Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 08:15





Terrorisme : Que prépare Al-Qaïda en Algérie ?




L’otage français Pierre Camatte, qui était détenu au Mali et qu’un site internet avait qualifié d’espion de la DGSE, a été relâché par AQMI, Al-Qaeda Maghreb Islamique, après trois mois de séquestration dans le désert malien. A nouveau, se pose le problème du chantage à la mort de personnes enlevées. La France a décidé de composer avec les ravisseurs et le président Nicolas Sarkozy a personnellement favorisé le dénouement heureux de cette affaire en se rendant lui-même à Bamako.

Par Jacques Benillouche

Le problème soulevé par cette libération est récurrent puisqu’il touche au dogme controversé du dialogue avec les ravisseurs. Pierre Camatte a retrouvé la liberté après acceptation des conditions imposées par les geôliers qui exigeaient la libération de quatre islamistes détenus au Mali.

Ces terroristes confirmés, qui ont du sang dans les mains, étaient poursuivis par l’Algérie pour des crimes perpétrés alors qu’ils évoluaient au sein du GSPC, la composante algérienne d’Al-Qaeda. Les ravisseurs sont de véritables fanatiques qui croient détenir la vérité suprême et qui ont ouvertement défini leur objectif d’islamiser le monde entier. Ils exultent à présent de voir la France plier devant quelques barbares.

Les quatre islamistes libérés, deux algériens, un burkinabé et un mauritanien, n’ont pas le statut d’hommes politiques mais de terroristes pour lesquels l’Algérie et la Mauritanie s’opposaient fortement à leur libération. Le ministère des affaires étrangères algérien est furieux car la décision de Bamako de « libérer des terroristes recherchés par des pays voisins est un développement dangereux pour la sécurité et la stabilité dans la région du Sahel ».

En Mauritanie les autorités ont jugé de leur côté que « la décision malienne n’avait pas été bien calculée car elle encourage et rétribue les forfaits de ces groupes hors-la-loi qui menacent la paix dans toute la région ». Le débat, qui est ouvert depuis plusieurs années, concerne l’opportunité ou non de négocier avec les preneurs d’otages.

En se pliant à leurs conditions, on favorise le renouvellement sans fin d’opérations qui ont pour conséquence de laisser impunis des crimes commis par des auteurs se sachant libérables à court terme. Le désordre qui règne en mer, près de la corne somalienne de l’Afrique, est éloquent en la matière puisque des dizaines de bateaux sont arraisonnés sans que les flottes militaires présentes dans la région puissent changer le cours des évènements.

Elles craignent en effet de mettre en danger la vie des équipages. Quand certains pirates sont arrêtés après avoir transgressé le droit international, il n’y a pas de lois applicables à leur forfait et ils sont donc relâchés. Trop de droit tue le droit. Les armateurs paient, les gouvernements plient et les pirates se frottent les mains en toute impunité. Israël a déjà été confronté à la situation de ses citoyens pris en otages puis échangés contre des palestiniens détenus dans ses prisons.

Le premier ministre Benjamin Netanyahou a d’ailleurs fait de multiples conférences sur ce thème lors de ses tournées aux Etats-Unis et écrit des textes où il défendait systématiquement la thèse qu'il ne fallait jamais céder aux terroristes. Mais la question qui est ouverte à présent par l’affaire du Mali, concerne la libération de prisonniers que l’on détient et que l’on doit libérer parce qu’un ressortissant d’un autre pays est kidnappé.

Pourrait-on imposer à Israël de libérer des terroristes palestiniens en échange d’un anglais ou d’un français détenu en Afghanistan ? Une nouvelle jurisprudence vient donc d’ouvrir la boite de Pandore en laissant s’échapper tous les maux du terrorisme.

L’occident n’a pas encore de stratégie commune pour empêcher de récompenser les auteurs de kidnapping dont la lâcheté n’a d’égale que leur cupidité. Il serait temps que des mesures concrètes soient envisagées pour contrer un terrorisme qui se moque de la civilisation. Après le Maghreb, la lèpre d’Al-Qaeda envahit à présent l’Afrique noire.

 Par Jacques Benillouche






Partager cet article

Repost 0

commentaires

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories