Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 19:28

 

        non boycott israel

                Non

au mythe de l'apartheid

 

Mobilisons-nous contre le boycott de Sodastream et d’Israël par France Télévision | 

Yohann TAIEB

Mes amis je vous invite à lire la lettre de France Télévisions envoyée a l’Association France Palestine Solidarité ici

Suite à cela, j’ai pris l’initiative d’écrire par mail à la Responsable du service des Relations avec les téléspectateurs, pour lui demander de revenir sur la décision de France Télévision de retirer des lots à gagner les machines SODASTREAM.

Vous pouvez faire un copier-coller de ce mail et vous aussi écrire au service des relations avec les téléspectateurs  ici

« A l’attention de Delphine Wasser, Relations Téléspectateurs de France Télévision.

Madame,

Suite à une campagne active d’associations pro-palestiniennes protestant contre le gain d’une machine SODASTREAM lors du jeu télévisé « Slam », diffusé sur France 3 tous les jours à 16h40, vous avez cessé à la suite de ces pressions d’offrir la machine SODASTREAM.

Cette décision honteuse constitue un dangereux précédent et surtout jette un sérieux et troublant discrédit sur la neutralité du service publique de France Télévision.

La Cour européenne de justice dans son arrêt du 25 février 2010, dit « arrêt Brita » portant sur la vente de ces machines SODASTREAM estampillés « Made In Israël » s’est prononcée uniquement sur la question de l’exemption ou non des droits tarifaires douaniers de produits israéliens fabriqués dans des zones territoriales qui doivent faire l’objet de négociations entre Israéliens et Palestiniens, conformément aux dispositions des Accords d’Oslo, communément reprises par la communauté internationale, et non sur l’interdiction de vente ou de publicité de ces produits.

 En cédant avec «plaisir» (« j’ai le plaisir de vous informer que la « carafe soda club » n’est actuellement plus proposée aux candidats du jeu « Slam », sur France 3.»), aux pressions des associations pro-palestiniennes,vous participez à une campagne de Boycott contre Israël, dont le but réel n’est pas de promouvoir une paix juste entre Israéliens et Palestiniens, mais une dé légitimation totale d’Israël et ce dans tous les domaines ( culturels, économiques, politiques, spirituels… ).

Ces associations pro-palestiniennes si prétendument attachées au Droit et à la Justice, incitent et participent activement à des actions «coup de poing» violentes dans nos grandes surfaces pour appeler au Boycott des produits israéliens. Des initiatives qui ont contraint les plus hautes autorités de notre République française a renforcer les dispositions légales pour faire condamner ces appels au Boycott.

Permettez-moi de vous citer, Uri Avnery, écrivain, journaliste israélien mais surtout connu mondialement pour être le plus grand militant d’extrême gauche israélienne, farouche opposant à la politique israélienne du développement des implantations et lauréat du prix Nobel (de la paix) alternatif en 2001, quant à son sentiment profond sur la campagne mondiale de Boycott contre Israël :

« … J’ai été interrogé sur la réaction des Palestiniens à l’idée de boycott. À l’heure actuelle, les Palestiniens ne boycottent même pas les colonies, puisque ce sont les travailleurs palestiniens qui construisent presque toutes les maisons là-bas, par nécessité économique. Leurs sentiments peuvent seulement être devinés. Tous les Palestiniens qui se respectent, bien entendu, soutiennent toute mesure efficace contre l’occupation. Mais il ne serait pas honnête de leur faire miroiter le faux espoir qu’un boycott mondial pourrait amener Israël à genoux. La vérité est que seule l‘étroite coopération des forces de paix palestiniennes, israéliennes et internationales pourraient générer l’élan nécessaire pour mettre fin à l’occupation et réaliser la paix… » [source]« 

Par conséquent, en cédant aux exigences de ces groupes pro-palestiniens, vous ne contribuez pas à l’étroite coopérations des forces de paix palestiniennes, israéliennes et internationales, vous ne faîtes que renforcez le camp des forces contre productives pour atteindre la paix.

Ces organisations pro-palestiniennes prétendument attachées au Droit International, à la Justice, aux Droits de l’Homme prennent bien soin de masquer que derrière cette campagne de Boycott contre Israël, se cache une véritable chasse à l’homme meurtrière, tuant chaque année dans l’indifférence de la communauté internationale et des médias, des centaines d’hommes et de femmes palestiniennes, travaillant avec des israéliens, vendant leurs maisons a des israéliens, achetant des produits aux israéliens, une politique criminelle instaurée et légalisée par l’Autorité Palestinienne.

Le Droit International peut certes obliger un Etat Souverain, à se plier aux exigences de la communauté internationale, mais il ne pourra jamais forcer Israël à renoncer son Droit Historique.

Un Droit Historique si brillamment évoqué par l’un des plus grands génies de la littérature française à savoir, François René de Chateaubriand, en 1811 ( soit 137 ans avant l’Indépendance de l’Etat d’Israël ) dans sonœuvre « Itinéraire de Paris à Jérusalem » :

«Au milieu de cette désolation extraordinaire, il faut s’arrêter un moment pour contempler des choses plus extraordinaires encore. Parmi les ruines de Jérusalem, deux espèces de peuples indépendants trouvent dans leur foi de quoi surmonter tant d’horreurs et de misères. Là vivent des religieux chrétiens que rien ne peut forcer à abandonner le tombeau de Jésus-Christ, ni spoliations, ni mauvais traitements, ni menaces de la mort. Leurs cantiques retentissent nuit et jour autour du Saint-Sépulcre. Dépouillés le matin par un gouverneur turc, le soir les retrouve au pied du calvaire, priant au lieu où Jésus-Christ souffrit pour le salut des hommes. Leur front est serein, leur bouche riante. Ils reçoivent l’étranger avec joie. Sans forces et sans soldats, ils protègent des villages entiers contre l’iniquité. Pressés par le bâton et par le sabre, les femmes, les enfants, les troupeaux se réfugient dans les cloîtres de ces solitaires. Qui empêche le méchant armé de poursuivre sa proie, et de renverser d’aussi faibles remparts ? La charité des moines : ils se privent des dernières ressources de la vie pour racheter leurs suppliants. (…)

Tandis que la nouvelle Jérusalem sort ainsi du désert, brillante de clarté, jetez les yeux entre la montagne de Sion et le Temple ; voyez cet autre petit peuple qui vit séparé du reste des habitants de la cité. Objet particulier de tous les mépris, il baisse la tête sans se plaindre ; il souffre toutes les avanies sans demander justice ; il se laisse accabler de coups sans soupirer; on lui demande sa tête : il la présente au cimeterre. Si quelque membre de cette société proscrite vient à mourir, son compagnon ira, pendant la nuit, l’enterrer furtivement dans la vallée de Josaphat, à l’ombre du Temple de SalomonPénétrez dans la demeure de ce peuple, vous le trouverez dans une affreuse misère, faisant lire un livre mystérieux à des enfants qui, à leur tour, le feront lire à leurs enfants. Ce qu’il faisait il y a cinq mille ans, ce peuple le fait encore. Il a assisté dix-sept fois à la ruine de Jérusalem, et rien ne peut le décourager ; rien ne peut l’empêcher de tourner ses regards vers Sion. Quand on voit les Juifs dispersés sur la terre, selon la parole de Dieu, on est surpris sans doute ; mais, pour être frappé d’un étonnement surnaturel, il faut les retrouver à Jérusalem, il faut voir ces légitimes maîtres de la Judée, esclaves et étrangers dans leur propre pays ; il faut les voir attendant, sous toutes les oppressions, un roi qui doit les délivrer. (…) Les Perses, les Grecs, les Romains ont disparu de la terre : et un petit peuple, dont l’origine précéda celle de ces grands peuples, existe encore sans mélange dans les décombres de sa patrie. Si quelque chose, parmi les nations, porte le caractère du miracle, nous pensons que ce caractère est ici. »

Dans cet ouvrage, vous ne trouverez nulle part trace écrite d’un quelconque peuple palestinien légitime maître de la Judéepourtant Chateaubriand n’était ni juif, ni philosémite (bien au contraire), ni sioniste.

Un petit rappel de culture générale en clin d’œil à l’émission Slam. :)

Je vous demande donc de bien vouloir reconsidérer la décision que vous avait prise concernant le lot a gagner SODASTREAM.

Vous remerciant par avance de l’attention que vous porterez à cette demande,

veuillez agréer, Madame, l’expression de mes salutations les plus distinguées.

M. TAIEB Yohann

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 20:23

 

Le message défaitiste de la Gauche

par Caroline B. Glick, Jerusalem Post - Adaptation française de Sentinelle 5771 ©

jeudi 6 janvier 2011
desinfos


Alors qu’elle promettait autrefois la paix et la prospérité, la Gauche israélienne opère maintenant dans un univers fermé dans lequel la réalité n’a aucune place et où les opinions opposées sont systématiquement ignorées. La Gauche israélienne était autrefois un lieu d’optimisme. Mais ce n’est plus le cas. Elle promettait autrefois la paix et le bonheur. Mais ce n’est plus le cas.

Aujourd’hui la Gauche n’a plus une lueur d’espoir, elle est marquée par l’irrationalité et l’illusion. Elle opère ans un univers fermé dans lequel la réalité n’a aucune place et où les opinions opposées sont systématiquement ignorées.

Le défaitisme de la Gauche m’a été rapporté jeudi dernier pendant la conférence de Samarie sur la loi et les media au Centre Universitaire d’Ariel. J’ai participé à un groupe de discussion intitulé : « L’idée d’une ‘solution à deux Etats’ est-elle réalisable ou condamnée à l’échec ? »

Les deux premiers intervenants du panel étaient le Dr. Martin Sherman de l’Université de Tel Aviv et moi-même. Sherman expliqua dans les détails comment un Etat palestinien en Judée, Samarie et à Jerusalem mettra en danger Israël.

Sans le contrôle de ces zones, Israël ne disposera pas de frontières défendables. Et puisqu’il n’y a pas de direction palestinienne voulant accepter le droit à l’existence d’Israël, cette vulnérabilité stratégique sera un grand obstacle à notre survie.

Aussi bien Sherman et moi-même avons expliqué dans le détail que du fait du rejet palestinien et plus largement du monde arabe, du droit d’Israël à l’existence, le modèle politique de la « solution à deux Etats » est illusoire. Ce n’est pas un modèle politique, c’est un fantasme. Un débat sur une solution à deux Etats n’est pas un débat politique, mais un débat sur l’attractivité d’un rêve fumeux.

Notre opinion a été soulignée la semaine dernière dans un éditorial de couverture par le vice-président de la Knesset Ahmed Tibi dans le ‘Washington Times’. Tibi appelait le gouvernement Obama à mettre fin au soutien des USA à l’Etat juif. Au lieu de soutenir l’Etat juif, Tibi demandait aux USA de soutenir la partition du territoire à l’Ouest du Jourdain entre un Etat arabe de ‘Palestine’ judenrein, et un Etat non juif dans le reste de la zone.

Selon nos arguments au groupe de discussion, et la déclaration internationale de guerre effective de la part de Tibi contre Israël au nom de la communauté arabe, on pouvait s’attendre à ce que, à la conférence d’Ariel, les intervenants de Gauche auraient trouvé fort difficile de maintenir leur allégeance à la formule à deux Etats. De même, du fait que le chef négociateur de l’AP Saeb Erekat ait publié un article dans le ‘Guardian’ il y a deux semaines où il appelait implicitement à la destruction d’Israël, on aurait pu se pardonner de croire que l’ancien billettiste d’opinion du journal ‘Ma’ariv’ Ben Dror Yemini et Shaul Arieli du Conseil pour le Paix et la sécurité financé par l’UE, puissent avoir diminué leur soutien aux cadeaux de terre israélienne.

Mais on aurait tort de penser cela. Persistant dans la pratique de routine de la Gauche, plutôt que de faire face à des avis opposés ou bien à la réalité, nos collègues de discussion ont fait mine de nous ignorer.

J’ai consacré la plus grande part de mon intervention à discuter d’une politique non fondée sur le fantasme. Une telle politique, que j’appelle le ‘Plan de Stabilisation’, implique un ensemble d’opérations militaires et de respect de la loi, une offensive juridique politique et internationale, et l’application de la loi israélienne dans la vallée du Jourdain et les principaux blocs d’implantation israéliens en Judée et Samarie. Comme je l’ ai dit, cette politique a ses avantages et ses inconvénients. Mais c’est une politique, pas un fantasme.

Yemini a fait du bon travail en démontrant la campagne européenne de délégitimation d’Israël. Il a condamné ouvertement le ‘New Israel Fund’ et ‘J Street’ pour leurs efforts de délégitimation d’Israël. Il a mis en colère ses collègues de Gauche avec ses mises en garde sur le rejet permanent du droit à l’existence d’Israël par le Fatah. Pourtant, malgré tout cela, dans ses remarques, Yemini a ignoré ce que j’avais affirmé quelques instants auparavant et déclaré qu’il n’y avait pas d’alternative à la solution à deux Etats. La communauté internationale, qui mène une guerre politique contre Israël, n’acceptera rien moins que cela. Capituler est la seule option.

Arieli pour sa part a deux options. Nous pouvons céder volontairement ou bien nous pouvons être obligés par la communauté internationale de capituler. Si nous voulons demeurer partie intégrante du monde occidental, nous ferions mieux de le faire nous-mêmes. La solution à deux Etats, dit-il, est le seul espoir d’Israël.

Arieli a assuré à l’auditoire qu’Israël n’a aucune raison de se soucier de céder des frontières défendables parce que tout fonctionnera à merveille. Si nous y allons avec la première option et nous nous dénions les moyens de défendre ce qui restera de notre pays après avoir retourné à la fourche la Judée, la Samarie et Jerusalem aux Palestiniens qui rejettent notre droit à un Etat, nous serons définitivement en sécurité.

Pendant ses remarques, Arieli a mis en avant à plusieurs reprises que sa position est la même que celle de la chef de l’opposition Tzipi Livni. Et il avait raison.

Dans son entretien vendredi avec le rédacteur en chef du Jerusalem Post David Horowitz, Livni a aussi mis en avant qu’Israël n’a pas d’autre option que de capituler. Israël perdra tout soutien international, pour ne rien dire son caractère juif si nous ne donnons pas aux Palestiniens ce qu’ils veulent.

La critique cinglante par Livni du Premier ministre Benyamin Netanyahou tourne autour de ce qu’elle considère son insistance à mettre des limites à la portée des cessions israéliennes. Livni a admis que le chef du Fatah Mahmoud Abbas a rejeté la précédente offre généreuse du précédent Premier ministre Ehud Olmert d’un Etat palestinien à Jerusalem, et sur la majorité de la Judée et de la Samarie, et a Gaza. Mais elle a nié que son acte signifie que le chef Palestinien ne soit pas intéressé par un Etat palestinien.

De manière ridicule, Livni a proclamé que ce que son propre patron a offert au chef palestinien n’avait aucune importance. Livni a affirmé que comme ministre des affaires étrangères d’Olmert, elle était la seule en capacité de faire des offres au nom d’Israël. Comme elle déclare qu’elle ne fit pas d’offre, en ce qui la concerne, le fait qu’Abbas ait rejeté celle de son patron est sans importance.

Comme Yemini et Arieli, Livni ne voit pas d’autre option que de capituler. Et comme eux, elle admet que capituler n’apportera pas la paix. Comme elle le dit, un accord de capitulation « serait très fragile, et pourrait être accompagné par du terrorisme ».

Comme elle le résume, si elle fait valoir son modèle et qu’Israël cède la boutique, « je n’ai aucune illusion sur le ‘Nouveau Moyen Orient’. Je ne crois pas que au moment où un accord sera signé, nous vivrons dans un monde de conte de fées, de prospérité et de bonheur ».

Tout de même, en ce qui la concerne, c’est le seul choix d’Israël.

Et ce n’est pas seulement vis-à-vis de Palestiniens que la Gauche perçoit qu’Israël n’a pas d’autre choix que de capituler. Il en est de même concernant le Hezbollah et la Syrie. Dans son entretien, Livni a défendu son rôle dans la production de la Résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU, qui posa les termes mettant fin à la guerre avec le Hezbollah en 2006.

La résolution 1701 pour sa plus grande part a été le pire échec de la diplomatie israélienne de mémoire récente. Elle a mis le Hezbollah – organisation terroriste illégale dirigée par l’Iran – sur un pied d’égalité avec Israël. Elle a renforcé le Hezbollah dominant le gouvernement libanais et son armée en lui permettant de se réarmer et a ainsi ouvert le voie non seulement au réarmement du Hezbollah, mais aussi à sa prise de contrôle du gouvernement et de l’armée libanais. De plus, elle a augmenté le pouvoir des forces de l’ONU se compromettant avec le Hezbollah au Sud Liban.

Tout cela a fait de la 1701 un désastre stratégique pour Israël. Mais Livni refuse de le reconnaître. Dans son entretien, elle a défendu la 1701 en prétendant qu’à l’opposé du Premier ministre Ehud Barak en 2000, avec le retrait du Sud Liban, la 1701 a donné à Israël la légitimité de frapper le Hezbollah dans le futur.

Comme elle le dit : « Pour la première fois, nous avons créé une situation dans laquelle le réarmement n’était pas légitime, avec les conséquences naturelles en option si nous devons les utiliser ».

Ironiquement, c’est précisément ce que Barak a déclaré qu’il faisait en se retirant en 2000. En mars 2006, exactement quatre mois avant la guerre qui devait voir la diabolisation d’Israël sur pratiquement toutes les scènes diplomatiques, Ari Shavit du journal ‘Ha’aretz’ proclama qu’en se retirant à la frontière internationalement reconnue avec le Liban en mai 2000, « Barak avait construit le mur invisible de la légitimité internationale » pour les opérations de combat futures au Liban. Et depuis 2006, la campagne internationale pour refuser à Israël le droit à l’autodéfense n’a fait que gagner du terrain.

De même pour la Syrie, sous la conduite du gouvernement Obama, aujourd’hui la Gauche israélienne fait une reviviscence de sa vieille pulsion à céder les Hauteurs du Golan. La Gauche soutient que le dictateur syrien Bashar Assad est enclin à abandonner son alliance stratégique avec l’Iran et qu’en cédant une frontière défendable dans le Nord, Israël le convaincra de le faire et ainsi d’affaiblir l’Iran. Bien sûr, la réalité raconte une histoire opposée. Si Israël se rend indéfendable, cela suscitera la guerre.

De plus, le pouvoir croissant d’Assad n’est dû qu’à son alliance avec l’Iran. Comme Michael Young du journal ‘Lebanon Daily Star’ l’a écrit la semaine dernière : « Washington veut négocier avec la Syrie pour qu’elle abandonne des alliances que les Syriens n’abandonneront jamais volontairement, parce que ce faisant, cela affaiblirait tellement Damas politiquement que cela dénouerait l’objet même de la négociation ».

Les Américains ne se soucieraient pas de la Syrie si elle était modérée. Les USA ne chercheraient pas à se concilier Assad s’il ne permettait pas au Hezbollah d’utiliser la Syrie comme base logistique, s’il n’avait pas commandité l’assassinat de l’ancien Premier libanais Rafik Hariri ou s’il n’était pas le partenaire junior de l’Iran dans sa guerre par procuration contre les USA en Irak. Si Assad n’était pas un proliférateur nucléaire avec l’Iran, la Corée du Nord et le Venezuela, il serait traité avec la même approche que le dictateur égyptien Hosni Moubarak.

Pourtant, rien de cela ne compte pour la Gauche. Dans son optique, Israël peut totalement faire changer la Syrie – et l’Iran – en se refusant la capacité de défendre le Nord d’Israël.

Pour soutenir cette vision, Aluf Benn dans le numéro de vendredi du ‘Ha’aretz’ a écrit que le chef d’Etat Major Général sur le départ, le Rav Alouf Gabi Ashkenazi a l’intention d’entrer en politique en se faisant le champion de la cession israélienne du Golan. Ashkenazi – qui a joui d’une relation privilégiée avec l’administration Obama – a été le principal opposant à une frappe de Tsahal contre les installations nucléaires de l’Iran. Son mentor personnel est le Major Général (2ème section) Uri Saguy. Celui-ci a servi comme principal champion d’une cession des Hauteurs du Golan depuis plus d’une décennie.

Jusqu’à ce que le processus de paix n’engendre le jihad palestinien et que les cessions du Sud Liban et de Gaza n’apportent la guerre, le message de la Gauche était : “Rejoignez nous et nous vous apporterons la paix et la prospérité”.

C’était un message optimiste, attractif et il fit gagner à la Gauche une paire d’élections. Mais maintenant que leurs plans ont tous échoué, le message de la Gauche est devenu : « Rejoignez nous, parce que la résistance est futile. Nous sommes condamnés ».

Ce n’est pas un message attractif. Et heureusement, il n’est pas vrai non plus.

Ce qui est vrai, c’est qu’avec la réalité de l’échec des illusions de la Gauche, son message défaitiste a fait perdre à la Gauche le soutien du public.


caroline@carolineglick.com


http://www.jpost.com/Opinion/Column...

 

 


Partager cet article
Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 12:02

 

 

BANN PEREZ

 

Les basses manœuvres de la gauche juive et israélienne

Par Victor Perez

Il fut un temps où la gauche israélienne représentait avec honneur le Sionisme et défendait l’état d’Israël avec panache et brio dans les instances internationales mais aussi sur le terrain militaire. Le parti travailliste n’hésitait pas alors à déjouer les plans de l’ennemi soit par la ruse soit par la force lorsque cela était nécessaire. Cette gauche avait comme premier objectif de garantir la sécurité et les valeurs de l’état juif -sans compromettre le moins du monde sa pérennité-, mais aussi celui de dénoncer haut et fort le dessein destructeur commun aux ‘’Palestiniens’’, à la Ligue Arabe et au monde musulman.

 

De nos jours, la gauche d’hier n’est plus. Celle s’affirmant l’être aujourd’hui ressemble plus à une confrérie d’adeptes de la nouvelle religion des « droits de l’homme » oublieuse que l’état juif est d’abord et doit rester un refuge pour son peuple. Une croyance qui assure effrontément être en mesure d’apporter une paix juste et durable pour la région.

 

Ainsi, la gauche juive autant qu’israélienne n’hésite pas à utiliser et inciter à la peur afin de reprendre au plus tôt le pouvoir devant lui permettre de réaliser la paix qu’elle avait promis et promet encore, mais n’a pas su faire lors de ses précédents mandats.

 

A ses yeux, le gouvernement actuel composé de plusieurs partis est évidemment «d’extrême droite ». Le Likoud, principal composant de la majorité, est tout simplement disqualifié à longueur de colonnes et de chroniques. D’où la délégitimation de ce gouvernement et sa dénonciation à tous propos par d’illustres ‘’prêtres’’ de cette nouvelle foi tel Eli Barnavi. De JCallJStreet et autre La Paix maintenant au parti Kadima, le gouvernement actuel doit « rendre les clefs » du pouvoir comme il lui a été conseillé il y a peu par Shaul Mofaz. Pas moins !

 

Une autre peur souvent agitée est celle de la démographie. Ainsi, l’on vient ‘’d’apprendre’’ encore une fois que d’ici 2014 (?) les musulmans seront majoritaires en nombre entre le Jourdain et la mer. Outre que cela n’est encore une fois pas démontré, on voit mal quand bien même comment la majorité politique peut passer de main et permettre à Mahmoud Abbas, ou tout autre dirigeant ‘’palestinien’’ non israélien, d’obtenir la Présidence du Conseil et mettre en péril le droit à l’auto-détermination du peuple juif sur sa terre !

 

Souvent, il est fait mention que tarder à conclure un accord nuit à Israël car la « fenêtre d’opportunité » pour un traité de paix se rétrécie au fil du temps voire se ferme. Les deux peuples étant géographiquement séparés et l’idée d’un état de ‘’Palestine’’ judenrein étant inconcevable pour les véritables droits de l’hommistes, on peut douter qu’il soit alors difficile de tracer une frontière tout comme on ne peut comprendre cet appel à sacrifier les intérêts de l’état juif et s’empresser à accepter toute proposition qui se présentera !

 

Autre ‘’menace’’ qui plane sur la tête d’Israël. Celle d’une reconnaissance internationale d’un état de ‘’Palestine’’ dans les « frontières de 1967 ». Ce qui placerait certes Israël dans une situation peu enviable mais ne ferait pas avancer d’un pouce la quête d’une solution au problème de Jérusalem, des « colons » ou encore celui des « réfugiés ». Bien au contraire, cette reconnaissance mettra mal à l’aise la communauté mondiale lorsque les ‘’Palestiniens’’ exigeront une action d’envergure pour obtenir l’exercice de leurs ‘’droits’’ si facilement obtenus.

 

Un autre ‘’danger’’ est souvent soulevé. Celui de se fâcher avec le principal allié de l’état hébreu en refusant de céder à ses injonctions. A savoir les Etats Unis d’Amérique, principal allié au sein de l’Onu et pourvoyeur d’un armement vital à la supériorité israélienne sur ses ennemis. Une administration us cependant entre les mains du peuple américain, véritable grand frère du peuple juif et partageant, au-delà des accords de sécurités et économiques, des valeurs universelles.

 

Comme on peut le voir, cette gauche n’hésite pas à jouer de ces peurs mais aussi d’autres pour contraindre l’électeur israélien à retourner rapidement dans son giron. Une ligne politique ne représentant plus que l’ombre d’elle-même au sein de l’électorat israélien mais aussi du peuple juif. C’est ainsi que la communauté juive française, par exemple, à soutenu largement la pétition Raison garder plutôt que celle supportée par des célébrités juives mais aussi par des médias en quête d’une guerre des Juifs.

 

De même, en Israël, le parti Travailliste s’effondre électoralement, et le parti Kadima s’imagine au pouvoir dirigeant une coalition de partis qu’il dénonce actuellement comme « extrémistes de droite » et ‘’incompétents’’ à gouverner, faute d’alliés naturels de son camp.

 

Suite à ce tableau, on peut prédire que la coalition actuelle est en place pour quelques temps encore. Pour le moins, le temps que la gauche retrouve ses esprits et le sens de l’intérêt commun.

 

Victor PEREZ ©

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 10:50

 

 

 

Dossier

 

          non boycott israel

              Non

au mythe de l'apartheid

 

 

Versons une larme pour les enfants des boycotteurs d'Israël

 

Par Jean-Patrick Grumberg - Drzz

Sylvie M (j'ai modifié son vrai nom), habite à Garges les Gonesses, en banlieue parisienne. Avec les camarades communistes, elle fait partie de BDS, le groupe islamiste qui ratisse à l'extrême gauche pour monter des opérations de boycott dans les supermarchés, et retirer des rayons les produits israéliens.

 

Sylvie M. est hystérique. Elle s'est précipitée dans la chambre de sa fille Camille, neuf ans, s'est jetée rageusement sur la magnifique tenue Hannah Montana dont la petite rêvait, et qu'elle a lui a offerte pour noël, et l'a méchamment découpée aux ciseaux avant de la jeter à la poubelle.

 

Pourquoi cette hargne ? Parce que Sylvie vient d'apprendre que Disney va installer un parc d'attraction en Israël, à Haïfa exactement (1), et qu'elle boycotte les marques complices de « l'entité sioniste » comme elle dit.

 

Mais Sylvie M. ne boycotte pas complètement Israël à vrai dire, seulement ce qui l'arrange.

 

Par exemple elle fait semblant de ne pas savoir que le processeur Intel de son ordinateur a été inventé en Israël, que les téléphones portables ont été développés en Israël par Motorola, et que Windows XP et Vista ont été inventés en Israël par des israéliens qui ont fait l'armée. Elle ne va pas se passer de son téléphone et de son PC : le boycott a des limites. C'est comme Google. Ils ont deux centres de recherche en Israël, elle ne va pas tout de même pas arrêter d'utiliser Google et You Tube pour faire ses recherches sur internet, et publier ses vidéos de boycott. Et pour les médicaments mal remboursés, elle achète des génériques israéliens, c'est moins cher, ni vu ni connu.

 

En revanche, la tenue de Hannah Montana - Disney en Israël, ça lui a mis la rage, à Sylvie. Alors couic la tenue. Tant pis pour la môme, la cause d'abord. Çà lui fera son éducation à la cause.

 

Sylvie s'est inscrite au week-end atelier de formation à la campagne BDS 2011, qui se tiendra au CICP (2), le Centre International de Culture Populaire (un repère alter mondialiste financé par vos impôts sans qu'on vous demande votre avis). La formation a lieu les 8 et 9 janvier prochains.

 

Comme ils ne sont pas gênés de conduire des activités répréhensibles - l'incitation à se livrer à des activités illégales est autant sanctionnée que l'activité elle même - je ne serais pas étonné que des huissiers viennent leur rendre visite pendant la formation et relève l'identité de chaque participant – mais je n'ai rien dit.

 

Voici le programme des festivités :

Lieu : 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris (au cas ou des parisiens et des riverains décident de se réunir devant les locaux)

 

Programme :

Samedi 8 janvier, de 9h30 à 12h30 : Enraciner la campagne BDS en France (boycott désinvestissement, sanctions). Séance animée par Omar Somi, avec un représentant du BNC, Florent et Dror (Groupe d’animation BDS France)

 

14h à 15h30 : Les questions et défis juridiques de la campagne BDS France : Principes, procédures, outils, organisation. Gilles Devers (avocat de BDS France), Imen et Hélène (coordinatrices du groupe juridique)

 

16h à 18h : Ateliers. Comment construire un comité, comment élargir le mouvement, comment médiatiser les actions pour faire le buzz des campagnes. Julien Bayou (Jeudi Noir, Sauvons les riches), Leila Chaibi (L’Appel et la Pioche) Denis Sieffert (Politis), Nabil (LeMonde.fr)

 

Dimanche de 9h30 à 11h : communication. Messages et outils pour une visibilité commune. Présentation des succès de communication obtenus (presse locale, etc), présentation de la stratégie de communication et des succès nationaux (tribunes dans Le Monde, etc)

 

11h à 13h : Atelier. Comment passer à l’attaque juridiquement. Gilles Devers (avocat de la campagne BDS France), Imen, Hélène. Comment réaliser une vidéo. Linda (responsable vidéo de BDS France).

 

Les parents vont passer un bon week end à entretenir leurs illusions, ils vont partager leur haine des juifs et d'Israël, ils vont inventer des histoires de génocides, des prisons à ciel ouvert et des massacres d'enfants. Leurs enfants justement vont la trouver moins drôle, lorsqu'ils vont découvrir que le week end à Disneyland, Disney Channel à la télé, les poupées Jasmine et les pirates des caraïbes, sans oublier le prochain Toy Story en 3D, ils devront tirer un trait dessus.

 

Fait saisissant, les ventes de produits israéliens progressent plus vite en France (en tant que membre de la Chambre de Commerce Israël France, je reçois quelques statistiques confidentielles des grandes surfaces) que dans les autres pays : on peut supposer que les français, qui n'aiment pas trop qu'on les manipule, répondent aux campagnes de boycott en donnant leur préférence aux produits israéliens. Autre hypothèse que les spécialistes du marketing connaissent bien : plus les campagnes de boycott sont médiatisées, plus la curiosité du public est éveillée aux produits israéliens dont ils ne connaissaient probablement pas l'existence. Autrement dit, pour deux consommateurs qui décident de boycotter après avoir vu les reportages, il y a dix curieux qui veulent voir à quoi ces produits ressemblent, qui les achètent, et comme les produits sont de bonne qualité, les ventes progressent. (merci le boycott !)

 

D'ailleurs Israël, économiquement, se frotte les mains : ses exportations sont en forte hausse, la croissance atteint des records à 4.2%. De plus, seulement 7% des biens de consommation peuvent subir les attaques des excités du boycott, le gros des exportations, soit les 93%, sont des machineries, des équipements, des applis pour smartphones (Israël est le premier vendeur au monde d'applis), des logiciels, et des diamants taillés, et ne sont pas « boycottables ».

 

Quoi qu'il en soit, Israël exposait ses produits au dernier Salon International de l'Alimentation (3) qui se tient chaque année à Paris, et les produits israéliens ont été récompensés par cinq médailles de l’innovation, parmi 1500 concurrents. Un record remarqués par les professionnels, et qui a rempli les carnets de commandes des israéliens ! Mais il y a une chose qui a énervé Sylvie plus que tout : cinq entreprises arabes des territoires disputés et du nord d'Israël exposaient avec les entreprises juives, au pavillon israélien.

 

Allez, bon atelier de boycott les pt'it loups !

 

Jean-Patrick Grumberg

 

 



 

 

(1) http://jssnews.com/2011/01/03/scoop-jssnews-mickey-va-faire-sa-alya-et-ouvrir-un-parc-a-haifa/

(2) http://www.cicp21ter.org/

(3) http://www.haaretz.com/print-edition/business/israelis-win-5-awards-at-international-food-fair-1.319909

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 06:52

Lire les articles du dossier

        non boycott israel

                 Non

au mythe de l'apartheid

 

 

de l'agence arabe - maannews

 

Le PIB des "palestiniens" est proportionnel au pourcentage des palestiniens qui travaillent pour Israël.

 

Sur 100 travailleurs palestiniens, 11 travaillent en Israël et dans les implantations, (comparativement à 10 en 2009), d'après une nouvelle enquête du Bureau central palestinien de statistiques. 

Cette augmentation a contribué à faire monter le PIB palestinien par habitant, dans ce qui est considéré comme une année de croissance pour cette région. 

Le produit intérieur brut des "palestiniens" a augmenté d'environ 9 % au cours des trois premiers trimestres de 2010 par rapport à la même période de 2009. 

Paru lundi, l'enquête précise que la croissance s'est concentrée dans les activités économiques et pour la  grande part dans la construction avec un taux de croissance de 36 %, suivi par l'agriculture et la pêche, le commerce de gros et de détail, le transport, le stockage et les communications, les services et l'administration publique. 

Le PIB par habitant pour les zones palestiniennes a augmenté de 5 % au cours du troisième trimestre de 2010 comparativement au même trimestre de 2009, stimulée principalement par une augmentation de trois % du nombre de travailleurs dans la construction, l'industrie et le secteur des services.

Ce qui signifie qu'avec la fin du gel des constructions , permettant aux Arabes de travailler dans le bâtiment notamment dans les communautés juives en Judée et Samarie, le PIB de l'arabe palestinien pour le quatrième trimestre devrait être encore plus élevé. ( lire - Parmi les victimes du gel de la construction: 200 000 "Palestiniens")

Donc, une fois de plus les grands "faiseurs de paix" empêchent les Arabes palestiniens d'essayer d'élever leurs familles dans la dignité. 

Il est également intéressant de voir que la hausse du PIB est presque directement proportionnelle - 9-10% - à l'augmentation des travailleurs en Israël et dans les villes israéliennes à travers la ligne verte. L'aide étrangère n'en est pas forcément un facteur tandis que l'emploi et la coopération avec Israël l'est. 

Soit dit en passant, ces statistiques comprennent la bande de Gaza, où personne ne travaille pour les Israéliens, ce qui signifie que le pourcentage d'Arabes de Judée-Samarie qui travaillent pour les Israéliens est probablement plus proche des 15%.

Boycotter Israël jetterait l'économie arabe palestinienne en chute libre, et ferait passer le taux de chômage dans les zones palestiniennes de Judée-Samarie à peu près au même taux que celui ou se situe celui de la bande de Gaza  maintenant - d'environ 17% à environ 32%.

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 19:49

MARDI 4 JANVIER 2011

http://victor-perez.blogspot.com/2011/01/lalter-juif-gideon-levy.html#more

 


Ma photo

 


L’alter-juif Gideon Lévy

 

 

gideon-levi.jpg

 

On ne présente plus ce que l’on appelle communément les « alter-juifs ». N’existant qu’en opposition ferme à la très grande majorité du peuple israélien, ils se prévalent de la morale, imposent leur vision des droits de l’homme primant sur ceux de la collectivité, affirment leur idéologie comme étant salvatrice, délégitiment les opposants à leur doctrine et si cela ne suffit pas à convaincre ils accusent à tout va quitte à mentir.

De quoi au minimum être qualifier d’idiot utile à la cause des nombreux ennemis du peuple juif.
Guideon Lévy est l’un d’eux. Israélien de papier, il n’hésite pas à payer de sa personne la défense de ces ‘’valeurs’’. Editorialiste dans le quotidien Haaretz, que beaucoup surnomment « l’Immonde israélien » en comparaison du quotidien français, il confirme que cette participation n’est en rien une erreur de casting et est, au vu du nombre impressionnant de ses chroniques reprises, traduites et diffusées par les sites antisionistes, un soutien aux ennemis de l’état juif.
C’est ainsi que l’on a pu l’entendre récemment en direct sur la première chaîne israélienne, Arutz 1, accuser Tsahal d’être responsable de la mort de Jawaher Abu Rahma, prétendument pour avoir inhalé des gaz lacrymogènes lancés pour disperser une manifestation à Bilin contre la clôture de sécurité. Il fallait l’entendre attester que les soldats visaient, en règle générale, intentionnellement les ‘’palestiniens’’. Qu’aucune retenue n’était exerçait par les soldats à leur encontre. Qu’au vu de leur ‘’brutalité’’ l’issue était toujours la même. Et de citer quelques autres exemples de ‘’victimes palestiniennes’’ jonchant le ‘’palmarès’’ de l’armée.
Bref ! Des accusations qui, prises à la lettre, ne peuvent évidemment qu’écœurer les téléspectateurs quels qu’ils soient Des accusations qui contentent, par contre, tout naturellement ceux qui dénoncent depuis longtemps la « soldatesque » de la société israélienne, voire ses différents régimes politiques incontestablement « racistes ».
Sauf, que suite à une enquête de Tsahal sur le décès de Jawaher Abu Rahma, à laquelle l’Autorité palestinienne a refusé de participer contrairement à l’habitude, il s’avère que la manifestante ne se trouvait pas au sein de la dite manifestation ‘’pacifique’’ et ne pouvait ainsi mourir de la main de l’armée. Il s’avère également, selon les dires israéliens, qu’elle souffrait d’une leucémie en phase terminale.
Des assertions qui, si elles sont exactes, interrogent quant au jeu des dirigeants ‘’palestiniens’’ qui, par la voix de Saëb Aréka (principal négociateur dans le processus de paix) s’est empressé de qualifier la mort de la jeune femme palestinienne comme un acte qui «entre dans le cadre des crimes de guerre que commet Israël contre le peuple palestinien », ou celle du porte-parole de l’AP Nabil Abou Roudeinaqui dénonce « l'escalade de la violence israélienne contre des manifestations pacifiques » !
De quoi, à coup sûr, alimenter le procès public permanent de l’état d’Israël quand bien même aucune démonstration ne vient soutenir leurs allégations. Procédé qui suit la même approche que celle du ‘’meurtre’’ de l’enfant Mohamed A-Dura, ‘’tué’’ lui aussi selon la rumeur publique par les soldats israéliens, quand bien même aucune preuve ne vient, là encore, corroborer cette inculpation. ‘’Crime’’ devenu depuis de notoriété internationale grâce aux bons soins deCharles Enderlin, l’envoyé permanent de France 2 à Jérusalemsoutenu mordicus dans cette charge par Guideon Lévy ! A leurs yeux de journalistes militants, ces exemples sont d’abord emblématiques de l’attitude des forces israéliennes quand bien même ils se vérifieraient totalement faux.  
                                                                   
Il est évident au vu de ce qui précède que la réalité n’a pas prise sur les alter-juifs et que seule l’idéologie importe tant qu’elle assurera la certitude que les Israéliens soient, quoiqu’ils fassent, coupables et devant céder aux injonctions internationales et les ‘’Palestiniens’’ forcément ‘’victimes’’ et devant être soutenus dans leurs exigences.
De quoi assurer la pérennisation du conflit, l’affaiblissement de l’état juif et par voie de conséquences l’augmentation des menaces à l’encontre du peuple juif.
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 13:32

 

 

 

LA THEORIE DU COMPLOT, POTION MIRACULEUSE

par Daniel Clairvaux

La théorie du complot procure des effets intellectuels immédiats. Elle rassure l'esprit sur sa finitude et son incapacité à comprendre l'univers qui l'entoure. De ce fait, on peut la consommer sans danger, du moins pense-t-on, un peu comme les compléments alimentaires : il s'agit d'un adjuvant intellectuel satisfaisant pour les esprits limités qui entendent avoit raison sur tout, fût-ce au détriment de la terre entière.

 

La théorie du complot apaise l'intellect qui cherche en vain des réponses aux énigmes de l'univers avec la fébrilité du docteur Faust. Elle fournit clés en mains une logique unificatriceà des éléments en apparence disparates et non reliés entre eux : c'est la fonction fil rouge.

 

Elle donne accès à une vérité cachée et connue des seuls initiés : on peut alors la considérer comme la variante politique ou historique des anciens mystères d'Eleusis. Celui qui, en tant que grand prêtre ou gourou, possède cette vérité à lui seul révélée par l'entremise des dieux, peut alors, tel un prophète inspiré, la faire partager aux autres adeptes de la secte.


 

LA THEORIE DU COMPLOT ET LA RECHERCHE DES BOUCS EMISSAIRES

 

Cette théorie confère une causalité sommaire aux événements. Tout effet a une cause, rien n'arrive fortuitement; mais cette cause, jamais apparente mais cachée, est reléguée en coulisses, dans ces mystères de l'univers dont seul l'initié a connaissance.
 

Comme il existerait un Créateur, il existe, derrière l'apparence, un deus ex machina, grand chef d'orchestre clandestin et invisible, ayant préludé à la mise en action des événements dont la cause nous demeure floue ou inexpliquée.

Ce deus ex machina enfin dévoilé va nous révéler qu'en coulisses des organisations et groupements humains  tirent les ficelles des événements dont l'interprétation pose problème.

Ainsi, la Révolution Française n'a pas été provoquée par les causes socio-politiques que les historiens ont déterminées, mais par les agissements d'un complot d'origine maçonnique.

La défaite de l'Allemagne en 1918 ne saurait être due aux défaillances des militaires, mais à un complot juif ayant poignardé l'armée dans le dos.
 

Les attentats du 11 septembre 2001 n'ont pas été provoqués par les terroristes islamistes, mais par les Américains eux-mêmes alliés aux Juifs.

La stagnation du monde musulman ne trouve pas sa source dans la réticence de ces pays à vouloir emprunter la voie du progrès démocratique, mais dans un complot orchestré de longue date par les sionistes alliés aux "Croisés", c'est-à-dire l'Occident chrétien.

Quant aux événements malheureux de Côte d'Ivoire, ils ne peuvent être la conséquence des actes d'un dictateur qui a foulé le droit aux pieds pour s'accrocher au pouvoir tel le pire des despotes, mais la résultante d'un complot international dirigé en sous-main par la France, ex-puissance coloniale.

Où l'on voit que la théorie du complot a ceci de pratique qu'elle permet à chaque fois d'échapper à ses responsabilités.

Il suffit alors de désigner un bouc émissaire (Juifs, francs-maçons, colonialistes, Françafrique, chrétiens) pour diriger vers lui la légitime colère du peuple abusé.

Tout est fin prêt pour l'entrée en scène des faux prophètes, des  manipulateurs de l'opinion publique.
 

 

D.CLAIRVAUX

 

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 16:06

 

 

BANN PEREZ

 

BHL et ses lumières

Par Victor Perez

 

Bernard Henry Lévy est un intellectuel dont la qualité première est de coller à l’air ambiant s’il est politiquement correct. Dans un point de vue de l’hebdomadaire Le Point intitulé «L’honneur des musulmans » (1), il en donne la parfaite mesure. Ainsi, pour lui, l’organisation des Assises internationales sur l'islamisation de l'Europe, qui se sont tenues à Paris le 18 décembre dernier, est réduite à deux seules associations. L’une étant le «groupuscule néonazi qui s'était rendu célèbre, le 14 juillet 2002, en tentant d'assassiner Jacques Chirac »- ici le Bloc identitaire qui a décidé de le poursuivre en diffamation car son existence débute en avril 2003-, la seconde n’étant qu’un «quarteron d'anciens trotskistes rassemblés sous la bannière du site Internet Riposte laïque » !

 

Réducteur lorsque l’on sait que 27 associations de tendances politiques différentes composent l’organisation de cet événement. Porter l’attention sur ces seules deux associations aux couleurs politiques opposées dénote pour le moins une volonté de nuire et non pas comprendre pour permettre une compréhension de la chose.

 

Mais là n’est pas le sujet actuel.

 

Selon son point de vue, BHL affirme qu’il a « une guerre sans merci entre, d'un côté, les partisans de l'aggiornamento d'une foi qui, comme les autres monothéismes avant elle, se déciderait à se mettre à l'heure du respect des droits du sujet et, de l'autre, les artisans de ce que je suis, sauf erreur, le premier à avoir appelé fascislamisme ». Il ajoute aussitôt, « que les premiers soient souvent trop timides ou, tout simplement, trop peu nombreux et que ce soient les seconds, je veux dire les fanatiques, qui tiennent, presque partout, le haut du pavé, c'est l'évidence».

 

Et c’est là que le bât blesse les ‘’souchiens’’ occidentaux lassés de voir l’expansion de l’Islam rigoriste et obscurantiste dans leurs contrées. Agacés de s’apercevoir que les autorités ignorent ce qui tracasse de plus en plus un nombre croissant d’individus. Excédés de voir les partis politiques faire des compromissions avec cette religion dans l’objectif d’obtenir les voix des croyants lors des élections. Contrariés de voir les droits collectifs des sociétés démocratiques bafoués au nom des droits de l’homme exigeant l’exercice de rites et coutumes d’un autre âge.

 

Telle la séparation des sexes dans les lieux communs comme les piscines ; le port dans les lieux publics d’un voile ou d’un hijab par les femmes musulmanes afin de se soustraire à la vue et au contact des concitoyens ; l’alimentation hallal dans les cantines rejetant ainsi les choix alimentaires des autres citoyens. Sans oublier l’appropriation des espaces publics sans autorisation à l’heure des prières, et cela au grand dam des riverains, et la construction de mosquées souvent au frais de l’état et donc des deniers des contribuables. Pour ne parler que des exigences les plus visibles.

 

Liste non exhaustive qui démontre le non respect envers la culture dominante et une tentative de la modifier par la force et non pas par la persuasion. Un viol, en quel que sorte, effectué également par les musulmans ‘’modérés’’ au nom de leur droit à leur religion et dénoncé par ceux que Bernard Henry Lévy qualifie rapidement de « néo-nazis » et de « trotskistes ». Ce qui doit faire sourire la majorité du peuple suisse qui par deux référendums distincts a marqué son ‘’intolérance’’ à l’islamisation de son pays !

 

Il ne fait guère de doute au lecteur attentif de la vie politique occidental que les autorités publiques ont rejeté toute idée de légiférer pour contraindre définitivement l’Islam à n’être qu’une affaire privée. A ne pas endosser l’exigence de la majorité il est à craindre que cette attitude ne mène les peuples à des choix et réactions violentes et l’occident vers une situation catastrophique.

 

Mais tout cela, Bernard Henry Lévy, l’intellectuel qu’il se prétend être, ne le voit pas.

 

Victor PEREZ ©

 

 

Liens :

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 15:50

 

 

Banner Alain Rubin

 

Un mensonge répété mille fois....

par Alain RUBIN

Pour aschkel.info et lessakele


Articles associés

>Le Mavi Marmara français pour Gaza financé par.....- Du Trocadéro à Antenne 2

>Révélations du 'Hamas - Israël avait raison. Goldstone a eu tort de croire sans réserve les mensonges du Hamas 

Le maître de la propagande et du décérébrage, l’homme qui aida Hitler à faire d’une bonne partie du peuple allemand une armée fanatisée et disposée à tous les crimes, l’enseignait comme un fondement de la propagande. : Un mensonge répété mille fois devenait une vérité pour l’homme de la rue. Et l’homme de la rue allemand, appartenant à la nation la plus cultivée d’Europe, absorba comme un buvard les mensonges officiels, « mille fois répétés »…

 

Avec « l’embargo total, alimentaire, sanitaire et médical à Gaza », nous sommes devant une manifestation de ce précepte. Il en est ainsi aussi pour le nombre de victimes du conflit de l’hiver 2008-2009. Les menteurs professionnels et leurs auditoires sont tellement persuadés par le mensonge qu’ils ont colporté, répété et entendu des centaines de fois, qu’ils ne peuvent même pas entendre lorsque le ministre de l’intérieur du Hamasland, Fatih Hammad, déclare au journal arabe londonien Al Hayat que, « (…) parmi le millier de tués à Gaza, pendant les combats, il y a une majorité de combattants ».

 

Avec le prétendu embargo total à Gaza, on se trouve devant le même procédé que celui préconisé par Himmler.

 

Pour ce faire, une coalition gravite en France autour des formations de l’islam politique. Son principal axe organisationnel reste le stalinisme, ses annexes et ses satellites plus ou moins critiques.

Au-delà des différences sur d’autres questions, tous ces braves gens se retrouvent, sur le principe himmlérien ayant pour objectif d’organiser la détestation d’Israël et sa délégitimation. C’est ainsi qu’ils s’en vont répétant : « Gaza ! Gaza !! Gaza !!! Gaza, c’est encore pire que ce que les nazis ont fait aux Juifs enfermés dans le ghetto de Varsovie ».

Il y a quelques années, une britannique, députée de la tendance du « new labour party », Madame Oona King, fit une conférence de presse sur cette base. Je lui ai alors écrit trois courriers, évidemment restés sans réponse. Je lui demandais : si elle savait ce qui s’était passé de l’été de 1940 jusqu’à l’été de 1943, à Varsovie, pour proférer pareil grossier et impudent mensonge ?

 

C’est ainsi que l’on entend des gens et des partis qui s’en vont un peu partout, répétant sans se lasser, se comportant en bons élèves d’Himmler : « à Gaza, Israël impose un blocus total, alimentaire, médical et économique ». Ils rajoutent généralement : « Gaza est en ruine, Gaza est en cendres, les habitants sont comme des chiens errants parmi une accumulation générale de décombres et le méchant Israël ne permet pas les livraisons de ciment pour reconstruire… ». Vous pouvez leur montrer que cela n’est pas vrai, -photos du Gaza actuel, chiffres des tonnes de denrées arrivant quotidiennement, nombres de milliers de gazaouis soignés en Israël, matériels médicaux livrés aux hôpitaux de Gaza-, rien n’y fait. Ces gens sont comme hypnotisés par leurs mensonges, ils ne voient ni n’entendent rien que ce que la répétition du mensonge leur fait prendre pour la vérité.

 

Pour ce qui est du nombre des victimes du conflit entre le Hamas et Israël, je l’ai déjà dit. Même si un haut dirigeant du Hamas, même si un ministre membre du gouvernement gazaoui leur donne les mêmes chiffres qu’Israël, en quantité et en qualité des victimes, ils ne vous entendent pas. Ils sont comme des somnambules ânonnant ou braillant ce qu’ils tiennent être pour le grand carnage, le quasi génocide mené à Gaza par Israël.

 

Le mensonge se décline. C’est à partir de ces affirmations devenues « vérité », par le miracle de la répétition, qu’ils s’agitent pour bâtir le paradigme politique destiné à indigner, encore et encore. C’est ainsi qu’ils interpellent, pour créer l’émotion qui n’examine plus rien, qui ne voit ni n’entend rien de contradictoire au mensonge devenu « vérité » et certitude partagée. Il s’agit désormais de créer les conditions d’un djihad de grande envergure auquel on compte bien associer des gogos dans ce pays, au nom de ce nouveau concept : la guerre privée citoyenne.

 

C’est sur les bases d’auto intoxication qu’est lancée la campagne pour financer le « Marmara français » et recruter son équipage.

 

C’est dire, que les semaines et les mois qui viennent seront des mois d’agitation, calomnieuse et frénétique, relayée par des médias formatés à répéter la propagande anti Israël de l’AFP, sans examiner la réalité de « l’information », amplifiée par la prise en charge militante et financière de l’opération de guerre privée de la nouvelle grande armada « humanitaire » par le PCF, la CGT, le PG, le NPA et ses candidates voilées, par les Verts et quelques autres non moins frénétiques et non moins auto intoxiqués par leurs mensonges.

 

Alain Rubin

Pour © 2010 aschkel.info et © 2010 lessakele

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 04:42

 

 

 

Kouchner serait à l’origine de la déclaration de l’Etat palestinien

Par le Comité éditorial du JERUSALEM POST | Adaptation française de Sentinelle 5771 ©

mardi 28 décembre 2010
desinfos.com


Un câble diplomatique américain révèle que l’ancien ministre des affaires étrangères français a donné à Mitchell l’idée de reconnaître un Etat palestinien « sans prendre en considération les résultats de négociations » avec Israël dès janvier 2010.

L’ancien ministre français des affaires étrangères BernardKouchner avait déjà discuté en janvier 2010 avec les USA l’idée de reconnaître un Etat palestinien sans prendre en considération le résultat de négociations avec Israël, selon un câble publié dans une révélation de WikiLeaks.

Le câble était rédigé par l’ambassadeur des USA en France Charles Rivkin pour préparer la secrétaire d’Etat Hillary Clinton à son premier voyage bilatéral en France depuis son arrivée en fonction.

« Les Français sont d’accord avec nous sur la nécessité d’aider le président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas à revenir à la table de négociations en lui offrant un programme d’assistance, des garanties, et le soutien des dirigeants arabes. Cependant Kouchner glissa à son Excellence George Mitchell l’idée controversée d’offrir la reconnaissance d’un Etat palestinien dès maintenant, avec des frontières non définies, ou bien d’offrir de reconnaître un Etat palestinien dans un délai défini, sans prendre en considération le résultat des négociations » rapportait le câble.

Rivkin qualifiait le président français Nicolas Sarkozy« d’impatient » en ce qui concerne le processus de paix au Moyen Orient, disant qu’il essaie souvent de précipiter les évènements avant les plans américains.

Le Brésil, l’Argentine, La Bolivie et l’Uruguay ont récemment décidé de reconnaître formellement un Etat palestinien pleinement indépendant dans les frontières de 1967.

Au début du mois, la Chambre des Représentants aux USA a adopté une résolution s’opposant à des mesures unilatérales pour créer un Etat palestinien.

Le négociateur en chef de l’Autorité Palestinienne Saeb Erekat a fustigé cette action en disant : « en prenant cette résolution, le Congrès des USA contredit la politique du gouvernement américain de création d’un Etat palestinien, en entravant la capacité des Palestiniens de shunter la stratégie politique obstructionniste du gouvernement israélien ».


http://www.jpost.com/International/...

Partager cet article
Repost0

Traducteur/translator

 

 

France  ISREAL  English

Recherche

logo-lien-aschkel-copie-1.jpg

 

France  ISREAL  English
Traduire la page:
By
retour à l'acueil

------------------------------------- 

 

Communication and Information

 

Vous souhaitez 

- proposer un article ?
 - communiquer une info ?

Contactez la rédaction

bOITE-a-mail.jpg

-------------------------------

 

Nous remercions par avance tous ceux

qui soutiendront le site Aschkel.info

par un don

icone paypal

Paiement sécurisé


Consultez les dossiers

Archives

Mon livre d'or

 

 Livre_dor

 


 

Visites depuis la création du site


visitors counter

Catégories