Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 15:04

 

Séminaire d'été de l'université populaire de Jérusalem par Georges-Elia SARFATI

 

 

 

 

 

upj1.jpg

Repost 0
Published by G.E SARFATI - dans JERUSALEM
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 20:50

 

 

JE SIGNE ET JE FAIS SIGNER LA PETITION

Jérusalem, n'est pas une colonie !

Par Jean Gachnochi (signez la pétition)

*Membre du Comité Directeur de siona

 

 

L'emploi constant des mots :"colonies" et "colonisation" pour désigner les quartiers juifs périphériques de Jérusalem procède d'une confusion sémantique, d'un abus de langage, destiné à faire croire qu'il s'agit de faits comparables à la colonisation qui s'est déroulée à partir du XVIème siècle dans le Nouveau Monde, au cours du XIXème siècle et du début du XXème en Afrique et en Asie.

Qu'est ce qu'une colonie ? C'est la présence d'une nation dominante dans un pays moins développé qui lui est étranger.

Il est clair que Jérusalem ne saurait répondre à cette définition. Il est absurde de prétendre que quelque lieu que ce soit de Jérusalem, ou de l'ensemble d'Israël où n'importe quelle fouille laisse apparaître les traces d'une présence juive immémoriale puisse être "étranger" au peuple juif.

 

La Jordanie et les Etats Arabe, n'a jamais reconnue la ligne verte comme une frontière internationale

Il faut rappeler que la "ligne verte", séparant les territoires contrôlés respectivement par Israël et la Jordanie, n'a jamais été reconnue comme frontière internationale, précisément à l'exigence de la Jordanie qui voulait que ce tracé soit simplement une ligne d'armistice, provisoire.

 

Il faut aussi rappeler qu'en 1948 l'armée jordanienne avait réussi à conquérir la partie Est de Jérusalem après de combats acharnés où les défenseurs juifs furent tués ou faits prisonniers. L'Ouest de la ville resta aux mains des israéliens et devint la capitale de l'Etat Juif.

 

Jérusalem fut coupée en deux pendant dix neuf ans par un no man land

Pendant les 19 années qui suivirent, Jérusalem fut donc traversée en son cœur par un no mans land qui la coupait en deux.

Les juifs ne furent pas autorisés à se rendre au Mur des Lamentations, ni dans aucun autre de leurs lieux saints sous contrôle jordanien. Les vieilles synagogues du quartier juif furent presque toutes détruites et l'ancienne

 

nécropole du Mont des Oliviers fut profanée. L'université hébraïque de Jérusalem et l'hôpital de la Hadassa restèrent la propriété» d'Israël, mais les israéliens ne pouvaient y accéder que par un corridor. La guerre de 1967 corrigea de façon spectaculaire cette situation anormale.

 

Encouragée par l'Egypte et la Syrie et malgré les sévères mises en garde israéliennes, l'artillerie jordanienne bombarda la partie juive de Jérusalem et les troupes jordaniennes marchèrent sur la ville. Après deux jours de combats acharnés, l'armée israélienne reprit possession de la vieille ville qu'elle avait du quitter en 1948 et les forces jordaniennes vaincues durent évacuer la ville et la rive occidentale du Jourdain.

 

Jérusalem était réunifiée sous la souveraineté d'Israël. En 1980 la Knesset a adopté la « loi fondamentale Jérusalem » qui assure la protection des Lieux Saints de toutes les religions et garantit le libre accès à tous.

 

Jérusalem, Capitale d'Israël se trouve perchée sur les Monts de Judée. La splendeur éclatante de Jérusalem n'a de rival que le kaléidoscope de ses habitants venus des quatre coins de la terre.

 

On peut discuter des frontières d'un futur État palestinien; mais parler de "colonisation" juive à Jérusalem n'a aucun sens. Par ailleurs, il n'existe aucune ville au monde qui soit la capitale de deux Etats.

 

 

 

Repost 0
Published by Siona - dans JERUSALEM
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 08:47

 

 

 

Bann perfidie et mensonges islamiques

 

 

 

 

 

Heureusement que le ridicule ne tue pas, il resterai bien peu de cette espèce de gueux ignorants et malfaisants. D'ailleurs le type fait mal son job on se serait attendu qu'il dise que ce soit Saladin et non pas un croisé qui ait prononcé NOTRE PSAUME, - Pauvre Roi David !!! Vous vous rendez compte à qui on a affaire !!!!

Aschkel

 

Distorsion palestinienne de l'histoire "Si je t'oublie Jérusalem.." est une expression croisée usurpée par les sionistes.

 Itamar Marcus et Barbara Crook - palwatch

Adapté par Aschkel

© 2011 www.aschkel.info


Dans la politique persistante palestinienne de dénier, l'histoire juive de Jérusalem, un "chercheur palestinien" et "spécialiste de Jérusalem" a affirmé que le verset bien connu du psaume en hébreu "Si je t'oublie, O, Jérusalem que ma droite m'oublie" n'est pas du tout une source juive. D'après lui ces paroles auraient été prononcées par un croisé chrétien, et n'ont été que récemment empruntées par les juifs qui les ont falsifiées au nom du sionisme.

Le verset est en fait tiré du Psaume 137 de la bible hébraïque. Ce psaume pleure la destruction de Jérusalem par l'armée babylonienne en 586 avant l'ère commune, fait partie de la tradition et de la liturgie juive depuis près de 2500 ans.

 

La politique de l'Autorité palestinienne a pour but de nier l'histoire d'Israël et du peuple juif et s'en sert de propagande pour le déni du droit d'Israël a exister. Cette même autorité nie l'existence du Temple de Jérusalem qu'elle nomme "le prétendu temple"

Voici donc les paroles de ce "Chercheur palestinien" du nom de Sanduqa Hayel à la télévision officielle palestinienne, disant que ce psaume a été dit par un croisé. (Non ce n'est pas une blague !!!)

 

 



 "Les israéliens ont pris des mesures pour changer le caractère de Jérusalem. Même l'expression "Si je t'oublie, O Jérusalem, que ma droite m'oublie, Que ma langue s'attache à mon palais, si je ne me souviens de toi".

Cette déclaration est celle d'un souverain franc croisé a Acre peu avant son départ, et a été emprunté par le mouvement sioniste qui l'a falsifié au nom du sionisme."

TV  PA du Fatah' 02 Juin 2011

Repost 0
Published by Itamar - dans JERUSALEM
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 13:42

 

 

Signez la déclaration de Jérusalem - Pour Une Jérusalem Une et Indivisible

Adapté par Aschkel

© 2011 www.aschkel.info   

A diffuser Partout 

Aschkel

 

united-jerusalem.png

 

 

Israël est sous la pression intense d'une division de sa souveraineté de sa capitale Jérusalem et de devoir la partager avec une entité palestinienne.

Jérusalem-Est, y compris toute la vieille ville, le Mont du Temple, et de nombreux autres lieux saints tomberaient ainsi sous domination arabe.

Pendant la domination arabe de 1948-1967, l'accès aux lieux saints de Jérusalem ont été interdits aux non-musulmans.

Seul Israël peut garantir l'accès libre et ouvert à Jérusalem pour tous les peuples et toutes les religions.

Signez la déclaration de Jérusalem pour vous aussi vous engager, et déclarer que  Jérusalem est la capitale éternelle du Peuple Juif et doit rester la capitale indivisible de l'Etat d'Israël

Cette déclaration sera présentée au Premier Ministre Benyamin Netanayhu, au Maire de Jérusalem Nir Barkat et au parlement israélien la Knesset.

 

Signez cette déclaration

 ICI

 


Après l'avoir signé, diffusez au maximum cette déclaration autour de vous, par e-mail, facebook, twitter et autres…

Repost 0
Published by Aschkel - dans JERUSALEM
commenter cet article
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 03:37

 

 

 

Photos - Jérusalem - Hier, aujourd'hui et pour toujours . Vidéo en français 4000 ans en 5mn

 

Merci Jean 

 

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/144661

 

Repost 0
Published by Aschkel&Jean - dans JERUSALEM
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 13:18

 

 

Vidéos/JERUSALEM - 1918- Destruction arabe 1948- Libération en 1967- Aujourd'hui 2011

 

 

 

A peine le plan de partition de la Palestine mandataire était-il voté par l'Assemblée Générale de l'ONU le 29 novembre 1947, les milices arabescommencèrent à attaquer les villages juifs de Palestine. 
Dès janvier 1948, l'armée de la guerre sainte dirigée par Abd al Kader Husseini entame le blocus de Jérusalem et de ses 100 000 habitants juifs, empêchant tout ravitaillement, et attaquant les civils comme les infirmières et médecins de l'hôpital Hadassah massacrés le 13 avril 1948. 
Les troupes des pays arabes voisins, pour certaines déjà présentes dès février 1948, attaquent conjointement sur tous les fronts dès le lendemain de la déclaration d'indépendance de l'Etat juif naissant. 
C'est dans ce contexte qu'aura lieu entre mai et juin 1948 l'expulsion des populations juives de Jérusalem occupée par les Arabes.

Repost 0
Published by Aschkel - dans JERUSALEM
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 06:41

 

Yom Yeroushalaim par Philippe Karsenty

 

 

juin 67

Tsahal près du mur en 1967.

En 6 jours, Israël prit le contrôle de la Judée Samarie, de la bande de Gaza, des hauteurs du Golan et unifia Jérusalem la ville sainte.

 

 

 

 

En ce jour de Yom Yerushalaïm, il est important de rappeler que Jérusalem est la capitale indivisible du peuple juif et de l’Etat d’Israël.

Que ceux qui – de Paris ou d’ailleurs – pensent à diviser Jérusalem comme si c’était un gâteau à partager, se rendent sur place et ils comprendront peut-être leur erreur.

Jérusalem a toujours été le point central de la vie juive. Jérusalem a toujours été négligée par les autres peuples qui l’ont administrée.

La libération de Jérusalem a permis à toutes et à tous de pratiquer leur religion et de se déplacer librement dans la ville.


Qu’il en soit toujours ainsi !

Philippe Karsenty

 

 parolefrancojuive

Repost 0
Published by P.Karsenty - dans JERUSALEM
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 21:30

 

La Réunification de JERUSALEM

 

 

Par Yéochoua SULTAN  

 © 2011 www.aschkel.info


Yéochoua 2

couvyeochoua4

 

La réunification de Jérusalem (Ygal Soleth sur Israël 7). Le miracle de la réunification sur Vu sous cet angle.

Ce soir, Jérusalem fête les quarante-quatre ans de sa réunification. La libération de Hébron est pour le lendemain, le 29 du mois de Iyar, du calendrier hébraïque. En six jours, Israël a été sauvé de ses agresseurs, qui avaient juré sa perte, unifiant leurs forces armées sous le commandement de Nasser, qui déclencha les hostilités en chassant la force internationale du Sinaï, en massant d'impressionnantes troupes à la frontière, et en étranglant le détroit de Tyran et l'économie israélienne. Cette histoire est un ensemble de miracles, et elle ne fait d'ailleurs pas partie des programmes des écoles de stratégies militaires américaines, qui ne s'intéressent qu'aux guerres naturelles.

On peut sans risque d'exagération lui appliquer les termes de la prière de Hanoukka: «Tu as livré le grand nombre dans la main du petit nombre, des colosses dans les mains des faibles…». Il suffit de voir les difficultés endurées par les soldats de Tsahal, quand l'ennemi, sûr de sa robustesse physique, attaque sans ses armes, prêt à fracasser des crânes à coups de pierres, sachant que les Juifs reçoivent l'ordre de ne pas tirer sur les ennemis les plus acharnés, pourvu qu'ils n'aient pas d'armes à feu. De plus, si on veut objecter que l'armée d'Israël n'est pas restée inactive, il ne faut pas oublier que les Asmonéens se sont battus eux aussi avec abnégation.

Mais le miracle qui m'intéresse ici est d'un ordre fondamentalement différent, et qui passe totalement inaperçu. Je ne veux pas non plus parler du courage de porter le premier coup à un ennemi qui s'avance pour frapper, bien qu'il ait fait cruellement défaut lors de la guerre de Kippour, quand on a bêtement décidé de montrer au monde entier qu'Israël est pacifique, et que ce sont ses voisins qui cherchent à le détruire.

 

Il faut savoir qu'on ne peut rien contre la mauvaise foi, ni contre la politique du pétrole pour laquelle Israël ne pèse pas lourd. Non, le miracle qui nous intéresse ici tient à l'un des résultats les plus probants aujourd'hui de cette guerre, résultat qu'il est cependant impossible d'attribuer aux démarches du pouvoir politique en Israël.

On aurait pu en effet penser qu'après dix-neuf ans d'irrespect total des droits du peuple juif, qui n'a pas pu approcher le Mur Occidental entre 1948 et 1967, vestige du Temple de Jérusalem, détruit par Titus plus de dix-neuf siècles auparavant, le pouvoir israélien allait tenter une opération pour libérer les lieux saints ; qu'une requête allait être présentée à la Jordanie usurpatrice, ou aux grandes puissances, ou encore à l'Onu ; qu'un ultimatum allait être présenté, avant une attaque en bonne et due forme... Eh bien, non!

S'il avait fallu attendre que la classe politique se mobilise pour récupérer le Mur de l'Espérance, situé seulement à quelques centaines de mètres de la ligne de l'armistice, aucun parti, ni les grandes formations, dont la toute nouvelle, le parti travailliste, qui a regroupé plusieurs petits partis sous l'injonction de Lévy Eshkol, ni Ben Gourion, ni aucun autre, de tout l'éventail qui siégeait alors à la Knesset, de l'extrême gauche à l'extrême droite, n'aurait entrepris la moindre démarche, pas même symbolique par acquis de conscience, pour mettre fin à ce préjudice.

Ne parlons pas de la cité des Patriarches, berceau du judaïsme, à une trentaine de kilomètres plus au Sud. La situation était d'autant plus inquiétante que non seulement aucun effort n'avait été investi, mais que des mouvements déterminés à étendre la lutte à Jérusalem après l'indépendance ont été jugulés au moment où ils tentaient de s'armer et d'apporter leur contribution pour un élargissement des frontières plus à l'Est. C

ette attitude générale explique peut-être l'indifférence politique qui prévaut depuis la guerre des Six jours en ce qui concerne le cœur historique de la terre d'Israël, indifférence quelque peu atténuée par l'annexion à l'Etat des parties de Jérusalem précédemment occupées par les descendants d'Abdallah.     

Un tout petit peu de recul nous fait donc comprendre que le renouvellement de la souveraineté juive sur la ville de l'avènement de la royauté du peuple d'Israël n'a absolument pas dépendu d'une initiative amorcée par Israël.

Au contraire, le gouvernement israélien avait demandé à la Jordanie, après le début des combats, il y a 44 ans, de ne pas bouger et de rester en dehors de tout ça. Mais, craignant de perdre sa part du gâteau qui ne manquerait pas d'être partagé après le génocide promis par Nasser, qui lui avait fait croire qu'Israël était déjà coupé en deux, le petit monarque n'a pas pu s'empêcher de participer à ce qu'il avait pris pour une curée.

Par conséquent, force est d'admettre que la reprise du Mur de l'espérance et de la cité d'Abraham, Isaac et Jacob a été imposée aux Juifs de l'extérieur. Certes, ils ne se sont pas laissé anéantir, ils ont même pris stratégiquement les décisions qui s'imposaient, mais ils n'avaient à première vu pas voulu cela.

Bien évidemment, ils ont été très heureux du dénouement, puisque toutes les couches de la population se sont rendues alors à Jérusalem et à Hébron, pour renouer avec ce patrimoine, mais aucun parti, aucune manifestation n'a exigé de mettre fin à cette situation.

Seuls les élèves du rabbin Tsvi Yéhouda Kook, qui dirigeait alors une importante école talmudique dans la partie occidentale de Jérusalem, se rappellent qu'il avait déploré, à l'occasion du jour de l'indépendance, en 1967, que Jérusalem, Sichem, et Hébron n'étaient pas entre nos mains.

Une question fondamentale se pose alors: la rédemption d'Israël, prévue par les textes bibliques, avec la promesse de la fin de l'exil, et ressentie en premier lieu par les nations avant de l'être par les Juifs – comme le laisse sous-entendre le Psaume CXXVI, quand «D. a fait pour eux des prodiges», tirade attribuée aux nations, précède «D. a fait pour nous des prodiges», parole attribuée prophétiquement à Israël – dépend-elle de la volonté d'Israël?

A contrario, est-ce que l'Etat d'Israël peut initier la création de toutes pièces d'une autorité politique qu'il entretient financièrement, après avoir sauvé de la décrépitude un mouvement terroriste dont le chef en fin de carrière a été hissé sur le devant de la scène internationale, le faisant passer aux E-U de persona non gratta à invité officiel choyé, pour lui faire cadeau du cœur de la terre où il aspire à se retrouver depuis le début de l'exil?

Malgré ces observations, il convient toutefois de préciser que la majorité des Juifs sont loin d'approuver les «concessions douloureuses» que cherchent à leur imposer des élus qui trahissent les principes de leur parti et qui sont prêts, s'ils n'arrivent pas à imposer les changements voulus par leur revirement, à entraîner des membres du parti «père», arrivistes comme eux, dans un nouveau parti fabriqué de toutes pièces pour les besoins de la cause.

Trois cent mille manifestants contre les accords d'Oslo et encore trois cent mille avant l'expulsion de Goush Katif n'ont en rien influé sur les décisions.

Ces chiffres, bien qu'éloquents, pourraient peut-être ne pas représenter une majorité, à première vue, mais il ne faut pas trop se fier aux sondages qui veulent laisser entendre que le peuple approuverait dans l'ensemble ces manœuvres.

Ceux-ci sont parfois vérifiables. Six mois après la mort de Rabin, les 4 à 7% d'avantage attribués à Pérès, grand amateur de concessions territoriales, dans les intentions de vote avancées par les différents quotidiens, ont été démentis par les élections, le lendemain. Le pourcentage réel, bien inférieur, l'a été encore davantage quand le peuple a choisi Sharon et non Barak. Mais là encore, le nouvel élu a retourné sa veste.

Toujours est-il que toutes les tentatives d'imposer au peuple une paix contre des «concessions douloureuses», aux résultats encore plus douloureux, se sont soldées par de cuisants échecs.

Tous les arguments insensés martelés par les médias ont été démentis par la réalité. Le processus dit de paix et ses concessions ont fait plus d'attentats, plus de victimes, des bombardements inconnus auparavant, que la situation précédente, et il a installé de nouvelles organisations terroristes dans les terrains abandonnés, avec l'inefficacité chroniques des forces internationales supposées garantir le maintien de zones démilitarisées mais truffées de missiles et de terroristes.

Et pourtant, la course folle ne sait pas s'arrêter: on prend les mêmes et on recommence, aurait dit Coluche, et on veut nous resservir de nouveaux fronts et de nouveaux bombardements, en provenance de l'Est, cette fois-ci.

Non seulement on dénigre les aspirations du peuple en essayant de le priver de son essence, mais on veut intensifier le danger qui le menace. «La paix en trois mouvements», nous martelait-on à une certaine époque. Concrètement, les trois mouvements ont été les suivants:


 Retrait du Sud-Liban et bombardements jusqu'à Haïfa qui a conduit à la seconde guerre du Liban, d'où la menace est encore plus forte aujourd'hui.

 

 Retrait de Gaza et bombardements jusqu'à Ashdod et Béer-Cheva, ce qui a conduit à une guerre avec un mouvement terroriste relativement insignifiant jusque là. 

 µ

 On veut nous concocter un prétendu «Etat palestinien» pour se faire bombarder cette fois à Jérusalem, Tel-Aviv, etc.

La totale! Bien sûr, en aucun cas il ne faudrait s'attendre à de la compréhension de la part de la communauté internationale, pour qui il est normal qu'Israël se laisse bombarder sans broncher. En cas d'opération militaire, les condamnations sont déjà prêtes, mais pas contre ceux qui bombardent la population civile israélienne, bien sûr.

Il est donc permis d'être confiant, et de s'attendre à voir la promesse de la rédemption se réaliser, même si ceux qui prennent le pouvoir en Israël ne veulent pas de ce cadeau qui doit leur donner le vertige, et même si l'attitude des dirigeants consiste à appliquer de leur propre chef des décrets contre leurs propres habitants.

 

Seulement, le chemin n'en sera que plus dur. Déjà, à l'époque du Talmud, des Sages avaient dit que la rédemption viendrait mais qu'ils préféraient ne pas observer les événements qui lui préluderaient. Mais, tout en pouvant à juste titre déplorer ces invraisemblables prises de positions des gouvernements israéliens qui rappellent le Livre blanc, il nous est permis de rester optimistes, et de partager les réjouissances de ce grand jour, aucune autorité juive n'ayant plus existé sur Jérusalem depuis près de deux mille ans. 

Repost 0
Published by Y.Sultan - dans JERUSALEM
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 20:50

 


raison-garder-mini-2[1]

 

LA REVUE CONTROVERSES CONSACRE UN DOSSIER A

 

 

 

L’AVENIR DE JERUSALEM

 

 

N°17, à paraître en juin 2011, 25 €, en vente en librairie

 

Commande par correspondance :

28,50 € (frais d’envoi inclus), Paiement par chèque, à l’ordre de Eclat-Controverses

A envoyer à : Revue Controverses, Editions de l’Éclat, 4 avenue Hoche, 75008 Paris

 

Pour s’abonner en ligne : http://www.controverses.fr/abonnements.htm

 

Consultez notre site internet: http://www.controverses.fr/

 

 

 

 

 

 

 

POURQUOI JÉRUSALEM DOIT RESTER UNIFIÉE

A partir des éléments du dossier publié par la revue Controverses*

 

 

Shmuel Trigano

Directeur de la revue Controverses

 

Jérusalem est un pivot de la foi et de l’existence juives : la clef de voute de l’édifice symbolique du judaïsme

 

Mentionnée plus de 600 fois dans le texte biblique, cette ville a été la capitale de deux Etats Juifs et est devenue la référence absolue de la continuité juive durant plus de 2000 ans d’exil, but ultime de vagues d’immigration récurrentes des Juifs durant cette période, objet d’une contemplation mystique et poétique qui a rempli des bibliothèques.

Les Juifs y sont majoritaires depuis la fin du XIX° siècle.

 

Si les chrétiens et les musulmans se recommandent de Jérusalem, c’est du fait de la filiation de leurs religions avec le judaïsme.

 

Ces deux religions ont clairement choisi des centres substitutifs pour se fonder (Rome et La Mecque) afin de se démarquer de Jérusalem, alors que cette dernière est l’unique centre du judaïsme.

 

Le rapport des Juifs à Jérusalem n’est cependant pas qu’un rapport religieux ou spirituel. C’est aussi un rapport historico-politique car la spécificité du judaïsme est d’être une religion en même temps qu’un peuple.

 

Avancer que les Juifs sont des colonisateurs à Jérusalem relève d’un négationnisme historique et revient à contester aux Juifs le droit d’être un peuple, et un peuple souverain dans le concert des peuples. C’est un déni de toute leur histoire.

 

C’est de plus contester la légitimité historique même d’un Etat d’Israël sur la Terre d’Israël. Ce pays n’a jamais été érigé en Etat tout au long de la domination des empires musulmans successifs (arabe et ottoman). Jérusalem n’est pas mentionnée une seule fois dans le Coran. Israël n’occupe aucun territoire indépendant antérieur. Il n’y a jamais eu dans l’histoire d’entité palestinienne sur cette terre. L’Autorité palestinienne est née de l’assentiment d’Israël, produit des « Accords d’Oslo ». Le statut antérieur de Jérusalem, dont Israël a pris la suite après l’agression de la coalition arabe en 1967, est celui de l’annexion de la ville orientale par la Transjordanie, devenant alors la Jordanie, en 1948. Depuis la fin de l’empire ottoman, un pouvoir colonial, le statut de la ville était incertain.

 

C’est une chose, pour les Juifs, d’être privé de Jérusalem durant 2000 ans, c’en est une autre, bien plus grave, de renoncer à elle lorsqu’ils s’y trouvent des suites de l’échec de l’agression de la coalition arabe en 1967. Cela ébranlerait l’architecture intime du peuple juif.

 

Diviser une ville à l’époque de la mondialisation ? De Berlin à Jérusalem

 

Alors que la réunification de la ville de Berlin a été le symbole d’une ère nouvelle, la redivision de Jérusalem annoncerait une ère de guerres violentes. On ne peut comprendre que ce soit là une cause progressiste et pacifique. Ce serait au contraire s’aligner sur un des nationalismes les plus régressifs de l’histoire, dont le projet vise à chasser de son territoire tous les Juifs et les chrétiens aussi, au vu de ce qui se passe dans les territoires administrés par l’Autorité palestinienne (l’exil des Palestiniens de Bethléem notamment).

L’Etat palestinien projeté sera en effet placé sous la juridiction de la loi islamique et fera reposer sa citoyenneté sur des critères raciaux (arabe) et religieux (islam).

La redivision de Jérusalem de même que sa création est le premier volet de la stratégie « par étapes » de l’Autorité palestinienne, le « cheval de Troie » d’un projet de domination de toute la Palestine : du Jourdain à la mer.

 

200 000 Juifs habitent aujourd’hui, à « Jérusalem Est », dans 11 quartiers

 

Quand les deux parties de Jérusalem, l'israélienne et la jordanienne, ont été réunifiées par l’Etat d’Israël, il y a 44 ans, 710 000 mètres carrés de terrain ont été annexés.

 

La première zone de quelques dizaines de milliers de mètres carrés se trouve principalement dans le nord de la ville. Cette zone en a été en fait exclue après l'édification par Israël de la barrière de sécurité, destinée à endiguer la vague terroriste très dure du début des années 2000, dans le périmètre municipal de Jérusalem (600 attentats, 210 morts, des milliers de blessés). De facto, des endroits, comme le camp de réfugiés de Shouafat et Kfar Ekev, principalement au nord de Jérusalem, ont été sortis du périmètre municipal.

 

La deuxième zone, qui était inhabitée en 1967, s'étend sur 300 000 mètres carrés et est habitée depuis les 44 dernières années par environ 200 000 juifs résidant dans 11 grands quartiers qui sont devenus un élément indissociable de la structure urbaine de Jérusalem.

 

La troisième zone d'environ 350 000 mètres carrés est peuplée d'approximativement 270 000 arabes et contient quelques petits îlots juifs. La plupart de ces îlots sont des lieux chargés d'histoire pour le peuple juif, comme la Cité de David près de Silwan ou les avant-postes près du tombeau de Simon le Juste, le Mont des Oliviers ou la Vieille ville de Jérusalem. Dans cette zone, Israël a établi une présence institutionnelle impressionnante : il a restauré et agrandi l'Université hébraïque et l'hôpital Hadassa du Mont Scopus qui furent séparés de Jérusalem en 1948 ainsi que le cimetière du Mont des Oliviers. Il a construit le quartier des ministères à Sheikh Jerrah, il a créé une enfilade de jardins publics, de routes, d'hôtels, d'institutions publiques mais s'est abstenu de construire des immeubles d'habitation pour les Juifs dans ces zones avec une exception : le quartier juif de la Vieille ville détruit en 1948 et restauré après 1967. Ses habitants juifs constituent actuellement moins de 10 % de la population de la Vieille ville.

 

Depuis 1967, la population juive a crû de 150 % quand dans le même temps la population arabe a augmenté de 291%. Les Juifs représentent 65% de la population de Jérusalem.

 

La ville est indivisible dans la pratique du point de vue urbanistique

 

L’imbrication des quartiers juifs et arabes, les réseaux d’adduction d’eau, d’électricité, etc, rendent la division impossible.

 

Diviser la ville met en danger les résidents juifs

 

En ce qui concerne le profil du partage, il faut tout d'abord prendre en considération qu'après la partition, environ270 000 Juifs résideront dans des quartiers frontaliers. Le long des presque 46 kilomètres de la ligne de partage, à une distance de centaines ou de dizaines de mètres les uns des autres, car ce sont les distances entre les maisons juives et arabes, des dizaines de quartiers et de pâtés de maisons juifs et palestiniens se retrouveront face à face, à portée des armes légères, des pierres ou des cocktails Molotov (à Jérusalem, il n'y a pas besoin de roquettes Qassam ni de mortiers, un seul snipper peut détruire la vie d’un quartier).

Il n’y a pas de contiguïté géographique des quartiers juifs à l’est et la ville de Maalé Adoumim dans le secteur défini par les Accords d’Oslo comme E1. La même situation caractérise le rapport des quartiers juifs du nord de Jérusalem et de ceux du centre.

Il y a un antécédent de la partition de Jérusalem qui nous sert de leçon. La ville a déjà été diviséeune fois en 1948. Des dizaines de quartiers sont alors devenus frontaliers de la Jordanie avec pour conséquence le départ de 25 % de la population juive de Jérusalem. Un quart des Juifs de la ville !

Tracer des lignes de démarcation dans un tel tissu urbain, sera une action purement théorique. Jérusalem deviendra la porte ouverte aux infiltrations des Palestiniens en quête d’avantages sociaux ou d’actions terroristes.

 

Les habitants palestiniens de Jérusalem préfèreraient la souveraineté israélienne

 

Dans le dernier sondage organisé par le centre américain Pitcher, un grand nombre d’entre eux disent explicitement, qu'en cas de division, ils déménageront du côté israélien. Ce n'est évidemment pas par conviction sioniste mais en vue d’un niveau de vie. 30 000 d'entre eux ont été encore plus loin en ne se contentant pas d'une carte de résident, mais en acquérant la citoyenneté israélienne. Si le gouvernement ouvrait demain la porte de l'accession à la citoyenneté, on estime qu'environ 100 000 personnes se présenteraient au ministère de l'Intérieur et demanderaient la citoyenneté israélienne.

 

Quand la barrière de sécurité, qui excluait de fait de la ville des dizaines de milliers de Palestiniens détenteurs de la carte de résident bleue, fut érigée, 70 000 Palestiniens ont déménagé du côté israélien de la barrière. Plusieurs milliers se sont aussi infiltrés dans des quartiers juifs comme Pisgat Zeev, Neve Yaacov, Guiva Tsarfatit et même en centre ville.

L’argument démographique pour la partition est pratiquement inconsistant.

 

Le précédent: la Jordanie n’a pas respecté les Lieux saints ni les traités

 

La Jordanie n'a pas honoré le paragraphe 8 de l’accord d’armistice de 1949 qui devait permettre aux Juifs d'Israël un accès libre aux lieux saints demeurés sur le territoire qu’elle avait annexé après avoir déclaré la guerre à Israël en 1948. Dans la Jérusalem occupée par la Jordanie, de graves déprédations des Lieux saints furent commises : abandon du quartier juif, arabisation de la ville, destruction de 58 synagogues de la Vieille ville et profanation de 50000 pierres tombales du cimetière du Mont des Oliviers, déterrées et reconverties en latrines et pavement de rues, le Mont du Temple transformé en campement militaire de la garde nationale jordanienne.

 

La Jordanie exerça aussi des pressions sur les chrétiens, obligeant les membres du clergé à adopter la nationalité jordanienne, limitant (loi de 1965) l’acquisition des terres pour les institutions religieuses, obligeant les écoles (loi de 1966) à fermer le vendredi et limitant l’accès à l’éducation chrétienne.

 

A la lumière des persécutions des chrétiens aujourd’hui courantes en pays musulmans, il semble douteux qu’un Etat palestinien sous la loi de la Sharia, puisse assurer la liberté de culte aux non musulmans, ce qu’atteste sa politique récente.

 

L’Autorité palestinienne n’a pas respecté pas les Lieux saints juifs et chrétiens

 

1) Le 29 septembre 2000 : le mur occidental devînt la cible d’une lapidation depuis les mosquées, à la veille de Rosh Hashana. Les fidèles juifs durent être évacués. Le cheikh de la mosquée Al Adrisi incita les foules palestiniennes à la violence en déclarant les Juifs « au sommet de la liste des ennemis de l’islam ». « Les musulmans sont prêts à sacrifier leur vie et leur sang pour protéger la nature islamique de Jérusalem et Al Aksa », tel fut le motto d’une autorité religieuse qui n’avait aucune autonomie par rapport à Arafat.

 

2) Le 7 octobre 2000, la tombe de Joseph à Naplouse sous le feu fut saccagée puis brûlée après qu’Israël l’a évacuée. Depuis le tombeau de Joseph a été incendié plusieurs fois et transformé en mosquée.

 

3) La tombe de Rachel, près de Bethléem, se retrouva sous le feu de snippers

 

4) Le 12 octobre 2000, la synagogue Shalom Al Israel de Jéricho fut attaquée et saccagée. Nombre de ses livres anciens et reliques furent brûlés en public.

 

5) L’Autorité palestinienne refusa de reconnaître le lien des Juifs au Mont du Temple, à Jérusalem et à d’autres sites religieux. C’est une politique tout à fait planifiée qui s’exprime alors. En mars 2001, en construisant deux immenses mosquées souterraines sur le mont du Temple, le Wakf se rend responsable d’un saccage des vestiges juifs sur le Mont du Temple. Les inspecteurs du département de l’archéologie israéliens avaient été expulsés. 13000 tonnes de terre rassemblant des vestiges du premier et du deuxième temples furent jetés à la poubelle. On ne peut comparer un tel fait, une véritable agression religieuse et culturelle qui touche à l’âme d’une nation, qu’à la destruction par les Talibans des Bouddhas de la vallée du Bamian en Afghanistan, en 2001.

 

6) Après le retrait de Gaza, les synagogues du Goush Katif ont été profanées et brûlées.

 

7) La lapidation de fidèles du Mur occidental à partir des mosquées est monnaie courante.

 

8) Le traitement des chrétiens par l’Autorité palestinienne peut également inquiéter : les chrétiens autrefois majoritaires à Bethléem, à Beit Jala contrôlés par l'Autorité palestinienne, se sont enfuis en masse pour se réinstaller au Chili et en Amérique du sud. Durant l’intifada, l'Autorité palestinienne a pu transformer l'église de la Nativité de Bethléem en base de combat et prendre en otages des prêtres et des chrétiens, pendant l'opération Rempart menée par Israël contre le terrorisme.

 

La liberté des cultes à Jérusalem a été pleinement respectée sous la souveraineté israélienne

 

Une loi de l’Etat, sous le contrôle de la Cour suprême, garantit la liberté de culte et la préservation des Lieux saints de toutes les religions.

 

Une des preuves les plus fortes de cette attitude est le fait, peu connu, que le Mont du Temple, le lieu le plus saint du judaïsme, siège des deux Temples historiques qui y ont été construits, a été confié, en 1967, du fait de la présence des mosquées, à l’autorité religieuse musulmane, le Wakf. C’est même ce qui a rendu possible le saccage du Mont du Temple pour y construire deux immenses mosquées souterraines.

 

Les Palestiniens revendiquent le Kotel

 

Concernant les lieux saints, les Palestiniens revendiquent non seulement le Saint Sépulcre, les mosquées du Mont du Temple mais aussi le quartier arménien et le Mur des Lamentations, ce dernier en se fondant sur un décret britannique de 1929 selon lequel il s’agit du « mur de Al Bourak » (la jument ailée de Mohamed) ayant statut de wakf islamique. Par ce décret, les Juifs reçurent alors le droit d’y prier à condition qu’ils n’y sonnent pas du shofar. Lors des pourparlers qui précédèrent l’intifada, Arafat avait proposé de donner accès aux Juifs à travers un corridor. Ce que confirma Ziad Abou Ziad, membre du Conseil Législatif palestinien. Le Sheikh Ikrima Sabri de la mosquée El Aksa déclara lui aussi que les Juifs n’obtiendraient que l’accès au Mur pour y prier. Hassan Asfour, un des plus importants négociateurs palestiniens résuma bien le point de vue palestinien : « pour ce qui est du mur d’Al Bourak – que les Juifs appellent le Mur des lamentations – nous avons dit aux Israéliens que nous ne nous opposons pas au culte des Juifs. Mais les Israéliens doivent réaliser que c’est une concession palestinienne ; ils ne doivent pas voir cela comme un droit ; c’est ainsi parce que l’accord anglo-juif de 1929 a donné aux Juifs le droit de culte en se fondant sur le fait que le mur de Al Bourak est un wakf islamique ». Mahmoud Abbas déclara à cette occasion : « nous acceptons qu’ils puissent prier sans que nous reconnaissions une souveraineté israélienne sur le Mont ». Il revendiqua alors une souveraineté exclusivement palestinienne sur le Mont du Temple.

 

Les Palestiniens revendiquent 46% de Jérusalem Ouest

 

Il n’y eut pas que la Vieille ville ou « Jérusalem-Est » dans son entièreté que les Palestiniens revendiquèrent alors. Selon un sondage de novembre 2000, après Camp David, à la question de savoir si les Palestiniens acceptaient la souveraineté israélienne sur la ville Ouest : 74,3% répondent non, 21% oui et 4,6% restent incertains.

 

L’hypothèse d’un échange de territoires pour les faubourgs juifs à l’Est ne leur est envisageable qu’avec des territoires à Jérusalem Ouest, d’avant 1948.

 

Rashid Khalidi, un universitaire palestinien, déclare ainsi, le 25 juin 1992 : « nous devons demander un droit de compensation pour les propriétés à Jérusalem Ouest, incluant la propriété privée et la propriété publique, et après compensation seulement reconnaître la propriété israélienne ». Dans la même foulée, il affirme que 46% des terres de Jérusalem Ouest sont propriété palestinienne. Les Palestiniens ont préparé une liste de 7000 bâtiments et de terrains habités déjà depuis des dizaines d'années par des Juifs, propriétés qu'ils entendent réclamer.

 

Ainsi la division de la ville, loin d’assurer la paix, ouvrira la porte à une surenchère d’exigences génératrice d’une guerre sans fin.

Cf. S. Trigano, « Le racisme annoncé du futur Etat de Palestine », in Controverses, n°16, mars 2011.

Cf. Déclaration de Mahmoud Abbas en Aout 2010, demandant que même dans d’éventuelles forces d’interposition des Nations Unies il n’y ait pas de Juifs…

Cf. Projet de constitution du futur Etat, art. 6 : « l’Islam sera la religion officielle de l’Etat  les religions monothéistes seront respectées» (en somme restauration du statut de dhimmi)

 

Art. 4 « Cette constitution se fonde sur la volonté du peuple arabe palestinien » ; art. 2 « Le peuple palestinien est une partie des nations arabes et islamiques » ; art. 10, « la souveraineté appartient au peuple arabe palestinien » ; art. 13 « le caractère légal du peuple arabe palestinien sera incarné par l’Etat ».

 

Fayçal Husseini, un homme célébré par les médias pour sa « modération », déclarait, quant à lui, un mois avant sa mort, au journal égyptien nassériste Al Arabi (du 2 juillet 2001), que les accords d’Oslo étaient « un cheval de Troie », destiné à pourvoir les Palestiniens d’une base territoriale pour conduire une guérilla permanente qui finirait avec la création d’un Etat palestinien sur les ruines d’Israël. De semblables déclarations des leaders palestiniens sont monnaie courante.

Repost 0
Published by S.Trigano - dans JERUSALEM
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 06:27

Bann perfidie et mensonges islamiques

 

Jérusalem/Tour de David - Visite de B.Netanyahou considérée comme "sacrilège" par les musulmans - ou l' incroyable distorsion islamique  de l'histoire.

 

Par Aschkel

© 2011 www.aschkel.info

Sources towerofdavidelderofziyon

 

Textes et documents sur JERUSALEM - ICI - A visiter

Special Cabinet Meeting at the Tower of David Museum to mark Jerusalem Day

Pour marquer le jour de Jérusalem, le cabinet israélien s'est dimanche au Musée de la Tour de David 

(manifestation et expositions durent une semaine a travers le pays)

 

 

Voici une photo prise en 1931, du quartier Juif avec les coupoles des deux synagogues.

La Hurva - et  Nissan Beck

Le quartier juif a été détruit, ses habitants expulsés lors de l'invasion des armées arabes (Jordanie) en 1948.

 

Le Musée de la Tour de David, offre des expositions qui permettent aux visiteurs de découvrir l'incroyable histoire de la cité de David a travers les siècles, des bouleversements qui s'y sont produits, les occupations étrangères successives depuis les romains, les byzantins, les croisés, les musulmans, les ottomans jusqu'au  mandat britannique.

 

(Conseil -  A voir bien sur l'exposition permanente sur les deux temples de Jérusalem)

Tower of David Museum, the citadel courtyard. Photo - Mordagan

 


 

Le quartier juif avant sa destruction par les arabes en 1948.

L'exposition montre un modèle réduit de la ville de Jérusalem, ce modèle a été crée en 1872 par le hongrois Stephen Illes, il est remarquable tant ses détails sont nombreux et immortalise la ville telle qu'elle était avant les changements qu'elle a subi pendant le 20ème siècle.

Distorsion de l'histoire imposée par les occupants ottomans.

En 1873, eut lieu a Vienne, l'exposition universelle, et les ottomans décidèrent pour leur pavillon d'y faire venir la maquette de Illes.

Ces derniers imposèrent d'ajouter à la maquette, des minarets imposants, de transformer les synagogues en mosquées, d'islamiser la maquette de la ville de Jérusalem.

 

 

La maquette   

 

Modèle de Zinc – 18m2 à l'echelle 1:500

 

 

 

 

Regardons de plus près

 

Sur la maquette vous voyez dans le fond l'esplanade du Mont du temple, (transformé pour les besoins médiatiques en esplanade des Mosquées, puis sur la colline d'en face les deux synagogues citées plus haut)

Les Ottomans firent rajouter à la maquette, un minaret disporportionné pour l'exposition, car il était impensable pour les musulmans que la coupole de la Hourva dépasse en hauteur, celles des mosquées d'en face.

Transformant ainsi a la vue des visiteurs de l'exposition une synagoque en Mosquée.

 

Synagogue de la Hourva et le minaret sur-dimensionné ajouté sur ordre des Ottomans pour l'exposition.

 

 

Rappel de la photo

 

 

De Vienne la maquette a été exposée dans plusieurs villes européennes et a été achetée en 1878 par des dirigeants communautaires de la ville de Genève, exposé à la salle de la réforme pendant près de 40 ans.

La maquette a été oubliée depuis près d'une soixantaine d'années dans le grenier de la bibliothèque de l'Université de Genève, elle a été redécouverte en 1984 par Moti Yair, étudiant de l'Université hébraïque menant un vaste projet de recherches sur la ville de Jérusalem.

Après restauration, la maquette a été tansférée à Jérusalem et exposée en permanence au Musée de la Tour de David.

 

- اضغط هنا لعرض الصورة بحجمها الطبيعي

http://www.paltoday.ps/arabic/News-110092.html

 

Le cheik de la Mosquée Al-Aqsa dénonce l'attaque des autorités d'occupation israélienne sur la ville de Jérusalem dans le but de Judaïser la ville, et dans celui de falsifier l'histoire palestinienne, de voler la culture palestinienne et commercialiser des fausses informations

 

Nous alarmons les pays islamiques  et les enfants des pays arabes de la Judaïsation de la ville en pleine accélération grâce à la coordination entre les autorités d'occupation et les juifs riches du monde.

Un nouveau budget a été voté en ce sens.

 

 

Bon anniversaire a tous les juifs et  leur ville éternelle Jérusalem

Repost 0
Published by Aschkel - dans JERUSALEM
commenter cet article

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories