois savoir si moi aussi j'ai besoin de demander pardon pour mes péchés,"  lui répondis-je le front plissé.

"Enfin, la nuit qui précède Simha Torah (Fête du don de la Bible) on essaie de ne pas dormir, car c'est au cours de cette nuit particulière que le Bon Dieu ouvre les portes du ciel."

"Que veux-tu dire Mémé? Il a des portes le ciel? À quoi ressemblent-elles?" lui demandai-je, complètement interloquée.

"Mais bien sûr  que le ciel a des portes," répliqua ma grand-mère d'un ton sérieux. "Quand elles s'ouvrent, tu as seulement quelques secondes pour exprimer les vœux qui te seront accordés pour le restant de ta vie."

"Les as-tu vues toi, les portes du ciel, Mémé?" murmurai-je, déconcertée et curieuse. "Et qu'as-tu demandé?"

"Je n'ai jamais eu l'occasion d'être réveillée quand cet événement eut lieu," répondit ma grand-mère, dépitée. "Cependant, tous ceux qui ont eu l'opportunité d'exprimer leurs souhaits, les ont vus se concrétiser sur-le-champ. Quelques uns ont demandé de l'or et des diamants, d'autres santé et prospérité."

"Qu'aurais-tu aimé avoir Mémé si, par chance, les portes du ciel s'étaient ouvertes pour toi?"

"Je demanderais la guérison de ton grand-père," balbutia-t-elle presque imperceptiblement.

"Tu sais Mémé, je vais rester éveillée cette nuit et les nuits suivantes jusqu'à la fin de Souccoth et j'attendrai que les portes du ciel s'ouvrent pour faire le même souhait que toi," répondis-je. "Aide-moi je te prie à étendre mon matelas sous les étoiles. Je te promets de ne pas fermer l'œil la nuit entière et de ne pas rater cet événement."

Je partis vers ma chambre, suivie de Mémé et, à deux, nous portâmes mon petit matelas jusqu'au patio tout près de la cabane de Souccoth et nous l'y étendîmes. Je me saisis aussi de mon oreiller et d'une petite couverture et m'assis sur mon lit improvisé.

Dans la cabane, mes oncles et tantes continuèrent de jouer aux cartes en buvant du thé chaud à la menthe avec des biscuits. Pépé et Mémé regagnèrent leur chambre à coucher et s'endormirent. Je gardai les yeux ouverts fixant le ciel où par moment une étoile filante m'arrachait un cri de joie vite étouffé. Puis, plus rien, aucune porte ne s'ouvrit ni ne se ferma. Je vis mes oncles et tantes quitter la cabane pour aller se coucher. Quand j'ouvris les yeux, le soleil était déjà haut dans le ciel.

Mémé m'apporta un verre de thé chaud et parfumé et une tranche de son gâteau que j'avalai d'un trait.

"Je suis désolée Mémé si je t'ai déçue," lui dis-je envahie de remords. "Je ne me rappelle pas quand le sommeil a eu raison de moi. C'est tout simplement arrivé."

"Ma douce enfant," me répondit-elle. "Ne t'inquiète de rien. Cela nous arrive à tous et c'est pour cette raison qu'aucun de nous n'a jamais réussi à voir les portes du ciel s'ouvrir."

 

Thérèse Zrihen-Dvir, écrivain.

Copyright © 2009 Thérèse Zrihen-Dvir. Tous droits réservés
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 20:05

Aucune Paix n'est possible sans une Défaite


décisive de l'Ennemi


Par

Thérèse ZRIHEN-DVIR

 

http://south-asiaforum.org/wp-content/uploads/2009/02/daniel_pipes.jpg


Daniel Pipes a écrit récemment un article très intéressant sur les contingences qui pourraient conduire à la paix entre Israël et les Palestiniens, en brossant au passage, le désastre engendré par l'accord d'Oslo.

 

Le traité de paix signé avec Arafat en 1995 a été, pour ainsi dire, la brèche qui donna libre cours à la débâcle. L'erreur initiale a été la facilité avec laquelle les Israéliens avaient remis inconditionnellement les territoires conquis à Arafat. Cette presque fuite en débandade de ces territoires avait été interprétée par les palestiniens comme une faiblesse, une lassitude, voire une érosion, dont il fallait profiter pour accéder à toutes leurs ambitions, notamment celles d'arracher le pays entier des mains juives.

 

http://www.houmous.net/wp-content/suicide-drogues.jpg

 

Cela commençait à prendre forme quand des nuées de kamikazes envahirent les villes centrales d'Israël pour y perpétrer leurs crimes les plus odieux contre les civils, là où ils se trouvaient.

 

Le nombre de morts qu'Israël avait compté durant cette période désastreuse était beaucoup plus élevé que celui causé par toutes les guerres qui avaient éclaté dès la création de l'état juif. 

 

http://www.pointdebasculecanada.ca/resizer.php?imgfile=img/jpg/femme_kamikaze.jpg&max_width=476


Mais là n'était pas l'erreur la plus énorme! Israël avait bénévolement armé Arafat et ses milices, leur offrant son soutien militaire jumelé à ses services d'intelligence nationale. Si la diplomatie d'Arafat était brillante, il n'y a aucun doute. Parallèlement, Arafat n'avait jamais menti aux Palestiniens. Il n'avait en aucun cas cessé de leur promettre la restitution de tous les territoires allant du Jourdain à la Méditerranée. Il leur prédisait la création d'une Palestine sur les cendres d'Israël, pendant qu'il négociait avec Rabin et son gouvernement, une paix qui, dans le fond, n'était qu'une fable qu'il s'évertuait à leur raconter. Cela résulta par la division du peuple d'Israël, derrière le mouvement "La paix maintenant" revigoré et culmina par l'assassinat du président Rabin.

http://www.7sur7.be/static/FOTO/pe/2/11/0/art_large_532230.jpg


Mais cette brèche opérée magistralement par Arafat n'a cessé depuis de s'élargir. La Gauche israélienne a instillé dans les esprits le concept de "restitution de terres contre la paix" qui a ramolli les convictions et affaibli le pays et son gouvernement. Ce slogan contamina les USA et l'Europe qui sont convaincus qu'en restituant les territoires conquis en 1967 aux Palestiniens, la paix serait accessible. Je leur suggère d'écouter un peu sérieusement ce que les Palestiniens en pensent.

 

http://danielattias.blog.lemonde.fr/files/hamasflags.jpg


Durant une entrevue menée récemment par un speaker israélien sur la chaîne de télévision nationale d'Israël, la majorité des palestiniens ne demandent pas moins que la restitution complète de tous les territoires allant du Jourdain à la Méditerranée. Chose qui ne surprend personne, puisque Israël n'est pas mentionnée sur la carte du Moyen-Orient par les Palestiniens et est évidemment reportée sur leurs livres d'école et dans toutes les institutions éducatives palestiniennes, comme la Palestine.

 

Depuis, Israël patauge entre  la crédulité en une paix possible avec les palestiniens et son déni. Les compromis et concessions suggérés ne font qu'amplifier l'appétit des palestiniens qui, apparemment, ne s'arrêteront que lorsque Israël aurait vidé complètement les lieux.

 

Une paix n'est faisable qu'avec un ennemi vaincu sur le champ de bataille, nous dit Daniel Pipes, qui ne se trompe d'ailleurs pas. Mais Israël ne confronte pas un pays, une autorité, une armée! Elle confronte des milices, des hordes de terroristes qui se cachent derrière un rideau de civils.  Raser la bande de Gaza et les fourmilières de terroristes aurait été une tâche bien aisée et rapide, si ces derniers ne s'infiltraient pas au sein des populations, ne construisaient leurs infrastructures militaires dans les écoles, les mosquées, les hôpitaux, ne se servaient pas d'ambulances comme moyen de transport etc., et cela avec l'accord tacite de la population palestinienne.

 

Nous avons tous assisté à l'effet de toute riposte aux lancements de mortiers contre la population israélienne par les Palestiniens et avons écouté le dénigrement, le persiflage de l'ONU qui attaque à tort et à travers Israël, l'accusant d’être responsable de crimes de guerre « et peut-être »,  contre l'humanité. C'est à se tordre de rire.

 

Enfin, on se demande ce que le monde attend réellement d'Israël! Qu'il ne se défende pas? Ne se protège pas? Qu'il permette qu'on assassine sa population? Ou bien qu'il aligne ses citoyens devant les mitraillettes palestiniennes pour qu'ils les tuent? Savent-ils seulement que si Israël disparaissait, les Palestiniens n'auront plus aucune existence possible sur leurs territoires ?

 

Les pays arabes possèdent tant de terrains, d'espaces libres et incultes qu'ils auraient pu offrir à leurs frères palestiniens mais ne le font pas. Ils préfèrent en faire des victimes pour étancher leur soif de destruction et leur convoitise.

 

 http://www.7sur7.be/static/FOTO/pe/18/5/12/large_427062.jpg


Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 12:45

Obama mène les USA à la Résignation

Par

Thérèse ZRIHEN-DVIR

 

Sommes-nous, aujourd'hui, en train d'assister au déclin de la plus grande puissance du monde?

 

 

Il ne fait plus de doute que les USA confrontent le dilemme le plus décisif jamais connu depuis la seconde guerre mondiale. Le rôle d'agent de police universel qui leur fut assigné est devenu trop lourd, trop encombrant et surtout exigeant, durant ces dernières années, avec l'extension de la liste des pays qui investissent dans l'acquisition des armes nucléaires, l'expansion de l'Islam dans les pays de l'Occident et l'affermissement des régimes dictatoriaux, belliqueux et récalcitrants.

 

En semblant baisser les bras devant la menace nucléaire de l'Iran, le président Obama a produit l'impression que les États-Unis avaient atteint le bout du rouleau. Sa déclaration ouverte, la semaine dernière, dans son dernier discours devant l'assemblée générale de l'ONU, que les États-Unis ne pouvaient plus, indéfiniment, à eux seuls, résoudre tous les problèmes du monde et qu'il va falloir que tous les autres pays membres y mettent des leurs, désavantage l'image d'invincibilité dont se glorifient les États-Unis. Entre ses mains hésitantes, le gouvernail de notre planète vacille dangereusement.

 

Obama s'est littéralement tiré une balle dans le pied en révélant son incapacité à mener à bien son rôle de Président de la nation la plus puissante du monde, sans mentionner sa politique des concessions qui frôle, parfois, bêtement la puérilité. Aujourd'hui, plus que jamais, les Etats-Unis ont besoin d'un politicien chevronné, mais surtout d'un grand connaisseur des conceptions du monde Islamique et du danger qu'elles représentent pour le monde libre. Or, Obama insiste dans une politique de bredouillement et de pansements réduisant les forces du monde libre à néant.

 

Les Etats-Unis, comme tous les membres du quartet se sont apparemment fait à l'idée d'un Iran Nucléaire, tout comme ils le firent pour la Corée du Nord et le Pakistan. Leurs luttes et stratagèmes antécédents pour anéantir leurs projets de l'atome ont été nettement insuffisants et inefficaces et ainsi ils semblent être gagnés par la fatigue et la résignation et préfèrent aujourd'hui laisser les rames couler et abandonner cette barque qui ne cesse d'aller à la dérive.

 

Le Lundi 28 septembre, l'Iran procède au lancement de roquettes à longue portée pouvant facilement atteindre Israël et l'Europe. La menace est claire et évidente et le message ne peut être plus explicite.

 

Or, déjà depuis son élection à la présidence des Etats-Unis, Obama s'est avéré être comme un gauchiste illusionné, pro-arabe, anti-Israélien, qui s'évertue à fasciner le public avec sa capacité chimérique de créer un monde dénué d'armes atomiques. Seul un niais y croirait réellement.

 

Cependant, l'ultime option est trop compliquée et entraînerait l'Amérique dans un bourbier supplémentaire, encore plus audacieux et plus risqué que celui de l'Iraq. Il y a déjà assez de soldats qui meurent pour des pays qui ne leurs appartiennent pas comme l'Afghanistan, l'Iraq, le Pakistan et l'opinion publique pèse chaque jour davantage sur les frêles épaules d'Obama qui aurait de beaucoup préféré une présidence plus commode, sans subterfuges ni méandres. Mais elle ne l'est pas et ne le sera jamais tant que l'Islam et le radicalisme continuent leur ascension dans le tiers monde, tant qu'ils prospèrent et réussissent continuellement à recruter des partisans. Plus de dix millions de musulmans vivent aujourd'hui aux USA et leur grande majorité fomente des complots contre l'état, rognant sérieusement les flancs de l'Amérique et du monde libre. Toute offensive dirigée contre leurs frères musulmans d'outre-mer engendrerait une succession d'attaques terroristes meurtrières qui tournerait les pays en une hécatombe.

 

Israël, dans cette tourmente, pourrait alors se trouver seul et abandonné à son destin. Il ne pourra espérer aucun secours de l'Occident qui dévoile aujourd'hui que le colosse d'airain possède des pieds d'argile. L'expansion de l'Islam dans le monde occidental est devenue trop  considérable pour que les chefs d'états européens puissent l'ignorer ou éviter ses répercussions. Nous avons déjà assisté à des manifestations, qui avaient rapidement viré en émeutes sanglantes. Mais, ont-ils d'autre alternative, sinon la soumission et la disparition?

 

Les évènements vont se corser dans les jours à venir, et les décisions prises et leurs impactes décideront du futur de notre planète TERRE.

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 12:45

Par

Thérèse ZRIHEN-DVIR

 

Sommes-nous, aujourd'hui, en train d'assister au déclin de la plus grande puissance du monde?

 

 

Il ne fait plus de doute que les USA confrontent le dilemme le plus décisif jamais connu depuis la seconde guerre mondiale. Le rôle d'agent de police universel qui leur fut assigné est devenu trop lourd, trop encombrant et surtout exigeant, durant ces dernières années, avec l'extension de la liste des pays qui investissent dans l'acquisition des armes nucléaires, l'expansion de l'Islam dans les pays de l'Occident et l'affermissement des régimes dictatoriaux, belliqueux et récalcitrants.

 

En semblant baisser les bras devant la menace nucléaire de l'Iran, le président Obama a produit l'impression que les États-Unis avaient atteint le bout du rouleau. Sa déclaration ouverte, la semaine dernière, dans son dernier discours devant l'assemblée générale de l'ONU, que les États-Unis ne pouvaient plus, indéfiniment, à eux seuls, résoudre tous les problèmes du monde et qu'il va falloir que tous les autres pays membres y mettent des leurs, désavantage l'image d'invincibilité dont se glorifient les États-Unis. Entre ses mains hésitantes, le gouvernail de notre planète vacille dangereusement.

 

Obama s'est littéralement tiré une balle dans le pied en révélant son incapacité à mener à bien son rôle de Président de la nation la plus puissante du monde, sans mentionner sa politique des concessions qui frôle, parfois, bêtement la puérilité. Aujourd'hui, plus que jamais, les Etats-Unis ont besoin d'un politicien chevronné, mais surtout d'un grand connaisseur des conceptions du monde Islamique et du danger qu'elles représentent pour le monde libre. Or, Obama insiste dans une politique de bredouillement et de pansements réduisant les forces du monde libre à néant.

 

Les Etats-Unis, comme tous les membres du quartet se sont apparemment fait à l'idée d'un Iran Nucléaire, tout comme ils le firent pour la Corée du Nord et le Pakistan. Leurs luttes et stratagèmes antécédents pour anéantir leurs projets de l'atome ont été nettement insuffisants et inefficaces et ainsi ils semblent être gagnés par la fatigue et la résignation et préfèrent aujourd'hui laisser les rames couler et abandonner cette barque qui ne cesse d'aller à la dérive.

 

Le Lundi 28 septembre, l'Iran procède au lancement de roquettes à longue portée pouvant facilement atteindre Israël et l'Europe. La menace est claire et évidente et le message ne peut être plus explicite.

 

Or, déjà depuis son élection à la présidence des Etats-Unis, Obama s'est avéré être comme un gauchiste illusionné, pro-arabe, anti-Israélien, qui s'évertue à fasciner le public avec sa capacité chimérique de créer un monde dénué d'armes atomiques. Seul un niais y croirait réellement.

 

Cependant, l'ultime option est trop compliquée et entraînerait l'Amérique dans un bourbier supplémentaire, encore plus audacieux et plus risqué que celui de l'Iraq. Il y a déjà assez de soldats qui meurent pour des pays qui ne leurs appartiennent pas comme l'Afghanistan, l'Iraq, le Pakistan et l'opinion publique pèse chaque jour davantage sur les frêles épaules d'Obama qui aurait de beaucoup préféré une présidence plus commode, sans subterfuges ni méandres. Mais elle ne l'est pas et ne le sera jamais tant que l'Islam et le radicalisme continuent leur ascension dans le tiers monde, tant qu'ils prospèrent et réussissent continuellement à recruter des partisans. Plus de dix millions de musulmans vivent aujourd'hui aux USA et leur grande majorité fomente des complots contre l'état, rognant sérieusement les flancs de l'Amérique et du monde libre. Toute offensive dirigée contre leurs frères musulmans d'outre-mer engendrerait une succession d'attaques terroristes meurtrières qui tournerait les pays en une hécatombe.

 

Israël, dans cette tourmente, pourrait alors se trouver seul et abandonné à son destin. Il ne pourra espérer aucun secours de l'Occident qui dévoile aujourd'hui que le colosse d'airain possède des pieds d'argile. L'expansion de l'Islam dans le monde occidental est devenue trop  considérable pour que les chefs d'états européens puissent l'ignorer ou éviter ses répercussions. Nous avons déjà assisté à des manifestations, qui avaient rapidement viré en émeutes sanglantes. Mais, ont-ils d'autre alternative, sinon la soumission et la disparition?

 

Les évènements vont se corser dans les jours à venir, et les décisions prises et leurs impactes décideront du futur de notre planète TERRE.

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 10:03

Les USA, les Grands Alliés d'Israel

Par

Thérèse Zrihen-Dvir

 

J'ai lu, vendredi dernier, un article très intéressant du spécialiste des questions militaires stratégiques, Mr David Samuels paru sur Slate.com, "Pourquoi Israël attaquera l'Iran" qui m'a honnêtement attristée.

 

L'article expose une analyse très intelligente et perspicace des causes qui poussent l'état israélien à ouvrir une offensive problématique, mais nécessaire, contre l'Iran. Je cite ci-dessous quelques morceaux assez intrigants:

 

"Plus les dirigeants israéliens bombent le torse et claironnent leur détermination à mettre fin aux ambitions nucléaires de l'Iran, plus les experts ont tendance à penser qu'ils bluffent. Après tout, si Georges W. Bush a refusé en 2008 de fournir les bombes anti-bunker et le ravitaillement en vol nécessaire à la destruction des sites nucléaires iraniens, les chances qu'Obama fasse le contraire peuvent sembler très minces surtout si l'on sait que le président américain a réagi à l'annonce d'un test de missile par la Corée du Nord en se contentant d'évoquer son rêve d'un monde sans armes nucléaires."

 

"De nombreux analystes ont mis en évidence les performances catastrophiques (?) de l'armée israélienne pendant la guerre du Liban en 2006 et l'image d'Israël dans le monde s'est encore dégradée suite aux atroces images de destructions commises dans la bande de Gaza. Dans ces conditions, les conséquences diplomatiques d'une attaque réussie contre l'Iran pourraient être pires que celles d'un échec militaire."

 

"L'analyse des relations internationales permet de comprendre qu'une attaque contre l'Iran servirait pleinement les intérêts d'Israël, également en tant qu'état satellite des Etats-Unis."

 

En résumé cette étude explique et commente, de long en large, les raisons pour lesquelles Israël attaquera l'Iran. Ce n'est nullement par crainte du génocide du peuple juif, mais pour oblitérer toute possibilité de perdre sa position élitique en faveur de l'Iran, pays de plus en plus convoité. Donc, bombarder l'Iran est l'option optimale pour redevenir "le forcené imprévisible qui attira l'attention des Etats-Unis à partir de 1967, tout en éliminant l'Iran de la liste des partenaires valables pour les Américains."

 

Pour les Israéliens c'est faire d'une pierre plusieurs coups, en érasant les capacités nucléaires Iraniennes, sécurisant Israël, et sauvegardant sa position face à un rival potentiel de valeur, l'Iran. Ce qui prouve malheureusement que les relations internationales n'ont aucun point d'attache avec les relations humaines.

 

Je n'oserais certainement pas contredire les faits énoncés dans cette étude, cependant je dois noter qu'elle manque de beaucoup d'éléments. Les relations entre les USA et Israël ne se basent pas uniquement sur la puissance militaire de ce dernier, mais datent de la création de l'état juif quand le président Harry Truman, contre vents et marées, apposa son paraphe sur l'accord de la création d'un état juif en Palestine. Le président Harry Truman connaissait les inconvénients que cette décision engendrerait, notamment un embargo de pétrole venant des pays arabes.

 

Les Etats-Unis et leurs leaders ont, de tous temps, prouvé leur solide soutien à l'état d'Israël dans les situations les plus  cruciales, notamment celle, bien notoire, de la guerre de Yom Kippour en 1973, qui avait surpris le jeune état dans une situation militaire lamentable et un manque d'armement efficace pour répondre à l'assaut simultané de l'Egypte et de la Syrie. Aucun Israélien n'oubliera le pont aérien dépêché par le président Nixon entre les Etats-Unis et Israël, qui contribua à anéantir l'offensive arabe contre Israël.

 

Il est aussi très surprenant qu'en ces temps-là, les Etats-Unis n'aient pas opté pour l'Iran pour en faire leur état satellite au lieu d'Israël, qui ne possédait, ni ne possède, la grandeur territoriale de l'Iran et ni ses ressources naturelles (le pétrole). Les Etats-Unis avaient les pieds bien ancrés en Iran sous le règne du Shah et pouvaient bien entendu y faire leur lobbying.

 

Inutile de vous rappeler que ce n'est seulement que lorsque le fanfaron Jimmy Carter fut élu président des États-Unis, que cette dynastie fut effacée. Avant l'arrivée à la Maison Blanche du président Jimmy Carter, les Etats-Unis étaient connus comme les alliés incontestés du Shah. Mais la critique ouverte de Jimmy Carter qui ne cessait de mettre en relief la dictature monarchique du Shah, son mépris et dépréciation, ses calculs diplomatiques erronés couronnés par l'adoption d'une attitude indifférente envers le monarque en trouble, avaient culminé en l'apparition d'un dictateur plus dangereux: Khomeiny. Nous connaissons tous la haine contre les Etats-Unis et l'Occident qui en découla.

 

Le monde doit cette montée fulgurante et terrible du radicalisme, cette dictature étouffante, cette terreur jusque-là inconnue gangrenant le monde entier et l'instabilité du Moyen-Orient aux erreurs monumentales de Mr Jimmy Carter.

 

Thérèse Zrihen-Dvir

http:www.therese-dvir.com

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 23:01

 Le Réveil du Grand Ours Par Thérèse Zrihen-Dvir

Par

Thérèse Zrihen-Dvir


pour aschkel.over-blog.com et lessakele.over-blog.fr

 

Finalement, plus moyen de continuer à saupoudrer les yeux du monde avec du sable; le puits des hypothèses et des mensonges s’est tari.

 

Obama ouvre le bal en dévoilant ce que tout le monde soupçonnait et qu'Israël ne cessait de s'égosiller à proclamer : La révélation de l'existence d'une unité additionnelle d'uranium bien trop imposante pour des intentions pacifiques.

 

Obama, Sarkozy et Gordon Brown ne peuvent plus reculer devant des faits si saillants.  Pendant qu'Obama prêchait pour un monde dénucléarisé, l'Iran se jetait à corps perdu dans le développement d'armement nucléaire quitte à réveiller le grand ours de son sommeil.

 

Un peu trop tard pour les sanctions promises par les grands dirigeants du monde; elles ne font que chatouiller le leader iranien qui a bénéficié d'assez de temps et d'indulgence pour préparer ses bombes!

 

L'Iran ne reculera devant rien pour atteindre son objectif même si elle doit offrir en sacrifice ses citoyens. Les vieux rouages de la machine de guerre que nous ne cessons, hélas, d'entendre vont devoir reprendre leur chemin pour essayer d'étouffer dans l'œuf ce brasier qui menace l'équilibre du monde entier.

 

Entre-temps, les pays arabes ne cessent de fomenter des troubles. Ce n'est ni la cause Palestinienne, ni les territoires occupés par Israël qui les contraignent à se haïr réciproquement. L'Algérie bouillonne et menace le Maroc qui se hâte d'acquérir des armes des États-Unis.  La Russie vend les siennes aux Algériens qui ne se contentent plus d'armement traditionnel, mais creusent le sillon vers les armes nucléaires. Cette frénésie surprenante a certainement un objectif, mais lequel, nous demandons-nous? Intimidation, convoitise, ou bien expansion du radicalisme religieux ?

 

Même en admettant qu'un pacte de dénucléarisation soit conclu entre les grandes puissances, rien ne peut nous assurer que celles-ci se soumettront réellement à la destruction complète de leur arsenal atomique. Il existera toujours un dépôt caché dans chacune d'elles pour s'évincer réciproquement et pour la simple raison qu'aucune puissance ne pourrait se permettre d'offrir un dos exposé à tout opportuniste.

 

Et ainsi, tous les pactes signés n'ont, en fait, aucune valeur, parce qu'une puissance ne serait plus considérée comme telle sans sa supériorité offensive et défensive, et comme le monde, inopportunément, est géré par la loi du plus fort, les limites seront toujours franchies.

 

La course se perpétuera indéfiniment puisque c'est dans la nature de l'homme de s'autodétruire. Les raisons qui causeront des conflagrations générales ne tariront jamais. Les conflits raciaux, religieux, ou simplement matériels ont de tous temps causé des catastrophes contournables. Les chefs d'états avaient évalué de façon incorrecte les intentions et les périls (Pearl Harbour) ou bien n'avaient réellement pas investi suffisamment d'efforts pour les éviter.

 

Le monde arabe possédera, d'une façon ou d'une autre, ses armes atomiques que les grandes puissances le veuillent ou non. Toute tentative de les en empêcher n'offrira seulement qu'un sursis. Qu'en feront-ils dépendra de leur régime.

 

L'Occident aurait dû depuis longtemps ne pas fermer les yeux sur l'éducation des pays sous-développés au lieu d'en extraire leurs profits seulement. Le prix que le monde aujourd'hui devra payer pour avoir ignoré ces peuples, pour avoir négligé leur éducation, leur intégration au régime démocratique, frappe l'Occident comme un boomerang.

 

Aux mains d'un Iran radical Islamique, l'arme nucléaire est plus qu'un danger imminent pour Israël et ses voisins, mais surtout pour le monde libre tout entier.

 

À long terme, le remède envisageable immédiat, le plus efficace connu, est le renversement des régimes dictatoriaux et religieux et l'instauration de régimes démocratiques qui  permettraient à tous ces peuples, maintenus dans l’arriération et l’ignorance, l'accès au monde libre et une connaissance approfondie des valeurs démocratiques jusque-là ignorées.

 

L'humanité a sans doute marqué bien des accomplissements dans tous les secteurs, en médecine, en art, en science, dans l'espace, mais en matière de maturité, elle reste à l'état embryonnaire.

 

Thérèse Zrihen-Dvir

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 12:10

Le Grand Blasphème d'Ahmadinejad


Par

Thérèse Zrihen-Dvir

 

J'ai écouté, et bien plus tard, lu, le discours du président de la république Islamique Iranienne, Mr Ahmadinejad et suis restée sidérée. Comment cet homme a t-il le cran, la témérité de parler de D.ieu tout en préconisant le génocide d'un peuple ? Comment ose-t-il prononcer le nom de notre créateur quand derrière l'écran, il mijote une apocalypse.

 

L'entendre prononcer les mots : compassion, justice, paix, alors qu'il torture et assassine ses citoyens, ses frères musulmans auxquels  il ôte le droit élémentaire de voter, d'exprimer leur opinion, leurs désirs. Lorsque, dans les geôles iraniennes pourrissent ces pauvres êtres humains qui ne demandaient qu'à se faire entendre!

 

D.ieu a créé l'homme à Son image, lui donnant la libre alternative de vivre, de choisir entre le mal et le bien. Si D.ieu voulait créer des êtres humains qui suivent aveuglément ses lois, Il ne les aurait pas dotés d'esprit, d'intelligence, de génie, de cœur qui sait exprimer ses impressions, sensations, sentiments. Il aurait fabriqué des robots qui feraient la besogne qu'il attendait d'eux. Or, D.ieu a voulu un homme libre qui évolue suivant ses instincts, ses besoins, son sens commun, ses sentiments. D.ieu ne voulait pas des jouets, Il voulait des enfants à son image. C'est l'homme qui a fabriqué les lois, les régimes, les manipulations pour mieux dompter les masses, les peuples. La religion peut aussi devenir un joug, une arme comme elle l’avait été dans le passé, quand l'église était entrée dans le scénario.

 

http://img.jeuxvideo.fr/00552541-photo-medieval-ii-kingdoms.jpg


L'histoire est pleine de guerres saintes, d'ecclésiastiques qui avaient fait des chefs d'états des pantins dont ils tiraient les ficelles pour les mener à assassiner tous ceux qui n'épousaient pas leur foi et ne se pliaient pas aux règles instaurées par ces soi-disant hommes de D.ieu. Qui donc ne se rappelle pas les meurtres perpétrés par ces régimes… les reines d'Espagne, les rois d'Angleterre, les croisés, tous se conformaient aux exigences de l'église qui les dépêchaient en mission d'évangéliser tous les peuples du monde. Leurs traces sont évidentes en Afrique, en Amérique du Sud qui, jusqu'à ce jour, parlent leurs langues.

 

http://www.taiwandna.com/SpanishConquistadors.jpg 


Mais leur pouvoir ne s'arrêtait pas à l'évangélisation des peuples "barbares", ils demandaient aux catholiques de suivre à la lettre ces dites commandes de D.ieu, qui réclamaient la mort de tous ceux qui ne suivaient pas leurs doctrines religieuses sans rechigner. Cette époque noire de l'histoire ne doit jamais être oubliée et ne devrait jamais se répéter.

 

http://judaisme.sdv.fr/histoire/antisem/samsaint/feu.jpg

 

Il ne fait aucun doute que Mr Ahmadinejad est un ecclésiastique islamique qui croit en la sainteté de sa mission qui est d'islamiser l'Occident. Ce monde radieux qu'il promet dans son discours : Je cite,

 

"Oh D.ieu, hâtez l'arrivée de l'Imam Al Mahdi et accordez-lui une bonne santé, la victoire de faire de nous ses disciples…"

 

 http://a4.vox.com/6a00d41446343f6a4700e398bc15f40003-320pi


"Au cours de trois années dernières, je vous ai parlé de grands espoirs d'un avenir radieux de la société humaine et de certaine solutions pour parvenir à une paix durable et développer l'amour, la compassion et la coopération (sic). J'ai également parlé des systèmes injustes qui gouvernent le monde (il vise la démocratie évidemment), les pressions exercées par certaines puissances cherchant à fouler les droits des autres nations (Il ne mentionne aucunement les pressions qu'il exerce sur son peuple) ….

 

http://www.iran-resist.org/local/cache-vignettes/L449xH299/l1754242-689a2.jpg


"Il semble que les racines des problèmes résident dans la façon dont on considère et perçoit le monde et l'humanité, ainsi que dans les importantes questions de liberté, d'obéissance à D.ieu et la Justice qui ont été d'une extrême importance pour les êtres humains à travers l'histoire (là, vraiment, il ne manque pas de toupet !)

 

"D.ieu n'a pas créé l'homme pour l'agression (sic), les effusions de sang (Le Hezbollah, le Hamas) la rancœur, l'égoïsme et la destruction (Les armes atomiques)….

 

http://earthhopenetwork.net/hezbollah_nazi_salute.jpg 


Le restant de son discours est sur le même ton. Il cherche à évangéliser l'occident pendant que lui-même se prépare un arsenal atomique pour se lancer à l’assaut du monde libre.

 

C'est blasphémer que de placer ses intentions cauchemardesques sous l'aile du créateur. Le créateur est tout amour, tout pardon, tout compassion et les lois dictées par les religions sont en grande partie l'oeuvre des hommes et pas de D.ieu, surtout quand celles-ci ordonnent l'assassinat de tous les non-croyants (kuffar).

 

http://www.libertasoccidentalis.net/libertasoccidentalis09/wp-content/uploads/2009/09/Iran-bombe-atomique-001-1024x870.jpg

 

Thérèse Zrihen-Dvir

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 19:34

Le Début de la Fin d'Ahmadinejad

Par

Thérèse Zrihen-Dvir

 

http://perspectivesgeopolitiques.files.wordpress.com/2009/06/ahmadinejad-en-nazi11.jpg

 

L'élève assidu d'Hitler qui persiste à nier la Shoah a marqué hier dans son agenda son échec le plus cuisant et certainement le plus décisif, quand la salle de l'ONU s'est lentement vidée au début de son discours.

 

Il vilipenda inévitablement en premier lieu Israël, visant son soi-disant « génocide » contre les Palestiniens. Ce n'est guère une politique erronée que d'attaquer Israël et les juifs, au contraire, Ahmadinejad est un homme très habile et adroit qui suit à la lettre une propagande déjà connue, celle d'Hitler qui avait fait des juifs son tremplin pour atteindre son objectif réel: La conquête du monde entier.

 

Ahmadinejad n'ignore pas l'existence d'un antisémitisme virulent qui persiste, malheureusement, dans le monde entier et en a fait usage, le transformant en arme efficace qu'il brandit en toute occasion. Il utilise cette haine séculaire du juif comme couverture, afin de détourner l'attention de l'Occident quant à ses préparatifs à la guerre, à ses bombes atomiques qu'il concocte sous cape. Sa tactique fonctionne merveilleusement, car il progresse dans ses desseins diaboliques à la barbe du monde entier.

 

Son erreur est d'avoir trop tiré sur la ficelle, qui, aujourd'hui, s’use entre ses doigts, avec l'Occident qui ne peut plus continuer à fermer les yeux sur ses manigances et sur l'effet qu'elles pourraient avoir sur le monde libre, si elles se matérialisaient. Le trône branlant de ce petit Hitler vient de subir sa secousse la plus périlleuse, et tous les mollahs qui se réfugient derrière sa traîne, savent maintenant que l'avenir politique de leur représentant Ahmadinejad est en train de vivre ses derniers jours.

 

Ahmadinejad n'est ni un homme illettré, ni un ignorant. L'histoire des juifs de tous temps et de l'Europe lui est bien connue. Des Hitlers, il y en a eu des milliers dans l'histoire, même dans celle de son pays. Haman avait, lui aussi, tenté d'assassiner tous les juifs de Perse.

 

Le président Iranien sait parfaitement que la dite Palestine appartient au peuple juif et que la notion de « peuple palestinien » lui est postérieure, que des Arabes nomades ou sédentarisés, rattachés à l’Egypte ou la Syrie, se sont installés sur ce lopin de terre dont personne ne voulait et auquel les juifs retournaient depuis des siècles. C'est justement à cause du retour de ces juifs sur leurs terres que les nomades ont cessé de vagabonder. Ils avaient découvert aux côtés de ces juifs un monde qu'ils ne connaissaient pas, qui leur offrait du travail, du pain, des soins médicaux, une civilisation qu'ils ne connaissaient pas, mais qui leur convenait. Au fait, les premières Alyot (fin du XIXè s.) et le Foyer National Juif (Déclaration Balfour, 1917) sont nés bien avant la déclaration de l'ONU, bien avant la fin du mandat britannique. Les juifs venant de tous les pays du monde avaient bâti leurs demeures sur les cendres des villes de leurs ancêtres.

 

Mr Ahmadinejad connaît tout cela, mais compte sur l'ignorance de certains peuples et la haine viscérale des antisémites pour remettre en question l'existence de la Shoah et des juifs en Israël. Israël n'a pas été créé à cause de l’Holocauste, Israël existait bien avant la seconde guerre mondiale puisque les juifs qui vivaient dans le futur Israël, la Palestine d'antan, avaient proposé à ceux de l'Europe d'envoyer leurs enfants en Israël pour les sauver d'Hitler et des camps de concentration. Beaucoup doivent leurs vies aux agents juifs qui aidaient les jeunes à retourner au pays de leurs ancêtres.

 

Il est clair aujourd'hui que le président iranien creuse son sillon en terrain miné, aussi bien dans son pays comme au-delà des frontières. Les Iraniens pragmatiques qui luttent pour échapper au joug de leur gouvernement savent aussi que cela ne serait possible qu'en versant du sang, beaucoup de leur sang. Ils savent aussi que la politique présente et le régime radical actuel ne peuvent pas vivoter et que l'étau ne fera que se serrer au fur et à mesure que l'actuelle situation, imposée par le régime, persiste. Ils attendent que le monde libre leur tende la main pour les aider à se débarrasser de cet amas de détritus humain qui les gouverne et qui ne craint pas de les torturer, fusiller s’ils osent se révolter.

 

Thérèse Zrihen-Dvir

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories